Flux RSS

Tsuki ga Michibiku Isekai Douchuu

Traduit par la team : Nyan-Team
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 3 Chapitre 116 – Il y a des fois où les ténèbres de la nuit te submerge

Traduit par Quesako
Vérifié par Heyruko


“D’imaginer que le saké… que le saké n’aura pas été fait à temps !!!” (Tomoe)

 

“Tomoe-san, tu es bruyante-desu.” (Mio)

 

“Calme-toi. Ceci se déroule sans heurts, non ? Il n’y a pas besoin de se dépêcher.” (Makoto)

 

Mais je pense également que s’il y a du ponzu (NTF : La sauce ponzu est faite à partir de la sauce soja et du jus d’agrume, principalement le citron.), nous serions en mesure de viser les niveaux supérieurs du tofu bouilli, néanmoins, nous devrions faire de la sauce soja. Et ainsi, nous aurions finalement récrés le style des produits de fermentation Japonais. Le tofu bouilli, que tout le monde mangeait, n’était toujours pas un produit complet. Manger ça avec du sel aromatique qui est normalement utilisé dans ce monde, c’était en fait assez décent au palais. Maintenant que j’y pensais, il y avait aussi du sel de varech. Peut-être que je devrais l’introduire dans Asora. En laissant de côté le fait si cela pouvait être réellement fait, il y avait des algues dans ce monde qui était incroyablement similaire au varech, donc ça pourrait être possible.

 

Après mettre déplacer sans arrêt, c’était désormais la soirée.

 

Même pendant cette période chargée, Le Gotetsu avait toujours une place réservée pour nous. C’était vraiment une chose extravagante d’avoir une pièce réservée à notre nom, mais je leur en étais reconnaissant. Il y avait une longue file d’attente à l’extérieur du magasin, ce qui n’était pas sans précédent avec le festival, mais je me suis senti un peu coupable lorsque nous sommes passés devant eux pour entrer dans le magasin. Cette nuit sera une soirée bien arrosée avec tout le monde qui travaillait dans le magasin, ainsi que Tomoe et Mio qui sont venues d’Asora. Je crois que j’aurais dû le faire hier, mais avec mon emploi du temps, c’est impossible de le faire. Le seul qui est prédisposé à la gueule de bois, c’est moi, donc c’est agréable que je puisse les regarder tranquillement provoquer du grabuge.

 

Tomoe et Mio ont demandé un nabe qui se rapprocherait le plus possible de la cuisine Japonaise, alors j’en ai sélectionné plusieurs. J’ai également commandé du tofu bouilli qui n’était pas tellement populaire au Gotetsu, ainsi que l’impopulaire nabe à la viande salée d’oiseau avec un petit extra dedans. Je leur ai demandé de le faire avec de l’eau de kombu comme base (NTF : Un bouillon à base d’algue.). Pour donner une idée, c’était proche du mizutaki (NTF : Sérieux ?! Je vais passer ce chapitre à faire des recherches ?! Bon, bon. C’est une sorte de nabe où le poulet est cuit dans l’eau avec des ingrédients style épinards, champignons.). Ceci faisait très longtemps que j’en ai pas mangé, mais il y avait aussi des parties douteuses dans leur recette.

 

Shiki et l’équipe d’employé faisaient ce qui leur chantaient et ils commandaient tout ce qu’ils voulaient en faisant du bruit et en s’amusant. Il y avait déjà quelques plats de nabe vides qui ont été mis de côté. Shiki avait un nabe à la crème devant lui et un flacon de mayonnaise dans une main, on dirait qu’il envisageait quelque chose. ÇA, je ne le mangerai jamais.

 

“Waka, c’est délicieux. Vraiment délicieux. Tofu bouilli, mizutaki. Ces deux-là ne sont peut-être pas comme l’originale, mais cela reste correct. C’est pour ça que je me déteste pour ne pas avoir réussi à préparer du saké à temps !” (Tomoe)

 

Tomoe a fait un fervent discours tout en noyant sa défaite. Avec ses manches retroussées, elle versait fréquemment de l’alcool dans sa chope à bière. Je ne crois pas que ce liquide ambré est supposé aller dans la chope à bière, tu sais ? Même si dans un avenir prochain elle devient capable de se rapprocher de la culture Japonaise, je me demande si elle sera vraiment satisfaite.

