Flux RSS

Abyss Domination

Traduit par la team : WuxiaLnScantrad
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 1 Chapitre 5 – L'aube


Soran rentra tranquillement chez lui.

Vivian dormait encore tranquillement sur le lit avec un sourire sur le visage, mais son joli visage blanc se crispa soudainement et montrait des signes de peur alors qu’elle semblait rêver de quelque chose de mauvais.

 » Grand Frère ! Ne pars pas…. ! Ne me laisse pas seul…. !

« Ne m’emmenez pas ! Vous êtes tous des méchants !

« Heath…. Qu’est-ce qui ne va pas ? Ne me fais pas peur…. »

Vivian balança ses bras frénétiquement comme si elle essayait de s’accrocher à quelque chose, même si ses yeux étaient encore fermés.

Soran, qui était sur le point de se changer, se dépêcha et lui tapota doucement le dos pour apaiser la jeune fille en difficulté. Contrairement à ses attentes, Vivian fit une expression douloureuse. Soran retira rapidement sa chemise sur son dos pour révéler l’ecchymose vert-violacé. C’est l’ecchymose qu’elle avait subie après avoir été frappée par le propriétaire du magasin, et elle devenait foncée car le sang ne pouvait pas se disperser.

En un clin d’œil, l’expression de Soran était aussi sombre que l’ecchymose, et ses yeux dégageaient une intense intention de tuer.

Il caressa la joue de Viviane et rangea ses vêtements en chuchotant : « Idiote !

« Pourquoi tu ne m’as pas parlé du bleu ? »

C’était une blessure grave pour un jeune enfant.

Elle devait s’inquiéter pour Soran, donc elle décida de le lui cacher et de supporter la douleur.

À en juger par l’apparence de l’ecchymose, il semble qu’elle ait été blessée il y a un certain temps. Les larmes de gratitude gonflèrent dans les coins des yeux de Soran alors qu’il pensait aux jours où il était inconscient. Vivian, portant l’immense douleur sur son dos, prit soin de lui jour et nuit pendant plusieurs semaines. C’était un sentiment qu’il n’avait jamais ressenti – l’amour familial. Le bien-être dans son monde précédent était assez bon pour que les parents vivent seuls, n’ayant pas besoin de s’occuper des enfants pendant leur jeunesse ni de dépendre de ces enfants dans leur vieillesse, Soran n’avait donc jamais éprouvé le sentiment d’affection de ses parents.

Il sentait de la chaleur dans son cœur après avoir su ce que sa petite sœur avait fait pour lui.

Soran était une personne qui suivait le courant et se contentait de ce qu’il avait.

Il avait tissé un lien émotionnel fort avec la petite fille endormie sur le lit au cours du dernier mois. Rappelant le style de vie solitaire de sa vie antérieure, Soran ne regrettait pas sa vie dans le monde technologiquement avancé. Au lieu de cela, il pensait que vivre dans ce monde n’était pas si mal.

« C’est bon.

« Tout ira bien demain. »

Soran caressa légèrement la tête de Vivian pour tenter de réconforter la petite fille qui faisait des cauchemars.

« Je te trouverai de la lotion médicinale demain. Une blessure d’un tel niveau disparaîtrait sans laisser de trace en un rien de temps. »

Vivian se calma peu à peu.

Soran enleva sa chemise, révélant les muscles maigres mais déchirés de son corps. Il jeta les vêtements ensanglantés dans la cheminée et regarda son corps couvert de cicatrices. Le précédent’ Soran’ devait avoir vécu une vie difficile ; il était impossible pour un enfant de douze ans de gagner sa vie par des moyens normaux.

Il s’est battu, et il a tué.

Avec tant de cicatrices sur son corps à l’âge de dix-huit ans, il devait avoir échappé à l’emprise de la mort d’innombrables fois.

Certains venaient de combats de rue, tandis que d’autres ont été abandonnés après avoir été fouettés pour avoir été pris en train de voler.

Malgré le fait d’être un adolescent apparemment normal, Soran avait vécu des choses bien pires que ce que la plupart des aventuriers professionnels affronteraient dans leur vie entière.

La cheminée crachait des étincelles en brûlant.

Soran prit un ensemble de vêtements propres à proximité. Vivian était une fille travailleuse malgré son jeune âge, et elle faisait toujours tout ce qui était en son pouvoir pour garder la maison en ordre. Elle balayait toujours le sol, en plus de plier les vêtements proprement.

