Flux RSS

Mo Dao Zu Shi

Traduit par la team : Dragonfly Fantrad
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 1 Chapitre 1 – Prologue


« Bonne nouvelle ! Wei WuXian est mort! »

Moins d’une journée s’était écoulée depuis le siège de la Colline LuanZang, et les nouvelles s’étaient déjà diffusées dans le monde de la cultivation comme si des ailes leur avaient poussé, dépassant la vitesse de la guerre elle-même.

Pendant un moment, qu’il s’agisse des clans les plus proéminents ou des cultivateurs indépendants, tous parlaient du siège mené par les Quatre Grandes Sectes, secondées de centaines de sectes et clans de moindre importance.

« Le Patriarche de YiLing est mort ? Qui a bien pu le tuer lui ?

— Qui d’autre que son shidi, Jiang Cheng, aurait pu mettre un terme à la vie de son propre ami pour le plus grand bien de tous ? Jiang Cheng a dirigé les Quatre Sectes de YunmengJiang, LanlingJin, GusuLan, et QingheNie pour détruire la demeure de la Colline LuanZang.

— Bon débarras, j’ai envie de dire!

— Bon débarras, c’est le cas de le dire! On a enfin éliminé ce fléau.

— Si la secte YunmengJiang ne l’avait pas adopté et éduqué, il n’aurait été qu’un vaurien vivant dans les rues et causant sans doute au moins autant de dégâts qu’il n’en a causé ces derniers temps. Le chef du clan Jiang l’a élevé comme son propre fils, et pourtant il les a reniés, est devenu l’ennemi du monde de la cultivation, a apporté le déshonneur sur le clan Jiang et est allé jusqu’à causer sa quasi-extermination. C’est l’exemple même de “celui qui mord la main qui le nourrit” !

— Jiang Cheng a laissé son camarade en vie bien trop longtemps. Si j’avais été lui, au moment de la désertion de Wei WuXian, je ne l’aurais pas seulement poignardé. En fait, j’aurais examiné attentivement chaque disciple du clan pour qu’il ne puisse pas faire ces choses insensées qu’il a accomplies plus tard. Qui se soucie de sa soi-disant “considération” envers son ami d’enfance?

— Ce sont de simples rumeurs. Même si Jiang Cheng a pris grande part à l’assaut, ce n’est pas lui qui a donné le coup de grâce à Wei WuXian. Puisqu’il cultivait la Voie Démoniaque, les pouvoirs de Wei WuXian se sont retournés contre lui et il a été réduit en morceaux.

— Hahahaha… C’est le karma ! Les spectres-soldats qu’il a créés étaient comme des chiens sans laisse, toujours à mordre tout ce qui les approchait. C’est bien fait pour lui qu’il se soit fait dévorer jusqu’à ce que mort s’en suive !

— Mais si Jiang Cheng n’avait pas imaginé un  plan qui ciblait les faiblesses de Wei WuXian, le siège aurait pu se solder par un échec. Dois-je vous rappeler à tous quel artefact Wei WuXian avait en sa possession ? Avez-vous oublié le jour où trois mille cultivateurs confirmés ont été complètement annihilés ?

— J’ai entendu dire que c’était plus que trois mille, peut-être cinq mille.

— Il avait très certainement perdu la tête.

— Heureusement qu’il a détruit cette arme maléfique avant sa mort. Autrement, s’il avait laissé sur terre cette menace pour l’humanité, ses péchés auraient été plus grands encore.

— Oh, et bien… Vous savez, avant, Wei WuXian était l’un des cultivateurs les plus prometteurs, issu d’un clan des plus distingués et ayant connu le succès dès son plus jeune âge. Comment a-t-il pu en arriver là?

— C’est la preuve qu’on ne doit cultiver qu’en suivant la Voie Juste. Utiliser ce genre de pratiques malhonnêtes peut sembler avantageux, mais seulement à première vue. Tu as vu ce qui lui est arrivé au final? Il ne restait de lui qu’un cadavre incomplet.

— Tout ça n’est pas dû qu’à sa voie de cultivation. La personnalité de Wei WuXian était plutôt immorale. Les actes de quelqu’un doivent toujours être payés, d’une façon ou d’une autre : ce qu’on a jeté au loin finit toujours par revenir. »


Après la mort de Wei WuXian, le sujet s’est peu à peu essoufflé. Les conversations redevinrent à peu près normales, et les quelques opinions peu conventionnelles étaient très vite réduites au silence.

