Flux RSS

Charging Magic With a Smile - Infinite Magic Power After Being Reincarnated Into a Different World

Traduit par la team : Novel de Glace
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 3 Chapitre 100 – Le canon principal et Monseigneur


Dans la périphérie de Ribek

Le ciel s’était éclairci et avec lui une grande foule s’était rassemblée.

Une simple clôture en bois avait été érigée et la foule se tenait d’un côté. À une courte distance de là se trouvaient divers stands. Ils vendaient de la nourriture et des boissons, c’était presque comme une situation de festival.

J’étais sur une majestueuse chaise qui avait été faite pour moi... c’était très proche d’un trône et je regardais ce qui se passait depuis là.

« Maître, c’est l’heure, » Risha était celle qui avait parlé. Mes cinq esclaves me tenaient à mes côtés.

« Commencez, » dis-je.

« D’accord, » répondit Risha avant de faire un pas en avant et de lever la main.

Puis à ce moment... cela bougea.

La forme métallique géante se trouvant à une distance éloignée se mit alors à se déplacer.

Il s’agissait d’une forme non raffinée qui avait chatouillé mon cœur de garçon alors qu’il commençait à bouger.

Le Navire de Guerre, la Première Esclave, Risha.

Il s’agissait d’un cuirassé magique créé par la magie des sourires de mes esclaves et par le pouvoir de mon pays.

— Ooooooo ! –

La foule laissa échapper une acclamation.

Les acclamations de plus d’un millier de personnes avaient fait vibrer l’ourlet de mes vêtements.

« Il pourrait être un peu plus lent que la vitesse lente du train, » dis-je.

« À pleine vitesse, il devrait être aussi rapide que le train, » répondit Risha.

« C’est inattendu qu’il puisse aller aussi vite, » dis-je.

« S’il le fait si vite, alors il perd rapidement la capacité de se déplacer, » répondit Risha.

« Je vois. Il s’agit d’un problème qui devrait être résolu pour la seconde génération. Nina devrait être capable de faire quelque chose concernant ce défaut, » déclarai-je.

« Oui, » répondit Risha.

« OK, passons à la prochaine phase, » dis-je.

« D’accord, » déclara Risha. Elle leva à nouveau sa main.

Puis, du côté opposé, un train commença à avancer. Au-dessus des rails, ce train sans pilote avançait à basse vitesse.

La foule s’agita face à l’apparition inattendue du train.

Immédiatement après, un énorme bruit fit écho.

Le cuirassé avait fait feu avec les nitokas qui avaient été installés sur ses flancs.

Les boulets de canon avaient été projetés avant de toucher un peu partout autour du train.

« Cela a raté... une salve de plus, » dis-je.

« OK, » Sur l’ordre de Risha, une deuxième salve fut tirée.

Cette fois-ci, quelques boulets avaient frappé leur cible.

Avec un bruit de tonnerre, le train s’était disloqué en morceaux.

— Oooooooo ! –

Un autre cri de joie s’était élevé en provenance de la foule.

« La suite, » dis-je.

« D’accord, » déclara Risha.

Avec ce troisième ordre, un important son était venu depuis la ville de Ribek.

La foule s’était retournée afin de regarder ce qui se passait.

Ce qu’ils avaient vu était le rideau défensif de nitoka qui tirait une salve contre le cuirassé.

En réponse, le cuirassé Risha avait riposté par une volée de tirs de nitoka.

Les boulets de canon avaient été abattus en plein vol par d’autres boulets de canon tiré depuis l’autre côté.

Certains avaient raté et étaient tombés du côté du cuirassé.

« Ils ont raté, » dis-je.

« On dirait qu’ils ont encore besoin d’entraînement, » répondit Risha.

C’était clairement un échec, mais à part moi, les citadins ne semblaient pas s’en soucier.

Ils avaient applaudi et avaient acclamé le cuirassé qui avait bloqué le bombardement.

« Suivant…, » ordonnai-je.

« OK, » répondit Risha.

Le quatrième ordre.

Le cuirassé avait subitement contre-attaqué.

Toutes les armes visaient Ribek.

L’agitation se répandit parmi les habitants.

« Allons-y, » dis-je.

« « « « « D’accord, » » » » » mes cinq esclaves avaient toutes répondu simultanément.

Je les avais envoyées dans ma Véritable Esclave Éternelle.

Mon épée d’esclave magique avait maintenant cinq gemmes brillantes d’un fort éclat.

Je l’avais fermement saisie dans ma main et j’avais bondi vers l’avant.

J’avais sauté par dessus la foule en un instant puis j’avais couru vers la ville.

J’avais couru jusqu’au point d’impact avant que le bombardement ne l’atteigne et j’avais utilisé mon épée magique pour intercepter les différents projectiles.

– Ooooooooo —

Une autre acclamation put être entendue.

« Comme je le pensais, Sa Majesté est incroyable. »

« Idiot, bien sûr que Sa Majesté est incroyable. Ce n’est pas le propos. »

« Alors, qu’est-ce que c’est ? »

« Il s’agit d’une démonstration pour savoir si le cuirassé a le pouvoir de vaincre ses ennemis ou des villes tout en étant mobile. »

« Ho ! Je comprends ! »

« Je ne suis pas un ennemi... mais je les plains. Ils n’ont pas Sa Majesté pour bloquer ça. »

Je pouvais entendre ce que les citoyens se disaient entre eux. Ils semblaient avoir compris mon but.

