Flux RSS

The World Online

Traduit par la team : WuxiaLnScantrad
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 1 Chapitre 36 – Privatisation ②


Quant aux doutes de chacun, Ouyang Shuo ne s’en souciait pas.

« J’ai décidé de créer une division financière chargée des affaires financières et de la fiscalité du territoire après la privatisation. La division financière fonctionnera de manière indépendante et la Banque des quatre mers sera également intégrée à la juridiction de la division financière. Le secrétaire de la division financière sera également Cui Yingyu. »

Tout le monde réalisa soudainement ce qui se passait. Le secrétaire financier et le directeur de la Banque des quatre mers, étaient de vrais dieux de la richesse. Le statut de ce poste était comparable à celui du directeur de l’administration.

Yingyu était aussi incomparablement excitée, se souvenant de son entretien avec Ouyang Shuo hier. Elle ne s’attendait pas à ce qu’avec ce seul geste, non seulement il la déchargerait du fardeau de la division des réserves matérielles, mais il la rendrait rapidement responsable de la division financière encore plus importante. Elle se leva lentement et dit : « Je ne manquerai pas d’être à la hauteur de la confiance de mon grand frère ! »

Ouyang Shuo hocha la tête. « Avec la création de la division financière, ta première tâche est d’établir un système fiscal efficace. Ici, je vais donner le ton général pour que tout le monde discute des détails spécifiques de la mise en œuvre et des prêts de la Banque des quatre mers. La division financière sera responsable de la rédaction du rapport. »

Yingyu hocha la tête, montrant qu’elle comprenait.

« En termes simples, la taxe sera divisée en deux types : les taxes agricoles et les taxes commerciales. La taxe agricole sera relativement simple, elle devrait être fixée à 3,3%.

Les taxes commerciales seront divisées en droits de douane et taxe commerciale. Pour les tarifs, nous devons étendre le territoire et avoir des contacts commerciaux avec le monde extérieur, ce n’est qu’alors que nous pouvons mettre en place des points de contrôle pour les tarifs. C’est pourquoi, à ce stade, nous nous concentrerons davantage sur la taxe commerciale. Afin d’encourager l’artisanat et le commerce, nous fixerons également la taxe commerciale à 3,3 %.

« L’impôt sera une source financière importante du territoire à l’avenir, nous devons maintenir la stabilité du taux d’imposition pour favoriser la croissance. Si vous avez des commentaires, vous pouvez parler librement. »

 

Fan Zhongyan se leva et dit tranquillement : « Le seigneur est généreux et aime son peuple, ce taux d’imposition est déjà le plus bas de l’histoire. Ma seule crainte est qu’un taux d’imposition aussi bas ne puisse maintenir nos dépenses quotidiennes et nos dépenses militaires ».

« Les deux taux d’imposition bas sont plus propices au développement rapide de l’économie du territoire. Tant que nous agrandissons le gâteau, même si nous n’avons qu’une petite part, cette part peut encore être très impressionnante. Par contre, si le gâteau est petit, même si on prend la moitié du gâteau, ce n’est pas grand-chose.

« Plus important encore, dans le territoire, il y a des industries qui n’ont pas été privatisées, une source de revenus dont les profits seront tous remis au secrétaire financier, pour que le gouvernement n’ait pas à s’inquiéter des affaires financières du territoire », lui répondit Ouyang Shuo.

En entendant Ouyang Shuo dit que les profits de l’industrie du sel et d’autres industries seraient remis au secrétaire financier, Fan Zhongyan Fan Zhongyan se calma. Comme il s’inquiétait pour le pays, son souhait d’une taxe à faible taux d’imposition avait été exaucé comme il le souhaitait. Il craignait en fait que Ouyang Shuo ne réclame la propriété des industries, mais Ouyang Shuo affirmait qu’il ne s’accrocherait pas à certaines industries. Sinon, si le territoire était à court d’argent, alors, en fin de compte, ils ne pouvaient s’en emparer que des mains des gens ordinaires.

C’était l’une des limites des personnages historiques. Même avec la sagesse de Fan Zhongyan, il ne comprenait pas que la force d’un territoire était la force d’un joueur. Ouyang Shuo, en tant que seigneur des joueurs, ne se souciait tout simplement pas d’avoir son propre trésor.