 

“Est-ce… du nabe-desu ka ? Cela a l’air d’être cuisiné avec une grande diversité d’ingrédients-desu no ne. Poisson, viande, légumes, diverses arômes et par-dessus tout, le bouillon qui sert de base. C’est… J’ai désormais trouvé quelque chose qui vaut la peine d’être essayée !” (Mio)

 

Mio, tout en prenant plusieurs choses, semblait être intéressée par le tofu bouilli et le mizutaki, comme on pouvait s’y attendre. Le mizutaki avait un goût assez proche, mais d’après mon opinion personnelle, ne pas avoir quelque chose pour remplacer les chrysanthèmes couronnés peut créer un goulot d’étranglement dans ses recherches. Est-ce que Asora les a ? Je n’ai pas trouvé d’ingrédients utiles pour le nabe, donc il n’y a pas besoin de perdre du temps à les chercher, c’était ce que je pensais en me souvenant d’une plante lorsqu’une voix a retenti.

 

“Tiens-toi bien saké masculin d’Hyogo et saké féminin de Kyoto. Je vais vous démontrer que je suis capable de vous achevez bientôt !” (Tomoe) (NTF : …Voici le maigre résultat de mes recherches, Si on utilise de l’eau douce, on obtient un saké ‘plus féminin’ et de l’eau dure, ça sera ‘plus masculin’. Hyogo a une eau riche en phosphate et en potassium, ce qui est peut être considéré comme de l’eau dure.)

 

… Le rêve de Tomoe. C’est à un niveau absurde, hein. Si c’est son objectif, alors il y a toujours un long chemin à parcourir. Si tu veux vraiment du saké masculin et féminin, tu auras besoin de finir d’abord la production des choses comme le riz et une eau adapté. Dans Edo, le saké était très populaire aux 18eme siècle, mais il n’y a pas besoin d’aller si loin, tu sais ? Et aussi, peu importe comment je le regarde, Tomoe a une sacrée descente.

 

J’ai compris la grandeur d’internet depuis que je suis dans ce monde. J’étais dans un monde où c’était très facile de chercher des informations, hein.

 

“Waka, je crois que la crème et la mayonnaise pourrait avoir une compatibilité inattendue, mais as-tu le souvenir d’une cuisine comme ça ?” (Shiki)

 

“Shiki, Je suis désolé, mais la seule chose qu’ils ont en commun, ce sont la couleur. S’il te plaît, ne commence pas tes expériences folles avant même d’être saoul.” (Makoto)

 

Juste imaginer le goût de ces deux-là ensembles, je sens que ça me coupe l’appétit. J’espère que ce sujet va se noyer dans du lait de soja ou quelque chose comme ça…

 

“Désolé pour l’attente ! J’ai ramené les ingrédients supplémentaires et le nabe !” (Ruria)

 

Ruria venait d’entrer dans la pièce avec entrain. Derrière elle, je pouvais deviner la situation du magasin.

 

Bonder. C’est vraiment une anarchie totale. Incroyable. Le Nabe n’est pas le genre de chose que tu manges sur le pouce, donc qu’en est-il des clients qui attendent ?

 

“Ruria, c’est un énorme succès, hein. Tu sembles faire ton service avec beaucoup d’énergie, mais seras-tu en mesure de tenir toute la semaine ? Te forcer est un poison pour le corps. J’apporterai une boisson énergisante demain.” (Shiki)

 

Shiki a levé sa tête et il s’est adressé à Ruria. Comme si c’était naturel. Je devrais apprendre de lui.

 

“Je vais bien, Shiki-san ! Après tout, je suis préparée à la saturation de clients ! Onee-chan nous aide aussi.” (Ruria)

 

Hein ? La bibliothécaire Eva-san ? Aider Ruria dans cette situation ? Cela ne devrait pas être impossible ?

 

[Eva-san est capable de servir aussi les clients ? Elle est pleine de talent.] (Makoto)

 

“Hein ?! Ah… euh… Onee-chan aide en cuisine en faisant la vaisselle et en coupant les légumes.” (Ruria)

 

… Elle a dû être envoyé à la cuisine. ‘Va là-bas faire la vaisselle et couper les légumes’ c’est probablement ainsi que c’est arrivé. Quelle conclusion prévisible. Je suis content de ne pas lui avoir demandé directement.

 

“C’est le lieu où je travaille, alors elle vient tous les jours pour aider, mais comme prévu, elle n’est pas adaptée à ce genre de choses. À la maison, Onee-chan est toujours celle qui fait la vaisselle, donc elle peut nous aider pour ça.” (Ruria)

 

“Avec tout ça, je peux dire qu’elle est vraiment une bonne sœur.” (Shiki)

 

“Shiki-san, ce n’est pas avec ce genre de chose que vous pouvez le dire. Malgré tout, elle est effectivement une bonne sœur. Ah, désolé. Je reviendrai. Si vous voulez commander quelques choses d’autres, n’hésitez pas à appeler !” (Ruria)

 

Ruria était en mesure de faire ce que faisait Akua et Eris. Ceci donnait l’impression qu’elles étaient à plusieurs endroits lorsqu’elles servaient les clients. Le service à la clientèle est une chose profonde. Cela se pourrait-il… que ce soit l’un des plus vigoureux métiers de contact ?!

