Flux RSS

Genjitsushugisha no Oukokukaizouki

Traduit par la team : Novel de Glace
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 1 Chapitre 1 – Collecte de fonds ②


Ceci devait faire environ deux heures depuis qu’elle avait commencé à travailler à mes côtés.

Et c’est alors que la jeune fille en uniforme militaire se mit à me parler, avec ses mains et ses yeux qui ne cessèrent pas son travail de vérification que je lui avait confié.

« He ! » (Liscia)

« Quoi ? Êtes-vous fatiguée ? Si c’est le cas, vous pouvez prendre une pause quand vous le voulez. » (Kazuya)

« Non, ce n’est pas cela… Je ne me suis pas présentée. Je m’appelle Liscia Elfrieden. La fille de l’ancien roi, Albert Elfrieden. » (Liscia)

À ces mots, je cessai de bouger ma plume et lui répondit.

« … Alors vous êtes la princesse, c’est cela ? » (Kazuya)

« Est-ce que je ne ressemble pas à cela ? » (Liscia)

« C’est que, comme vous portez un uniforme, je n’ai pas pu savoir que c’était vous. Mais… Oui, vous avez vraiment l’air d’une belle princesse. » (Kazuya)

À ce moment-là, elle se rendit compte de comment elle pouvait être attrayante comme elle était.

« Je suis… Kazuya Souma. Techniquement, je suis le nouveau roi. » (Kazuya)

Liscia se tourna vers moi. Elle était assez proche de moi et nous nous regardâmes les yeux dans les yeux pendant quelques secondes. Contrairement à moi, qui étais décontenancé, ses yeux dorés semblaient essayer de m’évaluer. Après avoir regardé dans les yeux de l’autre personne, Liscia ouvrit lentement la bouche.

« Je ne suis plus une princesse. Parce que vous avez usurpé le trône, ma position actuelle n’est plus tellement claire. » (Liscia)

« Usurpé… ? Je vous fais savoir que c’est votre père m’a refourgué le trône avec les charges qui lui sont rattachées sans rien me demander. Honnêtement, pourquoi dois-je passer par toute cette douleur et toutes ces histoires sans aucun raison ? » (Kazuya)

« … Sérieusement, que s’est-il passé ? Je sais que vous êtes le héros qui avez été invoqués, mais comment cela se fait-il que tout à coup, vous vous retrouviez avec le trône ? » (Liscia)

« Vous me demandez comment ? J’ai simplement fait ce que je sentais être nécessaire pour me protéger… » (Kazuya)

J’expliquai pendant un moment à Liscia ce qui était arrivé après l’instant où je fus invoqué ici au moyen de la cérémonie de convocation.

Comme j’avais été convoqué dans ce monde, j’étais dans la situation où je serais donné en tribu à l’Empire. Le roi n’était pas très enthousiaste à agir ainsi, mais il ne voyait aucun autre plan possible. Car si l’Empire faisait pression sur le royaume, il se verrait contraint de le faire, car selon lui, il n’avait pas d’autre choix possible. Comme il était impossible de prédire ce qui m’arriverait une fois arrivé dans l’Empire, j’avais demandé au roi de choisir une autre option qui était « ne pas donner l’héro, et le garder pour vous ».

Ensuite, j’expliquai plus en détail ma proposition au roi et au premier ministre. Elle était simplement de payer la somme d’argent demandée en tant que subventions pour la guerre pour ainsi gagner du temps. Et pendant ce temps gagnés, nous allions profiter de ce répit en appliquant une nouvelle politique globale pour ainsi construire un royaume puissant et prospère. S’il nous disait « nous voulons mettre la main sur votre héro à la place des subventions de guerre », alors il suffisait simplement de payer ces subventions sans rien leur donner quelque chose d’autre. Et si nous faisions cela, alors ils perdraient automatiquement toute justification pour pouvoir faire des ingérences dans les affaires du royaume. Car en final, ceci ne pouvait pas être une vraie menace, peut importe la manière de voir les choses. Pour garder les apparences, l’Empire ne pourrait en aucun cas insister sinon il perdrait la face. Voici quel était mon raisonnement. Et ainsi, avec tout ce temps que nous pourrions gagner, nous poursuivrons la voie qui permettra de renforcer assez ce pays pour en faire une puissance égale à celle de l’Empire.

