Flux RSS

Maou-sama no Machizukuri! ~Saikyou no Danjon wa Kindai Toshi~

Traduit par la team : Novel de Glace
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 3 Chapitre 64 – Promesse accomplie


« Cela ne se peut. Je ne m’attendais même pas à ce que cela échoue. » (Wight)

Wight murmurait cela tout en regardant la carte se trouvant devant lui. C’était une carte remplie d’illustration et de lettre, une carte détaillant le champ de bataille.

Wight était assez intelligente pour avoir mémorisé tous les petits détails de la carte et n’en avait donc pas besoin, mais c’était pour son adjoint la Naine-forgeronne.

« Monsieur Wight, il est regrettable que les Hautes Elfes n’aient pas été capables de le tuer avec leurs tirs à longues distances. De plus, pour pouvoir se rendre compte de la menace des bombes aux napalms, et cela dès la première fois qu’il les voit, il doit avoir une perception incroyable. » (Naine-forgeronne)

« Oui, ce démon-tigre est déjà un problème en soit. » (Wight)

De toutes ses erreurs de calcul, l’existence de ce démon connu sous le nom de Byakko était la plus grande. Si ce démon n’était pas là, ils auraient déjà tué Zagan depuis longtemps.

« Il y a un message des golems. Le démon-tigre se dirige seul vers nous. Il brise nos défenses une à une. Il ne peut être arrêté. » (Naine-forgeronne)

« Est-ce vrai ? Sans rien pour le ralentir. Même ici, pour le moment, il n’y a pas de démons qui puissent l’arrêter. » (Wight)

Wight avait réagi à cela avec un sourire irrégulier.

« À la manière dont les choses vont, cela va devenir compliqué. Monsieur Wight, je vais rester ici, alors allez-y et dirigez-vous vers la salle au cristal. S’il arrive à la troisième salle, alors la défense de la salle sera absolue, et il sera possible de faire tomber ce démon. » (Naine-forgeronne)

« Je ne peux faire ça. Si je le faisais, Mademoiselle Stolas devrait y participer. Et si cela arrivait, ce ne serait plus une victoire parfaite de notre Seigneur. » (Wight)

« Mais... » (Naine-forgeronne)

« Il n’y a pas besoin de s’inquiéter. Quoi qu’il en soit, à partir d’ici, nous arrêterons le déploiement des unités de démon contre lui et nous n’utiliserons à la place que des golems et des pièges. Après tout, faire autrement entraînerait seulement l’augmentation de nos pertes. En outre, si ce démon-tigre nous atteint, je le combattrai moi-même. S’il y a quelqu’un ici qui à une chance, alors c’est moi. » (Wight)

Wight l’avait informée en la regardant, mais elle avait l’air bouleversée.

« C’est du suicide de faire face à un tel démon. » (Naine-forgeronne)

« Je ne vais pas l’affronter en face à face. Je vais servir d’appât pour l’amener dans un piège puisque sa capacité est maintenant évidente. » (Wight)

« Alors, moi aussi je dois y participer. » (Naine-forgeronne)

« Je ne vous le permettrais pas. Vous êtes mon adjointe, n’est-ce pas ? Dans le cas où quelque chose m’arriverait, vous serez responsable de tous. Dirigez-vous vers la troisième salle, puis utilisez ça. Et demandez aussi de l’aide à Mademoiselle Stolas. Maintenant, prêtez-moi vos golems. » (Wight)

« Mais... » (Naine-forgeronne)

« Ne vous méprenez pas, Miss. Ce n’est pas de l’héroïsme de ma part. Il s’agit simplement du meilleur plan compte tenu des circonstances. » (Wight)

« Vos circonstances ? » (Naine-forgeronne)

« J’ai déjà ressuscité 20 morts-vivants. Ce chiffre est proche de la limite de mes capacités et cela fera que bientôt, je ne pourrais plus ressusciter. » (Wight)

Wight était un démon accompagné par des morts. En tant que tel, il pouvait transformer un cadavre en mort-vivant et avait le pouvoir de ressusciter un mort-vivant.

