Flux RSS

Abyss Domination

Traduit par la team : WuxiaLnScantrad
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 1 Chapitre 43 – Le deck de la destinée


Whiterun était une cité florissante qui faisait pâlir Amber City. Même si le voyage n’était pas aussi commode, c’était l’une des cités du sud ayant la plus longue histoire. Au centre de la cité se trouvait le crâne d’un dragon rouge, symbole de la cité. Les aventuriers avaient autrefois tué un dragon rouge maléfique dans cette région, et avec la richesse qu’ils en avaient tirée, ils construisirent une cité qui devint Whiterun, le centre commercial du Sud-Ouest.

Il y avait un luxueux manoir au nord de l’hôtel de ville. Le baron précédent qui possédait le manoir était mort d’une maladie étrange, et le manoir avait changé plusieurs fois de mains depuis.

Il était dit qu’une veuve noble avait provoqué une certaine agitation lorsqu’elle y emménagea, non seulement en raison de sa richesse, mais aussi de sa beauté. La veuve vivait dans l’isolement et apparaissait rarement en public. Elle n’était pas intéressée par les banquets tenus par d’autres nobles, et elle ne prenait pas la peine de les fréquenter, c’est pourquoi ils la rejetaient. Les gens ne voyaient sa carrosse que de temps en temps, voyageant du manoir à sa villa à l’extérieur de la cité.

On savait qu’elle était extrêmement riche. Elle n’avait pas seulement acheté les meilleurs magasins de la cité, mais aussi une grande villa à l’extérieur de la cité. Ce n’était pas difficile pour les gens de comprendre qu’elle avait un soutien, car une veuve noble ne pouvait normalement pas posséder et protéger autant de biens et de richesses.

En ce moment, la maîtresse de l’escouade marchande arriva au manoir susmentionné. Les serviteurs se tenaient déjà devant le manoir, attendant son arrivée. Une servante enleva son châle et on la conduisit à l’une des grandes pièces du manoir.

Un tapis de haute qualité en plumes d’oie recouvrait le sol ; ce type de produit d’alchimie était populaire parmi les nobles de classe inférieure, et ils paieraient une fortune pour en obtenir un. Cependant, la pièce était luxueusement recouverte d’un article aussi cher que s’il s’agissait d’un simple tissu bon marché. Une dame envoûtante aux cheveux noirs ondulés était assise sur une grande chaise berçante en bois de sandre rouge tout en lisant un livre. Elle portait une chemise de nuit blanche avec le col légèrement desserré, révélant sa poitrine voluptueuse.

La maîtresse de l’escouade marchande s’inclina devant la dame et dit : « J’ai apporté l’objet demandé. Cependant, je ne comprends pas. Pourquoi me faire voyager jusqu’ici juste pour vous apporter une carte du Deck de Beaucoup de Choses ? Tu sais que je fais des recherches importantes, n’est-ce pas ? »

La femme envoûtante se leva avec désinvolture, sa chemise de nuit glissant légèrement vers le bas. Elle ne se donna pas la peine de mettre de l’ordre, car la personne devant elle était sa fille. Avec un ton de plaisanterie, elle dit : « Gloria. Comment peux-tu ne pas le remarquer même après si longtemps ? Ce n’est pas une carte du Deck de Beaucoup de Choses, mais une carte du Deck de la Destinée ! Le summum de l’alchimie ! Le rêve de tous les alchimistes ! »

La femme était aussi une sorcière du Nord. Son âge ne pouvait pas être déterminé simplement en regardant son apparence. Elle se dirigea vers la maîtresse et lui tendit la main en recevant la boîte en métal noir.

« Ces imbéciles du Conseil des Sorcières l’avaient depuis si longtemps, mais ne pouvaient rien découvrir. Ils auraient dû le remettre il y a longtemps. »

Avec ses doigts blancs, la femme envoûtante caressa la mystérieuse carte à l’intérieur de la boîte, ses yeux brillaient de joie.

« Deck de la Destinée… la clé pour devenir l’enfant de la destinée ! »

La carte disparut soudainement de la paume de la femme envoûtante ; il s’agissait d’un sort communément utilisé par les mages et sorcières avancés appelés Stockage. Le sort ouvrait un espace sous-dimensionnel, permettant au lanceur d’y stocker des objets.

