Flux RSS

Maou-sama no Machizukuri! ~Saikyou no Danjon wa Kindai Toshi~

Traduit par la team : Novel de Glace
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 5 Chapitre 89 – Prologue : Les choses gagnées lors de la guerre


Ma ville Avalon avait été mise au défi par la ville voisine.

L’ennemi avait préparé une armée de plus de 3000 soldats. Ils avaient également rassemblé dans leur force armée plus de trente aventuriers de classe Héros.

Pendant ce temps, les démons d’Avalon ne comptaient même pas une centaine de membres. Il y avait clairement une grande différence entre nos forces respectives au niveau du nombre.

Cette situation était apparemment désespérée cependant, mes démons avaient tout donné et ils avaient gagné la guerre pour moi.

Après qu’Avalon avait remporté la victoire, nous avions organisé une fête qui avait continué jusqu’au lendemain matin.

Pendant ce temps, Kuina, Rorono, et Aura étaient venues avec moi et nous avions fui assez tôt de la fête puis nous avions utilisé l’ambiance festive comme berceuse pour un sommeil paisible.

*

Alors que j’avais atteint un moment où je pouvais faire une pause dans mes soucis, j’avais apprécié, après un long moment, un réveil plutôt frais.

« Mmmya. Père. » (Kuina)

« Maître… orichalque… pas assez... » (Rorono)

« Mufufu. Les visages endormis de Rorono-chan et de Kuina-chan sont les meilleurs. Si elles ne se réveillent pas bientôt, je crains que je finisse par jouer avec elles. » (Aura)

Pendant qu’elles dormaient paisiblement, Kuina et Rorono tenaient chacune l’un de mes bras.

D’autre part, Aura qui était déjà réveillée appréciait la vision de leurs visages endormis.

Ces trois-là étaient mes très importantes démones du Pacte démoniaque. Elles étaient mes chères filles.

« Ah, maître, bonjour. » (Aura)

« Tu es réveillée assez tôt. » (Procell)

« Oui. C’est parce que je dois aller au verger. » (Aura)

Aura qui s’était déjà levée me salua.

Apparaissant comme si elle était une fille au milieu de son adolescence, elle semblait plus âgée et plus développée que le reste des démons que j’avais créé.

Elle portait un vêtement de nuit, un déshabillé noir qu’elle affectionnait particulièrement et qu’elle s’était procuré dans une autre ville. Je ne penserais jamais à faire quelque chose d’indécent avec elle, ma fille, mais dans sa tenue actuelle, il était plutôt difficile de ne pas détourner les yeux.

Cependant, objectivement parlant, ce déshabillé noir convenait parfaitement à ces cheveux blonds et à ses yeux vert jade.

« B’jour, Père ! » (Kuina)

Kuina s’était réveillée au milieu de notre conversation et s’était ainsi levée.

Ses oreilles et sa queue de renard étaient déjà si vives si tôt le matin.

Kuina portait également un nouveau pyjama. Elle avait l’air d’une sorte de pingouin.

Cela convenait à l’innocente et mignonne Kuina qui semblait être dans la première moitié de son adolescence. Mais pour qu’un renard porte un costume de pingouin, je ne pouvais m’empêcher de me demander ce qu’il en était.

« Père, qu’est-ce qui ne va pas ? » (Kuina)

« Rien, c’est juste que Kuina est si mignonne. » (Procell)

« Youpis~ ! Je t’aime, Père ! » (Kuina)

Kuina m’embrassa énergiquement et pressa sa joue contre ma poitrine tout en balançant sa queue de renard. Ouais, que faire quand elle est si adorable ?

« Kuina, tu es si bruyante si tôt le matin. » (Rorono)

Rorono se réveilla à cause du bruit causé par Kuina.

Quant à Rorono, son pyjama avait été choisi en privilégiant le confort sur l’apparence. Il s’agissait d’un pyjama avec des matériaux très doux. Cela ressemblait à quelque chose qu’elle choisirait.

Néanmoins, il capturait le regard sur le charme féerique de son mince corps. Son buste plat n’était pas une si mauvaise chose.

« Maître, c’est embarrassant que tu me regardes comme ça. » (Rorono)

Rorono, timide comme elle était, avait légèrement rougi.

« Désolé, c’est juste que je pensais que ton nouveau pyjama te convenait et tu avais l’air mignonne. » (Procell)

« … merci. » (Rorono)

Elle avait alors atteint sa limite et donc, elle s’était inclinée afin de cacher son visage. La voir agir ainsi m’avait presque donné envie de la taquiner.

« En passant, Père, tu n’as toujours pas rempli ta promesse. » (Kuina)

« Ma promesse ? » (Procell)

« Ta promesse faite à Kuina ! Tu as dit que tu laisserais Kuina toucher tes ailes. » (Kuina)

En me nourrissant pendant la guerre des âmes de milliers de soldats qui avaient connu le plus grand désespoir possible, mon pouvoir avait énormément augmenté.

Après cela, mes ailes étaient apparues.

De belles ailes noires de jais couverts par une sorte de surface démoniaque.

À ce moment, mes ailes ne pouvaient pas être vues.

