Flux RSS

Abyss Domination

Traduit par la team : WuxiaLnScantrad
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 1 Chapitre 33 – Bataille


Donner le meilleur d’eux-mêmes était crucial pour les aventuriers, même lorsqu’ils affrontaient les monstres les plus faibles ; tout le monde ne pouvait pas ignorer la mort de ses coéquipiers comme si rien ne s’était passé après tout.

C’est précisément pour cette raison que le chef des gardes rassembla les meilleurs de ses hommes pour exterminer les ankhegs. Soran les regarda brièvement, se rendant compte qu’ils étaient tous des guerriers de grade 2 ou plus. Guerrier était la profession la plus facile à entraîner, considérant que les seules exigences étaient une quantité suffisante de chair et un entraînement répété des compétences. D’autres professions, en particulier les lanceurs de sorts, exigeaient beaucoup de ressources pour passer au niveau supérieur et passer à la classe supérieure. Cela dit, devenir un guerrier de grade 3 n’était pas non plus une tâche facile.

« Dispersez-vous ! Soulevez les boucliers ! » Soran prit le commandement du groupe de subjugation et ordonna aux hommes à voix basse : « Attention aux mouvements souterrains. Les Ankhegs produisent un bruit bizarre avant de lancer leurs attaques.

 » Respectez une distance minimale de cinq pas entre vous !

« N’essayez pas de prendre les attaques à l’acide. Évitez-les dans la mesure du possible. Restez à l’écart les uns des autres pour laisser de la place pour l’esquive.

« Oubliez les arbalètes. À moins d’être un tireur d’élite, les arbalètes sont plutôt inefficaces contre les ankhegs.

« N’attaquez pas leur dos. Visez leurs estomacs, qui ont le moins de défense, et soyez attentifs à leurs pinces acérées et aux épines sur leur corps.

« Ils ont aussi une grande force, alors soyez mobiles et ne recevez pas leurs attaques à moins qu’il n’y ait pas d’autres options. Les Ankhegs atteignent jusqu’à cinq mètres de haut lorsqu’ils sont debout, alors protégez vos têtes de leurs attaques précipitées vers le bas.

« Leurs mandibules peuvent déchirer les arbres, donc vous ne voudrez pas qu’ils vous mordent. S’ils vous ciblent, roulez immédiatement sur le côté et entrez dans leur angle mort. »

Soran émit un ordre après l’autre. Les gardes furent d’abord surpris, mais ensuite ils commencèrent à le respecter ; c’était le respect que l’on ressentait envers les forts. La force de chacun ne se limitait pas à la force physique ; l’intelligence et l’expérience jouaient également un rôle majeur. Il y avait de nombreuses occasions où l’expérience et l’intelligence étaient plus utiles que la force brute.

Soran ressentit finalement le sentiment d’aventure après un long moment. Il n’y avait fondamentalement pas de monstres qui pourraient menacer sa vie dans le jeu après qu’il soit entré dans le Royaume des Légendes. Cela faisait vraiment longtemps qu’il n’avait pas pris part à ce type de bataille.

Le point clé pour s’attaquer aux ankhegs était d’éviter leurs morsures et leurs attaques de jets acides ; la raison pour les éviter était plutôt explicite. Comme il s’agissait d’arthropodes, les ankhegs avaient des angles morts lorsqu’ils attaquaient. Par exemple, ils ne pouvaient pas mordre des cibles dans un rayon d’environ un mètre. De plus, leurs déplacements étaient limités puisque la moitié de leurs corps de dix mètres de long restait enfoui sous terre. Ce serait bien de ne connaître que les six à douze pattes gémissantes et leurs mandibules.

En fait, il y avait une façon beaucoup plus facile de gérer la situation. La maîtresse, étant la fille d’une sorcière du Nord, pouvait simplement utiliser des sorts et obtenir de grands résultats, mais les lanceurs de sorts s’engageaient rarement dans des combats de plein gré. Ils devaient garder leurs sorts pour des moments cruciaux car il y avait une limite quotidienne aux sorts, donc les principales forces des aventuriers étaient les guerriers.

