Flux RSS

The World Online

Traduit par la team : WuxiaLnScantrad
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 1 Chapitre 20 – Percée


Peu après le départ du Général Shi, Cui Yingyu entra dans le bureau de Ouyang Shuo. Ouyang Shuo sourit et lui demanda de s’asseoir, riant et disant :  » Tu sembles être venu avec un but ?

Il avait une raison de dire ça. Il se révéla que Yingyu était un accro au travail. Comme il ne s’agissait pas d’une société moderne où les femmes occupant de telles fonctions étaient courantes, elle devait être une femme très forte pour assumer un tel rôle.

« Grand frère, même toi, tu te moques de moi. Je travaille si dur, tout ça pour le bien du territoire du grand frère. » Le visage de Yingyu devint rouge en faisant la tête à ses taquineries.

Ouyang Shuo s’excusa rapidement, et se hâta de dire d’une manière conciliante pour éviter son embarras, « Ok, ok. Ne te fâche pas. Quel est l’état d’avancement de l’exploitation minière de base ? »

Il devait faire attention à l’atmosphère. Yingyu était effectivement sa petite sœur et lui faisait implicitement confiance, la plus importante de tout son personnel. Être la cible de ses taquineries était très embarrassant. Elle était venue ici pour rendre compte de son travail, et maintenant c’était devenu si gênant qu’elle ne savait pas par où commencer. Voyant que Ouyang Shuo commença à parler affaires, elle soupira de soulagement.

Elle se reprit calmement en faisant son rapport, « il y a 3 jours, j’ai vu le forgeron, Maître Li, et je lui ai demandé d’emmener des personnes pour commencer à chercher des zones minières. Hier, ils ont finalement rapporté que dans le sud-ouest du territoire, au pied de la montagne, ils ont trouvé un gisement de minerai de fer à ciel ouvert. Il n’est pas seulement grand en superficie, mais il a également de riches quantités de minerai, et devrait être très facile à collecter. Une partie du minerai est directement exposée à l’air et peut simplement être soulevée du sol pour être recueillie ».

Ouyang Shuo acquiesça joyeusement à cette information. « C’est une bonne nouvelle. Bien que la demande en fer sur le territoire ne soit pas encore très forte, dès que nous commencerons à fabriquer des armes, la demande augmentera. Avec un bon gisement à ciel ouvert, nous n’aurons pas à nous soucier du minerai de fer pendant longtemps. As-tu réussi à trouver des talents familiers avec l’exploitation minière ? »

« La principale raison pour laquelle je suis venu ici aujourd’hui est pour dire au Grand Frère que parmi les nouveaux immigrants, il y a un mineur intermédiaire expérimenté appelé Yuan Shaoping. Je suggère qu’il soit chargé des opérations pour le nouveau gisement minier de base. »

Ouyang Shuo répondit sans la moindre hésitation : « Oui, emmène-le, pas de problème, puis nomme-le comme gestionnaire du site, affecté sous ta division de réserve de matériel ».

Touchée par sa confiance, Yingyu sourit : « Merci pour ta confiance, mon frère, hee hee ! ».

Ouyang Shuo agita la main, sourit et dit : « Tu es ma petite sœur, j’ai confiance en tes capacités et ta vision, ne sois pas trop dur avec toi-même ».

Yingyu répondit doucement, tous les deux, étaient beaucoup plus proches.

Attendant le départ de Yingyu, Ouyang Shuo ne voulait pas rester au bureau. Il était temps, pensa-t-il, de jeter un coup d’œil à l’atelier du charpentier.

Depuis que le <Manuel technique du chariot pointé vers le sud> avait été remis au charpentier Lu Guangzhi, Ouyang Shuo n’avait aucune idée s’il l’avait étudié, ou s’il y avait eu des progrès. Le chariot pourrait être très utile dans la première guerre, qui se produirait bientôt, alors il voulait le mettre en production rapidement !

L’atelier du charpentier a été construit dans la rue centrale de la zone commerciale, à côté de la forge. Ouyang Shuo entra dans l`atelier. Maître Lu travaillait avec deux apprentis, travaillant autour d’un chariot en bois.

Ouyang Shuo fut surpris un instant. Comprendre le manuel n’était pas facile et il avait en fait fabriqué le chariot si rapidement ? C’était trop ! Il faut savoir qu’il s’agissait d’une technologie difficile à mettre en œuvre.

