Flux RSS

The World Online

Traduit par la team : WuxiaLnScantrad
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 1 Chapitre 18 – La fête autour d'un feu de joie


Cette nuit-là, le feu de joie, comme promis par Cui Yingyu, était très animé. Tout le monde se rassembla sur la place publique devant le manoir du Seigneur et fit construire un feu avec du bois de chauffage. Des groupes de personnes se rassemblaient autour d’eux, chantant et dansant.

La danse Lingbo de Yingyu éblouit tout le village. C’était une danse douce, avec un pas léger, comme des nuages flottant dans l’air, et aussi comme la lumière du soleil dansant sur l’eau. Elle ressemblait à une femme qui flottait dans les vagues grâce à la danse. On pourrait dire que les pas courts de la lingbo captivaient tous ceux qui la voyaient.

La danse de l’épée du Général Shi était aussi merveilleuse. Son épée était comme un serpent blanc, sifflant dans le vent. Il bougeait comme un dragon, parfois lourd, parfois léger, frappant comme le tonnerre et bougeant comme l’éclair. C’était une lumière argentée qui pouvait percer la poitrine de quelqu’un à des kilomètres de distance.

Pour ne pas être en reste, l’aîné Dexian, en collaboration avec les villageois du village de Zhao, organisa une danse à la perche. Les instruments de percussion avaient un rythme fort, avec des sons nets et aigus, et étaient très vifs. Des éclats de rire se mêlant à la lumière et au son des flûtes de bambou transmettaient le sentiment du peuple. La musique festive montrait leur bonheur, remuant tout le village de Shanhai avec la joie et le bonheur de la danse.

Au point culminant de la soirée, Ouyang Shuo interpréta une version moderne de `Luo Shen Fu1′ :

La rivière Luoshui à l’est, les légendes se sont répandues à travers les âges, un paradis dans le monde humain.

Dans les rêves que je vois, une femme du ciel, trébuchant légèrement comme un cygne effrayé.

Six dragons, porteurs de nuages, l’ont ramenée vers les hauts cieux, laissant derrière elle des contes.

Quand les contes étaient racontés, les gens disaient que c’était un rêve du roi Xiang2.

Le rêve s’est terminé, des larmes imbibées de serviettes, coulaient le long de mes joues.

Sa jeunesse est restée intacte au cours du temps, mais l’homme et Dieu ont un chemin différent, seules les boucles d’oreilles sont restées comme souvenir.

Le vent souffle et le temps vole, les historiens enregistrent et se sont demandés.

Lorsqu’ils se demandent aujourd’hui, que représente ce temple commémoratif, construit au bord de la rivière ?

Un art de la déesse Luo, pour soulager et réconforter mon cœur.

Le parfum qu’elle a laissé derrière elle, son image dans mon esprit.

Le vent a soufflé et le temps passe, l’univers s’est transformé de rien en tout.

Qu’est-ce que l’amour, juste pour rendre l’homme fou, et succomber à la déesse.

Un art de la déesse Luo, qui chante encore les lignes de poésie ?

La rivière coule de toute façon.

Les habitants du village de Shanhai, y compris Ouyang Shuo et le Général Shi, étaient tous des personnes déplacées et destinées à se rencontrer. Un simple feu de joie avait réduit la douleur du déracinement de tout le monde. La célébration aida à cimenter le sentiment d’appartenance au village de Shanhai.

« Notification du système : Félicitations au joueur Qiyue Wuyi pour le succès du feu de joie ! Les villageois apprécient l’hospitalité de leur Seigneur ! Le moral de votre peuple a augmenté de 5 points ! »

Ouyang Shuo n’avait vraiment pas besoin de voir la foutue annonce du système. Il était immergé dans l’atmosphère animée de la fête, et maintenant cela lui avait rappelé que tout n’était qu’un jeu.

Malheureusement, il était tard, alors il retourna dans sa chambre et se déconnecta.

Quand il sortit, il était déjà 9 heures du matin. Cette fois, Bing’er était déjà allée à l’école toute seule, et Sun Xiaoyue était naturellement partie depuis longtemps. Il était trop paresseux pour descendre prendre le petit déjeuner, alors il fit frire deux œufs et bu un verre de lait pour un petit déjeuner simple.

En ouvrant son cerveau, il découvrit qu’il avait un nouveau courriel. En l’ouvrant, il constata qu’il s’agissait d’une lettre d’invitation de son collège d’origine. La lettre avait été envoyée par son président de classe, Yuan Ping, qui l’avait invité à une fête de retrouvailles.

L’essentiel de la lettre était que depuis l’obtention du diplôme d’études secondaires de premier cycle, la classe ne s’était pas réunie depuis longtemps. Pendant le Festival de Printemps de cette année, une fête de classe allait avoir lieu au parc Guifang. Il espérait que tout le monde organiserait leur voyage à l’avance, nous devons y assister, etc. et ainsi de suite.

En y repensant, cela faisait sept ou huit ans qu’il n’avait pas vu les autres élèves de sa classe du collège. Ouyang Shuo ne pouvait même pas se rappeler les noms de beaucoup d’entre eux, ses souvenirs étaient déjà flous.

