Flux RSS

The Blessing of 118 Gods

Traduit par la team : Les Dieux du Novels
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 1 Chapitre 45 – Ce qu'il fallait faire ②


Les larmes s’étaient rassemblées dans les coins de ses yeux, et quelques-unes coulaient déjà sur ses joues. En dépit d’être une aventurière de Rang Empereur, elle était clairement incapable de garder son calme. Elle était en panique plus que je ne l’étais, mais ce n’était pas le moment pour ça. Cassandra était plus en danger que moi.

En saisissant sa main avec mon bras gauche, j’ai attiré son attention.

« C-Cette homme… Le Chevalier Royal qui est venu avec ce professeur, Monsieur Dejun de l’Académie Royal de Magie de Gallyater… Ugh. C’est celui qui a kidnappé ma petite soeur… Quelle qu’en soit la raison, je suis certain que ce n’est pas pour lui faire du bien ! » Je lui ai dit en retenant mon désir de crier de la douleur.

« Le Chevalier Royal ? Je… Je ferai sûrement mieux de le dire à tes parents dès qu’ils arrivent ici… T-Tu… Tu as juste besoin de te calmer et de ne pas trop bouger, d’accord ? » Dit-elle en essayant de forcer un sourire à travers ses larmes. » Si seulement je savais comment utiliser la magie de guérison… » Elle fronça les sourcils.

« Huh ? Aucun de nous ne peut le faire, n’est-ce pas ? » Je lui ai montré un sourire ironique.
« N-Nous allons appeler un guérisseur de Briston… N-Nous veillerons à te guérir… Tu ne mourra pas, Leonidas… ça vas aller… » Dit Tante d’un ton tremblant tandis qu’elle le volume de sa voix diminuait vers la fin.

Je détestais la douleur. Je la détestais vraiment.

Même si je suis mort tant de fois et que j’ai passé d’innombrables jours dans des hôpitaux, la douleur était encore une douleur, cela ne changeait rien. À cause de cela, chaque fois que j’entendais des gens dire que tu allais t’’habituer à ça, je ne pouvais pas m’empêcher d’avoir l’impression de me frotter le visage avec un énorme mensonge. Tu ne t’ai pas habitué, tu as simplement appris à t’abstenir de crier et à t’empêcher de paniquer. Peut-être que vos nerfs sont devenus un peu moin sensible à la douleur, mais à la fin, elle était toujours là.

Grâce à mes expériences passées, j’ai réussi à garder mon calme. Mais je pouvais à peine m’empêcher de pleurer et de crier, n’avoir aucune réaction lorsque j’ai mal était quelque chose que je n’avais pas encore acquis ou même souhaité.

Un bonne astuce pour aider à surmonter la douleur était de crier dans son esprit. Lâcher des cris dans mon esprit ou par une respiration profonde sans contracter mes cordes vocales.

Ainsi, en regardant ma situation actuelle, je savais ce que je devais faire. C’était la seule chose que je désirais, je voulais que Alexandre Damas relâche ma petite soeur.

« Hé, tante ? » Demandai-je d’un ton faible.

« Oui ? » Elle me regarda avec ces yeux pleins de larmes.
Je ne peux pas le laisser voir ça… Elle peut être une aventurière de Rang Empereur, mais en regardant son état d’esprit actuel, je crains qu’elle ne supporte pas ce qu’elle verra… Je me demande si c’était la raison pour laquelle elle a cessé d’être aventurière ? Parce qu’elle devient faible quand elle voit quelqu’un blessé ? J’ai pensé alors que je l’ai regardé dans ses yeux et lui ai demandé avec un doux sourire sur mes lèvres « Peux tu me faire un verre d’eau ? »

« Bien sûr ! Je reviens tout de suite ! Et ne t’inquiétez pas, une fois que ta mère sera arrivée, ta tante trouvera ce bâtard et lui fera regretter d’être venu au monde ! », A-t-elle déclaré en essayant de se lever, mais ses jambes l’avaient lâché et elle me montrait un sourire irrégulier .

Sur sa deuxième tentative, elle a pu se lever et sortir de la pièce.

Une fois qu’elle est partie, j’ai fermé les yeux et je me suis préparé pour ce qui allais suivre. Ce ne sera pas facile, mais il n’y avait pas de meilleur opportunité pour tester les capacités de régénération que la déesse avait promis de m’accorder.

« Oh, Sapherya, soyez avec moi dans cette épreuve. » J’ai prié.

Je respire profondément et attrapa le morceau de bois voisin et je l’ai mordu aussi fort que je pouvais.

Mes os étaient brisés, mes muscles étaient déchirés, alors je devais les régénérer comme ils étaient auparavant. Ce fut probablement le plus douloureuse expérience que j’ai vécu durant toute ma vie.

Je déglutit, avant de saisir ma main cassée et… J’ai tiré, poussé et tordu mon os.

« UNNNGH !!! » J’ai crié en mordant lourdement le morceau de bois.

<>
Traduit par la team : Les Dieux du Novels