Flux RSS

The World Online

Traduit par la team : WuxiaLnScantrad
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 1 Chapitre 38 – Mandat de gestion


Ouyang Shuo sortit du marché de base, et descendit la rue commerciale, se dirigeant vers la zone des menuisiers. En pensant au chariot pointant le sud, il entra dans l’atelier de menuiserie.

La menuiserie était pleine d’excitation, très différente de l’ambiance de la dernière fois.

Lu Guangzhi, vit Shuo entrer, et s’avança et sourit en disant : « Guangzhi salue le seigneur !

« Maître Lu, vous avez de bonnes nouvelles ? »

Maître Lu ne put même pas ouvrir la bouche avant que son apprenti sur le côté, étourdi de joie, se mit à crier : « Seigneur, ce matin, nous avons réussi à faire un chariot pointant le sud » !

« Oui, oui, et comme le seigneur l’avait prédit, Maître Lu s’est classé parmi les charpentiers avancés maintenant ! » s’exclama un autre apprenti.

Maître Lu fixa les deux apprentis parce qu’ils étaient si impolis devant leur seigneur. Il se tourna vers Shuo et s’excusa en disant. « Ils sont encore jeunes, et ne savent rien de la courtoisie, s’il vous plaît ne les blâmez pas pour leurs paroles, sire ! »

Ouyang Shuo fit un signe de la main, indiquant que tout allait bien. « Il semble que je doive vraiment féliciter Maître Lu ! »

« Tout cela est dû aux bénédictions du territoire, lorsque les rayons d’or ont balayé tout le village le matin. Quelque chose dans mon esprit s’est libéré ; cela m’a donné un aperçu de la partie la plus importante du chariot pointant le sud ».

 

Oh ? Il y a eu une telle chose ? Les rayons de mise à niveau du territoire pourraient aussi aider les talents à percer ? Cela devrait faire partie des paramètres cachés du système. pensa Shuo. Après tout, dans sa dernière vie, il n’avait pas joué en mode seigneur, ne sachant pas que certains détails obscurs pouvaient être considérés comme normaux. Il supposa que, avec un tel effet, c’était en quelque sorte lié au fait que le village de Shanhai était un village de classe or. Sinon, ce fait caché aurait été plus exposé et bien connu du public.

Shuo hocha la tête. « Maître Lu a-t-il entendu parler de la privatisation du territoire ? »

« J’en ai entendu parler ; mon apprenti m’en a parlé. »

« Alors, à propos de la privatisation, en particulier les effets sur l’atelier de menuiserie, qu’en pensez-vous ? » Ouyang Shuo lui demanda.

Maître Lu dit avec hésitation : « Sire, à vrai dire, je n’ai pas encore le projet d’acquérir l’atelier de menuiserie ».

« Oh ? Pourquoi pas ? » Ouyang Shuo fut surpris.

« Depuis la création de l’atelier de menuiserie, à l’exception du chariot pointant le sud, il n’y a pas eu grand-chose d’autre à faire. Je crains qu’une fois que l’atelier de menuiserie sera acheté, nous ne pourrons pas maintenir notre gagne-pain ».

Ouyang Shuo sourit et sortit de son sac de rangement le <Manuel de Technique du Cheval Bœuf en bois> et le remit doucement à Maître Lu. « Regarde ce manuel, tu crois que tu peux le faire ? »

Maître Lu prit le manuel et le regarda attentivement. Il était tellement attiré par le contenu qu’il oublia que Ouyang Shuo se tenait là, attendant qu’il réponde.

Ouyang Shuo se tenait là tranquillement, attendant patiemment. Quant à ce que Maître Lu avait dit sur le dilemme des affaires du travail de bois, il avait quelques pensées.

 

Earth Online, bien que connu pour être très réaliste, avait encore quelques zones floues et vagues au début du jeu, principalement pour s’assurer que les joueurs Seigneur puissent réellement construire dans la nature sauvage. La manifestation la plus directe de cela fut dans les constructions de bâtiments.

Prenons l’exemple des petites résidences à cour intérieure. En plus de la vitesse à laquelle les résidences pouvaient être installées, il y avait aussi beaucoup d’accessoires inclus. En termes simples, pour que les gens puissent vivre dans une cour achevée, ils auraient besoin de meubles, et cela était généré automatiquement. Si elle n’était pas apparue après la construction de la maison, dormir et vivre par terre aurait été plutôt embarrassant.

