Flux RSS

Tsuki ga Michibiku Isekai Douchuu

Traduit par la team : Nyan-Team
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 3 Chapitre 113 – La compagnie Kuzunoha n'est pas un mouton

Traduit par Quesako
Vérifié par Heyruko


“Ravi que le temple ne soit pas étincelant.” (Makoto)

 

L’impression que j’ai eu après la rencontre avec la Déesse : une Déesse orgueilleuse et impatiente dans une pièce étincelante. J’ai pu apercevoir notre objectif en arrivant dans le secteur de l’église, que je n’avais pas essayé d’approcher par le passé, une énorme construction qui était assez bizarre, mais ce n’était pas fait d’or pur ou quelque chose du genre, ce qui m’a soulagé. Si c’était vraiment ainsi, j’aurais voulu partir aussi vite que possible.

 

“Raidou-sama ? Y a-t-il quelque chose qui ne va pas ?” (Shiki)

 

Shiki a arrêté de marcher et il s’est retourné vers moi qui regardais le temple.

 

“Pas vraiment, je me disais que pour un temple qui vénérait la Déesse, il semblait normal, non, c’est assez solennel.” (Makoto)

 

“Une réflexion découlant de l’échange entre Raidou-sama et la Déesse, n’est-ce pas ? En raison de cette discussion, tu as découvert sa personnalité. Pour moi, la taille est peut-être différente, mais chacun d’entre eux se ressemble.” (Shiki)

 

Certainement. Je n’avais jamais songé si les sanctuaires Shinto et les temples bouddhistes étaient faits à l’image des divinités. Et je n’avais pas non plus vraiment réfléchi à leur méthode de construction.

 

Je vois. Cette pensée m’est venue à l’esprit après la rencontre avec la Déesse, hein. Au passage, j’ai jeté un coup d’œil aux temples qui vénéraient les esprits (c’est bien ainsi qu’ils les nomment ? Je ne sais pas s’il y a une autre méthode pour les désigner), mais ils me semblaient tous les mêmes et je n’ai pas trop creusé le sujet.

 

“Personnalité, hein. Si je me souviens bien, la Déesse est la seule divinité, une personne sublime et attentionnée, affectueuse envers tous les Hyumains, une mère sainte ; Est-ce bien ainsi que cela est ?” (Makoto)

 

“C’est comme cela que c’est souvent interprété. Il y a d’autres exemples, une vaillante déesse de la guerre ou une sorte de divinité protectrice et généreuse. Elle est considérée comme toute-puissante, donc je crois qu’aussi longtemps que c’est un compliment, ils s’ajouteront à la liste.” (Shiki)

 

Ceci ressemblait à un mensonge, mais… Lorsque j’ai enquêté sur la Déesse, sa personnalité en tant que divinité, ses caractéristiques, elles étaient toutes comme Shiki l’a décrit. Et quand elle était décrite en tant que déesse de la guerre, c’était ce qui était utilisé habituellement pour décrire celle qui punissait les Demi-Humains et les mamonos.

 

C’était vraiment l’image d’une divinité omnipotente. Cela pourrait lui donner l’image de la perfection, mais s’ils la voyaient en chair et en os, il n’y avait aucun doute que les contradictions apparaîtraient.

 

À mon avis, elle est complètement contradictoire envers elle-même. Pour moi, elle ressemble plus à ces choses noires. (NTA : Blatte)

 

“Si l’église croit en elle comme un être tout-puissant et unique divinité, il est certain que son portrait sera majestueux. À présent, je vais revenir à la communication écrite.” (Makoto)

 

“Si nous restons à l’extérieur à observer le bâtiment, nous allons être considérés comme suspect, donc nous devrions juste rentrer.” (Shiki)

 

Sur la suggestion de Shiki, nous sommes rentrés dans le temple. Un vent doux caressait mon visage. Peut-être qu’ils ont l’air conditionné ici, bien joué. La chaleur de l’été persistait toujours même si l’été est déjà passé. Même dans ce cas, la seule chose que tu pouvais faire pour lutter contre ça, c’était d’utiliser l’air conditionné magique. Pour faire simple, utiliser la magie. En d’autre mot, le pouvoir des Hyumains. Même si l’entrée est ouverte en grande, cette avantageuse magie permettait de contrôler la température dans un certain périmètre. Il y avait besoin d’une certaine quantité de personnels pour la maintenir et ce n’était pas comme s’ils pouvaient régler la température. En fin de compte, ils devront se fier au jugement des magiciens et des personnes alentours. Dans notre maison, les seuls hommes étaient moi et mon père, les femmes étaient aux nombres de 3. J’ai le souvenir d’un salon qui était rarement frisquet. Je me souviens que les filles étaient sensibles au froid.

 

Même si la science de l’air conditionné s’est transformée en air conditionné généré par la magie, la température sera toujours dictée par celui qui avait la plus grande puissance. Tu auras besoin de beaucoup de mana et d’effort si tu voulais changer la température par toi-même.

 

“Nous sommes là pour un rendez-vous avec le prêtre Shinai. Nous sommes de la compagnie Kuzunoha. Je suis Shiki et voici mon maître Raidou.” (Shiki)

 

Shiki a dit cela à la femme d’église en service qui nous approchait pour savoir la raison de notre visite. Elle portait des vêtements blancs. Cependant, on dirait que les personnes de l’église ne portaient pas qu’un seul modèle d’habits. En seulement quelque regard, je pouvais dire que la plupart étaient entièrement blancs, mais les modèles avaient de nombreuses variantes dans l’élaboration des habits. C’était inattendu, je pensais qu’il y aurait une simple distinction entre les hommes et les femmes, le reste aurait été totalement identique. J’imaginais un vêtement qui aurait couvert l’ensemble de leur corps jusqu’aux chevilles avec des longues manches, mais cela variait selon les personnes. Peut-être qu’il n’y a pas de règlement en dehors de la couleur ?

