Flux RSS

Genjitsushugisha no Oukokukaizouki

Traduit par la team : Novel de Glace
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 2 Chapitre 18 – Épilogue ② : Prologue de l'après-guerre


L’Empire du Gran Chaos était à l’ouest du continent.

Sur ce continent, si vous excluiez le Domaine du Seigneur-Démon, cet état possédait le plus grand territoire. Et aussi bien quand il s’agissait de la population, du potentiel de guerre, de la technologie et même de la qualité de vie de ses habitants, il s’agissait d’un grand empire auquel aucun autre pays ne pouvait rivaliser.

Même le Royaume d’Elfrieden, qui avait le deuxième plus grand territoire sur le continent, était insignifiant par rapport à l’Empire. Si le royaume voulait rivaliser avec l’Empire, même après avoir annexé Amidonia, ils auraient encore besoin de doubler leur force.

En fait, ce calcul n’aurait fonctionné que s’ils combattaient seulement l’Empire. S’il devenait ennemi de l’Empire, alors, avec les pays alliés de l’Empire, il n’y aurait plus de place pour le Royaume sur le continent.

À propos de la seule zone où le royaume pourrait rivaliser avec l’Empire était la longueur de leur histoire respective. L’Empire était plus jeune que le royaume, mais seulement d’une courte longueur.

C’était arrivé vers la fin de la Période Chaotique. Il y avait eu un conflit entre les nombreuses diverses races du continent et de nombreux pays avaient soudainement pris le pouvoir. Contrairement à Elfrieden, qui avait été fondé par la réunion de nombreuses races, le Royaume de Chaos de cette époque était dirigé par un roi unique. Il centralisa le pouvoir, le concentra entre les mains de la race humaine et créa ce que l’on pourrait appeler une dictature.

Surtout en période de troubles, les états centralisés étaient plus puissants. C’était parce que les décisions prises par un seul individu étaient immédiatement prises en compte, de sorte qu’il pouvait prendre des décisions rapides et agir immédiatement. Au moment où la Période Chaotique touchait à sa fin, le Royaume de Chaos se tenait d’une bonne longueur au-dessus des autres nations sur le continent. Cependant, à ce moment-là, ce n’était qu’une puissance parmi tant d’autres. Les peuples de l’époque n’auraient jamais pensé que cela deviendrait le genre d’empire massif qu’il était aujourd’hui.

La plus grande révolution a eu lieu il y a cent ans, avec la naissance d’un individu héroïque dans le Royaume de Chaos.

Manas Chaos.

La personne qui allait plus tard être connue sous le nom de l’Empereur Chaos.

Manas était né en tant que deuxième fils du Roi de Chaos, mais il avait hérité du trône lorsque son père et son frère aîné avaient péri dans la guerre avec le Royaume d’Euphoria, un pays qui avait existé dans le nord-ouest du continent. Quand Manas monta sur le trône, ceux qui l’entouraient s’attendaient naturellement à une guerre de revanche contre le Royaume d’Euphoria.

Cependant, Manas n’avait non seulement pas lancé une guerre afin de se venger, mais il avait également pris la fille du roi d’Euphoria comme épouse, formant un lien conjugal entre les deux pays. De plus, il était allé jusqu’à se renommer Manas Euphoria, de sorte que ceux du Royaume Euphoria avaient baissé leurs gardes. Il y avait eu une certaine résistance à cela dans le Royaume de Chaos, mais Manas était un génie militaire et il avait donc réprimé tous les dissidents.

En tant que génie militaire, Manas avait parfaitement compris. À l’heure actuelle, l’écart de puissance entre le Royaume d’Euphoria et le sien n’était pas assez important. S’ils devaient se battre dans ces circonstances, la guerre serait inutile et cela ne réussirait qu’à épuiser le pays. Son plan était d’utiliser d’abord le roi d’Euphoria, d’absorber les plus petits pays autour d’eux, puis, une fois la différence de puissance entre eux largement en sa faveur, il essaierait d’avaler à nouveau le Royaume d’Euphoria. En fait, Manas avait absorbé les petits pays, puis, quand la différence de puissance entre eux avait été assez grande, il avait envahi le Royaume d’Euphoria, la maison de sa femme, et l’avait détruit.

