Flux RSS

Mo Dao Zu Shi

Traduit par la team : Dragonfly Fantrad
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 1 Chapitre 11 – Raffinement ①


La résidence de la secte Lan se situait dans une montagne reculée, à l’extérieur de la ville de Gusu.

Les murs blancs et les toits sombres des bâtiments étaient constamment nimbés d’une brume qui s’étendait jusqu’au jardin pittoresque du pavillon du bord de l’eau, comme un océan de nuages dans le royaume d’un immortel. À l’aube, les premiers rayons du soleil brillaient à travers les volutes brumeuses qui erraient de toutes parts, faisant parfaitement honneur au nom de cet endroit : le Repaire des Nuages (1).

Dans un lieu si paisible, le cœur devenait semblable à des eaux tranquilles. On entendait rien d’autre que les échos du clocher qui vibraient dans l’air. Bien qu’elles n’étaient pas comparables à un temple sacré, ces froides montagnes n’en dégageaient pas moins une impression de Zen et de solitude.

Cependant, cette atmosphère fut subitement brisée par une longue complainte, faisant sursauter les disciples qui s’entraînaient ou faisaient leurs lectures matinales (2). Ils ne purent s’empêcher de tourner le regard vers la porte principale d’où venait le son.

Wei WuXian pleurait en face de l’entrée en s’accrochant à son âne.

« Arrête de pleurnicher! s’agaça Lan JingYi. Tu as dit toi-même que tu appréciais HanGuang-Jun, alors de quoi tu te plains maintenant qu’il t’a ramené avec lui? »

Wei WuXian fit la tête.

Il n’avait jamais eu l’occasion d’invoquer Wen Ning à nouveau depuis la nuit de la montagne Dafan. Il n’avait pas non plus eut l’opportunité de chercher pourquoi Wen Ning avait perdu sa conscience ni pourquoi il était toujours de ce monde, puisqu’il avait été emmené par Lan WangJi.

Dans sa prime jeunesse, Wei WuXian était venu étudier au sein de la secte Lan pendant trois mois en compagnie de disciples d’autres clans, il avait donc déjà fait l’expérience de l’insipide et ennuyeuse ambiance de GusuLan en personne. Il frémissait encore rien qu’à l’idée des trois mille règles et quelques inscrites sur le Mur de Discipline. Alors qu’on l’entraînait en haut de la montagne, il était passé devant le mur de pierre en question et s’était aperçu qu’on y avait ajouté un millier de règles. Il y en avait maintenant plus de quatre mille. Quatre mille règles!

« Du calme, du calme! reprit Lan JingYi. Arrête de faire tout ce boucan. Il est interdit de faire du bruit dans le Repaire des Nuages. »

S’il faisait autant de bruit, c’était justement parce qu’il ne voulait pas entrer dans le Repaire des Nuages!

Une fois à l’intérieur, il était extrêmement difficile d’en ressortir. À l’époque, quand il était venu en tant qu’étudiant, on lui avait donné un laissez-passer en jade. Une personne ne pouvait entrer et sortir librement que si elle était munie de ce laissez-passer, sinon il lui était impossible de passer la barrière de protection du Repaire des Nuages. Une dizaine d’années après, la sécurité ne pouvait qu’avoir été renforcée.

Lan WangJi se tenait immobile à l’entrée, faisant la sourde oreille et observant la scène d’un regard indifférent. Il profita d’un moment où la voix de Wei WuXian s’était plus ou moins calmée pour dire :

« Laissez-le pleurer. Quand il sera fatigué, amenez-le à l’intérieur. »

Wei WuXian enlaça son âne et geignit de plus belle en se frappant le front contre ce dernier.