 

“Avec Shinai-sama ? Oui, j’en ai entendu parler. Veuillez me suivre.” (Femme d’église)

 

‘Je vais les en informer’, on dirait que ces mots n’étaient pas un mensonge. La jeune femme, qui nous guidait, semblait être une étudiante travaillant à temps partiel dans le temple sacré. Elle s’est réglée sur notre vitesse de marche pendant que nous avancions dans le temple. On aurait dit que cela était assez grand, mais comme on pouvait s’y attendre, l’intérieur était assez vide. Et pourtant, je pouvais sentir un parfum dans la totalité de la partie intérieure. Ce n’était probablement pas les effets de la magie. Ils avaient probablement répandu une grande quantité de parfum. Dans l’académie, il y avait des endroits qui ressemblaient à des salons et qui utilisaient des parfums, alors j’étais familier avec ça. C’était juste que l’ampleur était d’un tout autre niveau.

 

Pendant que nous marchions, nous avions croisé beaucoup de personnes vêtues de blanc. La tenue changeait à chaque fois que je regardais. Ne me dis pas qu’ils sont tous différent ? Il n’y a pas moyen que ce soit vrai, non ?

 

J’ai fait signe à Shiki et je lui ai murmuré quelque chose à l’oreille. Utiliser la télépathie avec une personne aussi proche, c’est juste chiant. Shiki va questionner la femme sur ce que je lui ai demandé.

 

“Excusez-moi. Les personnes, qui sont en services ici, ont des habits très particuliers. Ceci m’a surpris.” (Shiki)

 

“Ahlalalala, est-ce vrai ? Ah, si je me souviens bien, la compagnie Kuzunoha est issue de Tsige, n’est-ce pas ? Dans ce cas, vous devez être probablement surpris. Sur ces terres, à l’exception des habits de cérémonie et des uniformes, il n’y a pas de réglementation sur les vêtements de tous les jours en dehors de leur couleur, alors tout le monde porte ce qu’il veut. Au lieu d’utiliser des vêtements réglementaires pour travailler, nous croyons que ceci serait mieux de servir dans des vêtements qui nous conviennent.” (Femme d’église)

 

Comment cela se fait il ? C’est sans doute vrai qu’avec le même uniforme, la différence entre les individus devenait plus visibles, mais les gens, qui sont ici, ne sont pas le genre à avoir ce type d’idée en tête. En outre, on ne se sent pas toujours à sa place quand tout le monde est autant déconnecté de la réalité. En affirmant qu’il serait mieux de faire leur office avec des vêtements qui leur conviennent, il n’y a peut-être pas d’intention cachée, mais pour une obscure raison, je n’aime pas ça. J’ai été celui qui voulait savoir cela, mais Shiki a acquiescé et il m’a fait un signe. Shiki avait sans doute compris ce que je ressentais. Après ça, il m’a contacté de temps en temps par télépathie.

 

Hmm, le lieu du rendez-vous semblait être au sous-sol. Donc il y a un sous-souterrain. En repensant à l’installation souterraine dans mon magasin, je ne peux pas m’empêcher d’en avoir une mauvaise image. (NTF : Petit rappel, il parle de la chambre de torture.)

 

Le parfum a également changé. Au début, j’ai eu des doutes, mais apparemment, il n’y avait aucun effet néfaste. Il pourrait être différent selon l’étage et la pièce.

 

“Le prêtre attend ici. Eh bien, je vous prie de m’excuser.” (Femme d’église)

 

“Merci beaucoup.” (Shiki)

 

[Merci beaucoup.] (Makoto)

 

Elle nous a dit d’attendre et ensuite, elle s’est placée à gauche d’une porte assez grande et elle a murmuré quelque chose. Il y a eu un bref échange, puis la porte s’est ouverte et la fille est revenue nous voir. Elle a incliné la tête et nous a quitté après nous avoir dit que Shinai-san nous attendait à l’intérieur. C’était peut-être parce que nous étions attendus, mais elle a souri tout le long. Même sur le chemin pour venir ici, je n’ai pas senti de regard étrange de la part des personnes de l’église. Est-ce parce qu’ils sont bien formés ? Je m’attendais à recevoir des regards plus sévères que je n’avais eu jusque-là.

 

“Ce sont les personnes de la compagnie Kuzunoha. Veuillez nous excuser pour l’intrusion.” (Shiki)

 

“Entrez”

 

Sans rien dire, j’ai suivi Shiki. Après tout, je ne peux pas parler.

 

À l’intérieur, il y avait Shinai-san et 5 autres personnes. L’espace était d’environ de 8 tatamis, peut-être un peu plus. Sans doute parce que nous étions dans le sous-sol, c’était spécialement sombre ici.

 

“Je suis ravi que vous soyez venu, Raidou-dono. Est-ce que cette personne est votre alchimiste ? Son nom est bien Shiki ?” (Shinai)

 

[Oui, Shinai-sama. Il est l’employé sur qui je me repose le plus et il est également un de mes proches collaborateurs. Son nom est Shiki. Le délai pour la requête…] (Makoto)

 

“Je suis reconnaissant que vous exposiez vos procédés à l’église. Je voulais vous démontrer ma gratitude, même si ce n’est qu’un peu de choses, j’ai informé ma hiérarchie et apparemment, l’évêque souhaiterait échanger quelques paroles avec vous.’’ (Shinai)

 

L’évêque. Ah, le remplaçant de celui qui a été assassiné, hein. Si nous prenions en compte le fait que Shinai-san était debout et que les 4 autres semblaient être des subordonnés. Dans ce cas, est-ce cette personne ? Ses cheveux étaient longs. Son visage est caché par quelque chose ressemblant à une capuche, alors je ne peux pas voir clairement, mais est-ce une femme ? Je vois, leur religion est basée sur la Déesse, donc ceci ne serait pas étrange pour ces personnes d’avoir une femme comme meneuse. Même si j’essaie d’examiner son corps, la personne porte des vêtements cachant la plus grande partie de son corps, alors je ne sais pas si c’est juste un homme aux cheveux longs. Si l’évêque s’exprime, je pourrais peut-être le deviner.