Cependant, cette capacité avait des limites. Tout d’abord, cela ne fonctionnait que sur les êtres morts depuis plus de trois heures. Ensuite, Wight ne pouvait utiliser cette capacité que 22 fois par jour.

Strictement parlant, ils pouvaient encore en ranimer quelques-uns, mais il devait être prêt pour des circonstances imprévisibles.

« Je ne peux laisser tomber l’un de mes chers démons. De plus, comme la dit notre Seigneur bien-aimé, sourions tous ensemble une fois cette guerre terminée. Je le souhaite également. » (Wight)

Ce pourrait être un souhait impossible, mais il aimait le vœu plutôt naïf de son Seigneur.

Et donc, Wight avait décidé de réaliser le souhait de son Seigneur qui était de gagner sans perdre un seul démon. Bien sûr, ce sentiment ne s’étendait pas aux golems qui n’étaient pas considérés comme des démons.

« Bien, je ne vous stopperai pas, mais je participerais également avec vous. Incluez-moi dans vos plans. Moi aussi, je veux accorder à notre Seigneur Procell son souhait. » Avait déclaré la Naine-forgeronne tout en prenant la main de Wight.

« Quelle enfant gênante ! Très bien alors. Mais si je vous dis de vous échapper, vous devrez vous échapper sans faute. Ce n’est que si vous me promettez cela que je vous laisserai y participer. Je pourrais me répéter, mais votre rôle est celui de ma seconde et au cas où il m’arriverait quelque chose, votre but serait de survivre et de soutenir les troupes. » (Wight)

« Je comprends. Alors, le plan… ? » (Naine-forgeronne)

« Oui, mais d’abord, discutons de la capacité du tigre et comment il n’a pu remarquer les mines terrestres, le poison dans l’air et le tir à longue distance des Hautes Elfes bien que ce n’était pas des attaques dans ses angles morts. Considérant cela... » (Wight)

Par la suite, Wight commença à parler de la stratégie qu’il comptait utiliser.

Je suis certain d’avoir une compréhension des faiblesses du tigre.

*

Après avoir surmonté la multitude de pièges posés par Wight, Byakko était apparu en face du bâtiment que Wight utilisait en tant que quartier général.

Blessé de partout après avoir traversé tous ces pièges, Byakko se tenait debout avec une volonté brûlante dans les yeux. De cette façon, un homme arriva pour le rencontrer.

« Es-tu le commandant ? » (Byakko)

L’identité de cet homme était le démon squelettes qui portait une robe et qui semblait être un aristocrate… Wight.

« Effectivement. Je suis le démon que le Seigneur-Démon de la [Création], Procell a laissé afin de défendre ce donjon et Avalon. Je m’appelle Wight. » (Wight)

« Tu es compétent et pourtant n’as pas de nom ? » (Byakko)

« Oui, malheureusement. Mais c’est seulement parce qu’il y a d’autres démons bien meilleurs que moi. » (Wight)

« Ohh. Pour que tu dises cela, ces démons doivent être intéressants. Je voudrais certainement me battre contre eux. Quoi qu’il en soit, permets-moi de te montrer le respect qui t’est dû en te disant mon nom. Je suis de la race des Byakko. Mon nom est Kohaku. Un nom inégalé que mon Maître m’a donné. » (Kohaku)

« Kohaku… ce qui peut signifier ambre… je vois, ce nom vous convient bien. Pardonnez-moi de ne pouvoir vous indiquer mon nom. Si à l’avenir j’obtiens un nom, j’espère pouvoir vous l’indiquer. » (Wight)

Pourquoi Wight n’avait pas attaqué tout de suite ou pourquoi Byakko avait pris la peine d’entamer la discussion, ils ne le sauraient jamais ?