A l’époque, s’il n’y avait rien de particulièrement important, Ouyang Shuo décida d’y aller et d’y participer. Après tout, c’était probablement les seules retrouvailles qu’ils auraient. Dans un an, ils monteraient tous à bord d’un vaisseau, et s’ils devaient se revoir un jour, ce serait après de nombreuses années.

Quoi qu’il en soit, il y avait encore un peu de temps avant le Festival de Printemps, donc ça ne valait pas la peine de s’inquiéter. En ouvrant les forums de jeu, Ouyang Shuo jeta un coup d’oeil aux messages tendanciels des autres joueurs.

En haut des messages de discussion, ‘Le village Shanhai a brisé le monopole des six tyrans de Handan, revendiquant la sixième promotion de village de grade 2 en Chine » !

Ouyang Shuo parcourut les commentaires, stupéfait par la pagaille, ne sachant pas quoi dire.

1er posteur: ‘Je parie que Qiyue Wiuyi est un descendant d’une grande famille secrète’ !

2ème posteur:’Je parie que oui, bouton du bas pour continuer !

3ème posteur: ‘Cul invisible, les deux ci-dessus ont vu trop de romans ! »

4ème posteur :  » je pense qu’il a de la chance « .

5ème posteur: ‘Qiyue Wuyi, les gens veulent donner naissance à un enfant de toi » !

6ème posteur: ‘c’est un dinosaure, identification terminée ».

7ème posteur: ‘Mad Warrior of the World, recrute des membres, si vous êtes intéressés, veuillez contacter Mad Warrior rapidement! ».

8ème posteur: ‘Publicité au-dessus, payez pour la publicité, merci !

9ème posteur: ‘Mad Warrior of the World est une guilde de déchets, ne vous laissez pas berner par son recrutement » !

10ème : « En haut, je vais te tuer !

Les posts étaient complètement fous. Ouyang Shuo se rendit ailleurs, prêt à regarder d’autres posts populaires. Sans surprise, Chun Shenjun, Zhan Lang avait envoyé son subordonné de confiance, Blood Wolf dans le forum pour acquérir publiquement plus de monnaie du jeu.

Malheureusement, il n’y avait toujours pas de prix fixe sur le marché. N’a-t-il pas vu le directeur financier de Chun Shenjun fixer un prix d’achat de 2 crédits pour 1 cuivre ?

Un autre post attira l’attention de Ouyang Shuo. Parmi les Aventuriers, quelqu’un avait finalement obtenu un jeton de mercenaire, et mis en place le premier groupe de mercenaires dans le jeu – le groupe de mercenaires Blood Evil.

Le chef du groupe de mercenaires s’appelait Blood Romance, un expert Chevalier de niveau 21, actuellement n°1 sur la liste des joueurs. Ils furent les premiers à mettre sur pied un groupe de mercenaires, mais n’avaient toujours pas reçu d’annonce système dans le jeu. Ceci illustrait la préférence de Gaia pour les joueurs du mode de jeu seigneur.

En naviguant un peu plus, Ouyang Shuo ne trouva aucune autre information utile, et ferma le forum. Il était temps de commencer à apprendre un peu d’histoire et de se ressourcer.


Le soir, lorsque Bing’er rentra de l’école, elle semblait un peu rancunière du fait que son frère ne s’était pas réveillé le matin pour l’accompagner à l’école. Ouyang Shuo dut faire tout ce qui était en son pouvoir et faire quelques uns de ses plats préférés pour apaiser son mécontentement.

Sun Xiaoyue, voyant Ouyang Shuo accorder une telle importance à la connexion au jeu tous les jours, était également très curieuse, et lui a demandé, « Hé, ce jeu Earth Online, est-ce que c’est vraiment si amusant ? Je me suis renseigné et aucun des élèves de ma classe ne joue à ce jeu ! »

Ouyang Shuo sourit mystérieusement. « Les plus grands charmes de ce jeu sont la façon dont le territoire est construit et son réalisme, pas le genre de jeux de leveling sans effort. La plupart des gens ne sont pas assez patients pour y jouer. Si les conditions le permettent, je te suggère d’apprendre à y jouer. »

Xiaoyue roula les yeux. « S’il te plaît ! Je ne suis pas comme toi, capable de dépenser 100 000 crédits pour acheter une cabine de jeu sans sourciller ! »

Avec réticence, Ouyang Shuo ne pouvait lui dire que ça. Si elle ne l’écoutait pas, ce serait laisser passer sa propre chance. Il n’avait aucun moyen de lui dire la vérité sur ce jeu. Il n’avait aucune preuve pour lui montrer qu’il y avait un problème, même si elle le croyait, et il ne pouvait pas non plus expliquer comment il pouvait savoir une telle chose. Il ne pouvait certainement pas lui dire qu’il s’était réincarné du futur !

Pour se faire pardonner de ne pas avoir été là le matin, Ouyang Shuo ne se connecta pas rapidement le soir, aidant d’abord Bing’er avec ses devoirs et lui lisant un conte de fées. Quand il persuada sa petite sœur de s’endormir, il était déjà 22 heures.

