Flux RSS

Tsuki ga Michibiku Isekai Douchuu

Traduit par la team : Nyan-Team
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 3 Chapitre 115 – Je me suis réveillé en retard et plusieurs choses se sont passées

Traduit par Quesako
Vérifié par Heyruko


Bruyant.

 

Quelqu’un fait du bruit. Non, ce n’est pas ça.

 

Qu’est-ce qui se passe ? Au bout du compte, je n’ai pas pu dormir beaucoup en raison du festival de l’école qui a commencé hier. Mon si important repos avant d’ouvrir le magasin est…

 

!!!

 

Merde ! Quelle heure est-il ?!

 

J’ai hâtivement levé le haut de mon corps et j’ai regardé en direction de la fenêtre. Je pouvais voir une puissante lumière s’engouffrer dans la pièce par les bords du rideau. Peu importe comment j’y réfléchis, il est impossible que ce soit la lumière du petit matin.

 

Que je puisse avoir trop dormi, c’est vraiment une chose étrange ! La forte somnolence, que j’ai ressentie avant d’aller me coucher, a complètement disparu et en échange, une agitation intense parcourait tout mon corps. Sérieusement, c’est exactement comme à l’époque ou j’étais au Japon. La pire sorte de sensation !

 

J’ai fini de me changer à la hâte et je me suis arrangé devant un miroir sur pied. C’était de nouveaux habits. Si c’était l’ancien moi, au mieux je me serais lavé et j’aurais arrangé mes cheveux.

 

J’ai probablement commencé cette routine après que les sœurs Rembrandt ont coordonné mes vêtements. Mon apparence physique était remarquablement inférieure aux personnes qui m’entouraient, alors je pensais que quoi je fasse, ceci serait inutile et sans me soucier de la saison, je portais le manteau que les Anciens Nains m’ont fait. En hiver, c’était chaud et en été, ça ne l’était pas, un produit de qualité en somme, donc c’était peut-être une des raisons de leur acte. ‘C’est une façon de vous rembourser, alors veuillez nous suivre’ c’était ce qu’elles m’avaient dit et j’ai été traîné par les sœurs pendant une demi-journée. Depuis ce jour, ma coupe de cheveux, mes vêtements et même mon parfum ont été sélectionnés. Depuis lors, les regards des autres sur moi ont beaucoup changé. Mon visage et ma taille pouvaient être considérés comme des faits avérés, mais je pouvais changer autant de fois que je voulais les habits que je portais et le parfum que je mettais. Et l’impression, que donnait mon visage, changeait beaucoup en changeant de coiffure.

 

Cela peut paraître évident lorsqu’on y réfléchit, c’est en raison de ma propre négligence et le fait que ceci n’a pas dérangé pendant toutes ces années. Et après ça, j’ai été sermonné par les sœurs qui disait que je devrais faire un minimum attention à mon allure. C’est une affaire commerciale, donc il est mieux d’être sain d’esprit et de corps.

 

Après avoir peaufiné de mon allure, je suis descendu.

 

Je ne veux pas me montrer soudainement à l’intérieur du magasin, alors je vais d’abord vérifier la situation. À l’intérieur, c’était déjà rempli d’une grande quantité de clients. Comme on aurait pu s’y attendre, j’ai tout foutu en l’air…

 

Shiki a remarqué que je venais de me réveiller et il s’est dirigé vers moi en étant passé à travers la masse de clients.

 

“Bonjour, Raidou-sama.” (Shiki)

 

“Shiki, bonjour. Je suis désolé ! J’ai trop dormi.” (Makoto)

 

“Hier, tu as préparé les articles jusqu’à l’aube, alors nous n’y pouvons rien. Aussi longtemps que les préparations sont faites, ce n’est pas différent du commerce habituel.” (Shiki)

 

La gentillesse de Shiki m’a blessé. Changer les étagères, augmenter le nombre de produit, retirer les vieilles affiches de publicités, mettre les nouvelles et changer le message sur le tableau noir qui était à l’extérieur de la boutique. Shiki et moi, nous avons fait tout ça jusqu’à l’aube. Puisqu’il est déjà levé, on ne pouvait pas dire que ses mots pour me réconforter m’aidait à me sentir mieux.