« Maintenant, devrions-nous commencer ? » (Wight)

« Mais tu n’es pas un combattant, et encore moins le type d’attaquant frontal. En termes de forces de combat pures, tu n’as aucune chance contre moi. Sans alliés à proximité, que prévois-tu de faire ? » (Kohaku)

« Pourquoi n’essayez-vous pas de lire mes pensées ? C’est votre capacité, n’est-ce pas ? Mais dans ce cas, faire cela pourrait s’avérer fatal. » (Wight)

« Hmm. Donc, tu as compris ma capacité et pourtant, tu m’incites à l’utiliser. Intéressant. Alors, commençons ce combat entre hommes. » (Kohaku)

Leur discussion fut terminée. La tension remplissait l’air. De sorte que la bataille décisive au sein du donjon de Procell allait commencer.

*

Wight sortit deux armes de sous sa robe. L’une était le lance-flamme tandis que l’autre était un fusil.

Le lance-flamme était la seule arme parmi les deux qui pouvait infliger une blessure fatale à Byakko. Le fusil de chasse, d’autre part, était principalement là pour garder l’ennemi en échec ; il s’agissait d’une arme qui lui permettait de frapper Byakko avec un bon niveau de précision.

Le lance-flamme était évidemment modifié afin qu’il utilise du napalm. Alors que son fusil était un fusil modifié pour utiliser des balles de calibre 4 et avait donc une puissance remarquable.

Après avoir fini de modifier le fusil de chasse de Kuina, celui-ci avait été remodelé pour être plus puissant. Pendant ce temps, le fusil de chasse de Wight était modifié pour réduire le recul et tirer rapidement. À moins d’être personnalisés comme ça, les bras minces de Wight ne pourraient pas le gérer efficacement.

Et alors, Wight avait tiré sur Byakko avec son fusil.

Byakko, en réponse, avait sauté en arrière. Bien qu’il ait été incapable d’esquiver toutes les balles, les dégâts qu’il avait reçus étaient insignifiants. Pourtant, en raison du lance-flamme, il n’avait pas osé charger.

Pendant ce temps, bien que la puissance des coups de fusil ne soit pas capable de lui causer de blessures mortelles, il entravait les mouvements de corps déjà amplement blessé.

Wight avait continué à tirer par petit coup, afin de garder l’ennemi en échec. Mais alors, ses attaques s’arrêtèrent, son fusil fut à court de munitions.

Au moment où le barrage de balles se finissait, Byakko attaqua Wight. En réponse, Wight avait utilisé son lance-flamme. Cependant, une telle attaque évidente avait été facilement esquivée par Byakko.

Lorsque la griffe de Byakko était sur le point de saisir Wight, Byakko avait alors ressenti quelque chose de son côté et avait été repoussé.

Il s’agissait d’une balle d’un fusil antimatériel d’une Haute Elfe. Bien avant le combat, l’une d’elles s’était cachée pour pouvoir soutenir Wight.

Byakko n’avait pas prévu cela.

Il avait encaissé le premier tir, mais en échange, il savait où se trouvait la Haute Elfe et il pouvait maintenant lire les pensées de celle-ci en la regardant de temps en temps, il ne se ferait plus jamais toucher.

Wight mit une main dans sa robe. En procédant ainsi, Byakko qui stabilisait sa position fut repoussé par une explosion venant de sous ses pieds.

C’était une mine terrestre.

Ce n’était pas une mine terrestre sensible à la pression, mais plutôt une activée à distance. Byakko était trop rapide pour une mine terrestre sensible à la pression. Pour cette raison, il était préférable d’activer manuellement une mine terrestre qui se trouvait à un endroit où Byakko irait.

Et puis, une autre explosion put être entendue.

Au fur et à mesure que la fumée montait, Wight avait rapidement changé de chargeur tout en gardant le regard posé sur Byakko.

