Flux RSS

Monster no Goshujin-sama

Traduit par la team : Novel de Glace
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 2 Chapitre 33 – Une catastrophe ②


L’apparition soudaine de la fille avait fait que tous ceux qui étaient présents retenaient leur souffle. Je n’étais pas une exception. Au contraire, j’étais probablement le plus choqué de tous.

La fille tenait une épée mince avec un design exquis. Je supposais que c’était ce qui avait déchiré les cinq chenilles qui nous avaient attaqués. Cependant, à la toute fin, cela était resté simplement une conjecture. Même si j’avais été présent, je ne pouvais pas comprendre comment elle avait triomphé des chenilles vertes. C’était incroyable. J’avais acquis la compétence pour améliorer mes capacités physiques en utilisant la magie, et puisque les organes sensoriels étaient également renforcés, il ne serait pas difficile de saisir le mouvement de tout adversaire qui était au même niveau qu’un Croc de Feu. Bien que voir un mouvement et être capable de réagir à ce mouvement étaient des problèmes distincts, car les sens des humains étaient généralement bien meilleurs que les fonctions physiques. Si Gerbera était mon adversaire, je ne serais pas capable de réagir à temps, mais je pouvais encore voir ses mouvements. Mais, il n’était pas exagéré de dire que je ne pouvais pas voir du tout le mouvement de la fille en face de moi. À l’instant où j’avais repéré une silhouette sombre en mouvement, tout était déjà fini. Elle était incroyablement rapide, et même plus que Gerbera. C’était impossible. C’était incompréhensible. La seule explication possible était que nous existions dans différents axes temporels. Bien que, grâce à sa force incroyable seule, je pouvais savoir qui elle était.

« ... Elle possède une capacité, » murmurai-je.

Au moment où ces mots s’échappaient de mes lèvres, elle avait souri et son expression s’était considérablement adoucie. C’était un sourire tellement attirant que même quelqu’un comme moi, qui étais déjà habitué au sourire de Lily, en était presque ravi.

« Hé, Eno. N’est-ce pas sans cœur que tu ne fais que te montrer cool là-bas ? » Une voix de plainte dirigée contre elle m’avait incité à me tourner vers sa source.

Un groupe armé, composé de deux garçons en uniformes scolaires, pouvait être vu venant de la direction de la forteresse. Le premier gars tenait deux épées droites, une dans chaque main, tandis que l’autre brandissait un bâton de combat accrocheur, incrusté de joyaux à l’allure voyante.

« Je ne pouvais pas faire autre chose puisque c’était une urgence. Vous êtes trop lent et je peux avancer plus vite que vous deux, » la jeune fille avait remis son épée mince dans son fourreau alors qu’elle leur répondait avec un léger sourire.

« Ne dis-tu pas que nous sommes comme des tortues par rapport à toi ? » répliqua l’un des deux garçons.

Alors que tous les deux s’engageaient facilement dans la conversation, tous les yeux étaient fixés sur eux, vu leur apparence abrupte. C’était inévitable puisque la scène que nous avions vue plus tôt nous avait laissé une énorme stupeur. Cependant, à mi-chemin de leur conversation, ils avaient soudainement pris conscience des regards choqués sur nos visages.

« Plus importants encore, Juumonji-kun, nous allons d’abord nous présenter. Tout le monde semble être abasourdi, » déclara la fille.

« Ah. Maintenant que tu le dis, tu as raison, » répondit Juumonji.

En entendant ce que la fille avait dit, le garçon qui portait deux épées droites avait hoché la tête et nous avait regardés. On pourrait vraiment dire qu’il affichait l’aura d’un sportif en raison de sa grande taille et son corps robuste et massif.

« Ravi de vous rencontrer. Je m’appelle Juumonji Tatsuya. Et, ces personnes-là sont Eno Yuna et Watanabe Yoshiki. Nous appartenons tous à l’Unité Expéditionnaire, » déclara-t-il.