Les anciens chariots pointant vers le sud utilisaient des engrenages différentiels par rapport aux boussoles modernes, qui utilisaient les forces géomagnétiques. Le chariot utilisait un système de transmission par engrenages en fonction de la rotation des roues pour indiquer la direction du chariot. Peu importe où le chariot tournait, la main en bois pointait toujours vers le sud, de sorte qu’il était facile à utiliser pour déterminer la direction dans laquelle le chariot devait aller.

L’un des apprentis leva les yeux et vit Ouyang Shuo. Il alerta rapidement son maître qui fixait le chariot.

Lu Guangzhi se reprit, s’inclina rapidement pour saluer et dit avec crainte : « J’étais trop concentré et j’ai négligé mon Seigneur, et j’accepterai son châtiment !

Ouyang Shuo sourit, et dit simplement :  » Maître Lu est passionné par son travail, vraiment digne de l’admiration de tous comme quelqu’un dont il faut apprendre ! Qu’est-ce qu’il y a de mal à ça ? »

Le maître charpentier Lu sourit embarrassé, et dit : « Mon Seigneur a vu une situation embarrassante ! »

Ouyang Shuo ne voulait pas se faire prendre avec un comportement modeste, et désigna directement le chariot en bois. « Si je ne me trompe pas, ça doit être le chariot indiqué dans le manuel technique ? Je ne m’attendais pas à ce qu’en quelques jours, Maître Lu fasse des progrès incroyables ! »

Écoutant les louanges de Ouyang Shuo, le visage sombre de l’homme rougit encore plus. Semblant tout à fait honteux, il dit : « J’ai honte, et je ne suis pas digne de la louange du Seigneur. Nous avons travaillé ces derniers jours en accord avec les données du livre, en essayant de faire le chariot. Il est dommage que ce chariot ne pointe pas vraiment vers le sud comme le disent les instructions du livre. »

Ouyang Shuo se rendit brusquement compte qu’il ne s’agissait que d’un produit test, ce qui le rendait beaucoup plus réaliste. « Il n’est pas nécessaire que vous ayez honte, Maître Lu. Pour autant que je sache, ce chariot est un instrument très sophistiqué, et même avec un manuel technique de référence, cela ne prendra pas seulement un peu de temps pour comprendre comment il est fait. Quoi qu’il en soit, on a encore du temps, et il n’est pas nécessaire d’être déprimé, honteux ou anxieux. Maître Lu, étudiez-le lentement, et vous pourrez peut-être profiter de cette occasion pour améliorer votre niveau de compétence. »

Le visage de Maître Lu était un peu pâle, et il dit avec reconnaissance : « Je remercie le Seigneur pour sa confiance. Je vais certainement prendre le temps de l’étude, et essayer de faire un vrai chariot pointeur dès que possible et de rendre la gentillesse du Seigneur ».

« Alors je suis soulagé. Vous êtes occupé, alors je vais arrêter de vous déranger et prendre congé ! »

En sortant de l’atelier de charpente, Ouyang Shuo tourna simplement et entra dans la forge d’à côté. A vrai dire, il n’avait pas prêté beaucoup d’attention à Li Tiezhu, le forgeron de base. La raison en était simple : le forgeron n’était pas capable de fabriquer des armes ou des armures. Au mieux, il pouvait faire des pointes de flèches, et même pas les pointes plus complexes.

Parce que les armes n’étaient pas vendues sur le marché, les joueurs seigneur ne pouvaient obtenir des armes et de l’équipement que de trois façons. La première était la plus simple, et c’était lorsque la caserne militaire donnait un ensemble d’armes et d’armures de base. Cela se faisait lors de la transformation des soldats, par exemple lorsque les fermiers étaient transformés en milice, et qu’on leur donnait une armure en cuir et une lance.

Le système fournissait l’ensemble principalement pour éviter l’embarras d’un soldat nu, et ne pouvait être considéré que comme un équipement de base. Bien sûr, les défauts de ce  » cadeau  » étaient très apparents. Les armes et équipements  » gratuits  » étaient de très mauvaise qualité et se cassaient ou étaient facilement détruits.

La deuxième façon d’obtenir des articles militaires était de les faire entrer clandestinement depuis les grandes villes, en travaillant avec les grands commerçants. Tant que le paiement valait le risque, ces cartels prendraient le risque. Ils organiseraient une expédition privée par voie terrestre, l’escorteraient jusqu’au bout et l’expédieraient directement sur votre territoire.