À l’instant où j’avais pensé qu’elles étaient un obstacle, elles avaient disparu. Cependant, l’énorme pouvoir que j’avais gagné était resté présent en moi, et je pouvais encore le sentir tourbillonner à l’intérieur.

« Père, laisse-moi maintenant toucher les ailes ! » (Kuina)

« Maître, ça m’intéresse aussi. » (Rorono)

« Moi aussi ! » (Aura)

Les trois filles me regardaient avec des yeux brillants. On ne peut rien y faire.

« Très bien, vous pouvez toucher mes ailes autant que vous le souhaitez. » (Procell)

Pour certaines raisons, je savais instinctivement comment faire apparaître mes ailes.

Et ainsi, j’avais concentré mon pouvoir dans mon dos. Le pouvoir enfermé en moi avait alors commencé à devenir sauvage, puis il se dirigea vers mon dos. J’avais l’impression que ça allait me brûler.

Mes sens étaient alors devenus exacerbés, comme si j’étais sur le point de me battre.

« Woaaaaaah, tellement cool ! » (Kuina)

« C’est tellement imposant. » (Rorono)

« Ça vous va bien, Maître. » (Aura)

Les ailes avaient grandi.

À ce moment, mon cœur s’était gorgé de sang et mon pouvoir s’était amplifié.

Mais en même temps que cela se produisait, mes émotions avaient été teintes en noir.

Comme si j’étais attiré par quelque chose, j’avais regardé mes adorables filles.

Je veux les manger.

Je veux les souiller.

Je veux voir leur manière de pleurer.

« Père, tu fais un visage effrayant. » (Kuina)

« … oh ouais ? » (Procell)

C’était étrange. Ces filles étaient mes filles et je n’avais jamais eu de tels désirs à leur égard.

Je me demandais alors si c’était un effet produit par mes ailes.

Peu importe, j’essayais frénétiquement de me calmer.

« Le pouvoir et la puissance magiques du Maître ont fait un bond, n’est-ce pas ? Je ne sais pas si nous pouvions le vaincre en combat singulier. » (Aura)

« Mhm. Ce serait impossible sans armes. C’est vraiment une puissance incroyable. Cependant, je suis soulagée. Le fait que le Maître devient plus fort signifie aussi qu’il devient plus difficile à tuer. » (Rorono)

Aura et Rorono analysaient calmement ma transformation.

« Si vous voulez toucher mes ailes, faites-le vite. Cette forme est un peu gênante. » (Procell)

Je ne savais pas moi-même ce que je pouvais faire dans cet état. C’était dangereux.

« Je vois, donc en échange de ce pouvoir, vous éprouver de la douleur ? Est-ce vrai Maître ? » (Aura)

J’avais juste souri en réponse à sa demande.

Elle se trompait. Car plutôt que d’avoir mal, j’étais en extase. Cependant, j’étais devenu lubrique, violent et sadique. Ce genre d’émotions négatives grandissaient en moi. Les parties noires et pourries en moi faisaient rage, voulant remonter en surface.

« Woah, les ailes sont si dures. » (Rorono)

« C’est en effet dur. C’est cool. » (Kuina)

« Oui, c’est assez robuste et séduisant. » (Aura)

Les filles touchaient et tapotaient les ailes.

« OK, c’est fini. Je ne peux plus le supporter. » (Procell)

Je n’étais pas convaincu de pouvoir maintenir mes émotions négatives et donc j’avais décidé de mettre fin à la transformation.

La chose la plus terrifiante à propos de cette forme était que je m’y sentais bien. Je craignais qu’une fois que j’aurais perdu ce sentiment agréable et que je le reconnaisse comme mon vrai moi, je ne puisse plus revenir en arrière.

Ce n’est nullement qui je suis. Pensai-je comme si je craignais que je puisse vraiment devenir ainsi.

« OK, merci, Père ! » (Kuina)

« Mhm, je suis satisfaite. » (Rorono)

« Je veux à nouveau toucher les ailes, mais si cela vous fait mal alors, oui, c’était suffisant. » (Aura)

Avec toute ma force, j’avais rejeté tous ces immondes désirs, permettant ainsi de faire disparaître mes ailes.

OK, je suis de retour à la normale. J’aimais ces filles comme je le devais, comme mes précieuses filles. Bon sang, quelle puissance dangereuse !

« Tout le monde, il y a des choses que j’ai découvertes avec ce pouvoir. D’abord, quand mes ailes apparaissent, ma propre force de combat et ma Puissance Magique atteignent une puissance totalement absurde. » (Procell)

Il n’y avait aucun doute à ce sujet.

À l’heure actuelle, en raison de mon lien avec trois démons de Rang S, mes niveaux de puissance normale étaient à égalités avec les trois-là. Cependant, quand j’avais mes ailes, mon niveau de puissance dépassait même celui de démons de Rang S, et même le niveau de mes filles.

« C’est tellement incroyable. » (Kuina)

« Il y a également quelque chose de plus. J’ai également obtenu une forme avancée de Création que je peux utiliser si je fais apparaître mes ailes. » (Procell)

Création était ma capacité spéciale qui me permettait de matérialiser des objets qui étaient dans ma mémoire. Dès le départ, c’était très puissant, mais maintenant, j’avais acquis un pouvoir encore plus puissant.