Quand il les avait désignés avec ses yeux, Eno Yuna, la fille qui avait facilement vaincu les chenilles, avait eu l’air un peu timide en haussant les épaules et en agitant légèrement la main. Au même moment, l’autre homme, Watanabe, de petite taille, avait levé son bâton de combat en guise de réponse.

« Il semble que tout le monde a réussi à échapper à la forêt en toute sécurité. Je suis heureux, » continua-t-il. « Et je voudrais transmettre mes remerciements à tous les chevaliers pour avoir accepté notre demande. Merci à vous tous, nous avons toujours nos camarades de classe avec nous. »

... Voilà qui explique certaines choses.

J’avais enfin compris la situation. Le nom, Eno Yuna, m’avait semblé familier. Il y avait beaucoup de différents types de détenteurs de capacité de type guerrier qui excellaient dans la magie et les compétences physiques par rapport à ceux avec d’autres capacités uniques, mais sans capacité de combat comme moi. Cependant, il y avait une exception. Un groupe, qui comptait moins de dix personnes, possédait de manière inattendue les deux types de capacités, et Eno Yuna était l’un d’entre eux.

... Eno Yuna la « Skanda [1] ».

Elle était largement connue même parmi ceux qui étaient restés dans la colonie en raison de sa vitesse. Cette fille était incroyablement rapide. D’après ce que j’avais compris, il n’y avait personne qui pouvait égaler sa vitesse même parmi ceux qui possédaient des capacités spéciales dans l’Unité Expéditionnaire. Après l’avoir confirmé de mes propres yeux, c’était sans doute vrai que sa vitesse était écrasante. En raison de sa popularité, la nouvelle qu’elle avait rejoint la première Unité Expéditionnaire composée principalement de membres d’élite avait atteint mes oreilles même si j’étais du groupe de la colonie.

La première Unité Expéditionnaire.

L’équipe composée de ceux qui avaient des capacités avait quitté la colonie pour se diriger vers l’est afin d’acquérir des informations sur ce monde. En conséquence, la force de l’Unité Expéditionnaire restante stationnée dans la colonie s’était affaiblie, causant l’effondrement de la colonie. Cependant, ce premier Unité Expéditionnaire partie pour cette mission semblait avoir pris contact avec les habitants de ce monde comme prévu.

Silane avait mentionné que ce n’était pas une coïncidence si elle avait fini par héberger ces étudiants et qu’elle avait reçu une demande pour les protéger parce qu’il y avait une possibilité qu’il y ait des survivants. En d’autres termes, ceux qui avaient fait la demande étaient la première Unité Expéditionnaire se tenant devant nous, et ils avaient aussi sauvé la vie de tous les étudiants ici. Même dans l’incident précédent, ils avaient supprimé la menace pour les étudiants en éliminant les monstres attaquants. Il n’y avait aucun scrupule à ce sujet. Tous ces événements étaient survenus seulement parce que ceux qui possédaient le pouvoir utilisaient leurs capacités pour le bien.

« Je suis ravi de pouvoir rencontrer tout le monde ici, » déclara Juumonji. « Il n’y a plus rien à craindre à partir de maintenant. Tant que nous sommes ici, tout ira bien. »

La phrase que Juumonji venait de dire avait montré sa conviction en tant que personne qui protégerait ses proches. Même si leur comportement était différent, ces trois membres de l’Unité Expéditionnaire regorgeaient d’une certaine confiance. Ils avaient foi en leurs propres force, but et existence. C’était comme s’ils étaient des héros qui vivaient dans l’histoire.

C’était risible. Il n’y avait aucune chance que cela soit possible. Il n’y avait aucune chance qu’ils soient des héros. Ils étaient juste des étudiants. Ils étaient simplement de jeunes adolescents comme nous.

« Vous pouvez simplement nous laisser nous charger de tout. Soyez rassuré et reposez-vous, » continua-t-il.

