Flux RSS

Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken

Traduit par la team : Novel de Glace
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 4 Chapitre 90 – Recycler


À mi-chemin entre Gihon et Chigris, j’avais mené les 500 hommes de l’armée de Syracuse et combattu l’armée barbare de 1000 hommes.

Puisque les deux terrains étaient montagneux, le champ de bataille fut étroit.

À cause de cela, les deux armées s’étaient affrontées avec les mêmes nombres de soldats.

Même dans ces conditions, nous étions en train de perdre.

Au centre, je frappais l’ennemi avec mes deux Épées Démoniaques, mais sur les deux flans, la différence de force entre les soldats était évidente, et nous étions repoussés.

Je reculais lentement tout en tranchant les soldats ennemis, mais les soldats autour de moi se retiraient à un rythme plus rapide.

Profitant de cela, mes ennemis avaient commencé à m’encercler d’une manière très lente.

{Il n’y a pas de fin !}

{Papa, ils t’ont encerclé et ils sont même par-derrière !}

« C’est bon ! »

Par ma propre volonté, j’avais fait venir les ennemis vers moi.

J’avais balancé les Épées Démoniaques sans me retenir, et le sang s’était mis à imprégner le champ de bataille.

« Bon sang ! Tuez-le, il est seul, il est tout seul, il est tout seul !! »

Depuis un lieu éloigné, le général ennemi devenait bruyant.

Il criait des ordres à une certaine distance de ma zone d’attaque.

Les ordres qu’il donnait depuis le début étaient assez convaincants, alors il était probablement ce genre de général.

Avec ses ordres, les soldats ennemis avaient commencé à faire pression avec encore plus de force.

On dirait que même les soldats qui se tenaient en réserve avaient été envoyés afin de les soutenir.

« Ça devrait être maintenant... Tania. »

Je frappais avec Éléanore tout en convoquant ma servante fantôme.

{Oui, desu !}

« Envoie le message à Nana, les rats sont tombés dans le panneau ! »

{J’ai compris~ !}

Le fantôme Tania s’envola rapidement.

Elle avait survolé les soldats ennemis.

Et pendant un moment, j’avais continué à trancher dans les soldats ennemis.

« Monseigneur Kostamas ! Attaque ennemie ! Une attaque ennemie par-derrière ! »

« Quoi!! Qui sont-ils ? »

« Il y a une femme vêtue d’une armure blanche en fer de lance, et toutes les autres sont aussi des femmes ! »

« Merde, c’est Nana Kanou »

Le général ennemi Kostamas cracha son ressentiment.

« Il devrait y avoir des soldats derrière, alors, laissez-les s’en occuper ! »

« Que... les lanciers et les épéistes sont à l’avant, et il n’y a que des archers derrière... En plus de cela, à cause du terrain étroit, le remplacement des unités n’est pas facile...  »

« Quoi... !? » Kostamas me dévisagea. « Tu m’as dupé, Porteur de l’Épée Démoniaque ! »

Eh bien, c’est vrai.

L’armée barbare avait été emmenée au milieu d’un espace étroit, et ainsi la plupart d’entre eux avaient été tués, et seulement une partie avait été autorisée à se rendre.

Dans la ville de Chigris, je me trouvais à l’intérieur le bâtiment du gouvernement, et face à Théo.

« Nous avons gagné à nouveau, tout cela grâce à Votre Excellence »

« À combien estimes-tu les pertes ? »

« 20 %, y compris ceux qui ont subi de lourdes blessures. Eh bien, le pourcentage est élevé, mais si nous utilisons ceux qui se sont rendus ou sont devenus prisonniers, nous avons à la place augmenté notre force. »

« Je vois, c’est bon dans ce cas. »

« La prochaine étape sera Pishon. Ils n’ont pas autant de soldats qu’à Gihon et Chigris, il devrait donc y avoir moins de dommage qu’aujourd’hui. Eh bien, ça devrait être une victoire facile, » avait Théo parlé fièrement.

Oui, oui, il était ensuite allé prendre un étendard, je devrais juste vous envoyer en première ligne afin de les récupérer.

{Que dirais-tu de le faire pour de vrai ? Il serait plus facile de se battre à partir de maintenant si tu le fais.}

Je ne pouvais pas m’empêcher de me laisser être tenté par la suggestion d’Éléanore.

« Nous allons nous dépêcher de les réorganiser. Eh bien ! Dès que cela se terminera, nous marcherons vers la prochaine étape, » déclarai-je.

Théo était parti après ça.

Et Nana était entrée.

« Bon travail, donne-moi ton rapport ! »

« Ha ! Comme d’habitude, nous avons utilisé les balles magiques pour soigner celles qui étaient lourdement blessé et au-dessus, et mise au repos les soldats légèrement blessés. »

« Bien. »

« De plus, il y a autre chose... le premier peloton a utilisé toutes ses boules magiques dans cette bataille. »

« Elles ont utilisé tout ça ? Y avait-il quelqu’un de fort ? »

D’habitude, j’écoutais juste le rapport juste par principe, mais cela m’intéressait parce qu’il s’agissait du premier peloton.

C’était celle de ma femme, le peloton de Nikki dont j’avais pris soin tout à l’heure.

« Non, la pression de l’ennemi était la même. On dirait que le peloton entier a été impatient d’obtenir des résultats lors de ce combat. Elles ont donc chargé et ont été vaincues à la place. »

«......»

Je savais que j’affichais un visage sévère.

Nana ne ménageait pas ces mots, surtout si c’était quelque chose en rapport à mes ordres.

Donc, si Nana avait dit qu’elles avaient été impatientes d’obtenir des résultats, cela devrait être exactement comme elle le disait.