Quelle infortune! Lui qui pensait que l’attaque de Zidian aurait effacé toutes suspicions. Sur le coup, il s’était senti satisfait, et avec une flopée de commentaires taquins, il avait offert à Lan WangJi quelques remarques désinvoltes et répulsives. Pourtant, qui aurait cru que Lan WangJi se serait défait de ces anciennes manies ? Qu’est-ce que c’était que cette histoire? Se pouvait-il qu’après tant d’années, non seulement son niveau de cultivation avait augmenté, mais aussi son niveau de tolérance?

« Je suis attiré par les hommes, déclara Wei WuXian. Au milieu des beaux adonis de votre secte, j’ai bien peur de ne pas réussir à me contrôler. »

Lan SiZhui tenta de le raisonner :

« Jeune maître Mo, c’est pour votre sécurité que HanGuang-Jun vous a ramener ici. Si vous ne nous suivez pas, le Chef de Secte Jiang ne voudra pas lâcher l’affaire. Ces dernières années, nombreux sont ceux qui ont été arrêtés et emmenés au Port aux Lotus (3), et aucun d’eux n’en est jamais ressortis.

— C’est vrai, renchérit Lan JingYi. Tu as bien vu les méthodes du Chef de Secte Jiang, non? Il est plutôt cruel… »

Il s’interrompit, se rappelant encore une fois de la règle de “l’interdiction de parler dans le dos des gens”, et jeta un coup d’œil discret à Lan WangJi. Voyant que HanGuang-Jun ne semblait pas vouloir le punir, il eut le courage de poursuivre en marmonnant :

« Tout ça à cause de cette mode malsaine lancée par le Patriarche de YiLing. Il y a tant de personnes qui le copient et cultivent selon sa stupide méthode. Le Chef de Secte Jiang est suspicieux envers tout le monde, mais est-ce seulement envisageable de capturer tous ces gens? Il n’y a qu’à te voir toi et tes talents à la flûte… Heh. »

Ce “heh” en disait bien plus long que n’importe quelle phrase. Wei WuXian ressentit le besoin de se défendre :

« En fait, croyez-le ou non, mais d’habitude, je joue plutôt bien… »

Avant qu’il ne finisse son plaidoyer, des cultivateurs vêtus de blanc passèrent la porte.

Ils portaient tous l’uniforme de GusuLan, des robes fluides et unies, blanches comme la neige. L’homme à l’avant du groupe était grand et svelte. Une flûte xiao (4) de jade blanc était accrochée à sa taille, à côté de son épée. Lan WangJi inclina légèrement la tête en signe de respect, et l’autre personne en fit de même. Son regard se porta sur Wei WuXian, et il sourit.

« WangJi n’amène jamais d’invités à la maison. À qui ai-je l’honneur? »

Comme les deux individus se tenaient l’un en face de l’autre, ils ressemblaient à deux images miroirs. Cependant, alors que les yeux de Lan WangJi étaient aussi clairs que du cristal teinté, ceux de l’autre étaient d’une couleur plus douce et plus foncée.

C’était Lan Huan, le Chef de la Secte GusuLan — ZeWu-Jun, Lan XiChen.

Un même lieu donnait le jour au même type de personnes. La secte GusuLan avait toujours été connue pour abriter nombre d’hommes d’une grande beauté, et c’était particulièrement vrai pour les Deux Jades (5) de cette génération. Ils n’étaient pas jumeaux, mais leur ressemblance était extrême, ce qui faisait qu’il était difficile de déterminer lequel était supérieur à l’autre. Cependant, si leurs apparences étaient similaires, ce n’était pas le cas de leur attitude. Lan XiChen était chaleureux et bienveillant, tandis que Lan WangJi était distant et austère à l’excès, maintenant tout le monde à une distance d’un bras et se comportant de manière tout sauf amicale. C’était pour cette raison que, dans le classement des plus beaux jeunes hommes dans le monde de la cultivation, l’aîné avait la première place, et le cadet avait la deuxième.