« C’est encore plus incroyable, Père. Qu’est-ce que ça fait ? » (Kuina)

« Je n’en ai aucune idée. Tout ce que je sais en ce moment, c’est que cette capacité s’est éveillée en moi. Je pourrai le savoir avec certitude une fois que je l’aurais essayée, mais…. J’ai peur. J’ai peur qu’une fois que je l’utilise, je ne puisse plus jamais revenir en arrière. » (Procell)

Tous mes instincts m’avertissaient de ne pas l’utiliser, que la chose elle-même était un tabou. Mais c’était probablement plus que cela. Il me semblait qu’en utilisant ce pouvoir, mon moi actuel cesserait d’exister.

« Si c’est le cas, je dirai qu’il vaut mieux ne pas l’utiliser. Mon Maître, non, maître d’Avalon, vous êtes fort même sans cela ! Alors, n’utilisons pas de choses dangereuses ! » (Aura)

J’avais hoché la tête face à la déclaration d’Aura.

Je l’avais fait jusqu’ici avec l’actuelle Création et la puissance de mes fiables démons. Je ne devais en aucun cas compter sur un tel pouvoir à double tranchant.

« D’accord, j’ai décidé de n’utiliser ces ailes que lorsque la situation l’exigerait vraiment. Des situations que j’espère ne jamais voir venir. » (Procell)

Les trois filles étaient d’accord.

Mais plus que de perdre ma personnalité, j’avais peur de blesser mes filles.

Pour éviter cela, j’avais décidé de garder ce pouvoir comme mon dernier atout.

« Tu n’as pas à t’excuser, Père ! Kuina et les autres sont fortes, donc ça ira ! » (Kuina)

« Surtout après avoir beaucoup progressé lors de cette guerre. » (Aura)

« Oui, nous sommes déjà invincibles. » (Rorono)

Les trois filles avaient chacune donné une réponse emplie de fiabilité.

Elles avaient beaucoup progressé grâce à la dernière guerre en étant chefs de leur propre groupe. Dans un groupe, où les dix membres étaient le maximum, les points d’expériences pouvaient être répartis également entre ses membres.

Le premier groupe était composé de cinq Dragons des Ténèbres et de Kuina.

Le second de cinq Dragons des Ténèbres et Wight

Le troisième d’Aura et de R’lyeh.

Le quatrième qui n’était pas techniquement un groupe était composé de Rorono et des Chevalier d’Avalon qu’elle contrôlait. Les Chevaliers d’Avalon donnaient tous les points d’expériences à Rorono.

En d’autres mots, les points d’expériences des bombardements des dragons étaient revenus à Kuina et Wight.

Les points d’expériences venant des aventuriers de classe Héros étaient revenus à Aura et R’lyeh.

Et puis, les points d’expériences du massacre des magiciens à l’arrière par les Chevaliers d’Avalon étaient revenus à Rorono.

Kuina et les autres avaient atteint un haut niveau dans la Caverne Cramoisie au point de ne plus pouvoir monter de niveau par les points gagnés là-bas. Cependant, avec cette guerre, elles avaient été capables de monter énormément de niveaux.

À l’heure actuelle, leurs niveaux pourraient être confondus avec celui de démons de rang A pouvant grandir.

« Alors, je vais compter sur vous toutes. » (Procell)

Les trois démones hochèrent la tête et répondirent que je devais les laisser faire. C’était vraiment des enfants fiables.

« Nous devrions bientôt sortir du lit. Nous avons encore du travail à faire après le petit-déjeuner. » (Procell)

« Ça a l’air amusant, Père. » (Kuina)

« Nous avons beaucoup gagné dans cette guerre. Nous avons aussi un traité interdisant l’imposition de tarifs par la ville voisine. Bien sûr, il y a la grande quantité de points d’expériences que vous avez toutes gagnés, vous rendant plus puissantes. Et puis, il y a les cadavres des puissants humains. » (Procell)

Après le petit-déjeuner, j’avais prévu d’aller voir Wight pour inspecter un autre butin de guerre. Wight qui était devenu un Dragon noir de la mort, un démon de Rang S qui régnait sur la mort, possédait une capacité très puissante : sa résurrection améliorée.

Il s’agissait d’une compétence de résurrection très forte qui lui permettait de faire revivre et de contrôler le mort-vivant ainsi obtenu. Cela rendait également les unités ressuscitées beaucoup plus fortes que de leur vivant.

Grâce à cette capacité, Avalon recevrait une grande quantité de démons de rang A que sans elle, nous n’aurions pas put ressembler en si peu de temps.

Après tout, pour obtenir un démon de rang A, un Seigneur-Démon devait utiliser deux médailles de rang A. Et c’était des objets que même les Seigneurs-Démons de haut rang auraient du mal à obtenir.

Et donc, nous attendions avec impatience de voir en action les morts vivants ayant la flexibilité et la diversité des humains de rang Héros.

***
<>
Traduit par la team : Novel de Glace