Flux RSS

Panlong

Traduit par la team : L'Empire des Novels
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 8 Chapitre 215 – Changement de plan

Traduit et édité par Kayorko et Zareik
Édité par MissX


À l’intérieur de la cour du manoir de Linley.

– Boss, à l’instant, lorsque je suis passé par les tunnels et que j’ai regardé dehors, j’ai vu cinq hommes partir avec cette Danlan machin. Les yeux de Bébé brillaient d’une lumière de colère. Cette mauvaise femme ! Elle a définitivement de mauvaises intentions.

Linley rit calmement.

– Pas besoin de trop y penser. Cette fille était définitivement quelqu’un que l’église avait envoyé pour me tuer. Tout à l’heure, si je l’avais pourchassée, j’aurais probablement été immédiatement attaqué, voire tué, par les cinq personnes qui s’étaient tenues en embuscade. Si elle n’avait pas déjà décidé de me tuer depuis longtemps, alors pourquoi se serait-elle arrangée pour que des personnes se tiennent en embuscade à la sortie ? Qui plus est, je n’ai absolument pas pu sentir l’aura de ses personnes.

Le fait qu’il n’ait pas été capable de détecter la présence des personnes cachées dehors ne pouvait signifier qu’une seule chose. Ces cinq hommes étaient définitivement des experts qui n’étaient pas plus faibles que lui.

– Boss, que devrions-nous faire alors ? Transmit mentalement Haeru.

D’une pensée, Linley sortit son épée en adamantine de son anneau inter-spatial.

– Que devrions-nous faire ? Nous n’avons pas besoin de nous occuper d’eux. Lorsque Jenne arrivera, je l’emmènerai immédiatement loin d’ici. S’ils nous suivent, je les tuerai. Aussi simple que ça.

Tant qu’il n’était pas pris par surprise et qu’il avait le temps de prendre sa forme de Corps de Dragon, Linley avait confiance dans sa capacité à s’occuper même d’un expert au début du niveau Saint avec son épée d’adamantine en main.

Quelques minutes plus tard.

– Grand frère Ley. Une voix familière résonna.

– Entrez. Linley sourit tout en se levant pour aller ouvrir la porte de son manoir. Jenne et Keane apparurent.

Keane regarda Linley en soupirant.

– Grand frère Ley, on a encore une fois failli abuser de ma sœur. Heureusement, j’avais été prudent et j’avais préparé des personnes pour garder sa chambre.

– Failli abuser de ta sœur ? Linley regarda Jenne.

Celle-ci secoua la tête et sourit.

– Ce n’est rien. C’est juste Albert, le successeur désigné de notre clan. La nuit dernière, il a essayé de rentrer secrètement dans ma chambre. Heureusement, Keane avait pris des mesures de précaution. Albert n’a pas osé pousser trop loin. Il y a, après tout, beaucoup de monde dans le château pour la réunion du clan.

– Albert a toujours eu de mauvaises intentions à ton égard. Je ne veux pas être pris par surprise par lui. Même si à cause de cela, je pourrai ne plus être gouverneur, et alors ? Cela m’importe peu, je ne permettrai à personne d’abuser de toi impunément, dit solennellement Keane.

Jenne, qui avait été touchée par les mots de son jeune frère, le regarda.

Linley regarda aussi Keane avec approbation.

– Jenne, quand dans le futur, tu suivras grand frère Ley, tu devrais prendre soin de toi, toi-même. Les yeux de Keane commençaient à devenir rouges. Mais tant que tu seras avec grand frère Ley, je ne suis pas trop inquiet pour toi.

Lyndin se trouvait non loin de l’hôtel, et avait vu Jenne et son jeune frère entrer.

– Asseyons-nous non-loin et reposons-nous pour le moment. Mais gardons un œil sur ce qu’il se passe en même temps. Lorsque Jenne et Keane repartirons, nous les suivrons.