 

De plus, je me demande pourquoi Shinai-san m’a interrompu. Cela se pourrait-il qu’il a reporté que c’était mon idée de leur expliquer la recette ? Il semblerait qu’il soit venu chez nous à cause des ordres d’une autre personne…

 

[C’est trop d’honneur que vous me faites.] (Makoto)

 

Je ne savais pas si c’était le geste correct, mais je me suis mis à genoux et j’ai baissé la tête. Shiki m’a suivi dans le geste. Mais dans le cas de Shiki, il m’a probablement juste imiter. Plus tard, je devrais lui demander comment me comporter dans ce cas.

 

“J’ai entendu dire que vous étiez une petite entreprise, vous créez des médicaments rares et vous allez nous montrer comment les fabriquer. Je vous remercie pour cette preuve de foi. Je promets que l’église fera disparaître toutes les mauvaise rumeurs sur votre magasin.” (Évêque)

 

Une voix enrouée, cependant, ceci restait la voix d’une femme. Cela me donne l’impression que cette personne est à fond sur le tabac et l’alcool. Cette voix est plaisante à entendre. Donc l’évêque est une femme, hein.

 

 

[Je vous remercie pour votre considération.] (Makoto)

 

“J’ai entendu dire que vous ne pouviez pas parler en raison d’une maladie maudite. Nous allons vous fournir une assistance à cet égard. Je ne sais si nous serions d’une grande aide, alors je ne peux pas vous dire quand tout sera fini.” (Évêque)

 

Je ne l’avais même pas demandé. Une personne plutôt généreuse. Est-ce une bonne chose de prendre sa parole comme argent comptant ? Je l’ignore…

 

“Évêque-sama, le temps nous est…” (Subordonné)

 

“Hmm, je comprends. Dans ce cas, Raidou, rencontrons-nous à nouveau dans le futur. Je vais laisser la suite à Shinai.” (Évêque)

 

“Compris. Merci d’avoir pris sur votre temps.” (Shinai)

 

Une des quatre personnes s’est silencieusement approchée de l’évêque et lui a parlé. Eh bien, elle doit être débordée.

 

Après avoir dit quelques mots, l’évêque est partie. Shinai-san s’est incliné à 90º. Bon sang, j’ai oublié d’incliner la tête à son départ.

 

“Ce n’est pas bon Raidou-dono. Il faut montrer un plus grand respect envers l’évêque-sama. Même si cela ne fait pas longtemps que vous êtes ici, ça ne signifie pas que l’irrespect envers cette personne peut être pardonnée.” (Shinai)

 

[Au fond, je suis issu de la campagne. Je m’excuse d’être mal élevé.] (Makoto)

 

“… Eh bien, ça ira pour cette fois. Et alors, aujourd’hui, vous allez nous montrer la formule du médicament. Évidemment, vous êtes venus préparer, n’est-ce pas ?” (Shinai)

 

[Bien sûr.] (Makoto)

 

Shiki a répondu à mon signal en s’étant avancé d’un pas. Il a amené des ingrédients pour les médicaments que nous ferons aujourd’hui, ainsi que des outils. Le procédé de fabrication n’utilisait pas d’outils volumineux, alors c’était possible.

 

“Je vois. L’alchimiste a déjà tout préparé, hein. Dans ce cas, cela sera rapide. Pour parler honnêtement, je n’ai aucune connaissance dans les procédés de fabrication des médicaments et je voudrais parler avec Raidou-dono de plusieurs sujets que nous avons de notre côté. Pas d’inquiétudes, c’est une simple discussion.” (Shinai)

 

Oups, c’est un peu en dehors de mes prévisions. Je pensais qu’il voulait juste que je lui explique le processus.

 

[Entendu. Si je suffis, allez-y.] (Makoto)

 

“Alors, veuillez utiliser le siège ici. Alchimiste-dono, utilisez le bureau pour faire les médicaments tout en les expliquant aux personnes présentes.” (Shinai)

 

“Compris. Bon alors, tout le monde, venez par ici s’il vous plaît.” (Shiki)

 

Shiki s’est approché d’un grand bureau avec plusieurs outils dessus qui servaient à fabriquer des médicaments et il a posé son sac dessus. On dirait qu’il expliquait de manière approfondie tous les ingrédients un par un. À cette allure, il devrait prendre 1 heure environ.

 

Je me suis assis en face de Shinai-san en ayant jeté un coup d’œil à mon serviteur. Il n’y avait rien sur la petite table nous séparant. Il aurait été bien d’avoir au moins du thé. Dans les grandes lignes, je collabore de bonne foi avec l’église, tu sais ?

 

“Et donc, Raidou-dono. Cela serait la première fois où nous pouvons discuter tranquillement, hein. Je me suis déjà présenté, mais je suis le prêtre Shinai. Enchanté de faire votre connaissance.” (Shinai)

 

[Affilié à la guilde marchande, je suis Raidou de la compagnie Kuzunoha. Je me réjouis de faire la connaissance de quelqu’un de l’église. Je crois qu’à l’avenir, nous pourrons nous entraider.] (Makoto)

 

“Huhuhu, je me demande à quel point vos paroles sont sincères. Un marchand et un serviteur de la Déesse, ce sont mes premières impressions de vous. Vous semblez assez jeune. Depuis combien de temps avez-vous ouvert votre commerce ?” (Shinai)

 

[Pas même trois ans se sont écoulées. Nous sommes des nouveaux venus.] (Makoto)

 

Je n’ai dit aucun mensonge. Peu importe que ce soit trois ou deux ans, c’est la vérité que ça ne fait pas encore trois ans.

 

“Malgré tout, vous avez déjà des magasins dans deux villes, hein. C’est parce que vous êtes chanceux ou peut-être que vous avez un puissant soutien dans l’ombre ?” (Shinai)

 

[On peut pas appeler ça un puissant soutien, mais j’ai une bonne relation avec la compagnie Rembrandt.] (Makoto)

 

“Rembrandt… Oh, c’est…” (Shinai)

 

Shinai-san a semblé penser à quelque chose lorsqu’il a murmuré le nom de Rembrandt. Il n’avait pas l’air de connaître personnellement Rembrandt, mais il devait avoir sans doute des informations sur lui.