 

Et il a dit que ce n’était pas si différent par rapport à d’habitude ? La foule à l’intérieur du magasin était incroyable. S’il y a seulement un Ancien-Nain ici, alors peut-être que Lime et l’autre Ancien-Nain sont à l’extérieur ? Dans ce cas, il y a une file d’attente à l’extérieur ?! C’est donc ce qui m’a réveillé. Cela me fait sentir encore plus mal.

 

“Lime et le deuxième Ancien-Nain sont à l’extérieur ?” (Makoto)

 

“Ouais. Ils régulent les clients. La compagnie Kuzunoha n’a pas de stand à l’extérieur, mais en pensant aux personnes qui travaillent à proximité, je leur ai ordonné d’encadrer la file d’attente dans le but de ne pas gêner les autres boutiques.” (Shiki)

 

“C’est d’une grande aide. Il est actuellement autour de midi, pas vrai ?” (Makoto)

 

“Oui. Il sera très bientôt midi.” (Shiki)

 

“Comment vont les ventes ?” (Makoto)

 

S’il est presque midi, même si nous vendons plusieurs fois plus que la normale, l’inventaire devrait être encore assez rempli. Comme le déclare l’enseigne, cette place ‘vend n’importe quel type d’article’, alors nous traitons une grande variété de produit. Eh bien, les médicaments restent l’article principal. C’est ça, même si le nombre de personne augmente en raison du festival, je ne pense pas que cette branche d’activité va drastiquement augmenter ses ventes avec ce genre d’événement. Ceux qui doivent connaître les augmentations les plus spectaculaires, ce sont les auberges et les restaurants. La nuit, sans doute les magasins du divertissement ? Au cas où, nous nous sommes préparés avec plus de personnel et nous avons agrandi l’inventaire pour faire face aux ventes. À la base, c’était ainsi que je l’ai décidé.

 

“Il semble que le quota de la journée sera bientôt rempli. Il y a beaucoup de client qui viennent ici pour jeter juste un coup d’œil et il y a de nombreuses personnes qui achètent des articles qui ne se vendent pas très bien en temps normal avec d’autres marchandises. Et ceux qui vendent nos produits n’arrivent pas à suivre.” (Shiki)

 

“?! Nous avons juste réduit un peu les prix et pourtant, nous en vendons autant ?” (Makoto)

 

“Ouais. Lorsque j’ai vu une énorme file d’attente à l’extérieur au moment d’ouvrir le magasin, je me suis demandé ‘Que diable se passe-t-il ?’.” (Shiki)

 

Une énorme file d’attente à l’ouverture ?! Ouah, j’aurais vraiment voulu voir ça…

 

“Qu’est-ce qui les attire autant ?” (Makoto)

 

“Il paraît que les personnes, qui ont utilisé nos produits, nous ont fait une grosse publicité. Et donc, les gens, qui sont venus à la Ville Académique pour voir le festival, en profitent pour jeter un coup d’œil à notre boutique. En outre, il semblerait qu’il y a aussi des personnes à qui on a demandé de venir ici. Les aventuriers ne se montrent pas à la Ville Académique à moins qu’ils aient des affaires pressantes, alors nous en voyons rarement ici, mais j’ai pu en voir quelqu’un aujourd’hui.” (Shiki)

 

Le bouche-à-oreille, hein. C’était une zone où les gens ne viendraient pas en temps normal et pourtant, il y en avait qui venaient pour tester nos médicaments. Cela me rend heureux. En ayant fait de Tsige ma base de départ, j’ai demandé aux Ogres Forestiers de vendre des médicaments, mais c’est un endroit qui s’agrandit en même temps que l’exploration du désert, donc il n’y a pas grand-chose que nous pouvons attendre du bouche-à-oreille là-bas. Après tout, il n’y avait pas beaucoup de clients qui venait à un endroit aussi reculé. Dans ce cas, les autres marchands, ainsi que les personnes qui venaient d’autre villes et qui ont visité notre boutique par hasard, toutes ces personnes ont acheté nos médicaments et nous font de la publicité. Merci, merci.

