Flux RSS

Maou-sama no Machizukuri! ~Saikyou no Danjon wa Kindai Toshi~

Traduit par la team : Novel de Glace
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 2 Chapitre 29 – Voyage en l'air et la ville du Seigneur-Démon


Nous avions quitté le donjon après avoir fini de discuter avec March.

J’étais accompagné de Kuina, mon démon du [pacte démoniaque], ainsi que les deux autres candidats pour celui-ci, l’Ancienne Naine et Elfe Antique. Gryphon était lui aussi avec nous.

Wight était resté derrière pour faire certaines tâches que je lui avais confiées, et avec lui, il y avait les naines-forgeronnes et les squelettes.

March nous avait renseignés à propos d’une ville proche qui satisferait mes demandes ainsi qu’un donjon populaire.

Nous quatre portions actuellement des vêtements humains que March avait achetés dans une ville humaine. Je ne connaissais rien de ce monde, mais ces vêtements semblaient être de haute qualité.

Ils sembleraient que lorsque les Seigneurs-Démons avaient trop de temps libre, ils visitaient de temps en temps les villes humaines et donc, ils se préparaient souvent des vêtements humains.

Les vêtements que nous portions étaient justes à la bonne taille. Moi et l’Elfe Antique avions des vêtements pour les personnes se trouvant dans le milieu de l’adolescence tandis que les deux autres portaient des vêtements pour les personnes qui étaient dans la première moitié de l’adolescence.

La taille des vêtements n’était certainement pas pour March. Mes vêtements étaient des vêtements pour garçon et non pour fille et cela me gênait un peu qu’elle ait cela en stock.

« Père, le vent est sympa ! » (Kuina)

« Le dos du Maître est si grand. Et si réconfortant. » (Ancienne Naine)

« Oui, c’est agréable, ici aussi. » (Elfe Antique)

En ce moment, j’étais sur le dos de Gryphon qui volait.

Il y avait encore une certaine distance jusqu’à arriver à notre destination.

J’étais en train de tenir les brides de Gryphon alors que Kuina était assise juste devant moi. Pendant ce temps, Ancienne me serrait par-derrière.

Ça sentait bon et c’était chaud et doux.

Être pris en sandwich par mes deux filles bien-aimées était vraiment merveilleux. C’était la meilleure des choses.

« Oui, je parie qu’on se sent bien là. » (Elfe Antique)

« Viens maintenant. Tu sais bien que je voudrais que tu sois aussi ici avec nous. Mais le Gryphon ne peut porter que trois personnes au maximum. » (Procell)

Volant à côté de nous se trouvait l’Elfe Antique.

Elle pouvait contrôler le vent et voler. Sa vitesse n’avait rien à envier à celle du Gryphon, alors que celui-ci volait à sa vitesse maximum, elle bourdonnait telle une mélodie.

Elle, en effectuant des tirs de longues distances avec son fusil antimatériel tout en volant à haute vitesse─, se vantait sans doute d’avoir la plus haute aptitude au combat parmi mes démons.

« Je sais, mais… Ei !~ » (Elfe Antique)

Juste au moment où je pensais qu’elle allait voler plus haut, je ressentis quelque chose contre ma tête et mon corps. Oui, il s’agissait de sa poitrine qui se pressait contre moi.

« Il ne devrait y avoir aucun problème si nous sommes comme ça. Kuina-chan a pris l’avant alors que l’Ancienne Naine a pris le dos, donc ce sera ma place. Fufufu, un privilège pour moi qui vole. » (Elfe Antique)

En faisant attention à ne pas gêner le Gryphon, elle volait en pressant son corps contre le mien.

C’était dangereux, donc je voulais la gronder. Oui, je voulais vraiment le faire, mais je voulais aussi apprécier cette sensation douce et chaleureuse.

« Père, tu fais un visage bizarre. » (Kuina)

« Maître, tellement sale. » (Ancienne Naine)

La froideur de leur voix m’avait quelque peu réveillé.

C’était dangereux. Un peu plus, et je n’aurais peut-être pas réussi à m’en sortir.

« Elfe Antique, c’est dangereux, donc écarte-toi. Si tu veux me coller ainsi, alors tu devras attendre que nous soyons au sol. » (Procell)

« Je suis désolée, Maître. Je m’amuserai plus tard. » (Elfe Antique)

« Uhh, stupide Père. » (Kuina)

Kuina me regardait avec des yeux méprisants. Peut-être pensait-elle que j’allais lui être enlevé.

Elfe Antique se mit alors à parler à Kuina tout en riant.