Le fait de dire toutes ces choses ne me rassurerait pas du tout. En premier lieu, l’événement tragique qui avait conduit à l’effondrement de la Colonie était dû au fait que la Colonie avait tout confié à la première Unité Expéditionnaire. Je n’oublierais pas cet enfer. Je n’avais jamais oublié ça. Les coupables de cet événement étaient ces trois personnes en face de moi, qui possédaient également des capacités spéciales. Il n’y avait aucune chance qu’ils pourraient être des saints. Ils étaient un groupe de jeunes personnes dégoûtantes et immatures qui étaient peut-être poussées par la cupidité.

Et pourtant, que se passait-il ici ?

Il n’y avait aucun besoin particulier de regarder autour de soi puisque l’atmosphère ici avait confirmé que tout le monde adorait ces trois héros. Ils avaient baissé leur garde et s’étaient relâchés depuis que le malheur était fini et ces trois membres allaient soi-disant éliminer tous les dangers pour toujours. Il ne semblait pas que les étudiants ou les chevaliers doutaient de ce que ces individus de l’Unité Expéditionnaire avaient dit. Tout le monde semblait croire en eux, sauf une personne.

Il y avait vraiment quelque chose. Quelque chose n’allait pas. Il y avait des incohérences et des divergences dans ces événements. Ou bien pourrait-il y avoir quelque chose qui ne va pas avec moi ?

« Majima-kun, » Lily avait prononcé mon nom avec anxiété.

À ce moment, la chaleur qui émanait d’elle alors qu’elle se tenait près de moi était la seule chose qui confirmait ma santé mentale.

***

Nous avions ensuite été conduits à la forteresse en tant qu’étudiants sous leur protection. Les trois personnes de l’Unité Expéditionnaire avaient quelque chose à discuter avec Silane, alors ils s’étaient séparés de nous. Après la séparation avec les chevaliers, seuls les étudiants avaient été escortés dans leurs chambres. Celui qui nous avait guidés à travers un passage avec des briques rougeâtres était un homme vêtu d’un équipement différent de celui des chevaliers. C’était une armure qui avait simplement pour but de protéger son corps avec un bouclier rond semblable au mien. Je ne l’avais aperçu que lorsque nous nous dirigions vers notre destination, mais il semblait porter une lance qui ressemblait à celles portées par des sentinelles qui suggéraient peut-être qu’il venait d’une autre unité.

Même si on nous avait dit que nous pouvions tous avoir nos propres chambres, j’avais décidé de rester dans la même chambre que Lily. Prenant en compte notre sécurité, c’était un choix évident pour nous. Cependant, peut-être parce que les autres étudiants se sentaient aussi anxieux après leur arrivée dans un endroit totalement inconnu, il y en avait qui avaient demandé à partager les chambres avec quelques autres personnes, alors c’était une chance que nous ne nous distinguions pas à cause de ça.

La chambre jusqu’à laquelle nous avions été escortés était simplement meublée avec seulement deux lits et un bureau. Il y avait aussi une seule fenêtre encadrée en bois, mais ce qui m’avait surpris était le dispositif d’éclairage qui était installé sur le mur. En y regardant de plus près, j’avais réalisé que ce n’était ni un type de lumière électrique ni une torche, mais une sorte d’objet avec une gemme de la taille d’un poing à l’intérieur. La gemme elle-même semblait émettre de la lumière, même si je ne savais pas quelle théorie était derrière. Était-ce un appareil magique ? Il semblerait que ce monde avait développé un niveau de technologie très différent de notre monde.

Au moment où j’avais fini d’inspecter la pièce, l’homme, qui nous avait guidés plus tôt, était revenu une fois de plus avec une bassine d’eau, de tissu et de vêtements. Probablement parce qu’il savait que nous venions d’un monde différent, il avait l’air nerveux. Après nous avoir dit qu’ils allaient organiser un banquet pour accueillir toutes les personnes qui étaient arrivées aujourd’hui, et qu’il y aurait quelqu’un qui viendrait nous informer une fois que tout serait prêt, l’homme était parti.

