Flux RSS

Abyss Domination

Traduit par la team : WuxiaLnScantrad
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 1 Chapitre 27 – Affinité


Le charisme extraordinaire était la seule autre explication possible.

 

Soran fixa Vivian et murmura avec incrédulité : « Serait-ce que c’est une sorcière innée ? ».

 

Les sorciers étaient considérés comme la meilleure classe parmi les lanceurs de sorts. Ils n’avaient pas besoin de faire des efforts pour apprendre à lancer des sorts, car ils apprenaient naturellement à le faire au fil du temps. Ils n’avaient pas besoin de l’aide du réseau magique pour lancer des sorts. Grâce à leur talent inné, lancer des sorts était aussi simple que de boire un verre d’eau. Puisqu’ ils avaient le talent, ils pouvaient lancer un grand nombre de sorts en utilisant leur propre pouvoir, même sans les comprendre pleinement.

 

Le mage, le prêtre et le sorcier étaient les trois professions les plus représentatives parmi les lanceurs de sorts. L’Intelligence déterminait les capacités de lancer de sorts d’un mage, tandis que la Sagesse était déterminante pour les prêtres. Pour les sorciers, leur charisme déterminait le taux d’éveil à de nouveaux sorts.

 

Il serait plutôt difficile d’expliquer ces trois attributs en détail, et il serait donc plus facile de les expliquer par analogie.

 

Tout d’abord, l’Intelligence, qui reflète les capacités de mémorisation et de compréhension.

 

Pour les mages, le lancer de sorts demandait au cerveau de créer des structures complexes à partir de la pensée. Ces structures s’apparentaient aux circuits imprimés modernes, chacun ayant des nœuds de sorts (semi-conducteurs) et un circuit de sorts (structure de circuit). Pour lancer des sorts, un magicien devrait avoir une grande mémoire et être capable de comprendre les sorts. En bref, les mages transformaient leur cerveau en bio-ordinateurs qui pouvaient générer des structures de sorts en un clin d’œil.

 

Ceci imposait un énorme fardeau au cerveau droit, ce qui expliquait pourquoi les mages pouvaient réveiller le potentiel dormant de leur cerveau droit et avoir une mémoire décente, des capacités de compréhension et un contrôle émotionnel. Ils s’apparentaient aux élites universitaires qui pouvaient vous raconter les principes et les détails d’une bombe atomique avec un regard sérieux. Comme ces élites, ils n’étaient pas bons pour interagir avec les gens.

 

La deuxième serait la Sagesse, qui reflète la volonté, le jugement, la perception et l’intuition. En général, ceux qui avaient une grande Sagesse avaient un sixième sens caché qui leur donnait la capacité de prédire les événements à venir. Ils étaient également très perspicaces par rapport à leur environnement, étant capables de remarquer le moindre changement et même de détecter des présences ou des énergies mystérieuses.

 

Enfin, le Charisme. Il pourrait être divisé en trois facteurs principaux : l’apparence, la personnalité et l’affinité.

 

Concernant l’apparence, ceux qui avaient une apparence décente avaient généralement au moins 12 en Charisme, car la recherche de la beauté était l’instinct primaire des animaux très intelligents, ce qui signifie que les gens se souciaient beaucoup de leur apparence.

 

La personnalité pourrait être décrite comme la beauté intérieure d’une personne. Par exemple, certaines personnes qui n’avaient pas un look exceptionnel avaient des personnalités décentes et charmantes, ce qui était particulièrement vrai pour les dirigeants d’organisations et de nations influentes. (Ces types de personnes avaient généralement 18 ou plus de Charisme).

 

Le passage suivant pourrait mieux démontrer la puissance et le caractère charmeur de la personnalité :

 

« Le 26 février 1815, Napoléon Bonaparte revenait en douce de l’île d’Elbe vers la France. Les Bourbons qui venaient d’être restaurés ont envoyé leur armée en réponse. Napoléon, qui était seul, rencontra l’armée qui était sur le point de le tuer et lui fit signe en criant : « Je suis de retour ! En une seule phrase, toute l’armée répondit : « Bienvenue, Majesté ! » et se révolta contre les Bourbons. »

 

Enfin, l’Affinité était le facteur le plus important parmi les trois. Les personnes ayant un Charisme exceptionnel étaient souvent facilement acceptées et appréciées par les autres, mais il y avait d’autres types d’affinités qui pouvaient aussi affecter la profession. Les bardes, par exemple, souffraient de leurs affinités avec les gens, tandis que les druides et les sorciers étaient affectés par leurs affinités avec les animaux et les éléments respectifs… Les professions avancées comme les sorciers divins et les sorciers du destin n’étaient pas seulement bons avec les éléments, mais aussi avec les lois de l’univers.

