Flux RSS

Genjitsushugisha no Oukokukaizouki

Traduit par la team : Novel de Glace
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 2 Chapitre 15 – La déclaration de guerre ③


Il y avait un groupe de personnes parmi les arbres qui observait ce portrait de l’enfer qui se déroulait sur ce versant de montagne. Ce groupe était vêtu d’une armure peinte en noir, avait des arcs et des baguettes magiques et portait du tissu noir enroulé autour de leurs visages.

Ce groupe était une unité commando qui venait à l’instant d’attaquer ceux de la Principauté d’Amidonia. Ils étaient environ 2000 soldats. La personne centrale de ce groupe vêtu de noir était de faible corpulence, mais ses proportions avaient clairement indiqué qu’elle était une femme, et cela même à travers cette tenue.

Elle était la chef de l’unité de commando.

Les personnes se trouvant devant eux n’essayaient même pas d’aider leurs camarades qui s’étaient enfoncés dans la boue. Quoi qu’il en soit, les troupes amidoniennes marchaient comme si elles effectuaient une retraite.

Alors qu’elle pensait que les humains pouvaient devenir cruels afin de survivre, ceci la fit un peu frémir.

Il y a des moments où un roi doit donner des ordres cruels, pensa-t-elle. Cependant, alors qu’il afficha si peu d’hésitation, je me suis mis à le détester en tant que personne et non pas en tant que roi.

Alors qu’elle pensait à ça, l’un de ses subordonnés était venu vers elle afin de lui faire un rapport. « Dame Canaria, le groupe de tête des forces de la principauté a traversé la vallée. Devrions-nous les poursuivre ? »

En réponse, leur chef secoua la tête. « Ce n’est pas nécessaire. Notre mission n’est que de perturber et de bloquer le plus longtemps possible l’ennemi. En outre, nous sommes seulement 2 000. Même si nous les poursuivions, nous ne pouvons pas espérer de meilleurs résultats que nous ne l’avons déjà fait. Nous avons déjà beaucoup accompli. Alors, préparons-nous à nous retirer. »

« Oui m’dame ! » répondit-il.

Une fois que son subordonné qui lui avait apporté le rapport était parti, elle avait enlevé le tissu enroulé autour de son visage.

À ce moment-là, les nuages ​​qui recouvraient la lune se retirèrent de là, et le clair de lune fit briller ses beaux cheveux bleus.

Elle était magnifique même dans le simple geste de se brosser les cheveux, les plaçant en arrière. Elle était la Lorelei du Royaume, Juna Doma.

Quand elle était apparue devant Souma, elle avait été la Lorelei Juna qui travaillait dans un café chantant, mais dans la Marine elle était devenue Canaria, le chef d'un troupe de 2000 marines, la seule unité destinée à combattre dans les opérations amphibies.

Oui, la véritable identité de cette unité de commando était le Corps des Marines, ce qui signifiait qu’elle était liée à Excel Walter.

Juna fut soulagée d’avoir accompli avec succès sa tâche.

Grand-mère a bien géré sa partie, pensa-t-elle. Je ne peux pas être la seule à rater ma mission.

Par 'grand-mère', elle voulait parler de l’Amirale de la Marine, Excel Walter. En plus d’être une Lorelei et Canaria, Juna était aussi la petite-fille d’Excel. Bien sûr, avec la longue vie d’Excel et de nombreux amours, elle avait eu un grand nombre d’enfants et si elle comptait tous ses petits-enfants et arrière-petits-enfants, eh bien, elle avait assez d’enfants pour peupler un petit village.

Avec une famille aussi nombreuse, il serait possible de renverser le royaume en utilisant seulement ses propres liens de parenté. C’est pourquoi, pour éviter tout soupçon inutile, Excel avait gardé le nom de 'Walter' que pour elle-même. Quand ses enfants atteignaient la majorité, elle les reniait et les envoyait se marier dans d’autres maisons. Juna était l’enfant de l’un des fils d’Excel qui s’était marié dans la famille marchande Doma.

Juna, qui avait hérité du beau visage d’Excel, regarda les cadavres cruellement abandonnés des soldats amidoniens et fronça les sourcils. « … Si nous les laissons là, les bêtes locales pourraient développer un goût pour la chair humaine. Ce serait un problème si cela advenait. Sauvons les survivants et faites-les prisonniers, puis enterrez les corps des autres. »

« Comptez-vous aider les soldats amidoniens ? » demanda son subordonné.

« Après avoir été abandonné par leur propre roi, Sa Majesté le Roi Souma, le roi d’un état ennemi, les sauvera, » dit-elle. « Cela pourrait améliorer la réputation de Sa Majesté, et cela ne peut pas le nuire. »

« Je comprends. » Dit-il.

