Flux RSS

Tsuki ga Michibiku Isekai Douchuu

Traduit par la team : Nyan-Team
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 2 Chapitre 110 – Vacances d'été ② ~ les rendez-vous pour la dernière vague migratoire ~

Traduit par Quesako
Vérifié par Heyruko


Asora. La ville de la brume.

 

Sa localisation n’était pas très claire. Un lieu que peu de personne connaissait véritablement. Même son maître, Misumi Makoto, ne connaissait pas tout sur elle.

 

À l’heure actuelle, il y avait plusieurs races issues du désert qui ont déménagé ici pour y habiter. Ils étaient au milieu de la construction de la ville factice.

 

Mais la quantité de résidant à Asora était trop faible par rapport à sa taille. Parce si on les comptait tous, le nombre n’attendrait pas le millier. Il y avait plusieurs raisons. Ils devaient accepter les conditions de Makoto, en plus d’être accepté par ses serviteurs.

 

Makoto a jugé que ceci ne poserait aucun problème à inviter d’autres espèce pour augmenter le nombre de résidents et il a envoyé des invitations aux races du désert, mais… il n’avait reçu aucun rapport qui indiquait qu’il y avait une espèce souhaitant immigrer à Asora. Il y en avait plusieurs qui étaient convenables mais jusqu’à présent il n’y avait eu aucun nouveau résidant.

 

Dernièrement, Makoto a été occupé par ses activités à la Ville Académique, donc l’Orque des Régions montagneuse, Ema, a été attentive à la situation et elle a arrêté de tout lui reporter jusqu’à avoir une réponse claire de l’autre partie dans le but de prévenir d’éventuels problèmes. L’efficace secrétaire Ema a organisé toute sorte de rapport avant de les exposer à Makoto et à ses serviteurs. Elle a compris qu’il n’y avait pas suffisamment de personnel, alors reporter chaque demande de migration ne ferait que déranger Makoto. C’était probablement une des raisons qui ont fait que cela n’a pas encore abouti. Après avoir présenté ses excuses, elle leur disait de prendre un rendez-vous lorsque Makoto aura du temps libre.

 

Quand Makoto a eu du temps libre, cela voulait dire que la Ville Académique était rentrée dans la période des vacances d’été (un mot que Ema ne connaissait pas) et qu’il aurait plus de temps a accordé à Asora. D’ailleurs, il faisait une sorte d’entraînement et il y avait même des fois où il restait toute la journée. C’était sa meilleure chance. Ema a dit à Makoto qu’il y avait plusieurs demandes d’immigration et elle lui a demandé une date pour les rendez-vous. C’étaient tous des cas qui ont déjà été approuvés par ses serviteurs Tomoe, Mio et Shiki. Ensuite, il n’y avait plus que la validation de Makoto et leur migration serait acceptée. Il y avait 3 cas au total.

 

Même si elle a caché leur demande pendant un long moment, trois cas n’était pas tellement énorme. Ce n’était pas que l’immigration à Asora n’était pas attrayante. En réalité, il y avait eu beaucoup de réponse à leur invitation en disant qu’ils sont très intéressés, mais la plupart se sont retirés en plein milieu.

 

Asora attirait les aventuriers qui avaient un objectif clair en tête. C’était quelque chose que Makoto a proposé et que Tomoe a accepté, mais à cause de cette action, les espèces, qui vivaient à l’entrée du désert depuis longtemps, sont revenues sur leur candidature de migration.

 

Peut-être parce qu’ils ont beaucoup combattu les Hyumains ; Les bêtes démoniaques, les Demi-Humains et les mamonos qui vivaient ici, Ils étaient tous extraordinairement hostile envers les Hyumains. Par conséquent, juste imaginer rencontrer des aventuriers à Asora – peu importe que ce soit un endroit isolé – ils ne souhaitaient plus immigrer. Il y avait des races qui étaient naturellement belliqueuses, donc Ema a préféré ne pas trop s’attarder sur eux. Après tout, il ne valait mieux pas semer les graines de la discorde.

 

Dans l’exploration de la partie la plus reculée du désert, l’hostilité envers les Hyumains y étaient plus faible, car ils étaient rares à être allés aussi loin et par-dessous tout, les races, qui vivaient ici, avaient naturellement développé cette logique ‘le fort mange le plus faible’.

 

Et alors, les discussions sur les invitations ont commencé principalement dans cette région reculée. Le cas des Ogres Forestiers pourrait être appelé un cas à part. Eh bien, la situation actuelle était qu’ils ont été contraints à une formation spartiate qui faisait même pâlir les Hommes-Lézards de la brume et ce n’était pas une immigration complète.

 

 

Après la validation de leur candidature, la servante de Makoto, Tomoe commençait à examiner l’ensemble des sélections. Les choses qui faisaient normalement l’objet d’une enquête, c’était le régime alimentaire, leur hiérarchie, leur capacité, leur aptitude, etc. Bien sûr, les autres intervenaient aussi avec leur propre façon de sélectionner. Mio était la plus capricieuse et se fiait à son instinct, Tomoe était plus sélective et minutieuse, Shiki mettait l’accent sur les capacités et privilégiait la sécurité. En gros, pour réussir à passer la sélection, il fallait réussir trois choses :

 

-Avoir le consentement de Mio.

 

-Avoir réussi un examen rigoureux.

 

-Avoir un minimum de capacité.

 

C’était incroyablement difficile.

 

Après ça, nous commencions à parler de l’immigration avec l’espèce.

 

Même si les trois étaient aptes, il y avait toujours la possibilité qu’ils puissent se rétracter, donc… il était difficile d’en venir au dernier rendez-vous avec Makoto. C’était une des raisons qui faisaient que Asora manquaient de personnel. Ce n’était pas comme si tout le monde se portait bien et les personnes, qui venaient inspecter Asora, le remarquaient. Le souhait des candidats devaient être respecté ou cela pourrait créer des problèmes dans le futur. Bien qu’il n’y avait aucune garantie qu’il n’y aurait pas de problèmes après leur immigration.

 

Cette fois-ci pour les trois cas que Ema gérait, c’était des personnes sur qui on pouvait compter selon son expérience personnelle. Il y avait aussi la probabilité que certains problèmes puissent apparaître, mais il y avait de bonne chance pour qu’ils immigrent vers Asora. Elle n’a pas mené l’enquête alors elle connaissait les différentes races seulement via les documents, mais d’après les informations, c’était ainsi qu’elle les a évaluées.

