Flux RSS

Maou-sama no Machizukuri! ~Saikyou no Danjon wa Kindai Toshi~

Traduit par la team : Novel de Glace
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 5 Chapitre 91 – Les potions de pommes dorées


Je m’étais empressé de faire les préparations pour pouvoir aider March.

Rencontrer Temps et Dragon signifiait que j’allais devoir quitter Avalon alors je devais faire les préparations pour cela. La chose la plus importante pour cela était les instructions que j’allais donner à mes démons. Nous n’avions que quelques jours afin de nous préparer, il fallait donc que nos préparatifs avancent pendant mon absence.

Par rapport à ça, j’étais allé dans l’atelier de Rorono. J’avais quelque chose que je voulais que Rorono fasse.

« Rorono, il y a une autre tâche que je voudrai te confier en plus. Je veux que tu suives mes instructions ici. Le délai sera de trois jours, soit le jour de notre départ. Priorise cela sur tout le reste. » (Procell)

Le champ de bataille cette fois serait le donjon de March.

Cela serait différent des combats auxquels nous étions habitués et nous devions nous préparer autant que possible.

Une telle préparation comprenait l’amélioration des Chevaliers d’Avalon. Pour cette bataille, j’avais l’intention d’utiliser les Chevaliers d’Avalon spéciaux que nous avions réussi à préserver auparavant.

Rorono regarda les feuilles avec les instructions. En les lisant, son expression devint raide. Je comprenais comment elle se sentait. La charge de travail nécessaire était absurde. Même avec ses compétences, ce serait une tâche compliquée. Même ainsi, je lui avais demandé de le faire.

« C’est dans trois jours ? » (Rorono)

« Oui, en quelque sorte. » (Procell)

« … Compris. Je vais essayer de le faire à temps. Non, je promets que ça sera fait à temps. Tant que c’est pour Maître, je peux accomplir n’importe quelle tâche. » (Rorono)

« Désolé de te faire faire l’impossible, Rorono. » (Procell)

Je l’avais dit puis j’avais étreint Rorono. J’avais toujours chargé cette enfant de l’impossible et craignais de trop compter sur elle. Cependant, je n’avais pas d’autre choix, c’était vraiment nécessaire.

« Maître, je vais faire de mon mieux. Alors, félicitez-moi beaucoup après ça, d’accord ? » (Rorono)

Alors qu’elle s’appuyait sur moi, elle avait dit cela d’une manière choyée.

« Bien sûr. Je te gâterai autant que tu le souhaites. » (Procell)

Quand je lui avais tapoté la tête, elle avait souri d’une oreille à l’autre.

Si elle veut être félicité, je la féliciterai, pensai-je, comment pourrais-je être froid avec Rorono qui m’aide tellement.

« Et aussi, n’oubliez pas de me donner une récompense. Après tout, ce sont des demandes incroyables. » (Rorono)

« Oui, ne te retiens pas et demande-moi ce que tu veux. » (Procell)

Son étreinte se resserra alors qu’elle enfouissait son visage dans ma poitrine.

Si c’était pour elle, je serais capable de faire n’importe quoi.

« Mhm. Alors, je vais commencer à immédiatement travailler. Ce sera au-delà de vos attentes ! Je le jure sur ma fierté d’Ancienne Naine, la meilleure forgeronne du monde… Non, je le jure sur la fierté d’être votre fille. » (Rorono)

Rorono avait dit cela, et se sépara à contrecœur de notre étreinte, puis elle disparut dans sa zone de travail.

Dans ses mains se trouvait un panier de pomme dorée du premier arbre.

En plus d’avoir la capacité de guérir les blessures et de restaurer le Pouvoir Magique, les pommes dorées pouvaient aussi soulager la fatigue. Donc, avec autant de pommes dorées, elle pourrait être capable de travailler sans avoir besoin de repos pendant plusieurs jours.

Elle était si dévouée qu’elle était prête à abandonner son sommeil pendant plusieurs jours.

« Je compte sur toi, Rorono. » (Procell)

Selon les normes communes, la tâche que je lui avais confiée aurait été considérée comme impossible.

