Flux RSS

Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken

Traduit par la team : Novel de Glace
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 2 Chapitre 52 – Le retour de la reine


« Baron Yuuki… comme vous êtes insolent ! D’où venez-vous ? » Oros grimaça un instant, mais se reprit aussitôt avant de me crier dessus.

Mais je n’avais pas besoin de répondre.

Je l’avais ignoré, je m’étais approché de Rica avant d’aller me placer devant le trône.

« Kakeru…, » murmura-t-elle.

« Je l’ai entendu. Qu’alliez-vous dire ? » demandai-je.

« Hein !? » s’exclama Rica.

« Ce que vous avez arrêté de dire à cause de lui, » dis-je. « Qu’est-ce que vous étiez sur le point de dire. Quelle était la chose que vous essayiez de dire ? »

« C’est…, » commença-t-elle.

Rica regarda derrière moi afin de pouvoir observer Oros.

Après avoir fait ça afin de vérifier quelque chose, ses yeux affichaient clairement qu’elle avait peur.

J’avais alors tendu la main sur le côté et j’avais bloqué sa ligne de vue. Je l’avais fait afin qu’elle ne puisse plus regarder droit dans les yeux d’Oros.

« Ne vous inquiétez pas pour ça. Qu’essayiez-vous de dire avant ça ? » demandai-je.

« Je…, » Rica retint son souffle, se mit à réfléchir avant de me déclarer. « Je veux voir plus du monde extérieur. »

Rica avait fait en même temps une expression montrant sa résolution.

« Je veux voir plus de choses dehors, et apprendre encore plus de choses, » déclara-t-elle.

« Je vois, » dis-je.

« Votre Majesté, cela ne peut pas être fait, » déclara Oros. « Baron Yuuki, que planifiez-vous de faire? Vous ne serez pas pardonné si vous faites ça. » Oros m’avait menacé.

C’était une menace insignifiante.

J’avais alors regardé Oros avec des yeux glacials. Je lui avais alors déclaré. « Hé, toi, qu’est-ce que tu es ? »

« Qu’est-ce que vous me demandez là ? » demanda-t-il.

« Toi, n’es-tu pas juste un eunuque ? Alors comment peux-tu oser imposer ton opinion à la Reine ? » demandai-je.

« Je n’ai pas imposé mon opinion. Votre Majesté, je suis juste…, » commença-t-il.

« En premier lieu, n’est-ce pas étrange que tu veuilles restreindre les actions de la Reine ? » demandai-je.

« C’est pour le bien de Sa Majesté…, » commença-t-il.

« Et à ce propos, pourquoi diable existe-t-il un eunuque dans le palais de la Reine ? » demandai-je.

« Hein !? » Rica avait été surprise par ma demande.

« La chose appelée eunuque... il s’agit d’un homme dont on a coupé son organe reproducteur afin de pouvoir protéger le palais intérieur du roi, son harem, n’est-ce pas ? » demandai-je. « La raison derrière le fait de lui enlèver ça est pour l’empêcher de mettre la main sur le harem du Roi. Est-ce nécessaire dans le cas d’une Reine ? »

« Mais ! » cria Oros.

« Vraiment ? » demanda Rica.

J’avais répondu avec un hochement à la demande de Rica.

C’était aussi quelque chose que je m’en étais rendu compte après avoir parlé avec Althea. Et bien sûr, Althea me l’avait dit avec son ton de professeur, donc cette information devrait être correcte.

La réaction grinçante d’Oros prouvait également ce fait. « … C’est n’importe quoi ! Est-ce que quelqu’un est là !? » Après qu’Oros ait fait grincer ses dents, il avait crié.

Peu de temps après ça, des soldats étaient entrés dans la pièce et un certain nombre de soldats s’étaient accumulés dans la pièce.

« Il s’agit là d’une canaille qui fait du mal à Sa Majesté, la Reine. Attrapez-là ! » cria-t-il.

Après qu’Oros eut ordonné ça, les soldats étaient immédiatement devenus hostiles.

« Attendez, Kakeru… Le Baron Yuuki ne m’a pas fait de mal…, » tenta de parler la Reine.

« Allez-y ! » rugit Oros.

Les paroles de Rica ne les atteignirent pas, et donc, les soldats suivirent uniquement les ordres d’Oros.