À moins que Wight n’arrive à recharger avant que son ennemi s’approche, celui-ci risquera de raccourcir la distance.

Il pouvait sembler que seul Wight était offensif, mais en vérité, il s’agissait d’une lutte serrée. Malgré tout, avec tout les avantages qu’avait Wight dans la zone — comme la malédiction des lieux n’affectant que les vivants, les gaz empoisonnés et tous les pièges préparés — Wight tenaient à peine.

« Qu’est-ce qui ne va pas, Monsieur Kohaku ? Vous ne semblez pas aller si bien. » (Wight)

« Penses-tu que cette attaque serait suffisante pour me tuer ? Écoute, si tu as une sorte d’atout, alors dépêche-toi de l’utiliser. Sinon tu pourrais mourir avant de l’avoir utilisé. » (Kohaku)

Byakko avait laissé apparaître un sourire féroce… et avait ensuite rugi, faisant trembler l’air. Ce n’était pas seulement pour menacer Wight, c’était une compétence contraignante qui utilisait de la magie.

Son pouvoir faisait même fléchir le corps d’un mort-vivant tel que Wight. Ceci avait seulement fonctionné pendant quelques secondes, mais c’était plus que suffisant pour Byakko.

Et donc, il avait couru vers Wight. La Haute Elfe qui soutenait Wight avait alors tiré, mais Byakko avait lu à l’avance dans son esprit et avait donc esquivé le tir.

Dans les derniers mètres entre Wight et Byakko, ce dernier avait sauté et préparant ses dangereuses griffes. Dans le même temps, il avait utilisé sa capacité et avait lu l’esprit de Wight. Quel que soit le piège de l’ennemi, il le connaîtrait désormais.

Il n’avait pas utilisé cette capacité sur Wight jusqu’à maintenant en raison de sa méfiance.

Wight savait que la nature de sa compétence était la lecture d’esprit et l’avait encouragé à l’utiliser, lui faisant penser que Wight avait une sorte de piège pour contrer cette capacité. Cependant, il avait jugé que, quel que soit le piège qui pourrait se trouver ici, il ne permettrait pas de changer le destin de son ennemi, même s’il devait être activé maintenant.

Et alors, il avait lu l’esprit de Wight, mais…

« GAAAAAA! » (Kohaku)

« C’était un mauvais mouvement, Monsieur Kohaku. » (Wight)

Un extrêmement douloureux mal de tête avait assailli Byakko. Son cerveau brûlait incapable de gérer la pression des pensées qu’il avait reçu. Ses mouvements étaient désordonnés, ses griffes avaient cessé leurs mouvements en face de la robe de Wight. Même son atterrissage était instable ce qui le fit tomber.

Il y avait un ensemble de pièges, oui, mais contrairement à ce qu’il croyait — là où était, le piège était encore fonctionnel pour un court moment — celui-ci était toujours actif.

« Wight, tu, juste combien... » (Kohaku)

Avec la rigidité de son corps, Wight se prépara à utiliser le lance-flamme. Même si cette chance n’était que de courte durée, la vitesse de Wight suffirait. De plus, il avait appuyé sur la gâchette, projetant ainsi les flammes à haute température.

Ces flammes avaient enveloppé Byakko et ne l’avaient pas immédiatement tué. Pourtant celle-ci brûlait avec du napalm et continuaient à brûler jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien à utiliser en tant que combustible. Même si c’était lui, il n’y avait aucun moyen d’ignorer ces flammes.

« C’est parce que je suis un commandant. Même si je n’ai pas la force d’un soldat, j’ai mes propres moyens de me battre. » (Wight)

Le piège vis-à-vis de la capacité de Byakko n’était rien de bien spécial. Son esprit avait simplement subi une surcharge puisque Wight était connectée à une centaine de démons à la fois.