 

[Est-ce que vous le connaissez ? Il m’a prêté un endroit, à moi qui n’avais aucune connexion, il n’y a pas si longtemps et il est également un bienfaiteur qui m’a appris les 101 combines du métier.] (Makoto)

 

“Il l’a fait, hein. Il semble que votre vision de Rembrandt et la mienne diffère légèrement. S’il était un peu plus coopératif, nous serions en mesure de propager la religion sur d’autres terres et même de nous permettre une avancée vers le désert.” (Shinai)

 

C’est donc ainsi. Après les événements avec sa femme et ses filles, Rembrandt n’est plus du tout allé à l’église.

 

Il a probablement fait appel à la Déesse au début, mais ceci n’a pas fonctionné. Et donc, il a essayé de résoudre cette situation par lui-même et j’ai eu l’impression qu’il était sur le point d’abandonner quand nous nous sommes rencontrés. Il serait déraisonnable de lui demander de garder la foi après cet incident. Après tout, ce qui lui a permis de résoudre cette situation, c’était la requête qu’il avait lui-même adressée à la guilde des aventuriers.

 

[Je suis venu du désert, alors je ne connais pas grand-chose des enseignements de l’église, ainsi que la relation entre elle et Rembrandt. Mais au moins, je sais que Rembrandt-shi m’a traité avec sincérité. Même maintenant, j’ai toujours un profond sentiment de gratitude envers lui.] (Makoto)

 

“Quand les puissances sont différentes, c’est le genre de choses qui peut arriver. Cela dit, j’ai bien compris. C’est la raison de pourquoi les filles de Rembrandt-shi sont sous votre garde, hein.” (Shinai)

 

Hum, tu t’es renseigné sur moi ? Apparemment, il sait que je travaille en tant que professeur à l’académie et il connaît également les étudiants à qui je donne cours.

 

Il sait sans doute déjà que je viens du désert. Si ce n’était pas le cas, il aurait montré plus de réaction.

 

[Oui. Rembrandt-shi m’a demandé indirectement de prendre soin de ses filles.] (Makoto)

 

Même s’il n’a guère poursuivi le sujet, il aurait probablement ressorti le sujet de lui-même. Avec cette idée en tête, j’ai simplement abordé le sujet que je donnais des cours à ses filles.

 

“C’est un père qui est attentionné envers ses filles, hein. Ceci change un peu les impressions que j’avais de lui. D’après les rapports de mes subordonnés, je voyais seulement Rembrandt comme un grippe-sou avec une faible foi envers la Déesse. Sérieusement, de nombreux malentendus naîtront sans avoir parlé avec des gens d’un statut social différent. C’est une bonne leçon.” (Shinai)

 

‘Je dois reconsidérer la situation’ c’était ce qu’exprimait le visage de Shinai-san. Je peux aussi voir une légère arrogance, mais la cause doit-être authentiques. Je peux sentir les particularités de l’élite. C’est comme Eva-san l’a dit, mais il semble que les personnes de l’église de la Ville Académique soient principalement ceux qui visent à grimper dans la hiérarchie, alors il fait effectivement parti de l’élite.

 

Après ça, il m’a demandé deux ou trois choses. Tandis que Shiki finissait le second procédé de fabrication de médicament, je lui ai expliqué l’histoire personnelle du personnage nommée Raidou.

 

___________________

 

– Après que Makoto et Shiki soient partis –

 

Deux personnes nettoyaient les outils et le matériel utilisés, les deux autres étaient avec Shinai dans la pièce d’à côté.

 

La femme, celle qui avait pressé l’évêque en ayant dit ‘Évêque-sama, le temps nous est…’, a fermé la porte. À l’intérieur de la pièce, il y avait l’évêque et plusieurs Hyumains qui étaient assis là et les attendaient.

 

“Sont-ils partis ?” (Évêque)

 

L’évêque a ouvert sa bouche. Sa voix était aussi séduisante que lorsqu’elle avait parlé avec Makoto.

 

“Ils sont partis du temple il y a quelque instant. Au cas où, nous les avons fait suivre.” (Shinai)

 

“Je vois. Tu as fait une chose bien inutile.” (Évêque)

 

“?” (Shinai)

 

“J’ai dit que c’était inutile. Tu as peut-être l’intention d’utiliser la compagnie Kuzunoha, mais il est probable qu’ils soient des adversaires puissants. Dorénavant, il faudra être prudent et agir seulement lorsque j’en aurais donné l’ordre.” (Évêque)

 

“… Qu’entendez-vous par là ? D’après notre conversation, je croyais qu’il n’y aurait aucun problème.” (Shinai)

 

Shinai était désorienté en voyant l’expression perplexe de l’évêque. De son point de vue, en prenant en compte les discussions d’aujourd’hui et l’attitude de ceux-ci, on aurait dit que Raidou était de bonne volonté. Il croyait qu’il aurait été bon d’avoir une forme de collaboration amicale.

 

“Explique-lui.” (Évêque)

 

L’évêque a poussé un soupir et elle a fait un signe avec une certaine indolence. C’était une gestuelle qui n’était pas digne d’une évêque. Elle utilisait le même voix séduisante et pourtant, son attitude était complètement différente.

 

Exhortée par l’ordre de l’évêque, une des personnes en arrière plan a pris la parole.

 

“J’ai examiné leurs pensées et leur mana. Je n’ai pu trouver que quelques renseignements sur l’employé du nom de Shiki. Pourtant, je n’ai rien pu trouver sur son maître, Raidou.” (Subordonnés A)

 

“Qu’est-ce que cela signifie ? Est-ce que l’enquête sur leurs pensées et leur mana a échoué ?” (Shinai)

 

“… Tout d’abord, Shiki. J’ai été capable de confirmer qu’il possédait au moins un mana qui surpassait de plusieurs fois les magiciens de la cour impériale. Peut-être qu’il a prévu des contre-mesures contre la lecture des pensées, car j’ai été incapable de le faire. Pour ce qui concerne Raidou, pas seulement les pensées, j’ai n’ai même pas pu connaitre l’ampleur de son mana.” (Subordonnés A)

 

C’était un rapport qui était proche de dire qu’ils n’avaient presque rien cerné. Shinai croyait que c’était juste impossible et il en était confus. Une personne, qui pouvait être nommée magicien de la cour dans n’importe quel pays s’il le souhaitait, qui se contentait d’être un employé dans une entreprise qui pouvait être emportée à la moindre tempête, et par dessus-tout, pour un gamin. ‘Qui imaginerait une telle chose !’ C’était ce qu’il voulait crier.

