Flux RSS

Maou-sama no Machizukuri! ~Saikyou no Danjon wa Kindai Toshi~

Traduit par la team : Novel de Glace
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 3 Chapitre 59 – La fille d'Avalon la plus effrayante une fois en colère


L’Elfe Antique se leva et commença à rassembler son Pouvoir Magique, elle était complètement en mode combat.

Elle avait ensuite vérifié son état puis ce qui était autour d’elle. Tout d’abord, son arme principale, un fusil anti-matériaux, était actuellement submergée dans le réservoir d’eau. Sa petite arme à feu qu’elle cachait sous ses vêtements avait été rendue inutile à cause du mucus qui se trouvait dedans. Cela signifiait qu’elle devait se sortir de cette situation sans ses armes.

« AAAAAHHHHHHH!!!! Ma main ! Elle a disparu !! Toi, je ne te pardonnerai jamais ! Les enfants méchants doivent être punis ! Permets-moi de te montrer comment je vais corriger tes actions !!!!!! » (Morax)

Avait crié le Seigneur-Démon du [Mal], Morax. Il était tellement enragé que les tentacules entre ses jambes qui menaçaient de sortir étaient finalement sortis.

Il n’avait aucune idée de la raison pour laquelle le mucus avait si peu d’effets sur elle. Cela dit, il savait qu’il devait quand même y avoir des effets l’empêchant de se battre. Assez pour permettre à ses démons de gagner.

Je vais te tourmenter, te faire implorer pour ta vie alors que je te violerais.

Il avait ensuite fait sortir les démons de son [Stockage]. Chacun était né d’une aventurière capturée : une guerrière, une femme-bête, une elfe et une mage. Tous étaient équivalents à un démon de rang B et étaient donc ses gardes personnels.

« L’ennemi est juste une elfe affaiblie. Si vous vous rapprochez d’elle, elle ne pourra rien faire ! » (Morax)

Elle pourrait être une puissante elfe, mais désarmée et droguée, elle ne pourra pas faire usage de sa puissance qui était principalement l’attaque à longue distance.

Ainsi, les quatre démons l’avaient attaquée au corps à corps. En utilisant sa faiblesse contre elle, ils savaient qu’ils ne perdraient pas. Bien que Morax avait perçu cela comme une faiblesse, l’Elfe Antique ne semblait pas craindre la situation. Cependant, en vérité, elle ne faisait qu’analyser ses ennemis. Néanmoins, Morax en fut davantage irrité.

« Allez, neutralisez-la. » (Morax)

Les premiers à charger furent ceux nés de la guerrière et de la femme-bête.

La capacité de [Mal] était vile et puissante. Avec elle, il pouvait faire tomber enceinte une femme, donnant naissance à un démon. Ce démon hériterait des meilleures qualités de la mère et sera même plus fort que le père. Plus la mère était forte et plus le démon l’était.

Bien sûr, cette capacité avait des limites.

La première était que Morax devait désirer cela du fond du cœur.

Un autre était le fardeau qu’était la naissance pour la mère, à moins que celle-ci ne soit une personne immensément robuste, elle serait brisée et inutile après l’accouchement.

En raison de leur mère humaine ou demi-humaine — les démons nés ainsi possédaient une haute intelligence — les démons que Morax avait sortis de son stockage étaient rusés. Ils s’étaient approchés de l’Elfe Antique de face et par-derrière, ce qui créait ainsi une manœuvre en tenaille.

« Il semble que vous ayez trois malentendus. » Critiquait l’Elfe Antique.

Elle s’était rapprochée du démon de type guerrier qui l’attaquait de face avec une épée et un bouclier, elle l’attaqua avec sa paume. Dans sa paume se trouvait un vent au pouvoir terrifiant tel un typhon concentré.

Au moment où la paume avait frappé le démon, le vent avait été relâché, ce qui avait entraîné la coupure en deux du démon.

L’autre démon, celui né d’une femme-bête, l’avait attaqué depuis le dos avec les griffes qu’il avait hérité de sa mère.

« Je te vois. » (Elfe Antique)

Sans même devoir se retourner, l’Elfe Antique avait évité l’attaque et, toujours sans le regarder l’avait attaquée avec le dos de sa main, faisant éclaté la tête du démon tel un melon.

Pendant ce temps, le démon de type elfe s’était préparé à tirer avec son arc, mais, en fin de compte, il avait reçu l’épée du guerrier entre les sourcils, ce qui l’avait tué.

Le seul qui restait était le démon utilisateur de magie. Au milieu de son chant, il avait soudainement commencé à souffrir. Il était devenu violet et était tombé. La cause de cela était bien entendu l’Elfe Antique qui avait vidé la zone de tout oxygène.