Ils avaient compris ce que j’essayais de faire.

Cela s’était rapidement répandu parmi eux.

Les voix étaient devenues de plus en plus fortes.

Prochain…

J’avais levé mon épée.

J’avais placé de la magie à l’intérieur de mon arme et elle avait commencé à briller avec les cinq différentes lumières provenant des cinq gemmes.

Le cuirassé avec Maya et mes troupes d’élite le pilotant avait commencé à se déplacer.

Depuis le navire de guerre, le plus gros canon s’était progressivement levé.

Il faisait presque la moitié de la longueur du cuirassé. Il s’agissait d’un canon ridiculement long et épais.

Un flash apparut en provenance de la batterie principale !

À cet instant, le monde avait tremblé comme s’il y avait eu un tremblement de terre.

Un monstrueux son, différent de tout ce qui était arrivé auparavant, avait explosé en réaction de l’envoi de ce gigantesque projectile.

Elle avait volé en une parabole.

Elle avait volé vers une colline apparue dernièrement et qui se trouvait un peu plus loin.

C’était quelque chose que Risha et les autres esclaves avaient fait avec l’expérience acquise lors de la création de la forêt.

Cette colline avait explosé.

Environ les deux tiers de la colline avaient été projetés au loin par l’impact, réduisant d’autant la colline.

Alors que le son de la batterie principale s’évanouissait, les citadins se mirent à applaudir avec encore plus de force qu’ils ne l’avaient fait jusqu’à aujourd’hui.

« Comme c’était prévu, » dis-je.

(C’est évident quand vous voyez une telle puissance de feu devant vos yeux.)

(Même si c’était le dieu du mal, il serait lui aussi écrasé !)

(C’est trop exagéré.)

(C’est vrai, desu. Le seul qui peut écraser le diable maléfique est Onii-chan, desu !)

(Cela pourrait être... vrai.)

Les voix de mes esclaves apparurent dans ma tête les unes après les autres.

Avec ce tir, la démonstration prévue du navire de guerre Risha était terminée.

Je leur avais montré sa mobilité, son utilité et sa puissance de feu écrasante.

J’avais alors regardé mes citoyens.

Ils semblaient tous sourire, hommes et femmes.

Ils avaient regardé la démonstration du cuirassé tout en mangeant et en buvant.

C’était clairement comme un festival.

OK, nous devrions être sur le point de faire...

Les acclamations avaient augmenté en intensité.

C’était une acclamation qui semblait attendre quelque chose en regardant le cuirassé Risha.

C’était comme s’ils se demandaient ce que cela allait leur montrer de plus.

Je pouvais comprendre comment ils se sentaient.

Si j’étais à leur place...

« Qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce que Maya est en train de faire ? » demandai-je.

Je ne savais rien.

Contrairement aux citoyens, j’étais désorienté, et non pas plein d’attentes.

Finalement, l’avant de canon principal du navire de guerre s’était tourné vers nous.

Il pointait dans cette direction.

Il nous visait.

« Ça ne peut pas être…, » j’avais murmuré ça quand à ce moment-là c’était arrivé.

Un deuxième monstrueux rugissement put être entendu et le sol trembla.

Un autre projectile s’était envolé haut dans le ciel.

Les cris de joie s’étaient envolés en provenance de ceux qui étaient optimistes et de simples cris purent être entendus de ceux qui avaient compris que quelque chose n’allait pas.

Leurs voix s’étaient jumelées.

« ku »

Mon corps avait bougé avant même que j’y pense.

J’avais rempli ma Véritable Esclave Éternelle avec du pouvoir magique et je l’avais saisie avec plus de force.

« Uoooooooooooo! »

J’avais bondi avant de frapper le boulet de canon.

L’arc-en-ciel composé de cinq couleurs avait affronté le projectile.

À ce moment, un choc avait traversé mon corps.

C’était comme la sensation de frapper le sol avec une batte avec toutes vos forces — mais cent fois plus fort.

« C’est…, »

J’avais mis toutes mes forces dans mes mains et je l’avais tenue avec encore plus de force afin de ne pas me faire désarmer.

« ... estttt ! »

J’avais renvoyé un peu plus loin le boulet de canon qui était presque de la taille de mon corps. Il avait fait une petite parabole dans les airs avant de retomber à une dizaine de mètres devant moi.

Il avait perdu sa force motrice, mais sa masse n’avait pas changé.

Le boulet de canon était tombé et avait créé un cratère.

Les sons s’étaient apaisés.

Puis dix secondes plus tard.

– UOOOOOOO ! –

Une énorme acclamation était apparue en provenance de la foule.

Les voix qui me louaient venaient de la foule.

Ils semblent avoir cru que tout cela faisait partie de la démonstration du cuirassé.

« C’était quoi ça !? » demandai-je.

(C’était la suggestion de Maya. Tout en montrant la puissance du cuirassé, nous pouvions également démontrer que le Maître était encore plus fort.) Risha m’avait expliqué la situation.

Les acclamations continuèrent sans relâche.

« Je suppose que je devrais être reconnaissant pour ça..., » j’avais murmuré ça tout en répondant aux citadins avec un geste de la main.

***
<>
Traduit par la team : Novel de Glace