Lan XiChen se montrait digne de sa position de Chef de Secte. Même à la vue de Wei WuXian enlaçant un âne, il ne semblait guère affecté. Wei WuXian lâcha l’âne, un sourire rayonnant au visage, et s’approcha. La secte GusuLan attachait une grande importance à la hiérarchie et l’ordre d’ancienneté. S’il racontait des absurdités à Lan XiChen, il finirait sans aucun doute chassé du Repaire des Nuages. Cependant, juste au moment où il allait faire étalage de ses talents, Lan WangJi le fixa. Instantanément, ses lèvres se scellèrent.

Lan WangJi se retourna et poursuivit sa conversation polie avec Lan XiChen.

« Mon frère, te rends-tu encore chez LianFang-Zun? »

Lan XiChen hocha la tête.

« Pour organiser la prochaine Conférence de Débat à la Tour des Carpes Dorées. »

Wei WuXian, incapable d’ouvrir la bouche, retourna auprès de l’âne avec amertume.

LianFang-Zun était le Chef actuel de la secte LanlingJin : Jin GuangYao, le seul fils illégitime que Jin GuangShan avait reconnu. C’était aussi le plus jeune oncle de Jin Ling, puisqu’il était le demi-frère du père de ce dernier, Jin ZiXuan, ainsi que de Mo XuanYu. Cependant, même si Jin GuangYao et Mo XuanYu étaient tous deux des enfants illégitimes, leurs statuts étaient à l’opposé : pendant que Mo XuanYu était au village de Mo à dormir à même le sol et à se nourrir de restes, Jin GuangYao siégeait à la plus haute position du monde de la cultivation, invoquant les vents et contrôlant la pluie (6). S’il désirait parler à Lan XiChen ou être à l’initiative une Conférence de Débat, il pouvait le faire dès qu’il le voulait. Ceci dit, il n’y avait rien d’étonnant à ce que les chefs des clans Lan et Jin s’entendent personnellement si bien : après tout, ils étaient frères jurés (7).

« Notre oncle a récupéré et examiné ce que tu as rapporté du village de Mo », annonça Lan XiChen.

En entendant parler du village de Mo, Wei WuXian se mit automatiquement à prêter attention à la conversation. Sans qu’il s’y attende, il sentit ses lèvres se séparer. Lan XiChen avait annulé le sort de silence avant de s’adresser à Lan WangJi :

« Ce n’est pas souvent que tu amènes quelqu’un à la maison en étant de si bonne humeur. Tu dois traiter tes invités avec plus de courtoisie, et non pas d’une telle façon. »

“De bonne humeur?” Wei WuXian observa attentivement le visage de Lan WangJi. “Comment peut-il dire qu’il est de bonne humeur?!”

Après avoir assisté au départ de Lan XiChen, Lan WangJi déclara :

« Traînez-le à l’intérieur. »

Ensuite, Wei WuXian fut effectivement traîné à l’intérieur de cet endroit dans lequel il avait juré ne plus jamais remettre les pieds.

Par le passé, seuls des cultivateurs distingués venaient rendre visite à la secte, donc personne n’avait jamais vu un invité avec un comportement pareil. Les novices se massaient autour de lui, intrigués par cet événement incongru. Si le règlement de la secte n’était pas aussi strict, il y aurait sûrement eu des éclats de rire tout le long du parcours. Lan JingYi demanda :

« HanGuang-Jun, où doit-on l’emmener?

— Au jingshi (8).

— … Le jingshi?! »

Wei WuXian ne comprenait pas ce qu’il se passait. Les autres s’entre-regardaient, craignant d’émettre le moindre son.

Il s’agissait de la chambre et l’étude de HanGuang-Jun, ses quartiers, dans lesquels il n’avait jamais invité qui que ce soit…

Le mobilier du jingshi était très minimaliste, sans le moindre objet futile. Sur le paravent en accordéon, des nuages vagabonds étaient peints, ondoyant et mouvant à chaque coup de pinceau. Une table de guqin était posée en face. Sur le trépied porte-encens dans un coin de la pièce, un brûloir en jade blanc percé de trous émettait une fumée douce et persistante, emplissant la pièce entière de l’odeur glaciale du bois de santal.

