Flux RSS

Panlong

Traduit par la team : L'Empire des Novels
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 9 Chapitre 264 – La crise de Reynolds

Traduit et édité par Kayorko et Zareik
Édité par MissX et Strike
Vérifié par Lwienlin et MissZareik


        Parmi les cinq frères, Barker, Ankh, Boone, et Gates avaient tous atteint le neuvième rang. Après s’être transformés, ils possédaient donc le pouvoir d’un Saint. Quant au troisième frère, Hazer, il n’était qu’à un petit pas du neuvième rang et pouvait y percer à n’importe quel moment. Des cinq, Barker, Gates, et Hazer avaient déjà maîtrisé l’art de « manier quelque chose de lourd comme s’il était léger ».

– Après le grand mariage de mon frère, nous partirons vers les Terres Chaotiques. Avec l’aide de Barker et de ses frères, les choses vont être beaucoup plus simples. Les yeux de Linley brillaient d’une lueur non dissimulée.

Linley était extrêmement excité et était pressé de commencer sa nouvelle aventure dans les Terres Chaotiques, où il pourrait se battre contre l’Église de Lumière.

Mis à part pour la merveilleuse surprise de Boone atteignant le neuvième rang, tout le monde attendait avec impatience le mariage à venir. Un grand sourire fendait en permanence le visage de Wharton.

Cette fois, Wharton et Nina célébreraient leur mariage dans le palais impérial. L’excitation et l’agitation seraient de loin supérieures à sa cérémonie de fiançailles.

.

Au milieu de la cour du manoir de Wharton.

Une fois son entraînement fini, Linley s’assit à côté d’un bureau de pierre. D’un geste du poignet, il attrapa une gourde de vin. Tout en le sirotant, son regard se perdit au loin. Il était clairement perdu dans ses pensées.

Bébé regarda discrètement Linley.

*Swish* Bébé sauta soudainement sur la table devant Linley.

Ce dernier fut surpris par son apparition.

– Bébé, que fais-tu ?

Bébé se mit debout sur ses pattes arrières, les griffes de devant croisées sur son torse, et regarda Linley avec un air d’appréciation dans le regard.

– D’après les observations du grand moi, Bébé, j’ai découvert que toi, Boss… tu es en train d’avoir des pensées lascives à propos d’amour !

Bébé dit cela avec une aura de conviction absolue.

Linley ne savait pas s’il devait rire ou pleurer devant tant de conviction.

– J’étais en train de penser à mes chers frères. Dans quelques jours, cela va être le mariage de Wharton. Mais Boss Yale, deuxième frère, et quatrième frère… aucun d’entre eux ne va pouvoir venir…

Linley laissa échapper un long soupir.

– Je me demande comment vont ces trois-là d’ailleurs. Yale, Reynolds, et Georges occupaient une position très importante dans son cœur. Leur amour les uns pour les autres était aussi profond qu’entre de véritables frères de sang.

Reynolds n’allait justement pas si bien. Après ce court repos, il était retourné dans l’armée. Même après avoir appris la date du duel entre Linley et Haydson, il n’avait pas eu la chance de venir y assister.

Car, en tant que soldat, il se devait de suivre les ordres et les procédures.

Bien que Reynolds soit assez négligent et nonchalant, lorsqu’il était dans l’armée, il devenait un homme qui faisait absolument tout ce qu’on lui disait, et obéissait aux ordres sans poser de questions.

Aux frontières de la province administrative du Sud-Ouest de l’Empire O’Brien, dans la zone au sud de la ville de Neil [Ne’er], se trouvait un endroit où l’Empire O’Brien rejoignait l’Empire Rohault. C’était une zone assez chaotique.

L’Empire Rohault était situé au Sud des Terres Chaotiques et à l’Ouest des grandes plaines de l’Est lointain.

À cause des constantes guerres avec les cavaliers des steppes des grandes plaines, l’Empire Rohault possédait un esprit militaire très féroce, et ses armées de guerriers montés étaient légendaires pour leurs prouesses. L’Empire Rohault et l’Empire O’Brien étaient constamment engagés dans des guerres frontalières dans les zones voisines de la ville de Neil, et le sang de ces innombrables batailles avait imprégné jusqu’à la terre des campagnes d’une couleur carmin.

*Whoosh !* *Whoosh !* Le vent puissant hurlait à travers les hautes herbes, qui arrivaient à la taille des hommes. Elles se courbaient sous le vent. À travers, on pouvait apercevoir une petite crique, où des douzaines de hongres buvaient de l’eau avec leurs têtes baissées.