Une fois que j’avais fini d’essuyer mon corps avec le chiffon humide et lavé mon maillot, je m’étais changé avec les vêtements fournis. Ce nouvel ensemble de vêtements se composait d’une chemise à manches longues de couleur indigo et d’une paire de pantalons. Il semblait que ces tenues étaient cousues pour les hommes les plus musclés dans cette forteresse, donc ils étaient assez grands. Comme Lily était plutôt mince, elle semblait porter une tunique. Pour être honnête, ils n’étaient pas vraiment confortables. C’était peut-être la raison pour laquelle ceux de l’Unité Expéditionnaire portaient encore leur uniforme scolaire même après être arrivés ici. Mes vêtements qui avaient été faits par Gerbera me manquaient vraiment, mais cela ne servait à rien de s’en plaindre. Après avoir changé dans mes nouveaux vêtements, j’avais également remarqué que ma peau était irritée par la texture du tissu. J’avais retroussé mes manches et attaché la ceinture qui était fournie autour de ma taille. Comme ils m’avaient laissé mes armes, je les avais portés sur mes vêtements.

Après avoir jeté un coup d’œil final, je m’étais assis sur l’un des deux lits et j’avais poussé un soupir. Tout s’était si bien déroulé jusqu’à maintenant que c’était effrayant. Cela m’avait fait me sentir idiot d’en avoir trop réfléchi et d’avoir fait tant de préparatifs. Cependant, je savais que la raison pour laquelle je n’étais pas capable de me sentir heureux était parce que je sentais que quelque chose n’allait pas dans la situation.

« Êtes-vous fatigué, Maître ? » Lily, qui avait soigneusement inspecté la pièce, se tenait devant moi et regardait mon visage.

« ... Ne m’appelle pas Maître ici. Nous ne savons pas qui pourrait être à l’écoute, » dis-je.

« Tant que je garde ma voix basse, ça devrait aller, car cette pièce semble assez insonorisée, » répondit Lily. « C’est exactement l’endroit où nous pouvons laisser Ayame se promener librement, n’est-ce pas ? »

« C’est vrai, » dis-je.

En entendant ma réponse, Lily baissa la fermeture éclair de son maillot, révélant sa poitrine. Une partie de son corps s’était lentement transformé en un état semi-liquide, révélant un grand creux où Ayame était recroquevillé à l’intérieur. Lentement, Ayame avait levé la tête. Si cette pièce était surveillée par quelqu’un, tous nos secrets auraient été révélés en même temps, mais je pensais probablement trop. Cependant, pour quelqu’un comme moi qui n’avait aucune connaissance de la magie, il était impossible de dire si quelqu’un utilisait des enchantements pour surveiller cette pièce. Au moment où cette pensée m’avait traversé l’esprit, j’avais recommencé à avoir des doutes. Je me demandais s’il était sûr de cacher Ayame sous le maillot de Lily.

« ... Je comprends, Lily. Soyons comme d’habitude quand nous sommes seuls, » dis-je.

« D’accord, » répondit Lily.

Ayame, qui attendait notre conversation pour savoir quoi faire, sauta par terre et vint vers moi alors que je me couchais sur le lit. Il semblait qu’elle essayait d’attirer mon attention alors qu’elle remuait sa queue pelucheuse qui était aussi grande que son corps. Quand j’avais étendu ma main et avais gratté sous son menton, elle avait gardé ses yeux fermés, semblant contente. Quand j’avais retiré ma main malicieusement, elle avait commencé à me gratter les mains avec ses pieds antérieurs. Cela ne lui faisait pas de mal, car ses griffes n’étaient pas vraiment tranchantes. Comme elle avait insisté, j’avais commencé à la caresser à nouveau dans la direction de la fourrure, ou parfois à l’envers. La fourrure d’Ayame était douce. Elle se lavait régulièrement, et la douceur de sa fourrure était probablement due au toilettage fréquent de Gerbera de sa fourrure en utilisant le peigne que Rose avait fait. Au moment où j’arrêterais de la caresser, elle commencerait à se gratter contre ma main. Et si je ne prêtais pas attention à elle, elle tiendrait ma main vers elle avec force. C’était un geste si désespéré que ça semblait apaisant de la regarder. Alors qu’elle grognait en montrant qu’elle était malheureuse, j’avais décidé d’arrêter de la taquiner. Pendant ce temps, j’avais également retiré le bandage de ma main gauche, révélant Asarina, qui avait commencé à grandir et à s’enrouler autour d’Ayame.

