Flux RSS

The World Online

Traduit par la team : WuxiaLnScantrad
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 1 Chapitre 46 – Cérémonie d'ouverture ①


Faisant une petite sieste après le repas, Ouyang Shuo se rendit au marché de base pour la deuxième fois ce jour-là. Il voulait vérifier et voir combien le kit de tailleur en or noir qu’il avait promis à Qing Er allait réellement coûter.

Il entra dans la cabane en bois et cliqua sur les autres objets de la Plate-forme de Négoce d’Objets Spéciaux, à la recherche du kit de tailleur. Tout y était, depuis le bronze le plus bas jusqu’au fer noir, en passant par l’argent, etc. Il y avait beaucoup d’articles. Au plus haut niveau d’or, les articles étaient relativement rares ; il n’y en avait que 10. Et comme pour l’objet en or noir que Qing Er avait demandé, il n’y avait qu’un seul ensemble, qui se trouvait seul dans les résultats de recherche, sans que personne s’en intéresse.

Ouyang Shuo regarda le prix, et son visage pâlit. Mon Dieu, 120 pièces d’or. Il n’avait jamais acheté une chose aussi chère. Impossible, il n’y avait aucun moyen de se le permettre maintenant. Il devrait attendre une semaine avant de pouvoir se le permettre.

Quittant amèrement le marché, Ouyang Shuo était prêt à achever la tournée de visite qu’il avait commencée ce matin. La deuxième étape consistait à se rendre à l’atelier d’armement. Celui-ci était situé près de la caserne, dirigée par le forgeron avancé Wang Gao.

Contrairement à la forge de rang intermédiaire dirigée par Li Tiezhu, l’atelier d’armement était spécialement conçu pour un usage militaire et n’était pas ouvert au public. De plus, elle ne faisait naturellement pas l’objet de privatisation.

En parlant des avantages et des inconvénients des deux entreprises, on ne pouvait que dire que chacune avait ses avantages. Après la privatisation de la forge, elle se suffira à elle-même. Tant qu’il avait suffisamment de commandes, ses bénéfices resteront très impressionnants et ne pourront naturellement pas être comparés aux revenus fixes de l’atelier d’armement.

L’avantage de l’atelier d’armement était tout aussi évident. L’approvisionnement en minerai était illimité. Il n’avait pas à s’inquiéter de la pression du marché et des affaires. En outre, il produirait des armes de haut niveau, de sorte que l’amélioration des compétences du forgeron ne serait pas comparable. Par conséquent, si on voulait atteindre le sommet de la forge, l’atelier d’armement était sans aucun doute plus attrayant.

Wang Gao appartenait naturellement à cette dernière catégorie et avait encore moins de 30 ans. Voyant Ouyang Shuo, il le salua chaleureusement en souriant et dit : « Ah, le Seigneur a enfin le temps aujourd’hui de visiter l’atelier ».

Wang Gao était sans doute confiant. Aux yeux de Ouyang Shuo, il était poli, attentionné, pas trop humble. Il n’était pas comme Lu Guangshi, Du Chun et autres, qui en voyant Ouyang Shuo étaient comme des souris en voyant le même chat, le traitant avec beaucoup de respect.

Ouyang Shuo aimait l’atmosphère détendue, il sourit en retour et dit :  » Depuis que l’atelier a été établi, je ne suis pas venu ici, en effet. Et si vous me présentiez tout ça ? »

Wang Gao hocha la tête, lui montrant les alentours en parlant. « Nous ne sommes ouverts que depuis quelques jours, donc le personnel n’est pas vraiment en place. Je vais recruter quatre ou cinq apprentis. L’un d’eux pourrait s’occuper de diverses tâches, et deux autres pourraient être considérés comme du personnel de réserve pour de grands projets de forgeage à l’avenir. »

« Très bien pensé. Comparé à d’autres ateliers, votre charge de travail sera très lourde à l’avenir ; nous devons nous y préparer tôt, » dit Ouyang Shuo avec joie. Il semble que le choix de Wang Gao pour présider l’atelier d’armement ait été un très bon choix. Ce forgeron avancé était non seulement habile, mais il avait aussi un esprit vif.

« Actuellement, mon atelier ne peut fabriquer que des épées en fer, des lances, des javelots et d’autres armes simples. Pour les armes et armures plus complexes, nous aurons besoin des manuels techniques pertinents, » déclara Wang Gao, montrant son équipement.