 

Tous les lanceurs de sorts avaient besoin du pouvoir des éléments pour lancer leurs sorts, mais la façon dont ils l’utilisaient variait d’une profession à l’autre.

 

Les mages s’appuyaient sur leur Intelligence pour rechercher les énergies élémentaires et comprenaient leur nature par des calculs complexes. Les conditions pour que les énergies soient actives ou inertes, les réactions lorsque les énergies des différents éléments se heurtaient entre eux, et les changements qui se produisaient lorsque les énergies d’un même élément étaient rassemblées ; tout cela était nécessaire pour que les mages puissent déterminer la conception d’un circuit de sorts et le nombre de nœuds de sorts nécessaires pour contrôler les éléments et générer une puissance explosive. C’était la raison principale pour laquelle les sorciers devaient avoir un haut niveau d’Intelligence.

 

Les prêtres et les druides, d’autre part, comptaient sur leur Sagesse pour découvrir des éléments dans leur environnement et les affecter par la puissance de leur foi et de leurs énergies spirituelles. Par la suite, ils les contrôleraient avec le pouvoir des dieux, de la nature ou des lois du monde, selon leur profession, pour compléter leurs sorts. Les prêtres croyaient aux dieux, les druides croyaient au pouvoir de la nature, et d’autres professions spéciales plaçaient leur foi dans les lois du monde. (Note : Le pouvoir principal pour les prêtres était le pouvoir divin, et les éléments n’aidaient que dans certaines parties de leurs sorts, ce qui explique pourquoi ils étaient appelés des sorts divins.

 

Les sorciers n’avaient pas à passer par quelque chose d’aussi pénible ; tout ce qu’ils avaient à faire était d’attendre que les énergies élémentaires se rassemblent sur leur corps et s’éveillent à de nouveaux sorts.

 

Pour simplifier davantage, les mages cherchaient et contrôlaient les éléments intérieurement, les prêtres et les druides trouvaient les éléments environnants et les affectaient avec des pouvoirs extérieurs, et les sorciers attendaient simplement que les éléments se rassemblent sur leur corps. Les mages, les prêtres et les druides s’engageaient activement avec les éléments, tandis que les sorciers les attiraient passivement, ce qui expliquait pourquoi les sorciers étaient considérés comme les meilleurs parmi les lanceurs de sorts.

 

Bien qu’il puisse sembler que le Sorcier était excessivement meilleur que les autres professions de lanceur de sorts, il n’était pas sans inconvénients. Bien qu’ils s’éveilleraient naturellement à de nouveaux sorts au fur et à mesure qu’ils montaient leur niveau, le nombre de sorts dans le répertoire des Sorciers s’ils s’appuyaient uniquement sur ces sorts serait bien inférieur à celui des Mages. Ils pouvaient aussi apprendre de nouveaux sorts en étudiant, comme les mages, mais le rythme d’apprentissage était beaucoup plus lent, car la plupart des sorciers n’avaient qu’une intelligence moyenne. Avec les capacités mentales d’une personne normale, les sorciers pourraient même mettre des années à apprendre quelques nouveaux sorts de bas niveau. D’autre part, les mages n’auraient besoin que de quelques mois pour apprendre les principes des sorts et les lancer.

 

Les sorciers Kobold en étaient le meilleur exemple. Ils avaient un charisme inné de 16 ou plus, mais leur intelligence n’était que de 10 ou plus. Ils obtenaient de nouveaux sorts à chaque fois qu’ils amélioraient leur niveau de profession, mais leur intelligence était trop faible pour apprendre ou s’éveiller à de nouveaux sorts par eux-mêmes. Seuls les sorciers ayant une intelligence de 18 ou plus, qui auraient pu être des mages, avaient la capacité d’apprendre des sorts tout comme les mages. Après la chute de la Déesse de la Magie, le seuil serait porté à 20 au lieu de 18.