Wight, étant le commandant des morts-vivants et pouvait partager les sens de ses subordonnés. Ce partage de sens pouvait ressembler à ce que faisaient les Naines-forgeronnes et Zagan, mais ils étaient fondamentalement différents.

La différence était que, tandis que les autres partageaient leurs sens avec leurs subordonnés un à la fois, Wight l’accomplissait continuellement avec tous ses subordonnés morts-vivants et cela en même temps.

« Kuhahahahaha! Je pourrais t’avoir sous-estimé lorsque j’ai vu que tu n’étais pas un guerrier. Je vois, est-ce que j’ai perdu ? … J’aimerais que cela soit le cas. » (Kohaku)

Toujours couvert de flammes, Byakko avait fait un pas en avant.

Pouvait-il emmener son adversaire dans la tombe avant que les flammes ne le consument ? Il était difficile pour lui de le dire. Dans son état actuel, s’il devait braver la grêle de balles qu’il avait subie pour venir, il savait qu’il ne s’en sortirait jamais.

De plus, depuis quelque temps, il se sentait ralenti. Cela était dû à la malédiction du lieu, au gaz et aux autres pièges qui étaient en place.

Il n’était même pas convaincu de pouvoir échapper au tir de la Haute Elfe.

Pendant ce temps, Wight — sans être négligent — avait préparé son fusil. Il avait ensuite levé la main signalant à la Naine-forgeronne et aux squelettes d’apparaître.

L’endroit où ils se cachaient était juste hors portée de la capacité de détection de Byakko. En voyant cela, Byakko s’était rendu compte de la grandeur de la capacité d’analyse de Wight.

Et bientôt, Wight appuierait sur la gâchette.

Ce n’est même pas une égalité, c’est une défaite complète. Si seulement le Seigneur-Démon de l’[Acier] ne m’avait pas fait utiliser mon atout, je pourrais me transformer en foudre et me débarrasser de ces flammes. Et pendant que je suis là, battu par Wight.

Byakko pensait cela, puis il avait ensuite souri, il avait accepté ce combat tout en connaissant sa situation. Ce n’était pas comme s’il allait se plaindre.

À la place de ça, je devrais penser à autre chose. Puis-je vraiment ne pas utiliser mon atout à nouveau avec mon corps dans cet état ?

Face à la mort, il était étrangement calme.

N’est-ce pas moi qui ai décidé de cette limite ? Si le prix sur mon corps et le Pouvoir Magique est grand, ne dois-je pas seulement le minimiser un maximum ?

Ce ne fut que pour un moment, mais avec sa concentration au plus haut point, sa vie est apparue devant lui. En elle, son souvenir de chaque combat qu’il avait eu. À la fin, il avait alors pensé à une nouvelle technique.

Il avait commencé avec l’activation de l’[Épée du tigre du tonnerre] en utilisant ses quelques forces restantes, mais au lieu d’imaginer une lame, il avait imaginé une aiguille.

Blessé de partout, à court de Pouvoir Magique, et aux limites de sa vitalité, il était en transe. Il lâcha tout ce qu’il pouvait, puis se mit à se déplacer comme un flux.

Silencieusement dans son cœur, il avait prononcé le nouveau nom de la technique… [Aiguille du tigre du tonnerre]

Personne autour ne put l’apercevoir.

Quand Wight pensa avoir entendu quelque chose d’inaudible, son environnement avait instantanément clignoté en blanc. À l’instant suivant, la partie inférieure de son corps avait disparu et la partie supérieure volait dans les airs.

Debout à l’endroit où il se trouvait avant se tenait Byakko, les flammes sur son corps avaient disparu.

Un moment plus tard, le cri de la Naine-forgeronne put être entendu.

*

Alors que le haut du corps de Wight volait dans les airs, en attendant que la gravité le fasse tomber, il prononça dans son esprit :

« Ai-je perdu ? » (Wight)

Wight était un mort-vivant et avait donc pu échapper à la mort instantanée à cause de la bonne idée qui l’avait fait placé son âme dans sa poitrine. Si jamais elle se trouvait dans la partie inférieure de son corps, il serait déjà mort.

