Flux RSS

The Divine Elements

Traduit par la team : SikGirl
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 1 Chapitre 11 – La famille Axier


Assis dans une posture détendue, Calron attendit impatiemment qu’Élias continue à parler.

“Avant de commencer ton entraînement d’arts martiaux, tu dois apprendre quelque chose à propos de ce soi-disant héritage.”

Déclara Élias d’un ton sérieux.

Calron se redressa aussitôt, sachant à quel point les héritages étaient mystérieux et le pouvoir qu’ils détenaient dans le monde martial. Bien qu’il ne connaissait pas tous les détails sur les différents héritages, il était clair que seuls les plus puissants les possédaient.

Chaque héritage était unique, car chacun suivait une voie différente d’entraînement martial comme la voie du poing, de l’épée, de la lance, etc.

Il y avait beaucoup de fondamentalistes qui pratiquaient les Arts Martiaux, mais seuls les disciples les plus doués pouvaient hériter d’un héritage grâce à leur maître.

Dans un combat entre un artiste martial et un héritier, celui avec l’héritage gagnerait toujours même si son héritage est faible. C’était la force d’hériter d’un héritage.

“Gamin, tu as peut-être déjà entendu différentes choses sur les héritages, mais connaissez-vous la véritable raison pour laquelle les héritiers sont tellement forts comparé à leurs pairs ?’’

Calron secoua la tête en réponse à la question.

“C’est parce qu’un Héritage cultive ton esprit de combat et ton intention de tuer.”

Calron était complètement stupéfait et regardait son Maître.

Il savait exactement ce que cela signifiait. Afin de cultiver votre esprit combatif ou votre intention de tuer, vous devrez faire l’expérience de batailles mortelles au quotidien et tuer sans pitié.

Pour un enfant de huit ans, c’était une horrible idée qu’il devrait bientôt commencer à tuer sans réfléchir.

À ce moment-là, Calron réalisa pourquoi une atmosphère sauvage et violente entourait parfois son Maître. C’était parce que même sans libérer son intention de tuer, son Maître avait déjà atteint un stade où sa simple présence libérait la soif de sang sans retenue en lui.

Voyant le sang disparaître du visage de son disciple, Élias put deviner la direction des pensées de Calron, mais il ne fit aucun mouvement pour le réconforter. Calron dû surmonter sa peur d’en tuer d’autres en ce moment ; sinon, à l’avenir, il hésiterait à tuer un ennemi et ce serait une mort certaine pour lui.

Bien qu’il éprouvât de la pitié en regardant son disciple, c’était le chemin de son héritage et Élias était encore plus jeune que Calron quand son père avait commencé à l’entraîner.

Même la voix dans l’esprit de Calron restait silencieuse à travers cela. Il comprenait naturellement le dilemme du garçon, mais il savait que dans l’avenir de Calron, il y aurait d’innombrables massacres et des gens puissants après lui, alors il ne pouvait qu’espérer que Calron serait préparé d’ici là.

Pendant ce temps, les pensées de Calron se déchaînaient et son horreur de voir les assassins tués hier a encore une fois traversé son esprit. Même s’il était parfois froid et indifférent aux autres, il n’était encore qu’un garçon de huit ans.

Pourrait-il vraiment tuer les gens ? Pouvait-il vraiment regarder dans les yeux sans vie de ceux qu’il avait tués ?

Non, il ne pouvait pas. Absolument pas.

Des pensées comme celles-ci traversèrent l’esprit de Calron pendant qu’Élias le patientait patiemment.

Père Mère Que dois-je faire ?

Soudainement, un éclair bleu jaillit dans l’esprit de Calron, brisant toutes ses pensées hésitantes. Son esprit retrouva immédiatement son sang-froid, et ses pensées s’éclairèrent brusquement.

Il avait juré depuis longtemps de se venger de ceux qui faisaient du tort à sa famille, et il avait déjà décidé de s’engager sur le chemin de l’effusion de sang depuis longtemps, alors pourquoi hésitait-il maintenant ?

