Flux RSS

Abyss Domination

Traduit par la team : WuxiaLnScantrad
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 1 Chapitre 26 – Lumière


C’était déjà l’aube lorsque le frère et la sœur retournèrent chez eux dans les bidonvilles.

Étant donné que leur voyage pourrait prendre plus d’un mois, Soran acheta beaucoup de choses. Ils devaient d’abord se rendre dans la ville de Whiterun, puis prendre un itinéraire circulaire en direction de la ville d’Autumnfall, où beaucoup de demi-elfes s »étaient rassemblés, pour éviter le territoire des gnolls de la région. Il leur faudrait cinq jours de plus pour atteindre la forêt fantasmale à partir de là.

Voyager était un problème à cette époque, et il fallut une demi-journée à Soran avant de pouvoir trouver une bande de marchands se dirigeant vers Whiterun. Il devait leur payer 5 Derahls d’or pour voyager à leurs côtés.

La rivière Agate atteignait les régions du nord et du sud, ce qui permit à Amber City de devenir une ville commerciale. Cependant, seule une quantité limitée de marchandises pouvait être transportée par la rivière, ce qui obligeait les marchands à se déplacer également sur terre.

C’était assez courant pour les voyageurs de voyager aux côtés des marchands, car c’était une option plus sûre. Les riches marchands engageaient des gardes personnels, tandis que d’autres partageaient le coût de l’embauche de gardes et voyageaient ensemble. Pour ceux qui souhaitaient voyager avec les marchands, devaient payer des frais en fonction de la distance qui les séparait de leur destination. En guise de paiement, les marchands et leurs gardes assureraient la sécurité et fourniraient un certain soutien au besoin. Les gardes des marchands étaient des guerriers issus de familles respectueuses de la loi, et certains formaient même des groupes de gardes qui servaient directement sous l’autorité de la Guilde des aventuriers.

A l’instar des établissements fournissant des escortes, il s’agissait d’une industrie qui dépendait fortement de la réputation. Après tout, voyager était une activité à haut risque dans laquelle on pouvait tout perdre à cause d’un petit accident. C’est pourquoi les aventuriers normaux ne pouvaient pas devenir des gardes de marchands. La confiance était extrêmement importante dans ce domaine.

Sous la faible lumière des bougies, Vivian emballait son sac à dos. Il y avait beaucoup de bricoles dans son sac à dos, comme des trousses de couture. A moins de pouvoir se permettre de s’équiper entièrement d’équipements rares ou de qualité supérieure, des kits de couture pourraient s’avérer utiles à l’avenir pour la réparation d’articles.

Soran arrangeait ses propres affaires en même temps. Le sac multidimensionnel avait une capacité d’un mètre cube, ce qui paraissait beaucoup, mais il manquait quand on l’utilisait vraiment. Près de la moitié du sac fut occupée après avoir entreposé de la nourriture, de l’équipement de camping et plusieurs ensembles de vêtements pour les deux. Actuellement, même Soran ne pouvait pas rêver de sacs multidimensionnels plus grands. La capacité était augmentée d’au moins trois fois, mais elles coûtaient plus de trente fois le prix de la capacité actuelle ; elles étaient surtout utilisées par les riches comme entrepôts amovibles.

Vivian ne pouvait s’empêcher de sourire chaque fois qu’elle jetait un coup d’œil à la paire de bottes en peau de cerf sur le côté de son lit pendant qu’elle faisait ses bagages. Même si Soran lui avait permis de les porter, elle retenait son désir et insistait sur le fait qu’elle ne les porterait qu’au début de leur voyage. Les bidonvilles étaient boueux et sales, et elle ne voulait pas salir ses merveilleuses bottes.

La jeune fille n’avait pas grand-chose à apporter avec elle et finit rapidement ses préparatifs. Soran, d’autre part, s’assurait toujours qu’il avait tous les articles nécessaires.

Vivian s’assit sur le lit pendant qu’elle regardait joyeusement son frère occupé et pensait à leur prochain voyage. C’était la première fois qu’elle voyait un sac multidimensionnel, et elle croyait qu’il y avait beaucoup d’autres choses merveilleuses qu’elle n’avait pas encore vues. Soran affirmait qu’ils se dirigeaient vers la nation des elfes ; étaient-ils vraiment aussi beaux que ceux décrits dans les mythes et les légendes ? Elle était impatiente de les rencontrer.