Cependant, sa chance s’était terminée là. Il sentait des fissures dans son noyau et il avait senti par la même occasion qu’il n’avait plus que trois minutes avant de disparaître.

Tout en tombant, il pensait à ce que son adjointe devait faire en s’échappant avec les troupes.

Il avait également trouvé regrettable de ne pas pouvoir accomplir le souhait de son Seigneur aimé en mourant lui-même. J’avais trahi ses attentes.

S’il était humain, des larmes couleraient de ses yeux.

« Pardonnez-moi, mon seigneur. Attendez... » (Wight)

Au fur et à mesure que sa conscience s’effaçait, il ressentait un puissant Pouvoir Magique. Je ne peux pas me tromper. C’est… Je vois.

En pensant à ça, il avait souri avant d’arriver sur le sol.

*

À moitié fous, la Naine-forgeronne et ses troupes avaient commencé à tirer sur Byakko, mais en vain, leur ennemi repoussait leurs balles avec sa fourrure ou les évitait simplement.

Un squelette est tombé, puis un autre.

Un peu plus tard, Byakko attrapa la Naine-forgeronne et la fit claquer contre la pierre tombale, son fusil d’assaut avait été jeté ailleurs. Elle était un démon de rang B et avait donc réussi à ne pas mourir, mais ses blessures étaient importantes.

Elle avait ensuite récupéré l’arme automatique et avait essayé de tirer sur Byakko, mais cela ne l’avait pas du tout blessé.

Byakko se dirigeait alors vers le haut du corps de Wight qui était tombé près de l’endroit où se trouvait actuellement la Naine-forgeronne. En réaction, la Naine-forgeronne avait forcé son corps blessé à se lever afin de protéger Wight. Elle avait pris son arme et l’avait pointée sur Byakko.

« Ne vous approchez pas ! Je ne vous laisserai pas tuer Monsieur Wight. » (Naine-forgeronne)

Apparemment ennuyé par cela, Byakko l’avait balayée d’un simple revers de la main.

Après avoir volé une fois de plus, la Naine-forgeronne essaya de se lancer à nouveau, mais elle ne put le faire. Tout ce qu’elle réussit à faire fut de lever sa tête. De cette façon, elle regardait Byakko.

« Wight, il semble que j’ai gagné. Tu es fort. Je m’excuse de t’avoir sous-estimé simplement parce que tu n’étais pas un combattant. » (Kohaku)

Ces mots étaient remplis de respect envers Wight.

« Monsieur Kohaku, il est troublant que tu aies mal compris la situation. » (Wight)

« Quoi ? » (Kohaku)

Byakko inclina la tête dans le doute.

« La victoire de ce match m’appartient. J’ai accompli mon rôle. » (Wight)

Wight avait calmement, mais vigoureusement déclaré cela. Ce n’était pas du bluff non plus. Son rôle n’était pas de vaincre Zagan ni de repousser Byakko. Oui, son rôle était…

Et puis, elle arriva.

Générant de violents vents, une fille aux cheveux blonds descendit du ciel.

Elle était l’un des démons du Seigneur-Démon de la [Création], Procell. Elle était le démon de rang S, l’Elfe Antique, Aura.

Son arme principale, un fusil antimatériel, était encore sur son dos, inutilisable en raison du mucus qui se trouvait à l’intérieur. Par ce simple fait, sa force de combat était considérablement réduite.

« Faites attention, mademoiselle l’Elfe Antique. Ce démon, il peut lire les esprits ! » avait déclaré la Naine-forgeronne à Aura qui venait d’atterrir. Ce à quoi Aura doucement sourit avant de dire :

« Est-ce vrai ? Alors, Monsieur le Tigre, j’ai quelque chose à te dire : je vais maintenant t’envoyer voler. Ne t’attends pas à ce que je sois gentille après m’avoir énervée, car après tout, tu as souillé quelqu’un que je considère comme ma petite sœur. » (Aura)

La Naine-forgeronne et Byakko en avaient tous deux perdu la parole.