J’avais parlé aux soldats qui me chargeaient. « Vous n’écoutez pas les ordres de la Reine, hum ! »

« ... un ordre, après tout, c’est quelque chose qui nécessite d’avoir à la fois la force et le pouvoir pour le faire respecter, » déclara Rica avec une certaine frustration dans sa voix. C’était rempli de ses véritables sentiments.

À cet instant, elle avait vraiment compris ses véritables sentiments vis-à-vis du fait qu’elle avait été capturée, elle constatait qu’elle n’avait pas la force et le pouvoir.

« Cependant, seule la force est nécessaire, hehe ! » dis-je.

« Hein ? » s’exclama Rica.

« Éléanore ! Hikari ! » déclarai-je.

J’avais dégainé les deux Épées Démoniques qui se trouvaient avant ça à ma taille.

Puis j’avais découpé les soldats qui chargeaient aux ordres d’Oros, l’un après l’autre.

« Est-ce que c’est assez de force ? » demandai-je.

« C’est…, » murmura-t-elle.

« Eh bien ! Je vais trancher tous ceux qui iront à l’encontre de vos ordres, et je ne laisserais personne aller contre ça, hehe ! » dis-je.

Je ne savais pas ce que disait Rica à propos de ses pouvoirs et de sa force, mais j’allais lui montrer ma force.

Rica... le pouvoir de la Reine, quant à moi, j’allais lui montrer le pouvoir d’un Baron.

« Venez ! Venez !!! » Après que j’eus mis à terre le plus gros des troupes présentes, Oros se mit à nouveau à crier. Sa voix montrait qu’il était désespéré.

Les soldats s’étaient à nouveau rassemblés.

« Capturez-le ! » Après qu’il eut déclaré ça, Oros se mit à s’enfuir.

J’avais essayé de le poursuivre en utilisant ma téléportation. Mais à ce moment-là, je devins inquiet pour Rica, et donc, je m’arrêtai. Et ainsi, il put courir dans une direction où je n’étais jamais allé avant aujourd’hui.

Je ne pouvais donc que le poursuivre à pied.

« Rica, pour l’instant, je vais vous transporter dans mon manoir, » dis-je.

« ... non, je veux rester avec vous, » Rica déclara cela avec des yeux empli de résolution.

« Avec moi ? » demandai-je.

« Oui, avec vous, » répondit-elle.

« … d’accord, » dis-je.

Rica hocha la tête devant ma réponse.

Après l’avoir attentivement regardée, je vis que ses mains tremblaient et qu’elle serrait les dents.

C’est la même réaction qu’elle avait eue quand elle faisait face à la vache des montagnes, quand elle semblait avoir peur de regarder le sang.

Mais son visage était tourné afin de me regarder dans les yeux.

Et il s’agissait des yeux de quelqu’un qui était résolu.

« D’accord. Mais dans ce cas , Rica, vous devrez marcher devant moi, » dis-je.

« Devant vous ? » demanda-t-elle.

« C’est également bon si c’est un peu en diagonale, mais vous devrez faire un pas de plus que moi en tout temps, » dis-je. « Vous êtes ici de votre propre volonté, et vous courrez après Oros, n’est-ce pas ? »

« Oui, » répondit-elle.

{N’est-ce pas dangereux ?} Éléanore avait déclaré cela dans ma tête.

C’était exact. C’était dangereux de laisser Rica être devant moi.

En y réfléchissant normalement, il valait mieux que je me place devant elle et que j’ouvre littéralement la voie.

Mais...

« Ne vous inquiétiez pas, » dis-je en tenant fermement Éléanore et Hikari. Puis je lui fis un sourire sans crainte.

Les soldats avaient alors hésité.

« J’ai seulement besoin de trancher quiconque se mettra au travers de votre chemin, » dis-je.

C’était vrai. J’avais juste besoin de découper tout le monde.

Rica qui s’était résolue à aller de l’avant. Le chemin que Rica avait atteint par elle-même. J’avais seulement besoin de trancher tous ceux qui lui barraient la route.

Rica avait alors marché jusqu’à se retrouver à un pas devant moi.

« Vous avez seulement besoin de marcher tout à fait normalement. Il n’y a pas besoin de vous arrêter de marcher, » dis-je.

« D’accord, » déclara Rica en hochant la tête avec vigueur. Il n’y avait pas d’hésitation dans son visage, je pouvais voir qu’elle me fait confiance.

Rica avait alors commencé à marcher. Je l’avais simplement suivie.

Je frappais de toutes parts avec mes deux Épées Démoniques, ouvrant le chemin.