Bien sûr, mes deux interlocuteurs avaient eu des objections. Ils m’avaient dit que ce pays n’avait aucun moyen de payer les subventions de guerre.

Mais, après que j’ai inspecté les documents que j’avais demandé, je pus leur montré qu’en revendant certains biens appartenant à l’État, ainsi qu’en plaçant des limites à certaines dépenses du gouvernement et pour finir, en vendant quelques biens personnels du roi, il serait facile d’amasser la somme demandée.

J’avais fait un diplôme socio-économique dans une université renommée (avec en passant, le sujet que j’avais choisi pour la partie socio-économique de l’examen d’entrée était l’histoire du monde), car mon rêve pour mon futur avait été de devenir un employé du gouvernement. Donc tout ceci était parfaitement dans mon domaine d’expertise.

En entendant ce plan, le roi avait pris une expression solennelle, alors que le premier ministre, Marx, avait été plus enthousiaste. Il devait avoir décidé que c’était mieux d’adopter des réformes économiques plutôt que de simplement donner le héros à l’Empire pour préserver le statu quo. Ceci serait plus susceptible, dans un avenir proche, de faire sortir le pays de son marasme.

En final, le roi devint de plus en plus enthousiaste plus nous parlions du plan.

Et moi, en tant que la personne qui avait suggéré de faire cela, je m’attendais à devoir faire énormément de travaux concernant ces réformes, mais en tant que bureaucrate du ministère des Finances ou quelque chose comme cela. Voilà ce à quoi je m’attendais quand…

« Et c’est alors qu’il a annoncé devant tout le monde qu’il me donnait le trône. » (Kazuya)

« Euh, alors… Je suis désolée. » (Liscia)

« Vous n’avez rien fait qui nécessite que vous vous excusiez. Si l’on y pense, vous êtes aussi une victime dans cette affaire, car vous vous retrouvez fiancée avec moi sans que personne ne vous l’ait demandée, ce qui est aussi mon cas. » (Kazuya)

« Tout à fait, oui… Attendez, hoo ? Qui de nous deux possède actuellement le plus haut rang ? Ai-je besoin d’être super poli et formel ? » (Liscia)

Elle avait l’air de ne pas savoir si elle devait me parler comme à un homme du peuple plutôt qu’au roi, ou comme une princesse qui était la prochaine candidate pour être la reine.

« Vous pouvez tout à fait me parler de manière décontractée, je suppose que cela vous convient ? » Disais-je.

« … Bien sûr. » (Liscia)

« De plus, ne vous inquiétez pas à propos des fiançailles. Je suis maintenant sur le trône juste pour l’instant. Je vais de toute façon, ne pas rester le roi très longtemps et donner le trône à quelqu’un d’autre dans quelques années. » (Kazuya)

« Hein ? Quoi !? » (Liscia)

« Parce qu’initialement, j’avais prévu de travailler aussi durement que pour gagner les subventions de guerres pour empêcher d’être donné à l’Empire. Mais maintenant que je suis sur le trône, je ferai assez de changement dans ce pays pour le remettre sur la bonne voie, mais après cela, je vais laisser au peuple de ce pays la décision de comment le pays doit être dirigé. Bien sûr, nous pouvons annuler nos fiançailles vu qu’elles ne servent à rien. » (Kazuya)

Déclarai-je vers Liscia en faisant un sourire rassurant.

 ◇ ◇

« Je vais de toute façon, ne pas rester le roi très longtemps et donner le trône à quelqu’un d’autre dans quelques années. » (Kazuya)

Mes yeux s’écarquillèrent quand j’entendis Souma annoncer cela.

Il disait cela comme si c’était très simple. Ne se rend-il pas compte de la difficulté que tout cela représente ?