Cependant, peut-être qu’à cause d’un petit sentiment de regret, il ne revint jamais à son ancien nom de Chaos et continua à utiliser le nom d’Euphoria et cela même après avoir détruit le Royaume Euphoria. Même maintenant, la famille impériale de l’Empire Gran Chaos utilisait le nom d’Euphoria.

Même après avoir détruit le Royaume de l’Euphoria, Manas avait continué ses guerres d’invasion, et avant qu’il s’en rende compte, son pays était devenu une grande nation contrôlant l’ouest du continent.

C’était au moment où le Royaume de Chaos s’était rebaptisé l’Empire Gran Chaos.

L’apparition de ce massif pays était une cause de grande préoccupation même pour les pays qui ne l’avait pas comme voisin.

Cela arriva quelques décennies plus tard, mais dans le Royaume d’Elfrieden, la raison pour laquelle le roi qui était le prédécesseur du prédécesseur de Souma avait pris le chemin de l’expansionnisme était par peur de l’existence de l’Empire.

À ce moment-là, le monde avait déjà été en transition vers une atmosphère de coopération, mais il avait dû vouloir renforcer son propre pays avant devant la menace que l’Empire représentait. Cependant, n’ayant pas le génie militaire de Manas, lorsque cet ancien roi d’Elfrieden avait annexé la moitié de l’Amidonia, ses partisans, mécontents de l’épuisement du pays issu de son expansion excessive, l’assassinèrent.

Après cela, le royaume vit une guerre de succession entre ses parents (les trois ducs de l’époque ne voulaient pas s’impliquer, alors ils s’étaient retirés dans leurs duchés) ce qui avait conduit à la quasi-élimination de la ligne royale. En fin de compte, la jeune fille qui allait devenir la mère de Liscia avait réussi à survivre à ces temps de troubles. Elle avait donc hérité du trône et avait réussi à calmer la situation dans le royaume en prenant Albert en tant que mari.

Revenons maintenant à ce qui concerne l’Empire.

L’Empire était devenu une grande puissance et cherchait même à unifier le continent, mais Manas, le personnage principal de tout cela, était décédé à l’âge de cinquante ans, alors qu’il aurait pu encore faire plus. Il y avait des rumeurs d’assassinat, mais la vérité était que c’était à cause d’une maladie qu’il était mort. Même un homme si grand ne pouvait pas vaincre la maladie.

Avec la mort de Manas, la situation dans l’Empire commença à paraître douteuse. Quand un pays était construit autour d’une forte personnalité, il se brisait souvent lorsque cette forte personnalité disparaissait. Il y avait aussi eu des exemples de cela sur Terre. Il y avait l’empire d’Alexandre le Grand, l’Empire mongol, la dynastie Qin de Qin Shi Huang et plus encore. Plus un pays se développait rapidement, et plus il était probable qu’il s’effondre avant même que trois générations ne se soient écoulées. C’était la même chose avec l’Empire Gran Chaos.

Le second empereur, grâce en partie aux fidèles collaborateurs de Manas, toujours en vie, dirigea l’Empire d’une main ferme. Cependant, au moment où le troisième empereur monta sur le trône, ces fidèles serviteurs étaient tous décédés.

En partie parce qu’il s’agissait d’un pays centré sur les humains, il n’y avait pas de vassaux d’autres races, tels qu’Excel, qui servait la famille royale depuis des générations. En conséquence, le troisième empereur avait lancé de nouvelles invasions dans le but d’obtenir le soutien de ses serviteurs. Il avait dû vouloir montrer aux personnes à l’intérieur et à l’extérieur du pays qu’il pouvait continuer le travail de Manas qui était l’unification de tout le continent.

Cependant, la guerre qui avait éclaté il y a soixante ans s’était transformée en une guerre mondiale, avec de nombreux pays qui s’étaient totalement épuisés lors de ce conflit. Et l’Empire ne faisait pas exception. Avec les coûts d’une guerre qui était d’une manière inattendue très élevée, cela avait ruiné le pays ce qui avait endommagé le soutien qu’il avait essayé de construire.

Il y avait donc eu des guerres civiles à répétition dans l’Empire, et le troisième empereur mourut aux mains des rebelles pendant la quatrième guerre. Ironiquement, c’est en raison des pertes infligées dans la guerre que le troisième empereur avait tentée de poursuivre le travail d’unification, qui avait amené le monde à évoluer vers une atmosphère de coopération accrue.