Vivian n’avait aucune idée de la dangerosité et de la fatigue de voyager sur de longues distances ; son esprit était uniquement occupé par la curiosité. Après tout, elle n’avait que huit ans, et ce n’était que son âge nominal, ce qui signifiait essentiellement qu’elle n’avait que sept ans physiquement.

Soran essaya ses jambières militaires et sa sangle de taille avant de mettre des couteaux tranchants dans les poches. Il était essentiel d’être bien préparé à toutes les situations avant de s’aventurer dans la nature. Considérant que son arme principale était une épée courbée, équiper des arcs et des arbalètes ne ferait qu’entraver son mouvement, c’est pourquoi il apportait des couteaux à lancer comme arme de secours. Même si c’était seulement 1D3, c’était tout de même des dommages, et ce tout petit peu de dommages pourrait lui sauver la vie.

Soran modifia également l’arbalète qu’il avait obtenue dans la grotte. En enlevant l’enveloppe extérieure et le mécanisme de tir rapide, il en fit une petite arbalète à tir unique qui pouvait être cachée dans ses manches. La puissance de feu était beaucoup plus faible, mais elle pouvait être utilisée pour des attaques furtives.

Les Voleurs se spécialisaient dans la furtivité et la mobilité, et faire face à l’ennemi comme un guerrier n’était tout simplement pas leur style.

Thud !

Soran lança un couteau et frappa le cadre de la porte. En tenant compte de sa précision et de sa force, il murmura :  » Dans mon état actuel, la portée est de 10 mètres au mieux. C’est à peine utile au combat, je suppose. »

Il y avait en fait beaucoup de choses à apporter en voyage, et Soran devait préparer un sac à dos supplémentaire après avoir rempli son sac multidimensionnel jusqu’au rebord. Il devait aussi acheter un cheval avec Vivian demain, car les marchands allaient partir le lendemain.

Les chevaux de guerre n’étaient pas envisageables ; même s’ils en avaient les moyens, en garder un serait extrêmement coûteux. Avec leur budget, Soran ne pouvait obtenir qu’un cheval de bât, ce qui coûtait environ 10 Derahls d’or.

Beaucoup pensaient naïvement que les chevaux pouvaient simplement manger de l’herbe, mais ce n’était pas le cas. Même les chevaux de bât de classe inférieure devaient se nourrir de grains de haricots mélangés régulièrement avec du foin, faute de quoi ils n’auraient pas assez d’énergie pour effectuer leur travail. Quant aux chevaux de guerre de première classe, ils consommaient des haricots et du blé comme aliment de base, avec des œufs et d’autres aliments nutritifs de temps à autre. Comment étaient-ils supposés transporter un guerrier entièrement blindé tout en chargeant sur les ennemis ? D’autres chevaux spéciaux se nourrissaient même de viande, ce qui coûtait au propriétaire une douzaine de Derahls d’argent par jour juste pour les frais de nourriture. (Les chevaux sauvages mangeaient toute la journée. -Auteur)

 » C’est l’heure de dormir « , dit Soran en sortant le couteau du cadre de la porte et retira l’équipement sur son corps. « Nous en achèterons d’autres demain, et nous voyagerons pendant longtemps à partir du lendemain.

« Ce sera dur, alors tu devrais te reposer un peu plus, d’accord ? »

Vivian hocha la tête et s’enfouit davantage dans les couvertures. « Grand frère, il y a quelque chose que je ne t’ai pas dit. »

Soran sourit en caressant son front et s’allongea sur le lit. « Qu’est-ce qu’il y a ? »

« C’est ça. » Vivian se leva, avec un regard à la fois mignon et sérieux, et dit :  » regarde !

En prononçant une syllabe bizarre, un éclat de lumière apparut sur le bout de ses doigts.