Cependant, je croyais que tant qu’il s’agissait de Rorono, elle pourrait rendre possible l’impossible.

Ayant accompli mon but, j’avais quitté son atelier. En plus d’elle, il y avait d’autres démons pour lesquels j’avais des tâches qui devaient être faites le plus rapidement possible.

Pour cette bataille, mes propres forces ne seraient pas suffisantes alors je savais que je devais chercher des moyens faciles et fiables de doubler les forces alliées.

*

Après avoir quitté l’atelier de Rorono, je m’étais dirigé vers le verger d’Aura. Dès que je fus arrivé, j’avais aperçu Aura et l’avais appelée.

En réaction, elle se précipita à mes côtés, ses cheveux dorés se balançant dans les airs et ses yeux vert jade brillaient plus brillamment que d’habitude.

« Bienvenue, Maître. » (Aura)

« Aura, il y a quelque chose que je voudrai que tu fasses tout de suite. C’est à propos des potions que tu as faites auparavant. Je voudrais qu’elles soient utilisées dans la guerre à venir. Peux-tu le faire ? » (Procell)

« Oui, laissez-moi faire. J’ai réussi à cultiver tous les matériaux nécessaires. En fait, j’ai terminé les essais ce matin. Tout ce qui reste est la production de masse. » (Aura)

Récemment, diverses plantes médicinales avaient également commencé à être cultivées dans son verger. Ce n’étaient pas seulement pour son plaisir, celles-ci étaient également cultivées dans le cadre de ma commande pour qu’elle fasse des potions.

« Cette bataille sera longue. Beaucoup seront gravement blessés, fatigués ou sans Pouvoir Magique. Peut-être même tout à la fois. Nous devons être prêts à faire face à ce genre d’épuisement. D’où la nécessité d’une grande quantité d’objets curatifs. La qualité est importante, mais pour cette guerre, la quantité l’est encore plus. » (Procell)

« Je suis d’accord. Je vais préparer autant de potions que possible avec le temps qui nous reste. » (Aura)

Jusqu’à présent, les moyens de guérison d’Avalon s’appuyaient beaucoup sur les pommes dorées du premier arbre. Les effets de manger les pommes comme fruit étaient — sans subir aucun processus de transformation — plus importants que les effets de guérison d’une potion moyenne. Pour ajouter à cela, les pommes dorées avaient également d’autres effets que de soigner les blessures.

Compte tenu de tout cela, j’étais convaincu que si les pommes étaient utilisées avec d’autres plantes médicinales pour faire une potion, les effets seraient encore plus importants.

« Que nous puissions compter sur les démons épuisés et blessés de March dépendra de ces potions et de toi Aura. » (Procell)

« Laissez-moi faire ! Avec les potions faites avec des pommes que j’ai fait grandir, nous pouvons même ressusciter les morts ! » (Aura)

Les potions étaient évidemment vitales pour mes démons, mais elles avaient aussi un autre but : ramener les démons de March sur les lignes de front.

J’avais prédit qu’au moment où nous atteindrions March et ses démons, ceux-ci auraient déjà été exposés à une guerre prolongée et auraient ainsi subi des blessures. Ils auraient épuisé leur Pouvoir Magique et approcheraient de leurs limites physiques. En d’autres termes, ils ne seraient plus capables de se battre au moment où nous arriverions.

Si c’était le cas, la première chose que je devais faire était de soigner ses démons afin qu’ils puissent être prêts à combattre le plus rapidement possible. Pour cela, nous devrions avoir une grande quantité de potions de haute qualité.

Simplement en étant capable de faire cela, la situation s’améliorerait d’un coup. Après tout, nous pourrions encore une fois de plus compter les démons blessés — des démons supposés être hors combat — dans la force de combat.

C’était en effet énorme. Tant et si bien que cela pourrait même avoir plus d’effet sur la guerre que mes troupes de renfort.

