Flux RSS

The World Online

Traduit par la team : WuxiaLnScantrad
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 1 Chapitre 2 – Partage


Après que Ouyang Shuo se soit levé, son lit et ses couvertures de lit se replièrent tranquillement dans le mur de sa chambre, ne laissant derrière eux aucun meuble à voir. Il vivait dans une société de haute technologie, où tout était modernisé et intelligemment assemblé.

La maison dans laquelle il se trouvait lui a été laissée par ses parents, une résidence assez haut de gamme. Il entra dans le salon, et là, sa sœur Ouyang Bing’er attendait sur le canapé, le regardant pitoyablement.

Bing’er n’avait que huit ans cette année, vêtue de rose et elle avait des petites joues potelées que les gens ne pouvaient pas s’empêcher de pincer par instinct. Elle portait une casquette de baseball avec une chemise poncho noire, un pantalon serré et de petits pieds avec des chaussures rouges, si mignons que son cœur avait l’impression qu’il allait éclater rien qu’en la regardant.

« Frère est toujours paresseux, il s’est réveillé plus tard que Bing’er aujourd’hui ! Honte, honte ! » La petite fille se leva après l’avoir réprimandé, ses yeux tournés vers l’extérieur en glissant un ou deux regards vers la porte, un seul regard et on aurait l’impression qu’elle était maligne.

Le frère et la sœur se connaissaient trop bien et, d’un seul regard, Ouyang Shuo savait ce qu’elle pensait. Aujourd’hui, c’était le week-end, donc il n’avait pas à travailler. Hier, il a dit à Bing’er qu’il l’emmènerait au terrain de jeu pour jouer. A cause de cette promesse, la paresseuse qui avait besoin de son réveil tous les jours, s’est levée tôt, de façon surprenante.  Elle s’était même maquillée.

Ouyang Shuo ne la taquina pas, mais se rendit sur le canapé et prenait place. Il a ensuite pris la petite fille et l’a mise sur ses genoux. Il frotta son menton sur son front, provoquant un rire joyeux alors que sa barbe pelucheuse la chatouillait.

« Méchant frère ! Tu m’intimides…. » Bing’er se mit à rire.

« Aujourd’hui, la jolie petite princesse est très bien habillée. Je vais te préparer le petit-déjeuner, et après on ira jouer au terrain de jeux, d’accord ? »

Entendant que son frère n’avait pas oublié sa promesse, la petite fille sourit si fort que ses yeux louchèrent et lui donna un baiser de joie sur la joue.

Les bons moments passaient toujours vite. Il resta toute la journée avec elle dans le parc de jeux pour enfants, l’emmenant ensuite au KFC pour manger un seau entier de poulet. Bing’er était si heureuse et excitée après sa merveilleuse journée qu’elle n’arrivait pas à dormir. Finalement, après avoir lu un troisième conte de fée, elle s’est endormie.

La nuit était maintenant calme. C’était un bon moment pour Ouyang Shuo de passer en revue son passé et de réfléchir à ce qu’il allait faire pour son nouvel avenir.

Il allait définitivement quitter son travail. Quoi qu’il en soit, il y avait travaillé moins de six mois et n’avait pas une grande loyauté envers l’endroit. En ce qui concerne les biens, la chose la plus précieuse qu’il avait était cette maison dans laquelle il vivait. Le compte bancaire de ses parents l’avait soutenu tout au long de ses années universitaires, mais il s’épuisait.

C’était aussi la raison pour laquelle il avait trouvé un emploi rapidement après avoir obtenu son diplôme universitaire. Mais en cette ère hautement mécanisée et axée sur la technologie, plus de 90 % du travail avait été remplacé par des machines. Il y avait beaucoup de gens qui n’avaient pas d’emploi et qui n’arrivaient pas à trouver du travail.

Le gouvernement a été contraint de mettre en place un système de protection sociale complet afin d’assurer la sécurité et le mode de vie de base de chacun. Maintenant, une seule institution, Skynet, fut mise en place pour surveiller tout le monde et tout ce qui se passe avec un sérieux et égalité. Son influence s’étendait à toutes les couches de la société, et la criminalité en général s’était considérablement réduite sous l’œil toujours attentif des observateurs de Skynet.