Le quatrième empereur, qui avait hérité d’un empire en désarroi, abandonna la politique expansionniste et se concentra sur la politique intérieure. Ceci aurait pu être appelé une sage décision, mais il avait été appelé trop passif et avait été méprisé par les seigneurs de l’empire.

Quand le cinquième empereur était monté sur le trône, l’Empire avait déjà perdu sa force centripète et on pensait qu’il allait bientôt se briser. Cependant, il y a environ dix ans, quelque chose de complètement inattendu s’était produit.

L’apparition du Domaine du Seigneur-Démon.

L’avance soudaine de ces armées aberrantes fit perdre à l’Empire l’ancien territoire du Royaume d’Euphoria, ainsi que beaucoup de ses autres territoires du Nord. Cependant, la menace était la même pour tous les pays, conduisant à des appels à l’humanité afin de s’unir face à cette situation.

Et ainsi, ils s’étaient tournés vers la nation la plus grande et la plus puissante, l’Empire, pour prendre le flambeau de cette force commune. En conséquence, l’Empire avait réussi à éviter la menace d’une fragmentation de son pays.

Ils étaient ainsi devenus la principale puissance dans l’alliance des nations de l’humanité, mais, du fait que l’humanité ne travaillait pas à l’unisson dès le départ, ils avaient été contraints à une dure bataille contre les monstres. Puis, dans une bataille lors de l’invasion qui avait pénétré profondément dans le domaine du Seigneur-Démon, l’humanité avait subi une défaite écrasante.

Le cinquième empereur était un homme de culture, et donc, pas doué dans l’Art de la Guerre. En raison du champ de bataille peu familier qui l’avait aussi bien broyé son corps et son âme, il était décédé il y a cinq ans.

Le cinquième empereur n’avait pas de garçons, donc celui qui devait hériter du trône était une fille qui n’avait encore que quatorze ans à l’époque.

Cette fille était Maria Euphoria.

À l’âge de dix-neuf ans, elle était l’impératrice de l’Empire Gran Chaos (« empereur » étant un titre pour les hommes, le poste avait été nouvellement créé.)

À l’époque, de nombreuses voix s’inquiétaient du fait qu’une telle jeune fille devait prendre le trône. Cependant, une fois qu’elle avait pris le trône, elle avait immédiatement mis son charisme naturel au travail.

Elle avait d’abord changé les politiques de l’Empire favorisant l’humain, employant ceux qui avaient du talent même s’ils appartenaient à une autre race. En temps de paix, les humains auraient pu repousser cela, mais il s’agissait d’une période de crise avec la menace du Domaine du Seigneur-Démon qui pesait sur eux. Leurs positions et leur prestige dépendaient de leur survie.

Ses politiques, adaptées à l’époque actuelle, avaient reçu le soutien de ses sujets.

La politique de Maria comprenait celle qui était la plus importante, la Déclaration du Front Commun de l’Humanité Contre la Race Démoniaque (également connu sous le nom de Déclaration de l’Humanité). En réponse à la menace empiétante du Domaine du Seigneur-Démon, elle avait appelé afin de former un front commun entre tous ceux faisant partie de l’humanité.

La Déclaration de l’Humanité avec ses trois articles, « Premièrement, l’acquisition du territoire par la force pour les nations de l’humanité serait considérée comme irrecevable. » « Deuxièmement, le droit de tous les peuples à l’égalité et à l’autodétermination devra être respecté. » Et « Troisièmement, les pays qui sont éloignés du Domaine du Seigneur Démon fourniront un soutien aux nations qui se trouvent sur le front, et qui agissent comme un mur protecteur. » Était révolutionnaire en ce sens qu’il établissait non seulement un front commun contre les forces du Seigneur-Démon, mais faisait également référence à l’arrêt des guerres et à l’interdiction de la discrimination raciale.

En outre, Maria avait accordé une attention toute particulière à la protection des faibles. Grâce à sa magnifique apparence et à la gentillesse avec laquelle elle avait accueilli tout le monde, peu importe leur origine, elle avait capturé le cœur du peuple.

À un moment donné, les personnes étaient naturellement venues l’appeler ainsi :

La « Sainte de l’Empire ».

***

Cette Sainte de l’Empire, Maria, était maintenant dans sa chambre dans la capitale impériale de l’Empire Gran Chaos avec un regard sombre.

