Flux RSS

Maou-sama no Machizukuri! ~Saikyou no Danjon wa Kindai Toshi~

Traduit par la team : Novel de Glace
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 5 Chapitre 95 – Le cadeau de Stolas


Après avoir terminé ma discussion avec Dragon, j’avais décidé de retourner, pour l’instant, à Avalon.

Après lui avoir parlé, je sentais que la raison pour laquelle il acceptait si facilement d’aider March était parce qu’en premier lieu, il voulait vraiment l’aider et cherchait seulement d’une excuse. Bien sûr, cela m’aidait beaucoup que Stolas soit à mes côtés. J’avais fini par utiliser l’amour parental d’Astaroth et son désir de faire une dernière chose pour elle.

J’avais décidé que j’attendrais seulement un jour après être retourné à Avalon pour avoir la réponse du Seigneur-Démon du Temps. Si aucune réponse n’arrivait d’ici là, j’irais directement chez lui pour une discussion en direct. Il n’y avait pas assez de temps pour tergiverser.

« Procell, je vais également t’aider. » (Stolas)

Stolas et moi venions juste de quitter le donjon d’Astaroth et venions d’utiliser le cercle de transfert qui nous avait conduits à son donjon.

« Stolas, est-ce que tu réalises ce que tu viens de dire ? » (Procell)

J’avais répondu ainsi par réflexe.

Les capacités de Stolas étaient extrêmement élevées et son aide serait sûrement appréciée, mais ce n’était pas une raison suffisante pour l’inclure dans ce combat. Après tout, cela donnerait juste aux anciens Seigneurs-Démons une excuse pour l’attaquer.

« Marchosias-sama est un Seigneur-Démon que j’admire donc je veux aussi l’aider, mais à part ça... » (Stolas)

Stolas avait dit cela puis m’avait regardé.

Elle était sûrement inquiète pour moi.

Il semblait que tout comme je voulais aider March, Stolas voulait également m’aider. Après une telle réalisation, j’avais tapoté sa tête.

« Je te remercie. Tes sentiments seuls me suffisent. Stolas, tu devrais juste te concentrer sur ta propre Guerre. » (Procell)

« Mais, Procell, je peux aussi me battre. » (Stolas)

« Je le sais, mais lors de cette guerre pour aider March, je devrais me battre de toutes mes forces. Je ne peux pas me permettre de m’inquiéter pour toi en plus. » (Procell)

« Es-tu en train de dire que je serai un fardeau. » (Stolas)

Elle me posa cette question avec une expression boudeuse.

« Oui. Les ennemis seront des vétérans. Et même si tu excelles en tant que jeune Seigneur-Démon, tu ne serais pas en mesure de les égaler. D’ailleurs… je ne veux pas te voir blessée. » (Procell)

Au moment où j’avais dit oui, Stolas s’était mise à trembler de colère. Cependant, en entendant mon explication et en réalisant que mes paroles étaient peut-être vraies, son expression était passée de colère à frustration.

« … Je comprends. C’est sûrement comme tu le dis. Comme je suis en ce moment, je n’ai pas assez de pouvoir pour te suivre. Mais souviens-toi que je m’inquiète aussi pour toi. » (Stolas)

J’étais content qu’elle ait abandonné l’idée. Si jamais elle était blessée en essayant de m’aider, je ne pourrais me le pardonner.

« Je vais laisser tomber ce combat à tes côtés, mais au moins, laisse-moi t’aider. » (Stolas)

Elle avait ensuite invoqué un démon qui était dans son Stockage, un de ses démons du Pacte démoniaque.

Celui-ci avait une capacité spéciale pouvant renforcer tous les démons dans son camp. De plus, il avait aussi la capacité de créer instantanément un réseau de communication par télépathie. Un démon ayant ces deux capacités était un commandant des plus puissants.

Tel était l’ange de vent Rozelitte le Rathgrith qui ressemblait à une belle femme aux ailes blanches comme neige.