Lan WangJi partit voir son oncle pour discuter d’affaires sérieuses après avoir laissé Wei WuXian dans la pièce. Après son départ, Wei WuXian sortit aussi. Il se promena dans le Repaire des Nuages, et confirma que, comme il s’y attendait, sans le laissez-passer de jade, même en grimpant les murs blancs hauts de quelques zhangs, il serait immédiatement rejeté par la barrière, attirant immédiatement l’attention des patrouilles à proximité.

Wei WuXian n’eut d’autres choix que de retourner au jingshi.

Il n’avait jamais été du genre à s’inquiéter de quoi que ce soit, peu importe la situation. Il fit le tour du jingshi, les mains dans le dos, absolument certain que, tôt ou tard, il trouverait une solution. La senteur rafraîchissante du bois de santal était froide et pure. Cette odeur n’avait rien de sentimental, mais, à sa façon, elle parvenait à toucher une corde sensible chez ceux qui la sentait. N’ayant rien d’autre à faire, il laissa ses pensées vagabonder.

“Tiens, il se trouve que Lan Zhan sent la même odeur. Ses vêtements se sont sans doute imprégnés de ce parfum pendant qu’il jouait du guqin ou qu’il méditait ici.”

Après avoir songé à cela, il ne put s’empêcher de se rapprocher du brûloir à encens. En s’avançant, il se rendit compte que sous ses pieds, une latte du plancher était significativement différente des autres. Wei WuXian se pencha et se mit à tapoter ici et là, par curiosité. Dans sa vie précédente, il avait à d’innombrables reprises creusé des fosses, exhumé des tombes et révélé des crevasses cachées. Après un moment, il retourna une planche de bois.

Trouver un compartiment secret dans la chambre de Lan WangJi était déjà une grande surprise en soi pour Wei WuXian. Cependant, en voyant ce qu’il y avait à l’intérieur, il fut encore plus ébahi.

Une fois la planche de bois retirée, un arôme riche se diffusa dans l’air, indétectable auparavant quand il était mélangé au parfum de santal. Sept ou huit jarres noires étaient alignées dans un petit cellier carré.

Lan WangJi avait décidément bien changé : il s’était même mis à cacher de l’alcool!

Le Repaire des Nuages interdisait l’alcool. D’ailleurs, à cause de cette règle, ils avaient eu un petit combat lors de leur première rencontre. Lan WangJi avait fini par renverser une des jarres de “Sourire de l’Empereur” que Wei WuXian avait ramené de la ville de Gusu.

Après son départ de Gusu et son retour à Yunmeng, Wei WuXian n’avait plus jamais eu la chance de boire le “Sourire de l’Empereur” distillé exclusivement par les experts de Gusu. Il y avait pensé durant toute sa vie, se répétant encore et encore que dès qu’il en aurait l’occasion, il reviendrait y goûter. Mais l’occasion ne s’était jamais présenté. C’était bien ce fameux spiritueux qui était dissimulé ici : il n’avait même pas besoin d’ouvrir une jarre et d’y goûter, il pouvait reconnaître le Sourire de l’Empereur rien qu’à l’odeur. Il n’aurait jamais pensé trouver une planque à alcool dans la chambre d’une personne aussi scrupuleuse et abstinente que Lan WangJi. Le Karma s’était décidément surpassé avec cette réincarnation.