 

En plus, la lecture de pensées, dont l’église était si fière, n’a pas fonctionné. Pas seulement ça, qu’ils soient en plus incapables de mesurer leur mana. Il pouvait seulement voir cela comme une sorte de cauchemar.

 

“Impossible. Est-ce que vous me dites que Raidou a un mana qui surpasse Shiki ?” (Shinai)

 

“Qui sait. En y réfléchissant d’une manière logique, puisque que Raidou a dit qu’il était un fiable et proche collaborateur, il pourrait être plus faible que Shiki. Mais à l’inverse, on peut également dire que Raidou est plus fort. Nous savons au moins que Shiki est un proche collaborateur du professeur à temps partiel, Raidou et qu’il est un magicien extraordinaire. En outre, à propos du mana du Raidou, nous n’avons pas du tout réussi à l’appréhender. Ce n’est pas comme si nous pouvions pas le mesurer. C’est comme si tout le mana autour de lui avait plusieurs couches et empêchait l’analyse.” (Évêque)

 

La personne en charge de l’investigation a doucement hoché de la tête aux paroles de l’évêque. Les déclarations continues de choses incroyables rendaient Shinai encore plus confus.

 

“En d’autre mots, son mana et ses pensées ont été masqués ?” (Shinai)

 

“C’est ainsi que cela pourrait être appréhendés. Pour des personnes qui peuvent arriver à faire un tel exploit, il est impossible que tes subordonnés puissent les suivre, non ? C’est pourquoi j’ai dit que c’était inutile. Le médicament en lui-même est également suspect. Comment c’était ? Pourrais-je avoir un rapport ?” (Évêque)

 

L’évêque s’est adressée aux deux responsables de Shinai qui ont vu la fabrication des médicaments du début à la fin.

 

“… Pour parler franchement, c’était une splendide recette. Le procédé était méthodique et les explications étaient claires. En plus, les ingrédients utilisés n’étaient pas des choses impossibles à obtenir.” (Responsable)

 

“Hé~. Comme c’est inattendu. Alors est-ce que vous autres seriez capable de le refaire ?” (Évêque)

 

“Probablement. Je crois que Shiki n’a pas caché une seule étape du processus et qu’il nous a montré tout ce qui est à savoir. Mais…”

 

L’homme semblait avoir du mal à dire ce qui allait suivre. L’évêque ne l’a pas pressé et elle a juste attendu qu’il reprenne la parole.

 

“Concernant le prix, je pense qu’on sera plus élevé que celui de la compagnie Kuzunoha.” (Responsable)

 

“… Le taux de réussite ?” (Évêque)

 

“En partie. On dirait que la compagnie Kuzunoha n’a pratiquement aucun échec, mais avec nos capacités, je dirais au mieux 5/10. Il a dit qu’ils ont apporté les deux types d’ingrédients du désert, mais il nous a dit qu’il y avait des plantes qui pouvait servir de substitut et en fait, il nous a montré le processus pour le faire. Le résultat de l’évaluation est que nous sommes en mesure de créer un médicament qui est pratiquement identique de celui que nous avons obtenu auparavant et il n’y avait aucun mensonge.” (Responsable)

 

“Comme c’est gentil de leur part. Et ? Si tu as dit ‘En partie’, ceci doit signifier qu’il y a une autre raison, non ? Dis-la.” (Évêque)

 

“Le coût de production.” (Responsable)

 

“Le coût de production ? Tu veux dire le prix des ingrédients ?” (Évêque)

 

“Il y a de ça et la nécessité d’employer un magicien pour augmenter le taux de réussite, mais de ce côté, ce n’est pas vraiment un problème. D’après les ingrédients dont Shiki nous a parlé et leur prix sur le marché, juste avec ça, le prix de nos médicaments serait grandement différemment de celui de la compagnie Kuzunoha. Même si nous les importons du désert ou que nous obtenions les substituts qu’il nous a proposé, nous devrions faire des requêtes à la guilde des aventuriers et ceci inclurait une compensation pour le danger et le coût des matières premières, donc juste en essayant d’obtenir des matières premières, nous devrions déjà surpasser de 10 fois le prix d’un produit achevé par la compagnie Kuzunoha. Si l’église le créait et le vendait dans un autre endroit, le prix serait 100 fois supérieur ou ne serons pas du tout capable de faire du profit. Par la suite, s’ils ouvraient un magasin dans la zone où nous les vendions, ça pourrait affecter la confiance que le peuple porte envers l’église.” (Responsable)

 

“100 fois tu dis ? Impossible. La compagnie Kuzunoha les vend à un prix inférieur que le coût de production ?” (Évêque)

 

“Ils rassemblent les ingrédients par eux-mêmes, alors ils obtiennent tout sans avoir besoin de passer par des intermédiaires. Il a dit qu’il avait confiance en son approvisionnement et cela pourrait paraître incroyable, mais aussi longtemps que c’est traité comme une marchandise, ils pourraient obtenir des profits à ce prix.” (Responsable)

 

“Impossible…” (Shinai)

 

Shinai a coupé la conversation en cours. Dans ce cas, cela ne serait pas très différent des autres médicaments à grande valeur. Peu importe les effets, cela se changerait en un prix qui surprendrait n’importe qui.