 

Ema sera à nouveau occupée si l’immigration se fait, mais cela la rendrait heureuse. Parce que le nombre de ses camarades augmenterait. Il y a eu des naissances et le nombre d’habitant a un peu augmenté grâce à ça, mais ce n’est rien comparé aux nombres qu’apporterait l’immigration d’une nouvelle espèce.

 

“Veuillez excuser mon intrusion.” (Ema)

 

“Ah, Ema. B’jour. Aujourd’hui est le jour des rendez-vous, non ? On commence quand ?” (Makoto)

 

“Bonjour. Les représentants des trois races ont déjà été invités à venir ici. Si Makoto-sama est d’accord, je prévois de commencer tout de suite.” (Ema)

 

Makoto parlait à Ema en abrégeant ces mots et elle lui a répondu avec un sourire. Il y a encore quelque temps, il lui parlait poliment, alors qu’elle lui avait demandé de se conduire comme le ferait le seigneur de ses terres. Maintenant il arrivait à assumer plus son rôle, mais avec Ema, c’était comme s’il parlait avec une amie. Ce n’était pas le but, mais c’était quelque chose qui la rendait heureuse.

 

“Hein ? Nous ne sommes pas ceux qui vont aller les voir, hein. Nous sommes ceux qui les invitent, quelle célébrité~.” (Makoto)

 

“Makoto-sama. Nous étions ceux qui sont allés les voir pour les inviter à rejoindre Asora et comme ils le souhaitaient également, nous en sommes arrivés à ce stade. Donc il était donc naturel que ce soit eux qui viennent à nous.” (Ema)

 

Pour Ema, Makoto est le messie qui a sauvé sa famille, les Orques des régions montagneuse. Et par-dessous tout, il les a invité dans un monde magnifique et florissant. Elle le considérait comme une existence proche de Dieu. Même si dans sa manière d’agir et de parler, il y avait des fois où cela exaspérait Ema. Il lui a expliqué qu’il a été élevé ainsi et qu’il ne pouvait rien y faire, donc elle le comprenait, mais elle pouvait pas l’accepter. Elle croyait que cela serait bien pour lui d’être un peu orgueilleux. Pour Makoto, ceci pourrait être une requête très difficile à accomplir.

 

“Ema, tu étais un peu effrayante à l’instant. Bon, je vois, ils sont déjà là. Est-ce Tomoe qui les a ramenés ?” (Makoto)

 

“Non. Ils sont venus ici avec la porte d’entraînement de Komoe-sama.” (Ema)

 

“Alors Komoe-chan peut même déjà le faire. Pourtant Shiki n’a été capable de le faire que récemment. J’ai l’impression qu’il pourrait à nouveau déprimer.” (Makoto)

 

“Après tout, elle est comme l’enfant de Tomoe-sama. Bon alors, allons les rejoindre.” (Ema)

 

“Entendu. Il y a bien trois cas ? Peux-tu me montrer les documents ?” (Makoto)

 

“Oui, tenez. Veuillez les regarder pendant que nous marchons.” (Ema)

 

Ema a donné à Makoto les documents qu’elle portait. En ayant ouvert la porte, elle a incité Makoto à sortir de la pièce et elle a marché devant lui pour le guider à la pièce où allait se faire la rencontre avec les représentants. Dans le couloir silencieux, le seul bruit audible était le son du papier qui est feuilleté par Makoto. Même si Asora était paisible, il y avait une quantité raisonnable de sécurité qui était postée à l’endroit où se trouvait la chambre de Makoto. Mais pour une journée comme celle-ci où ils savaient à l’avance que Makoto allait se déplacer, ils préféraient se cacher. Makoto ne s’en souciait pas vraiment, il pensait juste ‘Il y a peu de gens aujourd’hui~’.

 

“Hé~. Cette fois, il y a des espèces avec un grand nombre de personnes. S’ils migrent tous, nous dépasserions le millier d’habitants, non, ce n’est pas tant que ça. Pour qu’ils soient aussi nombreux alors qu’ils vivent dans la partie reculée du désert, c’est plutôt impressionnant.” (Makoto)

 

“Quand bien même nous le surnommons la partie reculée du désert, c’est une zone qui est prospère. La troisième espèce, qui passera le rendez-vous, est dans ce cas. Le lieu où il réside est une des terres fécondes que tout le monde se bat pour avoir, alors leur nombre diminue régulièrement. Ils sont également ceux qui souhaitent le plus immigrer ici.” (Ema)

 

“Je vois. Un peu comme une oasis dans le désert, hein. Alors ces types ont constamment protégé leur village.” (Makoto)

 

“C’est ainsi. La première race que nous allons rencontrer, c’est une espèce qui vit dans un environnement spécial grâce à leur capacité et pour l’autre race, leurs ennemies n’essaient pas de les affronter en raison de leur capacité raciale. Toutes les deux ont une grande force de combat et au niveau de leur sociabilité, cela ne devrait poser aucun problème.” (Ema)

 

“… Sans doute. Et ils acceptent de vivre au niveau du sol. Huhuhu, je commence à être impatient de les rencontrer.” (Makoto)

 

“C’est cette pièce, Makoto-sama. J’avais prévu initialement de le faire dans la salle d’audience, mais puisque que c’était une requête, nous avons préparé une table. Veuillez faire attention à ce que vous allez dire.” (Ema)

 

Ces deux-là sont arrivés devant les portes d’une pièce où deux Homme-Lézards de la brume montaient la garde. Ema a senti que les deux Homme-Lézard se sont crispés à l’arrivé de Makoto. Dans Asora, il n’y avait pas beaucoup d’emploi qui te permettraient d’être proche de Makoto. Ces deux-là ont été choisis comme gardien de la porte, ils devaient être assez nerveux. Un sourire est apparu sur le visage d’Ema quand elle a imaginé cette scène de leur point de vue. D’ailleurs, il y avait un espace vide qui est prévu pour les audiences dans le manoir de Makoto (ou plutôt selon le point de vue de Makoto ‘cela commence à ressembler de plus en plus un château ces derniers temps.’) et lorsqu’il a entendu le rapport d’Ema qui prévoyait d’utiliser cette place, Makoto lui a expressément demandé de changer le lieu de rencontre en une pièce normale. ‘ Je n’aurais pas dû lui dire’, C’était ce que Ema a murmuré et il l’a très bien entendu.