 

En outre, elle a pu prédire ce qu’il allait dire. Elle ne doit pas être surestimée.

 

… Peut-être que je suis un peu bourré.

 

“Bien, bien, aujourd’hui, il y avait Root pour nous guider et j’en ai profité pour jeter un coup d’œil. C’est un festival amusant, hein. Pour des simples réjouissances, plusieurs personnes de grandes influences dans les puissances majeures sont venues ici pour vérifier certaines choses. Les nobles et les puissants marchands ont apporté leur serviteur et on peut les voir faire des allées et venues.” (Tomoe)

 

“Oui. Dans Tsige, il y a toujours des chariots remplis de nourriture, mais il y a plus de variété ici. Il y a également de nombreuses cuisines avec différentes méthodes de cuisson, alors j’ai hâte d’être demain. Ah c’est vrai, Waka-sama, il semble que dans le pays nommé Lorel, il y a une coutume où ils mangent cru une partie du poisson-desu yo.” (Mio)

 

Je peux dire que Tomoe et Mio savourent le festival grâce à la teneur de leur propos, pourtant leurs impressions sont totalement différentes alors qu’elles ont voyagé ensemble.

 

“D’ailleurs, dans le domaine académique où les visiteurs lambda étaient incapables d’entrer, les étudiants s’entraînaient gentiment. Il paraît que lors de la seconde moitié du festival, il y aura des tournois d’art martiaux et de magie. Je me demande dans quelle mesure les étudiants de Waka réussiront. Je voudrais regarder les tournois avec Waka.” (Tomoe)

 

“Avec cette chance, je vais agrandir mes connaissances et élargir mes techniques pour cuisiner ! Comme on était avec Root, il n’y avait pas besoin de faire la queue, donc c’était pratique.” (Mio)

 

J’ai déjà promis à Jin que j’observerais son match, alors ça ne devrait pas poser de problème de ramener Tomoe et Mio. Root a dit qu’il voulait aussi venir, mais il serait traité en tant qu’invité avec sa position, y aller ensemble est tout à fait impossible.

 

Néanmoins, on dirait que Root a fait du bon travail pour ce premier jour. Je ne crois pas qu’elles auraient causé de problème. Dans ce genre de festival, les querelles sont quelques choses qui arrivent à coup sûr, donc je ne veux pas être si pointilleux à cet égard. Aussi longtemps qu’elles ne causent pas d’ennuis avec une des personnes influentes que Tomoe a mentionné tout à l’heure, tout ira bien.

 

“Oui, c’est quand même un festival qui se produit une fois par an. Cela me rendra heureux si vous deux vous amusez autant que vous le souhaitez. Allons tous ensemble regarder les matchs.” (Makoto)

 

Mes suivantes ont acquiescé à mes mots. Avec la façon dont ça s’est déroulé aujourd’hui, il ne devrait pas y avoir de problème si Shiki et moi regardons les combats en équipes. Ceci devrait être bon de considérer que le plupart des marchandises seront vendues pour midi. Basiquement, lorsqu’il n’y a plus rien à vendre, c’est bon de juste écouter les personnes qui sont venues demander quelque chose. Après tout, nous avons des moyens pour rester en contact.

 

Si je me souviens bien, je dois rencontrer Rembrandt-shi demain midi pour aller ensemble à la cession de savoir-vivre où les sœurs vont participer. Je ne peux pas me permettre de trop dormir. Je devrais arrêter l’alcool et continuer seulement avec le nabe.

 

Chacun d’entre eux semblait assez occupé. Tomoe et Lime buvaient joyeusement sans faire attention à leur vacarme. Mio paraissait avoir un grand moment avec son nabe avec ses joues légèrement rougies. Les deux Ogresses Forestières et Shiki empilaient les bols vides de Nabe. Les Anciens-Nains mangeaient du nabe ressemblant à Yakiniku (NTF : La viande est grillée au charbon de bois.) avec de petite quantité de soupe et descendaient leur bière en même temps.

 

Tout le monde a l’air de s’amuser sans se soucier du bruit provoqué. C’est nécessaire d’avoir des moments où tu te fous de tout et où tu lâches juste prise.

