Flux RSS

Genjitsushugisha no Oukokukaizouki

Traduit par la team : Novel de Glace
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 1 Chapitre 7 – Épilogue


La ville centrale du duché de Carmine, Landel.

En ce moment, au centre de cette cité, dans la salle de réunion du château de Landel où résidait le Duc Georg Carmine, les trois ducs qui contrôlaient les forces terrestres, maritimes et aériennes de ce pays s’étaient rassemblés.

Tout d’abord, à la pointe de la table se trouvait le seigneur de ce château, Georg Carmine.

Ce homme-bête à tête de lion avait une carrure large et musclée qui était apparente même à travers son uniforme militaire. Il avait l’apparence d’un guerrier qui avait fait face à de nombreuses batailles. Les hommes-bêtes ne vivaient pas plus longtemps que les humains, mais même à l’âge de cinquante ans, il ne montrait aucun signe de déclin. Sa présence était suffisante pour que l’atmosphère soit tendue.

Assise à la droite de Georg se trouvait l’amiral de la marine, Excel Walter.

Vêtue d’un kimono de style similaire à ceux portés au Japon, elle était une belle femme-serpent de mer avec des petits bois poussant hors de ses cheveux bleus. Les serpents de mer étaient une race qui pouvait vivre pendant plus de mille ans, et elle-même avait déjà atteint plus de cinq cents ans, mais elle avait toujours l’apparence de ses vingt-cinq ans. Cependant, contrairement à son apparence, son commandement affichait toute l’expérience qui venait avec cet âge.

Assis en face d’elle se trouvait le général de l’armée de l’air, Castor Vargas.

Il ressemblait à un galant jeune homme, mais les deux cornes de style démons qui sortaient hors de ses cheveux roux, ainsi que ses ailes membraneuses qui semblait comme poussé dans son dos, et sa queue lézard indiquaient clairement qu’il était un demi-dragon, un dragonewt. Il avait près de cent ans, mais en tant que membre d’une race qui vivait jusqu’à cinq cent ans, il était encore traité comme un jeune homme. Lui aussi, il semblait être de mauvaise humeur.

En regardant les deux autres, Excel soupira. « J’ai l’impression que nous nous réunissions ici pour éviter un conflit inutile. »

« Quoi ? Duchesse Excel, avez-vous peur de ce gamin ? » Castor prit un ton agressif envers Excel. « Est-ce que la Duchesse Serpents des Mers qui était crainte de tous est elle devenue trop vieille ? »

« Ho, moi ? Et qui, il y a cinquante ans, a essayé de séduire cette vieille grand-mère, Hmm ? » Demanda Excel.

« Urkh. » (Castor)

« De plus, lorsque vous vous adressez à moi, ce n’est pas “Duchesse Excel”, mais cela devrait être “Mère”, n’est-ce pas ? » (Excel)

« ... C’est vrai. » (Castor)

Avec cette réfutation ludique, elle avait découragé Castor.

En vérité, Excel avait été le premier amour de Castor. Peut-être parce qu’il avait été incapable de l’oublier, même après que ses tentatives aient échoué magnifiquement, quand il avait rencontré plus tard Accela, sa fille qui était plus proche de lui en termes d’âge, il était tombé amoureux d’elle dès le premier regard et ils s’étaient mariés. En bref, Castor était le beau-fils d’Excel. Elle n’était pas quelqu’un contre laquelle il était en mesure de discuter et de gagner dans un tel affrontement.

« Castor, voulez-vous toujours vous opposer au roi ? » Demanda-t-elle.

« Bien sûr ! Je ne me soucie pas de s’il est un héros, ou le fait qu’il ait été appeler. Ce faux roi a usurpé le trône, forcé la princesse Liscia à être en fiançailles avec lui et a injustement pris le pouvoir dans ce pays ! Comment pourrais-je servir un gars comme ça ? » (Castor)

« Les seuls qui le disent sont les nobles qui font l’objet d’une enquête pour corruption, » corrigea-t-elle. « Le roi Albert a abdiqué de sa propre volonté en faveur de l’homme qu’il croyait être un meilleur successeur. La relation du roi avec la princesse Liscia est aussi assez intime. »

« Je ne sais rien à ce sujet ! Il pourrait simplement faire en sorte qu’on pense de cette façon ! S’il voulait reconstruire ce pays, il aurait pu le faire en tant que vassal ! Est-ce qu’il avait un problème avec l’ancien règne du roi ? » Craqua-t-il.