Ouyang Shuo acquiesça. La technologie de fabrication d’armes avait toujours été hautement confidentielle pour le gouvernement. Ce n’était que dans l’atelier d’armement appartenant à l’État que l’on pouvait maîtriser la technologie en question. Une fois dans l’atelier officiel, par nécessité de le garder sous contrôle, on ne pouvait pas partir facilement.

Par conséquent, ce goulot d’étranglement technique de Wang Gao ne surprit pas du tout Ouyang Shuo. « Ne vous inquiétez pas pour ça. D’ici 2 mois, il y aura des progrès dans ce domaine. »

Wang Gao était heureux d’entendre ça. « Avec la permission du Seigneur, j’ai encore plus de motivation. Alors, je vais prendre le temps de former des apprentis et de faire le travail préparatoire. »

Wang Gao était excité à l’idée de voir un plan d’avenir. Ouyang Shuo sourit, voyant en cet homme un fanatique de son métier.

Finissant sa visite, il quitta immédiatement l’atelier et ne s’attarda pas.

Pour son dernier arrêt, Ouyang Shuo choisit le collège Lianzhou. Quant à l’atelier de poterie, il avait été construit à l’extérieur du village, et il était trop tard pour le visiter. Il devait le faire quand il en avait le temps.

Le collège Lianzhou fut construit dans la zone scolaire à côté de l’école privée, à peu près de la même taille que le temple Mazu avoisinant.

Au-dessus de l’entrée principale du collège était accrochée la plaque portant le nom de Fan Zhongyan. A l’origine, Fan Zhongyan avait voulu faire graver Ouyang Shuo personnellement sur le nom du collège. Cependant, en tant qu’homme moderne, la calligraphie de Ouyang Shuo était affreuse et laide, et il refusa catégoriquement. Quand on veut refuser, il faut refuser à tout prix !

Pour que le couplet soit mis sur la porte, Ouyang Shuo proposa de choisir l’un des vers de Tang Song Eight Han Yu dans le « Passage du Yinwen ancien et moderne », et écrivit : « La route vers la montagne du livre est couverte par un dur labeur, et le bateau dans la mer du savoir est un combat ».

Le collège était divisé en deux parties devant et au-delà de la cour. La partie avant était destinée aux étudiants, soit un total de 4 salles de classe. La cour était située au milieu, avec quelques plantes de bambou là, destinées à aider les étudiants à se reposer. L’arrière de la zone avait une salle à manger dédiée aux étudiants, et 4 chambres à coucher pour les professeurs du collège et leurs familles pour se reposer.

Comme il n’y avait pas de cours, tout le collège était extrêmement calme. Dans tout le bâtiment, pas un seul étudiant n’était visible. Ouyang Shuo traversa l’entrée principale et le hall d’entrée, et se dirigea directement vers l’arrière-cour.

Dans la cour arrière, près d’une petite parcelle de bambou, M. Su s’appuyait sur une pierre décorative et se concentrait sur la lecture d’un parchemin. Son apparence décontractée, presque celle d’un ermite, était une source d’envie pour Ouyang Shuo.

Voyant M. Su lisant si attentivement, Ouyang Shuo ne se précipita pas pour le déranger, se tenant tranquillement sur le côté et attendant. Il ne s’attendait pas à ce qu’après 20 minutes, M. Su n’ait pas fait le moindre geste. Il ne pouvait que tousser à contrecœur, pour rappeler à M. Su son existence.

  1. Su leva les yeux pour voir Ouyang Shuo, et posa calmement son rouleau sur le côté. Il se leva et redressa ses vêtements, s’inclinant immédiatement après. « M. Su vient de voir le Seigneur ! »

Ouyang Shuo hocha la tête et sourit en retour. « M. Su a trouvé la vie au collège confortable ? »

« Il y a beaucoup de place, j’aime beaucoup cet endroit. Loin de l’agitation de l’administration, c’est presque le paradis. C’est comme si je me débarrassais d’un joug et que je fuyais la clôture, gagnant soudainement ma liberté « , lui sourit M. Su en retour.

Ouyang Shuo le complimenta à son tour, puis dit : « Demain, le collège commence officiellement les cours. Pour les arrangements de demain, je me demande à quoi pense M. Su ? »

« Tout ce qui est arrangé est naturellement approprié », dit M. Su avec indifférence.

Ouyang Shuo soupira et hocha la tête. Il semblait que M. Su était déterminé à rester à l’écart de tout ce qui s’apparentait à de la bureaucratie. Tous ses essais furent évités sans aucun signe de tentation. Cela étant, après avoir bavardé un peu, Ouyang Shuo prit congé.