 

Il y avait une table et des chaises à l’intérieur de la pièce. Comme d’habitude, ceci a été fait par d’excellents artisans. Sans doute le travail des Anciens Nains. La fenêtre était ouverte et laissait entrer un petit courant d’air, il n’y avait pas l’odeur caractéristique d’une pièce inutilisée depuis longtemps. Makoto a estimé qu’il devrait y avoir deux personnes pour chaque représentant de race qu’il rencontrera aujourd’hui en voyant que seulement quatre sièges ont été préparés.

 

“Veuillez vous asseoir et attendre ici. Je vais ramener les invités ici.” (Ema)

 

Ema a invité Makoto à prendre un siège et après avoir confirmé qu’il s’est assis, elle a quitté la pièce. Elle a dit aux Hommes-Lézards qu’elle allait chercher un groupe de représentant et elle est allée dans la pièce voisine.

 

Pendant ce temps, Makoto était assis et attendait qu’elle ramène le groupe du premier représentant tout en lisant les documents relatifs à l’espèce qu’il allait rencontrer. Évidemment, il utilisait [Sakai] pour mieux comprendre la situation. Il savait vers quelle pièce Ema se dirigeait et il avait compris que les deux invités étaient la-bas. Il avait l’intention de cacher les documents lorsqu’ils se dirigeraient vers ici et de les recevoir en étant debout. Ema voulait éviter exactement cela et c’était pourquoi elle lui avait demandé de s’asseoir et d’attendre, mais il n’avait rien compris du tout.

 

(Les premiers que je vais rencontrer… C’est une race nommée le Peuple Ailé, hein. Eh bien, évidemment ils volent. Dans ce cas, vivront-ils dans les hauts plateaux ? Ont-ils des ailes d’oiseaux ou peut-être d’insecte ? Ah, c’est écrit. Ils ont soit des ailes d’oiseaux, soit des ailes de chauve-souris. Les deux variantes sont considérées de la même race. Même s’ils ne se mélangent pas, ils peuvent naître avec l’une ou l’autre. Ce peuple est organisé sous la forme d’une hiérarchie. Cela devrait probablement bien se passer… Ça ne ferait qu’amener des problèmes s’ils demandent leur position sociale ici. Après tout, nous n’avons fondamentalement pas de hiérarchie entre les espèces.) (Makoto)

 

 

Makoto se sentait mal à l’aise en examinant les documents. Mais c’était simplement dû à une divergence de lecture. Le Peuple Ailé naissait avec des ailes d’oiseaux ou avec des ailes de chauve souris. La distinction entre les classes se basait simplement sur la puissance. Ils divisaient leur travail en fonction de ça et ils étaient plutôt nombreux pour une race du désert. Leur communauté comptait à peu près 300 personnes. Bien sûr, les puissants obtenaient des boulots plus importants et une plus grande autorité, mais le danger suivait en conséquence. C’était un peu différent de la société hiérarchisé que Makoto imaginait. Ce qu’il imaginait, c’était l’image erronée d’une société divisée entre la populace et les esclaves.

 

(De toute façon, si je ne les rencontre pas, rien ne commencera. S’ils sont trop horribles, je me retirais.) (Makoto)

 

Makoto a senti que les trois se dirigeaient vers là où il était et il a arrêté de réfléchir au Peuple Ailé. Il s’est levé et a attendu que la porte s’ouvre.

 

La porte s’est ouverte peu de temps après. Deux personnes sont apparues aux yeux de Makoto, elles avaient une taille normale et des ailes repliés dans le dos, Ema a poussé un petit soupir en ayant constaté que Makoto était debout. Les deux personnes du Peuple Ailé avaient une peau sombre et cela lui rappelait un peu les Ogres Forestiers.

 

“Ravi de vous rencontrer et bienvenu à Asora. Je m’appelle Makoto. J’ai une position similaire à celle d’un seigneur féodal dans cet endroit.” (Makoto)

 

Makoto s’est présenté en premier devant les trois personnes qui s’approchaient de la table. Ema a soupiré à nouveau. De son point de vue, elle souhaitait probablement que Makoto se soient au moins présenté avec quelque chose du genre ‘Content de voir que vous êtes arrivés dans notre monde’. Le Peuple Ailé semblait être également confus devant le comportement de Makoto. Ils ont eu auparavant un rendez-vous avec Shiki. Parce qu’ils ont perçu son mana dense et écrasante, ils ne pouvaient pas comprendre le comportement de l’homme devant eux qui devait se tenir au-dessus de cette personne.

 

“… Hein ? Ah, allez-y, asseyez vous en premier.” (Makoto)

 

Il a incité le groupe incapable de réagir de s’asseoir avant lui.

 

(Ces deux-là ont des ailes de chauve-souris, hein. Ce sont des personnes qui ont un rang élevé chez eux.) (Makoto)

 

Makoto observait les personnes du Peuple Ailé avec une compréhension de leur race légèrement erronée. Hormis les différences entre avoir des ailes de chauve-souris et des ailes d’oiseaux, il y avait aussi une différence entre la couleur des ailes. Blanc et noir. En d’autre termes, il y avait 4 types d’ailes. Les ailes blanches de chauve-souris étaient les plus forts, ensuite les ailes blanches d’oiseaux, puis venaient les ailes noires de chauve-souris et d’oiseaux.

 

“…Ravi de vous rencontrer. Nous vous remercions beaucoup pour cette offre d’immigration dans cette splendide terre. Je suis un doyen du Peuple Ailé et mon nom est Kakun. La personne avec moi est ma conseillère, Shona.” (Kakun)

 

“Ravi de vous rencontrer Makoto-sama. C’est un honneur de faire votre connaissance.” (Shona)

 

Après leurs paroles, les personnes du Peuple Ailé se sont assises en face de Makoto. Un homme et une femme. Celui, qui a prétendu être un doyen, était un homme et la personne, qui l’a salué sans s’être présentée, était une femme.

 

Ema s’est assisse à côté de Makoto en dernière avec une expression légèrement boudeuse.