Même pour quelqu’un comme moi qui était plus portée sur les questions militaires et donc, mes connaissances de la politique et de l’économie était un peu faible, je pouvais facilement savoir dans quelle situation était mon pays. On était dans une situation « d’échec et mat ». En premier lieu, les stocks de nourriture, ainsi que l’actuelle crise économique ce à quoi l’on rajoutait l’afflux massif de réfugiés causé par l’invasion des démons était déjà mauvais. Et pour couronné le tout, la pression exercée par l’Empire accentuait cela. Tout cela détruisait petit à petit le royaume en ne nous laissant rien à part de l’inquiétude sur notre futur.

Pour cette raison, je pouvais comprendre un peu la décision de mon père, d’immédiatement abdiquer de son trône et de le donner à quelqu’un qu’il sentait bien plus capable que lui. Mais quand même. Compte tenu de tout cela, était-il toujours possible de faire revenir ce pays sur la bonne voie ? Et à supposer même qu’il pouvait le faire, serait-ce acceptable pour le peuple de permettre à un roi qui avait accompli un aussi grand exploit de se retirer si facilement ?

« … Alors, pensez-vous que vous pourrez obtenir les fonds pour les subventions de guerre ? » (Liscia)

« Hm ? Oui. J’ai déjà mis de côté les fonds nécessaires pour qu’on puisse l’envoyer prochainement à l’Empire. » (Kazuya)

« Hein ? » (Liscia)

« Ben oui ! Maintenant, je cherche les fonds pour pouvoir faire mes réformes. Après tout, elles vont coûter plusieurs fois les subventions de guerre. » (Kazuya)

Attendez ! Attendez ! Attendez ! Il a déjà mis de côté les fonds !? La somme demandée par l’Empire est si massive qu’elle représente l’équivalent du budget national à ce que j’ai entendu dire !

« Où avez-vous trouvé cet argent ? » (Liscia)

« Et bien, j’ai vendu des objets. Environ un tiers de ce qui se trouvait dans les coffres aux trésors. » (Kazuya)

« Les coffres aux trésors… Notre trésor national !? Ne me dites pas que vous avez vendu notre trésor national ! Vous n’avez pas fait cela j’espère !? » (Liscia)

Je me rapprochai de Souma, qui me regardait avec un air très blasé à propos de cette affaire.

« Les trésors nationaux appartiennent à tout le pays ! Les vendre de manière arbitraire est une trahison envers le peuple ! » (Liscia)

« Maintenant, calmez-vous ! Si vous dites qu’ils sont la propriété du peuple, je dirais que de les vendre au profit du peuple est donc tout à fait correct. » (Kazuya)

« Malgré cela, il y avait là-dedans des objets ayant une valeur historique et culturelle… » (Liscia)

« Ohh, si c’est cela qui vous inquiète, alors sachez que j’ai mis de côté ce genre d’objet. J’ai uniquement vendu des joyaux et des objets ornementaux qui étaient faits dans des matériaux de valeur. » (Kazuya)

Souma regarda rapidement les documents concernant l’inventaire des coffres au trésor.

« Les trésors ont été divisés en trois catégories. La catégorie A regroupe les biens historiques ou qui ont une valeur culturelle. Les objets de catégorie B sont des objets sans valeur historique ou culturelle, mais avec une valeur monétaire et la catégorie C regroupe tout le reste. J’ai uniquement vendu les objets de la catégorie B. Et au lieu de vendre les objets de la catégorie A, nous allons les placés en utilisant une rotation dans des musées. Ainsi cela nous fera une source de revenus permanente provenant de ceux qui iront les voir. » (Kazuya)

« Bien et… qu’est que la catégorie C en finale ? » (Liscia)

« Cela regroupe les outils magiques, les grimoires, tous ces genres de trucs. Honnêtement, je ne sais pas quelle serait la meilleure façon de les utiliser. Certains pourraient être utilisés en tant qu’armes. Et donc, nous ne pouvons pas les vendre ou les mettre dans des musées sans prendre des précautions appropriées. Tout ceci ressemble énormément à l’équipement complet d’un héros et devrait donc valoir une belle somme. Que penseriez-vous si nous les vendions ? » (Kazuya)

« S’il vous plaît, ne dites pas… » (Liscia)

Techniquement, il était supposé être le héros… Ha, attendez, mais maintenant il est le roi, n’est-ce pas ?