A ce moment précis, Soran fut aveuglé par la forte lumière. Il se retourna pour regarder sa sœur quand la lumière éclata subitement devant ses yeux, lui volant sa vision d’une blancheur immaculée. C’était presque comme s’il avait été frappé par un flash.

 » Torche…. ? » Soran se frotta les yeux et se reposa un moment avant de se rétablir.

Non, ce n’était pas ça. Le sort était Lumière, pas Torche. La version de Torche étant une version avancée de Lumière, il faudrait plus d’une syllabe pour la lancer. Soran connaissait bien les sorts de bas niveau, il en avait donc rapidement déduit que ce sort était Lumière, au lieu de Torche comme il le pensait au départ.

Ce n’était pas important en ce moment ; le plus important était : pourquoi Vivian pouvait-elle lancer des sorts ? Les lanceurs de sorts devaient passer beaucoup de temps à apprendre et à comprendre même les sorts les moins bien classés. Comment Vivian a-t-elle réussi à apprendre la magie en seulement deux jours ?

Avec un regard perplexe, il demanda à Vivian : « Quand as-tu appris à lancer des sorts ? »

Vivian semblait plutôt abasourdie elle aussi. « Je ne suis pas sûr de moi…..

« Sœur Annalynne l’a utilisé une fois ce jour-là, alors je l’ai copiée et j’ai réussi à lancer le sort ! »

Compétences divines ?

Sagesse extraordinaire ?!

Soran ne pouvait s’empêcher de se sentir choqué. Avec un sérieux sans précédent, il regarda Vivian et lui demanda : « Tu l’as vraiment vu une fois ? ».

« Mhm…. » Vivian hocha la tête avec un regard incertain. « Est-il vraiment difficile d’apprendre le sort ? »

Sans talent, beaucoup ne pourraient même pas songer à lancer les sorts les moins bien classés de toute leur vie.

Peut-être Vivian avait-elle 20 en Sagesse depuis sa naissance ? C’était la seule explication logique du fait qu’elle pouvait lancer un sort divin de niveau 0 sans avoir à subir le baptême et ne pas avoir de foi.

« Ne bouge pas. » Soran et Vivian étaient assis ensemble.

Il tendit une main et la serra devant Vivian. Il claqua rapidement les doigts, ce qui fit surgir rapidement un Derahl d’or dans sa main. Il ajoutait et emportait quelques pièces d’or de temps en temps, et après un certain temps, il arrêta finalement et tint son poing fermé devant Vivian.

« Combien de Derahls d’or y a-t-il dans ma main ? »

Avec son extraordinaire Dextérité, les réflexes et la flexibilité de Soran dépassaient les limites de la perception visuelle. Il n’était pas difficile de deviner ce qu’il faisait, mais il était plutôt difficile de le voir clairement.

Même les gens normaux pourraient créer de légères images secondaires en claquant leurs doigts. S’ils pliaient et étendaient leur doigt une fois pendant un mouvement, les autres pourraient ne pas s’en apercevoir, car leur perception visuelle ne pourrait pas suivre le mouvement. C’était particulièrement vrai pour Soran, un voleur de haut niveau qui avait 20 dextérité.

« Frère…. Je ne voyais pas clairement ! » répondit Vivian avec un regard amer.

« Tu as besoin de conseils ? » soupira Soran. « Devine avec ton intuition. »

« Euh…. Je suppose deux ? » Vivian inclina la tête et répondit après avoir réfléchi brièvement.

Soran fronça les sourcils en ouvrant lentement sa main, montrant trois pièces d’or brillantes dans sa paume.

« Eh ? Je me suis trompée, » dit Vivian avec déception.

Les personnes ayant 20 Sagesse obtiendraient automatiquement le sixième sens une capacité spéciale, qui était une capacité puissante et de premier ordre. Elle pouvait facilement voir au travers de simples tours comme celui que Soran vient de faire et pouvait même dire qu’un ennemi était sur le point d’attaquer par intuition.

Comme Vivian s’était trompée dans sa réponse, il était clair qu’elle n’avait pas la capacité de voir le tour de Soran.

Dans ce cas, il n’y avait qu’une seule explication ! (Le mode détective Conan s’intensifie.)

<>
Traduit par la team : WuxiaLnScantrad