 

“Comme je pensais. Autrement dit, il est possible de présumer que Raidou feint d’être un enfant pur. Et pendant que nous l’utilisons négligemment, nous pourrions sentir la sensation froide d’une lame d’un couteau sur notre gorge. C’est une bonne chose que nous soyons là également.” (Évêque)

 

“Évêque-sama ?” (Shinai)

 

“Je ne crois pas que le jugement de Shinai soit mauvais. Cependant, il ne vaut mieux pas s’impliquer avec eux pendant un moment. Et n’allez pas répandre l’information à d’autres factions. Selon la façon de comment nous allons jouer, ils pourraient devenir une carte maîtresse qui pourrait nous aider dans le futur. Un Hyumain insolite qui emploie beaucoup de Demi-Humains, hein. Dites-le à tout le monde d’une manière détournée. Qu’à chaque fois qu’ils entendent le nom de la compagnie, ils devront tendre l’oreille. Pour le moment agissez ainsi, du moins jusqu’à ce que les autres évêques et les personnes de Limia ont quitté la Ville Académique. Vous devez vous assurer qu’ils ne perçoivent pas notre intérêt pour la compagnie Kuzunoha. D’ailleurs pour le moment, il n’y a pas besoin de réfléchir sur le prix, donc essayez d’en faire une centaine de médicaments. Il n’y a pas besoin de nous forcer à être en compétition avec eux. Après tout, ces biens sont utiles. Si c’est dans une ville différente où sont nos camarades ou juste sur la ligne de front, il y a différentes manières de l’utiliser.” (Évêque)

 

“Compris”

 

Tous les prêtres dans la pièce ont acquiescé aux paroles de l’évêque.

 

_________________

 

Je me débouchais tranquillement les oreilles.

 

J’ai entendu une conversation qui n’était pas vraiment à voix basse. En ce moment, il n’y avait pas beaucoup de clients. C’était parce que pour l’instant la plupart des marchandises avaient déjà été vendues. La plupart des personnes que nous accueillions actuellement, c’était des Onee-chan qui travaillaient tard le soir dans les ruelles et elles venaient nous acheter des boissons énergisantes. Ces filles sont déjà devenues des clientes régulières de notre magasin et maintenant, il était normal que leur représentante vienne ici pour en acheter plusieurs douzaines. La réparation des armes et des armures est devenue plus populaires ces derniers temps, mais ils venaient normalement recevoir leur équipement pendant la journée. Je suis désolé pour les clients pressés, mais lorsque la nuit vient, nous avons seulement des médicaments contre les rhumes et des boissons énergisantes. J’espère que vous aussi vous deviendrez bientôt populaires.

 

Si tu me demandes ce qu’essaie de dire, c’est qu’en ce moment, il est plus facile de tourner au ralenti.

 

Quand je suis retourné au magasin en ayant utilisé la route habituelle, j’ai entendu la petite Démone Forestière et le jeune Ancien Nain amoureux des chats qui parlaient avec quelqu’un. Bon sang, même si vous êtes des employés qui discutent avec un client, ne parlez pas aussi fort.

 

Akua, qui regardait la situation avec un visage lassé, a soudainement regardé en arrière dans le comptoir où elle se trouvait. En d’autre mot, elle a remarqué que Shiki et moi étions de retour. Pendant un instant, elle avait les yeux grands ouverts à cause de la surprise et après ça, elle a mis ses mains sur sa bouche. Cette fois, Akua ne les a pas arrêtés, mais elle ne s’est pas relâchée non plus. Eh bien, considérons la comme ‘non coupable’.

 

 

Je lui ai fait signe de venir.

 

“Je suis de retour. Je vois que vous vous amusez bien, hein.” (Makoto)

 

“C’est toujours ainsi lorsque nous ne sommes pas ici, Akua ?” (Shiki)

 

La voix de Shiki était plus faible que d’habitude. Évidemment, ce n’était pas parce qu’il chuchotait.

 

“B-Bon retour…” (Akua)

 

“Les clients sont … tch, c’est Jin et les autres, hein. Ces types sont… assez libres, hein.” (Makoto)

 

“Ils se relâchent. Peut-être que nous devrions resserrer un peu la vis. Ils pourraient ne pas participer au festival de l’école.” (Shiki)

 

Mon assistant Shiki a plissé ses yeux. Pour ce genre de choses, il était strict. Et les employés qui parlaient sans réfléchir étaient les plus problématiques.

 

Est-ce que Akua ne participait pas habituellement aux discussions ? Ou c’était par chance qu’elle n’a pas participé ? C’est suspect de voir ses yeux s’agiter ainsi.

 

“Cela serait un peu poussé le bouchon trop loin. Et donc, Akua, depuis combien de temps sont-ils ainsi ?” (Makoto)

 

“E… Euh… Cela ne fait pas longtemps.” (Akua)

 

“Si tu me réponds honnêtement, je te récompenserai avec un avant-goût du nouveau plat basé sur de la banane.” (Makoto)

 

“Il y a environ deux heures. Aujourd’hui, les fruits ont été rapidement vendus, puis ultérieurement, le stock d’onguents et de médicaments ont été également vidés, alors nous attendions.” (Akua)

 

Donc peu de temps après notre départ, hein. Et dire que le public fait l’éloge de notre service clientèle et de notre technique. Cela fait gonfler encore plus leur orgueil. Si ces personnes voyaient cette scène, la réputation du magasin baisserait. Vous êtes des employés stupides et vous autres, des clients réguliers malins.

 

D’ailleurs, quelle confession efficace. Tes yeux étincellent, Akua.

 

Eris et le jeune Ancien Nain. Désolé de le dire, mais il y a besoin d’une punition ici. Vous n’aviez même pas remarqué que j’étais déjà arrivé.

 

J’emmène le toutou qui attendait sa récompense, euh… je veux dire Akua, à la cuisine. C’est seulement de nom car l’installation est basique, mais je vais juste faire une recette traditionnelle, alors c’est suffisant.

 

“Shiki, est-elle refroidie ?” (Makoto)

 

“Oui, là voila.” (Shiki)

 

Shiki a sorti une bouteille avec une substance blanche et une banane du réfrigérateur. Ainsi qu’une petite bouteille avec un objet de couleur ambre dedans. Comme attendu de Shiki-san. Il semble qu’il a compris ce que je voulais faire en mentionnant le nouveau plat. Après tout, Tomoe, Mio, Shiki et Komoe-chan l’ont déjà testé.

 

D’ailleurs, si nous inversions l’ordre des personnes mentionnées, nous obtiendrons l’ordre dans la mesure où ils l’ont apprécié. Comme on aurait pu s’y attendre, celle qui a le plus aimé ceci, c’était Komoe-chan.

 

Akua regardait mes mouvements avec un regard qui surpassait d’un niveau le précédent. Ils étaient en feu.