« Ma chère fille, » dit la dame ensorceleuse en se couchant paresseusement sur un grand lit tout en jouant avec ses longs cheveux,  » as-tu rencontré quelque chose de valable pendant ton voyage cette fois-ci ? Ça fait longtemps que je n’ai pas entendu parler de choses intéressantes depuis que j’ai été emprisonné ici, tu sais ? Sérieusement, je veux déjà partir. »

Sa fille fronça les sourcils et parla d’un air sérieux,  » Je te prie de ne pas oublier que tu es actuellement puni par le Conseil des sorcières. Parce que tu as mené une expérience interdite à la Racine du Bois Mort, tout ce qui se trouvait dans un rayon de cinquante kilomètres a été annihilé, le transformant en no man’s land !

« Si le conseil ne t’avait pas couvert, les druides du Nord t’auraient déjà pourchassé. Tout ce qui t’attendrait alors serait l’épreuve de la nature, et je suis sûr que tu sais ce que cela signifie. »

Sa mère, cependant, ricana et haussa les épaules comme une adolescente. D’un ton légèrement méchant, elle dit : « Gloria. C’était juste un petit accident quand j’essayais quelque chose d’amusant. Ces druides sont bien trop têtus ! »

La maîtresse était évidemment agitée par la réponse de sa mère et commença à parler comme si elle grondait sa mère.

« Les énergies élémentaires déchaînées de la racine du bois mort causées par ton « expérience amusante » ont causé de sérieux dommages à la région. La structure géologique a subi un changement complet, et le niveau de rayonnement de l’énergie élémentaire a atteint le grade A ! Même maintenant, l’énergie continue d’affluer des plans élémentaires, et cette région sera une terre morte, vide de toute vie, pour les cinq cents prochaines années !

 » Tu appelles ça un petit accident ?!!

« Si Sa Majesté, l’Oeil du Nord, ne s’était pas excusée personnellement, même le légendaire Changeur de forme qui vit dans l’isolement dans les montagnes gelées prendrait des mesures contre toi. »

« C’est un gars qui peut se transformer en dragon mais qui ne peut pas utiliser les attaques de souffle de dragon. Je… Je n’ai pas peur… de lui, tu sais ! » répondit sa mère alors que son sourire disparaissait, apparemment submergée par sa fille.

Gloria, qui souriait rarement, sourit comme si elle appréciait l’expression troublée de sa mère.

« Un exil de cinquante ans n’est pas dur du tout si l’on considère ce que tu as fait, d’autant plus que tu n’es pas réellement emprisonnée. Sa Majesté est partiale pour ton talent, comme toujours ! Cependant, sache que les druides auront le droit de te forcer à subir l’épreuve de la nature si tu t’échappes. Si cela arrive, même Sa Majesté ne pourra pas te sauver.

« L’Ordre des Druides essaie toujours d’équilibrer les énergies élémentaires. Le Conseil des sorcières a déjà envoyé douze sorcières avancées pour les aider, mais cela ne suffit pas à apaiser leur rage. Même le conseil s’agite parce qu’ils doivent s’occuper de ton bordel ! »

« Assez. » Sa mère fronça les sourcils et dit : « Ces idiots têtus ne comprendront jamais l’importance de mon expérience. Si j’avais réussi, une nouvelle ère nous attendrait ! »

Sans reculer, Gloria répondit sévèrement : « Mais tu as échoué, c’est pourquoi tu dois assumer la responsabilité de tes actes. »

Comme si son interrupteur de sécurité avait été éteint, la mère de Gloria jeta son livre par terre et cria d’insatisfaction : « ASSEZ ! C’est l’attitude que tu devrais avoir quand tu parles à ta mère ? ! »

Gloria se détendit un peu, et commença à parler sur un ton plus doux en se penchant pour ramasser le livre.

« Mère, je te respecte et je t’aime, mais cela ne change pas mon opinion de toi en tant que sorcière ! Tu m’as dit un jour : « Quand nos propres pouvoirs sont insuffisants, la foi sera toujours notre dernier et ultime carte ». (Les sorcières du Nord comptaient surtout sur les cartes pour lancer des sorts).