 

“J’ai reçu le rapport que vous souhaiteriez immigrer à Asora. En considérant cela comme un préambule, j’ai de nombreuses questions à vous poser. Est-ce d’accord ?” (Makoto)

 

“Bien sûr.” (Kakun)

 

“Génial. J’écouterai vos questions plus tard. Bon, en tout premier lieu…” (Makoto)

 

Makoto a commencé l’entrevue avec les personnes du Peuple Ailé. Sans même remarquer que Ema s’était résolue à l’avertir sur son comportement plus tard.

 

______________

 

“On dirait qu’il nous a bien compris, mais est-ce que cette personne est vraiment le seigneur de cette terre ? Il avait un comportement plutôt laxiste…” (Kakun)

 

“Ouais, mais tu n’as pas eu l’impression que la conversation s’est trop bien passée ? Ema m’a dit que nous aurions en plus un combat pour tester nos aptitudes, alors jusqu’à là, nous devrions ne pas être négligent. Je suggère que nous en profitions pour inspecter cet endroit.” (Shona)

 

“J’ai déjà compris ça Shona. Même si je crois qu’ils nous ont approché en raison de notre puissance, c’est comme s’ils évaluent notre race dans sa globalité et je ne peux pas m’empêcher d’être perturbé à cette idée. Après que Makoto-sama a dit que nous étions approuvés et que Ema-dono a ajouté qu’il y aurait un combat pour tester nos aptitudes, Makoto-sama lui a dit que ceci ne serait pas nécessaire. Bien que nous ayons la permission pour vivre sur une terre tellement florissante, les conditions ne sont pas équilibrées. Si nous découvrions qu’à la fin il n’y avait aucun objectif caché, j’aurais creusé mes méninges pour rien” (Kakun)

 

“Après tout, ils sont complètement hors-normes. Être capable de vivre dans ce genre de lieu sans avoir à nous battre. D’après ce que j’ai pu voir, Makoto-sama n’avait aucune mauvaise intention lorsqu’il a proposé cette offre, mais je crois que douter est une chose importante dans notre travail. À présent, si on sortait pour faire une petite visite.” (Shona)

 

En quittant la pièce, l’Orque Ema leur a montré la personne qu’il leur servira de guide.

 

Le rendez-vous s’est bien passé. Et c’était tellement facile que c’était décevant.

 

‘Combien de condition vont-ils nous présenter et que veulent-ils de nous ?’ Même quand ils ont posé les questions qu’ils avaient en tête, toutes les réponses ont trahi leurs prévisions, mais de la bonne manière. Ce qui les a les plus surpris, c’était qu’ils ont accepté leur indépendance sans contre-partie. Le Peuple Ailé s’attendait à beaucoup de condition pour l’acceptation de leur immigration. Par exemple, quelque chose comme un paiement pour les précédents résidents, offrir 80% de leur population pour les travaux manuels (en excluant tous les vieux et les enfants, c’est pratiquement tout le monde), pire encore, il y aurait même des chances que ce soit les pires travaux que tout le monde voudrait éviter. Ils sont venus avec l’idée d’être presque traités comme des esclaves. Toutes leurs demandes pour les nécessités de la vie courante ont été acceptées et par-dessus le marché, ils ont pu obtenir plusieurs articles qu’ils n’auraient jamais rêvés posséder en temps normal. D’ailleurs, ceux qui le souhaitent auraient la chance d’étudier et on leur a également promis une formation de haut niveau pour leurs guerriers.

 

Quand Ema leur a dit les grandes lignes de l’offre, ils doutaient que même 1% de tout cela soit vrai, mais Makoto les a tous confirmé. On ne peut rien faire contre ce genre de sentiment, alors Kakun et Shona avaient la bouche grande ouverte et les yeux exorbités en entendant tous ça.

 

Un avenir comme ça est vraiment possible pour eux ? Ces deux-là doutaient encore à moitié quand ils ont visité Asora et ils ont continué à être surpris.

 

Peuple Ailé, plus de trois cents habitants. Accepter. Migration prévue dans 5 jours.

 

__________________

 

“Bon, pourriez-vous retirer ce bandeau ?” (Makoto)

 

Les deux femmes qui étaient assises devant Makoto, elles ont vivement tremblé en ayant entendu sa demande.

 

Ema a également un peu tremblé, mais lorsque Makoto a échangé un regard avec elle, elle a été capable de vite se calmer à nouveau. Elle a baissé la tête comme si elle a été embarrassée d’avoir perdu son calme.

 

“Mais comme nous l’avions expliqué, il y a un problème avec nos yeux.” (Femme A)

 

“Même si nous n’avons aucune intention de blesser Makoto-sama, les effets se feront toujours.” (Femme B)

 

Les deux femmes avaient un tissu avec des motifs complexes dessinés dessus qui couvraient leurs yeux. Makoto avait pensé en rencontrant le Peuple Ailé qu’ils étaient des personnes sveltes, mais ces femmes avaient plus de chair, une allure plus sensuelle. Elles avaient un vêtement qui entourait leur corps, cela leur donnait une apparence de nymphes de la mythologie Grecque et ce genre de tenue attiraient fortement le regard. ‘Ce ne sont pas vêtements fins mais une étoffe’, c’était ce que murmurait Makoto en rougissant.

 

 

Gorgone. Pour Makoto, les comparer à Médusa serait plus facile à comprendre, c’était une race qui leur ressemblait. Toute personne regardant ses yeux se transformeraient en pierre, c’était une caractéristique spéciale de leur espèce. Elles étaient une espèce qui n’avaient pas péri grâce à cette capacité et elles ont pu vivre paisiblement jusqu’à aujourd’hui dans le désert. (NTF : Médusa est un monstre de la mythologie Grecque avec des serpents remplaçant les cheveux et quiconque croisera son regard se transformera en pierre. Elle fait partie des Gorgones avec ses 2 sœurs, bien plus célèbre que les autres membres de famille, sans doute grâce à Persée qui garda sa tête un temps comme trophée après l’avoir décapité.)

 

Leur apparence était proche de celle des Hyumains, mais leurs cheveux bougeaient, peut-être qu’ils réagissaient à leurs émotions. Les cheveux de ces filles avaient le pouvoir de se transformer et ils pouvaient être considérés comme des armes naturelles.