Excel ne répondit rien, restant sage.

Il n’y a pas de problèmes, mais il n’y a pas non plus de points positifs, et c’est ça le problème, pensa Excel, car le dire serait trop irrespectueux envers l’ancien roi, alors elle s’était abstenue.

Excel avait trouvé la vitesse avec laquelle Albert avait abdiqué suspecte, mais tous les signes depuis lors avaient montré qu’il s’agissait d’une décision judicieuse. Excel ne se souvenait pas qu’Albert puisse, en tant que dirigeant, prendre une telle décision, mais peut-être que cela signifiait qu’il avait mûri en tant que personne.

« En outre, nous avons trois ducs qui ont protégé ce pays pendant de longues années. » Beugla l’homme. « La lettre qu’il m’a envoyée dès que le trône lui fut donné était “Servez-moi, ou non, mais choisissez”, est-ce que vous le saviez ? »

« C’était plutôt “Si vous coopérez avec mes réformes, je vais vous fournir une aide alimentaire et créer des routes vers vous.”... à la place ? » Demanda-t-elle.

Les Trois Duchés avaient une population inférieure à celle de la juridiction de la couronne, et parce qu’ils avaient des armées à fournir, ils avaient des réserves, de sorte que la crise alimentaire n’avait pas été aussi ressentie chez eux. Cependant, lorsque la crise alimentaire avait quand même frappé, les Trois Duchés avaient dû ouvrir leurs réserves et commencer à rationner, de sorte que tous les marchands qui s’occupaient des denrées alimentaires avaient été mis en faillite en raison du manque de demandes. Ensuite, en raison de la hausse du chômage, les magasins avaient cessé leurs activités parce que leurs marchandises ne se vendaient pas. Puis, dans une réaction en chaîne, les artisans qui les avaient fournis jusqu’à maintenant avaient aussi cessé de travailler.

Sur ce point, Souma avait résisté à la crise en fournissant des subventions aux pauvres, n’en distribuant pas plus que nécessaire, en encourageant les gens à manger des aliments que la population n’avait pas l’habitude de manger auparavant et avait augmenté la capacité de transport du pays en construisant des routes. En faisant cela, il avait réussi à minimiser le degré de contraction de la conjoncture économique. De plus, des Trois Duchés, seul le Duché Walter avait des routes commerciales indépendantes et avait ainsi pu à peine arrêter la boucle de rétroaction négative en vendant son excédent de marchandises à d’autres pays.

Mais c’est quelque chose que j’ai pu faire parce que mon duché a une ville portuaire, Pensa Excel. Ni le duché de Carmine ni le Duché de Vargas n’ont des routes commerciales à l’intérieur des terres. Avec sa grande armée, avec les nobles en fuite et leurs personnels à prendre en charge, le duché de Carmine doit souffrir de graves problèmes économiques. Si c’est le cas, pourquoi Georg est-il si catégorique à propos de son opposition avec le roi ?

Alors qu’elle réfléchissait, Castor rugit. « “Je vais vous nourrir comme un animal de compagnie, alors obéis-moi”, c’est essentiellement ce que ça veut dire ! »

« Si c’est au bénéfice de votre peuple. Qu’y a-t-il d’autres choses à faire ? » Demanda Excel.

« Je ne l’aime pas ! Est-ce qu’il pense qu’il peut nous apprivoiser avec un tel appât ? » (Castor)

« Je doute que le roi ait besoin d’un animal de compagnie avec de la fierté et pas grand-chose d’autre. » Déclara Excel.