C’était un massacre. En moins d’une minute, tous les gardiens d’élite du Seigneur-Démon du [Mal] étaient tombés.

« Hii!! » (Morax)

Morax était tombé sur le sol et s’était efforcé de s’éloigner même si ce n’était que d’un peu. Regarder cette scène lui avait fait comprendre qu’il avait mal jugé la puissance de ce démon.

Je dois m’enfuir ! Je dois utiliser le transfert et aller dans ma salle de cristal.

« Si tu prévois d’utiliser le transfert, je te suggère de t’arrêter. Pendant que ta bouche s’ouvrait tel un idiot, j’y ai jeté un vent comprimé. Au moment où tu t’éloigneras de ma zone de contrôle, le vent explosera. Il y a de meilleurs moyens de mourir, n’est-ce pas ? » (Elfe Antique)

L’Elfe Antique avait dit cela à Morax avec un visage souriant. Et avec ces mots, Morax avait cessé le transfert.

« Im-impossible. » (Morax)

« Si tu veux être sûr, teste-le. Il suffit de te transférer et voir si tu meurs immédiatement après le transfert. » (Elfe Antique)

C’était alors que Morax avait accepté le fait qu’il ne puisse pas s’enfuir. D’autre part, il ne pouvait même pas blesser l’Elfe Antique. Il était dans un état d’échec et mat.

Non, attends, pas encore. Je vais me concentrer sur la survie à tout prix. Peu importe sa force, elle reste une fille, il y aura certainement une chance.

Pendant son silence, l’Elfe Antique se mit à parler.

« Il semble que tu aies compris que tu ne puisses pas t’échapper. Parlons un peu. Avant que le combat ne commence, j’ai dit que tu avais mal compris trois choses » avait déclaré l’Elfe Antique en montrant trois doigts. « Tout d’abord, tu crois que tu nous as pris dans un piège, mais en vérité, mon Maître est celui qui t’a attrapé dans son piège. J’ai effectivement détecté les démons qui essayaient de se cacher. Compte tenu de tes capacités et de tes penchants, il était évident que tu essayais de m’isoler afin de me kidnapper. Nous avions décidé qu’à la place d’aller plus loin dans le labyrinthe, il était plus rapide de te laisser me capturer. » (Elfe Antique)

Ces mots étaient suffisants pour écraser la fierté qui restait à Morax. Il pensait au fait d’avoir perdu contre Procell sur le plan de la force, de leur compétence unique, mais il venait d’apprendre qu’il avait aussi perdu au niveau de stratégie.

De plus, le côté de Procell s’était renseigné. La capacité [Mal] laissait une marque trop durable sur ses victimes. En plus de cela, elle détruit trop. Cela avait permis de recueillir des informations rapidement sur elle.

Ensuite, lors de leur exploration du donjon, l’Elfe Antique sentait un regard malveillant sur elle et en avait informé Procell, ce qui avait amené à la création de ce plan.

Pour que Morax pense qu’elle ne puisse détecter uniquement les choses perceptibles par l’ouïe et la vue, elle n’avait pas eu d’autre choix que d’agir comme si c’était le cas, mais si, pour une raison ou un autre, les démons avaient visé Procell, elle les aurait probablement tous tués.

« Deuxièmement, je suis certes experte dans les combats à longue distance, mais cela ne signifie pas nécessairement que je ne puisse pas me battre au corps à corps ou à courte distance, je suis aussi douée dans ces domaines. » (Elfe Antique)

Par le vent, elle pouvait sentir toute chose se trouvant dans toutes les directions. Elle pouvait sentir où et quand une attaque allait arriver et pouvait réagir instantanément, il n’y avait pas de face et derrière elle. De plus en utilisant une armure de vent, elle pouvait améliorer ses mouvements et ses capacités offensives.

L’Elfe Antique était une force à prendre en compte même en combat rapproché.

En premier lieu, si son ennemi était une créature qui avait besoin d’oxygène afin de vivre, elle pourrait simplement aspirer tout l’oxygène des environs comme cela avait été fait précédemment. Alternativement, elle pourrait augmenter la concentration d’oxygène pour que l’ennemi subisse une intoxication à l’oxygène, ce qui le rendrait incapable de se battre.

