Flux RSS

Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken

Traduit par la team : Novel de Glace
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 3 Chapitre 76 – Le coeur d'une richissime marchande


*** Point de vue de Delphina. ****

Dans un couloir du manoir de Kakeru.

Moi, Delphina Homer Lamanri était en route vers la chambre de Kakeru.

J’étais dans le manoir de Kakeru, et je venais juste de sortir du bain. Mais, mes vêtements étaient déjà sur moi.

Je portais une robe de nuit de la plus haute qualité utilisée pour les fêtes, avec des cheveux bien peignés, et j’utilisais un parfum qui pouvait être considéré comme élégant ou vulgaire selon la personne en face.

Je m’étais préparée ainsi à être enlacée par Kakeru.

Mon corps était préparé, mais quant à mon cœur...

Alors que je marchais dans le couloir, mon cœur ne s’arrêterait pas de battre la chamade.

Ma gorge était sèche et ma poitrine était douloureuse comme si elle était serrée.

C’était un peu différent de la douleur. Non, ce n’était pas seulement douloureux.

Si je devais trouver un mot pour le décrire, ce serait une « douce douleur ».

Toutes les autres personnes... Je me demande s’ils se sentent aussi comme ça ? pensai-je. Je me demande si c’est toujours comme ça quand elles sont avec Kakeru.

Même si cela fait un moment depuis que j’avais commencé à être enlacée par cette personne, il n’y a aucun signe qui indiquerait que je m’habitue à cela. Non, c’était plutôt le contraire, car cela devenait de plus en plus fort.

Mais même ainsi, je ne devrais pas le montrer sur mon visage.

Je suis sûre que Kakeru ne voudrait plus de moi si j’étais comme ça, pensai-je.

Alors que je marchais dans le couloir, j’avais continué l’effort de contrôler mon expression.

« Oh »

J’avais alors rencontré une femme portant une capuche dans le couloir.

Je ne pouvais pas voir son visage, mais sa voix était celle d’une vieille femme.

Althea, la Grande Sage Althea.

La présence mystérieuse qui vivait dans ce manoir.

Si l’on met de côté les esclaves-soldats, elle était la seule femme qui devait encore être enlacée par Kakeru.

« Bonjour, Mademoiselle Althea, » dis-je.

« Bonjour. Allez-vous maintenant dans sa chambre ? » demanda Althea.

« Oui, aujourd’hui c’est mon tour, ou du moins cela devrait l’être, » dis-je.

« Vous savez, cela serait difficile de le faire seule avec lui. J’ai aussi entendu dire qu’il avait atteint un nouveau niveau, » déclara-t-elle.

« Un nouveau niveau ? » demandai-je.

« Il a réussi à surpasser l’Immortelle Sainte Melissa en seulement quelques heures, » répondit-elle.

« Comme attendu de lui, hehe, » dus-je.

« N’êtes-vous pas surprise ? » demanda Althea.

« Mon esprit ne pourrait pas le rattraper si je continuais à être surprise avec ce qu’il est capable de faire, » dis-je. « Devant cette personne, chaque femme devient juste une femme. »

« Vous y compris ? » demanda-t-elle.

« Oui, et en vous incluant vous aussi. Tôt ou tard, cela arrivera, » dis-je.

« Je suis impatiente de voir ça, » répondit Althea en se mettant à rire.

À part après qu’elle avait retrouvé sa jeunesse en utilisant la vigueur de Kakeru, son visage ne pouvait pas être vu, et était en permanence caché par une capuche.

Après ça, j’avais recommencé à aller vers la chambre de Kakeru, mais je m’étais arrêtée d’un coup.

Après m’être arrêtée, j’avais Althea.

La Grande Sage Althea. La personne légendaire qui avait dans l’histoire donné des conseils à de nombreux suzerains et héros.

Si c’était cette personne, alors peut-être...

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Althea.

« Que dois-je faire... pour recevoir un conseil de votre part ? » demandai-je. « Grand Sage Althea, j’avais entendu dire que, avec des moyens normaux, vous ne donneriez jamais de conseils à un étranger. Qu’est-ce que je dois faire quand il y a quelque chose dont j’ai vraiment besoin de demander ? »

« Vous me surestimez, je suis “juste” Althea. Je suis une égoïste, car je m’occupe uniquement des choses qui m’intéressent, et de rien d’autre, » répondit Althea.