 

Les filles n’avaient pas de contrôle sur leur pouvoir qui était toujours en marche forcée. C’était un pouvoir qui ne s’affectait pas une personne de la même espèce, mais si c’était une autre race, ceci s’activerait sans aucune pitié. C’était une capacité qui pourrait être considérée comme une malédiction. Elles pouvaient pourtant restreindre l’activation du pouvoir grâce à un bandeau spécial.

 

C’était la raison de pourquoi elles vivaient retirées dans le désert. Et elles ont progressivement migré vers la partie reculée du désert pour éviter de propager inutilement la pétrification. Il pourrait y avoir d’autres circonstances, mais c’était ainsi que Makoto voyait les choses et il considérait qu’elles étaient une race naturellement gentille.

 

Cette fois, elles se sont intéressées à l’immigration à Asora parce qu’elles espéraient pouvoir utiliser leur pouvoir plus naturellement et en raison d’un problème qui poursuivait leur race.

 

En réalité, les Gorgones étaient une race exclusivement féminine. Ceci voulait dire qu’elles avaient besoin d’un homme d’une autre espèce. En échange de pouvoir accueillir les semences de toutes les espèces, les bébés étaient toutes des Gorgones. Une espèce mystérieuse.

 

Pour être en mesure de maintenir l’existence de leur espèce, elles devaient trouver un environnement où il y avait des hommes. ‘Je suis surpris qu’elles n’aient pas péri’, c’était une pensée pragmatique de Makoto.

 

“Pas de soucis. Cela n’a pas fonctionné sur Tomoe, pas vrai ? Dans ce cas, ça ira pour moi. Je vais également protéger Ema donc allez-y.” (Makoto)

 

“Mais pour que Makoto-sama… Nous ne sentons pas tellement de mana de votre part.” (Femme A)

 

“Je ne crois pas que vous serez en sécurité.” (Femme B)

 

Makoto faisait actuellement un entraînement particulier. Cet entraînement visait à utiliser [Sakai] la plupart du temps pour dissimuler son mana. En raison de ses invités, il n’utilisait actuellement pas son pouvoir pour observer son environnement, mais il l’utilisait pour effacer son mana. Le malaise, que les deux Gorgones ressentaient, étaient compréhensibles.

 

“Il faut que vous sachiez que si une capacité n’a pas fonctionné sur Tomoe-sama, il est impossible que ceci puisse avoir un effet sur Makoto-sama. Je suis également d’accord, donc veuillez les retirer. Après tout, c’est le souhait de Makoto-sama.” (Ema)

 

Les deux Gorgones ont placé les mains sur leur bandeau après avoir été exhorté par Ema. Leurs cheveux ondulaient délicatement, mais Makoto ne semblait pas s’en soucier et il les regardait toutes les deux. Ema a dit que c’était bon, mais peut-être qu’elles étaient nerveuses, car on voyait bien qu’elles étaient tendues.

 

“Bon, dans ce cas…” (Femme A)

 

“…” (Femme B)

 

Ces deux-là ont retiré leurs bandeaux. En face d’elles, il y avait un homme qui pourrait être considéré comme un Hyumain et une femme Orque. Ces deux-là ne se sont pas transformés en pierre et elles ont continué à les regarder.

 

“Bien, il est clair ces yeux ont un puissant effet. Est-ce un genre d’œil démoniaque ? Mais avoir les yeux couverts doit être gênant, n’est-ce pas ?” (Makoto)

 

Makoto parlait normalement avec elles. Ema a soupiré de soulagement. Sa réaction était en fait assez naturelle. Non, le fait qu’ils aillent bien, c’était plutôt étrange. Et en réalité, les Gorgones avaient les yeux écarquillés dû à la surprise

 

“Ah, hum, oui. La nourriture se transformerait aussi en pierre. Bon, nous pouvons aussi manger de la nourriture pétrifiée. Mais cela n’a pas bon goût, pourtant nous pouvons toujours absorber les nutriments. Mais même si nous devons mettre un bandeau pour le faire, c’est meilleur de manger ainsi. En plus, nous en avons parlé lors de la précédente entrevue, mais c’est aussi gênant lorsque nous récupérons la semence des hommes des autres races et… perdre la vue affecte entièrement notre vie quotidienne.” (Femme A)

 

“Oui, cela ne semble clairement pas pratique. J’ai entendu dire que certain Hyumains avait ce genre de passe-temps…” (Ema)

 

La Gorgone, qui avait retrouvé ses esprits en premier, a parlé des inconvénients. Ema était d’accord avec elle et pour une certaine raison, Ema a regardé Makoto. Il a senti que ses yeux étaient un peu glacials. Il avait l’impression qu’il y avait une sorte d’allusion. (NTA : Merde, Makoto, ta collection de jeux vidéo a été découverte !)

 

“Ema, ne me regarde pas quand tu dis ça. Je comprends que c’est gênant et je peux comprendre si vous n’y répondez pas, mais Gorgone-san. Je ne peux pas vous fournir de partenaire pour faire des enfants, donc pour cette partie, ça sera un accord mutuel, ceci ne vous dérange pas, non ?” (Makoto)

 

“Oui, c’est très bien dans ce cas. Même dans notre situation actuelle, ça devrait être bon avec ce bandeau. N’est-ce pas ce que vous nous avez dit, Ema ?” (Femme A)

 

“Oui. Aucun problème.” (Ema)

 

“Dans ce cas, il ne devrait pas y avoir de problème pour changer ce bandeau en quelque chose de similaire, comme des lunettes ou des lentilles de contact qui auront le même effet. Et ainsi, cela pourrait être probablement résolu. Vous avez déjà accepté toutes les conditions, en incluant : le partage des connaissances, la formation au combat et la coopération à la construction d’Asora, donc le seul problème était probablement la discussion sur la naissance des enfants. Ceci devrait aller si vous agissez convenablement pour cette partie. Nous confirmerons plus tard les effets que ces yeux pourraient avoir dans Asora. Mais pour ce qui concerne l’immigration, je vous accueille à bras ouverts.” (Makoto)

 

“Vraiment ?!”

 

Les deux Gorgones se sont levées de leur siège en ne lâchant pas des yeux Makoto. Tout le long du rendez-vous, ces deux-là ont pensé que leur candidature sera assurément rejetée, alors entendre cette réponse était incroyable.

