Flux RSS

Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken

Traduit par la team : Novel de Glace
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 3 Chapitre 75 – Le visage d'une richissime marchande


J’étais allé dans le bâtiment de la société marchande de Delphina en utilisant la téléportation.

Aujourd’hui, il s’agissait du jour où elle venait à ma maison, alors j’étais allé la chercher.

Je m’étais d’abord téléporté dans la propre chambre de Delphina, mais elle n’était pas là, et donc, j’étais sortie dans le couloir.

Il y avait le subordonné de Delphina présent là. L’homme que je connais m’avait vu et il s’était incliné face à moi.

« Où est Delphina ? » demandai-je.

« Elle est dans le salon, » répondit-il. « Le prince héritier du Royaume d’Aegina est venu lui rendre visite. »

« Hm, » murmurai-je.

« Je vais vous guider jusque là, » déclara l’homme.

« Non, cela ne sera pas nécessaire, » dis-je. « Le salon est-il la pièce très somptueuse utilisée afin de divertir les clients aisés ? Je peux y aller par moi-même. »

Après avoir dit ça à l’homme, j’avais commencé à marcher.

J’étais déjà très habitué à la société marchande de Delphina, et ils étaient aussi très habitués à moi.

Les différentes personnes qui marchaient dans le couloir et qui travaillaient m’avaient vu et s’étaient arrêtées, inclinant la tête très profondément.

Après un moment, j’avais rencontré quelqu’un qui ne baissait pas la tête.

Il s’agissait d’un homme renfrogné d’âge moyen qui était sorti de la pièce possédant une somptueuse porte... le salon.

En voyant les vêtements qu’il portait, j’avais l’impression qu’il était quelqu’un de la royauté. Donc, il s’agissait probablement du prince héritier du Royaume d’Aegina dont j’avais entendu parler juste avant.

Le prince héritier me jeta un coup d’œil, mais comme si je ne comptais pas à ses yeux, il se retourna et commença à marcher. Il affichait un visage fatigué.

Tout en étant curieux par ce visage fatigué, j’étais entré dans le salon.

« Kakeru. Vous êtes venu me voir, » déclara Delphina.

« Je viens d’arriver. J’aurais peut-être dû venir un peu plus tard, » dis-je.

« Non, notre conversation vient de se terminer, » répondit Delphina.

« Était-ce avant ça le prince héritier d’Aegina ? » demandai-je.

« Oui, » répondit-elle.

« Pourtant, il affichait un visage vraiment fatigué, » dis-je.

« Eh bien, ça devrait bien être le cas, » répondit Delphina en se mettant à rire.

Elle avait ri en couvrant sa bouche en un élégant geste. Elle avait plus d’élégance que les nobles dames qui pouvaient être vues dans la ville, et elle libérait une envoûtante aura.

« J’avais refusé chacune des choses qu’il m’avait demandées, donc on ne peut  pas y faire grand-chose s’il s’est retrouvé fatigué, » déclara Delphina.

« Il t’a demandé quelque chose ? » demandai-je en allant m’asseoir à côté d’elle.

J’avais alors poussé la coupe qui avait probablement été utilisée par ce prince héritier.

« En vérité, j’ai acheté une ville, » annonça-t-elle.

« … Hein !? » m’exclamai-je.

« Il y a une ville sous le règne d’Aegina appelé Malonei, mais ces dernières années, elle a eu des difficultés financières, et c’est aussi une ville qui dépend complètement de l’aide venant de sa capitale. Et c’est là où je suis intervenue. En utilisant les déficits et le soutien comme mes atouts, j’ai imposé la condition impliquant le fait de remplacer tous les officiels par mes subordonnés. »

« Je vois, c’est comme si tu l’avais substantiellement achetée, hehe, » dis-je.

« Tout à fait, » répondit-elle. « J’ai aussi fait que le noble qui gouverne soit renvoyé, mais il semble qu’il s’agit d’un noble qui a gouverné cette terre à travers les années et les générations. Donc il a protesté en envoyant une réclamation à la couronne, et à cause de ça, le prince héritier est venu demander si quelque chose pouvait être fait. »

« Je comprends, » dis-je.

J’avais plus ou moins compris l’histoire. Il avait ce visage fatigué à cause de tout ça.

« Mais, pourquoi as-tu acheté quelque chose comme une ville ? » demandai-je. « Prévois-tu de faire quelque chose comme de les envahir avec l’économie, puis de construire un pays et devenir une reine ou quelque chose du genre ? »

« Non, pas du tout. Je vais simplement dire que Malonei a assez de valeur pour que cela en vaille la peine, » répondit Delphina.

Delphina, avait fait un visage sérieux... elle avait un visage sérieux avec un faible sourire sur ses lèvres.

Quand elle parlait d’affaires, elle faisait toujours ce genre de visage.

Mon cœur avait loupé un battement. Il s’agissait de son visage de marchande, mais… il était terriblement beau.

« Jusqu’à maintenant, cette ville a été déficitaire à cause de son administration déplorable. Mais autour d’elle, beaucoup de matériaux rares sont encore sous terre. J’ai envoyé quelqu’un afin d’examiner tout ça, et le résultat est que ces ressources n’étaient pas épuisées, mais que c’était seulement qu’ils ne pouvaient pas l’extraire, car ils ne pouvaient pas leur donner des salaires appropriés. Même ces seules ressources valent déjà leurs pesants d’or. C’est à haut risque, mais aussi à très haut rendement. »

« Je vois, » j’avais été impressionné, mais c’était prévisible de la part de Delphina.