Le fruit amer de cette situation fut la division de la société en deux niveaux : les nantis et les politiquement connectés, généralement formés de grands consortiums ou de familles occupant des postes politiques, et tout le monde. C’était une division de la société qu’il était difficile de surmonter.

En même temps, l’âge général du peuple augmentait. Les jeunes hommes et les jeunes femmes déprimés n’étaient souvent pas disposés à avoir des enfants et à supporter les coûts et les exigences supplémentaires de la parentalité, ce qui se traduisit par une croissance démographique mondiale négative au cours des vingt dernières années. La population mondiale a chuté à moins d’un milliard d’habitants, et quarante pour cent de la population étaient des personnes âgées. Même dans les régions densément peuplées de la Chine, la population totale diminuait.

En ce moment, Ouyang Shuo n’avait même pas assez d’argent pour acheter la cabine de jeu pour Earth Online. Heureusement, grâce à sa renaissance, il savait ce qui allait arriver, et il avait des idées que les autres ne savaient pas. Dans l’année qui suivit le début de l’immigration interstellaire, tous les actifs fixes et les logements sur Terre deviendraient pratiquement sans valeur. Par conséquent, il prévoyait de vendre la maison où ils vivaient maintenant, et de prendre l’argent pour louer une maison temporaire pour y vivre.

C’est dans cet esprit qu’Ouyang Shuo se plongea dans son cerveau, l’ordinateur personnel et portable omniprésent que tous les habitants de la Terre possédaient. Localisant rapidement le site officiel de transactions immobilières, il se rendit sur le canal de vente rapide, marqua le prix comme étant inférieur de 10% à la valeur marchande actuelle, et le vendit aussitôt au centre de transactions immobilières.

Une société aussi avancée que celle-ci était très pratique. Ouyang Shuo n’avait même pas besoin de quitter la maison, et encore moins d’aller dans un bureau du gouvernement. Étant donné que tous ses renseignements personnels étaient stockés dans Skynet, puisque son cerveau pouvait certifier ses empreintes digitales et son scanner rétinien, il n’a fallu qu’une demi-heure pour compléter la transaction. Après qu’il ait fini, le compte de Ouyang Shuo fut rapidement crédité et augmenta de plus de deux millions de crédits.

Profitant de l’heure tardive et de la tranquillité, Ouyang Shuo commença à chercher un bon logement locatif en ligne. Bing’er était encore à l’école primaire, donc ils ne pouvaient pas s’éloigner trop loin, pas plus loin qu’un district voisin. C’était un peu difficile avec cela. Selon les paramètres de recherche avancée qu’il avait entrés, le système recommanda une maison dans la communauté de Tianyuan qui avait trois chambres et une salle de séjour, avec un loyer mensuel de 3000 crédits.

Coïncidence, Bing’er fréquentait une école dans la communauté de Tianyuan qui était très proche, ce qui rendait cela encore plus pratique pour Bing’er. Mais la maison était partagée, celui qui louait n’était pas le propriétaire lui-même, mais un locataire, ce qui rendait Ouyang Shuo un peu hésitant à accepter.

Adoptant une attitude consistant à  » voir ce qui arrivera « , Ouyang Shuo composa le numéro du visiophone. L’image d’une jeune fille de vingt ans, avec un beau visage ovale et des sourcils sauleux, apparut rapidement sur le téléphone. Elle avait l’air de sortir d’un bain, les cheveux mouillés, et portait un pyjama de style chaton rose, incroyablement et inopinément mignon.

Ouyang Shuo était plus qu’un peu gêné. Après tout, les hommes et les femmes vivant ensemble étaient tous bien et bons dans les séries romantiques à la télévision, mais en réalité, c’était quelque chose de très rare et qui se produisait rarement avant le mariage. Cependant, cette fille était le contraire de ce que l’on attendait des femmes, prenant immédiatement l’initiative de discuter avec lui.

« Allô ? Qui êtes-vous ? Vous voulez quelque chose de moi ? » lui demanda-t-elle.