Plusieurs douzaines de chevaliers étaient assis sur le sol, se reposant, tandis que de nombreux autres montaient la garde.

À cet instant, Reynolds était assis au sommet d’un arbre, ses yeux perçants scannant constamment l’horizon. Lorsqu’il était dans l’armée, Reynolds était très différent de quand il était avec Linley et ses frères. Il portait une armure bleue marine avec un insigne doré d’une flamme fixée sur sa poitrine. Cela représentait son appartenance à la « Légion de la Flamme Dorée », l’une des légions d’élite de l’Empire O’Brien.

Et le style de son armure donnait son rang : capitaine.

Reynolds tira une montre de sa poche pectorale et vérifia l’heure.

– Trois heures de l’après-midi. À cinq heures, les autres devraient arriver.

– Monseigneur. Un chevalier aux cheveux bleus s’approcha de lui en riant. L’Empire Rohault n’est pas en état de guerre contre l’Empire O’Brien. N’avez-vous pas l’impression que nous perdons notre temps et notre énergie à maintenir la garde aussi longtemps ?

– Tiger, tais-toi, dit Reynolds en fronçant les sourcils.

– Oui, messire. Le chevalier n’osa plus continuer de rire.

Commander cet escadron de chevaliers était en réalité une position dégradante pour un capitaine. Au total, il y avait trois escadrons de taille moyenne contenant au total neuf cents personnes, qui avaient été ensuite séparés en dix-huit groupes plus petits et avaient pris différentes routes. L’équipe que commandait Reynolds était en réalité assez puissante.

Cela faisait déjà plusieurs années qu’il était dans l’armée, et il avait lentement gravi les rangs depuis le rang de soldat de base jusqu’à son rang actuel.

– Bien que l’Empire Rohault n’ait pas été en guerre ouverte depuis plus de dix ans avec notre Empire O’Brien, n’y a-t-il pas toujours quelques petites escarmouches ? Chaque année, l’Empire subit plus de dix mille victimes de ces escarmouches frontalières, dit solennellement Reynolds. Et d’après mes calculs, cela fait très longtemps qu’il n’y a pas eu de grande guerre. J’imagine que la population de l’Empire Rohault a atteint ses limites, et qu’ils vont donc forcément se lancer dans quelques guerres. C’est pourquoi nous devons rester vigilants.

Les causes de la guerre étaient très simples.

Lorsque la population devenait trop importante et qu’il n’y avait plus assez de terres ou de nourriture pour supporter le peuple, les Empires commençaient naturellement à se faire la guerre entre eux. S’ils ne le faisaient pas, ils risquaient alors de se retrouver à devoir gérer des guerres intestines et des conflits civils. Et lorsque les deux Empires avaient souffert d’un suffisamment grand nombre de victimes, ils cessaient alors naturellement les combats. La population s’en retrouvait donc réduite et cela signifiait que les terres étaient de nouveau suffisantes pour subvenir aux besoins des populations.

En vérité, c’était l’un des principes les plus basiques.

Après tout, pour la plupart des plébéiens, la plus grande nécessité à leurs yeux était d’avoir suffisamment pour se nourrir et se loger.

– Bien, monseigneur. Nous serons prudents, dit le chevalier aux cheveux bleus en riant de nouveau.

– D’ailleurs, messire, j’ai entendu dire que vous étiez auparavant à l’Institut Ernst avec Maître Linley. Et j’ai aussi entendu dire qu’il s’était battu contre le Seigneur Haydson à armes égales ? demanda doucement le guerrier.

En entendant son subordonné lui poser une question à propos de Linley, Reynolds ne put s’empêcher de se mettre à sourire.

– La seule raison pour laquelle il a perdu est sa faible quantité de Dou Qi, qui n’est pas aussi grande que celle de Haydson, dit calmement Reynolds. Dans son cœur, il regrettait vraiment de ne pas avoir pu aller assister au combat de son frère de cœur.

Tournant la tête pour regarder vers l’Ouest, Reynolds plissa les yeux à cause du soleil brûlant. Son cher frère Linley se trouvait dans la capitale impériale à l’Ouest.

– Dans un peu plus d’un an, mon engagement de dix ans sera fini et je pourrai enfin quitter l’armée, soupira intérieurement Reynolds.

Ces huit années et demie de vie au sein de l’armée avait fait que Reynolds appréciait réellement cette vie, mais il savait que seuls les descendants de son clan qui arrivaient à atteindre le rang de commandant de légion ou d’adjoint au commandant de légion étaient autorisés à rester dans l’armée. Sinon, les règles du clan leur dictaient de rentrer chez eux, dans le clan.