Il toucha son visage avec ses mains. Soran pouvait sentir que le contour de sa tête était celui d’un beau jeune homme, et la caractéristique la plus importante était ses oreilles légèrement pointues. Comme son père était un quarter-elfe, Soran avait théoriquement hérité d’un huitième du sang elfique transmis par ses ancêtres. Cela expliquait pourquoi il était beaucoup plus agile que la plupart des gens ; l’agilité était fondamentalement un talent inné pour les elfes.

De plus, l’obscurité ne pouvait pas faire obstacle à la vision de Soran.

Presque tous les demi-elfe avaient des capacités de vision nocturne, ce qui en fait les meilleurs assassins dans l’obscurité.

« Hmm, il a les bases. »

Soran tordit ses poignets avec un poignard à la main, dessinant des lignes invisibles dans l’air.

« Les attributs n’ont pas pu être redistribués, et il n’avait pas une bonne construction professionnelle, mais la qualité globale est certainement au-dessus de la moyenne.

« Le seul point faible serait la force, je suppose.

 » Une personne moyenne a une force d’environ 10, donc 12 est à peu près la même chose que les ouvriers qui travaillent sur les quais.

« Il a dû tout faire avec habileté au lieu d’utiliser la force brute, et il ne semble pas non plus avoir prêté beaucoup d’attention à l’entraînement de son corps.

« Sa dextérité est certainement élevée, mais avoir une grande force est bien mieux pour les personnes qui n’ont pas reçu d’entraînement au combat. Au moins, ils pourraient vaincre leurs adversaires avec une force brute ! »

Soran changea le poignard de sa main droite à sa main gauche. Le poignard dansant se déplaçait rapidement, laissant derrière lui des images résiduelles. Sa main gauche était anormalement agile ; elle était même meilleure que sa main droite favorite.

Ce doit être un talent inné !

Soran pourrait même avoir un double maniement s’il entraînait ses deux bras, et cela pourrait certainement augmenter ses prouesses au combat.

« La montée de niveau nécessite des points d’expérience. »

Soran marmonnait lorsque sa silhouette vacilla dans l’ombre et devint nuageuse, « Il n’y a probablement pas de quêtes dans un monde réel. Les moyens de gagner de l’expérience ont diminué de façon significative…..

« Eh bien, j’ai gagné des points d’expérience en tuant les deux voyous, donc tuer des créatures est une façon de le faire.

« Je ne suis pas sûr que le fait de désarmer les pièges et de crocheter les serrures accorderait des points d’expérience. »

Points d’expérience d’abattage.

Il s’agissait d’une EXP de haut niveau qui pouvait être distribué à toutes les professions, les sous-professions et l’amélioration des compétences de la profession.

Quant à l’EXP gagné en crochetant des serrures et en désarmant des pièges, celles-ci étaient d’un niveau inférieur et ne pouvaient être distribuées librement que sur les compétences de Voleur.

De même, les mages pouvaient également gagner des points d’expérience en gravant des parchemins d’arcanes mais ne pouvaient les distribuer que dans les compétences de mage.

Gagner de l’EXP dans <> n’était pas une tâche facile, car tuer des monstres ne donnait que peu d’expérience. Dans certaines quêtes légendaires, les joueurs devaient tuer des boss comme des dragons adultes ou des liches, pour recevoir plusieurs dizaines de milliers d’EXP en récompense. C’était à peine suffisant pour améliorer une profession une ou deux fois. Il faudra plusieurs années pour que Soran gagne assez d’EXP pour atteindre le niveau supérieur et devenir un Voleur Légendaire. Il avait tué trois dragons géants et six liches.

Il avait rejoint différents groupes au cours de son voyage, et seulement un tiers des joueurs avec qui il avait fait équipe étaient encore en vie.

D’autres finirent tous par repartir de zéro après avoir perdu trois fois la vie.

 » Mains omnipotentes. »

Avec un regard acéré dans les yeux, Soran murmura à lui-même, « Je me demande quand le statut renaissance d’âme  sera déverouillé. Je suis sûr que je serais beaucoup plus fort au combat si je pouvais utiliser les mains omnipotentes ! »

La nuit était tombée tardivement.

Soran cacha son poignard dans un endroit facilement accessible et grimpa soigneusement sur le lit.

Le petit corps de Vivian se tortilla vers sa poitrine en se tenant à ses bras et murmura quelque chose dans ses rêves.

La nuit était finie et le matin arriva.

Soran fut réveillé par un léger mouvement. Vivian regardait son frère alors que sa tête reposait encore latéralement sur l’oreiller et révélait un doux sourire.