Ses cinq subordonnés hochèrent la tête avant de la suivre jusqu’à un espace de détente de l’hôtel.

À peine une minute plus tard, Albert arriva avec une dizaine de personne dans le même hôtel.

– Est-ce ici ? demanda Albert à l’un de ses hommes.

– Oui, jeune maître. Miss Jenne vient d’entrer dans cette résidence. En entendant cela, Albert acquiesça. Vas enquêter et trouve-moi qui est le sal**d que Jenne aime.

Tout en parlant, Albert frotta le bleu qui était visible sur son visage.

La nuit dernière, il avait été vraiment misérable.

Il savait que Jenne était une mage du troisième rang, mais il était lui-même un guerrier du quatrième, cela ne l’avait donc pas inquiété. Il avait prévu de se faufiler pendant son sommeil et de la prendre par surprise pour profiter de son corps. Cela n’aurait pas dû être trop dur. Il s’y était donc rendu en silence, tard dans la nuit.

Mais qui aurait deviné qu’à l’intérieur de sa chambre, elle avait aussi une garde !

Et qui plus est, qu’il y aurait aussi des gardes cachés à l’extérieur de la pièce.

Lui, LE successeur désigné du grand clan Jacques, avait été jeté dehors, comme une veille chemise sale, par la garde. Heureusement, Jenne et la garde savaient qui il était et n’avaient donc pas osé le tuer. Jenne lui avait aussi dit d’abandonner parce que dans le futur, elle voyagerait aux quatre coins de la terre aux côtés de l’homme qu’elle aimait.

– Se pourrait-il qu’elle compte voyager autour du monde avec ce mystérieux expert du neuvième rang ? Le cœur d’Albert était rempli d’une rage difficilement contenue.

– Asseyons-nous ici un instant. Prenons de la nourriture et attendons, annonça Albert.

Albert mena sa troupe d’hommes à l’intérieur de l’hôtel Nile aussi. Mais dès que le fumant Albert entra dans l’hôtel, ses yeux s’illuminèrent immédiatement lorsqu’il vit qui était à l’intérieur.

Albert fixait, bouche béante, Lyndin.

– Cette beauté est aussi délicieuse qu’un ange, soupira intérieurement Albert.

Albert était assez difficile. Il s’était déjà lassé des beautés ordinaires. Mais Lyndin était réellement une extraordinaire beauté. Non seulement son visage était exquis, mais elle avait aussi cette aura froide autour d’elle qui attirait le regard.

Lyndin, qui ne jouait plus un rôle, était retournée entièrement à son tempérament normal.

Plus une femme semblait pure et divine, plus Albert la désirait. Il se sentait alors extrêmement satisfait quand il réussissait enfin à s’introduire entre les cuisses d’une telle femme.

– Belle demoiselle, votre humble serviteur est nommé Albert Jacques. Je suis très heureux de vous rencontrer. Albert s’approcha tout en s’introduisant modestement.

Lyndin lui jeta un coup d’œil avant de l’ignorer totalement.

– Barre-toi, cracha l’un des hommes qui se trouvait à côté d’elle.

– Tu veux mourir ? Le garde qui se trouvait derrière Albert sortit immédiatement son arme tout en dévisageant froidement celui qui venait de parler.

[Partie 1]

Cette fois Albert avait été très précautionneux. Il savait que le protecteur de Jenne était un guerrier du neuvième rang et il avait donc amené avec lui des experts. L’un d’entre eux, un guerrier du neuvième rang, était l’un des disciples de son arrière-grand-père, McKenzie.

– Jacques ? Lyndin se tourna soudainement pour le regarder. Ce n’était que maintenant qu’elle accordait un peu d’attention au lignage du bouffon qui se tenait devant elle.

– En effet, sourit fièrement Albert.

L’un des serviteurs d’Albert dit avec arrogance,

– Le jeune maître est le successeur désigné du clan. Et votre groupe ose être impoli envers notre jeune maître ?