Actuellement, Reynolds n’était que capitaine. Il n’était plus qu’à un rang de commandant.

Mais bien qu’il appréciait plutôt la vie dans l’armée, il ne voulait pas y passer sa vie entière. Il voulait pouvoir continuer de pratiquer et de développer ses talents de mage en paix. Il était déjà un mage du septième rang. S’il passait une autre centaine d’années à s’entraîner péniblement, il avait toujours la possibilité de devenir un Grand Mage du neuvième rang.

Alors qu’il attendait patiemment, les autres escouades commencèrent à arriver. Aux alentours de 16h50, près de 400 personnes s’étaient rassemblées là, et 500 autres devaient encore arriver.

– Hum ? Reynolds fronça soudainement les sourcils.

Il avait soudainement ressenti une sensation de danger imminent, comme si une force invisible et meurtrière rampait discrètement vers eux. En tant que mage, Reynolds possédait une force spirituelle extrêmement puissante, et sa sensitivité était bien plus forte que la plupart des personnes.

– Soyez sur vos gardes ! cria soudainement Reynolds.

– Bien, monseigneur ! répondirent tous les chevaliers proches de lui, mais à ce moment même, des bruits de sabots frénétiques purent se faire entendre, se rapprochant d’eux à grande vitesse.

– Embuscade ennemie ! Embuscade ennemie ! Ce cri féroce fit voler en éclat le silence de l’après-midi.

Quasiment tous les chevaliers réagirent très rapidement, attrapant leur lance et leur bouclier tout en courant vers leurs chevaux. Mais au même moment, des flèches aiguisées se mirent à pleuvoir sur eux…

*Swish !* *Swish !*

Les flèches tombaient à toute vitesse, comme un nuage de sauterelles. Les guerriers mirent immédiatement un genou à terre tout en levant leur bouclier pour se protéger, avant de se rapprocher les uns des autres.

Les boucliers de l’Empire étaient de très bonne qualité et dans les combats, il était rare que les flèches ordinaires réussissent à les transpercer. Et effectivement, beaucoup de flèches heurtèrent les boucliers, mais ces derniers se contentaient de trembler, et les flèches tombaient ensuite au sol, inutiles. Mais une dizaine de flèches transpercèrent directement les boucliers, comme s’ils n’étaient faits que de papier…

– Transperce !

Une flèche rapide transperça un bouclier, puis continua sa trajectoire à travers le crâne d’un chevalier. De la matière cérébrale explosa.

Reynolds, en voyant cela, eut un pincement au cœur. Ces chevaliers faisaient partie de sa troupe personnelle, et l’avaient suivi depuis six ans. Six années de vie commune avaient créé de profonds liens d’affection. Reynolds devina instantanément,

– Pour qu’elles soient capables de percer les boucliers à des centaines de mètres signifie qu’il y a clairement des experts du septième ou du huitième rang. Et qu’il y en a plusieurs

*Tremble.* Alors que les hommes au loin se rapprochaient, le grondement des sabots devint de plus en plus clair. Le groupe de personnes était entièrement vêtu d’armures grises, et les sabots de leurs chevaux étaient entourés de tissus.

Devant ces personnes, une dizaine de chevaliers en sang fuyaient.

– Rossi [Luo’xi]. Le visage de Reynolds changea. Ces dix guerriers appartenaient à son groupe.

– Monseigneur, fuyez, vite ! Il y a des soldats de l’Empire Rohault, et il y en a des milliers ! Vite… ah !!! Un guerrier en sang les dépassa à toute vitesse, mais en un clin d’œil, une flèche lui traversa la gorge.

– Tuez-les tous ! Pas de survivants ! s’exclama une voix froide au loin.

– Fuyez ! cria Reynolds de toute la force de ses poumons. Combattre contre un ennemi qui se comptait par milliers, alors qu’il n’avait que quelques centaines de soldats ? Et en plus, ils étaient tombés dans une embuscade, et les ennemis possédaient plusieurs guerriers d’élite du septième ou huitième rang.

De plus, ils étaient là pour effectuer une mission de reconnaissance. Ils se devaient de rentrer et de faire leur rapport.

Les survivants assez chanceux pour être encore en vie sautèrent immédiatement sur leurs chevaux de guerre. Peut-être que les ennemis voulaient récupérer ces centaines de chevaux de guerre, car les flèches n’avaient plu que sur les chevaliers et n’avaient pas touché une seule monture.

Fuir !

Fuir !

