Flux RSS

Abyss Domination

Traduit par la team : WuxiaLnScantrad
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 1 Chapitre 23 – Funérailles


Il n’y avait pas de requêtes simples dans la Guilde des aventuriers ; c’était un endroit où les gens risquaient leur vie pour la richesse, pas un endroit pour les enfants à la recherche d’animaux de compagnie. Même les demandes les plus faciles offraient plus de 10 Derahls d’or comme récompense, une somme qui pourrait nourrir une famille de trois personnes pendant trois ans.

Soran quitta la guilde avec son insigne d’aventurier sans prendre aucune demande et se dirigea vers la mairie. Là, il devait payer une quinzaine de Derahls d’or pour obtenir des certificats les identifiant comme citoyens libres pour lui-même et Vivian, ce qui changerait leur statut social de citoyens pauvres de classe inférieure à celui de citoyens normaux qui jouissaient d’un degré élevé de liberté dans les régions du sud. Ils pouvaient alors se déplacer librement dans la plupart des endroits de la région tant qu’ils n’avaient pas peur des dangers du voyage.

Ce n’était pas encore le moment de répondre aux requêtes. Il n’y avait rien de tel que le broyage de monstres ou le farming dans <Clash of the Titans> car les monstres avaient un algorithme de reproduction similaire à celui des PNJ humains. Cela signifiait que si l’on exterminait tous les gnolls d’une région, ils n’apparaîtraient pas de nouveau à cet endroit jusqu’à ce que les gnolls d’autres endroits y aient migré.

Il y avait un dicton dans les tavernes : « Votre vie d’aventurier est incomplète sans être entouré de gobelins, coincé dans des pièges à kobold, et attaqué par des gnolls à minuit » !

C’était un dicton qui avait une origine et une histoire sanglante. Les monstres ici présents n’étaient pas des créatures sans cervelle ordinaires ; ils utilisaient des tactiques telles que la mise en place de pièges et le lancement d’attaques furtives, sans parler de leur capacité d’établir des bases et même de fuir et de se regrouper lorsque c’était nécessaire. D’innombrables recrues têtes brûlées avaient perdu la vie à cause de ces monstres  » de grade inférieur  » lorsqu’elles étaient trop confiantes après avoir atteint le grade 2 dans leur profession.

Pourriez-vous imaginer une bande de simples monstres ayant une telle intelligence ? Se lancer sur des aventuriers isolés ou échoués, s’enfuir lorsqu’ils sont désavantagés, utiliser le terrain pour installer divers types de pièges, repérer les aventuriers qui arrivent, et même faire semblant de se rendre pour baisser la garde d’un aventurier ; cela démontre à quel point ces créatures étaient intelligentes.

Si l’un d’eux était malchanceux, il pourrait même rencontrer de puissants Disciples de Dragon cachés parmi les kobolds. Les kobolds normaux n’avaient qu’une cote de défi de niveau 1, tandis que les kobold Disciples de Dragon, qui avaient atteint le niveau 5, avaient assez de puissance pour décimer les aventuriers moyens. Même les lanceurs de sorts, qui étaient connus pour leur arrogance, ne se vantaient pas qu’ils pouvaient facilement gérer quoi que ce soit dans le désert.

En tout cas, il y avait beaucoup de choses qui pouvaient être résolues avec de l’argent dans ce monde. Soran parvint à obtenir deux identifications de citoyens libres sans trop de problèmes après avoir remis la bonne quantité de Derahls d’or. Les fonctionnaires de la mairie confirmèrent que Soran n’avait pas des antécédents judiciaires et remirent rapidement les documents estampillés d’une marque magique prouvant leur authenticité. Ils se moquaient de savoir que Soran était un voleur auparavant, car ils ne se souciaient que des pièces d’or brillantes placées sur le bureau ; les petits crimes comme le vol n’étaient pas une grosse affaire et étaient retirés du casier judiciaire lorsqu’on devenait citoyen libre.

Pour dire les choses simplement, le citoyen libre était une classe achetée avec de l’argent. Avec assez de Derahls d’or, on pourrait devenir citoyen d’honneur en faisant des  » dons au gouvernement « . C’était vraiment un système terrible. Les chefs de gangs de la ville étaient pour la plupart des gros bonnets, qu’ils soient nobles ou citoyens d’honneur.