J’avais simplement tranché les soldats qui s’étaient approchés en utilisant les attaques les plus rapides.

Rica avait continué à avancer. Elle avait continué à avancer sans s’arrêter une seconde.

La forte résistance présente au début s’était progressivement atténuée.

« Votre Majesté…, »

C’était aussi parce que Rica se trouvait devant moi.

La Reine qui avançait de sa propre volonté, et l’Épée (moi) qui suivait.

Je pouvais parfaitement comprendre pourquoi ils hésiteraient à attaquer.

La résistance diminua, et finalement, il n’y avait presque aucun soldat qui revint à porter de mes lames ensanglantées.

Rica, gracieusement, avait quitté le palais.

Mais là-bas, il y avait beaucoup de soldats qui attendaient notre venue.

Il y avait une perturbation au sein de la masse de soldats.

« Allez-y !! » Oros cria cela, mais les soldats ne bougèrent pas. Il était clair qu’ils étaient confus.

J’avais alors fait un pas en avant.

Tout en tenant les deux Épées Démoniques, j’avais revêtu tout mon corps d’une aura sombre afin de les intimider.

« Votre Majesté. Dois-je aussi trancher tout le monde présent ici ? » J’avais souligné le mot « aussi ».

Rica était intelligente, elle devrait à coup sûr avoir compris mon intention.

« Oui, tranchez tous ceux qui refuseront de se rendre, » ordonna-t-elle.

À cet instant, les soldats s’étaient tous rendus les uns après les autres.

La différence entre nos forces était claire, et celle qui détenait la plus importante force était la Reine de ce royaume.

Se rendre était donc dans la logique des choses.

« J’ai aussi attrapé Sukinaris et Rarouka, » dis-je. « Ce mec, Rarouka, quand je suis arrivé à son manoir, il a essayé de s’enfuir en envoyant contre moi sa famille et ses serviteurs. Mais je l’ai simplement poursuivi avant de le capturer. »

Je me trouvais dans la salle d’audience.

Rica était assise sur le trône. Quant à moi, je lui faisais mon rapport.

À la différence des autres fois, il y avait des gardes qui se tenaient dans la pièce.

« Que devrais-je faire après ça ? » demandai-je.

« Je ne le sais pas vraiment. J’ai besoin d’étudier plus avant de pouvoir prendre une décision, » répondit-elle.

« Dans ce cas, vous devriez venir dans mon manoir si vous voulez étudier, » dis-je. « Althea réside là-bas et donc, vous devriez la laisser vous transmettre son savoir. »

« La Grande Sage Althea... si c’est vraiment possible... » déclara-t-elle.

Les yeux de Rica brillaient.

« Je lui en parlerais plus tard, » dis-je.

Si c’était en échange de ma force vitale, c’était très probable qu’elle accepte. Je ne pouvais pas le faire avec Althea si elle en absorbait trop, mais d’après ce que j’avais compris d’elle, Althea était troublée si elle ne recevait pas ma force vitale.

Probablement que c’était similaire au fait de ne pas pouvoir manger de la nourriture délicieuse et qu’elle ne pouvait combler sa faim qu’avec de la nourriture de mauvaise qualité. Dans ce cas, cela devrait aller.

« Vraiment... vraiment, comment dois-je montrer ma gratitude envers vous, Kakeru ? Est-ce que je peux faire quelque chose pour vous ? » demanda-t-elle.

« Il y a une chose, » dis-je.

« Qu’est-ce que c’est ? Dites-moi tout ce que vous voulez, » dit-elle.

Les yeux de Rica brillaient alors qu’elle me regardait

J’avais alors regardé les soldats présents dans la salle.

Rica, toujours aussi intelligente, avant comprise ce que je voulais. Elle avait alors ordonné. « Veuillez quitter cette pièce. »

Après avoir ordonné ça, contrairement à la dernière fois, les soldats avaient suivi scrupuleusement les ordres de la Reine.

Nous étions ainsi seules dans la pièce quand elle déclara. « Est-ce que c’est correct ainsi ? », un peu d’inquiétude était présente dans sa voix.

Elle, si intelligente, avait déjà compris la suite.

Je parle du fait que je voulais que les soldats partent, et la raison pour laquelle je voulais ça.

Et par-dessus tout, ses yeux étaient pleins d’attente.

Une telle femme, je la voulais de plus en plus.

Voilà pourquoi, j’avais alors déclaré. « Je te veux, toi ! »

***
<>
Traduit par la team : Novel de Glace