Elle descendit lentement du lit. Alors qu’elle se heurtait à l’ecchymose sur son dos, Vivian affichait une expression douloureuse sur son visage. La petite fille porta alors ses chaussures en lambeaux de tissu et commença à essuyer les meubles avec une serviette. Remarquant les taches de sang sur le sol en tenant un balai dans ses mains, Vivian ne pouvait s’empêcher de paniquer. Elle se précipita sur le lit et souleva les couvertures. Vivian soupira de soulagement après avoir confirmé que Soran n’était pas blessé et enleva les taches du sol.

Vivian n’en avait rien à faire tant que ce n’était pas le sang de Soran !

Quand elle n’était qu’une petite fille, Soran avait été mêlé à une bagarre avec des enfants plus âgés en se battant pour un Derahl d’argent.

Il était entouré par les enfants plus âgés, se faisant frapper et donner des coups de pied comme s’il était un sac de sable. La jeune Vivian n’avait pas la force physique de résister et ne pouvait que pleurer dans le coin. À la fin, elle rassembla son courage et lança une pierre sur le leader. Le chef enragé la gifla au visage, lui arrachant une dent et gonflant sa joue.

Même si elle était petite à l’époque, elle se souvenait encore très bien de la scène dans son esprit.

Soran, qui était dominé tout le temps, tomba soudainement dans une frénésie comme si un fusible avait sauté dans son esprit après avoir vu sa sœur allongée sur le sol. Il sauta sur le leader comme une bête et lui mordit l’oreille.

L’oreille ensanglantée fut brutalement arrachée.

Avec des yeux injectés de sang, Soran ramassa une pierre et l’enfonça à plusieurs reprises dans le crâne de l’enfant. Il continua jusqu’à ce que le sang se répande partout et Vivian, qui était effrayée par la scène, alla l’arrêter. Elle empêcha son frère de tuer le gamin.

Pourtant, le gamin est quand même mort à la fin.

Un certain temps s’était écoulé depuis l’incident lorsque le cadavre fut retrouvé flottant dans un caniveau dans les bidonvilles. Le cadavre était déjà méconnaissable à l’époque.

La fratrie menait une vie difficile, et ils n’avaient rien d’autre sur quoi compter que l’un sur l’autre.

Vivian ne se souciait pas du tout de savoir si Soran était un voleur, un criminel et un meurtrier ; quels que soient les péchés que Soran avait à supporter, elle était prête à recevoir la moitié du fardeau.

Vivian nettoya la maison avec attention.

Elle était un peu inquiète quand elle vit le sac de riz vide, mais elle changea bientôt d’avis et murmura :  » Grand frère est maintenant de retour.

Bientôt, le sac sera plein de riz ! »

Elle avait foi en Soran, et elle lui faisait entièrement confiance ; c’était presque comme une foi aveugle.

Il fut un temps où elle était toujours affamée, mais son frère ne l’avait jamais laissée tomber. La nourriture était parfois recouverte de sang de Soran, et Vivian se sentait mal à l’aise au fond d’elle-même, mais c’était quand même de la nourriture.

Même ainsi, elle croyait que tout irait bien tant que son grand frère était là pour elle.

Oui, tout irait bien.

Vivian n’était plus anxieuse après s’être rappelée ses souvenirs. Elle fredonnait un air grossier en nettoyant à fond tout ce qui se trouvait dans la pièce.

Soran se leva lentement du lit.

Soran tapota légèrement la petite tête de Vivian et dit : « Reste à la maison aujourd’hui comme une bonne fille.

« Nous emménagerons dans la ville après un jour ou deux. »

Vivian hocha la tête tandis qu’elle accrochait un sourire rayonnant sur son joli visage. Elle ne savait pas qu’il n’était pas facile de passer des bidonvilles à la ville.

Naturellement, il fallait une grosse somme d’argent. Ils avaient aussi besoin didentité de citoyens libres pour sinstaller dans la ville.

Elle était confiante que Soran tiendrait sa promesse – il l’avait toujours fait.

Même si Soran échouait, ce ne serait pas de sa faute aux yeux de Vivian. Cela voudrait simplement dire qu’il y avait beaucoup trop de mauvaises personnes dans le monde.

La lumière chaude du soleil se répandit sur la cabane discrète et en lambeaux.

Soran trancha le pain noir, qui était dur comme la pierre du fait au fait d’avoir été laissé à l’extérieur pendant la nuit, en tranches à peu près égales. Pendant ce temps, Vivian monta sur un tabouret et attrapa le pot de congee sur le poêle. Son corps trembla, car elle manquait de force. Soran alla la soutenir et prit le pot avec ses mains.

La jeune femme leva les yeux vers son frère. Sous un soleil radieux, elle montrait un sourire charmant à Soran, et deux jolies fossettes apparurent sur ses joues.

Tout était tout simplement merveilleux !

<>
Traduit par la team : WuxiaLnScantrad