Les autres boutiques et commerces se trouvaient dans le même cas. Après la construction de la forge, les installations internes nécessaires seraient automatiquement générées, afin qu’une fois la forge construite, elle puisse fonctionner sans heurts. Les coûts de ces installations étaient pris en compte dans les plans des bâtiments.

Pour certaines choses simples, comme les porcheries, les clôtures, etc., parce qu’il n’y avait pas besoin de générer du mobilier intérieur, ils n’avaient pas besoin de plans de construction pour être construits directement.

Bien sûr, avec le temps, une fois que les territoires se seraient agrandis, les règles changeraient et seraient moins floues, devenant plus cohérentes avec la réalité.

 

C’est à cause de cette conception que les villageois n’avaient pas besoin de trouver un charpentier pour construire des meubles. Il n’était pas étonnant que Maître Lu soit inquiet de ses perspectives après la privatisation.

 

Vingt minutes plus tard, Maître Lu finit de lire le manuel. Regardant vers le haut et trouvant Ouyang Shuo toujours là, il dit avec crainte : « Le contenu était trop attrayant, je ne pouvais pas m’en extraire. Je demande pardon au Seigneur ! »

Encore une fois, Ouyang Shuo agita la main. « Pensez-vous pouvoir y arriver ? »

« Si c’était avant aujourd’hui, je n’oserais pas me vanter. Mais maintenant, avec la promotion chanceuse vers un charpentier avancé, et l’expérience que j’ai acquise avec le chariot pointant le sud, j’ai la confiance nécessaire pour fabriquer le cheval bœuf en bois comme le décrit le manuel ! ».

« Si c’est le cas, j’ai une proposition. J’espère que Maître Lu pourra y réfléchir. »

« S’il vous plaît, mon seigneur ! »

« Le territoire a besoin d’un grand nombre de ces chevaux bœufs en bois. Je vous propose donc non seulement d’acquérir l’atelier, mais aussi d’en étendre l’échelle. Ensuite, le territoire utilisera le nom de la division des réserves matérielles et signera un accord commercial avec votre atelier.

« La division des réserves matérielles fournira la technologie de fabrication et le bois brut comme matériaux, et votre atelier sera responsable de la production de chevaux bœufs en bois. Pour chaque cheval bœuf en bois, la division vous paiera 20 pièces de cuivre. Cela vous occupera et résoudra le sort des menuisiers, vous voyez ? » Ouyang Shuo lui demanda.

Maître Lu, après avoir écouté tout cela, était très excité. Il était charpentier, et la menuiserie était ses racines et son gagne-pain. Non seulement il pouvait résoudre le problème d’être menuisier, mais il avait maintenant la chance de grimper les échelons ! Immédiatement et sans hésitation, il dit directement : « Je n’ai pas besoin de considérer quoi que ce soit, je promets que cela sera fait ».

« En ce qui concerne le contrat, les gens de la division des réserves matérielles vous parleront plus tard. Je serai là quand les deux parties signeront les accords. »

Maître Lu acquiesça d’un signe de tête, toujours aussi excité.

 

En quittant la menuiserie, Ouyang Shuo découvrit qu’il était déjà midi. Après le déjeuner, il fit une courte sieste dans ses quartiers. Après son réveil, il ne retourna pas à son bureau, mais il entra dans le bureau administratif voisin. La zone était devenue un peu surpeuplée, car le département administratif, la division financière et la division des réserves matérielles devaient tous opérer à partir de là.

Ouyang Shuo avait passé la matinée à acheter un total de huit plans de construction. Il les présenta avec les plans de l’atelier d’armement qu’il avait déjà à Zhao Dewang, en lui disant où il voulait que les bâtiments soient construits. Il voulait qu’elles soient terminées le plus tôt possible, après quoi il y aurait un grand projet qui attendrait la division construction.

Depuis sa nomination officielle au poste de secrétaire à la construction, Zhao Dewang était plus motivé. Après que Ouyang Shuo lui ait donné le poste, il jura de l’achever. En effet, il se tapota la poitrine et dit qu’il serait le plus rapide pour transformer les plans en réalité !

Ouyang Shuo l’encouragea, saisissant l’occasion pour gagner sa sympathie. Bien qu’il ait confié la direction du département administratif à Fan Zhongyan, cela ne signifiait pas qu’il laisserait toutes les divisions sous son contrôle.