« Mais, si nous avons tout cet argent, ne devrait-il pas être utilisé par l’armée ? Dans mon l’école d’officiers, j’ai appris qu’il fallait toujours l’utiliser pour la défense, et jamais le donner en tant que tribut. » (Liscia)

« Permettez-moi de répondre à cette question concise en disant cela. « Le temps, c’est de l’argent ». Ce qui veut dire qu’en offrant des subventions de guerre en tant que sacrifice, nous pouvons gagner la seule ressource dont notre pays a le plus besoin en ce moment : le temps. » (Kazuya)

« … Pourquoi avez-vous parlé d’une façon tellement détournée ? » (Liscia)

« Ne vous inquiétez pas à ce sujet. Quoi qu’il en soit, même si nous arrivons à renforcer nos forces, tout cela ne servirait à rien si nous ne pouvons pas également obtenir le contrôle des affaires nationales. Tant que les problèmes de la nourriture et des réfugiés se sont pas résolus, nous allons seulement continuer à perdre le soutien du peuple. Une fois qu’on perdra totalement leur soutien, nous allons nous retrouver dans un état de fragilité qui fera que des émeutes apparaîtront un peu partout, surtout si des nations étrangères s’en mêlent. » (Kazuya)

« Non… Le peuple aime aussi ce pays. Ils ne feront jamais… » (Liscia)

« Vous n’avez qu’une vision idéaliste de la chose. Ceci est uniquement si « vous êtes habillé et avez de la nourriture dans votre ventre ». Mais à la fin, nous n’aurais jamais le moral ou du patriotisme si vous avez un estomac vide. Si vous êtes trop occupé à agir pour survivre, vous ne pouvez pas vous permettre de prendre soin des autres. » (Kazuya)

Les yeux de Souma étaient glaciales alors qu’il me disait cela. C’était une vision rude et réaliste. Ceci me fit immédiatement savoir qu’il voyait correctement les choses. Avec son apparence, vous vous attendiez à faire face à un homme faible, mais ce n’était pas cela…

… il était en réalité très fiable.

 ◇ ◇

Après avoir passé une autre journée, j’avais enfin été en mesure d’obtenir une certaine quantité de fonds. Bien que je n’avais pas beaucoup de liquidités, j’avais, pour le moment, l’argent nécessaire pour mes réformes. J’ai réussi à extraire tout cet argent qu’en utilisant mes possessions directes, sans avoir à toucher les trois duchés, donc j’aurais au moins, aimé recevoir quelques éloges pour cela.

En regardant dans la salle…. C’était un véritable désastre. Des bureaucrates étaient évanouis sur leur bureau, d’autres étaient penchés en arrière, dormant sur leurs chaises, leurs visages regardant vers le ciel. Sur le canapé, Liscia était couchée et ronflait doucement.

Je me déplaçai tranquillement vers elle, m’assis sur l’accoudoir du canapé, et regardai Liscia dormir. En fin de compte, cette jeune fille était restée jusqu’à l’aube après m’avoir aidé dans mon travail. Même si elle devait avoir voulu me dire une chose ou deux au sujet d’être forcé à être fiancé avec moi…

Je caressais sa tête endormie. Ses cheveux soyeux glissaient doucement entre mes doigts. L’exaltation d’être enfin libéré après un si long travail devait avoir eu de profondes répercussions sur moi. Normalement, j’aurais été bien trop gêné pour le faire dans mon était normal, mais juste m’asseoir comme cela me rendait heureux.

« Mrm. » (Liscia)

Liscia gémit à ce moment-là, alors j’enlevai ma main de ses cheveux. L’instant d’après, Liscia ouvrit les yeux et se leva d’un coup. Peut-être qu’elle était encore un peu groggy, car elle regardait partout autour d’elle.

Avec un sourire ironique, j’offris un bon matin. « Bonjour, Liscia. »

« M-Matin. Hein ? Est-ce que je me suis endormie ? » (Liscia)

« Nous avons maintenant atteint un bon moment pour nous arrêter. Voulez-vous retourner dormir ? » (Kazuya)

« Oh, non. Je vais bien. Qu’en est-il de vous, Souma ? Vous n’avez pas dormi, n’est-ce pas ? » (Liscia)

Elle avait l’air comme si elle était pleinement éveillée. J’étais heureux de voir qu’elle se montrait préoccupée envers moi.

