Flux RSS

Tsuki ga Michibiku Isekai Douchuu

Traduit par la team : Nyan-Team
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 3 Chapitre 112 – Un envoyé de l'église

Traduit par Quesako
Vérifié par Heyruko


“De l’église ?” (Makoto)

 

Alors que je continuais à vivre des journées tumultueuses, le plus grand événement de la Ville Académique approchait. Au départ, j’ai cru que cela serait comme un grand festival culturel, mais c’était clairement d’un autre niveau.

 

Lorsque j’y repense, la ville entière sera le festival, donc aucun doute que ça deviendra un événement d’une ampleur que je n’ai jamais expérimenté.

 

Avant le début du festival, j’ai reçu un message de Lime qui s’occupait du magasin. Il y avait une personne de l’église, en d’autre mot, une personne qui croyait en la religion de la Déesse. Avant les vacances d’été, Lime a été capable de discuter avec moi. Il a agi si naturellement que je ne l’ai pas remarqué avant un bon moment. Même ainsi, ce n’était pas comme si j’étais en mesure de converser avec d’autres Hyumains. J’ai demandé à Tomoe et elle m’a répondu. Apparemment, c’est devenu un gros problème (ou du moins, c’est ainsi que je l’ai ressenti), donc même Komoe-chan a été impliquée. Lime a passé les vacances d’été comme si rien ne s’était passé. Ceci me faisait considérer Lime comme un chic type. J’ai réprimandé Tomoe en lui ayant dit qu’elle aurait dû m’informer des tentatives d’expériences qui affectaient le corps. C’était certainement vrai que cela ne m’affecterait pas directement et que c’était le domaine de Tomoe, donc tous les problèmes pouvaient être gérés. Ceci n’impliquait pas non plus Asora. C’est certain qu’elle a également une certaine liberté, mais quand même…

 

Oh oui, c’est vrai, quelqu’un de l’église est venu. J’ai quitté la pièce. J’ai changé ma méthode de communication et j’ai renvoyé un accusé de réception avec ma carte dans le cas où quelqu’un surveillerait une réponse. C’était mieux de gérer ça personnellement, alors j’ai décidé d’y aller. Lorsque j’ai montré mon visage à l’intérieur du magasin, les personnes dans le magasin ont laissé échapper un soupir de déception. Eh bien, désolé de ne pas être Shiki.

 

“Je vous remercie de m’honorer de votre présence malgré cette soudaine visite. Je sers en tant que prêtre dans l’église.” (Prêtre)

 

En ayant dit cela, il m’a montré un pendentif en tant que substitut de pièce d’identité. C’était un homme, mais il n’était pas costaud et il est aussi effilé qu’une femme. Lorsqu’il a pris son pendentif, j’ai pu jeter un coup d’œil au niveau de sa clavicule pendant un bref moment et on dirait qu’il ne s’exerçait pas du tout. Il était fort probable qu’il ne faisait aucune activité physique. En tant que personne qui ne fait pas seulement que soigner, mais qui doit aussi manipuler beaucoup de techniques variées, est-ce bon d’aller ainsi sur le champ de bataille ?

 

[Ne vous inquiétez pas. Veuillez me pardonner d’utiliser ce genre de communication avec vous.] (Makoto)

 

“Hein… Est-ce une sorte de malédiction ?” (Prêtre)

 

[Je crois que c’est une maladie maudite. C’est embarrassant, mais c’est partiellement en raison de mes problèmes personnels qu’il y a beaucoup de médicament dans ce commerce.] (Makoto)

 

Comment on pouvait s’y attendre, il y a essayé d’en savoir plus. Évidement, j’avais prévu une réponse à ça, alors j’ai pu répondre sans être nerveux.

 

“Une maladie maudite, hein. Que c’est malsain. Quel malheur. Alors, est-ce bon si je vous considère comme un commerçant ? Je l’ai confirmé avec la guilde marchande, votre nom est bien Raidou, n’est-ce pas ?” (Prêtre)

 

[Oui. Normalement, je laisse la gestion du magasin aux personnes en qui j’ai confiance, mais je suis le directeur. Et donc, quel genre d’affaire vous amène ici aujourd’hui ?] (Makoto)

 

“Oui. C’est à propos des différents médicaments qui sont utilisés ici. L’efficacité est tellement grande que les rumeurs ont atteint l’église. Le prix est aussi bon marché et normalement, c’est une chose dont il faudrait se réjouir, mais certaines personnes ont commencé à douter. Des gens qui se demandent si c’est vraiment bien de les utiliser.” (Prêtre)

 

 

En ayant un visage perplexe, la personne de l’église parlait comme s’il sympathisait. Si je me souviens bien, hormis les autres drogueries et les médicaments magiques, il y a également l’église qui avait divers médicaments efficace à vendre. Et donc, l’église a-t-elle bougé dans le but de tromper quelqu’un du même métier ? Ou est-ce que l’église a envoyé une personne ici pour indiquer leur réflexion ? Peu importe lequel est-ce, il semblerait que ce ne soit pas lié à la Déesse, donc c’est un soulagement. Après tout, il n’y avait pas moyen qu’une seule personne soit envoyée si c’était le cas.