Sa mère soupira en réponse et agita la main avec une expression fatiguée. « C’est très bien. Tu peux partir maintenant. »

« Oh, en venant ici, j’ai rencontré quelque chose d’intéressant. Si tu le souhaites, je peux t’en parler, » dit Gloria avec hésitation.

Avec un regard disant  » je suis tout ouïe « , sa mère hocha la tête et lui dit de continuer.

Même si elle n’était exilée que de nom, elle était constamment surveillée par le Conseil des sorcières. Elle n’avait le droit de se déplacer librement qu’à l’intérieur du manoir et, lorsque le conseil l’appelait, de la villa à l’extérieur de la ville. Si elle faisait ne serait-ce qu’un geste un peu suspect, le conseil lui enverrait des avertissements, et elle pourrait même être emprisonnée. L’Ordre des druides du Nord l’avait déjà étiquetée comme la personne la plus dangereuse de leur liste noire, étendant sa notoriété à tous les autres druides à travers le monde. En fait, depuis le moment où elle fut exilée à Whiterun, plusieurs druides et elfes l’observaient en secret.

« J’ai rencontré deux personnes intéressantes en venant ici. » Gloria continua sa réflexion et continua : « Un homme et une jeune fille, une paire de frères et sœurs.

« L’homme est un voleur intelligent, et j’ai pensé qu’il était juste une personne ordinaire au début. Par la suite, j’ai découvert que son âme était encore plus faible que celle de la plupart des roturiers. Normalement, j’aurais pensé qu’il avait déjà fait des pactes avec des démons et des diables ou qu’il avait déjà souffert de graves dommages à l’âme. Le fait est qu’il aurait l’odeur des Abysses si c’est le premier, et il n’aurait pas dû survivre si c’est le second. »

La mère envoûtante était intriguée par ce que Gloria racontait. Elle interrompit sa fille et lui demanda : « Oh, ma chère fille, pourquoi ne pas le tuer ? Tu connaîtras la réponse en emprisonnant son âme et en l’étudiant. »

Après avoir entendu ce que sa mère avait dit, Gloria avait une expression étriquée. Elle prit une profonde respiration et répondit d’une voix sévère : « Mère. Il est inapproprié d’enlever la vie de quelqu’un pour satisfaire ma curiosité. »

« Et si son âme avait de la valeur ? Hah, vas-y. »

Gloria soupira dans son esprit, ennuyée par la façon de penser de sa mère.

« Ce qui m’a vraiment étonnée, c’est la petite fille. Elle était exceptionnelle. Une spéciale. Je ne sais pas comment le dire, mais elle a des talents extraordinaires. Sans son manque de divinité, je pourrais même la confondre avec l’une des mythiques Descendants de Dieu.

« Je voulais en apprendre davantage sur eux, mais ils étaient extrêmement vigilants envers les autres. J’ai seulement réussi à apprendre des choses insignifiantes. »

« Trop scrupuleuse », dit sa mère avec désintéressement.  » Il suffit d’utiliser Charme Personne et de les faire parler. S’ils ont une forte volonté, utilises plutôt Dire Charme. Il n’y a pas besoin de se donner tant d’ennuis. »

Gloria fronça de nouveau les sourcils et dit lentement : « Nous ne devons pas abuser du pouvoir de la magie. Ils ne sont pas mauvais, et je peux dire que les deux ont un lien fort entre eux, si fort que je suis un peu jalouse. N’oublions jamais nos valeurs et nos principes, et nous ne serons pas perdus sur le chemin de la force et du pouvoir. »

La mère de Gloria ricana pendant qu’elle arrangeait ses vêtements et recouvrait sa poitrine. « Oh, ma chère fille. Tu t’éloignes de l’alignement neutre auquel toutes les sorcières se conforment. Oh mon Dieu, je pourrais même te confondre avec ces paladins extrêmistez ! »

« J’adhère à mes propres valeurs. C’est à toi de réfléchir à tes actions, en faisant ce que tu veux tout le temps. »

Gloria se retourna pour quitter la pièce.

<>
Traduit par la team : WuxiaLnScantrad