Castor fit claquer ses deux mains sur la table. « ... Qu’y a-t-il avec vous aujourd’hui ? C’est comme si vous défendiez le roi ! Je sais que vous ne l’aimez pas non plus. C’est pourquoi vous avez ignoré les demandes d’assistance en provenance du roi ! »

« S’il vous plaît, n’agissez pas comme si nous étions les mêmes, » dit-elle doucement. « Ce que la race des serpents des mers doit prioriser avant tout, c’est la paix et la sécurité de notre bien-aimée Cité Lagune. Si simplement il me le garantissait, alors je suis prête à lui obéir. »

La race des serpents des mers, avec Excel à leur tête, avait un système de valeurs unique. Les serpents de mer avaient toujours pensé aux besoins de leur ville, la ville Lagune, d’abord et avant tout. Leurs ancêtres vivaient autrefois dans une île dans l’Archipel de Kuzuryu, mais après avoir perdu une lutte de pouvoir au sein de ces îles, ils avaient été chassés en mer, devenant des pirates errants.

Ensuite, à la fin de leurs longues années d’errance, leurs ancêtres avaient finalement construit une base d’opérations à l’endroit qui était actuellement la Cité Lagune. Les serpents des mers se protégeaient sur cette terre qu’ils avaient finalement gagnée par eux-mêmes avec amour et avec fierté. La seule raison pour laquelle ils avaient participé à la guerre de fondation de cet État multiracial, le Royaume d’Elfrieden, avait été de protéger la Cité Lagune.

« Si ceci profite à la Cité Lagune, je serrerai la queue à n’importe qui, et si elles menacent la Cité Lagune, je les éliminerai, quelle que soit leur taille. Il s’agit là de la fierté des serpents des mers, » Expliqua Excel.

« Hmph, se tordre la queue, est-ce quelque chose qui vous rend si fier ? » Rétorqua-t-il.

« Oui. Je lutte pour protéger les choses que je dois protéger. Je ne suis pas un nourrisson qui provoque une crise uniquement parce qu’il n’aime pas quelqu’un. Si ceci peut être résolu juste en parlant, alors il n’y a pas de meilleur résultat que ça. Il serait absurde de commencer à nous disputer maintenant, lorsque nos voisins nous regardent pour saisir une opportunité de nous frapper. » (Excel)

« ... La Principauté d’Amidonia, n’est-ce pas ? » Murmura-t-il.

Il se référait au pays qui bordait Elfrieden à l’ouest.

Quand ils s’étaient retrouvés à la fin de la politique expansionniste du roi qui avait été roi avant Albert, la Principauté d’Amidonia avait perdu près de la moitié de son territoire. Maintenant, ils surveillaient attentivement toute chance de retrouver leur territoire perdu. Amidonia semblait désireuse d’intervenir dans le conflit entre le roi Souma et les trois ducs, qui leur avait déjà envoyé une lettre disant : « Si vous avez l’intention de détrôner le faux roi, alors nous sommes prêts à envoyer des troupes pour vous aider. »

« Honnêtement, quelle bande d’acharnés, » renifla-t-il. « Leurs intentions sont si transparentes. »

« Je suis sûr qu’ils ont aussi envoyé une lettre au roi, » Déclara Excel. « Je doute que le roi les accepte, mais ils peuvent de toute façon envoyer des “renforts”. Vous voyez ce que je veux dire ? Et que diriez-vous de l’imprudence qui fait que nous nous disputions. »

« Hmph. Bien, alors pourquoi n’allez-vous pas dès maintenant au côté du roi ? » (Castor)

« Il y a un certain nombre de choses que je veux voir et juger pour moi-même, et j’ai l’intention de faire exactement cela. Les choses concernant le roi ainsi qu’à propos de vous. » (Excel)

Excel jeta un regard silencieux vers Georg Carmine.

Après quelques plaisanteries légères qui furent sorties après être arrivées dans la pièce, il avait fermé les yeux et n’avait plus rien dit. Est-ce qu’il écoutait Excel et Castor parlant de leurs affaires, ou pensait — il a quelques choses ? Elle ne pensait pas qu’il était endormi, mais… Excel commençait à devenir irrité par son comportement.

« Georg, à quoi pensez-vous ? » Craqua-t-elle.

« ... Qu’entendez-vous par là ? » (Georg)

« Oh Mon Dieu ! Donc, après tout, vous étiez réveillé, » dit-elle. « Bien sûr, je demande pourquoi, vous, celui qui est le plus patriotique et le plus loyal de notre pays prendra des mesures hostiles contre le nouveau roi. »

« Duc Carmine, vous n’aimez pas ce faux roi, n’est-ce pas ? » Demanda Castor.