Quoi qu’il en soit, en tant qu’aventurier, Soran pouvait acheter directement des armes de qualité militaire auprès des forgerons. Les armes de qualité militaire sont plusieurs fois meilleures que les armes ordinaires en termes de qualité, et c’était légal de les vendre directement à qui que ce soit. La raison en était simple : les roturiers ne pouvaient pas se permettre d’acheter ces armes coûteuses, et ils ne s’en donneraient pas la peine.

Une épée courbe de qualité militaire standard forgée avec de l’acier et une petite quantité d’acier noir pesait environ six livres et coûtait 15 Derahls d’or. De même, une armure de cotte de mailles de qualité militaire non enchantée pesait une quinzaine de livres et coûtait 80 Derahls d’or, ce qui équivalait à la valeur de tous les biens d’une famille entière de roturiers. A titre de comparaison, le prix d’une maison dans la banlieue d’Amber City était d’environ 30 à 50 Derahls d’or.

Pour l’équipement de grades supérieurs ou d’armure complète, le coût variait de 1500 à 2000 Dérailles d’or. D’innombrables guerriers s’étaient efforcés d’économiser de l’argent pour acheter ces articles, car ils étaient meilleurs, quoique plus chers, que les objets rares. Seuls les nobles qui étaient des seigneurs féodaux pouvaient se permettre de s’équiper entièrement d’un tel équipement ; même les aventuriers de haut rang n’avaient pas beaucoup d’argent à dépenser. C’était naturel si l’on considère qu’un tel équipement pouvait être échangé contre 150 acres de terrain.

Il fallut une demi-journée à Soran pour finir tout ce qu’il avait en tête. Avec une centaine de Derahls d’or dans sa poche, il pouvait vivre tranquillement dans la cité avec Vivian pendant une décennie sans se soucier de leurs finances, mais il avait d’autres pensées. En marchant dans la rue, Soran cherchait des magasins où il pouvait acheter du matériel de voyage.

C’est vrai ; il avait prévu de quitter la ville.

D’après ce dont il se souvenait, les incidents d’écorchage n’étaient que le début, et toute la région du sud serait bientôt prise dans les flammes de la guerre. L’endroit le plus sûr pour l’instant était Elfenland, car ils pouvaient même se défendre contre les dragons rouges, mais la sécurité n’était pas garantie lorsque la crise de l’Avatar frappa le monde. Si l’on voulait éviter d’être écrasé comme une fourmi, la meilleure chose à faire était de quitter les lieux dans la tourmente et de se renforcer dans des endroits relativement plus sûrs.

Dans le passé, environ trois millions de joueurs prirent part à la crise de l’Avatar. Les joueurs les plus forts à cette époque étaient au niveau 18 de leur profession et se trouvaient aux portes du Royaume de Légendes, mais ils étaient encore facilement anéantis par les divinités qui descendaient. Des centaines de milliers de joueurs furent inévitablement massacrés comme du bétail. Partir était le meilleur choix pour l’instant.

Soran se souvenait encore de l’impuissance qu’il ressentait lorsqu’il luttait contre un descendant d’une divinité ; on ne pouvait même pas parler de combat. Les joueurs ne pouvaient obtenir le pouvoir de défier des divinités et des dieux qu’après avoir atteint le royaume des légendes.

Entrer dans Elfenland par la forêt fantastique puis se diriger vers le Royaume de glace pour éviter les trois premières années les plus chaotiques était un bon plan. A cette époque, des fragments de divinité tombèrent également sur le monde et furent absorbés par des mortels qui ne pouvaient pas utiliser les pouvoirs des fragments. Ils étaient des cibles faciles pour ceux qui aspiraient au pouvoir comme Soran… L’occasion lui avait glissé entre les mains dans le jeu, mais la même chose ne se reproduirait pas maintenant qu’il avait le temps de se préparer.

Alors que Soran se dirigeait vers le sanctuaire Dawnlight pour récupérer Vivian, il jouait avec l’arme nouvellement obtenue dans ses mains. Il devait se familiariser avec la longueur, le poids et la sensation de l’arme afin d’utiliser pleinement sa puissance au combat. Il avait la maîtrise de Arme Martiale, une capacité de Profession décente, mais chaque arme était unique après tout. Même les armes produites en série de qualité militaire du même modèle présentaient de légères différences de poids et de sensations. Cela peut sembler anodin, mais c’était une question de vie ou de mort au combat.