Dans des circonstances normales, les lanceurs de sorts utiliseraient des armes de soutien à distance telles que des arbalètes légères, des arcs courts et des lance-pierre comme armes principales, certains d’entre eux optant pour des bâtons. Quoi qu’il en soit, tant qu’ils ne touchaient pas d’amis en tout cas. Seul un grand nombre d’ennemis ou de boss monstrueux leur permettait de jeter des sorts sans réserve.

Un mage de grade 2 ne pouvait lancer qu’une douzaine de sorts par jour. Ils avaient une grande puissance de feu, mais leur durabilité était extrêmement faible.

« Descendez de vos chevaux ! »

Avant d’atteindre la zone où ils avaient auparavant rencontré les ankhegs, Soran dit aux gardes de descendre de leurs chevaux et de marcher. Il s’allongea et colla son oreille au sol, puis dit aux autres : « Taper du pied !

« Essayez de garder le même rythme et tapez aussi fort que possible. Faites attention à votre environnement pendant que vous le faites ! »

Les Ankhegs avaient le sens trémors, ils étaient donc très sensibles aux vibrations et aux sons de la surface. Piétiner le sol était le moyen le plus facile de les enrager et de les débusquer.

Comme Soran l’avait prévu, le sol trembla légèrement et se gonfla peu après.

« Ils sont en dessous de nous », cria Soran et commença à battre en retraite.

Il n’était pas en état de se battre de front car ses blessures étaient encore en phase de guérison, mais il pouvait encore porter le coup final aux ankhegs quand c’était nécessaire.

« Dispersez-vous ! »

Le chef des gardes grogna, ses muscles enflant. La rage des barbares du Nord était une compétence très spéciale ; puisque les barbares du Nord entraînaient leur corps dans le froid extrême, cette compétence n’avait pas d’effets secondaires même si elle leur imposait un énorme fardeau sur leur corps. Le seul inconvénient serait sa durée limitée.

Les hommes-bêtes berserkers et les barbares pouvaient utiliser leur capacité Rage pendant quinze à trente minutes. Pendant cette période, leur endurance et leur puissance explosive seraient multipliées plusieurs fois, les transformant en machines à tuer.

D’autre part, les barbares du Nord ne pouvaient utiliser Rage que pendant plusieurs minutes. La profession barbare du Nord était classée comme profession de guerrier avancé et n’appartenait pas à la branche barbare malgré son nom.

Le sol grinça tandis qu’un ankheg apparut soudainement sous terre. Il lança son acide sur le garde le plus proche, mais il réussit à rouler et à esquiver une grande partie de l’attaque, quoique légèrement paniqué. Il se couvrit d’un bouclier juste à temps pour bloquer le reste de l’acide qui se dirigeait vers son torse. Son bouclier était corrodé, mais il ne souffrait d’aucune blessure.

« Tuez-le ! »

Le chef des gardes tenait sa longue épée en l’air et chargeait, avec les autres gardes à proximité. Les cinq se déplaçaient constamment tout en encerclant le ankheg, le reste des gardes attendaient que les autres ankhegs se montrent.

Les ankhegs n’apparaissaient pas tous en même temps, mais attendaient l’occasion d’attaquer ceux qui étaient laissés de côté.

« Merde ! » Soran paniqua soudainement.

Il prit un bouclier et se mit à courir vers l’avant ; les ankhegs l’avaient en ligne de mire. Comme il gardait ses distances par rapport au champ de bataille, les ankhegs l’avaient considéré comme un individu isolé.

Psssssssss !

Un ankheg apparut derrière Soran et lança de l’acide. Il évita l’attaque d’un cheveu en roulant, sa Dextérité 20 le sauvant au tout dernier moment. Utilisant le bouclier dans ses mains, Soran bloqua l’acide, qui se répandit partout après que la tache ait atterri sur le sol.

Le dernier ankheg se montra aussi.

A cause de l’action soudaine qui éclata près de Soran, les autres gardes furent brièvement distraits, et l’un d’entre eux fut frappé par de l’acide. L’acide fit fondre un gros morceau de chair sur le bras du garde, mais il réussit quand même à garder son sang-froid et décida de couper brutalement son propre bras en un instant. Grinçant les dents de douleur, il banda rapidement la plaie.

