Flux RSS

The Dungeon Seeker

Traduit par la team : Zanza trad
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 2 Chapitre 13 – La forêt fantomatique et le Kraken ①


Je m’appelle Henry Watson. J’ai vécu et avancé dans la voie de l’épée. Cela peut paraître de la vantardise de le dire moi-même, mais j’étais ce que l’on appelle un maître de l’épée.

Qui plus est, j’avais rejoint l’Équipe des héros, asséné le premier coup au Roi Démon, permettant à mon équipe de l’attaquer sans répit.

Pour être tout à fait honnête, j’étais l’Épéiste Saint le plus fort du monde, reconnu de tous.

Après avoir vaincu le Roi Démon, nous sommes rentrés dans notre pays, triomphants.

Il semble que la fréquence à laquelle le Roi Démon naît soit très élevée. La paix que nous avions apportée n’a pas duré longtemps … mais assez digressé.

Nous avions vaincu le Roi Démon. La paix était revenue. Une fête avait été organisée pour notre retour, où nous avions mangé un bon repas et bu de l’alcool de qualité supérieure. Je me donnais l’air d’un commandant envers tout le monde, et tous m’encourageaient en souriant.

C’est une fin fréquente pour un récit héroïque … ce style de vie me convenait parfaitement. C’est ainsi que cela devait se terminer …

La fête se tenait dans les jardins intérieurs du château royal. La hiérarchie avait été mise de côté pour la fête, et les petits gens ainsi que les paysans pouvaient boire et manger gratuitement. Sans aucune distinction ou discrimination, tous les habitants du pays étaient autorisés à prendre part à la fête.

Finalement, tout ce que j’avais fait, c’est boire et faire du bruit; une heure ou deux après le début de la fête, j’étais déjà groggy. J’avais entendu cela par la suite, mais il semblerait que j’aie sombré dans l’inconscience en vomissant.

Il était plus de minuit quand je me suis réveillé. Tout le monde semblait s’être lâché. Après tout, il y avait des gens saouls étalés dans leur vomi un peu partout, ce n’était pas beau à voir.

Je m’étais levé et, en tenant ma tête. Je riais.

C’est paisible, m’étais-je dit. Libérés de la peur des monstres, cette agitation était un moyen de ne plus penser à cela. Ce n’était pas une situation désagréable, bien au contraire. Malgré tout, j’avais une migraine atroce. Je ne pouvais penser qu’au fait que j’avais trop bu.

– Je devrais juste aller apprécier la brise nocturne depuis un endroit en hauteur, avais-je dit pour moi-même, avant de marcher comme un ivrogne vers l’entrée du château.

J’étais entré dans le château. J’avais monté les escaliers jusqu’au quatrième étage, continué à marcher un peu jusqu’à atteindre le balcon. La brise froide me picotait les joues. C’était agréable pour mon corps fiévreux.

Les mains sur la rambarde, j’observais la ville qui s’étendait en bas, et la montagne au loin. Songeant au fait que nous avions protégé ce monde, j’étais ému.

– Ce n’est pas désagréable, me disais-je, pas désagréable du tout…

Alors que j’étais encore dans cet état, j’ai soudain entendu une voix venant de ma droite. Même ivre, il n’était pas normal pour moi de ne pas ressentir une présence avant que l’on m’appelle. Mais, en regardant qui m’avait appelé, j’ai souri.

– Ce n’est pas bien, Narwick. Qui dissimulerai sa présence dans un tel endroit ?

Un jeune homme aux cheveux d’argent se tenait là. Son visage pâle était illuminé par la lune. C’était un bel androgyne.

– Hé, Henry?

Un personnage-clé dans la victoire contre le Roi Démon, Narwick le Brave. Son expression n’était pas relaxée du tout. C’était pourtant la fête de la victoire… sentant la tension dans l’atmosphère, je lui ai répondu:

– Que s’est-il passé, Narwick?

– Connais-tu le Labyrinthe interdimensionnel?

– J’en ai entendu parler. De tout temps, d’où qu’ils viennent, quels que soient les héros qui y entrent, aucun n’en revient jamais…c’est un peu comme une histoire pour faire peur, n’est-ce pas ?

– … Henry, que comptes-tu faire à partir de maintenant ?

– Laisse-moi réfléchir … j’ai été invité à devenir maître bretteur et conseiller militaire par plusieurs pays. J’ai aussi pensé à monter mon dojo dans la Sainte Capitale en utilisant la récompense, afin d’avoir ma propre école…

– Es-tu satisfait de ça ?

Narwick ne semblait vraiment pas intéressé, le regard perdu au loin. On aurait dit un enfant qui regardait le jouet avec lequel il s’était amusé trop longtemps.

– Que veux-tu dire par là ? Le monde est déjà en paix et …

Narwick avait soupiré en haussant les épaules.

– Nous sommes les plus forts du monde. Personne ne peut plus se dresser seul devant nous. Nous pourrions peut-être même vaincre l’armée d’un petit pays rien qu’avec notre groupe.

– … ?

– Nous sommes à l’écart du reste du monde. Il est trop tard pour redevenir des gens normaux. Que feras-tu dans cette société ? Quoique l’on fasse, ce ne sera qu’un moyen de tuer le temps en attendant la mort.

– … ?

– Nous … non, quelqu’un qui pourrait me comprendre, serait certainement quelqu’un, ou une sorte de monstre, avec autant ou plus de force que moi.

– Nar…wick?

Je ne comprenais pas du tout ce qu’il essayait de me dire. Mais, au-delà de ça, Narwick me paraissait bizarre. Ses yeux étaient injectés de sang, et de la salive coulait de sa bouche. Un seul regard m’avait permis de comprendre que ce n’était pas dû à l’alcool.

– Henry, peux-tu écouter mon égoïsme ?

– Égoïsme ?

La folie habitait ses yeux violets injectés de sang. Il n’était pas dans son état normal. Il n’aurait pas été bon de l’affronter à cet instant. Le sixième sens que j’avais acquis sur le champ de bataille sonnait l’alarme dans ma tête. Je voulais partir immédiatement, mais mes pieds refusaient de bouger. Alors que j’étais comme paralysé, Narwick continua.

– Cecilia et Gato sont déjà d’accord. Tu es le seul qu’il me reste à convaincre … peux-tu entrer dans le Labyrinthe inter-dimensionnel avec moi?

Un long silence avait suivi sa question. Finalement, ma bouche s’ouvrit d’elle-même :

– A … avec joie …

Ces mots étaient totalement le contraire de ceux que j’avais en tête. Je n’avais aucune idée de la raison pour laquelle j’avais répondu ainsi.

– Mais … pourquoi aussi vite ? Nous venons à peine de vaincre le Roi Démon …

– Je l’ai entendue.

– De quoi … ?

– La voix qui m’appelle … celle du dragon qui vit dans les niveaux les plus profonds.

– … ?

Suite à cela, je n’ai pas de souvenir précis. C’est comme si j’avais marché dans un brouillard rosâtre, comme si je n’étais plus moi-même, un sentiment léger. C’était décidé, j’allais l’accompagner dans le labyrinthe.

<>
Traduit par la team : Zanza trad