Flux RSS

Charging Magic With a Smile - Infinite Magic Power After Being Reincarnated Into a Different World

Traduit par la team : Novel de Glace
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 4 Chapitre 125 – Roi


Au moment où j’étais sorti du palais, il y avait eu une autre onde de choc venant du ciel.

Seiya avait de nouveau attaqué le palais.

« Pff... » Seiya pestait quant à son insatisfaction. On dirait qu’il était en colère parce qu’il n’avait pas pu effectuer une seule égratignure au palais.

Le palais irait très bien... mais les attaques placeraient des alentours sous le coup d’un feu croisé.

En vérité, les citadins criaient et couraient partout dans la zone.

Je ne pouvais pas les laisser tomber.

« Seiya ! » criai-je.

« Akitoooooooooooooooooo ! »

C’était comme deux enfants s’appelant l’un à l’autre à travers la cour de récréation... mais il avait une expression vicieuse et méchante sur le visage de Seiya.

Seiya m’ayant repéré avait foncé vers moi depuis le ciel.

Il avait frappé avec son bras droit afin d’effectuer son attaque.

*Ching !* j’avais bloqué son attaque avec mon épée.

Ce qui avait frappé ma lame, c’était des griffes noires. Cela semblait être trois griffes monstrueuses et noires qui provenaient des trois espaces entre ses articulations.

« Je te cherchais, Akito ! »

« Ferme-la ! »

Je ne pouvais pas le laisser rester ici plus longtemps.

J’avais donc renforcé ma prise sur mon épée.

Les gemmes sur mon épée brillaient et une armure de couleur terreuse avait recouvert mon corps.

« Dégagez de ma villllleeeee !! » J’avais repoussé Seiya avec mon épée en lui criant dessus.

« Ahhhhhh ! »

J’avais poussé de toutes mes forces directement en travers de la rue principale sur une ligne droite jusqu’à arriver en dehors de la ville.

Je l’avais poussé à toute vitesse hors de Ribek puis l’avais projeté à travers la montagne d’ordures avant de continuer à le pousser.

Et ainsi... de plus en plus loin.

« Ne sois pas trop imbu de toi-même ! » cria Seiya.

« Ku ! »

Le corps de Seiya s’était arrêté en plein vol comme s’il y était fixé et une forte résistance soudaine m’avait repoussé.

Je m’étais replacé et j’avais repris une posture correcte avant de fixer Seiya du regard.

L’apparence de Seiya était encore plus sinistre qu’auparavant.

Ses cheveux étaient hérissés et se mouvaient, comme s’ils étaient coulés dans du métal.

De son dos, il y avait des ailes de bête et maintenant sa moitié supérieure et sa moitié inférieure étaient nues. Au lieu d’un pantalon, sa moitié inférieure était couverte d’écailles.

Il n’avait plus l’air humain. Il était maintenant un démon... la forme d’un dieu maléfique.

« Qu’est-ce que tu es venu faire ici, Seiya ? » demandai-je.

« Tu le sais déjà. Comment oses-tu te mettre en travers de mon chemin ? » demanda-t-il en retour.

« Veux-tu parler des Regrets, hein ? » demandai-je.

« C’est exact. Qu’est-ce que tu crois faire Akito ? » demanda Seiya.

« J’ai une relation de coopération avec les Regrets, alors bien sûr, je les aiderais si je sais qu’ils sont en danger, » répondis-je.

« Alors tu as essayé de me voler ce qui m’appartient de droit ? » demanda Seiya.

« Je voulais juste les protéger, » déclarai-je.

« Ne fais pas semblant d’être un saint ! » s’écria Seiya.

Seiya avait attaqué et une aura noire était apparue autour de lui.

J’avais relevé mon épée et je m’étais défendu avec elle. Tout, sauf le sol sur lequel je me tenais, était devenu un cratère.

Ne perdant pas un instant, Seiya avait sauté vers moi. Il m’avait frappé avec les griffes de l’enfer présentes sur ses deux mains.

Je les avais bloqués avec mon épée. Le son du métal résonnant se fit entendre partout lorsque mon corps avait reçu l’impact.