Tout comme l’aura qu’elle exsudait, le processus de pensée de Juna était aussi très mature. Après avoir donné des ordres à ses subordonnés, Juna regarda vers le nord-nord-ouest. Il s’agissait de la direction dans laquelle elle savait que Souma et les autres se dirigeaient en ce moment. Après cela, Souma et les autres entreraient dans la bataille finale contre la Principauté d’Amidonia.

Juna posa une main sur l’un de ses amples seins, fermant les yeux en méditant.

Votre Majesté... S’il vous plaît, restez en sécurité.

Qu’elle priait pour sa sécurité, et non pour sa victoire, était dû à ses sentiments en tant que Juna Doma, la Lorelei de Souma, qui avait filtré hors de son masque de militaire.

***

L’embuscade dans la Vallée de Goldoa avait en grande partie réduit la vitesse de marche des forces amidoniennes. Après qu’ils eurent essayé de se réorganiser en rangs après avoir quitté la vallée, les 30 000 soldats avaient été réduits à 15 000. Cela indiquait qu’en plus de ceux qui avaient été perdus à cause de l’embuscade et de ceux qui avaient été piétinés lorsqu’ils s’étaient enfoncés dans le marais, il y avait eu un nombre considérable de soldats qui avaient aussi déserté.

De plus, comme les wagons n’avaient pas eu d’autre choix que d’abandonner leurs approvisionnements et d’avancer dans ce chaos, les forces de la principauté étaient maintenant frappées d’épuisement et de faim.

Le stress des soldats avait atteint son apogée et ils étaient prêts à s’effondrer à tout moment. Même s’ils étaient allés à Van avec ces 15 000 hommes, puis avaient réussi à lancer une attaque en tenaille avec les défenseurs, il serait difficile de gagner face aux 55 000 hommes du Royaume d’Elfrieden.

En réponse à cette situation, Gaius VIII avait d’abord fait venir le capitaine des équipes de wagons afin qu’il prenne la responsabilité de la perte de leurs provisions. Il décapita l’homme afin de calmer les autres soldats.

Ensuite, il fit rassembler des provisions en provenance des villages et des villes voisines, enrôlant la population locale dans son armée, portant ainsi le total des troupes à 25 000 hommes. Bien sûr, cela provoqua un certain ressentiment, mais avec l’existence même de son pays en jeu, Gaius s’en fichait royalement.

Alors que cela lui avait permis d’obtenir le nombre de troupes dont il avait besoin, ses forces rassemblaient des provisions et des soldats à mesure qu’ils avançaient, mais en contrepartie, ils se déplaçaient lentement. Cela faisait quelques jours que la retraite avait commencé, mais ils n’avaient toujours aucune idée de quand ils arriveraient à Van.

Après avoir passé un autre jour à agir ainsi, les forces amidoniennes étaient finalement arrivées assez près pour atteindre Van dans la journée. Cependant, les forces d’Amidonia avaient fait une erreur fatale pendant tout ce temps.

Ils avaient trop précipité leur avancée.

Vous pouviez tout à fait vous interroger sur ce qui n’allait pas, ou vous pouviez même penser que Sun Tzu lui-même avait dit que 'les soldats apprécient la hâte.' Cependant, lorsque Sun Tzu parlait d’un 'soldat', il voulait dire 'guerre'. Dans le texte original, il avait dit. « Et ainsi, bien que nous ayons entendu parler de stupide hâte lors d’une guerre, l’ingéniosité n’a jamais été associée à de longs retards. »

Ce qu’il voulait dire par là était. « La guerre (parce qu’il s’agit d’une chose qui épuise les pays) est la plus bénéfique lorsqu’elle est résolue rapidement et qu’aucun pays ne peut bénéficier d’une longue guerre. »

C’était pourquoi les armées de la principauté auraient dû tenir compte des mots suivants dans le chapitre 'Manœuvre' de l’Art de la Guerre.

« Manœuvrer avec une armée est avantageux. Mais avec une multitude indisciplinée, cela devient plus dangereux. Si vous placez une armée entièrement équipée en marche afin d’obtenir un avantage, il y a de fortes chances que vous arriviez trop tard. D’autre part, détacher une colonne volante dans ce but implique le sacrifice de ses bagages et de ses stocks. »

Les 'Manœuvres' se trouvaient être la compétition entre deux forces afin de revendiquer des positions stratégiquement importantes.

Dans le cas de la bataille d’Yamazaki entre Hideyoshi Hashiba et Mitsuhide Akechi, qui avait été faite sur le mont Tennouzan, lors de la guerre russo-japonaise, elle avait été faite sur la colline 203.