 

“Alors, toutes les Gorgones sont d’accord pour immigrer, n’est-ce pas ?” (Ema)

 

“Eh bien, nous en sommes vraiment heureuses, mais…” (Femme A)

 

“Est-ce que c’est vraiment, mais vrai~ment bon ? Parce que vous savez, nous sommes une espèce qui pouvons transformer les personnes en pierre, mais nous sommes incapables de faire l’inverse.” (Femme B)

 

“Ah, je vois. À propos de la pétrification, nous sommes probablement en mesure de la soigner, donc il n’y a pas de problème.” (Makoto)

 

“Hein ?!”

 

Makoto a eu l’air de se souvenir de quelque chose et il a placé une main sur la table. La table a été instantanément transformée en pierre quand les Gorgones ont enlevé leur bandeau. Makoto a déversé son mana dedans.

 

“Hum, comme ça… et ensuite, en faisant cela…” (Makoto)

 

La table qui a été transformée en pierre de couleur cendre, a rapidement retrouvé une couleur marron claire. Mais elle s’est vite retransformée en pierre. Évidemment, elle était encore exposée aux yeux des Gorgones.

 

“Ah ! C’est pas vrai ! Pour que cela marche, il faut que je lui donne la résistance à la pétrification, hein. Alors pourquoi pas ça ?!” (Makoto)

 

Après avoir médité, Makoto a mis à nouveau sa main sur la table et il a déversé encore son mana.

 

Les deux Gorgones regardaient attentivement. Même si c’était seulement un instant, elles étaient abasourdies de voir la table perdre un court instant sa pétrification. En revanche, Ema ne montrait aucune signe d’agitation et elle fixait Makoto. La petite fille en elle, qui s’émerveillait à chaque démonstrations de Makoto, a disparu depuis longtemps.

 

Cette fois, en accord avec les mots de Makoto, la table, qui a retrouvé sa forme d’origine, ne s’est pas retransformée en pierre.

 

Même après un moment, elle ne s’est pas retransformée à nouveau en pierre.

 

“Incroyable” (Femme A)

 

“Je croyais que nous aurions à porter des bandeaux pour le reste de notre vie…” (Femme B)

 

“Par le passé, j’ai été confronté à quelque chose de similaire. Comme résultat à la recherche d’une solution pour ce problème, j’ai pu trouver une manière pour gérer une grande variété d’états anormaux.” (Makoto)

 

Makoto avait un petit sourire timide devant les yeux pleins d’admiration de ces deux-là. Shiki, Makoto et les autres ont cherché une solution contre un pouvoir d’une autre race. Le châtiment de l’arbre. C’était une transformation qui surpassait grandement le pouvoir des Gorgones. Grâce à cette raison, Makoto a été capable de contrer calmement leur pétrification. Le châtiment de l’arbre interférait avec le principe même de l’existence de la personne et cela amenait de terrifiant changement. Même avec les personnes les plus intelligentes d’Asora, il a pourtant fallu plusieurs mois avant qu’ils ne puissent trouver une solution à la malédiction.

 

“Makoto-sama. Veuillez nous abriter dans votre monde.” (Femme A)

 

“Nous suivrons n’importe lequel de vos ordres.” (Femme B)

 

“Abriter vous dites. Après, après vous avoir parlé, je ne vois aucun problème dans votre manière d’être. Essayez de ne pas tomber dans des relations immorales, de triangle amoureux ou de relations douteuse et tout se passera bien. On dirait que vous n’êtes pas familier avec le concept de famille avec un père…, sachez que dans le pire des scénarios, si des Hyumains perdus veulent le faire, sentez-vous libre de le faire. Hum, c’est peut-être une mauvaise façon de le dire, mais… c’est quelque chose comme un coup d’un soir” (Makoto)

 

 

Après cela, le rendez-vous entre les Gorgones et Makoto s’est poursuivi sans problème particulier et l’immigration des Gorgones a été clairement validée.

 

_________________

 

“C’était impressionnant. J’ai été surprise avec Tomoe-sama, mais d’imaginer que Makoto-sama et que tout le monde irait bien après que nous les ayons regardées.” (Femme A)

 

“Et il a même dit qu’il nous donnerait un coup de main pour que notre pouvoir ne soit plus un problème. J’ai même pensé être dans un rêve.” (Femme B)

 

“Jusqu’à présent nous pouvions au mieux porter quelque chose pour attacher nos cheveux, mais nous pourrons bientôt porter des vêtements normaux. . Incroyable. Je suis tellement excitée.” (Femme A)

 

Makoto s’est excusé pour le fait qu’elles devaient porter à nouveau le bandeau, les deux Gorgones ont été ramenées à la salle d’attente qui a été préparée pour elles et avaient une discussion plaisante. Même si c’est appelé salle d’attente, le mobilier est soigneusement préparé et c’était plus que suffisant pour recevoir des invités.

 

“Nos cheveux nous aident à appréhender notre environnement, donc nous sommes en mesure de vivre sans avoir besoin de la vue, mais c’est quand même mieux. Dans la mesure du possible, je veux pouvoir profiter du fait de pouvoir m’habiller comme je le souhaite.” (Femme B)

 

“L’entraînement au combat a également l’air amusant. Je veux venir ici aussi vite que possible~.” (Femme A)

 

“Exact. Je veux aussi ramener tout le monde dès que possible.” (Femme B)

 

Les deux Gorgones discutaient avec un grand sourire sur les lèvres et des fleurs fleurissaient autour d’elle (NTF : NON !!!!! Pas un mangas shoujo !!!). Les filles et Makoto ne l’ont pas encore remarqué, mais l’immigration des Gorgones va poser un problème qui était pourtant prévisible.

 

Jusqu’à maintenant, ces filles qui vont migrer à Asora, elles ne pouvaient pas choisir leur partenaire et elles profitaient des occasions qui se présentaient. Les filles ne se souciaient pas de l’espèce tant que c’était un homme.

 

La magnifique faveur que Makoto a accordé à toute leur race, comment vont-elles le rembourser ? L’amour libre, une concession mutuelle ; de vagues choses que Makoto leur a parlé, il n’y aura pas de problème tant que ce n’est pas mal interprété. Il n’y aura pas mais… si quelque chose arrivait, eh bien Makoto obtiendra juste ce qu’il mérite. C’était la faute de Makoto de ne pas avoir pensé qu’il était aussi inclus dans les hommes de Asora.