 

Comme prévu, ils vont réclamer un pot-de-vin ou quelque chose d’autre ? Le fait qu’ils viennent de l’église pourrait être une imposture en soi. Dans ce cas, si c’est pour un pot-de-vin, je peux comprendre pourquoi une seule personne soit venue. Je ne sais pas quel poids peut avoir ce prêtre, avec juste sa position officielle comme indice et je ne peux pas estimer non plus s’ils ont des problèmes d’argent. Mais s’il est apte à se représenter comme un membre de l’église, il convient de régler cette affaire, donc je ne crois pas qu’il soit réaliste de risquer autant pour de l’argent de poche. Dans ce cas…

 

[Je ne pensais pas que les médicaments de notre boutique auraient pu atteindre les oreilles de l’église. Je suis désolé pour la gêne occasionnée qui vous a fait venir ici.] (Makoto)

 

“Non, vous n’avez pas besoin de vous inquiéter pour ça. Et alors, ceci doit être pénible d’avoir une méfiance insensée envers votre magasin, n’est-ce pas ?” (Prêtre)

 

[Si possible, cela serait mieux que ces rumeurs disparaissent.] (Makoto)

 

Il semblerait que ce soit bien un pot-de-vin. Si c’est quelques pièces d’or, ceci ne me dérange pas de payer.

 

Cependant, le prêtre semble avoir dû mal à arriver à ce point, ou peut-être qu’il hésite ? Il n’a toujours pas repris la discussion. Quel type pénible.

 

“…N’est-ce pas ? Et donc, c’est une suggestion de l’église. Pourquoi ne pas nous laisser la vente des médicaments et des onguents à l’église ?” (Prêtre)

 

Ah ?

 

Mes pensées se sont suspendues pendant une seconde. Qu’est-ce qu’il a dit ? Est-ce qu’il me dit de vendre la totalité des médicaments à l’église et donc, de ne plus les vendre nous-mêmes ?

 

[Je ne vois pas très bien où vous voulez en venir.] (Makoto)

 

J’ai vraiment eu du mal à le demander.

 

“Tch… c’est pour ça que je les ai prévenus. Qu’il n’accepterait pas une telle demande déraisonnable. Ce groupe d’aînée problématique. Combien leur faudra-t-il avant que leur avarice ne soit satisfaite ?” (Prêtre)

 

C’était à peine audible, mais je l’ai entendu claquer sa langue et maudire ces aînés. Il a également compris que la demande était déraisonnable, hein. Je suis plutôt soulagé.

 

“… Veuillez oublier ce que je viens de dire. En ce qui concerne la disparation de ces rumeurs, je vais donc faire en sorte que l’église coopère également. Mais pour cela, il y a une condition.” (Prêtre)

 

[Je vous écoute.] (Makoto)

 

“Veuillez clarifier la manière de produire les médicaments et les onguents. Bien sûr, je promets que cela sera seulement une vérification pour l’église et que les informations ne fuiteront pas vers d’autres commerces.” (Prêtre)

 

Il m’a demandé de révéler la recette, hein. Certainement que s’ils sont capables de créer la même chose, il serait plus facile de confirmer la sûreté du produit. Cependant, il a dit que ceci ne fuitera pas vers la concurrence, mais cet homme, il n’a rien dit sur la revente de l’église. Il est suspect avec sa promesse un peu trop ambiguë… Devrais-je essayer de le confirmer au cas où ? Ou il y a également l’option de jouer au mouton.

