Flux RSS

Maou-sama no Machizukuri! ~Saikyou no Danjon wa Kindai Toshi~

Traduit par la team : Novel de Glace
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 6 Chapitre 113 – La vraie nature de Procell


Sous la supervision de March, j’avais activé l’éveil afin d’apprendre à le maîtriser.

Assez rapidement, quatre ailes noires et une corne avaient émergé hors de mon corps.

« Khh. »

J’avais laissé échapper une voix étrange.

Ça se passait comme la dernière fois : quelque chose de diabolique faisait rage en moi.

Cela avait toujours été le cas lors de l’utilisation de l’éveil.

Je voulais tout détruire, me livrer à ceux-ci, et les profaner.

Ayant senti mon sombre moi, j’essayai de réprimer les impulsions qui s’y précipitaient. Malgré tout, je sentais ma conscience s’évanouir rapidement. Alors que le monde devenait sombre, le désir de faire rage autant que je le souhaitais grandissait.

March a dit que c’était mon autre moi, mais je ne voulais pas la croire. Bien sûr, ce n’est pas moi, il n’y a aucun moyen que ce soit moi !

« Procell, non ! Pas comme ça. Ce que tu fais est la même chose qu’auparavant : tu réprimes de force tes émotions. Si tu continues ainsi, tu finiras seulement par être englouti. » (March)

La voix de March était de plus en plus lointaine.

Et puis, mon moi normal avait complètement disparu.

Oh oui, c’est si bon. Je me sens si bien. Je suis enfin à nouveau dans cette forme. Maintenant, je peux faire tout ce que je veux.

Cette femme, cette garce devant moi est si bruyante. Combien de temps a-t-elle l’intention de me regarder de haut ? C’est déjà bien assez, tu es à moi et tu écouteras ce que je te dis. Femme folle, tu ne retiendras rien si je ne te le fais pas apprendre avec ton corps comme avec cette petite louve.

« En tant que ton Seigneur-Démon, je t’ordonne de... » (Procell)

Je n’avais réussi à dire que cela avant que quelque chose ne me frappe et cela m’envoie rouler au sol.

Qu’est-ce qu’il est arrivé ? Cette garce, elle ose me regarder de haut alors que je suis au sol ?! Impardonnable. Absolument impardonnable.

« Il semble que l’éveil ne soit pas la seule chose que tu ne comprennes pas, hein. On dirait que tu sous-estimes gravement les dangers que représentent les démons. » (March)

Comme ose-t-elle ? Je vais lui apprendre sa place. Ahh, juste le fait d’imaginer le regard sur son visage alors qu’elle pleure et demande pardon, m’excite beaucoup. D’abord, je vais la faire se prosterner. Je devrais juste faire attention cette fois et regarder mon environnement avant que je donne mon ordre, je ne la laisserai plus jamais faire quelque chose comme m’envoyer voler. Plus jamais.

« J’ordonne — » (Procell)

Cependant, avant que je ne puisse achever ma phrase, j’avais à nouveau été envoyé au loin.

« Tch. Tu es si négligent. Tu t’es perdu si facilement. Tu es déjà contrôlé par tes instincts, n’est-ce pas ? Un enfant gênant. » (March)

March souriait amèrement et soupira comme si elle disait. « On n’y peut rien ».

Pendant ce temps, je m’étais levé et lui avais jeté un regard glacial.

Comment ? Comment est-elle capable de m’humilier de la sorte ? Je suis supposé être le plus puissant Seigneur-Démon, surtout dans ma forme actuelle. Tout d’abord, en tant que démon, elle ne devrait même pas être capable de me faire du mal. Pourquoi dois-je supporter une telle violence ?

« Tu as l’air confus, Procell. Allons-nous faire classe ? Rappelle-toi, il y a deux règles qui protègent un Seigneur-Démon de ses démons. La première est qu’aucun démon ne peut désobéir à un ordre de son Seigneur-Démon. Si un démon ne veut pas faire quelque chose, il peut librement ignorer la volonté de son Seigneur-Démon en ne laissant pas celui-ci lui donner d’ordre. » (March)

Je sais ça. Ce que je ne comprends pas, c’est comment elle peut me frapper. Selon la prochaine règle qu’elle est sur le point de dire, une telle chose devrait être impossible.

« La seconde règle est qu’un démon ne peut blesser son Seigneur-Démon. » (March)

« Je sais. Maintenant, dis-moi, comment peux-tu me faire cela ? » (Procell)

En plus, elle a réussi à me frapper deux fois. Même si elle est un démon ayant les pouvoirs d’un Seigneur-Démon, tant qu’elle est mon démon, elle ne devrait pas être capable de me faire du mal.