« Mais avons-nous cultivé les plantes médicinales juste à temps ? » (Procell)

Aura avait déjà recherché quelles plantes médicinales allaient bien avec les pommes dorées. Trouver et se procurer les graines afin qu’elle puisse les cultiver elle-même s’était avérée compliqué. Ce n’était que récemment que nous avions coopéré avec les marchands et même avec cela, nous n’avions que celle étant à peine d’une qualité suffisante.

Si l’attaque contre March avait eu lieu un peu plus tôt, tout ce plan ne serait même pas une option, car il n’y aurait pas eu de potions pour commencer.

« Exactement, ce n’est pas seulement de la chance, mais c’est quelque chose d’inévitable provoqué par vous, Maître. » (Aura)

« Qu’est-ce qui te fait dire ça ? Est-ce une sorte d’intuition ? » (Procell)

« Non, pas seulement de l’intuition. Je sais ce genre de choses. Après tout, je suis la personnification de la planète et en tant que telle, j’ai reçu la bénédiction de Dieu. » (Aura)

Aura avait déclaré cela et avait alors souri.

Elle était adulte, à plus d’un titre, ou alors c’était ce que je ressentais.

« D’accord. Je vais croire ce que dit la personnification de la planète. Je vais te laisser le reste. Fais-en autant que possible d’ici trois jours. » (Procell)

« Oui, je ferai de mon mieux avec les Hautes Elfes ! … Ah, attendez un moment, j’ai oublié quelque chose. Je ne vous ai toujours pas montré les produits d’essai, n’est-ce pas ? » (Aura)

« Oh, oui, je les connais seulement à partir des rapports de recherche. » (Procell)

« Alors, prenez-les. » (Aura)

Aura sortit alors trois petites bouteilles de sa poitrine.

J’avais été surpris d’en voir trois. Je devinais que la première était spécialisée dans la guérison tandis que la seconde était spécialisée dans la restauration de Pouvoir Magique. Quant au troisième, je ne savais pas. En pensant à cela, Aura commença à expliquer.

« La première potion sert à guérir les blessures et restaurer la force physique. En consommant cela, la fatigue disparaîtra d’un coup. Par la suite, il sera plus difficile de se fatiguer. En ce qui concerne les blessures, cela guérira la plus grosse partie en quelques minutes. Cependant, notez cela quant à son fonctionnement. Il renforce les immunités naturelles et la guérison naturelle. Cela signifie que cette potion ne peut guérir que ce qui pourrait guérir naturellement. Des blessures comme des fractures compliquées ou la perte d’une partie du corps ne seront pas guéries par cela. » (Aura)

« Hmm. D’accord, et la seconde ? » (Procell)

« La seconde est une potion de récupération de Pouvoir Magique. Cela augmente la récupération de Pouvoir Magique jusqu’à quatre fois ce qui est récupéré naturellement. Mais puisqu’il ne fait qu’augmenter la régénération de Pouvoir Magique du corps, il ne faut pas s’attendre à une récupération instantanée. » (Aura)

Je hochais la tête face à ses paroles.

Les potions étaient vraiment comme des médicaments dans le sens où elles aidaient les humains et les démons à se rétablir. Elles n’étaient pas un mélange miracle qui pourrait instantanément guérir toutes les blessures et récupérer tout son Pouvoir Magique. Boire plus que nécessaire n’augmentera pas non plus ses effets. Cela dit, on ne peut nier leur utilité.

« Et en ce qui concerne la dernière ? » (Procell)

« Plutôt que d’appeler cela une potion, il est plus approprié de l’appeler une drogue pour pousser quelqu’un à combattre. Cela supprimera les limites imposées par le cerveau au corps, donnant à celui l’ayant pris une force et un Pouvoir Magique au-delà de ses limites. » (Aura)

J’avais haleté en comprenant la dangerosité de cette chose. Le fait de me voir ainsi fit qu’Aura sourit tout en continuant à parler.