 

Eh bien, je ne faisais rien de significatif. Je coupais juste les bananes, je les écrasais et je les mélangeais.

 

L’objet de couleur ambre était du nectar. Ce n’était pas du nectar d’Asora, mais celui qu’on pouvait normalement obtenir dans cette région. C’était comme du sirop d’érable, c’était un goût particulier et au lieu de l’utiliser pour ajouter un goût sucré, il servait surtout à ajouter un arôme.

 

La substance blanche était du lait. Celui-là venait d’Asora. Il était un peu épais. Ceci devrait être du lait de vache, mais il est très épais et délicieux. Quand je l’ai bu, j’étais un peu nerveux à l’idée de savoir si mon estomac allait le supporter, mais ce n’était pas comme si j’en mourrais. Et depuis le jour où j’en ai bu, je n’ai pas eu de problème de santé. Les autres l’ont également accepté sans aucun problème et le lait était déjà consommé par les résidents d’Asora. (NTF : La plupart des gens dans le monde sont intolérants au lactose, bien que les personnes ayant des ancêtres venant d’Europe du centre ou du nord ont de grande chance d’y être tolérant grâce à un ancien avantage évolutif local, les symptômes sont ballonnements (ventre gonflé), flatulences, douleurs, crampes abdominales, diarrhée et plus rarement vomissements. D’où la peur de Makoto car il semble être intolérant au lactose.)

 

Fini. Ce qui a été préparé, c’est du lait à la banane.

 

J’ai versé le contenu dans trois verres. Shiki a acquiescé. Akua a avalé sa salive et regardait attentivement le liquide qui coulait.

 

“Voila, prenez-les.” (Makoto)

 

J’ai donné les verres à Shiki et Akua. En m’étant assuré qu’ils les avaient bien pris, j’ai également ramené le verre à ma bouche et j’ai pris une gorgée. La riche saveur sucrée de la banane et le parfum du nectar de ce monde se sont mélangés dans ma bouche. Et à la fin, il ne restait que le goût du lait qui était aussi dense que de la crème fraîche. Dans son ensemble, ceci pourrait être considéré comme un noble dessert. J’en buvais occasionnellement et j’adorais ça. J’ai posé le verre. Lorsque que Shiki a vu que j’en avais bu, il a également ramené son verre à sa bouche et ensuite, Akua, qui tenait affectueusement son verre, l’a également ramené à sa bouche.

 

Shiki l’a déjà bu auparavant, donc il a souri après l’avoir goûté. Il avait un joli sourire alors qu’il descendait le contenu d’une traite. Cet amoureux du sucré.

 

Akua en a bu une gorgée et son corps tout entier a tremblé. Comme si elle avait été frappée par la foudre. Eh bien, ce n’est pas comme si j’avais déjà vu une personne se faire frapper par la foudre.

 

Après cela, je pensais qu’elle le boirait en une fois, mais elle a repris une autre gorgé, puis encore une autre en tremblant à chaque fois. Elle a l’air de vraiment aimer ça, hein. J’ai eu inconsciemment un sourire narquois.

 

“Ha~, je veux me noyer dans ce doux nectar pour toujours~.” (Akua)

 

Après que Akua a bu lentement son verre pour le savourer, elle a dit ses pensées avec des joues rougies. Ses propos ont surpassé la frontière du bon sens.

 

Est-ce qu’elle s’est imaginée dans une baignoire remplie de lait à la banane ? Si ça me visait, j’en refuse le principe même de l’idée. Même si elle me le demandait avec un visage euphorique, je ne l’accepterais pas.

 

“Cela à un goût agréable.” (Shiki)

 

“Je suis content que tu aimes ça. Bon alors, il est l’heure pour la punition. Quoi ? Quelque chose ne va pas Akua ?” (Makoto)

 

“…” (Akua)

 

Ce qu’elle regardait intensément, c’était… Ah, le verre où j’en ai seulement bu une gorgée.

 

Elle veut le finir, hein. Elle n’a pas besoin de parler, son regard dit tout.

 

“Akua, je te donnerai celui-là aussi, suit moi pour le moment.” (Makoto)

 

“O-Oui !” (Akua)

 

Le toutou qui mordillait son os, euh je veux dire, Akua, qui tenait le verre dans ses mains, s’est dirigée vers le comptoir.

 

“Incroyable ! Alors Eris-san peut vaincre Lézard bleu-kun ?!”

 

“Évidemment. Si je n’étais pas capable de faire ça, je ne pourrais pas travailler ici en tant qu’employé. Même la nuit, cet endroit est sûr. Après tout, je suis ici.” (Eris)

 

“Comme on pouvait s’y attendre ! L’autre jour, vous nous avez aussi montré comment faire des incantations tout en bougeant, pas vrai ? Mais comment faites-vous pour lancer des sorts tout en sautant partout ?”

 

“C’est également basique, je choisis d’abord l’incantation qui est la plus adaptée pour moi parmi les différentes langues exclusives à la magie et ensuite, je scinde le sort tout en me déplaçant et je le complète en le murmurant.” (Eris)

 

“Comme je le pensais, c’est difficile d’utiliser le langage commun des incantations dans plus de la moitié des sorts. Si je suis en mesure de le maîtriser, cela pourrait devenir ma carte maîtresse, mais…”

 

“Cacher ses atouts. Waka me l’a appris. Il est normal d’utiliser seulement ses cartes maîtresses sur des adversaires que vous allez tuer. Au passage, vous ne pourrez pas tuer Waka et Shiki, donc c’est bon de leur montrer. Ils sont spéciaux.” (Eris)

 

“Mais je vous respecte vraiment. Être en mesure de vaincre ce Lézard Bleu-kun. Où avez-vous combattu un si magnifique Homme-Lézard à écailles bleus ?”

 

“Hmm, ils vivaient dans les profondeurs du désert. Maintenant, Waka me laisse les combattre lorsque nous nous entraînons.” (Eris)

 

“Dans les profondeurs du désert. Hé~, c’est donc ainsi. Eau et vent, être capable d’utiliser les deux éléments, ça devrait être des mamonos de haut niveau, pas vrai ?”

 

“Bien sûr. Ils sont les Hommes-Lézards de la b… ?!” (Eris)

 

“?!!”