« Cependant, je ne t’ai rien fait. Très bien, je suppose que je vais t’expliquer le truc. Tu vois, il y a un démon caché dans mon ombre. En d’autres termes, ce n’est pas moi qui t’interrompais, mais plutôt cet enfant. » (March)

« Ne te joue pas de moi. Tes démons auraient également dû être placés sous mon commandement et ne devraient pas être capables de me faire du mal ! » (Procell)

En même temps que March elle-même, j’avais pris le contrôle de son donjon et de ses démons.

« La réponse est simple, j’ai coupé mon contrat avec cet enfant. Donc, plutôt que par obligation, cet enfant prend soin de moi de sa propre volonté. Tu ferais mieux de te souvenir de cela : si tu traites trop cruellement tes démons, prépare-toi au pire. Par exemple, un démon que tu aurais abandonné peut choisir d’aller appeler des humains ou des démons ne t’appartenant pas. Inversement, tout comme ce qui arrive actuellement, si un démon t’aime, il te protégera même après l’avoir libéré. Être un bon Seigneur-Démon pour tes démons est important. » (March)

Ses paroles m’avaient choqué. Des pensées telles que « s’ils laissent des ennemis entrer dans ma chambre et si des informations sur elle étaient divulguées en dehors de mon donjon »  me venait à l’esprit.

En y pensant, le pouvoir des Seigneurs-Démons sur leurs démons n’était en aucun cas parfait.

« Tu es parti de mon donjon trop tôt donc je n’ai pas eu la chance de t’apprendre de telles choses. Je m’excuse pour cela. À partir de maintenant, sois rassuré, je vais t’enseigner beaucoup de choses. » (March)

À nouveau, elle me regarde de haut. Tellement irritant. Avant tout, ce que je ne peux pardonner, c’est qu’elle me traite comme un enfant ! Je vais la dominer et être le meilleur… mais comment ? Devrais-je créer un espace entre nous pour invoquer Kuina et les autres ? Ou… devrais-je lui faire goûter mon pouvoir ? Celui qui la protège, c’est probablement l’un de ses démons du Pacte démoniaque, l’assassin qui se cache dans l’ombre. Si c’est le cas, alors si je me débarrasse des ombres en utilisant une grenade flash tout en lui donnant un ordre, il ne pourra m’interrompre.

« Fuu. Je pensais que tu étais un homme bien, mais je vois maintenant que tu es toujours un enfant qui essaie désespérément d’être traité comme un adulte. Et puis, à travers l’éveil, ton désir d’être reconnu en tant qu’adulte est devenu ainsi. Contemple cela une seconde. » (March)

Quoi ? Non, ce n’est pas du tout ainsi. Je suis devenu fort, plus fort que quiconque. Tant et si bien que même les trois Seigneurs-Démons les plus puissants ne peuvent se comparer à moi. Je n’ai pas besoin d’être reconnu par cette chienne.

« Mensonges ! Et ne me traite pas comme un enfant ! » (Procell)

« Là, tu l’as toi-même dit, ne me traite pas comme un enfant. Je ne mentais pas, tu sais. Écoute avec ton cœur emmuré et tu sauras que c’est la vérité. Tu sauras que tu as ce désir d’être reconnu par moi. Tu veux que je te dise que tu es un splendide Seigneur-Démon et d’autres joyeusetés du genre. » (March)

« Ce n’est pas comme — » (Procell)

« C’est comme ça. Et cette faiblesse fait elle aussi partie de toi. » (March)

Quel est ce sentiment d’inconfort ?

« Au fait, à propos de ton mauvais traitement envers cette petite fille, cette Fel, il a été provoqué par le stress que tu as gagné en agissant comme un gentil père envers tes démons. Je veux dire par là que tu es entouré de belles filles, mais tu te dis que tu dois te retenir, car tu es leur père. En d’autres termes, tes sentiments en tant que père sont en conflit avec tes instincts en tant qu’homme… Tu as peut-être tracé une ligne que tu t’es promis de ne jamais franchir, mais toutes ces émotions refoulées se sont finalement révélées trop lourdes et tu es allé trop loin avec elle. » (March)

Elle parle probablement de ce que j’ai fait à Fel. Mais c’est ce qu’elle-même voulait.

« Eh bien, je dirai qu’on ne peut rien y faire. Tu peux le faire avec moi si tu le souhaites, mais si tu veux être discret, tu pourrais également visiter un bordel. Se retenir trop est également mauvais. Ou bien, quelque chose comme cela va se reproduire prochainement. » (March)

March parlait doucement. En réponse, je m’étais senti embarrassé.

Le faire avec elle ? Aller à un bordel ?

« Ce ne sont pas tes affaires ! » (Procell)

De tels mots sortaient involontairement de ma bouche. Cependant, comme j’avais dit de tels mots, j’avais senti différentes couleurs revenir vers mon corps étrangement noir et froid.