 

“Devrais-je… renouveler le stock ?” (Makoto)

 

“Non. C’est une chose faite originalement par les Arkes, mais maintenant les Gorgones nous aident pour la production. Il semble qu’elles soient douées pour la fabrication des médicaments. Et ainsi, la quantité, que nous pouvons produire, a grandement augmenté. C’est pourquoi, il n’y a pas de problème d’inventaire aussi longtemps que nous retournons à Asora.” (Shiki)

 

“Je vois. Alors…” (Makoto)

 

“Cependant, si nous vendons trop, il y a des chances que cela créé des suspicions. Je crois que doubler la quantité, que nous avions décidé la nuit dernière, devrait être bon.” (Shiki)

 

Il m’a devancé avant que je ne puisse dire que nous devrions pouvoir vendre autant que nous le pouvions.

 

C’est certainement vrai que nous avons beaucoup de stock, mais il n’est pas souhaitable de créer à nouveau des doutes envers nous. Viendra un moment où ceci affectera notre commerce si nous nous démarquons trop. Apprenons la prudence.

 

“Entendu. Faisons ça. Mais vu le nombre de clients, tout le monde ne pourra pas en acheter.” (Makoto)

 

Je voudrais vendre à tous les clients qui ont pris la peine de venir ici. Dommage.

 

“Il va sûrement y en avoir. À tout hasard, j’ai pris plusieurs dispositions pour limiter le mécontentement.” (Shiki)

 

“Que comptes-tu faire ?” (Makoto)

 

Je ne pensais pas qu’on atteindrait une situation où le stock ne serait pas suffisant, alors évidemment je n’ai pas pensé aux mesures à prendre si cela se produisait. Nous avons vérifié la situation annuelle des magasins avec le même type de produit que nous grâce à la guilde marchande, alors nous devrions en tirer les leçons de cette expérience.

 

“J’ai envoyé Lime à la fin de la file d’attente pour éviter qu’elle ne s’agrandisse plus. Et ensuite, pour les personnes qui ne pourront pas s’y intégrer, un Ancien Nain fournira un coupon valide pour le jour suivant. Pour les clients qui sont incapables de venir le lendemain, nous leur donnerons un coupon commercial de la guilde marchande qui leur permettra de manger dans un restaurant des environs, ainsi que nos excuses.” (Shiki)

 

Coupon commercial. Maintenant qu’il le mentionne, je me souviens en avoir reçu un. Il est possible que ce soit le propriétaire qu’il l’utilise ou un client. Mais je croyais qu’il y en avait peu.

 

“Coupon commercial, hein.” (Makoto)

 

“Oui. Par-dessus le marché, à partir de demain, nous vérifierons les marchandises les plus demandées, ainsi que le stock, je prévois de dire aux clients qui sont juste là pour jeter un œil, de ne pas se joindre la file d’attente et de leur expliquer pourquoi. J’ai agi de mon propre chef, mais est-ce bon ?” (Shiki)

 

“Non, ne t’inquiète pas, merci. Avons-nous reçu autant de coupon commercial ?” (Makoto)

 

“À ce sujet, c’est peut-être un rapport après que tout soit fait. Mais puisque que j’ai pensé que cela serait mauvais de donner directement de l’argent, je me suis souvenu de la guilde ayant distribué ces coupons commerciaux. Si nous les utilisions, je me suis dit que cela ne semblerait pas étrange. Et donc, je suis allé à la guilde et j’ai acheté la quantité nécessaire.” (Shiki)

 

“Je vois. Si je me souviens bien, ils ont dit que si nécessaire, nous pourrions en acheter quand nous le souhaitions. C’est bon. Je crois que c’est une dépense indispensable. En tout cas, je ne peux rien dire vu que je dormais bêtement. Bon, je ne sais pas si je serais en mesure de prendre une décision de ce niveau même si j’étais réveillé.” (Makoto)

 

“Je suis désolé. Plusieurs choses semblables à des incidents se sont produites, alors j’ai pensé à te réveiller, mais lorsque je suis allé dans ta chambre, Mio-dono regardait ton visage endormi…” (Shiki)

 

 

Effrayant !!!

 

Mio était déjà là ?