Je me levai de l’accoudoir puis je tendis les bras vers le haut pour ainsi m’étirer.

« Je prévois d’avoir un bon moment pour me reposer après cela, mais… pourriez-vous d’abord venir un peu avec moi ? » (Kazuya)

« Hm ? Où ? » (Liscia)

« Pour une petite promenade avant d’aller dormir » lui répondis-je.

*

Avec la lumière de l’aube qui arrivait, Liscia et moi montâmes sur le dos d’un cheval.

Tout en respirant dans la brume matinale, le cheval de Liscia filait avec un *clip-clop*, *clip-clop*, n’ayant aucune difficulté à se déplacer avec le poids de deux personnes sur son dos. Liscia était assise à l’avant, tenant les rênes, alors que j’étais derrière elle avec mes bras autour de sa mince taille, tenant chèrement à la vie.

« Hé, ne pressez pas mon ventre si fortement, » objecta-t-elle.

« Pas moyen que j’arrête, c’est trop effrayant. » (Kazuya)

« Pitoyable. Normalement, ceci devrait être vous, tel un homme, qui devrait être celui qui tient les rênes ? » (Liscia)

« Eh bien, ce n’est pas comme si j’avais vraiment le choix. Comme je ne suis jamais monté sur le dos d’un cheval jusqu’à aujourd’hui… » (Kazuya)

Dans le Japon moderne, il y avait peu d’occasions de monter sur un cheval.

Au mieux, j’étais déjà monté sur un poney dans un zoo alors que j’étais un enfant et que quelqu’un était à côté de moi à diriger le poney. C’était un peu vague dans ma mémoire.

« Dans ce pays, à peu près tout le monde du paysan jusqu’à la noblesse savent monter à cheval, le saviez-vous ? » Me dit-elle.

« Dans mon monde, il y avait beaucoup de véhicules bien plus pratiques. » Répondis-je.

« Votre monde… Parlez-moi de lui, Souma. » (Liscia)

« Hm ? » (Kazuya)

« Avez-vous… laissé derrière vous toute une famille, une amoureuse peut-être,… dans l’autre monde ? » Liscia me demanda cela avec hésitation. Voulait-elle faire attention avec mes sentiments ?

« Non, personne. Mon dernier parent, mon grand-père, vient de décéder l’autre jour… oui. » (Kazuya)

« … Je suis désolée. » (Liscia)

« Il n’y a pas besoin de présenter des excuses à ce sujet. Mon grand-père a eu une vie bien remplie. Voilà pourquoi, c’est correct. Personne n’attend mon retour, donc je suppose que je ne ressens pas vraiment le besoin de revenir en toute hâte. » (Kazuya)

« Oh. Vous n’en avez pas. » Liscia semblait un peu soulagée de ma réponse.

Alors que nous parlions, le cheval continuait à faire des bruits de sabots pendant ce temps. Il était selon moi à peu près six heures du matin. Le moment où les personnes commençaient enfin à se lever.

Alors que nous traversions la rue commerçante, aucune des boutiques n’étaient encore ouvertes et il n’y avait presque personne sur la route. Après être passés par la ville du château, nous avions atteint finalement le mur qui faisait le tour de la capitale.

Nous arrivâmes enfin à une porte massive, avec des personnes comme j’avais déjà vu dans des films fantastiques étrangers, et après avoir parlé aux gardes présents devant, nous pûmes enfin sortir vers l’extérieur de la ville par une petite porte sur le côté de la grosse, la porte principale n’étant pas encore ouverte.

Liscia avait tout le long été celle qui avait parlé avec les gardes. Si le roi nouvellement nommé leur avait dit qu’il voulait aller en dehors de la ville sans gardes du corps, je doute qu’ils l’aient permis. Ainsi, Liscia, qui occupait un rang d’officier, leur avait dit, « Je suis envoyée à l’extérieur par ordre du roi » et comme cela, c’était parfaitement concordant avec le cadre de ses fonctions, ils n’avaient pas protesté.