Il s’agissait d’une nuit tranquille. Il y avait quelque chose de particulier dans la façon dont elle regardait l’extérieur alors qu’elle se tenait près de la fenêtre avec un clair de lune qui coulait à l’intérieur, ne prenant pas la peine d’allumer les lumières. Sa silhouette féminine et bien équilibrée était enveloppée dans une robe d’un blanc pur, et elle était belle avec ses cheveux blonds ondulés.

Qui aurait cru qu’elle se tenait au sommet du pays le plus puissant du continent ?

Alors que Maria regardait à travers la vitre la lune qui brillait dans le ciel nocturne, elle laissa échapper un autre soupir. À ce moment, on frappa à la porte de sa chambre.

Maria corrigea sa posture, puis elle dit. « Veuillez entrer. »

Une autre jeune fille était alors entrée. « Chère sœur, excusez-moi. »

Cette fille était vêtue d’un uniforme militaire et avait un visage identique à celui de Maria. S’il y avait une différence entre elles, se serait qu’elle attachait ses cheveux en queue de cheval et que ses yeux semblaient un peu plus courageux.

Il était naturel qu’elles ressemblent autant, parce qu’elle était la sœur de Maria, qui avait deux ans de moins, Jeanne Euphoria.

Jeanne se tenait devant sa sœur, lui faisant un salut militaire. « Moi, Jeanne Euphoria, se dirigera vers la capitale d’Amidonia, Van, en tant que commandant de l’armée. »

Jeanne avait un si grand don pour les affaires militaires qu’on l’appelait 'la femme Manas', et en dépit d’être la première dans la ligne de la succession, elle agissait également en tant que commandante de la totalité de l’armée.

Maria gérait le côté administratif tandis que Jeanne gérait l’armée. En divisant les rôles entre ces deux sœurs, elles avaient réussi à gérer les tâches qui avaient fait tomber l’empereur précédent à la suite d’un important surmenage.

Par ailleurs, il y avait une autre sœur qui était un an plus jeune que Jeanne, mais selon les rumeurs, elle était d’une excentricité rare et pas autorisée à apparaître en public.

Maria regarda Jeanne avec un visage plein d’excuses. « Oui... Vous devez aller rencontrer ce roi héros. »

« … D’accord. » Dis Jeanne. « Je n’aime pas être utilisé comme ça par Amidonia, mais je suppose que nous devrons négocier le retour de Van, qui est sous occupation. »

Jeanne avait l’air d’avoir mordu quelque chose de désagréable.

Quelques jours auparavant, un messager du Prince Souverain d’Amidonia, Julius, était arrivé dans la capitale impériale, Valois.

« L’occupation de Van par le Royaume d’Elfrieden est un défi pour les signataires de la Déclaration de l’Humanité qui interdit le changement de frontières. » Le messager leur avait déclaré ça. « En tant que puissance dirigeante du traité, nous demandons à Sa Majesté Impériale, l’Impératrice Maria Euphoria, d’utiliser sa puissance afin de ramener Van vers son pays d’origine. »

Bien sûr, l’Empire savait que la Principauté d’Amidonia avait été la seule à commencer les hostilités. Quand on appuya sur ce point, le messager avait dit : « C’est quelque chose que l’ancien prince, le Seigneur Gaius, a fait malgré les avertissements du Seigneur Julius concernant les conséquences. Cela n’a rien à voir avec le Seigneur Julius. » L’excuse semblait presque une provocation.

Quand il leur parla comme ça, Jeanne faillit dégainer l’épée se trouvant à la hanche, mais en tant que responsable de l’armée de l’Empire, elle se retint. Puis, en dépit de ne pas vraiment vouloir le faire, elle avait accepté de prendre en charge les négociations.

Même si la principauté était en faute, la Déclaration de l’humanité devait être respectée. La déclaration de l’humanité était l’incarnation du prestige de l’Empire. C’était une décision amère pour Maria et Jeanne d’avoir à le faire.

« Je suis désolée, » dit Maria. « Vous allez devoir aller au-devant de tant d’ennuis. »

« Qu’est-ce que vous dites ? Chère sœur, je suis sûre que vous êtes la plus troublée de nous deux. Je jure que nous allons un jour faire payer ça à Julius Amidonia, » déclara Jeanne, mécontente.