« Maître, » déclara Lily.

Pendant que je regardais les deux jeunes jouer ensemble, Lily, qui avait fini de changer ses vêtements, s’était accrochée à mon bras. Un sourire malicieux était gravé sur son visage alors qu’elle touchait ma joue d’une manière qui ressemblait à un petit oiseau picorant sa nourriture. C’était comme si un renard me jouait une espièglerie afin d’attirer mon attention. J’avais perçu ce qu’elle voulait, alors j’avais décidé de parler.

« Pourrais-tu me prêter une oreille pendant une minute ? » demandai-je.

« Bien sûr, » répondit-elle.

J’avais décidé de raconter à Lily tous les sentiments que j’avais éprouvés depuis que j’avais rejoint ce groupe d’humains. Lily, d’un autre côté, m’écoutait sérieusement du début jusqu’à la fin. Comme j’énonçais mes pensées, j’étais également capable d’organiser la situation. Une fois mes pensées réunies, je lui avais dit que je ressentais de l’inconfort parce que, « Bref, tout le monde ici est trop confiant. »

À l’inverse du point de vue de Silane, quiconque venait d’un autre monde, comme nous, était supposé être un étranger suspect, donc il n’y aurait dû avoir aucune raison pour qu’elle croie en nous. En premier lieu, même s’ils avaient risqué leur vie en traversant une forêt si dangereuse pour secourir les étudiants à la demande de l’Unité Expéditionnaire, ils n’avaient en réalité aucune obligation de répondre à cette demande. La même chose pourrait également être dite pour ces étudiants. Ils auraient dû savoir ce qui s’était passé à la Colonie, et pourtant ils avaient encore accepté ces trois personnes si facilement. C’était comme si tous ne savaient pas se méfier de quelqu’un et nous acceptaient facilement.

« C’est certainement étrange, » après avoir écouté mon histoire, Lily était d’accord avec mon opinion. « Comme le Maître l’a dit, quelque chose ne va vraiment pas bien dans cette situation. Je pense qu’il y a probablement des circonstances que nous ne connaissons pas. »

« Si c’est le cas, nous devrons en parler à Silane-san, » dis-je.

« Oui, c’est exact. Mais..., » Lily hocha la tête en signe d’accord, mais il semblait qu’il y avait quelque chose qu’elle hésitait à dire. « Est-ce que c’est une mauvaise chose pour nous ? »

« Hein !? » m’exclamai-je.

La question de Lily m’avait fait réaliser quelque chose auquel je n’avais pas pensé auparavant.

« Comme le Maître l’a dit, ils font trop confiance, mais n’est-ce pas quelque chose qui nous convient ? » demanda-t-elle. « En fait, tout va bien jusqu’à présent, n’est-ce pas ? »

« C’est..., » commençai-je.

« Puisque nous ne savons pas s’ils ont des arrière-pensées, il est nécessaire pour nous d’enquêter sur cette situation, juste au cas où, » continua Lily. « Mais ce n’est pas ce dont le Maître s’inquiète, n’est-ce pas ? »

J’étais à court de mots quand je regardais Lily, qui me regardait de son côté en penchant la tête. Ce que Lily avait dit était dans le mile. Franchement, puisque tout se passait bien, je devrais être heureux. Douter de ce qui se passait dans les coulisses était un problème différent. Malgré ces deux révélations, je n’étais toujours pas content.

« À mon avis, il m’a semblé que le Maître était choqué par le fait que quelque chose ne tournait pas..., » déclara Lily en me regardant.

À ce moment-là, le bruit de coups résonna dans la pièce.

Notes
  • 1 Skanda : La divinité gardienne aux pieds rapides.
***
<>
Traduit par la team : Novel de Glace