« Si tu me laisses te câliner, alors je vais arrêter de le faire au Maître. Qu’en dis-tu ? » (Elfe Antique)

« Ugggghhh, uggghhhhh. Fais ce que tu veux avec moi, Elfe-chan, mais éloigne-toi de Père. » (Kuina)

Il semblerait que son désir de me monopoliser ait gagné face à sa peur de l’Elfe Antique.

Elfe Antique riait, se réjouissant de la réponse de Kuina. Je suppose qu’elle devait beaucoup aimer Kuina.

Et ainsi, nous avions parcouru une grande distance.

« Nous allons bientôt arriver. » (Procell)

« Père, pourquoi visitons-nous une ville humaine ? » (Kuina)

« Parce qu’il est important pour nous de savoir comment attirer des humains dans un donjon. Pour ce faire, nous devons connaître avec beaucoup de détail quel genre de créatures sont les êtres humains. Ce ne sera pas facile et les premières étapes sont souvent les plus difficiles. Sans oublier que j’essaie de construire une ville avec beaucoup d’êtres humains qui vivront dedans, donc c’est d’autant plus dur. » (Procell)

« Cela sonne excitant, Père. » (Kuina)

Kuina me regarda avec des yeux étincelants pendant que ses oreilles de renardes bougeaient.

Elle semblait intéressée, alors je continuai de lui en parler.

« Sais-tu ce que c’est ? » (Procell)

Je pris un objet rond et transparent dans ma main.

« Hmm, non, je ne sais pas. Mais peut-être quelque chose qu’An-chan a créé. » (Kuina)

« Est-ce le cœur d’un donjon ? La chose autour de laquelle un donjon est construit ? » (Elfe Antique)

« C’est bien ça. » (Procell)

Je souris à sa réponse. Ce que j’avais obtenu lors du [Rassemblement] était ce cristal.

« Si je le tiens, puis prononce quelques mots de pouvoir, un donjon peut être créé. » (Procell)

En disant cela, les yeux de l’Ancienne Naine et ceux de l’Elfe Antique brillaient.

« Nous pouvons avoir une nouvelle maison ! » (Kuina)

« Maître, s’il vous plaît, je veux un donjon avec une mine. » (Ancienne Naine)

« Un endroit fertile pour moi. » (Elfe Antique)

Mes démons m’avaient ainsi toutes transmis leurs requêtes.

Jusqu’à présent, leurs demandes semblaient réalisables.

« Décider le genre de donjon que nous aurons est important, mais comme une fois construit, il ne peut être déplacé, je voudrais d’abord que l’on examine l’endroit où le construire. Nous allons donc faire une reconnaissance. Si ceci me semble correct, alors je le construirais là-bas. » (Procell)

L’apparence extérieure d’un donjon pouvait être tout ce que le Seigneur-Démon désirait puisque les pièces du donjon se trouveraient dans une dimension différente, de sorte que la taille extérieure du donjon n’avait aucune importance. La seule chose qui importait vraiment était l’emplacement de celui-ci.

Être proche d’humains était important pour mon donjon et donc, j’avais décidé d’utiliser un donjon déjà populaire. Les donjons étaient des ressources essentielles pour les humains, beaucoup d’entre eux faisaient même des aller-retour entre une grande ville et un donjon. Je pensais que si je construisais ma ville entre les deux, il y aurait une grande demande de nourriture et logement.

Toutes les pièces accessibles du premier étage de mon donjon seraient la ville que je construirai.

J’exposai ensuite mes idées à mes démons.

« Pour que le donjon ait des terres agricoles, il faut d’abord préparer des terres fertiles. Avec l’aide des capacités de l’Elfe Antique, ce sera facile et quelque chose comme une récolte abondante pourrait même être assurée chaque année. » (Procell)

« Ceci me fait plaisir, Maître. Nous les elfes sommes des créatures qui nous sentons mieux quand nous sommes entourées d’herbes et d’arbres. » (Elfe Antique)

J’avais l’intention de louer les parcelles rendues fertiles par les capacités de l’Elfe Antique aux agriculteurs qui ne possédaient pas leurs propres terres et cela pour presque rien.

Si je faisais cela, ils resteraient automatiquement dans ma ville pendant un long moment et deviendraient ainsi une source sûre de DP.

Si cela ne les attirait pas assez, alors construire ma ville à une distance raisonnable d’une autre ville les attirerait probablement.

À part eux, j’avais également prévu d’inciter les commerçants à vendre aux clients se dirigeant vers le donjon populaire et, bien sûr, je devais avoir des gérants d’auberges.