Pendant qu’il s’émerveillait de cette affaire, il avait déjà fini une jarre. Il avait une très bonne tolérance à l’alcool et aimait boire. Parvenant à la conclusion que Lan WangJi lui devait toujours une jarre de Sourire de l’Empereur et qu’il était grand temps de récupérer ses intérêts, il vida une autre jarre. Alors qu’il commençait tout juste à se sentir un peu éméché, une idée lui vint soudain en tête. Comment avait-il pu penser qu’il était compliqué d’obtenir le laissez-passer de jade? Dans le Repaire des Nuages, il y avait une source froide aux nombreuses vertus miraculeuses, à l’usage des cultivateurs de sexe masculin. Elle était réputée pour apaiser les cœurs, éclaircir les esprits, réprimer les feux malsains (9), et ainsi de suite. Quand il s’y était rendu jadis, il avait eu l’obligation de retirer ses vêtements. Une fois dévêtu, il n’y avait pas moyen de garder le laissez-passer sur soi, à moins de le garder dans la bouche, mais il n’en était de toute façon pas question.

Wei WuXian s’applaudit et finit la dernière gorgée d’alcool. Après avoir cherché, il ne trouva pas d’endroit où il pouvait se débarrasser des jarres, il les remplit donc d’eau claire et scella à nouveau leurs couvercles, avant de les placer dans le compartiment et de refermer ce dernier avec la planche de bois. Une fois cela fait, il partit en quête du laissez-passer de jade.

Le Repaire des Nuages avait été incendié juste avant la Campagne de la Chute du Soleil, mais les structures avaient été reconstruites à l’identique. Wei WuXian se déplaça de mémoire le long les chemins sinueux, et trouva rapidement la source froide, située dans un endroit calme et ombragé.

Les disciples chargés de surveiller la source froide étaient assez éloignés. Les cultivatrices se trouvaient dans un autre secteur du Repaire des Nuages, et ne se rendaient jamais à cette source. De toute façon, personne dans la secte Lan n’aurait eu l’impudence de venir épier ceux qui se baignaient. Par conséquent, la sécurité autour de la source n’était pas du tout stricte et était extrêmement aisée à déjouer, il était donc facile pour Wei WuXian d’y pénétrer et de se couvrir de honte. Comme par hasard, il y avait un ensemble de vêtements blancs sur un des rochers pâles derrière les herbes entrecroisées des eupatoires (10), ce qui signifiait qu’il y avait déjà quelqu’un.

L’ensemble était plié extrêmement soigneusement, à en donner la chair de poule. Cette œuvre ressemblait à un morceau de tofu immaculé — même le ruban frontal n’avait pas le moindre froissement. Wei WuXian était presque réticent à y mettre du désordre tandis qu’il tendait la main pour fouiller à la recherche du laissez-passer. Alors qu’il enjambait le bosquet d’eupatoires, son regard survola la source, et il se figea.

L’eau de la source froide était glaciale. Contrairement à une source chaude, il n’y avait pas de vapeur pour occulter la vue, il était donc possible de voir clairement la partie supérieure du corps de la personne qui lui faisait dos, debout au milieu de la source.

L’individu était plutôt grand. Sa peau était claire et ses cheveux noirs et mouillés étaient rassemblés sur le côté. La ligne de sa taille et de son dos était souple et gracieuse, mais avec une force contenue. En résumé, c’était une vraie beauté.

Cependant, Wei WuXian n’était absolument pas stupéfait et incapable de détourner les yeux parce qu’il regardait une beauté qui se baignait. Peu importe à quel point celui-ci était beau, il ne pouvait en aucun cas être réellement attiré par les hommes. Vraiment. C’était en fait ce qu’il y avait sur son dos qui le rendait incapable de tourner le regard.

Il y avait des dizaines de cicatrices entrecroisées.

C’était les cicatrices d’un fouet de discipline. Chaque secte possédait un type de fouet de discipline pour châtier les disciples ayant commis des fautes majeurs. Après la punition, les cicatrices ne disparaissaient jamais. Wei WuXian n’en avait jamais été victime lui-même, mais Jiang Cheng l’avait été. Même après de multiples tentatives désespérées, il n’avait pas réussi à atténuer le moins du monde la marque de disgrâce. C’est pour cela que Wei WuXian ne pourrait jamais oublier ce genre de cicatrices.