« Avec de l’argent… ? » demandai-je.

« Cela ne m’intéresse pas, » répondit-elle. « Dites-le tout simplement si vous le voulez ? Si cela m’intéresse, j’aurais peut-être une réponse, » répondit-elle.

« ... » j’avais alors hésité.

J’avais rarement demandé et reçu des conseils de quiconque jusqu’à maintenant.

Pour être capable, de vivre dans le monde des affaires, la prise de décision et la capacité d’agir qui étaient plusieurs fois supérieur à une personne normale était nécessaire.

Il y avait beaucoup de périodes de temps où j’aurais été ralentie si je devais demander conseil.

C’est pourquoi j’avais toujours décidé par moi-même.

Mais, celle qui était devant moi était la légendaire grande sage. Et, ma question n’avait aucune urgence.

Je devrais tout simplement lui demander et voir ce qui se passerait.

« Que dois-je faire... pour m’habituer à lui ? » J’avais demandé ça en plaçant ma main sur ma poitrine.

Vis-à-vis de ce cœur qui battait la chamade, comme dois-je faire pour m’y habituer, pensai-je.

« C’est impossible, » Althea avait répondu ça avec désinvolture.

« Impossible ? » demandai-je.

« C’est bien ça, impossible. Je connais ce sentiment, ce sentiment que toutes les femmes qui sont dans ce manoir ont en elles, » répondit Althea.

Comme je l’ai pensé, c’était donc ainsi...

« Si l’autre personne avait été un homme normal, il pourrait être possible de s’y habituer après un certain temps, » continua Althea. « Cependant, il n’est pas un homme normal. Il est un homme qui deviendrait de plus en plus grand et continuerait à aller de l’avant. »

Je suis d’accord.

« Je peux le dire avec assurance, » continua Althea. « Vous, qui irez chez lui ce soir, ce sentiment se renforcerait le lendemain. »

« Ça... Je serais troublée. Je ne le veux pas, mais... je serai quand même troublée, » dis-je.

Je sais bien que c’est incohérent.

« Il n’y a aucun moyen de s’y habituer, mais je sais comment changer ça, » continua Althea.

« Comment ? » demandai-je.

« Dans votre cas, vous devriez étendre encore plus votre entreprise, » répondit Althea. « Vous devriez devenir une marchande de plus en plus importante. En pensant qu’en tant que femme de Kakeru Yuuki, vous deviendriez ainsi une femme qui ne sera pas un embarra pour lui. »

« Plus importante... » répétai-je.

« Utilisez ce sentiment comme combustible, » déclara Althea. « Je peux aussi dire cela avec assurance. Plus sa femme devient grande, plus il devient heureux. De plus, il s’agit d’un homme qui a une grande tolérance. »

« Exact, je sais bien ça, » dis-je.

« Alors, vous savez ce que vous avez à faire, » déclara Althea.

« … Oui, » répondis-je.

C’est vrai, j’ai juste besoin de faire ça, hehe.

Si je ne pouvais pas garder ce sentiment qui me brûle dans la poitrine, je devrais l’utiliser comme l’énergie qui me ferait devenir convenable pour être la femme de Kakeru.

Quelque chose comme ça, quelque chose d’aussi simple que ça, je me demande pourquoi je n’ai pas été capable de le faire jusqu’à maintenant.

« Merci beaucoup, Mademoiselle Althea, » dis-je.

« … » Althea était partie sans rien dire.

Je ne pouvais pas voir son visage, mais je sentais qu’elle m’avait souri de plaisir.

J’avais donc repris ma marche, allant vers la chambre de Kakeru.

Sur le chemin, j’avais juré pour moi-même, sans prononcer la moindre parole, gardant ce sentiment dans ma poitrine.

Je dois étendre mes affaires, et devenir le numéro un mondial... la plus grande marchande de l’histoire.

Pour un commerçant, qui aura plus d’actif que quiconque.

Après tout, je suis réservée et je ne peux être achetée que par Kakeru. Tout de moi est réservé pour être acheté par Kakeru.

Si je ne peux pas au moins faire cela, je ne serai pas assez bien pour être avec Kakeru.

Au moment où j’avais pensé ça, mon cœur était devenu beaucoup plus léger.

***
<>
Traduit par la team : Novel de Glace