 

[Révéler la recette, hein. Si cela arrive, l’église serait en mesure de répliquer les mêmes articles.] (Makoto)

 

“… J’implore votre compréhension. J’essaie juste de vous suggérer une méthode raisonnable. Y a-t-il quelque chose… dont vous êtes insatisfait ? Ah, le festival de l’école arrive bientôt et l’église est aussi occupée, donc je voudrais entendre votre réponse au plus vite.” (Prêtre)

 

Bien. Apparemment, il a cru que je serais facile à gérer. Alors, essayons de jouer le mouton pour le moment. Il y avait des gens de l’église qui ont été liés aux expérimentations inhyumaines que nous avons découvert avant les vacances d’été, donc il ne serait pas mauvais d’avoir des connexions avec eux. Il y avait également l’évêque qui était mort d’une manière trop suspecte et pourtant, ils ont annoncé ça comme une mort naturelle. Ceci piquait ma curiosité. Lorsque les sœurs Rembrandt sont retournées à Tsige pendant les vacances d’été, il y a eu un incident insignifiant où l’église a été mêlée. En raison des actions de Mio, je n’ai pas pu enquêter plus en détails, mais je pourrais peut-être tirer plus d’informations sur l’église grâce à cet homme.

 

[Je ne suis pas insatisfait. Au contraire, si l’église peut vendre les mêmes marchandises, plus de gens y auront accès. C’est vraiment un dénouement heureux. Comme je suis un marchand novice, le début ne passe pas comme je l’espérais et mon commerce est toujours incapable de s’agrandir. Je vous informerai de la recette avec plaisir.] (Makoto)

 

“?!! Cela ne vous gène vraiment pas ?” (Prêtre)

 

[Oui. Veuillez me donner une date qui vous conviendra. Je vous enverrai un magicien et il vous expliquera les détails. Y a-t-il besoin que je sois là ?] (Makoto)

 

“C-Ceci serait d’une grande aide. Alors, je suis désolé de la soudaineté, mais est-ce que votre magicien et vous, Raidou – Est-ce bon si je vous appelle ainsi ? – pourriez-vous rendre à l’église demain ? Je vais notifier à la réception que le prêtre Shinai a un rendez-vous avec vous.” (Shinai)

 

[Shinai-sama. Certainement, je vous rendrai visite demain alors.] (Makoto)

 

“Okay. Désolé pour le dérangement. Bien alors, je vous attendrai.” (Shinai)

 

Peut-être parce que la conversation s’est déroulée sans anicroche, le prêtre a quitté le magasin d’une manière enjouée.

 

Shinai, hein. Je me souviendrai de ce nom. Je me suis dit qu’il donnait la même impression qu’un prêtre catholique, mais il était sacrément orgueilleux. Peut-être que l’église a une sacrée autorité ?

 

En réalité, même si je lui donnais la recette, il n’y aurait aucun problème pour nous.

 

La médecine que Kuzunoha détenait. La recette en elle-même était plutôt normale, mais il y avait plusieurs difficultés. Il serait plus précis de dire que sur le papier, tout était normal.

 

Tout d’abord, les ingrédients. C’était des plantes mélangées qu’on pouvait généralement trouver dans le désert. Pour être honnête, je pouvais remplacer plusieurs de ces herbes médicinales dans le mélange. Peu importe la manière de le voir, la collecte et le malaxage prendraient du temps.

 

Ensuite, la technique pour les mélanger. Si c’était Shiki et les Arkes, ils pourraient facilement le faire, mais la difficulté était plutôt grande. Au passage, l’alchimiste de haut niveau, qui était le compagnon de Toa-san, avait approximativement un taux de succès de 5 sur 10. Il paraît qu’il n’est pas spécialisé en médecine, mais même s’ils ramenaient des excellents alchimistes spécialisé dedans, la limite serait probablement aux alentours des 80%.

 

Dans les grandes lignes, si l’église pouvait acquérir les ingrédients et obtenir un expert alchimiste, ils auraient été capables de créer des produits similaires. Mais bon, nous pourrions nous attendre à un prix plus élevé que le nôtre.

 

C’est pourquoi, ceci ne tournera sûrement pas en une menace. Révélons-lui avec fierté notre recette. Coopérons avec Shinai-san comme un bon mouton le ferait. Puisque nous avons la chance d’entrer dans l’église, autant en profiter.

 

“Est-ce acceptable de faire une telle promesse ?”

 

 

Lorsque je me suis tourné en direction de la voix pour y faire face, il y avait une femme seule que j’avais l’habitude de voir.

 

Eva-san hein. Ce n’est pas bon pour mon cœur si elle me surprend ainsi. Pendant les heures du festival de l’école, la bibliothèque semblait être fermée, donc il y a eu plein de fois où Eva-san a fini le boulot après une demi-journée. Elle travaillait pendant les vacances scolaires, donc je pensais que la bibliothèque serait aussi ouverte pendant le festival de l’école, mais en raison du nombre de visiteurs, il y avait le risque de vol et de crime qu’ils ne pourraient pas gérer, donc ils préféraient juste la fermer.