« Ah ! Tu redeviens maintenant de plus en plus toi-même, n’est-ce pas ? Alors, je suppose que je suis sur la bonne voie. » (March)

Mon cœur commençait à devenir tumultueux, diverses couleurs s’y mélangeaient.

J’étais incapable de réfuter ses paroles et je me demandais si je ne regardais pas Kuina et les autres comme des membres du sexe opposé et non comme mes filles. Après réflexion, je m’étais rappelé que je me sentais en effet charmé par leur féminité. Cependant, parce que j’étais leur père, j’avais continuellement repoussé ces émotions.

« Ne te méprends pas. Je ne te juge pas ou quoi que ce soit du genre. Après tout, nous pouvons les traiter comme nos enfants, mais ils ne sont pas réellement nos enfants. Tu ne peux rien y faire si tu trouves un membre du sexe opposé attirant. Ton amour en tant que père est réel et c’est ce qui compte. Les instincts et l’amour sont très différents. Tu n’as pas à en avoir honte. » (March)

Ses mots m’avaient mis à l’aise.

Oui, oui, elle a raison. Je les regardais comme ça. Non, il est plus approprié de dire que je les aimais aussi. Je suis à la fois leur père et un homme.

« Et puis, au sujet de ton désir le plus profond de vouloir être reconnu par quelqu’un, tu peux essayer de le cacher, mais tes actions trahissent ton souhait d’approbation. Pour parler en termes simples, tu es seul et cherches l’affection des autres. Et pourtant, après tout cela, tu as honte de t’avouer cela et de dire aux autres comment tu te sens. » (March)

Ce n’est pas ça, je ne suis pas un enfant qui se sent ainsi.

Non, je dois arrêter cet entêtement. Ces sentiments existent en moi. J’ai toujours voulu être vu et reconnu.

« Procell, je te le dis maintenant : tu es incroyable. Tu as ma reconnaissance aussi bien que celles des autres. De plus, souviens-toi toujours, tout le monde t’aime plus que tu ne le penses. » (March)

En prononçant ces mots, une sorte de chaleur s’était répandue dans ma poitrine.

Je vois, donc c’est ce que j’ai longtemps désiré. Et maintenant qu’elle me l’a donné, je me sens à l’aise.

Mon moi sombre était le résultat à la fois de ma frustration et de mon envie de reconnaissance devenant incontrôlable.

Réalisant cela, j’avais souri.

Une personne frénétique hors de contrôle était loin de la définition d’un mec sympa.

Je n’étais qu’un enfant.

Vraiment pitoyable.

Et pourtant, j’étais cette personne.

« Merci, March. J’ai finalement pu voir qui je suis vraiment. » (Procell)

En acceptant cette partie sombre de moi-même, j’étais finalement devenu moi.

Je me sentais toujours un peu étourdi, mais malgré cela, j’étais maintenant pleinement rationnel.

« C’est une bonne expression que tu as là. Ouaip, ça te va mieux. » (March)

March avait souri en retour.

« Dès le début, il n’y a jamais eu d’autre moi. Je le sais maintenant. » (Procell)

En acceptant de telles émotions et en allant de l’avant, voilà ce qu’était la signification de l’éveil.

Si on le savait, on savait ensuite quoi faire : ne pas refuser de se compromettre. Même mon moi pitoyable était capable de faire cela.

« Création. » (Procell)

En utilisant ma Création, j’avais créé un M & K MK416 qui était le fusil d’assaut le plus utilisé à Avalon.

Avec cela, j’étais prêt à utiliser la nouvelle capacité de Seigneur-Démon que j’avais acquise.

Le Seigneur-Démon Archer avait utilisé sa médaille pour créer des démons qui, comme son nom l’indique, étaient principalement des attaquants à longue portée.

De plus, il avait la capacité spéciale appelée Nécrose qui faisait que les flèches de toutes ses troupes pouvaient infliger des blessures compliquées à soigner et s’envenimant rapidement. En d’autres termes, les attaques faites par ses démons étaient destructrices.

La question était de savoir si cet effet s’appliquerait ou non aux balles.

Des animaux sauvages vivaient à 300 mètres de nous dans la plaine, j’avais repéré un chien errant. Il semblait criblé de maladies et il ne causerait que des ennuis s’il entrait dans la ville et mordait un humain. Il devait être réprimé, peut-être même pour son propre bien, donc il n’y avait pas besoin d’avoir de remords.

En raisonnant ainsi, je l’avais donc visé.

Cependant, avant d’appuyer sur la gâchette, j’avais senti une diminution de ma puissance magique. C’était la preuve que la capacité fonctionnait.