« Je ne vous demandais pas ça, Castor, » Dit Excel. « Répondez-moi, Georg. En mettant de côté sa légitimité, son règne a toujours été stable. Pourquoi sortiriez-vous de votre voie pour causer des turbulences comme ça ? »

Avec Excel le pressant avec ses réponses, Georg ouvrit sa bouche avec sérieux. « Je l’ai jugé incapable de gouverner ce pays. C’est tout. »

« Et pourquoi est-ce ainsi ? Pourquoi ses capacités, avec lesquelles il va bientôt surmonter la crise alimentaire et les difficultés économiques qui poussaient avant ça ce pays au bord du gouffre, vous dérangent-elles tant ? » (Excel)

« Pour accomplir cela, ce roi écarte beaucoup de choses sans la moindre hésitation. » Georg ouvrit les yeux. C’était suffisant pour rendre l’atmosphère dans la pièce tendue.

Excel et Castor avaient tous deux dégluti. Il était le plus jeune présent en apparence, mais en mentalité, il était le plus mature de tous. Il s’agissait là de la présence imposante du plus grand guerrier du pays.

« J’ai entendu dire que ce roi a été convoqué d’un autre monde, » dit-il. « De ce simple fait, il n’a aucun lien avec les choses déjà présentes et peut les jeter sans hésiter. S’il le juge inefficace, qu’il s’agisse d’histoire, de traditions, de soldats ou de vassaux, il les jettera. Suis-je dans l’erreur, Duchesse Excel ? »

« C’est... » Excel se trouva en perte de mots. C’était vrai, elle pouvait voir que le règne du roi Souma avait ce côté-là de présent.

« Les vassaux qui ont servi ce pays pendant de longues années ont été abandonnés par ce roi, » continua-t-il.

« Oui, c’est parce qu’ils étaient corrompus. » (Excel)

« Est-ce que vous dites toujours cela, alors que la situation a donné ce résultat ? Je crois que vous-même vous avez parlé de la folie de mettre en danger le pays en ce moment. Ce roi est celui qui a semé les germes de tout ça. » (Georg)

« Vous dites ça alors, mais vous êtes celui qui accueille ces nobles, » dit-elle.

« Ceux qui ont une rancune contre le roi seront des pions utiles pour le vaincre, » répondit-il. « Bien sûr, je n’ai pas l’intention de rétablir ces personnes une fois la guerre terminée. »

Excel frissonnait au fur et à mesure que les coins de la bouche de Georg s’agrandissaient alors qu’il faisait sortir ces mots. Cet homme veut-il transformer les nobles corrompus en mort au cours de cette guerre ?

Il voulait abattre le roi, travaillerait afin de tuer les nobles corrompus, et même s’il ne pouvait disposer de tous ces moyens, il trouverait une excuse après la guerre pour les faire exécuter. Il s’agissait de personnes pour lesquelles un certain nombre de raisons pouvaient facilement être trouvées.

Puis, après que la faction du roi actuel et les nobles corrompus avaient disparu de la capitale, seul un terrain vide sur lequel il pourrait construire tout ce qu’il souhaitait resterait. S’il l’avait souhaité, il pourrait réintégrer le roi Albert en tant que sa marionnette. Ou il pourrait s’élever pour devenir lui-même le roi.

Excel se leva. « Êtes-vous assez fou pour avoir l’ambition de monter sur le trône ? »

« Hé ! Maintenant, calmez-vous, » Castor était alors intervenue, essayant d’aplanir la situation. « C’est du Duc Carmine que vous parlez. Je suis sûr qu’il ne prévoit pas d’usurper le trône, n’est-ce pas ? »

Georg fit un signe de tête. « Bien sûr que non. Une fois que le roi Souma sera détrôné, le roi Albert reprendra le trône, et nous l’appuierons tous. »

« ... Je ne suis pas convaincue. » Excel abaissa sa position. Elle feignit le calme, mais elle était vraiment très agitée.

La situation est pire que prévu. C’est le pire scénario possible. Peut-être que je dois agir en supposant que Georg a déjà des liens non divulgués avec Amidonia. Arg, si Castor savait juger les caractères, alors nous aurions pu travailler ensemble pour affronter le Duc Carmine. Excel maudissait son beau-fils pour sa myopie.