 

 

 

À présent, que commence le défi de ce menu restreint !

 

_________________________

 

“L’attaque du fort Stella approche et pourtant, quitter le pays, c’est juste… il y a une limite à la stupidité.” (Homme A)

 

“Si l’empire n’avait pas cette princesse, il n’aurait pas été nécessaire pour nous de les assister, mais… il y a besoin de confirmer leur vraie motivation.” (Homme B)

 

“Je sais déjà ça ! Tout ça à cause de ce héros de l’empire et de la princesse Lily. Il y a même des soupçons qu’ils soient entrés dans le pays de Limia sans en avoir eu la permission. Créer des problèmes en temps de guerre, c’est en trop pour moi. Avoir des problèmes internes avec des Hyumains comme nous, c’est juste…” (Homme A)

 

“Hibiki-dono est également une héroïne, mais il semblerait que sa manière de pensée diffère beaucoup de celle d’Iwahashi Tomoki de l’empire. Au lieu d’appeler cela une coopération, ça serait mieux d’appeler ceci une relation où les parties s’utilisent l’un l’autre. Ils pourraient devenir nos prochains ennemis si nous ne faisons pas attention.” (Homme B)

 

“Je sais déjà tout ça ! C’est pourquoi tu es ici, pour enquêter sur leur mouvement et trouver un moyen de les tenir en échec, non ? Foutu empire, qu’est-ce qu’ils magouillent ?” (Homme A)

 

Rotsgard, situé au centre de la Ville Académique et servant de lieu de rassemblement pour les plus éminents étudiants. Et à l’intérieur de cette place, il y avait une zone où ils recevaient les invités. Dans ce lieu, il y avait une pièce avec une sécurité particulièrement renforcée, un homme dans la fleur de l’âge et une jeune homme d’environ 20 ans conversaient ensemble là-bas.

 

C’était le Roi de Limia et le second prince. Même s’il était le second prince, il était un peu plus vieux que le premier prince, Bredda. On pourrait affirmer que c’était la preuve qu’il existait des circonstances complexes à travers le pouvoir politique de Limia. D’après le contenu de la conversation, on pourrait dire qu’il œuvrait en tant que conseiller du Roi.

 

Les paroles du Roi laissaient transparaître sa colère. Même ainsi, il n’a jamais montré cette vision honteuse en publique. Parce qu’il était Roi. En vu de la prochaine attaque du fort Stella, qui était un endroit clé que les Hyumains ont échoué à arracher des mains des Démons depuis un bon moment, le Roi devrait normalement être dans son royaume à attendre ce moment. Même si le festival de l’école Rotsgard était un événement important où ils pouvaient trouver des talents pour soutenir le futur de Limia, ce n’était pas un endroit où devrait être le Roi dans cette situation de guerre. Alors, pourquoi était-il dans cette ville ?

 

La princesse de l’empire, Lily. Elle en était la raison.

 

Hibiki leur avait dit de se méfier de la princesse après qu’elle fut revenue de la bataille de fort Stella. Même si elle est appelée ‘princesse’, elle a démissionné de ses droits sur le trône impérial et elle s’est déchargée des entreprises qu’elle administrait. Une fille qui essayait de disparaître du feu des projecteurs. Même sans l’absence de l’héroïne, Limia avait remarqué ses mouvements, mais sa priorité a baissé après qu’elle a renoncé à ses droits sur l’empire.

 

Mais avec le soutien qu’apportait la princesse Lily au héros de l’empire, il y avait une atmosphère de grand bouleversement, ainsi les projecteurs se sont braqués à nouveau sur elle. En conséquence, plusieurs mouvements étranges avec des objectifs inconnus ont été remarqués. Récemment, il y avait aussi un rapport disant qu’il y a eu une apparition d’eux au lac qui a été créé par un mystérieux pouvoir, celui du Diable. Ce n’était pas une action qui devra être faite par la princesse d’une puissance majeure alliée à Limia. Dans la situation actuelle où les combats étaient proches, cette fille s’est séparée du héros et elle est venue à la Ville Académique pour assister au festival de l’école. Son objectif était une visite de politesse et pour trouver des nouveaux talents. Bien sûr, Limia savait que cette annonce n’était qu’une façade. C’était pourquoi, ils ne pouvaient pas la laisser sans surveillance.

 

Et donc, un autre problème a fait surface. Ceci ne serait pas une exagération de la surnommer ‘La Renarde’. Qui sera la personne qu’elle manipulera ?