La province administrative du Nord-Ouest était le domaine de leur clan. Et Albert, qui en était le successeur désigné, avait donc tous les droits d’agir de manière aussi autoritaire.

– Albert. Un des hommes qui se tenait derrière Albert dit doucement : aucun de ces six n’est faible. Il est très probable que ce soient tous des guerriers du huitième rang, voire même du neuvième.

Albert fut momentanément abasourdi.

Lyndin choisit ce moment pour se lever en souriant.

– Jeune maître Albert, bonjour. Je suis venu ici avec mes cinq co-disciples pour chercher un homme que nous désirons tuer.

– Cinq co-disciples ? Qui est votre maître ? demanda le garde qui avait parlé plus tôt à Albert.

– L’épée Sainte Monolithique, Haydson, dit Lyndin.

Toute la troupe d’Albert fut choquée.

– Jeune maître. Un serviteur d’Albert arriva en courant. Jeune maître, j’ai des nouvelles informations. L’homme que Miss Jenne est venue rencontrer ici est enregistré sous le nom de « Ley ».

– « Ley » ? Albert fronça les sourcils.

– Jamais entendu parler de lui. Albert se tourna vers le plus fort des experts qu’il avait amené avec lui. Oncle Slan [Si’lan], es-tu confiant dans ta capacité à t’occuper de lui ?

L’homme répondant au nom de Slan fronça les sourcils.

En entendant cela, le cœur de Lyndin fut soudainement réveillé.

– Jeune maître Albert, se pourrait-il que vous en vouliez à cet homme nommé Ley ? Rit Lyndin.

Albert la regarda avec surprise.

– Et alors ?

– Mes cinq co-apprentis et moi-même sommes justement ici pour nous occuper de lui, sourit Lyndin.

Albert fut immédiatement extatique. Il voulait absolument développer une relation plus étroite avec cette pure et sainte beauté, et cela lui donnerait une excellente opportunité.

– Peut-être que je peux non seulement tuer ce Ley et prendre Jenne tout en récupérant cette beauté en même temps. Le cœur d’Albert se mit à accélérer. La beauté de Lyndin n’était en rien inférieure à celle de Jenne, elle était même en fait supérieure.

Albert sourit.

– C’est merveilleux. Nous allons tous pouvoir combiner nos forces alors. Quel est votre nom ?

– Je m’appelle Danlan. Lyndin reprit le faux nom qu’elle avait donné à Linley.

– Belle demoiselle Danlan, votre maître, le Seigneur Haydson, a, par le passé, rendu visite à notre clan Jacques plusieurs fois. Une fois, il a même passé un mois entier avec mon arrière-grand-père, dit Albert qui tentait de leur trouver une connexion encore plus proche.

– Oh ? Lyndin sembla légèrement surprise.

– En effet. Albert regarda alors les cinq hommes derrière Lyndin. Vos gens sont-ils confiants dans leur capacité à s’occuper de ce Ley ?

– N’avez-vous pas foi dans les disciples de mon maître ? dit Lyndin, d’une voix légèrement irritée. Le froncement de sourcil de Lyndin, qui apparaissait lorsqu’elle était en colère, ne faisait que la rendre encore plus hypnotique. Albert pouvait quasiment sentir son cœur prêt à exploser.

C’est à cet instant que les personnes qui surveillaient Jenne revinrent, essoufflées.

– Jeune maître, mauvaise nouvelle ! Ce Ley a pris Miss Jenne avec lui et s’est séparé du jeune maître Keane. Ils viennent de sortir de la cour. Il semblerait qu’ils soient prêts à partir.

Albert bondit immédiatement sur ses pieds.

Toutes les personnes présentes se mirent à regarder par la fenêtre. En effet, Jenne suivait Linley dans une rue qui semblait se diriger vers l’extérieur de la ville.