Sa fille s’était mariée dans sa maison et avait depuis porté ses deux petits-enfants. Elle s’inquiétait de ce qui pourrait arriver si elle laissait gagner le Duc Carmine, mais si Excel était le seul à se joindre à la faction loyaliste et que le roi Souma gagnait alors, en tant que la femme et les enfants du traître Castor, que deviendrait Accela et ses enfants ? En vertu des lois de ce pays, lorsqu’une infraction grave avait été commise, des membres d’une famille avec trois degrés de liens du sang étaient coupables du même crime. Si elle avait coupé les liens avec la Maison de Castor, alors la Maison des Walter éviterait cette chaîne de responsabilité, mais si elle le faisait, Accela et ses enfants seront…

« Castor » dit-elle.

« Quoi ? » (Castor)

« Coupez vos liens avec Accela, Carl et Carla. » (Excel)

« Essayez-vous de dire que nous allons perdre face à ce gamin !? » Cria-t-il.

« C’est au cas où le pire se produirait. Si vous avez l’intention de faire face au roi, alors au moins soyez prêt pour cette possibilité. » (Excel)

Excel regarda Georg, mais ses yeux étaient fermés, comme pour dire qu’il n’avait pas l’intention d’intervenir. Même si elle parlait de ce qui se passerait s’il avait perdu... Est-ce que c’était une preuve de confiance, peut-être ?

Castor qui avait été invitée à couper les liens avec sa femme et ses enfants, d’autre part, avait un regard troublé sur son visage. « Accela et Carl, peut-être... Mais Carla, je ne peux pas. »

« Pourquoi pas !? » Demanda Excel.

« ... Parce qu’elle ne m’écoutera jamais. » (Castor)

À ce moment, les portes de la salle de conférence s’ouvrirent.

Par la porte ouverte, une belle jeune fille entra. Ses cheveux roux enflammés et leurs brillants yeux dorés étaient assez distinctifs. Elle avait seize ou dix-sept ans. Elle portait une lourde armure de couleur rouge métallique, et de son dos et de son arrière dépassait les ailes et la queue d’un dragon.

« Carla… » Chuchota Excel.

Il s’agissait de la fille de Castor, Carla.

Elle avait obtenu ses traits du visage d’Excel et était une belle et jeune beauté, mais quand il s’agissait de son tempérament, le sang de Castor semblait avoir gagné. Au lieu de faire quelque chose de féminin, elle avait rejoint l’unité de l’armée de l’air dirigée par Castor, s’entraînant jour après jour.

En raison de son beau visage, de nombreux fils de la noblesse et de l’aristocratie avaient cherché ses attentions, mais elle avait déclaré sans équivoque : « Je ne prendrai jamais un homme plus faible que moi en tant que mari. »

En fait, elle était la deuxième plus forte de l’armée de l’air après Castor, et donc elle avait viré tous ses prétendants. En tant que père, Castor avait été soulagé, mais en tant que parent, ses sentiments étaient plus compliqués, et il craignait qu’elle prenne trop de temps et ne puisse jamais se marier.

En voyant Carla apparaître ici, Excel avait eu une mauvaise impression à propos de ce qui se passerait dès maintenant.

Et, comme elle l’avait prévu, Carla déclara. « Grand-mère ! Si mon Père est décidé à se battre, alors je me battrai aussi ! »

Excel cria en réponse, une veine pulsant sur son front, « Non, tu ne dois pas faire ça ! Veux-tu devenir un traître à ton âge ? »

« Je ne peux pas lui pardonner d’avoir renversé le roi Albert et de forcer un mariage avec mon amie, la princesse Liscia ! » Déclara-t-elle. « Je vais le punir personnellement pour son insolence ! » 

« Vous avez mal compris ! » cria Excel. « Le roi Souma est... »

« Ah.... C’est inutile, mère. Une fois qu’elle est décidée, Carla ne bougera pas d’un pouce. » Castor haussa les épaules en démission.

« Vous êtes.... Franchement... » (Excel)

Même si Excel maintenait sa tête consternée, Georg resta silencieux.

☆☆☆

La capitale de la Principauté d’Amidonia, Van.