« Rozelitte, tu dois faire semblant d’être un démon de Création et recueillir des informations tel un espion. À tout prix, rassemble des informations permettant de renforcer mon armée. Pour éviter d’être soupçonnée par lui, tu dois obéir fidèlement à toutes ses demandes. » (Stolas)

« Certainement Stolas-sama. Moi, Rozelitte, vais prétendre d’être un fidèle démon du Seigneur-Démon de la Création, Procell. » (Rozelitte)

Alors qu’elle était en face de moi, Stolas donnait de tels ordres à Rozelitte qui était censée être son atout.

« Merci, Stolas. » (Procell)

« De quoi parles-tu ? J’ai seulement envoyé un espion pour mon propre bénéfice. » (Stolas)

Tout en disant cela, Stolas avait entamé les procédures de transfert de démon et avait tendu la main vers moi. Au moment où je l’ai prise, Rozelitte était devenue l’un de mes démons.

En me donnant ce démon, elle pouvait m’aider sans se mettre en danger. En fait, dans cette situation c’était la seule méthode qu’elle avait pour m’aider.

Cependant, comme ce démon était maintenant à moi, si j’avais l’envie après la guerre, je pouvais choisir de ne pas le lui rendre.

En tant que Seigneur-Démon, cette action était naïve, mais en tant qu’ami, c’était la meilleure méthode de soutien.

« Alors moi qui suis tombé dans ton piège, je dois accepter ce cadeau empoisonné. » (Procell)

J’avais souri en acceptant Rozelitte.

Ce démon ayant la capacité de renforcer son camp ainsi que celle de transmettre des informations allait sûrement être utile dans la guerre à venir.

Stolas me tourna le dos comme pour me dire qu’elle ne parlerait pas plus alors j’avais décidé de parler pendant qu’elle partait.

« Stolas, plus tard, tu seras sûrement une belle femme. » (Procell)

Pour une raison quelconque, ces mots étaient naturellement sortis de ma bouche. En réaction, ses épaules avaient tremblé pour un moment. Elle s’était ensuite dirigée vers un autre cercle de Transfert et l’avait utilisée. Au moment où elle allait disparaître, elle avait crié quelque chose :

« Procell, tu as un complexe d’Œdipe »

Je n’avais aucune idée de ce qu’elle voulait dire, mais étrangement, j’avais souri.

*

Après m’être séparé de Stolas, j’étais retourné à Avalon, j’avais vérifié où en était Rorono, puis j’étais retourné à ma résidence.

Là, j’avais décidé de parler avec Rozelitte en sirotant un thé noir.

Afin de tirer pleinement parti de ses capacités, je devais les connaître suffisamment.

J’avais regardé son statut, mais sachant que cela seul ne suffirait pas, j’avais besoin de lui parler directement.

Race : Rathgrith

Rang : A

Niveau : 69

Force physique : C

Endurance : C+

Agilité : A

Magie : A

Chance : B

Spécial : S

Compétences :

Empathie grande portée.

Halo angélique de lumière.

Reine du Vent.

Support magique avancé.

Reine de la lumière.

Sa force physique et son endurance étaient faibles, mais dans l’ensemble, ses statistiques étaient de haut niveau.

Contrairement à mes démons de Rang S, elle n’avait pas de compétences au niveau Loi, mais elle avait la compétence de rang inférieur Roi/Reine. Plus précisément Reine de la lumière et du vent qui lui donnaient des compétences très polyvalentes,

De plus, son empathie grande portée était une capacité télépathique qui n’était pas limitée par la distance, mais par le camp du démon. C’était une compétence pour laquelle les Seigneurs-Démons tueraient. Après tout, on pouvait, grâce à celle-ci, recueillir des informations sur les événements en temps réel dans une très large zone. On pourrait soutenir que cette capacité était l’une des plus puissantes.

De plus, une autre de ses capacités — Halo angélique de lumière — était aussi puissante. Son effet était l’augmentation légère des capacités de ses alliés.

C’était évident de vouloir l’avoir dans son armée.

Pour Stolas, ce démon était absolument essentiel dans sa force de combat peut-être même au point que si elle entrait dans une guerre sans ce démon, elle pourrait avoir quelques problèmes. Stolas connaissait ce risque et pourtant elle me l’avait quand même prêté. Je dois rembourser son soutien, je pensais cela de tout mon cœur.

Après un moment, ma conversation avec Rozelitte était terminée. Dépourvu de capacités particulières, j’étais arrivé à la conclusion qu’elle était simple à inclure dans mon armée.