Après que Fan Zhongyan ait fini, Zhao Dexian se leva. « Seigneur, j’ai une question. Pour les agriculteurs, devons-nous payer la taxe agricole en même temps que le loyer des terres agricoles ? »

« Le Secrétaire à l’agriculture partagera les terres agricoles entre les agriculteurs et leur fournira gratuitement des biens qu’ils pourront exploiter sous la forme de droits sur les terres agricoles qu’ils possèdent eux-mêmes afin d’assurer leurs propres intérêts. Ils ne sont toutefois pas autorisés à annexer de nouvelles terres. Nous ne permettrons pas que de nouvelles terres agricoles soient cultivées en privé, seule la division de la valorisation des terres peut le faire », expliqua brièvement Ouyang Shuo. « Quant au nombre de mu de terres agricoles que chaque agriculteur peut obtenir, il est nécessaire que le département discute entre eux. »

Zhao Dexian hocha la tête, comprenant clairement.

 

Entendant que Ouyang Shuo finisse avec les modalités pour les agriculteurs, le secrétaire temporaire Zhao Youfang se leva. « Seigneur, nous voulons aussi savoir comment nous allons percevoir les taxes des chasseurs et des pêcheurs ? »

« Tout d’abord, les pêcheurs. Il y a deux façons de taxer les pêcheurs. L’une consiste à taxer la vente du poisson directement sur le marché. Afin de s’assurer que la taxe est régulière et qu’il n’y a pas de fraude, le poisson doit être vendu sur un étal fixe et non en privé. L’autre méthode est qu’ils peuvent le vendre directement à la division des réserves matérielles, ils seront facturés sur la base de la taxe commerciale. Cependant, les transactions occasionnelles ne seront pas taxées. »

« La taxation des bergers fonctionne de la même manière que celle des pêcheurs. Le buffle sera un animal à accès restreint et ne peut être abattu pour la vente. Elle ne peut être vendue qu’à la division des réserves matérielles, et le ranch contrôlé directement par le territoire n’est pas imposable. ».

Ouyang Shuo savait qu’avec de telles dispositions, il y avait encore des failles, et que certains stratagèmes d’évasion fiscale n’étaient pas bloqués. Par exemple, un berger rusé pourrait penser à garder son bétail dans le ranch, évitant ainsi les impôts. Mais à l’heure actuelle, le secrétaire financier était nouveau et le personnel était sous-formé. Il n’était pas conseillé d’effectuer une opération trop complexe, sinon elle serait autodestructrice.

Attendant que Zhao Youfang ait fini, Mu Qingsi se leva et dit joyeusement : « La petite sœur a une question à poser. Si je venais à acquérir l’atelier de couture, les conditions d’un ensemble de vêtements par personne sur le territoire continueront-elles à s’appliquer ? Si ça continue, à qui dois-je m’adresser pour obtenir une indemnisation ? »

« Il y a deux options pour la compensation de cette façon. D’une part, le territoire te fournira les matières premières pour le tissu, l’atelier de tailleur ne sera responsable que de leur traitement. Pour la production de vêtements, le territoire te paiera pour ton travail.

 » Tu peux aussi, bien sûr, acheter ton propre tissu, faire tes propres vêtements, et le territoire t’achètera les vêtements au prix du marché ».

« Ce type de coopération axée sur le marché s’applique à tous les types de privatisation après l’ouverture des magasins. Bien sûr, après la privatisation, certains biens militaires comme les flèches et les armures en cuir ne peuvent être fabriqués arbitrairement, seul l’atelier d’armement du gouvernement peut produire de tels biens militaires… ».

La discussion sur la fiscalité dura près d’une heure et demie. Au cours de cette période, les représentants des différentes industries parlèrent tous des problèmes dans leur propre secteur. Ouyang Shuo Répondit à toutes leurs questions.

 

Yingyu était assise là, sentant une pression semblable à celle de la montagne. Ecrivant toutes ces questions et réponses, elle ne disposait pas de temps pour réfléchir et ne savait pas comment répondre. Elle ne pouvait qu’écrire les réponses de Ouyang Shuo une par une. Après un certain temps, elle pouvait classer les réponses et les inscrire dans les lignes directrices de la division financière, elle ne savait pas quoi faire d’autre.