 

Idiote.

 

Eris est véritablement une grosse idiote. À quel point est-elle vantarde ? Apprends de Mondo qui est désormais une personne assidue. Au moins, essaie de ne pas dire des choses suspectes et remets-toi en question.

 

En se faisant manipuler par la flatterie, tu divulgues des informations. Elle n’a pas laissé échapper quoi que ce soit en ce qui concerne Asora, mais c’était très dangereux. Ces enfants ne constituent pas une menace, mais les informations peuvent se répandre, alors nous devons être attentifs.

 

Akua et moi, nous regardions la situation depuis le bureau de la comptabilité, Shiki est intervenu quand Eris a été absorbée par la discussion et qu’elle allait parler quelque chose qu’elle ne devait pas.

 

Comme s’il saisissait un chat, Shiki tenait Eris par la capuche de sa parka. Elle était aussi légère que sa taille le laissait croire, mais ce n’était pas si facile de la soulever avec un seul bras. Les étudiants doivent avoir compris que Shiki possède une force exceptionnelle. Non, aujourd’hui est le jour où ils ont appris que Shiki était effrayant lorsqu’il est énervé. L’Ancien Nain parlait également des armes aux étudiants, mais ce n’était pas comme si le contenu était problématique. Mais seulement le contenu. Je vais laisser sa punition aux Anciens Nains artisans et à leur doyen. Pour parler franchement, ils sont plus stricts que moi, donc il viendra sûrement demander grâce.

 

“Eris, tu es devenue assez remarquable, hein ? Depuis quand es-tu devenue si prétentieuse que tu peux apprendre nos techniques à d’autre personnes ? Nous devrions en parler, non ?” (Shiki)

 

“Shi-Shiki-san?! Ah Ma-, Waka aussi ?!” (Eris)

 

Ma-? Attends Eris. Allais-tu dire Makoto ? Son comportement est désormais devenu des plus suspects.

 

[Hmph~, Eris, qui est pourtant censée faire de son mieux. Que fais-tu ?] (Makoto)

 

“T-Tu m’as piégé, Akua… Ah ?! Qu’est ce que tu bois ?!” (Eris)

 

Piégé ? Tu…

 

Tu es soulevée par Shiki, tu as remarqué ma présence et pourtant, ton attention est dirigée sur la boisson d’Akua ?

 

“… Lait à la banane. C’est une récompense.” (Akua)

 

“J’en étais sûr ! Cela a le parfum de la banane ! Bien que je pensais que nous étions des amies proches, d’imaginer que tu sacrifierais notre amitié pour de la nourriture. C’est frustrant. Dorénavant, nous serons seulement des compagnonnes, hein.” (Eris)

 

“… Je te donnerais la moitié plus tard. Si tu es pardonnée par Waka-sama.” (Akua)

 

“Akua, comme je pensais, nous sommes vraiment des amis qui se soutiendront à la vie et à la mort. Waka, Eris a changé d’avis. Ma loyauté ne faiblira plus et je ne serais plus arrogante. Je plaide la clémence du gouverneur-sama.” (Eris)

 

Shiki a soupiré bruyamment. Franchement, j’ai le même sentiment que lui. Est-ce même possible que cette fille change sa manière d’être ? Quelle loyauté des plus douteuses.

 

[Cela ne fait pourtant pas longtemps que tu as déclaré que tu m’accorderas ta loyauté jusqu’à la mort ?] (Makoto)

 

“…”

 

[Renvoyons-la une fois de plus au camp. Veux-tu rencontrer Komoe-chan à nouveau ?] (Makoto)

 

“?!?!?!?!?!?! Ce n’est pas bon. J’ai déjà reçu assez d’enseignement de la princesse. Tout ira bien si je ne rencontre pas la princesse avant un bon moment. Je suis une bonne santé. C-C’est vrai. Je promettrai ma loyauté même après ma mort. Ouais, avec ceci, tout devrait bien se passer.” (Eris)

 

[Après la mort ? C’est une décision très spontanée. As-tu l’intention de devenir une morte-vivante ou quelque chose du même genre ?] (Makoto)

 

“C’est exact, je vous refroidirai de la chaleur intense de l’été.” (Eris)

 

Ah, je perds des neurones à essayer de trouver une logique derrière ça. Eris, quel être redoutable. Je devrais être protégé contre les altérations d’états, et pourtant, elle est en mesure de me fatiguer à ce point.

 

Devrais-je appeler son maître Mondo et lui demander de la réprimer ? Pour le moment, je vais la laisser au bon soin de Shiki. Je suis trop fatigué pour me mettre en colère contre elle.

 

[Shiki, je te laisse le reste. Je pars d’ici. Et de plus, Jin, les autres sont également inclus, si vous planifiez de tricher, il sera inutile de revenir dans ma classe. C’est vraiment stupide de bien des manières.] (Makoto)

 

Sérieusement.

 

J’avais déjà l’église qui me scrutait bizarrement et me jetait d’étrange sorts, j’avais même eu des poursuivants envoyés par Shinai-san. Eh bien, je n’utilisais pas [Sakai] en ce moment pour bien appréhender les environs, mais pour cacher mon mana, alors Shiki était celui qui m’a prévenu de ça quand nous retournions vers le magasin.

 

Jusqu’à ce moment, je n’avais rien remarqué.

 

“Donc, Eris. Ainsi que tout le monde. Il semble que vous ayez beaucoup trop de temps libre, alors allons nous entraîner un peu aujourd’hui.” (Shiki)

 

Sans attendre leur réponse, plusieurs personnes ont disparu du magasin. Si la situation changeait en un instant, le moi actuel pourrait comprendre la situation.

 

Akua, il semble que tu as l’intention de partager le lait à la banane, mais pourra-t-elle tenir jusqu’à la fin du recadrage d’Eris ? Eh bien, je ne pourrais pas la blâmer si elle finissait par tous boire. Après tout, elle a semblé avoir adoré cela.

 

Retournons à Asora et introduisons le lait à la banane aux autres Démons Forestiers. Je dois prévenir Mio, afin que nous puissions préparer les ingrédients.

<>
Traduit par la team : Nyan-Team