Je l’avais bloqué avant de lui donner un coup de pied rapide, l’envoyant voler vers l’arrière.

J’avais senti quelque chose de chaud couler le long de ma joue... était-ce du sang ?

J’avais levé la main pour l’essuyer... mais je n’avais pas senti de blessure.

Pourquoi ?

{Maître.} J’avais entendu la voix de Raisa dans ma tête.

Cette armure de couleur brune était son trait de caractère spécial.

La guérison progressive des blessures était-elle la capacité spéciale de cette paire mère-fille ?

« Continuez à me soutenir comme ça, » déclarai-je.

{OK !}

Nous avions continué nos échanges avant de nous arrêter lorsque j’avais regardé Seiya depuis une certaine distance.

Seiya avait fait craquer son cou en la bougeant de droite à gauche.

Je pouvais également voir que la peau proche de ses griffes était coupée et déchirée.

Cependant, ces zones ne saignaient pas... Au lieu de cela, quelque chose de répugnant s’échappait de là.

On pouvait dire qu’il n’était pas humain rien qu’en le regardant.

Seiya avait remarqué mon regard et avait regardé ses mains.

Puis il s’était mis à sourire et à rire.

« Akito, ce n’est pas assez pour être fier de toi, » déclara-t-il.

« ... »

« Ce genre de dommage ne peut même pas être considéré comme une blessure pour moi maintenant, » dit Seiya en serrant les poings. Les blessures sur lui semblaient guérir en un instant.

« C’est donc un autre pouvoir du Dieu maléfique, hein ? » demandai-je.

« C’est exact. La puissance du Dieu maléfique est impressionnant Akito, il peut même faire des choses comme ceci, » déclara Seiya.

Seiya jubilait et agitait la main. Une sorte de boule noire était tombée dans la terre.

La terre avait éclaté en laissant un trou.

Puis, peu de temps après, un monstre en était sorti.

C’était une poupée en argile. Elle avait à peine une forme humaine, car la terre sur son corps semblait constamment bouger et se déformer.

Cependant, il n’était pas de couleur normale. Il semblait être de la même couleur noire que l’énergie de Seiya.

« Donc tu peux utiliser des monstres comme ça ? » demandai-je.

« Ce n’est même pas tout, » répondit-il.

Seiya avait souri en agitant à nouveau la main. Deux cercles magiques étaient apparus.

De ces cercles magiques, une lumière noire s’était instantanément envolée et avait enveloppé mon corps.

Je l’avais bloqué avec mon épée.

« Ne te donne même pas la peine de bloquer... ce n’est pas une attaque, » dit Seiya, et fidèle à ses paroles, je ne sentais aucune attaque.

La lumière noire s’était rapidement dissipée et était retransformée dans le cercle magique.

Puis, de l’intérieur des deux cercles magiques, deux formes humaines étaient apparues.

« Marato ! Maxim ! »

Deux ennemis puissants que j’avais vaincus une fois. Le tyran de Ribek Marato et la locuste Maxim.

Tous les deux m’avaient regardé avec des yeux emplis de fureur.

Cependant, ils n’avaient pas bougé ou parlé.

Ils m’avaient juste regardé fixement.

Leurs yeux brûlaient de haine à tel point qu’ils avaient l’impression qu’ils sauteraient par-dessus le cercle pour attaquer à tout moment.

« ... Une invocation, qui plus est, qui les place sous ton contrôle, » murmurai-je.

« Tu as vite compris, » répondit Seiya.

« Seiya... »

J’avais regardé Seiya qui les avait convoqués.

« Comment est mon pouvoir ? Je suis devenu ainsi pour faire tout cela ! » Il avait dit ça en jubilant et en riant avec fierté en levant les bras. « Je peux même refaire vivre les morts ! »

« ... »

« La déesse avait tort, Akito. Cette petite carte qui fait revivre le monde petit à petit est stupide. Je suis si content de pouvoir utiliser la puissance du Dieu maléfique. Si j’ai ce pouvoir, je peux ranimer le monde d’un seul coup. Totalement et instantanément, » annonça Seiya.