Une fois que nous avions traversé la porte en toute sécurité, Liscia avait ajouté, « Comme j’ai dit que c’était un ordre royal, automatiquement, il va y avoir un rapport fait sur cela. Qui sait ce que Marx va nous dire plus tard quand il le saura… »

J’ignorai ses plaintes.

Après un court voyage à travers les rues de la ville extérieur, nous avons finalement atteint notre destination. «  Arrêtez-vous ici, s’il vous plaît » lui dis-je.

Après qu’elle ait arrêté son cheval, Liscia me regarda d’un air interrogateur. « C’est ici que vous vouliez venir ? Tout ce que je vois, c’est des champs d’agriculteurs dans le coin. »

En effet, il n’y avait que des champs verdoyants de plantes vertes ici. Aussi loin que l’œil pouvait voir, je vis des champs verts et l’humidité de la rosée du matin. C’était le bon lieu. Aucun ne doute là dessus.

« Liscia, c’est l’endroit que je voulais vous montrer. » (Kazuya)

« Ces champs ? Je suppose qu’ils sont assez jolis quand ils sont ainsi mouillés par la rosée du matin comme maintenant, mais… » (Liscia)

« Joli… hein !? Non, c’est à cause d’eux que tant de monde meurt de faim. » (Kazuya)

« Quoiiiii ? » Les yeux de Liscia s’élargirent de surprise.

Je soupirai avant d’ajouter. « Jetez un œil autour de nous. Ces « champs non comestibles » sont à l’origine de la crise alimentaire de ce pays. »

 ◇ ◇

Des champs non comestibles. C’était ainsi que Souma avait appelé les champs visibles devant moi, regardant cela avec amertume. Souma m’avait dit qu’il avait voulu me montrer ces champs, mais je ne comprenais toujours pas pourquoi.

« Que voulez-vous dire ? » (Liscia)

« Exactement ce que je viens de dire. Tous ces champs que vous voyez ici sont des champs de coton. » (Kazuya)

« Des champs de coton. Ah ! Voilà ce que vous vouliez dire par non-comestible ! » (Liscia)

Les fleurs de coton étaient cultivées pour produire du fil de coton. Effectivement, ces champs ne faisaient poussé des biens que ne pourraient pas être mangé.

Souma assis sur le sol, posant ses coudes sur ses cuisses. « Allons directement à ma conclusion, si cela vous convient. C’est l’augmentation excessive du nombre de ces champs de coton qui a causé les pénuries alimentaires dans ce pays. »

« … Pardon ? » (Liscia)

Maintenant, fait-il preuve de désinvolture en disant quelque chose d’aussi incroyable aussi simplement ? La cause de nos pénuries alimentaires ?

« Pendant que je triais des documents, j’ai remarqué cela. Avec l’expansion du domaine du seigneur démon, la demande de vêtements et d’autres nécessités quotidiennes a ainsi grimpé en flèche. Bien sûr, la demande pour les matières premières a aussi augmenté. Donc avec le prix de vente des fleurs de coton en hausse et d’être en mesure de vendre autant que vous pouviez en produire, les agriculteurs ont entièrement cessé leurs cultures vivrières qu’ils avaient faites jusqu’à ce moment-là. Les cultures qui servent à vendre à d’autres au lieu de manger sont appelées des cultures de rente. Ce qui veut dire qu’en final : nos agriculteurs se sont tournés vers la croissance des cultures de rente, ce qui a eu pour effet de baisser le taux d’autosuffisance alimentaire de ce pays. » (Kazuya)

J’étais sans voix. La cause des pénuries alimentaires de ce pays.

J’avais toujours simplement supposé que la cause était le mauvais temps, ou que notre pays avait simplement eu une terre qui commençait à s’appauvrir. Mais en vérité, il y avait une raison concrète à ces problèmes, et pourtant moi, qui avais vécu dans ce pays depuis plus de dix ans, n’avais rien vu venir. Alors que lui, Souma, qui avait été convoqué ici que depuis quelques jours, avait réussi à le voir si facilement.