Sur le territoire de la Principauté d’Amidonia, qui était plus long sur la carte que large, cette ville du côté Est était la capitale.

Certains avaient estimé qu’il était trop proche du royaume Elfrieden pour être une capitale, mais sa sélection avait probablement été faite en manifestation de leur volonté ininterrompue de retrouver le territoire volé de l’Est.

Dans le bureau des affaires gouvernementales du château au centre de Van, un homme d’âge moyen avec une moustache examinait des documents.

Sa figure encapuchonnée avait l’air plutôt grasse, mais ce n’était que parce qu’il avait des épaules larges. Il n’était pas réellement obèse. En fait, sous son manteau, il était extrêmement musclé.

Cet homme était le prince Gaius VIII d’Amidonia.

« Ho. Ho… » Dit-il.

« Qu’est-ce qu’il y a, Père ? » Un jeune homme de vingt ans qui attendait à son côté l’interrogea. Il possédait un beau visage, mais ses yeux avaient un reflet froid qui refroidissait ceux qui les regardaient. Il était le prince héritier et l’héritier actuel de la Principauté d’Amidonia, Iulius Amidonia.

Gaius remit le document qu’il avait lu à Iulius. « C’est de Georg Carmine. Il semble qu’il soit prêt à “se lever.” Contre le roi. »

« Je vois. » Dis Iulius. « Enfin. J’ai entendu parler des attaques rapides et puissantes qu’il faisait dans son jeune âge, ne nous donnant jamais le temps de respirer. Pour un personnage ayant une telle capacité, il était terriblement lent à agir. »

« Je suis sûr que c’est qu’il a vieilli. » Déclara son père. « Si son esprit était toujours clair, il n’aurait jamais accepté notre offre. »

« C’est vrai... » (Julius)

Après qu’Iulius lui ait rendu le document, Gaius se leva de son siège. « Nous allons nous déplacer lorsque le nouveau roi déclarera la guerre. Envoyant des “renforts” dans son royaume. »

« Oh...? Et de quel côté ? » (Julius)

« Côté ? Du côté du roi, nous disons : “Nous sommes là pour écraser les trois ducs”, et du côté des trois ducs : “Nous sommes là pour écraser le nouveau roi.” » (Gaius)

« Je comprends. » Dis Iulius. « Mais de toute façon, nous n’avons aucune raison d’obéir à l’un ou l’autre côté. »

« Hehehe, précisément. » (Gaius)

Gaius et Iulius se regardèrent et affichèrent tous deux un sourire sombre.

À côté d’eux, il y avait une paire d’yeux froids qui les regardaient.

Bonté divine. Parfois, je ne suis pas sûr de ce que je dois faire à propos de mon vieux père et mon idiot de frère.

Les yeux froids appartenaient à une jeune fille. Elle avait seize ou dix-sept ans. Elle avait un visage attrayant, comme Iulius, mais sans son air de cruauté. Quoi qu’il en soit, ses yeux étaient petits et mignons, et avec son visage rond, elle était adorable tel un animal en peluche comme un chien ou un raton laveur. Ses cheveux étaient attachés en deux tresses positionnées sur sa nuque.

Cette fille qui avait une belle apparence avec ces deux couettes était la première princesse de ce pays, Roroa Amidonia. Cependant, contrairement aux apparences, sa voix intérieure était tranchante (et parlait souvent en dialecte mercantile).

Ce pays n’en a déjà pas très longtemps pour ce monde tel qu’il est. Mais ces idiots tentent-ils de raccourcir le peu de temps qu’il nous reste ? pensa-t-elle.

Amidonia était un pays montagneux. Il avait de nombreuses ressources en métal, mais d’autre part, il avait peu de terres arables, donc il était toujours confronté à des pénuries alimentaires. La crise alimentaire dans le voisin Elfrieden était grave, mais ce n’était rien par rapport à ce que ce pays rencontrait en ce moment. Même une récolte légèrement médiocre signifierait que des personnes étaient mortes de faim.

Je comprends pourquoi mon vieux père essaie d’avoir encore un peu plus de terre fertile pour nous, mais il a versé tout l’argent que j’avais travaillé si fort à obtenir dans les fonds militaires. Roroa fit grincer ses dents de derrière ensemble de frustration.

