Flux RSS

The Divine Elements

Traduit par la team : SikGirl
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 1 Chapitre 23 – La bête


Calron ressentit une immense crainte en contemplant cette créature magnifique.

C’était vraiment une beauté à voir.

La bête était un gros chat blanc aux muscles ondulants. Sa fourrure brillait d’une beauté difficile à décrire avec des mots, et Calron était certain que la fourrure serait aussi douce au toucher.

Il avait de fines rayures bleu eau tourbillonnant autour de ses pattes et ses yeux brillaient de la même couleur. Il y avait une aura douce émanant de la bête qui a fait que Calron sentait que la bête était une créature de nature paisible.

Pour voir une telle bête en cage et grossièrement présentée devant un public, Calron ressentait de la tristesse et de l’amertume. Calron ne pouvait rien faire pour le soulager de ses souffrances, car il n’avait ni l’argent ni le pouvoir.

Juste à ce moment, une grimace de la part de Petit Gros apparut à côté de Calron avec des traces de pieds partout sur sa robe et son visage. Les empreintes de pas variaient en taille et en forme, à tel point qu’on pouvait dire que Petit Gros avait été brutalement battue par une grande partie de la foule !

“Grand frère, comment peux-tu me faire ça ? Tu sais à quel point mon corps est sensible et regarde mon visage maintenant ! Une des vieilles femmes a marché sur moi sans pitié alors qu’elle pensait que je lui volais son sac à main. Grand frère !”

Petit Gros se plaignait sans cesse de lui, tandis que Calron ne prêtait aucune attention à ses propos.

“C’est une bête rare de premier rang avec l’élément eau ! En outre, il est encore jeune, donc il peut être apprivoisé beaucoup plus facilement ! L’enchère de départ est à dix pièces d’or, alors commencez à placer vos enchères maintenant !’’

La foule a éclaté en un chaos de cris. Il fallait comprendre qu’une seule pièce d’or suffisait à une petite famille pour survivre pendant des mois, et l’offre de départ de cette bête était dix fois plus importante !

De plus, cette vente aux enchères se déroulait à l’extérieur du marché sans règles ni autorité pour la gérer, de sorte que la scène était complètement chaotique et que tout le monde criait leurs offres. L’homme aux enchères semblait être un peu débordé quand il a essayé de comprendre les offres, mais alors quelqu’un d’un endroit différent crierait encore plus fort que les voix précédentes !

Soudainement,

“SILENCE ! Comment osez-vous les asticots provoquer une agitation sur le marché ?’’

Un groupe de gardes marcha, tandis que leur capitaine rugissait furieusement contre la foule. Les gardes avaient l’emblème de la ville du Seigneur sur leur poitrine, alors qu’ils marchaient avec arrogance vers l’homme sur scène. Leur emblème était la tête d’un ours noir rugissant sur le côté.

“Remettez cette bête ! Il est illégal de vendre publiquement une propriété sans l’approbation de la ville du Seigneur !’’

Le capitaine déclara haut et fort.

En entendant ces mots, le propriétaire de la bête magique visiblement angoissé. Il avait perdu beaucoup de frères en obtenant cette bête, et si les gardes devaient l’enlever, comment s’occuperait-il des familles de ses frères décédés ?

“Monsieur, s’il vous plaît pardonnez cette humble personne ! Je vais vous donner tout l’argent que j’ai, mais s’il vous plaît, ne prenez pas la bête. Mes frères se sont battus contre sa mère et ont perdu la vie en essayant d’obtenir cette bête !’’

L’homme s’agenouilla sur le sol et supplia les gardes. S’il avait l’argent, alors il serait allé directement à une maison de vente aux enchères, plutôt que de vendre la bête dans la rue. S’il avait payé les frais de commission à la maison d’enchères, il n’aurait pas beaucoup d’argent à la fin. C’était la raison pour laquelle il avait décidé de prendre une chance et de la vendre publiquement à la place, mais comment aurait-il pu s’attendre à ce que le plan en retour lui fasse tout perdre ?

Voyant l’homme agenouillé par terre, le capitaine des gardes leva juste le pied et marcha sur l’arrière du cou de l’homme.

“Tu crois que j’ai du temps à perdre avec toi ? Remets-la simplement, sinon je te couperai les deux mains pour avoir enfreint la loi.’’

Le capitaine déclara froidement.

En vérité, ce n’était pas une affaire sérieuse, car il y avait beaucoup de vendeurs qui n’avaient pas de permis, mais le capitaine voulait cette bête magique rare comme animal de compagnie. Bien qu’il ne s’agisse que d’une bête de premier rang, elle valait quand même un peu d’argent, ou elle pouvait être utilisée pour soudoyer un officier pour une promotion. La bête était agréable à l’œil, ainsi l’enfant de n’importe quel officier l’aimerait certainement.

Devant cette menace, l’homme pleura amèrement, car il ne pouvait rien faire. La foule des gens qui l’entouraient surveillait la scène depuis le début, et pourtant personne ne s’est opposé ou n’est intervenu.

