Flux RSS

Abyss Domination

Traduit par la team : WuxiaLnScantrad
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 1 Chapitre 25 – Un jour de joie


Sous la faible lumière d’une bougie, Soran et Vivian se faisaient face alors qu’ils étaient assis devant une table remplie de pain blanc, de viande fumée, de laitue et d’une marmite de soupe de poisson.

Les gens de cette période étaient pour la plupart pauvres et n’avaient pas accès à une grande variété de nourriture. En fait, les gens de ce monde, qui était semblable à celui du Moyen Âge dans les pays occidentaux, ne se focalisaient pas sur la qualité de la nourriture en premier, car il y avait des préoccupations plus importantes. La vraie cuisine ne pouvait être trouvée qu’en Elfenland et dans les endroits où vivaient les demi-hommes, surtout ces derniers, car les demi-hommes étaient à peu près des chefs cuisiniers.

Cependant, la table devant Vivian était déjà un luxe pour elle.

« Frère », continua Vivian, « n’est-ce pas un peu trop gaspilleur ? »

Viande, pain et soupe ; c’étaient des aliments de luxe qu’ils ne mangeaient qu’une fois par an le soir du Nouvel An.

Soran ne répondit pas et tendit doucement la main vers la tête de Vivian. Il claqua les doigts de l’autre main, et un Derahl d’or brillant apparut sur le dos de sa main. La pièce d’or brillait sous la lumière des bougies, et Vivian ne pouvait s’empêcher de s’émerveiller devant ce spectacle. Elle sourit alors d’un sourire éclatant, montrant ses petites dents blanches et demanda d’une petite voix, « Frère.

« Sommes-nous devenus riches ? »

Elle se fichait de la façon dont Soran avait obtenu l’argent ; c’était le leur au moment où les pièces avaient fini dans la poche de Soran.

Soran rit en entendant sa sœur parler d’une voix douce. Il lui pinça les joues et sortit un petit porte-monnaie décoré de broderie, produisant des cliquetis en le secouant.

« C’est la part revenant à Vivian ! »

La jeune fille ne comprenait pas ce que Soran voulait dire, mais elle savait que c’était un cadeau de son frère. Elle reçut le porte-monnaie décoré que seules les dames nobles pouvaient se permettre d’utiliser avec joie. Une paire de ficelles dépassait de l’ouverture du porte-monnaie et servait à le fermer lorsqu’on le tirait fermement. Vivian desserra les cordes et fut immédiatement aveuglée par les pièces de monnaie brillantes à l’intérieur ; il y avait beaucoup de Derahls d’argent et quelques Derahls d’or.

« Nous sommes riches ! » s’exclama Viviane en plaçant joyeusement le porte-monnaie dans sa poche. « Merci grand frère ! »

Des Derahls d’or ! Vivian n’en avait jamais vu, et encore moins reçu, autant d’argent ; c’était suffisant pour qu’elle puisse acheter de jolis vêtements et avoir plein d’aliments délicieux.

 » Allez, mangeons maintenant « , dit Soran en plaçant des morceaux de viande dans le bol de Vivian.

Cela gênait beaucoup Soran lorsqu’il réalisa qu’il n’y avait pas de baguettes dans ce monde, mais ce n’était pas grand-chose puisqu’il vivait ici depuis un certain temps. Il pourrait avoir à utiliser ses mains pour manger dans la nature, comme le font habituellement les aventuriers, dans un futur proche, donc il était inutile de s’entêter à propos des baguettes.

Vivian mangeait joyeusement la viande et montrait un regard satisfait sur son joli visage. Elle prit une cuillère à soupe et la plaça devant la bouche de Soran en disant « Hehe, ouvre la bouche !

Soran, avec un sourire lasse, ouvrit la bouche, mais Vivian rétracta sa main et but la soupe à la place. Avec un regard hautain, elle regarda Soran et dit : « La soupe est vraiment savoureuse ! »

« Une si mauvaise fille ! » Soran répondit avec un regard agacé mais heureux.

Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas pu se détendre et être un frère attentionné au lieu d’un voleur et d’un meurtrier au sang froid. C’était une journée paisible pour lui, et la tourmente dans la ville ne semblait pas du tout affecter l’humeur joyeuse du frère et de la sœur.

Soran se leva tôt le matin pour entraîner son maniement de l’épée. Les principes de base de l’épée consistaient à attaquer, taillader et enfoncer, et les techniques pouvaient également être utilisées avec d’autres armes.

Soran pouvait encore se souvenir de ses batailles passées, et il balançait l’épée selon les figures de ses souvenirs. Il se familiarisait avec la nouvelle arme ainsi qu’avec son propre corps.

Forme de l’épée – frappe lourde ; c’était une compétence de combat extrêmement pratique, car elle se concentrait sur le fait de rassembler toute la puissance de son corps en une seule attaque.

Par exemple, un coup de poing manquerait de puissance si l’attaquant n’utilisait que la force de ses bras. Un coup de poing utilisant simplement la force du bras était une attaque faible qui utilisait moins d’un tiers de sa pleine force. L’utilisation des hanches était l’étape suivante vers la maîtrise des coups de poing, mais elle n’était encore qu’au niveau de la délivrance d’un coup puissant, pas fatal. Pour donner un coup de poing fatal, il faut utiliser la force de tout le corps, pas seulement les hanches et les bras.

Forme de l’épée-frappe lourde était une telle compétence. Il faudrait être capable d’utiliser chaque once de sa force pour livrer le coup le plus fort et le plus rapide afin de maîtriser la compétence. On pouvait l’utiliser avec toutes sortes d’armes.

Les roturiers avaient une force d’environ 10, et même eux pouvaient facilement tailler un bloc de bois de vingt centimètres d’épaisseur en utilisant la forme de l’épée – frappe lourde, car la frappe était plusieurs fois plus forte que les frappes que leur force pouvait habituellement produire. Numériquement parlant, la compétence pourrait augmenter de plusieurs fois le nombre de dégâts que l’on pourrait infliger lors de son utilisation.

Elle était quelque peu similaire à la compétence guerrière avancée Kai, la différence entre les deux étant la durée du buff. Kai pouvait accorder à l’utilisateur un buff de trente secondes en améliorant le corps de l’utilisateur, tandis que la forme de l’épée-frappe lourde ne renforçait qu’une seule frappe. Les saints de l’épée pourraient même doubler leur puissance d’attaque après avoir utilisé Kai aux frais de leur propre HP.

C’était une compétence dont beaucoup se méfiaient – la mort en un coup qui ne nécessitait pas de coup critique.

Les saints épée avaient des attaques puissantes, mais cela n’était pas sans inconvénients. Ils ne pouvaient qu’équiper des armures légères, sinon leur agilité et leurs dégâts diminueraient de façon significative. De la même manière, Soran n’équipait qu’une armure de cuir et ne portait jamais d’armure métallique car cela réduirait sa mobilité, le rendant ainsi vulnérable aux attaques car il ne pourrait pas esquiver librement. C’était un inconvénient fatal si l’on songeait à la mobilité des voleurs à esquiver les attaques avec leurs corps agiles pendant les combats. Dans les rares occasions où ils choisissaient de porter une armure plus lourde, ils équipaient une armure complète, obtenant ainsi une haute défense en renonçant à la mobilité.

Le temps passait peu à peu, pendant que Soran s’entraînait au sabre. Après avoir balancé son épée toute la matinée, il lut les livres qu’il avait récupérés dans la grotte au trésor. Il pouvait lire les mots dans les livres, mais il lui fallait encore du temps pour lire et mémoriser le contenu. Peut-être à cause de sa capacité personnelle mémoire eidétique, les choses se déroulaient plutôt bien et rapidement.