Cependant, cette controverse restait dans un coin de l’esprit de tout un chacun.

Personne n’était parvenu à invoquer l’âme de Wei WuXian, ce qui signifiait que cette dernière avait totalement disparu, sans doute réduite en pièces par les millions de spectres qui l’avait dévoré.

Ou bien peut-être avait-elle trouvé le moyen de s’échapper.

Si la première possibilité était vraie, il n’y avait pas lieu de s’inquiéter. Ceci dit, personne ne doutait du fait que le Patriarche de YiLing avait le pouvoir de mettre en marche des montagnes et de vider des océans. Dans ce cas, si la deuxième possibilité s’avérait la bonne, son âme finirait par revenir, et ce jour-là, le monde de la cultivation et peut-être même le monde commun devront faire face à la plus cruelle damnation motivée par la vengeance, plongeant dans le chaos et le désespoir le plus total.

Les différents clans avaient placé cent-vingt Créatures de Pierre au sommet de la Colline LuanZang et pratiquaient régulièrement des rituels d’invocation, en plus de maintenir une haute vigilance et de mener des investigations sur tous les évènements un tant soit peu étranges à travers le monde.

La première année, rien ne s’était produit.

La seconde, rien ne s’était produit.

La troisième, rien ne s’était produit.

Et la treizième année, rien d’anormal non plus.

 

De plus en plus de gens commençaient à croire que, peut-être, le Patriarche de YiLing avait vraiment disparu pour de bon. Même s’il avait été capable de mettre le monde sens dessus-dessous, c’était finalement à son tour d’être renversé.

Après tout, personne ne peut rester éternellement au sommet : les légendes restent de simples légendes.


 


Notes :

– Traduction faite à partir de l’excellente traduction anglaise effectuée par K et Addis de la team Exiled Rebels Scanlation (je vous recommande chaudement d’y jeter un oeil si vous n’avez pas de problème avec la langue de Shakespeare, vous pouvez la lire ici) puisque mon niveau de chinois est au ras des pâquerettes (j’ai commencer à apprendre il y a genre trois mois…), et que cette team fait un travail formidable, aussi bien dans la traduction qui est d’une qualité indéniable que pour leurs explications linguistiques et culturelles à la fin de chaque chapitre. J’ai décidé de garder le même modèle en plaçant moi aussi en notes les aspects qui pourraient sembler obscurs pour les lecteurs peu familiers de l’univers Xianxia, autrement dit la fantasy chinoise.

cultivation : la cultivation (en chinois Xiuzhen) dans les oeuvres xianxia peut en quelque sorte s’apparenter à l’exorcisme si on veut simplifier les choses, mais ce n’est pas tout à fait ça non plus. Inspirée de concepts taoïstes/daoïstes et bouddhistes, la cultivation permet à ceux qui la pratique (les cultivateurs) d’améliorer leur santé, d’accroître leur durée de vie et de développer divers pouvoirs et capacités, par le biais des arts martiaux et mystiques, de la méditation et de la cultivation du Qi (ou Chi), l’énergie vitale présente en toute chose.

sectes et clans : les cultivateurs sont organisés en plusieurs sectes et clans, ayant chacuns des techniques et des principes qui leur sont propres. Le terme “clan” désigne les cultivateurs d’une même famille, liés par le sang ou par alliance, et portant le même nom de famille. Le mot “secte” désigne quant à lui une organisation, souvent dirigée par un clan, dont les membres ne sont pas forcément liés par le sang, mais pratiquent la cultivation selon les mêmes préceptes et le même style.

(à noter que le nom de famille se trouve au début du nom, et que dans cette histoire le nom des sectes est dérivé du nom du clan qui la dirige et du lieu où se trouve leur “quartier général” :  par exemple Jiang Cheng fait partie du clan Jiang qui dirige la secte YunmengJiang dont la résidence principale, le Port aux Lotus, se situe à Yunmeng)

shidi : “ frère de coeur”, co-disciple plus jeune ou du même âge. En effet, les relations entre les membres d’une secte de cultivation sont comparables à des liens familiaux, les disciples sont tous “frères et soeurs” entre eux. Ici, l’expression est d’autant plus vraie que Wei WuXian et Jiang Cheng ont grandis ensemble comme des frères.

<>
Traduit par la team : Dragonfly Fantrad