En tant que marchande, elle était très sévère, et c’était ce qu’il y avait de mieux pour être une bonne marchande.

J’avais alors posé des questions à propos de Malonei.

En mettant tout cela ensemble, elle m’avait dit qu’elle avait besoin d’une « pompe nécessitant un grand volume d’eau spéciale », et les personnes qui pourraient préparer cette eau étaient limitées.

Eh bien ! Si elle réussissait avec ça, cela allait.

« À bien y réfléchir, » l’expression de Delphina avait changé.

Il s’agissait d’un type de sourire différent de celui que j’avais vu plus tôt, c’était un visage quand elle bavarderait et pourrait dire des blagues. « On m’a fait une demande en mariage. »

« Pff ! » je m’étais mis à rire. « Une telle proposition, je suppose que cela provient de cet homme vu plus tôt. »

« Tout à fait. Je suis une femme, donc il pensait probablement que s’il prenait possession de moi, tout pourrait être effacé. »

« Arg, » dis-je.

« Quel visage effrayant ! Bien sûr, j’ai refusé, » déclara Delphina.

Cela n’était pas comme si je faisais vraiment un visage effrayant.

« Tu as donc refusé, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Tout à fait. Avez-vous oublié ? » demanda Delphina. « J’ai décidé que j’épouserais l’homme qui achèterait tout ce que j’ai en même temps que moi. »

« Je sais, » je me rappelais parfaitement de ce qu’elle m’avait dit précédemment.

La richesse de la marchande Delphina était la même richesse que celle d’un royaume.

Bien sûr, il y avait beaucoup d’hommes qui viennent vers elle comme elle possédait la jeunesse et la beauté, mais sa condition était « Une personne qui achèterait tout ce qu’elle avait en utilisant sa fortune. »

En bref, une fusion et acquisition.

« Quelle est ta fortune actuelle ? » demandai-je.

« C’est presque pareil au budget national de Mercury pour une année, » répondit Delphina.

« Eh bien, c’est très dur d’acheter ça, » dis-je.

« J’attends toujours que tu l’achètes, » déclara-t-elle. Delphina avait souri avec grâce. Cette fois, elle avait un visage d’une femme.

« Je ferai de mon mieux pour faire quelque chose à ce propos aussi vite que possible, » dis-je. « Si je suis trop lent, il se pourrait que ce soit toi qui m’achètes. » Je m’étais souvenu de Malonei, et j’avais dit cela en plaisantant.

« Ce serait assez difficile, » l’expression de Delphina avait encore changé.

C’était son visage en tant que marchande.

« J’avais aussi pensé à ça, mais c’est assez difficile. Votre valeur totale est après tout trop élevée, » dit-elle.

« Vraiment ? » demandai-je.

« En gros, cela représente cinq fois la mienne, » déclara-t-elle.

« N’est-ce pas un peu trop élevé ? » demandai-je.

« Non, pas du tout, » répondit-elle en secouant la tête. Son expression était restée la même.

C’était celle que j’aimais... L’expression de Delphina que j’aimais le plus.

La richissime marchande Delphina, avec ce faible sourire, elle avait dit. « Porteur de l’Épée Démoniaque, Goshaku-sama, la valeur de ces noms est bien présente. Si vous deviez être acheté avec de l’argent, le pouvoir politique qui peut produire les différentes reines et princesses qui sont liées à vous, et qui pourraient intervenir avec leurs propres pouvoirs politiques, cela représente une grosse somme. En plus de cela, la force qui a été capable d’arrêter Nana Kanou qui détenait la force la plus importante jusqu’à ce jour. Lorsque tous ces éléments sont pris en compte et convertis en argent, les dépenses nécessaires pour les acquérir seraient à peu près cinq fois plus importantes que pour moi. »

Delphina avait dit tout cela jusqu’à la fin avec un visage sérieux.

Il semble que cela soit l’évaluation de la riche marchande Delphina.

Je ne pouvais donc toujours pas acheter Delphina.

Mais Delphina ne pouvait pas non plus m’acheter.

Comme c’était intéressant.

« ... »

Alors que j’avais remarqué ce fait, l’expression de Delphina avait encore changé.

Il s’agissait de l’une des expressions que j’avais vues pour la première fois aujourd’hui, c’était un visage qui indiquait qu’elle boudait un peu.

« Que se passe-t-il ? » demandai-je.

« Non, ce n’est rien ! » répondit-elle.

« Ce n’est pas rien, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Ce n’est rien du tout, » dit-elle tout en détournant les yeux loin de moi.

Je me demandais bien ce qui arrivait.

Pour une raison inconnue, j’avais suivi le regard de Delphina et j’avais regardé ou elle observait. C’était la tasse placée sur le dessus de la table.

Il s’agissait de la tasse du prince héritier que j’avais poussé plus tôt.

Elle l’avait regardé tout en boudant.

Peut-être…, pensai-je.

« Delphina, puis-je demander quelque chose ? » demandai-je.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda-t-elle.

« Je ne t’ai toujours pas achetée, mais ma réservation est toujours là, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Réservation ? » demanda Delphina.

« Tu peux également appeler cela les droits de négociation, » dis-je. « Tant que je ne les abandonne pas, j’ai la priorité absolue pour t’acheter, n’est-ce pas ? »

Delphina avait été stupéfaite pendant un moment, puis son expression avait changé.

Ce visage, c’était le visage que j’avais vu aujourd’hui pour la première fois.

« Oh… Bien sûr, » c’était le même visage quand j’avais eu un accord avec elle la première fois.

***
<>
Traduit par la team : Novel de Glace