Si le problème de la fiscalité et des banques était réglé, les autres éléments seraient beaucoup plus faciles à régler. Ouyang Shuo dit un peu paresseusement, « Sur l’évolution des niveaux de salaires et de prix, je laisse le département administratif avec l’entière responsabilité d’un programme détaillé, qui me sera présenté pour approbation. Comme pour tous les types de magasins et la distribution et la mise en œuvre du bien-être de base, naturellement, les divisions des réserves matérielles et de la construction prendront l’entière responsabilité ».

A ces ordres, Fan Zhongyan, Zhao Youfang et Zhao Dewang hochèrent la tête, montrant qu’ils comprenaient les ordres.

« Nous discuterons également des prix des magasins et de l’immobilier « , poursuivit Ouyang Shuo. « Selon l’évolution des choses, il y aura un certain nombre d’ajustements à grande échelle de nos plans dans un avenir proche, ce qui impliquera un grand nombre de terrains, y compris la démolition de magasins existants. Par conséquent, avant de fixer les prix, nous devons avoir des exigences rigides pour les droits de propriété immobilière. C’est-à-dire que les villageois acquerront des droits immobiliers et auront des droits sur les revenus. La terre elle-même appartient toujours au gouvernement. »

« Si la terre est requise, le propriétaire des droits de propriété doit obéir inconditionnellement à la décision du gouvernement et accepter de se retirer du terrain ou du magasin. En compensation, le gouvernement remplacera inconditionnellement le même bien immobilier par un bâtiment de la même taille dans un nouvel emplacement.

« Par conséquent, à ce stade, nous aurons besoin d’évaluer les prix de l’immobilier et des magasins, vous ne devez pas tenir compte du coût de l’utilisation des terres. Pour un atelier de tailleur de base, par exemple, il faut 40 unités de bois, 20 unités de pierre et la main-d’œuvre nécessaire à sa fabrication. Le coût est la somme de TOUS les coûts de construction. Sur le marché, une unité de bois est de 20 pièces de cuivre, une unité de pierre de 30 pièces de cuivre. Par conséquent, le coût des matériaux de base d’un atelier de tailleur est de 1400 pièces de cuivre, le coût de la main d’œuvre étant fixé par la division construction.

« Mon opinion est que les prix de l’immobilier se situent généralement à environ 1,5 fois les coûts de construction de la propriété et 2 fois pour les commerces. Comme pour la location d’un bâtiment, utilisez le ratio loyer/prix de 1:200, c’est-à-dire que le loyer mensuel devrait être de 0,5 % du prix du bâtiment.

Quand Ouyang Shuo termina, la petite sœur Mu chuchota sur le côté,  » grand frère, sangsue ! Tu doubles le prix pour les gens ? »

Shuo la regarda en expliquant :  » Vous vous demandez peut-être tous, pourquoi ne pas agir conformément au coût de la construction ? Premièrement, nous devons respecter les lois du marché. Si vous ne réalisez pas un certain profit, il est facile de perturber le marché. Deux – l’offre doit rester équilibrée avec les coûts de construction, sinon le prix pourrait être trop bas et le nombre d’acheteurs trop élevé.

« Par exemple, jusqu’à vingt personnes peuvent vivre dans une petite cour résidentielle. Si le prix est trop bas, une famille de trois personnes pourrait avoir la possibilité d’en acheter un. Du coup, il y aura des tensions sur le logement dans le territoire. Avec la privatisation, les conditions de vie des villageois s’amélioreront considérablement. Par conséquent, la division construction devra s’adapter aux lois du marché, avec la possibilité d’ajuster la taille et le nombre de petites résidences, avec d’autres bâtiments plus adaptés à la vie des gens ».

Zhao Dewang se leva et dit : « Compris ! »

 » La tarification résidentielle et la vente au détail ainsi que le suivi des ventes et des produits sont la responsabilité du Département de l’administration, qui doivent être marqués comme revenus financiers et déposés dans la Banque des quatre mers ».

C’est à ce moment-là que se termina la séance de discussion sur la privatisation dans le territoire. Il y avait beaucoup de travaux spécifiques qui attendaient les divisions et la plupart d’entre eux ne pourraient pas être réalisés du jour au lendemain.

<>
Traduit par la team : WuxiaLnScantrad