Calron sentit son cœur s’accélérer violemment quand il vit l’homme s’agenouiller devant ces gardes prétentieux. Il était sur le point de sauter sur la scène quand il vit le capitaine marcher sur l’homme au cœur brisé, mais il sentit soudain une prise d’acier sur son bras.

“Grand frère, vous ne pouvez pas vous impliquer. Ces gardes ont l’appui du Seigneur de la ville et si quelqu’un se défend, alors non seulement la personne impliquée sera tuée, mais sa famille et ses amis seront aussi tenus responsables. S’il te plaît endure pour l’instant, grand frère. « 

Entendant la voix glacée de Petit Gros, Calron fut surpris. Le visage de Petit Gros brûlait de rage et même l’air autour de lui se refroidissait largement, car les personnes proches s’éloignaient inconsciemment du froid. C’était le même sentiment que ressentait Calron quand Felice avait libéré son essence. Il ne sentait aucune essence de Petit Gros, mais cette aura glaciale était indubitable !

Même l’emprise de Petit Gros sur le bras de Calron contenait une sacrée force. Les yeux bleus arctiques de Petit Gros avaient une netteté et une intensité que Calron n’avait pas remarquées auparavant. Jusque-là, il avait toujours vu Petit Gros flâner ou courir après la nourriture, mais c’était la première fois qu’il avait l’impression de voir le vrai Petit Gros, non, Roran. Il avait actuellement la même aura noble que Felice, et Calron commença à sentir qu’il n’était pas aussi loufoque qu’il montrait au monde.

“Soupir … désolé Petit Gros, je devrais être mieux renseigner avant d’avoir de la tête dans les ennuis. Ça me met toujours en colère qu’aucun de ces gens n’ait essayé d’arrêter les gardes.’’

Sachant que Calron s’était calmé, Petit Gros lâcha son emprise et même l’aura autour de lui revins à la normale.

“Grand frère, ne blâme pas ces gens, car ils n’ont pas le choix. S’ils s’opposaient aux gardes, alors leur vie serait en jeu et qui serait prêt à sacrifier leur vie pour un étranger ? C’est l’humanité qui est comme ça, et seuls les forts peuvent changer leurs destins et celui de leur entourage.’’

Petit Gros prononça tristement à Calron.

En entendant la trace d’angoisse dans la voix de Petit Gros, Calron était sûr que quelque chose était arrivé à Petit Gros dans le passé, mais il voulait laisser Petit Gros révéler l’histoire de sa vie quand il le voudra. Il avait appris après avoir été avec Élias que certains secrets devaient rester dans l’obscurité.

“Monsieur, s’il vous plaît ne faites pas ça ! Les moyens de subsistance de plusieurs familles dépendent de l’argent de la vente de cette bête !’’

Le propriétaire de la bête continua à pleurer pendant que le capitaine avait son pied sur son cou. Voyant l’état brisé de l’homme sur scène, beaucoup de gens rassemblés ont ressenti de la pitié dans leurs cœurs, mais aucun n’a fait de geste pour arrêter les gardes.

“Toi sale porc ! Regarde ce que t’a fait à mes chaussures ! Elles sont sales maintenant, alors lèche-les docilement !’’

Le capitaine commanda insolemment l’homme accablé de chagrin, tandis que les autres gardes derrière lui ricanaient doucement.

“Le capitaine Gar a beaucoup trop de plaisir ces jours-ci, tu te souviens du vieux forgeron il y a quelques jours ?’’

“Oh, le capitaine n’était-il pas intéressé par sa fille ? Hehe.’’

Les gardes se plaignaient sans vergogne, et comme ils étaient ouvertement ouverts, le reste de la foule pouvait les entendre aussi clairement.

À part se sentir dégoûté par eux, il n’y avait rien d’autre qu’ils pouvaient faire mais regarder tranquillement.

“Toi ! Comment d-’’

Voyant qu’il était juste en train de se faire bousculer, l’homme commença enfin à se rendre compte que peu importe combien il plaidait, les gardes emportaient toujours sa bête. Fuyant à la fois la rage et l’humiliation, il commença à se lever et à libérer furieusement son essence.

Des volutes d’essence vert pâle sortirent de l’homme et une rafale de vent tourbillonnant autour de ses poings.

Alors que l’homme essayait de libérer son cou sous le pied du capitaine, il sentit une aura sanguinaire au-dessus de lui.

“Une poubelle comme toi ose me désobéir ? Je t’ai donné une chance jusqu’à maintenant, mais à la place tu te comportes insolemment avec moi !’’

Le capitaine beugla sauvagement et dégaina son épée. Une aura d’épée extrêmement violente opprimait l’homme tremblant sur le sol.

Pendant ce temps, Calron et Petit Gros sentaient leur colère monter en flèche, mais ils l’ont réprimée avec force. Ils ne pouvaient regarder impuissants que le reste de la foule.

Ils avaient honte de ne rien faire pour l’homme et de la pitié pour les familles de ses frères décédés, mais à qui d’autre pouvaient-ils se plaindre ? Ces gardes étaient censés être la loi !

*COUPURE*

Une traînée de sang chaud éclaboussa le visage de Calron et Petit Gros.

<>
Traduit par la team : SikGirl