« L’utilisateur ne ressentira plus la fatigue ni la douleur. Au lieu de ça, il ressentira un sentiment extrême d’exaltation pour toute la durée de l’effet de la drogue. Même des démons au bord de la mort deviendront capables d’afficher une puissance plus grande que lorsqu’ils étaient en parfait état. Cela dit, l’utilisateur doit être prêt à subir les séquelles de la potion. L’utiliser dans un tel état peut mettre en danger la vie de l’utilisateur… Cela devrait être utilisé comme dernier recours. Du moins, c’est comme ça que je l’utiliserai. Si je vais mourir de toute façon, alors, plutôt que de mourir sans pouvoir faire quelque chose, je préférerais faire une dernière attaque au bénéfice des compagnons restants. » (Aura)

Dans mon esprit, j’avais surnommé la dernière potion Berserk. C’était dangereux, mais tout aussi nécessaire.

Dans la guerre à venir, il y aurait très probablement des démons qui penseraient comme Aura.

J’avais reçu les trois potions et les avais mises dans ma poche.

Il pourrait venir un moment où j’aurais besoin de celles-ci.

« Ce sont de bonnes potions. Fais-en autant que possible de la première et de la seconde potion que tu le pourras dans les trois jours. Pour la troisième, vingt d’entre elles feront l’affaire. » (Procell)

« Certainement. Alors, avec les Hautes Elfes, je produirai en masse les potions immédiatement. Nous allons utiliser tous nos stocks de pommes dorées. » (Aura)

Avec ça en place, Rorono et Aura pouvaient avancer sans ma présence. J’attends beaucoup de vous toutes.

« Aura, je te dis juste ça au cas où. Mais ne laisse absolument pas circuler les potions contenant les pommes du premier arbre aux publics, d’accord ? » (Procell)

« Oui, je le sais. Après tout, on ne sait pas ce que les humains feraient une fois au courant. » (Aura)

Après qu’elle avait été d’accord avec moi, elle avait pris un conteneur de l’entrepôt. Celui-ci était rempli de pommes dorées submergées dans de l’eau de vie.

Peu de temps après, elle avait ordonné aux hauts elfes de récolter diverses sortes de plantes médicinales.

Et ainsi, avait commencé la concoction de potions.

Je suppose que je peux laisser cela à Aura maintenant.

Pour résumer :

Rorono était responsable de la préparation de notre force militaire alors qu’Aura était responsable de la logistique.

R’lyeh quant à elle était responsable de la collecte d’informations.

Kuina et Wight devaient m’escorter pour ma rencontre avec Temps et Dragon.

C’était la guerre totale d’Avalon. À moins que nous ne donnions pas tout, nous n’avions aucune chance de victoire.

« Maintenant, je suppose que je devrais retourner à la maison. » (Procell)

Sur le chemin de retour, l’oiseau bleu que j’avais envoyé était venu se poser sur mon épaule.

« C’était étonnamment rapide. » (Procell)

Contrairement à Temps à qui je pouvais envoyer un message directement à l’aide du démon corbeau qu’il m’avait donné, je n’avais aucun moyen de communiquer directement avec Dragon. À cause de ça, j’avais utilisé l’oiseau bleu pour remettre une lettre à sa fille, Stolas, à la place.

Ce qui m’avait surpris, c’est que c’était seulement quelques heures après que j’avais envoyé la lettre qu’une réponse était arrivée.

« Alors, je dois y aller maintenant. » (Procell)

Il n’y avait pas de temps à perdre, nous devions faire tout ce que nous pouvions le plus tôt possible. Si Dragon avait dit je pouvais venir quand je voudrai alors je m’étais dit que partir tout de suite ne serait pas un problème.

Cela signifie également que la réunion avec Temps devra être programmée après cela.

À vrai dire, je n’avais toujours aucune idée sur la façon de persuader Dragon. Mais je savais que je ne devais pas tergiverser.

Je dois juste y réfléchir pendant que nous volerons dans le ciel. Peut-être que le changement de lieu peut m’apporter une réponse.

Pendant que j’y pensais, j’avais convoqué à la hâte Kuina et Wight. Et ainsi, avec eux deux, j’étais monté sur un Dragon des Ténèbres et nous nous étions envolés vers le donjon de Stolas.

***
<>
Traduit par la team : Novel de Glace