 

“J-Je vois… Et ?” (Makoto)

 

“Elle m’a demandé la raison de pourquoi je voulais réveiller Waka, j’ai voulu lui répondre, mais en même temps, elle m’a demandé pourquoi Waka dormait toujours.” (Shiki)

 

Il ne veut pas vraiment en venir à l’essentiel, hein. Eh bien, Shiki est gentil, alors sans doute qu’il doit choisir avec soin ses mots. Lorsque Mio était dans le coin, il ne m’appelait plus Raidou, mais Waka. Quelle sincérité.

 

“Continue” (Makoto)

 

“Je lui ai dit que tu es probablement fatigué parce que tu avais travaillé jusqu’à l’aube. Et lorsque je lui ai dit ça, après lui avoir dit la raison, elle m’a répondu ‘Penses-tu qu’il est bien de réveiller Waka juste pour cela ? Non, Ce n’est pas tout à fait ça, elle serait plus juste de dire qu’après avoir dit cela, elle m’a sorti de la chambre.” (Shiki)

 

Mio. C’était bon, Shiki avait fait le bon choix en venant me réveiller. Il n’y avait rien de mal à me mettre une claque pour me réveiller, tu sais ?

 

Quelle anti-réveil très efficace.

 

“…Désolé, Shiki. Ceci a dû te fatiguer plus que nécessaire, non ?” (Makoto)

 

“Non. C’est certainement vrai que c’était quelque chose que j’étais capable de résoudre par moi-même, donc après avoir y repenser, je suis allé les gérer. Aucun problème.” (Shiki)

 

“… Et donc, où est Mio ?” (Makoto)

 

Shiki a même dit qu’il a pu le faire, mais sans doute qu’il les a résolus d’une meilleure façon que je ne l’aurais fait à demi-réveillé. Dernièrement, quand je le regarde, les mots ‘intendant’ et ‘gérant’ me trottent dans la tête.

 

“Je crois qu’elle est dehors pour faire un tour. Tomoe-dono est également avec elle.” (Shiki)

 

“Est-ce une bonne chose ?” (Makoto)

 

Laisser ces deux-là sans surveillance dans la ville.

 

“Root-dono était aussi là à ce moment, alors il me semble que ces trois-là voulaient faire une promenade et manger un bout. J’ai hâte de dîner au Gotetsu, donc je lui ai demandé de revenir pour ceci.” (Shiki)

 

Je me sentais soulagé et en même temps, cela me rendait encore plus mal à l’aise. Il n’y avait pas d’autre choix que de baser mes espoirs sur Root qui vivait depuis longtemps dans la société Hyumaine, hein.

 

“Eh bien, même si nous leur demandions de donner un coup de main dans le magasin, nous ne pourrions pas le demander dans cette situation où nous sommes tous bloqués.” (Makoto)

 

“Exact” (Shiki)

 

Le sourire ironique de Shiki était plein de sous-entendu. Je pouvais voir Akua et Eris servir les clients en faisant de leur mieux. D’ailleurs, l’Ancien Nain les aidait en flattant les clients. Hein ? N’est-il pas supposé vendre des armes ?

 

“Hum, Est-ce que l’Ancien Nain n’a pas dit qu’il voulait essayer de vendre des armes ? Je me souviens lui avoir donné la permission de le faire.” (Makoto)

 

“Ah. C’est déjà vendu.” (Shiki)

 

“C’était rapide. Je lui ai dit que c’était bon pour en vendre 10 par jour…” (Makoto)

 

“Oui. Les 10 ont déjà été vendues.” (Shiki)

 

C’est impressionnant. Devrais-je lui laisser la vente des armes à partir de maintenant ? Elles ne sont pas très performantes, mais j’ai l’impression que ça pourrait quand-même provoquer des tensions.

 

“Eh bien, pour des personnes qui utilisent des armes, elles sont dotées d’une capacité qui les aide pas mal. Par-dessus tout, ceci a dû beaucoup impacter que le premier client soit un Demi-Humain avec la technique d’examen. Il a été chanceux.” (Shiki)

 

Alors il a eu l’approbation grâce à son habilité, hein. Certainement qu’il a été très chanceux. J’ai donné la permission à l’Ancien-Nain de donner plus de détails, mais je lui ai interdit de certifier ses caractéristiques. Pour les personnes qui venaient au festival, c’était un article de grande valeur, donc les gens qui n’avaient pas l’œil ne les achèteraient pas. Je pense que ça serait mieux que les armes soient achetées par des personnes qui saisissent sa valeur.