« Il n’y aura pas de sourires là-dedans ou après…, » j’avais refusé les paroles de Seiya.

Je ne savais pas jusqu’où allaient les pouvoirs du Dieu maléfique... mais maintenant je pouvais comprendre.

Invocation de monstres, résurrection des morts...

Parmi eux, il n’y avait pas un seul sourire.

« ... pft. » Seiya avait reniflé de rire.

Il m’avait regardé comme s’il venait d’entendre la blague la plus drôle de tous les temps.

« Sourire ? Tu as dit sourire, Akito ? » demanda Seiya.

« Oui... oui, je l’ai fait, » répondis-je.

« Donc tu dis toujours ces bêtises ? » demanda Seiya.

« Ce n’est pas absurde, » déclarai-je.

« Akito... regardez la réalité. Regarde le temps que tu as passé. Quel genre de chose est ce pays que tu as fait ? » demanda Seiya.

« Qu’est-ce que tu veux dire par là ? » demandai-je.

« Avec la puissance du Dieu maléfique, tout peut être ressuscité... Voyons voir si ce pays n’aurait pas pu être fait en une seule nuit, » déclara Seiya.

« Je dis la même chose... il n’y aura pas de joies ou de sourires à l’intérieur, » répondis-je.

« Haa... »

Je ne comprends pas ce que tu me dis, le visage de Seiya semblait dire ça alors qu’il haussait les épaules.

J’avais laissé Raisa sortir de Véritable Esclave Éternelle.

« ... ! »

En la voyant, le visage de Seiya avait changé.

Bella avait été la suivante à sortir.

La fille de Raisa qui était son portrait craché. Une petite Esclave Éternelle.

J’avais caressé la joue de Raisa et j’avais caressé la tête de Bella.

« J’emprunterai vos forces, » déclarai-je.

« « D’accord, » » elles m’avaient parlé ensemble et elles avaient souri.

« AKITO !! » cria Seiya en bondissant vers moi.

Il m’avait frappé avec ses griffes démoniaques.

Je savais qu’il le ferait, alors je les avais instantanément ramenées dans l’épée et je l’avais repoussé.

« Akito ! Espèce d’abruti ! Comment oses-tu voler des esclaves ! » s’écria Seiya.

« C’est toi qui es responsable. C’est toi qui l’avais mal utilisée, » répondis-je.

« Les esclaves obéissent à mon pouvoir, qu’y a-t-il de mal à cela !? » demanda Seiya.

« C’est mal ! Tu devrais prendre soin de l’autre ! » répliquais-je.

L’épée et les griffes s’entrelaçaient avec des bruits métalliques.

Seiya et moi nous nous étions affrontés un nombre incalculable de fois.

Nous avions posé des questions et y avions répondu.

« Tu n’arrêtes pas de dire des conneries ! Voilà qu’on en est arrivé là... ! »

L’instant d’après, des attaques m’avaient été envoyées de la droite et de la gauche.

L’armure brune avait bloqué... mais avait été percée.

Mon épaule et mon côté avaient été coupés, mais cela s’était retiré avant que je puisse contre-attaquer.

C’était Marato et Maxim.

Ils étaient capables de bouger, mais ils ne parlaient toujours pas.

Ils avaient encore attaqué.

« Meurs ! AKITO ! » Seiya avait crié pendant qu’il me chargeait au même moment où les deux autres attaquaient.

C’était devenu un combat défensif unilatéral en quelques instants.

Seiya, Marato et Maxim.

Comme je m’y attendais, j’étais désavantagé face aux trois opposants.

J’étais sous pression.

« Qu’est-ce qui ne va pas, Akito !? Le pouvoir des sourires n’est que cela ! Tu ne peux rien en faire ! » déclara Seiya.

Il m’avait frappé l’épaule et l’avait coupée profondément alors que l’épée de Marato me frappait en même temps.

Je m’étais retrouvé au sol et j’avais roulé.

Seiya s’était approché de moi et il m’avait regardé en jubilant de triomphe.