Cela de toute évidence ne pouvait pas être facile à faire. Vous deviez d’abord contacter les cartels, ce qui exigeait la transformation du marché de base en marché avancé, ce qui ouvrirait la 4ème plateforme du marché – la plateforme de négociation coopérative. La contrebande d’armes et de matériel était extrêmement coûteuse, et si vous n’étiez pas riche, vous ne pouviez tout simplement pas vous le permettre. Même la contrebande fortuite de quelque chose pourrait amener le territoire au bord de la faillite.

Ces cartels étaient tout sauf généreux et étaient en fait des vampires avides. Ils risquaient de tout perdre, prenant le risque d’expédier tout sur le territoire, donc s’ils ne gagnaient pas cinq, sept ou dix fois le profit, ils ne seraient pas satisfaits. Pire encore, les cartels ne vendaient que les produits, ils n’étaient pas responsables de l’entretien. Ils ne parlaient même pas du service après vente.

La dernière façon était de construire votre propre industrie militaire. Une fois qu’on lui avait créé sa propre industrie militaire, Naturellement, on n’avait pas besoin d’être soumis aux caprices des autres. Tout dépendait de soi, de ce que l’on voulait et de ce que l’on pouvait produire.

Bien que cette approche semblait bonne, c’était la plus difficile des 3 voies. Raisons ? Comme les armes et l’équipement étaient des articles interdits, tout type d’arme avancée nécessitait un manuel technique approprié pour sa fabrication. Pour des choses comme la fameuse armure Mingguang du Nord et du Sud, on avait besoin du < Manuel de fabrication de l’armure Mingguang > pour le fabriquer.

En général, de tels manuels technologiques n’étaient pas disponibles sur le marché de base. Il n’y avait qu’un seul endroit pour les acheter. Cela signifiait le passage au marché intermédiaire et l’ouverture de la troisième plate-forme – la plate-forme d’enchères à durée limitée. Le jeu tiendrait des ventes aux enchères limitées en durée sur une base régulière sur cette plate-forme. Lors de ces événements, il y avait généralement des objets rares.

Dans le passé, la plupart des manuels technologiques pour les armes et l’équipement étaient issus de la vente aux enchères. Ouyang Shuo se souvient clairement de l’époque où la première vente aux enchères eut lieu dans son passé – au début du troisième mois. C’était aussi le jour de l’ouverture officielle de la plateforme d’échange de points de crédit en monnaie de jeu.

De retour à la réalité, le projet de Ouyang Shuo de créer des ateliers d’armement nécessitait un forgeron avancé pour les gérer. Par conséquent, il n’avait aucune attente du Maître de base Li. Ainsi, il ne s’attendait pas à ce qu’avec une simple visite à la forge, Maître Li lui réserve une surprise.

Le forgeron, voyant Ouyang Shuo, dit joyeusement : « Haha, quelle coïncidence ! Je me préparais à aller chercher le Seigneur et je ne m’attendais pas à ce qu’il vienne ! »

« Oh ? Je ne savais pas que Maître Li avait besoin de me trouver, quelles nouvelles avez-vous pour moi ? » Voyant le forgeron, habituellement calme et compétent, si excité, Ouyang Shuo fut un peu surpris.

« Hier après-midi, alors que je construisais une charrue pour un fermier, j’ai fait une percée dans mon goulet d’étranglement, et j’ai été officiellement promu forgeron intermédiaire. »

En l’écoutant dire ça, Ouyang Shuo pensa tout de suite à la caractéristique de niveau or de son territoire, à savoir celle qui augmentait le taux de compétence des résidents qualifiés de 20%, et augmentait la chance de briser les goulots d’étranglement promotionnels de 10%. Il ne s’attendait pas à ce qu’elle joue si rapidement un rôle dans le village, et c’est sûr qu’elle était assez puissante.

« Oh, alors je dois vraiment féliciter Maître Li ! J’aimerais vous demander, si vous avez eu un sentiment particulier quand vous avez percé. »

« J’ai eu l’impression que mes compétences de forgeron se sont grandement améliorées. Avant, un problème qui aurait pu me déconcerter maintenant semble aussi simple que de lever et de baisser la tête, comme si j’avais été éclairé par le ciel. ». Au sujet de sa propre percée, Maître Li lui-même semblait plus qu’un peu surpris.

« Quoi qu’il en soit, c’est une bonne chose. Maître Li peut maintenant essayer de fabriquer des pointes de flèches et des lances, et le territoire s’en servira ! »

Heureux de pouvoir fabriquer des armes, Maître Li fut honoré de se voir confier ce devoir. Après un bref compte-rendu de ses besoins, Ouyang Shuo quitta la forge.

<>
Traduit par la team : WuxiaLnScantrad