 

Sans une intelligence suffisante, les sorciers étaient mieux placés pour améliorer leurs sorts disponibles plutôt que d’essayer d’en apprendre de nouveaux. Indépendamment de l’effort qu’ils y mettaient, ils ne seraient pas capables de mémoriser les circuits de sorts complexes et les nœuds de sorts, ni de créer des circuits de sorts dans leur esprit. Cela était particulièrement vrai pour les sorts de niveau supérieur, car la complexité augmentait en même temps que le niveau.

 

Est-elle vraiment une sorcière ? pensait Soran.

 

Plus il y pensait, plus il croyait que Vivian était en effet une sorcière. Elle semblait avoir une grande affinité innée et avait un look mignon, Soran conclut donc que Vivian avait au moins 16 en Charisme.

 

Si elle était effectivement une sorcière, il n’était pas nécessaire de lui enseigner les concepts de la magie. Elle n’avait qu’à suivre son intuition et à lancer des sorts avec son talent inné, ce qui lui permettait d’apprendre le sort Niveau 0 Lumière en le voyant lancer une seule fois. Notons que les sorts de niveau 0 étaient des sorts universels parmi les lanceurs de sorts.

 

« Vivian. » Soran ferma les yeux en pensant profondément et dit :  » Répète après moi « .

 

Se rappelant un sort de ses souvenirs, Soran prononça une série de demi-syllabes bizarres. Les gens normaux pouvaient difficilement prononcer ces demi-syllabes, mais il semblait le faire avec aisance.

 

Bien sûr, rien ne se passait.

 

Quand Vivian suivit son exemple et prononça ces demi-syllabes, un faible arc électrique apparut dans sa paume, choquant et raidissant Soran pendant une fraction de seconde et lui donnant la chair de poule sur tout le corps.

 

Décharge électrique, un sort de niveau 0.

 

Soran arrêta précipitamment Vivian tandis que ses cheveux se tenaient droits et dit d’une voix basse :  » Laisse aller tes émotions !

 

 » Contrôle le pouvoir que tu ressens avec ta volonté. Tu n’as pas besoin de le comprendre, apprends à faire obéir le pouvoir ! »

 

On pouvait entendre des craquements.

 

N’arrivant pas à comprendre pleinement ce que Soran voulait dire, Vivian hocha la tête et essaya de nouveau. Un faible arc électrique apparut une fois de plus sur sa paume, et elle se dispersa après quelques clignotements.

 

« Je l’ai fait ! »

 

Soran sourit en brandissant joyeusement sa sœur. Il l’embrassa sur le front et dit : « Vivian est vraiment une sorcière ! Je suis sûr que tu seras un magnifique et riche lanceur de sorts ! »

 

Vivian ne pouvait pas comprendre ce que disait Soran, mais cela ne l’empêchait pas de rire joyeusement – elle pouvait enfin aider son frère au lieu d’être un fardeau.

 

Sorciers.

 

Au fur et à mesure que leur talent inné s’éveillait, tout ce dont ils avaient besoin pour lancer des sorts de niveau 0 étaient des formules simples – des incantations de sorts. Lorsqu’ils amélioraient leur niveau de profession, ils apprenaient automatiquement de nouveaux sorts de niveau supérieur.

 

Les sorciers apprenaient de nouveaux sorts et leurs incantations en fonction de leurs affinités, de sorte qu’il n’était pas nécessaire de déchiffrer et de comprendre les structures complexes des sorts. Leur capacité à lancer des sorts était un talent et un don en soi.

 

Le cerveau des êtres vivants contenait la mémoire génétique et le talent. C’est ce que les joueurs croyaient être la source des pouvoirs d’un sorcier. Quand on avait une affinité extraordinaire, la puissance de la nature réveillait leur mémoire génétique, ce qui leur permettait de se rappeler leurs souvenirs passés de divers sorts au fur et à mesure qu’ils montaient en niveau.

 

Pour cette raison même, beaucoup pensaient que les sorciers étaient les descendants de certains grands êtres du passé, l’exemple le plus notable étant les Disciples du Dragon.

 

 

Note de l’auteur : Le chapitre était plutôt ennuyeux et peut être déroutant, mais il a son importance, alors s’il vous plaît supportez le

<>
Traduit par la team : WuxiaLnScantrad