Alors que Roroa était une princesse, elle avait également un sens financier étrange, et elle avait soutenu les politiques financières de ce pays depuis l’ombre. Après avoir fait passer l’économie par le commerce extérieur, elle avait limité l’importation de ressources et encouragé l’exportation de produits finis pour protéger et développer leurs industries. La raison pour laquelle ce pays au bord du gouffre n’avait pas vu son économie s’effondrer était en grande partie grâce au sens des affaires de Roroa. Cependant, Gaius n’avait pas pu utiliser pleinement la capacité de Roroa.

S’ils avaient utilisé les fonds que j’avais gagnés pour développer l’industrie, alors ils auraient pu apporter encore plus de fonds, mais ces personnes avaient placé ses économies dans la guerre, dépensant tout cela sur l’armée. Ce qui rend encore pire cette situation, c’est qu’ils croient sincèrement avoir bien agi. « Si nous renforçons l’armée, nous pouvons voler tout ce dont nous avons besoin. » Sont-ils des imbéciles ? Vous dépensez de l’argent pour gagner de l’argent, c’est ce cycle qui est important. Si vous utilisez de l’argent dans quelque chose inutile, alors cela s’appelle un gaspillage ! Mais même si je devais leur crier ça, ils ne voudraient probablement pas m’écouter.

« Es-tu d’accord avec ça, Roroa ? » Demanda son frère.

« Oui frère. » Quand la conversation se tourna brusquement vers elle, Roroa répondit avec un gros faux sourire. Bien que, en vérité, elle n’ait pas écouté un mot qu’ils avaient dit juste avant…

... La fin peut enfin arriver pour ce pays. Oh, comme j’envie le royaume Elfrieden. Avec leur grande population, ils doivent avoir beaucoup de recettes fiscales, ils peuvent se déplacer, et le meilleur de tous, leur roi est le genre de personne qui pourrait comprendre ce que je dis. Honnêtement, je suis si jalouse des atouts de notre voisin… Leurs atouts ?

À ce moment, Roroa réalisa.

Si je suis jaloux des atouts de mon voisin… Pourquoi ne pas les combiner avec les miens ? Aussi légalement que possible. Peut-être que je peux faire ça ? Ouais, peut-être que je peux. Dans ce cas, je peux contacter le vieil homme chargé de la garde de Nelva...

Roroa commença à formuler un propre plan. Risque élevé, rendement élevé.

Ils diront plus tard que lorsque Roroa avait entrepris la plus grande intrigue de sa vie, son sourire ressemblait un peu à celui de son père et son frère.

***

À la capitale du Royaume d’Elfrieden, Parnam...

J’étais au bureau des affaires gouvernementales à Chateau Parnam, en écoutant le rapport final sur la crise alimentaire.

« Comme vous le voyez dans les documents fournis, nous pouvons nous attendre à de bons résultats lors de la récolte d’automne. En outre, le réseau de transport que vous avez mis en place a accéléré le mouvement des personnes, et maintenant les biens se sont répandus dans l’ensemble de la terre sans trop d’excès ou de pénurie. Bien sûr, cela s’applique aussi aux denrées alimentaires. De ce fait, je crois que nous pouvons considérer que la crise alimentaire, dans l’ensemble, est pour l’instant résolue. » (Hakuya)

« C’est une bonne chose à entendre. » Dis-je. « Oui, c’est bon à entendre ça après ce travail acharné... »

C’était un long parcours, mais maintenant je pouvais enfin respirer et me détendre. En tant que personne qui avait été confrontée à ce problème dans son ensemble, c’était un moment particulièrement émouvant pour moi.

Toutefois...

« Oui. Avec ça derrière nous, nous pouvons maintenant passer à l’étape suivante, » Déclara Hakuya, sans aucune considération pour mon instant émouvant !

La prochaine étape, hein...

« Et bien... il nous faut absolument le faire, n’est-ce pas ? » Demandai-je.

« Est-ce que cela pèse sur vous ? » Me demanda-t-il.

« Eh bien oui. Cependant, je comprends la nécessité... » (Souma)

Oui. Car c’était nécessaire.

Le théoricien politique Machiavel l’avait dit dans son 'Le Prince'.