« Si je devais aller un peu plus loin, je pourrais tout à faire dire que c’est aussi la cause principale de la faible puissance économique de ce pays. Lorsque le taux d’autosuffisance alimentaire diminue, vous devez importer d’autres pays pour ainsi éviter la famine. Toutefois, les produits alimentaires importés impliquent des coûts de transport et donc le prix des denrées alimentaires est en forte hausse. Ceci met la pression sur les budgets des ménages et donc ils ne peuvent en aucun cas réduire le budget alimentaire de leurs familles. Car après tout, si vous ne mangez pas, vous serez affamé et vous finirez par mourir. Alors bien sûr, si vous devez couper la graisse quelque part, cela va automatiquement être dans les biens non essentiels et surtout les produits de luxe. Et donc, ces changements dans les pratiques de dépenses provoquent une spirale qui affaiblit l’économie globale du pays. » (Kazuya)

Qu’avais-je regardé jusque là ? Si j’étais un simple citoyen, cela aurait été correct pour moi de rire de tout cela dédaigneusement vis-à-vis de mon manque de perspicacité. Cependant, je suis une princesse.

L’ignorance de ceux en haut tue ceux en bas.

« Je suis… un échec en tant que personne de la royauté. » Je perdis toutes mes forces après avoir entendu ces mots, tombant à genoux directement où j’étais. Dans toute ma vie, je n’avais jamais si vivement ressenti un sentiment d’impuissance comme j’en avais en ce moment.

En me voyant comme ça, Souma laissa échapper un « Euh, » et un « Um » tout en se grattant la tête, avant de poser délicatement sa main sur ma tête.

« Ne vous laissez pas abattre comme cela. Nous avons obtenu le financement dont nous avions besoin. Il est loin d’être trop tard pour les réformes agricoles que j’ai prévues. » (Kazuya)

« … Que prévoyez-vous faire ? » (Liscia)

« Je veux en premier, placer une limite à la quantité de cultures de rentes, et ramener au plus vite une forte croissance sur les cultures vivrières afin d’améliorer notre taux d’autosuffisance. Le pays versera des subventions pour aider à soutenir cette transition. En premier, nous commencerons par replanter les champs avec des haricots qui ont un très large éventail d’utilisations ainsi que des pommes de terre qui sont très efficaces contre la famine. Et au fil du temps, je voudrais aussi augmenter le nombre de rizières présent dans le pays. Après cela… » (Kazuya)

Souma parla avec éloquence de ses projets de réformes agricoles. Il utilisait beaucoup de mots comme « rizières » que je ne connaissais pas, mais alors que je regardai son visage de profil, il semblait si radieux.

Je sentais que je pouvais comprendre pourquoi mon père avait abdiqué. Il était ce dont ce pays avait le plus besoin en ce moment. Et nous devions faire tout ce qu’il fallait pour le garder attaché à ce pays. Nos fiançailles avaient probablement été conçues comme une autre chaîne avec laquelle le lier.

Je suppose que je ne peux pas me permettre d’être bouleversée concernant mes fiançailles qui ont été décidées sans me demander.

Souma avait dit qu’une fois qu’il aurait mis ce pays sur la bonne voie, il abandonnerait le trône, mais nous ne pouvions pas le laisser faire. Ce serait une perte pour le pays de perdre ainsi un homme avec un talent si important. Il fallait l’éviter à tout prix.

Il m’a dit qu’il n’avait pas de famille dans son ancien monde. Si je devenais sa famille ici, je pourrais le garder dans ce pays ? Me demandai-je. En tant que sa fiancée, si je pouvais faire de ce mariage un fait accompli… Attendez, la meilleure façon de créer un fait accompli… serait essentiellement de…. le faire avec lui…

Les pensées qui me vinrent à l’esprit firent que mon visage devint totalement rouge.

« Alors, dans les montagnes nous allons… Hé, Liscia, m’écoutez-vous ? » (Kazuya)

« Heuu ! Pou-Pourquoi, oui, je vous écoute. » (Liscia)

« Hm ? Votre visage est tout rouge, le saviez-vous ? » (Kazuya)

« C’est à cause du lever du soleil ! Ne commencez pas à vous imaginer quelque chose d’autre ! » (Liscia)

Mes joues étaient en feu. J’étais prête à mourir d’embarras.

À partir de là, je ne crois pas avoir entendu un seul mot des explications Souma.

*

<>
Traduit par la team : Novel de Glace