Ses ennemis lui donneraient-ils une chance de vivre ? Se sont-ils gênés d’exploiter son père ?

Non !

Dans ce monde, combien regarderaient Calron et son élément de l’éclair ? Seraient-ils lui montrer la pitié, une personne née pour être un serviteur ?

NON !

Il n’y avait pas de place pour la pitié dans ce monde cruel.

Les forts ont fait les règles et les faibles les ont suivis. Si c’était le chemin qu’il devait prendre pour se venger, alors il jetterait volontiers son humanité.

L’humanité qui l’a abandonné lui et sa famille, et celle qui ne leur a jamais été montrée.

Lentement, une expression déterminée se forma sur le visage de Calron et Élias sourit à cette vue, car il savait que celui qui hériterait de son héritage était enfin là.

Agenouillé sur l’herbe devant le garçon, Élias posa lentement sa main droite sur la tête de Calron et regarda farouchement les yeux noirs de son disciple. Voyant une résolution sans équivoque, il a déclaré d’un ton sombre.

“À partir d’aujourd’hui, tu marcheras sur le chemin du sang. Destruction et carnage seront tes frères jurés et te suivront partout où tu iras. Que le dieu de la guerre te bénisse, te regarde favorablement et donne naissance à ta valeur. Moi, Élias Salazar Xuria, je te reconnais comme mon héritier et transmets ma volonté et mon héritage à toi. Acceptes-tu ?”

“Biensur, Maître.”

Élias coupa alors la paume de sa main avec un petit couteau et plaça sa paume sur le front de Calron, le sang coulant sur ses yeux.

“Le premier sang a été versé, et à partir de ce jour, tu marcheras sur la voie de l’héritage de ma famille ; l’héritage du sang. Commençons.”

……………………………

Pendant ce temps, à la maison Axier, on pouvait entendre une commotion de l’intérieur de la chambre de la famille.

*CRASH*

“Que voulez-vous dire, ils ont simplement disparu ?’’

Une voix glaciale murmura à l’homme agenouillé sur le sol.

L’homme agenouillé portait des vêtements très semblables à ceux des assassins qui avaient tenté de tuer Calron.

L’homme assis sur le trône avait une tête pleine de cheveux gris argent et une barbe taillée. Son visage était taillé comme une sculpture de pierre, pleine d’arêtes vives et sans douceur. Bien que l’homme ne puisse pas être étiqueté comme beau, il y avait une certaine noblesse digne dans sa stature et son aura. Cependant, en ce moment, seule une colère glaciale pouvait être vue sur son visage.

Tremblant sous la pression que dégageait l’homme aux cheveux gris, l’assassin ne pouvait que déglutir sa salive et prier l’un des dieux en attendant un jour de plus.

“Mon Seigneur, ils gardaient tous la petite dame mais les trois ne sont jamais revenus le lendemain matin. Les autres stationnés à l’école ne savaient pas non plus où ils allaient. Mais… « 

Sous les yeux du géant, l’assassin parla à la hâte.

“Mais il y avait une agitation à propos de Lady Felice, où un garçon l’a humiliée devant ses amis. Bien que la petite dame fût en sécurité, c’est après cet incident que les trois qui la gardaient disparurent soudainement ! Comme nous ne pouvons pas les détecter, je crains qu’ils ne soient probablement morts il y a un certain temps. Je soupçonne qu’un ennemi savait que le Corps d’Ombres était stationné là et a pris des mesures. « 

Silence.

Finalement, l’homme a parlé.

“Enquêter sur les responsables de cela et me rapporter le résultat. Utilisez autant d’hommes que nécessaire. Quant au garçon, laissez-le tranquille. Felice a besoin d’apprendre à être seule, et je ne peux pas toujours se livrer à ses caprices. Maintenant, pars !

Sous l’intensité des yeux bleus arctiques de l’homme, l’assassin s’inclina une fois et disparut immédiatement dans la nuit.

Si Calron était là, il aurait définitivement reconnu ces yeux glacés, car ils étaient presque exactement les mêmes que la jolie fille qu’il avait humiliée la veille.

<>
Traduit par la team : SikGirl