 

“Une épée qui, après que le combat soit fini, aura juste besoin d’être nettoyée et ne rouillera jamais. Une arme dotée d’un puissant attribut.” (Makoto)

 

“Ouais. Il n’y a pas grand-chose à dire sur la résistance de l’arme, mais c’est décent. Aussi longtemps qu’ils ne font rien de déraisonnable, c’est un article qui soutiendra longtemps son possesseur.” (Shiki)

 

“C’était très mal accueilli par le doyen et les ouvriers qualifiés.” (Makoto)

 

Quand le jeune Ancien-Nain leur a présenté son article, ils ont tous grimacé. Voila ce que je pense, il aurait été réprimandé si je n’avais pas été là.

 

“Le doyen a soupiré tout en ayant dit ‘Les jeunes d’aujourd’hui…’. Même s’ils ont fait plusieurs types d’armure pour Waka selon les saisons. J’estime que dans un sens, cette requête est sans intérêt vu le véritable objectif d’une armure.” (Shiki)

 

Porter constamment un long manteau aurait un effet négatif sur le long terme. Je suis reconnaissant envers les Anciens-Nains qui ont répondu à ma requête égoïste. Il est certainement vrai que ces mots ‘les jeunes d’aujourd’hui’ pourraient être tout à fait justifiable.

 

J’ai envie de croire qu’ils ont déploré le fait que le jeune Ancien-Nain ait doté l’arme d’une capacité qui permet de diminuer la maintenance et non à cause de la demande que j’ai faite. Ce n’était pas une bêtise de dire que l’apparence n’a rien à voir avec la véritable essence d’une armure.

 

“C’est vrai. Je suis vraiment gâté. Alors, les armes sont déjà vendues, hein. Ah, c’était quoi cet incident que tu as mentionné ? Est-ce que tu parlais de l’énorme file d’attente ?” (Makoto)

 

“Non. En réalité…” (Shiki)

 

Que se passe-t-il ? Shiki semble avoir des difficultés à le dire. La conversation jusqu’à maintenant s’est déroulée sans-à-coups, en dehors de la partie avec Mio. Cela m’inquiète un peu.

 

“Tu l’as… résolu ?” (Makoto)

 

“Oui. En fait, ceci est arrivé juste après l’ouverture. Un problème qui a été causé parce qu’il y avait des Demi-Humains avec moi et Lime. ‘Ce magasin emploie des races inférieures. Vendent-ils vraiment du matériel décent ?’, c’était ce qu’ils ont dit. Pendant notre activité habituel, nous ne recevrions pas ce genre de diffamation, mais comme prévu, il y aurait un certain degré de rejet de part les clients qui venaient ici pour la première fois.” (Shiki)

 

“… Discrimination, hein.” (Makoto)

 

“Oui. Lime et moi, nous avons réussi à maîtriser le problème, mais tout le monde se sentait mal à l’aise après ça. Cela m’est égal si c’est plus tard, mais je te prie de lui adresser des remerciements. Pour l’instant, cela s’est calmé, mais même à l’extérieur, où Lime était le responsable, il y a toujours une sorte de friction.” (Shiki)

 

“Ne pouvons pas pas faire rentrer l’Ancien-Nain ?” (Makoto)

 

“Ceci sera difficile. Une situation, où ni Lime, ni moi ne sommes dans le magasin, n’est pas une bonne chose. Je pense qu’avoir d’abord Lime pour discuter avec les clients et ensuite, laisser le vrai travail au Nain est plus sûr. Après tout, avoir Akua et Eris pour servir les clients est plus approprié.” (Shiki)

 

“Je vois. Ce n’est pas comme si c’était quelque chose d’exceptionnelle, et pourtant, pourquoi est-ce que les Hyumains peuvent faire preuve de mépris envers les Demi-Humains sans aucune répercussion ? Ils n’ont pas honte ?” (Makoto)

 

Est-ce qu’avoir les faveurs de la Déesse est si génial ? C’est la Déesse qui n’est pas intervenu pendant plus décennies parce qu’elle faisait un ‘petit somme’, tu sais ? Je n’arrive pas comprendre.