« C’était jusqu’où tu pouvais aller, Akito. Cette connerie sur les sourires est sur le point de disparaître de ce monde. C’était bien trop faible, » annonça Seiya.

Seiya avait levé les griffes.

J’avais tenu Véritable Esclave Éternelle et j’avais essayé de les bloquer... mais...

Les griffes n’étaient jamais descendues, car un boulet de canon était arrivé à ce moment-là.

Plusieurs boulets de canon avaient survolé.

Ils s’étaient tous écrasés au sol avec des sons explosifs.

Seiya avait esquivé et avait bloqué certains tirs en pleine panique.

Cependant, Marato et Maxim ne pouvaient pas faire une telle chose.

Ils avaient essayé de bloquer, mais avaient été frappés par les boulets de canon et écrabouiller avec un son étrange.

« Qu’est-ce que c’est ? » s’écria Seiya.

« ... Un bombardement depuis Ribek, » avais-je déclaré à un Seiya paniqué. « Souviens-toi que tu as essayé de les voler. Le nitoka... c’est de là qu’ils viennent. »

« Qu’est-ce que... ? » demanda Seiya.

« Seiya. Je suis peut-être faible par rapport à la pleine puissance du Dieu maléfique... mais c’est très bien ainsi, » déclarai-je.

« Quoi !? » s’exclama Seiya.

« Je ne suis pas un guerrier ou un héros... Je suis... un roi, » annonçai-je.

« Roi ? » demanda-t-il.

« Le Roi n’a pas besoin d’être lui-même le plus fort sur le champ de bataille, » avais-je continué.

« Arrête de dire des conneries…, » Seiya avait tenté de s’y opposer, mais avait été repoussé à la place.

Il avait été touché directement sur le côté par un boulet de canon géant.

C’était un boulet de canon encore plus grand qu’une personne... C’était le projectile tiré par le canon principal du cuirassé Risha.

Je m’étais retourné et j’avais vu le cuirassé qui était présent dans la zone.

« Aki... too » déclara Seiya en se levant, alors que son corps était couvert de blessures.

Pour qu’il puisse se déplacer même après avoir encaissé un tir du canon principal du Risha... comme on pourrait s’y attendre d’un Dieu maléfique.

Mais le cuirassé n’était pas la seule chose qui était arrivée.

De l’autre côté, le son des pieds battants résonnait.

Un grand nuage de poussière suivait le peuple de Kazan, le premier peuple guerrier de notre pays.

Je pouvais voir Martha à l’avant-garde.

Puis, le bombardement de Ribek avait continué.

« Maître »

De plus, j’avais entendu une voix derrière moi.

Je m’étais retourné et j’avais vu mes cinq autres esclaves éternels.

Risha, Mira, Yuria, Lilia et Svetlana.

Leurs filles étaient là aussi.

On dirait qu’elles avaient couru jusqu’ici.

« ... Svetlana... tu auras droit une petite discussion après ça, » déclarai-je.

« D’accord ! » répondit-elle.

Il semblerait qu’elle s’y était préparée quand elle avait désobéi à mon ordre.

Mes esclaves, le cuirassé, les guerriers et le bombardement effectué depuis la ville.

« Seiya... c’est notre pouvoir, » déclarai-je.

« ... »

« Comme tu le souhaitais, je vais te le montrer. La vue de tous nos sourires, » déclarai-je.

L’instant d’après, j’avais entendu une forte clameur dans ma tête alors que les annonces se succédaient.

C’était le son de la charge magique de 12 personnes.

Je n’avais pas regardé, mais je savais qu’elles souriaient toutes.

« Es-tu plus puissant que ça, Seiya ? » demandai-je.

« Putain de merde !! » Seiya s’était envolé puis il m’avait attaqué.

Sa vitesse avait baissé... c’était une charge de faible puissance.

Je l’avais bloqué avec la Véritable Esclave Éternelle et l’avais attaqué.

À ce moment-là, j’avais inondé tout le corps de Seiya de « mon pouvoir ».

Je l’avais inondé et j’avais écrasé la puissance du Dieu maléfique.

***
<>
Traduit par la team : Novel de Glace