La seule pensée présente dans l’esprit de Reynolds était de fuir à toute vitesse. Au début, quatre cents hommes s’étaient élancés sur les chevaux pour fuir, mais après quelques minutes, il n’en restait plus que cent. Ces cents hommes étaient encore en vie grâce à Reynolds qui avait utilisé de sa magie pour intimider les ennemis. Tout en fuyant, Reynolds murmurait toujours les mots d’encore plus de sorts.

Avec Reynolds en son centre, huit jets de flammes en forme d’épées longues explosèrent soudainement, se propageant dans toutes les directions et chargeant directement vers les armées les poursuivant.

Magie du feu : Brasier Décapitant !

*Crac, crac* Les flammes brûlantes s’abattirent sur les corps des chevaliers ennemis, et ceux-ci se mirent immédiatement à crier d’agonie. Leurs armures de métal se mirent à fondre rapidement et en un clin d’œil, ils se transformèrent en cendres. Les herbes alentours prirent feu à leur tour, et les guerriers suivants durent s’arrêter.

– Pourchassez-les, pourchassez-les ! Le chef ennemi, aux cheveux blonds en bataille, regardait Reynolds au loin avec colère.

S’il n’y avait pas eu ce mage, il aurait décimé ce groupe de guerriers depuis longtemps. Mais à cause de ce mage et parce que c’était l’automne et que l’herbe était sèche, cette dernière avait pris feu rapidement et avait démarré un grand brasier qui bloquait leur poursuite.

La force magique n’était pas infinie.

Reynolds n’osait pas utiliser un seul sort du septième rang. Tous les sorts qu’il avait utilisés jusque-là étaient du sixième rang. Mais malgré cela, quasiment toute la force magique présente dans le corps de Reynolds avait été épuisée.

Un seul groupe de trois cents soldats de l’Empire Rohault continuait la poursuite, mais ce groupe contenait plus de dix experts du septième rang. C’était clairement une unité d’élite. Et dans le groupe de Reynolds, il n’y avait qu’un seul guerrier du septième rang, et bien sûr lui, un mage du septième rang.

– La ville de Neil ! Je peux voir la ville de Neil ! cria l’un des cavaliers.

– La ville de Neil ! Reynolds vit les lointaines lignes floues de la ville. Ses yeux étaient emplis d’espoir, et il poussa frénétiquement son cheval vers l’avant.

*Swish !* Encore une autre flèche fut décochée dans leur direction, et Reynolds, épuisé, esquiva frénétiquement, tout en levant son bouclier pour se protéger. Avec un bruit *slash*, la flèche transperça le bouclier et se ficha dans l’épaule de Reynolds. La puissante force de cette flèche fit trembler le corps épuisé de Reynolds, et il faillit tomber de son cheval.

Après avoir fui pendant près deux heures, le crépuscule tombait.

Les murs de la ville étaient occupés par un petit nombre de guerriers, ainsi que par des nobles qui déambulaient sur les remparts.

– Ouvrez les portes de la ville, vite ! Il y a des soldats de l’Empire Rohault derrière nous. Tuez-les tous !!! rugit furieusement Reynolds.

En un battement de cils, Reynolds et ses dizaines de soldats survivants atteignirent les environs de la ville de Neil, mais les portes de la ville ne s’ouvraient toujours pas.

*Swish !* Une flèche fut décochée à l’intention d’un des nobles sur les murs.

– Ne les ouvrez pas ! N’ouvrez pas les portes de la ville ! Une voix haut-perchée et perçante put se faire entendre venant d’en haut. Tirez vos flèches ! Tuez les ennemis !

L’escouade de l’Empire Rohault s’arrêta juste hors de portée des flèches. Dix d’entre eux mirent pied à terre puis chargèrent en direction des murs de la ville. Ils esquivèrent aisément les flèches qui s’abattaient vers eux, tous couverts d’une couche de Dou Qi protectrice.

C’étaient des puissants guerriers qui n’avaient donc aucun mal à éviter les flèches qui volaient vers eux.

– Tuez ce mage. Le chef de ces dix hommes fixait Reynolds du regard. Ils les avaient pourchassés sur tout le chemin uniquement afin de tuer Reynolds. Un mage sans force magique était tout simplement beaucoup trop faible.

À cet instant, Reynolds ne pouvait plus résister du tout.

– Ouvrez les portes ! Le groupe de guerriers de Reynolds se sentait maintenant totalement désespéré. Bien qu’ils étaient plusieurs douzaines de personnes et que leurs ennemis n’étaient que dix, juste en se basant sur leur Dou Qi, ils pouvaient dire que le chef de leurs ennemis pouvait probablement tous les tuer à lui tout seul.

<>
Traduit par la team : L'Empire des Novels