Certes, si vous pouvez sécuriser ces points importants avant votre adversaire, la bataille sera à votre avantage.

Cependant, Sun Tzu avait aussi dit que développer une fixation sur ces points et rivaliser avec votre adversaire pour eux pourrait être trop dangereux.

Si vous envoyiez toute votre armée, alors elle arriverait probablement trop tard, mais si vous envoyez une unité rapide pour faire le travail, ils finiront par quitter l’équipe qui achemine leur matériel.

Si cela se produisait, même si vous saisissez le point en question, cela pourrait s’avérer inutile.

De plus, Sun Tzu avait dit que si vous marchez cent li [i] en manœuvrant, seul un dixième de votre armée atteindrait sa destination et que les chefs de vos trois divisions tomberaient entre les mains de l’ennemi.

Si vous marchez cinquante li, seulement la moitié de votre armée atteindra la destination, et le chef de votre première division sera terrassé.

En d’autres termes, si vous épuisiez vos soldats en essayant de saisir des points stratégiquement importants et que vous perdiez vos approvisionnements, il n’y avait aucun intérêt à le faire.

Si vous regardiez ce que l’armée de la principauté avait fait, vous verriez qu’elle était devenue trop obsédée par le point stratégique qu’était la capitale, Van. Elle avait abandonné leurs wagons d’approvisionnement et avait inutilement épuisé ses soldats.

En d’autres termes, ils avaient fait exactement ce contre quoi Sun Tzu avait mis en garde.

Ce que l’armée de la principauté avait trouvé quand elle avait atteint la large plaine à dix kilomètres au sud de Van était une armée fraîche du royaume qui les attendait.

Quand Gaius avait vu les forces déployées devant lui, toute sa force avait quitté son corps et il était presque tombé de son cheval. « C’est absurde… Ne me dites pas que cela veut dire que Van est déjà tombée !? »

Il n’y avait personne qui pouvait répondre à ses murmures.

***

Pour aller directement à la conclusion, non, à ce moment-là, Van n’était pas encore tombé.

Quand les troupes d’Elfrieden sous les ordres de Souma étaient arrivées un jour avant les troupes amidoniennes, elles n’avaient rien fait de stupide comme d’essayer d’attaquer les 5 000 soldats d’élite enfermés dans la ville de Van.

Elles s’étaient séparées de 10 000 hommes utilisés afin de surveiller ces soldats, tandis que la force principale s’était déplacée vers le terrain dégagé à dix kilomètres au sud de Van, attendant la force principale de l’armée de la principauté qui viendrait sans doute par là.

Dès le début, la cible de Souma avait été la force principale de l’armée amidonienne. C’est pourquoi il avait dit à Gaius la cible de leur attaque, quelque chose qui devrait normalement être gardé secret.

En disant d’abord qu’il attaquerait Van, il s’attendrait à ce que les troupes de la principauté s’y précipitent, lui permettant ainsi de les détruire.

Il s’agissait d’un plan issu du sixième stratagème des Trente-Six Stratagèmes, 'Faire un bruit à l’Est, puis frapper à l’Ouest', mais il était aussi en train de reconstituer la Bataille de Maling, d’où l’usage des paroles du second stratagème 'Assiéger Wei afin de sauver Zhao'.

Il s’agissait de la stratégie que le deuxième Sun Tzu, Sun Bin, avait utilisée afin de vaincre son rival Pang Juan. Gaius n’avait jamais eu la moindre chance de réussir.

Alors qu’il disposait de 25 000 hommes sous ses ordres, les troupes du royaume avaient assez de rations rassemblées par Poncho afin de nourrir toute l’armée, et avaient passé la journée à se reposer sur-le-champ de bataille et à attendre les troupes épuisées qui avaient perdu la plupart de leurs wagons d’approvisionnement. 55 000 soldats du royaume en très bonne condition face aux 25 000 soldats de la principauté totalement épuisés.

La bataille avait été décidée avant même d’avoir commencé.

Dans le camp principal au centre des forces du Royaume d’Elfrieden qui avait pris la formation de l’aile de la grue, Souma se leva de son tabouret, puis leva son bras droit haut avant de le basculer en direction des troupes de la principauté.

« « « Ouais ! » » » Un cri de victoire put être entendu en provenance des troupes du royaume.

Avec ça comme étant le signal, la bataille finale entre le Royaume d’Elfrieden et la Principauté d’Amidonia commença.

Notes
  • i : Le Li est une ancienne unité de longueur chinoise dont la valeur varie suivant la région et l’époque ; la valeur généralement considérée est le Li de 576 m, définie dès la dynastie Qin. La valeur actuelle du Li est de 500 m (valeur exacte).
☆☆☆
<>
Traduit par la team : Novel de Glace