Pour lui, le jeu était important, mais Bing’er était le plus importante. Le jeu n’était qu’un moyen de réussir, mais il ne visait qu’à aider sa famille. Bien souvent, les gens étaient troublés par l’apparence des choses. Sans une définition claire des moyens et des objectifs, les gens tomberaient dans le flou.

De plus, le village de Shanhai avait mis en place une structure organisée complète grâce à ses efforts pour encourager les gens. Même s’il n’était pas là pendant une courte période, son territoire fonctionnerait toujours sans heurts.

Une fois connecté, il était temps de sortir et d’aller travailler. Shuo se rendit au seuil de la cour, taquinant Blackfang.

Les chevaux n’aimaient pas vraiment les chiens, alors Ouyang Shuo n’était pas rassuré de laisser le chien courir partout. D’habitude, il était attaché dans la cour. Quand il était libre, il le tenait en marchant dans le village. N’ayant rien de spécial à faire aujourd’hui, la culpabilité de Ouyang Shuo le poussa à prendre Blackfang et à visiter le village.

En marchant autour du village et regardant les maisons qui jaillissaient du sol, Ouyang Shuo se sentait heureux et fier. C’était le village qui lui appartenait entièrement, et il avait fait sortir tout le monde du désert pour l’établir. Il avait commencé de zéro, à partir de la première bûche posée.

Les villageois l’aimaient et lui étaient reconnaissants de leur fournir un abri. Ses subordonnés le respectaient, admirant sa clairvoyance, et ils étaient reconnaissants de pouvoir utiliser ses connaissances pour atteindre un niveau de performance supérieur à ce que leurs propres compétences et talents leur permettaient.

En chemin, les villageois qui le voyaient lui souriaient et s’inclinaient devant lui. Ouyang Shuo n’était pas arrogant et s’arrêtait pour discuter, leur demandant s’il y avait des problèmes dont il n’était pas au courant. S’il y avait des difficultés, il fallait les partager, pour mieux aider tout le monde à les résoudre !

La fête du feu de joie d’hier soir était évidemment dans l’esprit de tout le monde, en particulier la magnifique danse Lingbo de Yingyu et la danse de l’épée du Général Shi. Bien sûr, il y avait aussi le chant de leur Seigneur ; ce n’était pas mauvais, mais le timbre avait été un peu étrange, comme si les gens écoutaient de la musique étrangère.

Quand il arriva dans le village, il vit que Zhao Dewang supervisait la construction de la première tour de flèche avec une équipe de construction. Le Général Shi se tenait sur le côté, observant le travail. Le général avait évidemment beaucoup plus d’autorité dans la construction de la tour que ne possédait le secrétaire Dexian, car il en savait plus à son sujet. Voyant Ouyang Shuo approcher, les deux vinrent rapidement à lui.

La voix du Général Shi était, comme toujours, assez forte. « Seigneur ! » il cria presque.

Zhao Dewang suivit derrière lui, saluant promptement « Sire ! ».

Shuo renonça aux formalités, toujours de très bonne humeur. Avec un sourire à Dewang, il dit : « Pas besoin de faire des cérémonies. Le secrétaire Dewang a été très actif, digne d’éloges ! »

Zhao Dewang détenait encore le titre de directeur adjoint de la construction et avait naturellement l’intention de faire ses preuves par des actes. Sa crainte de ne pas progresser et que son seigneur était sur le point de le critiquer fut dissipée, apaisant son cœur. Modestement, il dit : « Je n’ose pas en revendiquer le mérite. La raison pour laquelle cette tour a pu être construite si bien est grâce aux conseils du Général Shi. Sans ses conseils, nous ne saurions pas par où commencer ! »

Le général Shi n’était pas du genre à connaître la modestie. Souriant sur le côté, il dit fièrement : « Ce n’est pas si difficile, c’est une simple tour de flèche. J’avais l’habitude de mener des hommes à la guerre ; ces sortes de tours de siège étaient beaucoup plus puissantes ! »

Le Général Shi se retourna et regarda Ouyang Shuo. « Mon seigneur, ma dernière observation du terrain me dit que nous devrions construire une tour à chaque coin de notre clôture pour renforcer la puissance défensive du village. Malheureusement, il n’y a pas assez d’arcs et de flèches, ni de moyens d’entraîner les recrues. »

Ouyang Shuo hocha légèrement la tête, et regarda Zhao Dewang.  » Pour reprendre les mots du Général Shi, que la division de la construction coordonne les arrangements. »

Zhao Dewang se dépêcha de dire qu’en deux jours, il pouvait faire construire toutes les tours. Ouyang Shuo hocha la tête et, n’ayant plus aucune raison de rester, se retourna vers sa cour, tenant Blackfang.

 

1 Luo Shen Fu 洛神赋 : Un ancien poème chinois de l’époque de la fin des Trois Royaumes.

2 Rêve du roi Xiang 襄王梦 : Une histoire chinoise d’amour au sujet d’un roi et d’une déesse.

<>
Traduit par la team : WuxiaLnScantrad