« Enfin, ton poison n’était pas vraiment efficace. Nous avions deviné que tu utiliserais du poison pour m’affaiblir, alors j’ai mangé une pomme au préalable. Bien que même si je ne l’avais pas mangée, j’aurais quand même eu une forte résistance aux poisons. » (Elfe Antique)

Tous les jours, Elfe Antique versait une grande partie de son pouvoir dans l’eau de la vie avec laquelle elle arrosait le premier pommier d’Avalon. En grandissant, l’arbre qui pouvait être considéré comme un arbre monde produisait des fruits appelés pomme que l’on pouvait manger, en le mangeant on augmenterait temporairement toutes ses résistances.

En résumé, du début à la fin, le Seigneur-Démon du [Mal], Morax, dansait dans les paumes de Procell et de l’Elfe Antique. En réalisant cela, Morax fut effrayé, il avait fait une erreur. Perdu dans sa cupidité, il avait posé la main là où il ne fallait pas. Ce n’était pas un ennemi qu’il pouvait vaincre.

« Eh bien, j’ai parlé pendant un moment, mais abordons le sujet principal, n’est-ce pas ? Question : pourquoi penses-tu que tu es encore en vie alors que je pourrais simplement te tuer ? » (Elfe Antique)

« Peut-être, est-ce parce que Procell-sama a considéré ma valeur comme un partenaire de négociation valable ? En fait, je voulais parler avec Procell-sama, mais ils m’ont menacé et m’ont forcé à collaborer avec eux pour cette [Guerre]. Mais depuis le début, je voulais juste parler à Procell-sama. Si lui et moi nous formions une alliance, alors nous serions invincibles, donc je voulais vraiment le lui proposer. » (Morax)

Morax était convaincu qu’il avait trouvé un moyen de survivre et, pour cela, il devait abandonner l’[Acier] et la [Viscosité]. Après tout, ils n’étaient que des pions. Il ne regretterait pas de le faire.

En outre, s’il réussissait à convaincre Procell de faire équipe avec lui, avec ses démons ridiculement puissants ayant des compétences inconnues, mais puissantes, il pouvait simplement s’asseoir et se détendre. Et de cette façon, il pourrait faire en sorte d’avoir la chance de le poignarder dans le dos et récolter toutes les récompenses. Cependant…

« Tu te surestimes grandement. Mon Maître n’a pas besoin de travailler avec quelqu’un comme toi. » Avait déclaré l’Elfe Antique. Selon Morax, les yeux de l’elfe semblaient vouloir dire, mais de quoi parle cet imbécile ?

Il serra le poing et fit grincer ses dents. Non seulement ces mots avaient détruit ses nouveaux plans, mais cela avait une fois de plus blessé sa fierté.

Qu’est-ce qu’un gars comme MOI est supposé dire ? pensa Morax ? Malgré cela, il s’était assuré de ne pas laisser aller sa colère en souriant le plus possible.

« Ou-ouais, c’est vrai. Un gentleman comme Procell-sama n’aurait certainement pas besoin de s’associer avec quelqu’un comme moi. Mais alors, qu’est-ce qu’il veut de moi ? Dites-le, dites-le et je le ferais. » (Morax)

« C’est quelque chose de simple. Tu vois, il est gênant de chercher ton cristal dans tous ces labyrinthes, alors nous avons pensé que tu allais nous diriger là-bas. » (Elfe Antique)

Si un Seigneur-Démon mourait, on considérerait qu’ils avaient perdu la guerre, mais à moins que le cristal de celui-ci soit brisé, son donjon et ses démons restaient en place. Comme certains des démons de Morax se trouvaient sûrement dans le donjon de Procell afin de le conquérir, ils devaient absolument briser le cristal de Morax.

Pour ce faire, le labyrinthe de Morax était un obstacle.

Morax avait désespérément réfléchi, non pour trouver un moyen de refuser sa demande, il savait depuis le début que ce n’était pas une solution. Il savait que devenir incapable de gagner plus de temps gênerait [Acier], mais sa propre survie était sa priorité. Ce qu’il pensait cependant, c’était comment augmenter ses chances de survies, même faiblement.

« Très bien, mais j’ai une condition. Je supprimerai tous les labyrinthes, mais je veux que vous épargniez ma vie. C’est tout ce que je demande. » (Morax)

J’ai pris l’initiative, pensa-t-il, avec ça, je ne serais pas tué. Mais alors, il se rendit compte qu’il faisait exactement la même chose que Ronove qui l’avait regardé avec dédain.

« Je vois. Alors, les termes de notre accord seront : en échange du fait d’enlever l’air qui se trouve dans ton corps, tu videras complètement ton donjon. Marché conclu ? » (Elfe Antique)

« Marche conclue. » (Morax)

Comme Morax avait accepté sa défaite totale et était rongé d’humiliation que lui avait fait subir cette fille, il avait alors fait apparaître son grimoire et l’avait utilisé pour enlever tous les étages de son donjon. Il n’avait même pas essayé de se créer une sorte d’assurance pour lui permettre de résister, car s’il était découvert, il serait tué, peu importe à quel point il résisterait.