********************************************

Le lendemain matin, Ouyang Shuo arriva au Collège Lianzhou, cette fois pour assister à la cérémonie d’ouverture.

La cérémonie se déroulait au milieu de la plus grande salle de classe. Ouyang Shuo, Fan Zhongyan, Cui Yingyu, Cui Yingyu, M. Su et Gu Xiuwen étaient à la tribune, suivis par les étudiants assis dans la salle.

Le premier groupe d’étudiants était assis. Parmi eux se trouvaient les diplômés de la classe d’alphabétisation des adultes Zhao Youfang, Zhang Tainu, et d’autres étudiants plus âgés, ainsi que le premier groupe de nouveaux étudiants. L’un d’entre eux était déjà employé comme commis par la Division de l’agriculture, un autre était un villageois qui avait pris l’initiative de faire une demande après avoir vu la brochure d’inscription.

La cérémonie était présidée par Fan Zhongyan. Dans son allocution d’ouverture, il expliqua l’objectif de l’Institut Lianzhou qui consistait à gérer l’école, à préciser les règles, consignes et méthodes de gestion du collège, et à se concentrer sur les besoins des étudiants qui y sont inscrits en gestion.

« Je sais que la plupart d’entre vous ont payé pour l’école, mais je vous en prie, supportez le fardeau. Étudier en même temps que travailler sera difficile, je sais, mais je veux dire ceci. Quand vous entrez dans le collège, vous devez oublier votre identité, votre position. Peu importe qui vous êtes, et quelle que soit votre origine, tant que vous venez dans ce collège, vous n’avez qu’une seule identité, et c’est celle d’un étudiant ordinaire du collège Lianzhou. Apprendre est votre seule tâche dans ce collège. Vous n’êtes pas autorisé à aider d’autres étudiants, pas plus qu’ils ne doivent vous aider, mais vous devez vous fier strictement à vos propres efforts. Vous ne viendrez pas ici ivre, et vous montrerez du respect à vos professeurs à tout moment. Si vous êtes irrespectueux, vous serez immédiatement renvoyé. » Son libellé était assez sévère.

Une fois que Fan Zhongyan termina, les enseignants de la classe prirent la parole à tour de rôle. En plus de sa propre division des affaires politiques, Fu Zi était responsable de l’enseignement des classiques, Su était responsable des cours de formation aux classiques et Ouyang Shuo était responsable des cours juridiques.

Gu Xiuwen fut nommé enseignant temporaire, l’équivalent du directeur de l’enseignement moderne. Il était responsable des activités quotidiennes d’enseignement du collège et de la supervision et de la gestion de la discipline des étudiants.

Une fois le discours de l’instructeur terminé, le représentant élu des étudiants, Zhao Youfang, commença à s’exprimer. Ouyang Shuo trouva le choix de Zhao Youfang un peu étrange, mais il avait remporté la première place à l’examen d’alphabétisation des adultes, et c’est pourquoi il avait été élu comme le meilleur représentant étudiant.

Zhao Youfang était visiblement préparé, prenant un discours hors de sa manche avant qu’il ne commence à parler. « Enseignants, mesdames et messieurs, j’espère que tout le monde va bien ! Moi, Zhao Youfang, j’ai eu la chance de prendre la parole en tant que représentant des étudiants aujourd’hui. Aujourd’hui, une scène aussi grandiose, je ne peux m’empêcher de penser à ce qui s’est passé il y a dix jours dans la classe d’alphabétisation des adultes, et à notre Seigneur qui nous parlait de ce qu’on nous apprenait.

« A cette époque, moi, Zhao Youfang, je ne connaissais pas un seul personnage, j’étais complètement illettré. Seigneur nous a dit que nous devons être responsables, et que pour aller plus loin, on devait poser ses propres fondations. En seulement dix jours, après notre baptême dans la classe des adultes, j’ai pu écrire ce discours avec l’aide de mon professeur. Dans le passé, c’était tout simplement impensable, mais maintenant je l’ai fait. Je n’ai jamais osé rêver qu’avec mon passé de paysan, je serais capable d’écrire par moi-même. J’ai beaucoup de chance de pouvoir à nouveau m’asseoir ici et écouter les enseignements du Seigneur ! J’ai fini et merci à vous tous ! »

Il y eut des applaudissements chaleureux. Même Ouyang Shuo ne s’attendait pas à ce que Youfang soit capable d’écrire un si beau discours. Fu Zi était vraiment un bon professeur.

Ouyang Shuo ne fit qu’un discours sommaire, et la cérémonie d’ouverture se termina avec ça.

<>
Traduit par la team : WuxiaLnScantrad