Flux RSS

Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken

Traduit par la team : Novel de Glace
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 3 Chapitre 62 – La collection d'esclaves de Yuuki


Un après-midi à l’intérieur de mon manoir.

Althea était dans son mode juvénile, et moi qui était en train de * MofuMofu * avec Miyu en mode sage parce que ma vigueur avait été aspirée.

« Capturer Saria était gênant. Il s’agissait de soldats que je ne connaissais pas, donc en m’excluant, les mouvements des soldats étaient bien trop en retard. Ils ont même été confus quand nous nous sommes téléportés, » dis-je.

« Ceux qui vous connaissent ne devraient pas être mentionnés, mais on ne peut pas y faire grand-chose avec des soldats ordinaires, » déclara Althea.

« Ne peut-on en faire quelque chose à propos de ça ? » J’avais demandé ça à Althea. Je voulais la sagesse du sage.

« Demandez-vous conseil ? » demanda-t-elle.

« Oui, » répondis-je.

« Vous devriez engager des gardes d’élite, » Althea qui avait rapidement répondu l’avait dit avec le ton d’une enseignante.

C’était la façon de parler d’Althea quand elle m’enseignait quelque chose.

Alors que je *MofuMofu* avec Miyu, je lui prêtais l’oreille.

« Vous devriez faire une unité que vous connaissez bien, et non pas des soldats qui vous sont prêtés chaque fois qu’il se passe quelque chose. Donc tu devrais vous créer une petite armée personnelle, » Althea avait dit cela, puis elle s’était levée, et elle avait regardé à l’extérieur de la fenêtre.

« Autour de ce manoir, est-ce que la terre vous appartient ? » demanda Althea.

« Oui, j’ai acheté toute la région, » répondis-je.

Pour utiliser l’argent afin d’obtenir des billets de loterie, j’avais récemment acheté les terres autour du manoir.

C’était bien que je les aie achetées, mais franchement, toutes ces terres, je ne les utilisais pas. Il s’agissait d’une terre que je pensais utiliser pour des récoltes.

« Construisez des casernes là-bas et fais-les vivre dedans, » déclara-t-elle. « Quand quelque chose arrivera, il suffira de les amener avec vous en utilisant la téléportation. »

J’avais réfléchi aux conseils d’Althea.

Ma propre unité. Ma propre unité que je posséderais.

D’une certaine manière, ça sonnait vraiment bien.

☆☆☆

J’étais téléporté jusqu’à la société marchande de Delphina.

Delphina me jeta un coup d’œil alors que j’apparus soudainement devant elle et elle continua à écrire quelque chose dans les journaux avec la plume se trouvant dans sa main.

Les affaires d’abord, le travail d’abord, c’était une femme comme ça.

Il y avait beaucoup de moments comme ça quand je venais la chercher, et ce n’était pas la première fois qu’elle m’ignorait ainsi.

Je m’étais alors appuyé contre le mur et j’avais attendu que les mains de Delphina soient libres.

« N’importe qui ! » déclara Delphina.

« Avez-vous appelé ? » demanda l’un de ses serviteurs.

« Traitez cela. Si la collecte est terminée, envoyez-la au palais de Calamba. En urgence, » ordonna Delphina.

« Compris, » l’homme qui avait été appelé avait pris les papiers de Delphina, et avait immédiatement quitté la pièce.

Il avait agi comme s’il ne m’avait pas vu.

« Bienvenue. Il est encore tôt pour que vous veniez me chercher, » déclara Delphina.

Comme une partie de son travail était fini, Delphina avait décidé de me parler.

« J’avais quelque chose à te demander. À ce propos, j’ai entendu le nom, Calamba ? » demandai-je.

« Oui, Calamba et Comotoria. Nous sommes proches de la fin de la guerre, alors j’ai pensé que j’en profiterais pour la dernière fois. Ce genre de chose, on peut tirer le meilleur parti de la fin, » déclara-t-elle.

« Tu es vraiment bonne pour ça, hehe, » dis-je.

Comme prévu de la femme qui s’était nommée l’une des marchandes les plus riches du monde.

« Mais, tu devrais le faire modérément, d’accord ? » dis-je.

Si elle le faisait à outrance, Calamba, non , Rica, pourrait être troublée par ça.

« J’ai seulement arrangé les choses nécessaires pour obtenir un bon prix, » déclara-t-elle.

« Alors, il n’y a pas de problèmes, » dis-je.

« Et alors, pourquoi êtes-vous venu ? » demanda Delphina.

« Ahh, actuellement, je…, » j’avais dit à Delphina ce dont j’avais parlé avec Althea.

« Si c’est le cas, l’unité que je vous avais déjà prêté, voulez-vous l’acheter tel quel ? » demanda Delphina.

« Non, je veux les former dès le départ, » dis-je.

En faisant ainsi. Althea avait déclaré que la loyauté du soldat serait plus élevée.

« Vous dites que vous voulez créer une nouvelle troupe, Hmm, » déclara Delphina.

« C’est bien ça. Je voudrais que tu achètes pour moi des esclaves. Il m’en faudrait entre 200 et 300 en tout, » dis-je.

« Voulez-vous faire une unité qu’avec des esclaves ? » Delphina avait été un peu surprise.

« C’est bien le cas, » dis-je.

« J’ai compris. Je vais vous apporter une liste ce soir, » déclara Delphina.

« Ce soir ? C’est très rapide, » dis-je.

« Après tout, la vitesse est la base des affaires, » déclara Delphina avec un sourire de plaisir.

Honnêtement, c’était un sourire qui faisait un peu peur, mais c’était aussi assez fiable.

« Et aussi, je veux faire un bâtiment où l’unité pourra y vivre, » dis-je. « J’ai la terre autour du manoir, donc cela sera là-bas. »

« Je vais vous faire préparer tout cela, » déclara Delphina.

« Et l’équipement aussi. Je veux de ceux qui se démarquent sur les champs de bataille, » dis-je. « Des uniformes qui sont clairement visibles. »

« Compris, » répondit Delphina.

Ainsi, cela sera parfait, pensai-je.

« Combien cela va-t-il me coûter ? » demandai-je.

« Franchement, cela dépendra du prix des esclaves. Les esclaves de bataille doivent-ils être bien entraînés ? » demanda-t-elle.

« Pas besoin. Je vais m’occuper personnellement de leur entraînement, » répondis-je. « Je veux le faire pour qu’ils s’habituent à moi. Tant qu’ils sont en bonne santé, il ne devrait pas y avoir de problème. »

« Si c’est comme ça, je peux prendre les moins chers. Si vous avez quinze mille pièces d’argent pour ça, il devrait même en rester un peu, » Delphina avait rapidement répondu ça. Elle devait probablement avoir calculé la somme dans sa tête en un instant.

« Je compte sur toi, » dis-je.

« Compris, » répondit-elle.

Mes affaires avec Delphina étaient finies.

« Ah ! » m’exclamai-je. Je venais de me souvenir de quelque chose d’important juste avant de me téléporter. Alors je l’avais dit à Delphina. « Je veux que toutes les esclaves soient des filles. »

« … C’est compris, » les yeux de Delphina s’écarquillèrent pendant un instant, mais elle se reprit immédiatement après ça avant de répondre.

Et ainsi, j’allais directement entraîner ma propre unité.

***
<>
Traduit par la team : Novel de Glace