 

Aujourd’hui, elle a encore travaillé pendant une demi-journée, hein. Elle a occasionnellement visité mon magasin pendant les vacances d’été. Personnellement, je suis heureux qu’elle a pris goûts aux boissons énergisantes Et par-dessus tout, je la remercie pour l’article qu’elle a ramené, j’ai pu devenir plus fort grâce à ça.

 

[Évidemment. Je ne sais pas dans quelle mesure vous avez entendu notre discussion, mais je ne promettrais rien que je n’aurais pas considéré.] (Makoto)

 

“Hahaha, très effrayant. Je commence à sentir de la pitié pour l’église qui essaye de mettre la main sur la compagnie Kuzunoha.” (Eva)

 

[Alors il était vraiment un prêtre de l’église. Je pensais qu’il était juste venu ici pour demander un pot-de-vin, mais quand il m’a demandé quelque chose de plus important, j’ai été un peu surpris.] (Makoto)

 

“Huhuhu. Le festival de l’école va bientôt arriver. Il y a de nombreuses personnes importantes de l’église qui vont venir, donc il est fort probable qu’ils essaient de faire des choses qui leur permettront de gagner des points. Les personnes, qui ont été assignées ici, sont pour la plupart des gens qui ont gravi les échelons. Ce qui signifie qu’ils sont nombreux à être avide de promotion.” (Eva)

 

Je vois. En d’autre mots, leurs patrons vont venir, alors ils veulent faire quelque chose pour se faire remarquer et qu’ils se souviennent d’eux. Les rumeurs sur mon magasin ont été utilisées dans ce sens-là. Donc ce n’était pas vraiment important.

 

Eh bien, même si ce n’était pas relatif à la Déesse, celle qui a tué l’évêque, c’était Rona-san, alors je peux dire que je n’ai rien à voir avec ça. C’est peut-être la raison pour laquelle je suis un peu trop méfiant. Au cas où, je devrais demander à Lime d’enquêter afin de me détendre un peu.

 

Ahlalala, si même les gens de l’église s’agitent… Cela doit être un sacré événement, le festival de la fondation de Rotsgard. Jin et les autres étaient également enthousiastes et ils étaient déjà aux alentour du niveau 90. En réalité, ils devraient pouvoir surmonter le niveau 100 à présent, mais à cause des règles des tournois du festival de l’école, quiconque qui dépasse le niveau 100 ne peut pas participer. Il paraît que par le passé il y avait eu la participation d’un étudiant qui avait surpassé le niveau 100, alors la règle a été créée à cause de cette personne, mais elle a perduré.

 

Dans les simulations de bataille avec les Hommes-Lézards de la brume, ils avaient pu atteindre la phase 4, alors même s’ils participaient à un tournoi de magie ou d’arts martiaux, je crois qu’ils seraient en mesure de faire un bon combat. Je suis sûr qu’ils vont attirer l’attention dans les combats en groupes.

 

…Maintenant que j’y réfléchis, j’ai reçu une demande de Rembrandt-san disant qu’il souhaitait que ses filles soient retirées de certaines compétitions du tournoi.

 

(Recherche, enseignement de cours, chant et danse; si c’est ce genre de compétition, c’est d’accord. Mais les tournois où on s’oppose avec des techniques de combat, c’est un non définitif pour leur participation. Raidou-dono, est-ce que vous pensez que ce sont des choses nécessaires pour les filles d’un marchand ? Non, certainement pas !!!) (Rembrandt)

 

L’insistance de Rembrandt s’est gravée dans mon esprit. C’était à l’époque où j’étais allé à Tsige avec les sœurs, j’avais été attrapé par Rembrandt qui m’avait prononcé ses mots

 

Comme dans la lettre, la femme, qui était à ses côtés a simplement souri gentiment en m’ayant dit de ne pas m’en soucier et elle l’a emmené. Sa femme était vraiment une personne charmante. Je comprends maintenant la raison pour laquelle Rembrandt-san n’avait aucune maîtresse.

 

Et ensuite, on m’a dit qu’il (et probablement sa femme) avait envoyé leurs filles à l’académie Rotsgard pour apprendre l’étiquette, en profiter pour faire des connexions et comment savoir se tenir dans la vie mondaine. Ce que j’enseignais dans la Ville Académique, c’était des techniques de combat et donc les personnes qu’elles pourraient côtoyer seraient de ce genre. Mais on dirait qu’il y avait des classes normales et de bienséance dans l’académie et même des classes pour la vie mondaine. Dans le passé, je me suis demandé la raison pour laquelle les sœurs Rembrandt suivaient les cours de cette académie.