« Procell-sama. » (Rozelitte)

Brisant le silence Rozelitte m’avait appelé.

« Qu’est-ce qu’il y a, Rozelitte ? » (Procell)

Même si elle était un démon, son aura d’ange me rendait légèrement mal à l’aise. Peut-être que cet inconfort pouvait devenir bénéfique.

« Il y a une chose que j’aimerais vraiment vous demander. Ce n’est pas du tout lié au combat à venir alors je voudrais donc avoir la permission de demander. » (Rozelitte)

« Je ne vois pas de problème particulier à cela. Vas-y et demande. » (Procell)

Quand je lui avais répondu, elle m’avait souri en retour.

« J’aimerais connaître la raison pour laquelle vous faites semblant de ne pas avoir remarqué les sentiments de Stolas-sama. » (Rozelitte)

En l’entendant, j’avais accidentellement recraché le thé noir que je buvais.

Elle avait raison donc c’était un peu difficile de réponse. Donc, même les démons avaient remarqué ça ?

« Quel est le problème, Procell-sama ? Allez-vous me dire que vous n’avez pas remarqué l’affection que Stolas-sama vous porte ? Stolas-sama à cet égard est limpide comme de l’eau. Peut-être aussi visible que la manière dont vous ignorez cette affection. » (Rozelitte)

Pour qu’elle le dise ainsi, il ne semblait pas qu’elle essayait de me tromper. Et donc, je m’étais résigné et avais décidé de lui répondre honnêtement.

« C’est parce que je veux que nous restions amis tous les deux. Je ne peux pas lui rendre son affection, mais si je lui disais ça, je crains que notre amitié ne se brise. Est-ce que cette réponse t’a satisfait ? Et aussi, c’est juste au cas où, mais je t’interdis d’en parler à Stolas. Cela ne me dérange pas de te forcer à ça via mon autorité de Seigneur-Démon. » (Procell)

Après que j’eus dit cela, l’expression de son visage s’était un peu adoucie.

« Certainement, Procell-sama. Au moins, je suis soulagée de savoir que vous avez des sentiments pour Stolas-sama. Dès que je rentrerai, je lui dirai de pousser un peu plus. » (Rozelitte)

« N’as-tu pas entendu ce que je viens de dire ? » (Procell)

« Bien sûr que je l’ai entendu. C’est juste que tant qu’il y a de l’affection, peu importe ce que c’est, les choses s’arrangeront. Et tant que c’est vrai, moi, Rozelitte, je vais vous encourager — . » (Rozelitte)

Au milieu de sa phrase, elle avait senti mon regard froid et décida de se racler la gorge.

Cette fille, au lieu d’être appelé la subordonnée de Stolas, devrait simplement être son amie.

C’était ainsi que je voyais la relation entre les Seigneurs-Démons et leurs démons. Face à cela, je ne pouvais pas m’empêcher de sourire avec ironie.

Je ne pouvais m’imaginer être comme ça avec Stolas. Mais si cela se passait effectivement comme elle le disait, je voudrais voir le visage troublé de Stolas.

Après ça, l’atmosphère tendue entre Rozelitte et moi avait un peu diminué. Peut-être, pensai-je que c’était la raison pour laquelle elle avait soulevé le sujet.

Et puis, quand j’avais regardé par hasard la fenêtre, j’avais vu le démon corbeau avec lequel j’avais envoyé un message au Seigneur-Démon du Temps. Il m’attendait là.

Le démon avait rapporté la réponse de Temps, et j’avais commencé à la lire. Ce qui était succinctement écrit était : viens immédiatement.

Dans l’espoir de faciliter les négociations à venir, la lettre que je lui avais envoyée contenait des choses qui le mettraient en colère. Cela semblait avoir fonctionné. Mais encore une fois, peut-être qu’il avait réalisé mon plan, mais acceptait quand même de jouer le jeu.

De toute façon, j’étais convaincu que les négociations de cette fois-ci seraient plus simples que celle avec Dragon. Quant à savoir pourquoi, c’était parce que j’avais dans ma main la carte la plus puissante chose qu’il ne pouvait ignorer.

***
<>
Traduit par la team : Novel de Glace