En temps normal, un ou deux coups de fouet de discipline étaient déjà une punition suffisante pour que le châtié s’en souvienne à vie, dissuadé à jamais de refaire un jour la même faute. La quantité de cicatrices sur le dos de cette personne s’élevait au moins à une trentaine. Mais quelle sorte de crime monstrueux avait-il pu commettre pour recevoir autant de coups de fouet? Et si son crime était vraiment si monstrueux, pourquoi ne l’avaient-ils pas simplement exécuté?

Au moment où il se fit cette réflexion, la personne dans la source froide se retourna. Sous sa clavicule, juste près du cœur, se trouvait l’empreinte claire d’une brûlure. À la vue de cette brûlure, le choc de Wei WuXian atteignit son apogée.

 


 

NdT :

En ce qui concerne les noms des personnages, je rappelle que vous pouvez à tout moment consulter la “fiche personnages” ici :

https://dragonflyfantrad.wordpress.com/2018/11/07/mdzs-sectes-clans-et-personnages/

(1) Le Repaire des Nuages : le nom de la résidence des Lan provient du dernier vers d’un poème de Jia Dao :  “尋隱者不遇 — Visite à l’ermite absent”, dont voici une traduction qui me plaît particulièrement :

http://handide.canalblog.com/archives/2009/02/14/12531106.html

(2) Lectures matinales : en Chine, il est d’usage que les étudiants passent leurs premières heures de classe à lire les leçons à voix haute pour mieux en mémoriser le contenu.

(3) Le Port aux Lotus : le nom de la résidence des Jiang est le titre d’un poème du célèbre artiste Wang Wei “ 莲花坞 — Le port aux fleurs de lotus / Les bassins aux fleurs de lotus ” dont la seule traduction française que j’ai pu trouver en ligne est ici :

https://arbrealettres.wordpress.com/2018/04/12/les-bassins-aux-fleurs-de-lotus-wang-wei/

(4) Xiao : il s’agit d’une flûte droite. Petite précision un peu tardive : la flûte de Wei WuXian est une flûte traversière de type dizi.

(5) Deux Jades : expression décrivant deux personnes exceptionnellement talentueuses dans un domaine et d’un niveau équivalent en général.

(6) “… invoquant les vents et contrôlant la pluie” : proverbe signifiant qu’une personne est extrêmement puissante, au point de pouvoir faire absolument tout ce qu’elle veut.

(7) Frères jurés : ou “frères par serment”. C’est exactement ce que ça veut dire : deux personnes sans aucuns liens de sang prêtent un serment par lequel ils deviennent désormais frères. AfterWar appelle ça un “mariage bromantique”.

(NB : pour celles et ceux qui se poseraient la question, l’auteure a bien précisé qu’à l’exception de Wei WuXian et Lan WangJi qui sont respectivement bi et gay, les autres personnages sont a priori hétéros. Évidemment ça n’empêche pas certains fans de “shipper” tout ce qui bouge, alors donnez-vous en à cœur joie si vous vous sentez inspiré-e-s… )

(8) Jingshi : littéralement “pièce/chambre calme”

(9) “… réprimer les feux malsains” : la traductrice en anglais pense que cela pourrait être une référence à la médecine Chinoise, ou bien une insinuation à caractère érotique, Wei WuXian jouant alors sur le double-sens de cette expression. Allez savoir…

(10) Eupatoires : “eupatorium grasses” dans le texte anglais. Je ne suis pas certaine de quelle variété exacte il s’agit puisque les plantes eupatoires semblent être un groupe assez large en botanique, mais je pencherai plus pour l’eupatorium fortunei, une plante souvent utilisée en médecine chinoise. Ci-dessous, deux photos d’eupatorium fortunei, le premier en bosquet, le second en fleurs.

<>
Traduit par la team : Dragonfly Fantrad