« Et puis, Ancienne Naine, ne t’inquiète pas, je ferais sûrement une mine. Il faut non seulement attirer plus d’êtres humains, mais aussi avancer le développement de tes recherches pour améliorer notre force. » (Procell)

« Ceci me rend heureuse, Maître. Je créerai beaucoup d’armes incroyables et puissantes. J’attends cela avec impatience. » (Ancienne Naine)

« Les armes puissantes sont importantes, mais s’il te plaît, envisagent également des armes que nous pourrions vendre aux humains. » (Procell)

« Je laisserai cette tâche aux deux naines-forgeronnes. Ces deux-là sont parfaitement capables de gérer cela. » (Ancienne Naine)

Les mines attireraient un certain nombre d’humains. De même que la vente d’armes de haute qualité qu’aucun humain n’en pouvait produire. Ce serait certainement populaire, et cela d’autant plus si elles étaient vendues près d’un donjon populaire.

Entre les capacités des deux races – Les elfes qui présidaient la nature et les nains qui étaient les meilleurs forgerons — le succès de ma nouvelle ville était presque certain.

Et, ce n’était que quelques exemples, car il y avait encore beaucoup d’autres méthodes que je pouvais employer pour rassembler les humains.

Un donjon construit par un jeune Seigneur-Démon ayant peu de DP ne pourra pas rassembler suffisamment de personnes et donc ne devait pas en gagner beaucoup. Et en regardant du point de vue des humains, changer leur terrain de chasse alors qu’ils allaient dans un donjon populaire n’avait pas de sens.

Les méthodes auxquelles j’avais pensé étaient probablement la manière la plus efficace pour recueillir une bonne quantité de DP.

« Aaaahh ! An-chan et Elfe-chan sont trop sournoises. Kuina veut aussi avoir un travail à faire. » (Kuina)

« Ne t’inquiète pas Kuina, tu seras la clé de notre défense. Peu importe la quantité de villes que nous construirons, ou combien d’êtres humains, nous pouvons rassembler, si le cristal est brisé, alors tout cela ne servira plus à rien. Alors je compterai sur tes capacités, Kuina. » (Procell)

« Compris, Père ! Je te protégerais, Père, mais aussi la ville et tout le monde ! » (Kuina)

Les étages inférieurs où se trouverait le cristal seraient assurément un donjon infernal, avec rien d’autre que des défenses. Il suffisait de prendre des mesures afin d’entraîner la mort immédiate.

En outre, j’avais l’intention de cacher toutes les routes qui conduisaient à l’étage le plus bas autant que je le pouvais.

En premier lieu, la structure du donjon changerait entièrement en fonction des personnes venant aux donjons, des humains ou lors de guerre avec les autres Seigneurs-Démons.

Je ne pouvais pas faire de compromis entre les deux alors j’avais décidé d’abandonner l’idée de faire un donjon public.

Ceci étant dit, finalement, après avoir gagné suffisamment de DP et accru notre force de combat, la nouvelle d’un donjon sous la ville sera sûrement répandue. Et d’un simple lieu de passage, la ville deviendra probablement une ville populaire grâce au donjon et volerait ainsi les visiteurs du donjon populaires.

« Père pense à beaucoup de choses compliquées. » (Kuina)

« C’est parce que je veux que rien ne vous arrive à vous, les filles. Ce cristal, vous comprenez, s’il se cassait, alors tout le monde disparaîtrait. Et pour éviter cela, je dois réfléchir à diverse mesure à prendre. » (Procell)

Le Créateur m’avait rappelé cela lorsqu’il m’avait donné le cristal.

Même s’il nous redonnait un autre cristal pour notre indépendance, tous les démons qui avaient précédemment disparu ne reviendraient jamais.

Il s’agissait donc de mon devoir de protéger tous les démons que j’avais créés.

Que ce soient des Seigneurs-Démons en pleine [Guerre] contre moi ou les humains, je ne laisserai personne toucher à mes enfants. À cette fin, j’étais prêt à tout.

« Nous croyons en toi, Père. Ah, je peux la voir ! C’est une si grande ville ! » (Kuina)

« Je suis surpris que ce soit une si grande ville. » (Procell)

Kuina et l’Ancienne Naine étaient très surprises.

Leurs surprises étaient toutefois justifiées.

L’endroit où nous allions, la ville d’Eclaba, était une ville prospère avec plus de 100'000 citoyens.

Tout en observant leur surprise, je guidai le Gryphon vers un endroit où atterrir.

Nous étions finalement arrivés jusqu’à la ville. Et bien que cela soit aussi une mission de reconnaissance, nous allions nous amuser un maximum.

*

<>
Traduit par la team : Novel de Glace