« Si un prince doit se tacher les mains avec de la cruauté, même en temps de paix, il aura des difficultés à tenir son pays. Cependant, pour certains tyrans, même après avoir commis des cruautés infinies, ils vivent longtemps et sont sûreté dans leur pays, se défendant contre les ennemis extérieurs et ne les laissant jamais conspirer contre leurs propres citoyens. Je crois que cela résulte du fait que les cruautés sont bien ou mal utilisées. Ceux qui peuvent être appelés comme étant d’un usage correct sont ceux appliqués d’un seul coup à un moment où il est nécessaire afin d’assurer la sécurité. Si un prince ne continue pas après ça, régnant d’une manière qui améliore le bien-être de la population, alors il peut même être considéré par tous comme étant un grand dirigeant. Cependant, celui qui ne parvient pas à éliminer la racine des problèmes et cela, dès le début, laissant traîner les choses et qui infligeait des cruautés répétées, alors lui les utilisait incorrectement. »

Ce passage était une des raisons pour lesquelles le Prince de Machiavel avait été, depuis longtemps, critiqué par les humanistes de l’Église chrétienne. Cependant, les cruautés dont il avait parlé ne se référaient pas aux massacres de gens ordinaires. Il parlait d’utiliser des astuces pour éliminer définitivement ses adversaires politiques.

Si vous pouvez stabiliser votre prise de pouvoir avec un acte de cruauté, et régner bien après ça, alors c’était une bonne chose pour le peuple. D’autre part, si vous passiez tout votre temps à vous soucier de ce que pensent vos adversaires politiques et que vous ne faites pas avancer de politiques valables, que vous n’éliminez pas la racine des problèmes d’un seul coup, et que vous ne purgez pas tous les traîtres d’un coup, mais que vous deviez le répéter encore et encore, alors vous perdrez la confiance du peuple.

Le prince Machiavel avait considéré comme idéal les actes d’une personne telle que Cesare Borgia, qui avait massacré les nobles influents qui l’avaient accueilli lors d’une fête, assurant le pouvoir absolu pour lui-même.

Oda Nobunaga avait aussi utilisé cette sévérité, enlevant la famille des daimyos ruraux pour devenir le plus grands des daimyos en une seule étape. Cependant, en fin de compte, parce que Nobunaga avait persisté avec ses sévérités, qu’il avait raccourci sa propre vie, finissant par mourir d’une mort offerte par un de ses vassaux.

En d’autres termes, la 'cruauté' était comme l’épée précieuse du prince qui pouvait couper tout, mais s’il devenait accro à son utilisation, c’était aussi comme une épée maudite qui finirait par le détruire.

« Comme je vous l’ai déjà dit avant. » Dis-je. « J’ai jugé votre plan cruel. »

« Oui. » Confirma-t-il. « Vous avez également dit : “Si nous devons le faire, alors faisons-le d’un seul coup.” »

« Je suppose que vous pouvez le faire de cette façon ? » Demandai-je.

« Toutes les préparations ont déjà été faites. » (Hakuya)

« … Très bien alors. » (Souma)

Je pourrais dire que c’était pour ce pays, mais je n’étais pas attaché à l’endroit.

Je n’avais pas une cause juste, ou un grand but.

Mais, lorsque je m’étais interrogé sur les raisons pourquoi je le faisais, tout à coup, Liscia et les visages des autres me venaient à l’esprit. Ceux qui vivaient, souriant, dans ce pays. Les visages de Liscia, Aisha, Juna et Tomoe.

Je pensais alors aux liens que j’avais perdus dans mon Ancien Monde. Et je pensais aux liens que j’avais formés dans ce nouveau monde.

Je pensais déjà à ces filles comme faisant partie de ma famille.

« Kazuya, construis-toi une famille. Et, une fois que tu l’auras, protèges là, et fais tout ce qu’il faut. » (Grand-père)

Je sais, grand-père. Je protégerai ma famille jusqu’à la fin, peu importe ce qui se passera et ce que je devrais faire.

Pour ce faire, juste une fois, je deviendrai un roi cruel.

« Nous allons maintenant commencer l’assujettissement. » (Souma)

☆☆☆
<>
Traduit par la team : Novel de Glace