« Bonjour ! J’ai été mis en relation avec vous par l’intermédiaire du réseau de location. L’information sur la location que j’ai vue était exactement ce dont j’avais besoin. Je ne pensais pas que vous étiez une fille, je suis désolé si c’est gênant. » Ouyang Shuo était prêt à se déconnecter, n’ayant que peu d’espoir de voir quelque chose en sortir.

« Oh ! » répondit-elle, un peu surprise. « J’ai deux chambres à louer ici, mais vous êtes seul, c’est un peu étrange…. » Elle n’a pas refusé directement, posant plutôt une question raisonnable.

« Ha, je suis désolé, je n’ai pas expliqué clairement. J’ai une sœur de huit ans ; son école est près de chez vous, donc…. » dit Ouyang Shuo avec hésitation.

Entendre qu’il avait une jeune sœur semblait beaucoup rassurer la jeune femme. « Oh, dans ce cas, vous avez l’air plutôt honnête, alors je suis d’accord ! C’est presque la fin du mois, vous pouvez aider à payer le loyer, hee hee ! »

Il fut si simplement et inopinément accepté, cela prit Ouyang Shuo par surprise. Il se demandait s’il était devenu sans le savoir beaucoup plus charmant et beau pour pouvoir la convaincre si facilement.

Ils discutèrent des questions spécifiques de location et, par l’intermédiaire du réseau, signèrent un contrat électronique. Ouyang Shuo a appris que la jeune fille s’appelait Sun Xiaoyue et qu’elle était étudiante au département d’architecture de l’Université d’État de Jiao.

Il a accepté d’emménager dès le lendemain, et était sur le point de raccrocher quand il entendit :  » Hee hee, je vais enfin avoir l’argent pour payer le loyer ! Son ego et sa confiance en soi prirent un coup et il réalisa pourquoi elle avait accepté si rapidement.


Le lendemain matin, Ouyang Shuo dit à Bing’er qu’ils déménageaient. Quand Bing’er apprit qu’ils allaient vivre avec une belle grande sœur et près de l’école, elle n’avait aucune objection. Ils passèrent toute la matinée à emballer leurs bagages et quelques effets personnels, et appelèrent une camionnette de déménagement pour les amener à leur nouvelle maison.

Ils arrivèrent rapidement dans la communauté de Tianyuan et trouvèrent Sun Xiaoyue debout devant la porte, se plongeant dans son cerveau et les attendant. C’était surprenant qu’elle ait été si courtoise.

Bing’er portait son petit sac rose et tenait les mains d’une poupée tigre en ouvrant la porte du taxi. Après être sortie, elle regarda autour d’elle sans crainte, n’ayant pas peur du tout de l’étrange nouvel environnement. Son expression était une expression de curiosité et d’intention malicieuse.

En voyant la charmante petite fille, le cœur féminin de Sun Xiaoyue fut instantanément touché. Elle s’avança rapidement, les bras tendus. « Wow, une si mignonne petite fille ! Viens ici, laisse ta sœur te tenir dans ses bras ! »

Bing’er sourit et recula d’un pas, en disant doucement : « Belle sœur, bonjour ! Mon nom est Ouyang Bing, tu peux m’appeler comme mon frère…. Bing’er ! »

Sun Xiaoyue ne fut pas embarrassé et n’en voulait pas à Bing’er pour avoir esquivé son étreinte. Au lieu de cela, elle sourit et dit, « Ouyang Bing’er, c’est un joli nom. Je suis Sun Xiaoyue, tu peux m’appeler Soeur Xiaoyue. Bing’er se plaît ici ? »

 » Ça me plaît, c’est aussi joli que chez nous, mais il y a une belle sœur ici, Bing’er est très heureuse, hee hee ! ». Bing’er sourit en retour.

Sun Xioayue avait complètement oublié Ouyang Shuo, le jetant hors de son esprit avant de prendre directement la main de Bing’er pour l’emmener à l’étage. Bing’er tourna la tête pour regarder son frère ; il hocha simplement la tête, sourit et lui indiqua qu’elle pouvait partir. Elle suivit tranquillement Xiaoyue à l’étage.