Un journal de données flotta devant les yeux de Soran :

« Type d’arme : Epée militaire courbée

Grade d’arme : Arme raffinée

Description de l’article : Une arme raffinée forgée avec de l’acier possédant une dureté et une flexibilité extraordinaires par rapport aux armes ordinaires. Seuls les forgerons ayant 150 points ou plus en forge d’armes peuvent forger une telle arme.

Pre-requis de l’arme : 10+ Force.

Effet de l’arme : Propriétés de l’acier noir, Netteté +1. »

A proprement parler, l’épée courbée pouvait être considérée comme une arme enchantée car elle avait l’effet Propriété de l’Acier Noir. Cela signifiait que l’arme avait une dureté accrue, ce qui la rendait moins susceptible de se briser au combat et lui permettait de résister à des attaques d’entaille plus fortes. Quant aux effets de Netteté +1, elle permettait à l’épée de couper plus facilement à travers l’armure de cuir.

Alors que Soran entrait dans le sanctuaire Dawnlight, il pouvait sentir l’atmosphère redoutable à l’intérieur.

L’évêque Phil faisait une cérémonie d’enterrement pour un garde du sanctuaire. Cinq guerriers entièrement blindés se tenaient sur les côtés avec des visages solennels tout en tenant la poignée de leurs épées, qui étaient enfoncées dans le sol, avec les deux mains, leurs manteaux en lambeaux montrant des traces de sang séché.

Les cinq se mirent à genoux sur le sol lorsque l’évêque termina sa dernière prière, faisant des bruits de cliquetis avec leur armure. Avec des regards à la fois graves et déterminés, ils chantèrent ensemble un verset.

« Pour protéger les faibles et défendre la justice.

« Servir avec honnêteté et modestie.

« Aimer avec fidélité pour l’éternité.

« Pour combattre avec un courage et une intégrité inébranlable.

 » Être inflexible même face à la mort.

« Au nom de Dieu, nous donnons notre vie au chemin de la vérité. »

Les voix percutantes et puissantes résonnaient à l’intérieur du sanctuaire tandis que l’évêque Phil fermait doucement les yeux du garde du sanctuaire décédé qui avait sincèrement servi le Dieu de la Lumière de l’Aurore. Le garde du sanctuaire se reposait pour l’éternité dans le cercueil grossier en portant son armure complète et en tenant son épée avec les deux mains devant sa poitrine. Les taches de sang avaient été nettoyées de son armure, mais les égratignures et les bosses des batailles intenses subsistaient. Il n’y avait rien d’extravagant ; les seuls ornements dans le cercueil étaient son armure et son arme.

Son armure et son arme étaient la seconde âme d’un guerrier. Ces objets précieux étaient des compagnons avec lesquels le garde du sanctuaire mort avait livré d’innombrables batailles, et ils le suivraient dans la terre en signe de respect.

« Que son âme entre dans le Royaume de la Lumière de l’Aurore et trouve la paix ! »

L’évêque Phil aspergea de l’eau bénite sur le sol. Pendant que l’évêque priait, une lumière sainte apparut dans le sanctuaire. Cela indiquait que le Dieu de la Lumière de l’Aurore avait reconnu la mort de son fidèle serviteur, et que l’âme du défunt était conduite à son domaine. L’âme renaîtrait dans son domaine ; plus l’âme était pure, plus leur pouvoir était grand quand ils renaissaient dans le royaume du Dieu de la Lumière de l’Aurore .

« Lumière sacrée ? Il semble qu’il avait une grande foi quand il était encore en vie. Il deviendra sûrement plus qu’un soupirant dans le domaine de Dieu. »

Soran regarda autour du sanctuaire et trouva la minuscule silhouette de Viviane derrière la jeune prêtresse. Sa sœur observait silencieusement les funérailles simples mais solennelles avec attention.

Les guerriers étaient tenus de se battre sur les lignes de front du fait de la nature de leur profession – ils étaient ceux qui avaient le plus de chance de périr dans une bataille. Indépendamment de leurs capacités, on devrait toujours rendre le plus grand respect aux guerriers fidèles qui protégeaient les autres avec leur corps et qui vivaient sur la ligne.

L’homme couché à l’intérieur du cercueil était un guerrier fier, son armure usée signifiant sa fierté et sa gloire.

Soran s’inclina légèrement devant le cercueil par respect.

<>
Traduit par la team : WuxiaLnScantrad