À l’instant suivant, un vent souffla avec violence, Aura avait disparu et Byakko fut repoussé.

Byakko avait déjà lu l’esprit d’Aura et savait que l’attaque viendrait, mais même si l’attaque était trop rapide pour qu’il puisse l’éviter, il avait pu changer sa position, et regarda là où se trouvait Aura. Il avait admis que cette fille était beaucoup plus rapide que lui.

Et alors, celui que Wight croyait être le plus puissant et le meilleur Seigneur-Démon du monde arriva finalement. Ce n’était autre que le Seigneur-Démon de la [Création], Procell.

Il avait agi en cachant sa colère bouillonnante dans son doux maniérisme.

« Aura, gagne-nous un peu de temps. Je vais discuter avec Wight. » (Procell)

« Oui, mon Maître. Laissez-le moi, je me limiterai à gagner du temps. » (Aura)

Procell tenait doucement Wight — ou ce qui en restait — dans ses bras.

« Bon travail, Wight. Tu as réussi à tenir jusqu’à mon retour. » (Procell)

« Je suis reconnaissant pour vos mots… haha, pour moi de mourir dans vos bras, dieu aussi peut être généreux. » (Wight)

« Quelles sont les choses égoïstes que tu dis ? Je ne peux te laisser mourir, tu es mon officier et tu as encore beaucoup de travail à faire pour moi. » (Procell)

« Mon Seigneur est ma motivation. Alors comment puis-je mourir après avoir entendu de tels mots ? » (Wight)

L’existence de Wight s’effaçait. Il estimait qu’il n’avait plus le temps.

Il avait ouvert la bouche et avait parlé par la proposition qu’il avait refusée une fois, afin de rester plus longtemps aux côtés de Procell.

« Je vous prie, monseigneur, d’utiliser le pouvoir que le Créateur vous a donné. Je veux rester avec vous plus longtemps. J’espère que vous accepterez ma demande égoïste. » (Wight)

« Mais bien sûr, Wight. Qu’aimerais-tu comme nouveau corps ? » (Procell)

Quand Wight entendit cette question, il avait regardé la Naine-forgeronne et les larmes tombant sur ses joues.

« Je veux un corps puissant. Un corps assez fort pour vous protéger, mais aussi pour empêcher vos adorables subordonnés de pleurer. » (Wight)

« Compris. Rien d’autre ? » (Procell)

Ayant cette question posée, Wight sourit et parla avec une voix embarrassée.

« Puis-je vous demander d’utiliser votre médaille [Création] ? Je veux être votre démon dans le vrai sens du terme. Je l’ai caché tout ce temps, mais j’étais toujours envieux et jaloux de mademoiselle Kuina et des autres qui ont été créés à l’aide de la médaille [Création]. » (Wight)

« Il est surprenant de t’entendre dire ce genre de mots. Très bien, j’accepte ta demande. » (Procell)

Procell hocha la tête et utilisa le premier de deux usages du pouvoir obtenu du Créateur.

Ce pouvoir était la capacité de transformer temporairement un démon en une médaille et d’utiliser cette médaille dans une nouvelle synthèse.

Il avait obtenu cette récompense pour sa performance lors du spectacle organisé au cours de la soirée.

Comme on l’avait mentionné, il n’y avait que deux utilisations à sa disposition, mais pas une fois, il avait hésité à l’utiliser sur son fidèle serviteur.

Il avait alors déchaîné le pouvoir qui portait le nom de…

« [Renaissance]. » (Procell)

Le corps de Wight s’était alors transformé en particules puis...

***
<>
Traduit par la team : Novel de Glace