Le bras tomba sur le sol et, peu de temps après, il ne restait plus qu’un morceau d’os blanc.

« Castro ! » Un autre garde cria et voulut se précipiter pour aider son camarade blessé.

 » Reste concentré ! Je vais bien ! » Le garde qui venait de se couper le bras cria en réponse et empêcha son collègue de s’approcher. Il se retira vers l’arrière et cria, « Tuez-les d’abord ! »

Il était courant pour les guerriers de se blesser, donc leur capacité à endurer la douleur était exceptionnelle. Cela dit, Soran évalua le garde blessé de façon très positive, car peu de gens pouvaient garder leur sang-froid après avoir coupé un de leurs bras. Peut-être que le froid rigoureux dans le Nord les aidait à développer leurs tripes et leurs nerfs d’acier, et le garde blessé ne faisait pas exception. Il était probablement aussi un soldat à la retraite, car seuls ceux qui étaient habitués aux situations de vie ou de mort pouvaient être aussi décisifs.

« Attaquez leurs membres inférieurs ! »

Maintenant qu’il avait été pris pour cible par les ankhegs, Soran ne pouvait plus se retenir. Il dégainait son épée incurvée et tournait autour des ankhegs, tailladant leurs estomacs sans défense chaque fois que l’occasion se présentait. Il lui était impossible de monter sur les ankhegs et d’attaquer leur tête à cause de sa mobilité réduite causée par sa blessure à la cuisse. C’était un mouvement dangereux qui ne pouvait être exécuté que lorsqu’il était en pleine forme ; le faire alors qu’il était blessé serait un geste idiot qui mettrait sa vie en grand danger.

« Crève ! » Un grognement profond retentit dans la zone.

Le chef des gardes prit le risque et bondit, imitant le mouvement précédent de Soran. Il poignarda avec la longue épée la fente de la carapace du ankheg et frappa son cerveau. Avec un bruit sourd, le ankheg tomba raide mort sur le sol.

Avec un ankheg en moins, la pression sur les gardes diminua en un instant. Soran en profita pour prendre congé du champ de bataille, en attendant l’occasion de porter le coup fatal.

L’occasion se présenta bientôt.

Soran prit une grande respiration et accéléra alors que l’un des ankhegs était sur le point de mordre sa cible. Il bondit dans les airs et entailla la tête du ankheg par le côté, créant une blessure béante avec un liquide vert foncé qui en jaillissait. Le ankheg frissonna et gela, puis tomba au sol et resta immobile.

Lorsque les gardes étaient sur le point d’achever le dernier ankheg, le monstre grièvement blessé hurla et commença à se replier dans le sol ; il essayait de s’échapper.

Sans aucun signe d’hésitation, Soran calma son souffle et cria :  » Passez-moi un javelot ! « .

Un garde à proximité lança une longue perche en direction de Soran qui prit l’arme et la pointa vers le bas. Avec un grand saut de quatre à cinq mètres de haut, il cria en poignardant le sol tout en s’agrippant à la longue perche avec les deux mains.

Du sang vert foncé jaillit du sous-sol. La terre tremblait, et on entendait un cri aigu. Soran s’agrippa à la longue perche, la poussant petit à petit vers le bas. Finalement, le sol ne trembla plus, et la bataille était terminée.

(Détails sur la profession – Barbares du Nord : Ils ont entraîné leur corps dans de l’eau glacée, ce qui leur a conféré une capacité de rage unique. Comme le froid étouffait leur force, ils ne pouvaient pas augmenter leurs capacités physiques autant que les barbares ordinaires. D’autre part, ils ne brûleraient pas leur endurance lorsqu’ils utilisent la compétence et conserveraient aussi leur raisonnement et leur raison d’être contrairement aux berserkers et aux barbares. Cela leur conférait une puissance de combat décente après avoir activé la compétence. Rage : +2 Force, +1 Constitution.)

<>
Traduit par la team : WuxiaLnScantrad