En finissant de lire un livre sur les principes fondamentaux de la magie et de la sorcellerie, un journal de données apparut devant lui :

 » Vous avez fini de lire un livre. »

 » Vous avez lu et mémorisé un livre avec succès ! »

 » Littératie +1, Spellcraft +1. »

Sans la profession de base de Sage, Soran ne pouvait augmenter son niveau de littératie qu’en lisant des livres. Comme ces livres contenaient des connaissances sur les sorts et la magie, le nombre de ses sorts a également augmenté.

Spellcraft reflétait la familiarité avec les sorts et la magie. Par exemple, on pouvait déterminer quel sort l’ennemi lançait en observant les mouvements de ses mains et de sa bouche, ce qui permettait à la personne de prendre des mesures correspondantes contre le sort. Il pouvait également être utilisé pour identifier des dispositifs magiques rares ou spéciaux et des objets enchantés.

Il n’y avait aucune chance qu’un ennemi crie le sort qu’ils jetaient au combat. La possibilité de prédire le sort jeté par l’ennemi dépendait de son niveau de compétence en Spellcraft. Évidemment, avoir beaucoup de points dans Spellcraft était inutile face aux professions de combat au corps à corps, mais c’était un sauveur de vie face aux lanceurs de sorts ; il avait sauvé Soran plusieurs fois auparavant. Il parvenait à éviter les sorts de grande portée à zone d’effet en prédisant le sort que le lanceur chantait.

Par exemple, disons qu’on était face à un mage qui lancerait boule de feu. En prédisant que l’ennemi lancerait Fireball, on pourrait esquiver l’attaque et recevoir au maximum cinquante pour cent de tous les dégâts du sort, alors qu’en le prenant de plein fouet, on finirait par devenir une masse de viande rôtie.

En tout cas, il était midi et Soran entra dans Amber City avec Vivian. Ils se rendaient dans le quartier des affaires pour acheter des articles de première nécessité, comme des outils de camping et d’autres articles pratiques. Bien sûr, la jolie fille avait besoin de nouveaux vêtements maintenant qu’ils avaient l’argent pour les acheter.

Comme ils voyageraient longtemps, des robes fantaisies et peu pratiques étaient hors de question. Soran voulait acheter des vêtements robustes et durables qui pourraient à tout le moins les protéger des égratignures et des coupures de brindilles et d’épines.

Puis vint les chaussures ; c’était l’un des objets les plus importants pour l’aventure. Elles devaient être solides et durables, mais surtout, chaleureuses. Soran acheta sans hésitation une paire de bottes en peau de cerf de première classe pour 3 Derahls d’or, amenant Vivian à se plaindre du prix, mais elle n’en était pas moins heureuse.

Même si elle n’arrêtait pas de dire que c’était beaucoup trop cher et qu’une paire de chaussures en tissu épais ferait l’affaire, son visage disait le contraire, car elle avait un sourire joyeux.

Tout comme son portefeuille nouvellement acquis, la paire de chaussures neuves était aussi quelque chose que seuls les nobles pouvaient se permettre. Comme aucune des tailles ne convenait à ses petits pieds, Vivian finit par acheter une paire qui était légèrement plus grande.

C’est bon, je vais grandir rapidement. Il me conviendrait assez tôt pour que je puisse remplir l’espace pour l’instant, pensa Viviane pour elle-même. De nouveaux vêtements, de nouvelles bottes et un nouveau ruban rose pour mes cheveux ! Je suis vraiment très heureux !

C’était un jour joyeux pour Vivian. Elle ne se souciait pas de quitter Amber City, car elle n’avait pas de souvenirs persistants ; son sentiment de foyer et d’appartenance était vague. Plus important encore, partout, on pouvait considérer qu’elle était chez elle aussi longtemps que son frère était avec elle.

Son concept de  « maison  » était simple – partout où Soran allait, elle le suivrait, car il était sa  « maison » .

<>
Traduit par la team : WuxiaLnScantrad