« Cette situation pourrait se répéter à partir de maintenant, » déclara Nana.

« Fais quelque chose à ce sujet... Non, je le ferai personnellement, » dis-je.

« Compris. Les neuf autres pelotons n’ont aucun problème, leurs pertes et les résultats des combats sont comme d’habitude. »

« Entendu ! »

J’étais arrivé à la tente du premier peloton.

« C’est moi, j’entre, » avais-je avant d’entrer sous la tente.

Nikki et les autres filles étaient toutes des femmes dont je me souvenais parfaitement de leurs visages.

C’est bien si c’est comme d’habitude, mais ce n’est pas maintenant.

Mon ordre était d’utiliser les balles magiques sur les blessés graves sans se retenir, et laisser les blessures légères guérir de manière naturelle.

Elles étaient totalement d’accord avec ça qu’elles soient indemnes ou très blessées. Mais dans le cas présent, le premier peloton avait utilisé toutes ses boules magiques.

« Monsieur, merci pour votre travail acharné, monsieur »

Lorsque Nikki salua, les autres soldats esclaves saluèrent de leur voix en synchronie.

« Je vais m’asseoir ici, » après avoir déclaré ça, je m’étais assis au milieu de la tente. « J’ai entendu le rapport de Nana. »

Quand j’avais dit ça, toutes y compris Nikki avaient tressailli.

{On dirait qu’elles s’attendent à quelque chose-là.}

Ouais.

« Tu as utilisé toutes les boules magiques, eh bien, ça n’a pas d’importance. C’est quelque chose que je t’ai donné, donc même si tu utilisais tout ça, je t’en donnerais encore plus, » pendant que je parlais, les femmes avaient baissé la tête. « En y pensant, depuis la bataille de Gihon, vous êtes les seules à avoir changé. Cela ne me dérangeait pas à cet instant-là parce que la différence était insignifiante, mais cela montre juste que quelque chose n’allait pas depuis ce moment, n’est-ce pas ? »

Je m’arrêtai là et regardai Nikki.

« Qu’est-ce que tu en penses ? » demandai-je.

«......»

Nikki se mordit la lèvre inférieure et avait du mal à dire quoi que ce soit.

J’avais regardé sur le côté et j’avais regardé une autre femme.

Elle est... elle est la femme qui m’a demandé de le faire en chuchotant son nom.

« Thémis, » dis-je.

Elle avait tressailli quand j’avais prononcé son nom.

Elle avait un visage qui semblait à la fois heureux et effrayé.

« Qu’est-ce que tu en penses ? »

« Je-c’est exactement comme monsieur le dit, » répondit-elle.

« Pourquoi ? » demandai-je.

« Euh... nous voulions être un soutien pour vous, Monseigneur Kakeru. »

« Tu voulais ? »

« Nous sommes des esclaves, donc pour pouvoir vous aider, nous devons montrer des résultats sur les champs de bataille. »

« ... Même si tu dis ça, cela s’est très bien passé à Gihon et les dégâts que vous avez subis étaient faibles, mais cette fois-ci, vous avez toutes échoué, et vous avez eu d’énormes pertes. »

Thémis hocha la tête.

Je regardai autour de moi, les filles dont j’avais croisé les yeux avaient timidement hoché la tête.

« Je vois, j’ai compris cette histoire. Dans ce cas..., » commençai-je.

Les filles avaient de nouveau reculé.

Je n’avais encore rien dit, mais c’était aussi un interrogatoire, une cour martiale ou quelque chose du genre.

On ne pouvait pas leur reprocher d’avoir peur de leur punition.

Cependant, j’avais dit cela sans prendre de gant.

« Je vais toutes vous entraîner pendant un moment ! »

« Hein !? »

Quelqu’un laissa échapper une exclamation, et toutes étaient abasourdies.

« Je vais vous entraîner. Je vais vous rendre assez fortes pour que vous trouviez qu’il est difficile de vous blesser même si vous êtes devenues téméraires ! »

{Oi oi, que diable est-ce. N’y a-t-il pas une meilleure punition que.. }

J’avais donné un léger coup à Éléanore.

Il n’y a aucune raison de le faire maintenant. Ce ne sont que des femmes qui veulent mieux travailler pour moi, si c’est le cas, il n’est pas logique que je ne leur donne pas de la force pour qu’elles puissent faire les choses correctement.

{Qu’est ce que c’est que cette logique ?}

Quelque chose de bizarre ?

Je ne pense pas qu’il y ait quelque chose d’étrange à ce sujet.

Éléanore n’avait plus rien dit. Elle devint silencieuse, laissant juste une émotion semblable à un soupir.

Pendant ce temps, je l’avais laissée comme ça et j’avais encore regardé les filles.

« C’est décidé, avez-vous compris ? »

Après une courte latence d’une seconde, Nikki se leva rapidement. Un instant plus tard, les 19 autres se levèrent également.

« Nikki Cephalis et 19 autres. Monsieur, nous allons devenir plus fortes, Monsieur ! »

« Monsieur, nous allons devenir plus fortes, Monsieur ! » Avaient-elles toutes dit.

« Ahh ! »

Quand je leur avais fait un signe de tête, et l’expression des filles avait changé.

« Nous deviendrons plus fortes et survivrons jusqu’à la fin ! »

« Nous survivrons jusqu’à la fin ! » Avaient-elles toutes dit sur un ton féminin.

« Charmante femme ! »

J’avais tiré Nikki jusqu’à la plaqué contre ma poitrine et je l’avais embrassée.

Les autres filles avaient des regards envieux.

 

***
<>
Traduit par la team : Novel de Glace