Si la cible était touchée directement, elle mourrait horriblement sans la nouvelle capacité, alors j’avais décidé de l’égratigner.

Avec confiance, je pouvais tirer avec précision, j’avais laissé la balle voler, elle avait effleuré le chien errant tout comme je l’avais prévu.

La blessure du chien s’était ensuite infectée. Peu de temps après, j’avais vu l’infection se propager.

Cela a fonctionné, la Nécrose est efficace.

« March, comme je suis actuellement, je peux utilise librement l’éveil, je te remercier. » (Procell)

« J’en suis heureuse. Mais tu sais, normalement, ça aurait été beaucoup plus dur que cela. Je veux dire par là que tout le monde ne veut pas admettre qu’ils ont un côté disgracieux. Dans leurs efforts pour échapper à la vérité et nier cette partie d’eux, les Seigneurs-Démons se déchaînent souvent. » (March)

La honte que je ressentais pour l’avoir admis était immense.

Malgré cela, j’avais accepté tout cela. Si je ne l’avais pas fait, je n’aurais pas pu maîtriser l’éveil.

« Ne compte pas trop sur l’éveil. Je te recommande de ne l’utiliser au maximum que trois minutes d’affilée, puis d’attendre au moins dix heures avant de l’utiliser à nouveau. Le fardeau imposé au corps et à l’âme est trop important… Tellement que la surutilisation raccourcira ta durée de vie. Tu ne voudrais pas qu’il t’arrive la même chose qu’à moi, n’est-ce pas ? » (March)

March se mit à rire.

Elle avait utilisé l’éveil avec sa compétence de transformation pendant une longue période de temps et avait donc raccourci sa durée de vie.

Considérant ce fait, j’avais décidé de prendre ses conseils à cœur. Je voulais vivre le plus longtemps possible et faire toutes les choses devant être faites.

En plus de cela, je me sentais toujours mal à l’aise en utilisant l’éveil. Bien que j’avais pu m’accepter, ce que j’avais fait était à peine maintenir l’équilibre. Je ne savais pas quand cela allait s’effondrer, et même maintenant, je sentais mes instincts devenir plus forts.

« J’y ferai attention. » (Procell)

Nous devrions conclure bientôt cette session de test. J’avais acquis une capacité de plus, mais celle-ci était un peu compliquée à utiliser.

« Oh oui, Procell. » (March)

« Qu’est-ce qu’il y a ? » (Procell)

« Pourquoi ne ferions-nous pas une autre expérience pendant que nous y sommes ? Que dirais-tu de cette capacité à imprégner les démons ? Tu pourrais l’essayer sur moi. Tu ne penses pas à moi comme ta fille, mais comme une vraie femme, n’est-ce pas ? » (March)

March avait dit cela en baissant le décolleté de sa robe blanche révélant ses courbes.

En réaction, j’avais dégluti.

« … Arrêtons-nous là pour l’instant. Je ne pense pas que ce qui reste des trois minutes sera suffisant pour cela. » (Procell)

Je n’étais pas si rapide, après tout.

De plus, peut-être à cause de l’excitation, les souvenirs de ce que j’avais fait à Fel la nuit précédente refaisaient surface dans mon esprit.

Et ce que j’avais fait… était à peine acceptable. Je m’étais juste assez retenu avant de faire quelque chose d’extrême en tant que Seigneur-Démon. Malgré cela, cette fille voulait toujours plus. Il n’était peut-être pas entièrement faux de dire que c’était son but en me demandant d’utiliser l’éveil.

« C’est dommage. Eh bien, rentrons alors. Tu es plutôt conservateur, n’est-ce pas ? » (March)

« C’est juste qu’il y a un ordre entre les choses. » (Procell)

J’avais annulé l’éveil et mes ailes ainsi que ma corne avaient disparu.

Pendant ce temps, March avait décidé d’enlacer mon bras, et quand elle l’avait fait, j’avais senti une douce sensation sur mon bras ainsi qu’un agréable parfum. Sans surprise, j’avais un peu regretté d’avoir refusé son offre.

Eh bien, retournons à Avalon. Je dois m’assurer que les préparatifs de la fête soient complets et parfaits.

« Maintenant que j’y pense, que t’est-il arrivé lors de ton premier éveil ? » (Procell)

Je voulais connaître la vraie nature de March. Après tout, c’était injuste de n’avoir que ma vraie nature révélée.

« Ce-ce n’est rien de spécial. Oui, totalement ordinaire. Je n’ai rien accumulé comme toi. Assez de ce sujet hors limite ! » (March)

March coupa de force le sujet et marcha rapidement.

Tout en la regardant, je m’étais juré de trouver un jour la réponse à cette question.

***
<>
Traduit par la team : Novel de Glace