Maria pouvait comprendre ce que ressentait Jeanne, mais elle le lui dit le plus calmement possible, « Ça va aller. Le nouveau roi du Royaume d’Elfrieden, Souma, est à tous égards un homme sage. Je ne peux pas le voir être aussi stupide pour vouloir se battre contre notre pays. »

« Êtes-vous sûr ? » demanda Jeanne. « Nous avons quand même demandé une fois qu’il nous soit remis... »

« C’est vrai... Il doit avoir une très mauvaise impression de nous. » Répondit Maria.

Environ un an auparavant, l’Empire avait demandé à Elfrieden de subventionner la guerre contre les démons. S’ils ne pouvaient pas faire cela, l’Empire avait inclus une condition dans laquelle ils pourraient accomplir le rituel de l’invocation de héros qui avait été transmis dans leur pays, et à la place, de leur envoyer ce héros convoqué jusqu’à l’Empire. En conséquence, le Royaume d’Elfrieden, en difficulté financière, avait choisi de convoquer un héros. Puis le héros convoqué, Souma Kazuya, avait reçu le trône par le roi et était donc devenu le roi actuel d’Elfrieden.

Il y a beaucoup de points qui n’étaient pas clairs, par exemple la raison pourquoi l’ancien roi, Albert, avait remis le trône si facilement. Mais dans tous les cas, Souma avait amélioré la santé de l’économie du Royaume d’Elfrieden et commencé à fournir des subventions.

Après ça, le nouveau roi Souma avait résolu une crise alimentaire, avait réprimé une rébellion des trois ducs et traité avec Amidonia, qui avait utilisé la rébellion comme une occasion d’envahir, en lançant une contre-invasion et en occupant leur capitale, Van.

Un homme qui était proche de l’âge de Maria avait accompli tout cela dans un si court laps de temps. Même s’il n’avait pas été un héros, elle voudrait avoir quelqu’un qui soit aussi capable avec elle.

Pour être honnête, plutôt que Julius qui avait agi de manière arbitraire, elle aurait préféré être en bons termes avec le roi Souma. Cependant, parce que l’Empire avait exigé qu’il leur soit remis, on supposait qu’il n’y avait aucun espoir qu’ils forment une relation amicale. Cependant, Maria n’avait pas encore abandonné cet espoir.

« D’après ce que j’entends dans les rapports, je pense que Sire Souma est quelqu’un qui comprendra facilement si on lui parle, » dit-elle.

Jeanne, d’autre part, n’était pas d’accord avec son évaluation. « Vraiment ? Ma sœur, j’ai l’impression du contraire. Vous et lui êtes comme l’huile et l’eau... »

De tous les rapports que Jeanne avait entendu parler de Souma, elle se sentait comme le pôle opposé de Maria. Par exemple, Maria essayait d’unir l’humanité face à la menace du domaine du Seigneur-Démon, alors que Souma semblait penser que son pays devait pouvoir se tenir debout sur ses deux pieds.

En outre, peu importe la façon dont les choses étaient déplaisantes, Maria respectait la loi et les règles, essayant d’agir logiquement, comme une impératrice devrait faire. Pendant ce temps, pour Souma, quand il s’agissait de ses pouvoirs de roi, de ses sujets et de ses systèmes, sa politique semblait être, « S’ils sont utiles, je les utilise, et s’ils ne le sont pas, je ne le fais pas, » avec ses critères qui étaient décidés par sa propre sensibilité. Si un système n’était pas conforme aux faits, il le changerait, alors que si c’était pratique, il l’emploierait même si personne ne l’avait jamais regardé avant.

Maria agissait selon la logique, tandis que Souma agissait selon ses sentiments. Jeanne ne pensait pas que les deux ne pourraient jamais se comprendre.

« Pour moi, on a l’impression que vous faites face à des directions totalement différentes..., » dit-elle.

Maria était silencieuse pendant un moment, puis se mit à rire. « Oh ! Mais si nous sommes tous les deux dans des directions différentes, ne pensez-vous pas que nous pourrions éliminer nos angles morts si nous coopérons ? »

Quand elle avait vu le sourire espiègle de Maria, même si elle était sa petite sœur, Jeanne pensa qu’elle était très mignonne.

☆☆☆
<>
Traduit par la team : Novel de Glace