Comme le dit le proverbe, personne n’est jamais parfait. Ouyang Shuo savait que même Fan Zhongyan avait considéré certaines idées trop radicales et que certaines échoueraient. Par conséquent, il devait s’assurer que l’administration restait sous son contrôle afin que Fan Zhongyan abandonne et n’ait pas la possibilité de modifier radicalement le village de Shanhai.

Il ne se considérait pas comme le protagoniste d’un roman pour jeunes adultes, avec une aura invincible. Tant que les personnages historiques travaillaient pour le bien du territoire, il pouvait se sentir à l’aise, et tout serait harmonieux et fluide. De cette façon, le territoire continuerait à fonctionner selon sa volonté, sans aucune déviation de ses plans.

Ensuite, Ouyang Shuo se rendit à la division des réserves matérielles du chef Zhao Youfang pour lui parler du projet relatif à la menuiserie de la matinée et programmer le suivi.

« Ce type de contrat sera l’un des principaux modes de coopération entre la future division des réserves matérielles et les magasins ou ateliers privés. Par conséquent, la division des réserves matérielles doit effectuer des travaux préparatoires sur l’accord. Le directeur Fan et moi-même examinerons le contrat pour nous assurer qu’il n’y a pas d’échappatoire.

« De plus, avant que le tailleur confectionne les vêtements en lin pour tout le monde, nous avons besoin d’un accord similaire. Je suggère que ces deux personnes organisent une cérémonie de signature en même temps, et nous invitons toutes les personnes talentueuses du territoire à se joindre à nous. Qu’ils réalisent les avantages de la privatisation pour accroître leur enthousiasme. »

Zhao Youfang hocha fortement la tête, regardant Shuo avec des yeux d’adoration. Il dit avec enthousiasme : « J’admire vraiment la façon dont le Seigneur cherche à éliminer les obstacles à la privatisation ! Les personnes talentueuses n’auront plus à s’inquiéter de la privatisation qui affecte leurs conditions de vie ! Nous n’aurons même pas besoin de les encourager, ils prendront eux-mêmes l’initiative de recruter des apprentis ». Zhao Youfang savait combien d’efforts et de conditions Ouyang Shuo fut forcé de consacrer pour que les personnes qualifiées recrutent des apprentis.

Ouyang Shuo hocha la tête et exprima son admiration pour la perspicacité de Zhao. « Oui, c’est la magie de la privatisation, ce n’est qu’en faisant appel aux besoins vitaux de l’individu que nous pouvons inspirer leur enthousiasme et stimuler le développement rapide de l’économie. Vous avez fait beaucoup de progrès, car vous pouvez maintenant voir la signification de cet accord. On dirait que le fait de travailler à la division des réserves matérielles vous a beaucoup fait grandir. »

« C’est la sagesse du Seigneur à m’assigner à la division des réserves matérielles ; je ne dois pas être loué. » dit respectueusement Zhao Youfang, toujours excité dans son cœur.

Ouyang Shuo agita la main et dit : « Eh bien, vous n’avez pas besoin d’être trop modeste. Concernant l’exploitation forestière, vous pouvez recommander un nouveau contremaître et présenter la recommandation à Fan Zhongyan pour approbation. Vous devez vous familiariser avec les affaires de la division des réserves matérielles, alors renseignez-vous le plus tôt possible.  Si vous ne comprenez pas quelque chose, ne soyez pas timide, prenez l’initiative et allez directement voir la secrétaire Cui et le directeur Fan et demandez-lui comment les choses fonctionnent. Ou, bien sûr, vous pouvez venir directement me voir. De plus, ne négligez pas les cours d’alphabétisation et les devoirs de ce côté-là. Vous ne pouvez pas prendre du retard, et vous devez encore travailler plus dur. »

C’était la première fois que Ouyang Shuo donnait de telles instructions personnelles à Zhao Youfang. Il était évident qu’il attendait beaucoup de Youfang !

Youfang était aussi clairement conscient de cela et était reconnaissant à Shuo pour ses conseils. En ce moment, n’étant plus capable de contenir l’excitation dans son cœur, il déclara : « Ce que le Seigneur m’a donné, je ne l’oublierai jamais. A partir de maintenant et par la suite, je m’améliorerai et ne décevrai pas mon seigneur ! »

 

Ouyang Shuo tapota son épaule, souriant, et ne dit plus rien.

<>
Traduit par la team : WuxiaLnScantrad