Au fond, il bouillait de colère. Et pourtant, malgré le fait qu’il reçoive des ordres d’une femme — une créature qui existait juste pour être violée et dominée — il ne pouvait rien faire, mais juste endurer. Il restait déterminé à la violer, l’imprégner, la ruiner et la tuer. Mais pour l’instant, il ne pouvait rien faire. Peu importe combien de temps il faudrait, quel que soit le prix à payer, ou quels genres d’astuces il devrait utiliser, tôt ou tard, il s’était promis qu’il la ferait le supplier.

« C’est fait. » (Morax)

Au moment où il avait dit ça, le paysage environnant était devenu un terrain vide.

« Je te remercie. Nous pouvons maintenant facilement casser ton cristal. Je te ferais confiance et je ne vais pas aller voir les autres étages. Alors, je vais effectuer ma part du marché. » (Elfe Antique)

Après qu’elle ait dit cela, un violent vent était sorti de la bouche de Morax. Cela avait duré environ une minute.

Si ce vent était relâché dans son ventre, il aurait gonflé comme un ballon et il en serait mort.

« Puis-je retourner dans ma chambre au cristal maintenant ? » (Morax)

Il devait signaler — par les démons-chèvres — tout ce qui s’était passé dans son donjon à son allié avant qu’il ne soit trop tard, et que son cristal soit détruit et que ses démons disparaîtraient.

Il avait tellement envie d’attaquer par-derrière, mais il avait décidé de ne pas le faire, car il savait qu’en dépit d’être vulnérable, elle était toujours sur ses gardes. Au lieu de cela, il avait commencé le processus de transfert. Commencé, mais jamais complété, car sa tête avait été séparée de son corps par un vent.

Notre marché, Morax essaya de dire ça, mais il n’avait pu prononcer ces mots. Pourtant l’Elfe Antique semblait savoir exactement ce qu’il essayait de dire.

« J’ai bien accompli ma part du marché qui était de sortir le vent de ton ventre. » (Elfe Antique)

Se fut les derniers mots que le Seigneur-Démon du [Mal] entendit avant de mourir.

Dès le début, Elfe Antique avait seulement déclaré qu’elle enlèverait le vent du ventre de Morax, elle était restée fidèle à leur accord. Cela dit, elle n’était pas aussi gentille que Kuina ou Rorono.

Dans un sens, sa venue afin de conquérir le donjon de Morax était le plus grand malheur de Morax.

« Je n’ai jamais eu l’intention de te laisser en vie. Car après tout, tu es un Seigneur-Démon qui voulait blesser mon Maître. Et donc, tu me dégoûtes. Les seuls qui pourraient me toucher sont de mignonnes filles ainsi que mon Maître. » (Elfe Antique)

L’Elfe Antique l’avait dit en ayant une main au niveau de sa poitrine. Il y avait là le démon corbeau. Selon les instructions de Procell, elle avait amené le démon corbeau qui pouvait utiliser le transfert afin d’avoir une assurance.

Ils avaient posé un réseau de transfert à chaque étage, de sorte que, en cas de problème grave, ils pouvaient s’échapper avec le corbeau. Toutefois…

« Oups, j’ai oublié de lui donner une pomme. » (Elfe Antique)

Le démon corbeau avait été submergé dans le réservoir et avait été intoxiqué par l’aphrodisiaque.

En abandonnant l’idée d’utiliser le démon pour le transfert, elle le replaça entre ses seins.

Elle avait ensuite involontairement regardé vers le réservoir où elle avait été transférée. Le mucus à l’intérieur était très puissant. À tel point que, malgré ses résistances et les effets de la pomme, il avait réussi à l’affecter un peu. Ce n’était pas tellement qu’elle ne puisse pas le supporter, car après tout, elle avait une faible sensation dans l’abdomen. Piquant son intérêt, elle vida son outre d’eau et l’avait rempli avec le mucus rose.

« Maintenant, allons-y. » (Elfe Antique)

Bientôt, elle sera réunie avec son Maître bien-aimé qui la couvrirait de louanges. Et aussi, lors de leur réunion, elle allait recevoir son nom. En pensant à cela, elle ne put s’empêcher de sourire.

Contenant son bonheur, elle recommença à se diriger vers Procell.

***
<>
Traduit par la team : Novel de Glace