 

Gorgone, plus de 200 habitants. Accepter. L’immigration prévue dans 10 jours.

 

___________________

 

“Notre spécialité est la récolte de nectar !” (Roi des Fées)

 

“En outre, nous sommes en mesure de communiquer avec tout le monde !” (Serviteur Fées)

 

D’un côté, il y avait Makoto et Ema et en face d’eux, il semblait qu’il n’y avait personne assis face à eux.

 

Et en réalité, il y avait deux petits coussins sur la table, et dessus, il y avait deux petits invités qui étaient dessus. Plus précisément, ils se déplaçaient sans cesse, un coup assis, un coup debout ou un coup en train de voler.

 

 

(Tout comme je l’imaginais ces enfants, non, ce peuple. Plus je les regarde, plus j’ai l’impression de voir des fées.) (Makoto)

 

Le dernier rendez-vous était avec de petites Fées. L’image que Makoto avait des fées, c’était naïve, dynamique et joueuse. La petite couronne, qui est posée sur sa tête, ressemblait à un outil utilisé par les mamans et c’était charmant. ‘C’est une preuve qu’il est le roi alors je dois lui montrer du respect’, c’était les pensées de Makoto, mais il ne pouvait pas s’arrêter de réfléchir à propos de ce qu’il avait lu.

 

“Je vois. Et donc, la forêt dans laquelle les Fées vivent, elle a été découverte par un peuple ennemi, alors vous demandez un abri, c’est bien ça ?” (Makoto)

 

“Nous ne sommes pas des Fées ! Nous sommes des Al-ermeras ! Nous sommes plus remarquables que ces petits insectes !” (Roi Al-ermeras)

 

Ils disent qu’ils sont des Al-ermeras. Ou pour ainsi dire, une existence plus éminente que celle des Fées. Mais dans les yeux de Makoto, ces types avaient exactement les mêmes caractéristiques que les Fées. J’ai inconsciemment retenu le nom de Fées parce que leur nom est difficile à retenir.

 

Et en vérité, Makoto avait le doute de pouvoir les reconnaître si les Fées étaient alignées avec eux.

 

“Vous savez, nous sommes l’intermédiaire entre les Fées et les Esprits ! Si c’est un Esprit de faible rang, nous pouvons les entraver et les utiliser !” (Roi Al-ermeras)

 

Voletant autour de la table, plongeant sur les cousins et allant même à voler sous les yeux de Makoto tout en discutant ; ils ne montraient aucun signe de vouloir se calmer. Ema avait vraiment l’air de se faire violence pour endurer ça. Elle tremblait de plus en plus.

 

“… Pourquoi… est-ce que Mio-sama à accepter ce genre de chose ? En plus devant Makoto-sama, ils sont…” (Ema)

 

Ema ronchonnait. Elle ne serait pas tellement fâchée si ce n’était pas une audience, mais une conversation quotidienne.

 

“~ Eh bien, ils sont nombreux mais petits, donc je ne vois pas d’inconvénient. Et s’ils sont en mesure de communiquer avec tout le monde, ceci veut dire qu’ils pourront nous le dire immédiatement si quelque chose arrive. Vous nous aiderez dans l’exploration d’Asora, pas vrai ?” (Makoto)

 

“Laissez-nous faire ! Nous, les Al-ermeras, débordons de courage !” (Roi Al-ermeras)

 

“Alors préparons l’immi…“ (Makoto)

 

“JE SUIS CONTRE CELA, MAKOTO-SAMA !” (Ema)

 

“Hiii !!!” (Roi Al-ermeras)

 

“Ouah ?!” (Makoto)

 

Le courageux Al-ermeras s’est caché sous la table à cause de la fureur soudaine d’Ema. Makoto a été également surpris, mais il avait à peine réagi et il était toujours assis sur sa chaise.

 

“UNE ESPÈCE TELLEMENT INFANTILE, CETTE BANDE QUI SONT PRATIQUEMENT QUE DES ENFANTS… S’ILS DEVAIENT ENTRER À ASORA, CELA NE SERAIT QU’UN DÉSASTRE ! PEUT-ÊTRE QUE CECI SERAIT PLUS SIMPLE DE LAISSER LEUR FORÊT ÊTRE DÉVASTÉE ! DE CETTE MANIÈRE, ILS POURRAIENT ENFIN RÉFLÉCHIR !” (Ema)

 

“E-Ema” (Makoto)

 

“C’EST UNE ENTREVUE, VOUS SAVEZ ?! ET EN PLUS ON PARLE DE LA SURVIE DE LEUR ESPÈCE ! ET POURTANT, EST-CE AINSI… QU’UN ROI DEVRAIT AGIR ?!” (Ema)

 

On dirait que la colère d’Ema a atteint son apogée. Makoto y faisait face. Évidement. Si on devait les comparer aux deux précédentes races, le comportement des Al-ermeras posait beaucoup de problème. Makoto les voyait comme des enfants, mais même si leur apparence était petite et mignonne, ils étaient quand même des adultes et celui qui parlait pendant le rendez-vous, c’était le roi. Ema a explosé de colère devant sa grossièreté parce que Ema les voyait comme des adultes. Elle croyait que les autres seraient encore pires si le roi était ainsi, donc même si elle devait s’opposer à Makoto, elle ne pouvait pas s’empêcher de crier.

 

Pour eux qui avaient une nature enfantine, ils restaient ainsi même quand ils devenaient adultes, ceci pourrait être une demande difficile, mais Ema ne pouvait pas laisser passer ça, quoi qu’il arrive.