Voyant Bing’er si adorable, Ouyang Shuo était un peu jaloux. Peut-être, pensa-t-il, qu’il pourrait l’emmener à l’Université d’Etat de Jiao et se promener avec elle, attirant ainsi une jolie fille qu’il pourrait épouser, hehe…..

« Patron, dois-je déplacer vos affaires ? demanda le chauffeur du camion de déménagement, interrompant impitoyablement ses fantasmes.

« Oh ! Oui, s’il vous plaît, jusqu’au quinzième étage. Suivez ces filles devant nous, vite ! » Ouyang Shuo saisit sa valise et poursuivit à la hâte Sun Xiaoyue.


Sun Xiaoyue vivait dans la chambre 1503, et à l’intérieur, sa première impression était qu’elle était très propre. Il y avait trois chambres à coucher, une principale et deux plus petites ; elle vivait dans l’une des plus petites. Ouyang Shuo revendiqua effrontément la chambre principale, Bing’er vivant en face de lui dans l’autre petite chambre. Après avoir arrangé leurs chambres, apporté leurs bagages et autres effets personnels, il était déjà cinq heures de l’après-midi.

Afin d’exprimer sa gratitude à Sun Xiaoyue, et de célébrer leur déménagement, Ouyang Shuo a offert à tous un bon repas. Après avoir acheté de la nourriture au supermarché local, le grand chef Ouyang Shou prit même le contrôle de la cuisine pour la réparer.

Il faisait la bonne nourriture habituelle : poisson, porc, côtes de porc, côtes de porc aigre-douce, bœuf bouilli, poumons rôtis et sept ou huit autres plats. Toute cette cuisine inspira le petit chaton Bing’er à se glisser dans la cuisine au milieu de ses efforts, et ses petites mains arrachèrent les côtes pour les manger. Cependant, elle déclara qu’elle le faisait pour l’aider et tester son goût, afin de ne pas lui faire honte devant sa nouvelle sœur aînée.

Après le somptueux dîner, les trois se retirèrent dans le salon pour s’asseoir et bavarder et se comprendre mutuellement. Bing’er était allongée sur le canapé, le ventre gonflé. Avec son expression satisfaite, elle avait l’air mortellement mignonne.

« Xiaoyue, pourquoi as-tu une si grande maison à louer ? » Après s’être familiarisé les uns avec les autres, Ouyang Shuo n’avait pas de scrupules et a directement posé cette question pour dissiper tout doute. Cette fille n’avait pas l’air d’une personne riche, marmonnant qu’elle ne pouvait pas payer le loyer. Mais elle louait quand même une maison avec trois chambres, c’était stupide, non ?

« Oh, grand frère Ouyang, en parlant de ça, je dois blâmer mes deux petites amies qui sont parties avec leurs petits amis. A l’origine, nous avons toutes les trois signé le bail pour cette maison, pour vivre ensemble jusqu’à l’obtention du diplôme universitaire. Toutes les deux ont déménagé pour vivre avec leurs petits amis, me laissant seule ici. Pour payer le loyer, j’ai dû louer les chambres dans lesquelles elles étaient hébergées. Si vous n’étiez pas venu à temps pour payer une part, j’aurais mangé des ramen instantanés tous les jours « , expliqua-t-elle, avec un regard amer dans les yeux.

Il semblait que sa colère à l’égard de ses anciennes camarades de chambre était assez profonde, et elle ne voulait pas continuer à en parler. Ouyang Shuo savait que continuer à poser des questions sur ce sujet n’était probablement pas une bonne idée et se tourna rapidement vers l’école.

Il était également diplômé de l’Université d’État de Jiao, ce qui lui permettait d’être considéré comme l’aîné de Sun Xiaoyue. Ainsi, ils avaient beaucoup de choses dont ils pouvaient parler. Il était plus de dix heures avant que chacun se retire dans sa chambre.

Enfin installé, Ouyang Shuo savait qu’il pourrait commencer à jouer au jeu demain, c’était la partie fondamentale de son plan pour sa nouvelle vie. Avec de grands espoirs pour l’avenir, Ouyang Shuo sombra dans le sommeil la deuxième nuit après sa renaissance.

<>
Traduit par la team : WuxiaLnScantrad