Quant à Keane, son groupe avait pris une route différente. Les deux agitèrent même la main pour se souhaiter un adieu.

– Elle s’en va ? Jenne s’en va réellement avec ce Ley ?

Le visage de Lyndin changea et elle fut momentanément troublée.

La stratégie qu’elle avait planifiée venait d’être ruinée par le soudain départ de Linley en compagnie de Jenne. Elle ne s’était pas attendue à ce que Jenne parte avec Linley. Celle-ci avait, après tout, vécue avec Keane pendant toutes ces années.

– Jenne s’en va réellement avec ce bâtard ? Il semblerait que ces deux-là aient vraiment prévu d’aller parcourir le monde ensemble. Albert bouillait intérieurement. Mes hommes, à moi, rassemblez-vous !

– Ne sois pas trop pressé. Les yeux de Lyndin s’illuminèrent et elle l’interrompit immédiatement.

Albert la regarda avec interrogation. Lyndin savait maintenant, avec le départ de Linley et Jenne, que son plan précédent était complètement inutile.

Mais il y avait un autre moyen.

– Albert, envoi des personnes les suivre. Une fois qu’ils auront quitté la ville, nous chevaucherons des chevaux pour les suivre. Une fois complètement à l’extérieur…. Mes co-disciples et moi le tuerons, dit Lyndin avec un air de confiance.

Une fois hors de la ville, il était très probable que McKenzie n’arriverait qu’une fois qu’ils auraient tué Linley.

– Oh ? Albert était ravi. S’il n’avait même pas à agir, il n’en serait, évidemment, que plus heureux.

– Que dites-vous de cela ? Une fois qu’ils auront quitté la ville, envoyez une troupe de cavaliers derrière eux. Moi-même et mes cinq compagnons rejoindrons cette troupe afin que ce Ley ne nous remarque pas immédiatement. Lorsque le moment sera venu, alors… Lyndin rit froidement.

Ils le prendraient pas surprise en apparaissant soudainement au milieu de la troupe de cavaliers et emprisonneraient Linley à l’intérieur de leur Formation de Combat des Anges.

Ils tueraient ainsi Linley en quelques instants.

Une fois que leur formation serait mise en place avec succès, ils avaient quasiment 100% de chance de tuer Linley. Après tout, lorsque les Anges mettaient en place leur formation, même sans tout donner, ils pouvaient tuer des experts du début du niveau Saint. S’ils décidaient cependant d’utiliser jusqu’à la dernière parcelle de leur puissance et de laisser leur corps se déchirer, alors même un combattant au milieu du niveau Saint pouvait succomber sous leurs coups.

– Pas de problème. Albert frappa sa poitrine et accepta.

Lyndin et sa troupe étaient tout sourire tandis qu’Albert souriait aussi d’un sourire radieux.

.

À l’extérieur de la ville.

Jenne était sur le dos de la panthère noire tandis que Linley trottinait à côté, aussi gracieusement et tranquillement que le vent. Tout en avançant, Linley discutait avec Jenne.

Le visage de Jenne était rempli d’une lueur de réel bonheur. Tant qu’elle pourrait voir souvent Linley et discuter avec lui, elle se sentirait vraiment heureuse et chanceuse.

– Jenne, dans quelques minutes il faudra que tu fasses attention, dit soudainement Linley.

– Pourquoi ? Jenne était quelque peu surprise.

Linley dit nonchalamment,

– Il y a une troupe de cavaliers qui nous suit. Une pointe d’intention meurtrière était présente dans les yeux de Linley. Leur troupe était très probablement liée à l’Église de Lumière.

– Ça va être l’occasion de tester réellement le pouvoir de mes Ondes Centuples. Linley continuait d’avancer à leur vitesse actuelle, sans accélérer, de manière intentionnelle afin de laisser à la troupe une chance de le rattraper.

<>
Traduit par la team : L'Empire des Novels