 

“Calme-toi Ema. Stoppe !” (Makoto)

 

“NON, JE NE PEUX PAS MAKOTO-SAMA ! MAKOTO-SAMA EST TROP GENTIL AVEC CES TYPES ! QUOI QUE SOIT CES AL-ERMERAS, QU’ILS SOIENT OU NON LES INTERMÉDIAIRES ENTRE LES FÉES ET LES ESPRITS ! SI C’EST BIEN LE CAS, QU’ILS REPOUSSENT LA MEUTE DE RIZ QUI APPROCHE DE LEUR FORÊT ! C’EST VRAI, ILS POURRONT REVENIR ICI APRÈS QU’ILS ONT ÉTÉ CAPABLE DE LE FAIRE !” (Ema)

 

En ayant vu Ema s’énerver pour la première fois, Makoto a désespérément essayé de la calmer et il a ensuite appelé les Hommes-Lézard pour leur ordonner de ramener les représentants des Al-ermeras à leur chambre. Ema tendait frénétiquement ses mains en directions des Fées qui s’envolaient pour s’enfuir. C’était vraiment une scène irréaliste.

 

Les Hommes-Lézards ont été également pris de court par la folie d’Ema. Même ainsi, ils ont suivis les ordres de leur seigneur et ils sont partis avec les représentants qui cherchaient à s’échapper.

 

“JE VAIS LES FOUTRE DANS UNE CAGE ET LES JETER DANS LA FORÊT ! OÙ EST-CE QUE CES INSECTES SE SONT ENFUIES ?!” (Ema)

 

“Ema, je comprends. Ils sont les seuls a blâmé, mais pour le moment calme-toi !!!” (Makoto)

 

______________________

 

“Qu’est-ce qui ne va pas avec cette Orque ?! Elle n’a pas compris à quel point nous sommes forts !” (Roi Al-ermeras)

 

“Nous n’avons pas peur d’un simple Riz, mais si nous combattons, nos camarades seront blessés, alors nous avons pensé que nous pourrions aussi bien accepter cette immigration !” (Serviteur Al-ermeras)

 

“Maintenant que nous en sommes là, nous allons ramener ces Riz ici et elle devra s’excuser !” (Roi Al-ermeras)

 

“Effrayant ! Notre roi est si intelligent ! Mais qu’en est-il pour l’immigration ?” (Serviteur Al-ermeras)

 

“Les fleurs de ce lieu donnent un délicieux nectar, alors je suis plus intéressé par vivre ici que dans la forêt ! Je suis le roi, donc je veux partager le nectar avec tout le monde !” (Roi Al-ermeras)

 

“Alors, nous devons rentrer et nous préparer à la guerre !” (Serviteur Al-ermeras)

 

“Exact ! Nous montrerons à Makoto-sama notre puissance !” (Roi Al-ermeras)

 

Al-ermera, approximativement trois cents habitants. En attente.

 

__________________________

 

Cette nuit, Makoto et ses serviteurs se sont assis ensemble après avoir mangé. Ils en profitaient pour passer du temps ensemble tout en reportant les résultats des rendez-vous de ce jour.

 

“Alors, nous augmenterons de deux le nombre des espèces. Concernant les Gorgones, je vais discuter avec les Anciens Nains et ils fabriqueront des lunettes et des lentilles de contact pour faire un essai.” (Shiki)

 

“Donc Shiki s’occupera du problème des Gorgones. Alors je vais gérer le Peuple Ailé. Je devrais également réfléchir au programme de la formation au combat. J’ai aussi un intérêt pour les 4 types d’ailes et la différence entre leurs aptitudes. Après tout, le problème de la télépathie a été résolu grâce à l’analyse de l’incantation que Waka nous a donné.” (Tomoe)

 

“Je compte sur vous deux.” (Makoto)

 

“De toute façon, Mio, ne laisse pas passer une race étrange. Est-ce que tu m’écoutes Mio ?!” (Tomoe)

 

Tomoe et Shiki ont décidé de leur action après avoir entendu les rapports. Et pour Mio qui était en train de se faire réprimander, elle s’approchait de Makoto en tenant dans une main un petit bol rempli de bâtonnet de légumes de couleur variés.

 

 

“Waka-sama, Waka-sama. Goûte ça, s’il te plaît.” (Mio)

 

“Bâtonnet de légume ? Hein, cela serait de la mayonnaise ?! Mio, est-ce que tu l’aurais fabriqué ?!” (Makoto)

 

“Oui ! J’ai fait de mon mieux !” (Mio)

 

“Hé~! Alors, je vais y goûter. Ouais, c’est tellement nostalgique !!! Et les légumes d’ici ont meilleur goût. C’est très bon, Mio !” (Makoto)

 

“Huhuhuhu” (Mio)

 

Mio était aux anges, donc elle n’écoutait pas Tomoe, non, les mots de Tomoe n’avaient sans doute même pas atteint ses oreilles.

 

“Oh~, c’est de la mayonnaise, hein. Mio-dono, est-ce bon si je peux également en goûter ?” (Shiki)

 

“Waka-sama m’a déjà félicité, alors c’est bon. Shiki, mange et savoure la.” (Mio)

 

“Dans ce cas. C’est… savoureux, épais et aigre. Quel goût complexe. Ceci se marie bien avec les légumes. Je me demande s’il y a un moyen de l’ajouter dans le nabe…” (Shiki)

 

Shiki semblait être captivé par la mayonnaise. Le résultat était plutôt élogieux.

 

Tout en continuant à manger les différents types de bâtonnet, il pensait à la façon de l’utiliser dans un nabe.

 

“Hum, c’est certainement délicieux, mais ça ne peut pas être comparé à la saveur du miso que nous terminerons dans un futur proche !” (Tomoe)

 

“Ce n’est pas parce que tu ne peux pas faire de miso que je ne peux pas recréer d’autres choses. Alors veille à créer le miso le plus vite possible, Tomoe-san ! Et la sauce soja en est où ?!” (Mio)

 

“Ceci arrivera bientôt-ja, très bientôt-ja ! Ce sera tellement bon que ça éclipsera le reste !” (Tomoe)

 

Tout en disant ceci, Tomoe grignotait des carottes et des concombres. On dirait qu’elle avait une préférence pour les concombres. ‘Elle aimerait certainement les concombres Japonais’ c’était ce que pensait Makoto.

 

“Tomoe, la mayonnaise a de puissant adepte, alors ne dit pas de telles choses aussi négligemment.” (Makoto) (NTA : Adepte numéro 1 de la mayonnaise)

 

Tout en grignotant du céleri, Makoto riait en surveillant la discussion entre Tomoe et Mio.

 

En obtenant des nouveaux résidents, Asora approchait de sa deuxième année d’existence.

<>
Traduit par la team : Nyan-Team