 

[Pour gagner des points, hein. L’église essayait ardemment de faire pareil.] (Makoto)

 

Pendant que j’y réfléchissais, j’ai répondu à Eva-san.

 

“À l’exception d’une portion de personne qui détiennent des talents spéciaux ; dans l’église, les descendants et les factions doivent combattre pour leur promotion ou les portes de leur avenir seront fermées. Tout le monde doit être désespéré.” (Eva)

 

[S’ils perdent, ils seront envoyés à Tsige ou dans le désert, pas vrai ? Je comprends mieux.] (Makoto)

 

“Les personnes qui sont ici, aussi longtemps qu’ils ne feront rien d’extrêmement stupide, ne seront pas envoyées dans un tel endroit, mais un retour en force sera impossible. Accéder à la grande église de Limia est leur souhait le plus cher. De mon point de vue, peu importe qui c’est et de quelle église il vient, cela ne fait aucune différence.” (Eva)

 

[Une manière de dire que vous ne leur accordez aucune valeur.] (Makoto)

 

“Oui, c’est exactement ça. Pour moi, Raidou-san est seul le candidat pour être Dieu.” (Eva)

 

[Candidat pour être Dieu ? Je voudrais que vous me rétrogradiez en tant que proche.] (Makoto)

 

Est-ce qu’elle essaie de plaisanter avec moi ? Ou est-elle en quelque sorte sérieuse ? Elle a dit des choses assez effrayantes.

 

Apparemment, elle n’a toujours pas abandonné son souhait de récupérer Kaleneon. L’état de grâce était vraiment éloigné. Même si fort Stella tombait, c’était toujours très loin. Même si nous reprenions juste cette zone, cela serait juste inutile. Peut-être parce que Eva-san le comprenait, elle n’a rien fait d’imprudent.

 

Son lien avec cette organisation a été complètement rompu. Par chance, l’organisation est cachée dans les plus profondes couches de la société, donc le nombre de personne dans la ville était assez limité. Je pensais que j’aurais à gérer des choses pénibles comme des assassins pendant un moment, mais rien n’est arrivé. Peut-être parce qu’elle était dans les couches externes de l’organisation.

 

Maintenant, elle montrait seulement son souhait d’obtenir quelque chose de la compagnie Kuzunoha. Elle ne semblait pas avoir de mauvaise intention. Au contraire, c’était une personne qui était la bienvenue, car elle amenait différentes suggestions de livres pour moi.

 

“D’ailleurs, Raidou-san, à propos du festival de l’école… Si vous êtes d’accord, que diriez-vous d’y aller avec moi ?” (Eva)

 

[C’est une invitation plaisante, mais j’ai d’autre engagement. Je regrette.] (Makoto)

 

“Vous avez un calendrier déjà bien rempli, hein. Tans pis. Je pensais qu’il aurait été plus intéressant de regarder le tournoi si Raidou-san était là pour commenter.” (Eva)

 

[Désolé] (Makoto)

 

Pour une obscure raison, il y avait d’autres personnes qui m’ont invité au festival de l’école. Comme : Root, les sœurs Rembrandt, Eva-san, et une foule d’étudiante.

 

Comme c’est un festival attendu depuis longtemps. Je veux emmener mes serviteurs pour faire une visite, donc j’ai refusé toutes les propositions. Je me sens mal à propos de ça.

 

Jin m’a également demandé avec un visage grave si j’allais regarder le tournoi. Même s’il ne me l’avais pas demandé, c’est un grand événement pour lui alors j’avais l’intention d’y assister. Peut-être qu’il veut me montrer le résultat de son entraînement. Si c’est le cas, il a un côté plutôt mignon.

 

Quand Tomoe et Mio ont entendu parler du festival, elles semblaient impatientes d’y être. Je suis un peu anxieux, car je me demande si elles ne vont rien faire d’extravagant. Mais c’est l’endroit où je commerce, donc je ne pense pas qu’elles feront quelque chose de déraisonnable. (NTA : Un drapeau vient d’être levé.)

 

 

En ayant regardé Eva-san quitter le magasin après avoir fait ses courses, j’ai commencé à compter le nombre de jours qu’il restait avant le festival de l’académie tout en me dirigeant vers ma chambre.

<>
Traduit par la team : Nyan-Team