 

Shiki a continué son sourire moqueur.

 

Il n’y avait pas de changement à l’intérieur du magasin et ça continuait sans que j’ai besoin d’intervenir. J’étais tellement en retard qu’il n’y avait pas de place pour moi. À partir de demain, je me lèverai toujours à l’heure.

 

“Oh, il semble que certaines fournitures et marchandises commencent à être en rupture de stock. Je vais également retourner au service clientèle. Aujourd’hui, je demanderai à Waka de modifier le stock après la fermeture. Je vais aussi aider.” (Shiki)

 

Comme on pourrait s’y attendre. Il serait imprudent de servir les clients sans connaître l’incident qui s’est produit. Après avoir salué Lime et l’Ancien-Nain qui étaient à l’extérieur et avoir constaté la file d’attente, je vais commencer à contrôler l’inventaire. Cette nuit, je vais emmener Tomoe et Mio au Gotetsu. Après tout, j’ai déjà quelque chose de prévu.

 

Lorsque j’aurai fini d’organiser le stock… C’est vrai, je dois aller à l’académie, autant emmener Shiki avec moi.

 

J’ai oublié qu’il y avait plusieurs endroits où je dois aller coûte que coûte pour saluer des personnes. Nous sommes ici depuis pas mal de temps, alors il est inévitable de construire des relations avec des Hyumains. Dans les présentations des recherches d’aujourd’hui, il y a beaucoup de sujet qui ne m’intéresse pas vraiment.

 

Finalement, le festival de l’école a commencé.

 

“Allons-y !” (Makoto)

 

Avec un mémo dans ma main gauche, j’ai confirmé le programme d’aujourd’hui. Je suis parti par la porte de derrière du magasin avec l’idée de rattraper l’erreur de ce matin.

 

Hein ? Il y a des gens ici aussi.

 

Hmm, qu’y a-t-il ? Ce sentiment nostalgique…

 

Par la porte de derrière du magasin qui donnait sur les petites rues en dehors de la rue principale, des personnes ont piqué mon attention. Ce n’était pas comme s’il y avait une atmosphère étrange. Une peau un peu sombre et des cheveux noirs. Ouais, un visage semblable à un arabe. Une barbe abondante qui lui donnait l’exacte image d’une personne venant d’un pays pétrolier. Peut-être que c’était parce la plupart des personnes sont calquées sur des blancs de western dans cette région, c’était pourquoi, lorsque j’ai comparé mon visage à ce type (Si je lui disais ça, il se mettrait sans doute en colère.) dans le groupe, j’ai ressenti un petit peu de nostalgie et de complicité. (NTA : Il parle de ses traits raciaux.)

 

Eh bien, ceci n’a rien à voir avec moi. Il n’est pas une connaissance ou quelque chose du genre. Il semble ne pas vouloir me déranger et il regarde une liste. Il la regarde à nouveau, puis revient ici et répète ce processus plusieurs fois. N’est-il pas un client ?

 

“Ku-zu-ha ?”

 

C’est Kuzunoha. Tu as loupé le ‘no’.

 

Je devais passer à côté de lui pour rencontrer Lime et les autres. Je ne savais pas si cela fonctionnerait avec une personne que je croisais pour la première fois, mais j’ai hoché de la tête tout en m’étant dirigé vers lui.

 

Génial, on dirait qu’il a compris. Il s’est écarté du chemin qui n’était pas si spacieux.

 

“Pas de doute, c’est Kuzuha. Pourquoi est-ce écrit en Lorel dans ce genre d’endroits ?”

 

Lorel ?

 

Le nom de la puissance majeure que j’ai pu entendre, cela a piqué ma curiosité. Mais j’ai plusieurs choses que je dois faire, donc je n’ai pas le temps de discuter avec lui. Tout en étant surpris par la taille de la file d’attente qui surpassait mes attentes, je les ai remerciés pour leur travail et je me suis excusés pour mon retard auprès de Lime et l’Ancien-Nain, qui n’arrêtait pas de courir à gauche et à droite et j’ai commencé ce que j’avais à faire aujourd’hui.

<>
Traduit par la team : Nyan-Team