 

 

 

Une bonne partie du cabinet ministériel étaient des nobles qui héritaient de cette position. Pour parler franchement, le nombre de personnes incompétentes n’était pas insignifiant. Le statut de leur maison et l’influence de leur fonction officielle, c’était un des gros problèmes qu’il voulait régler en tant que roi. Cependant, ce n’était pas une chose qu’il pouvait entreprendre à la va-vite. C’était une réforme trop énorme pour la faire au milieu d’une guerre avec la race des Démons.

 

En bref, le Roi de Limia n’avait que quelques personnes en qui il pouvait avoir confiance pour connaître les vraies intentions de cette renarde. Les gens, qui rentraient dans cette catégorie, étaient naturellement assignés à plusieurs taches importantes, alors ils avaient les mains liées. Par ailleurs, ils avaient maintenant un puissant pilier du nom d’Hibiki dans la guerre contre les Démons. Le Roi, qui avait la particularité de ne pas se préoccuper de ses déplacements, s’est dirigé vers la Ville Académique. Ce qui prend normalement une semaine depuis la capitale de Limia, n’aura pris que seulement un jour et demi grâce à des cercles de téléportation dissimulés. Et donc, le Roi de Limia visitait Rotsgard pendant le festival de l’école. Même s’il était résolu à rentrer lorsque la bataille commencera, c’était une décision assez désespérée.

 

C’était pourquoi, en raison du Roi de Limia qui régnait sur une des quatre plus puissants pays Hyumains et qui assistait au festival de l’école, plusieurs places dans la ville en ont été affectées. En conséquence, le festival de l’école Rotsgard de cette année était beaucoup plus extravagant que celui de l’année dernière. Quand le festival commencera à s’enflammer à la seconde moitié, la fréquentation des événements augmentera, mais par-dessus tout, il se transformera en scène diplomatique pour les différentes nations.

 

“Je n’ai pas encore parlé avec la princesse Lily, alors je ne connais toujours pas les intentions de l’empire. Mon Roi, il est bientôt l’heure du prochain rendez-vous.” (Second prince)

 

“L’union de Lorel, pas vrai ? Si possible, je voudrais qu’ils excavent des sources chaudes dans Limia, elles sont considérées comme la spécialité de leur pays. Je souhaiterais ce genre de discussions diplomatiques.” (Roi)

 

“Huhuhu, ceci serait tellement agréable, mais je ne crois pas que ce soit ce type de choses qui sera abordé. Maintenant que tu le mentionnes, il semble également que héroïne-dono connaisse les sources chaudes. Mon frère envisageait d’aller à Lorel.” (Second prince)

 

“Cet idiot. Désolé. À cause de son égoïsme, il te donne plus de travail.” (Roi)

 

“Non. En réalité, sa manière de penser et ses capacités à agir rapidement sont des choses que je n’ai pas et cela me rend jaloux. Mon frère a clairement la force de caractère d’un futur roi. Je peux te le garantir.” (Second prince)

 

Le second prince, qui avait diverses expressions complexes sur son visage, a montré un visage plus doux. Il avait l’air d’une personne qui était passée par de nombreuses situations douloureuses en ayant gardé un visage assez rigide, mais quand ils ont parlé de sa famille, on aurait dit qu’il avait pu retrouver son calme.

 

Dans la petite pièce où régnait le silence, on a frappé à la porte d’entrée. En ayant entendu ça, les deux à l’intérieur de la pièce ont changé leur fusil d’épaule en ayant à nouveau un visage sérieux.

 

Après que le visiteur a déclaré son identité, il a demandé la permission d’entrer dans la pièce.

 

“Entrez” (Roi)

 

Avec une voix pleine d’assurance, le roi a donné sa permission.

 

Après les salutations, couplées à de la flatterie et de la politesse, le roi les a invité à prendre place dans le canapé prévu pour l’ensemble des personnes qui sont venues.

 

“Nous sommes dans ce genre de place, alors pas besoin d’être aussi rigide. Eh bien, tout d’abord, énoncez ce que vous voulez de Limia.” (Roi)

 

Si nous comparions les quatre grandes puissances, le royaume de Limia et l’union de Lorel étaient au même rang, cependant, la vérité était que Limia avait une plus grande puissance. Gritonia et Limia étaient fort à l’origine, mais maintenant qu’ils ont obtenu des héros, leur pouvoir ont encore plus augmenté. La situation actuelle était en fait que les puissances majeures Hyumaines étaient divisées entre les deux plus puissantes et les deux plus faibles.

 

Par conséquent, Lorel est considérée comme faible et elle est traitée comme telle.

 

“… Dans ce cas, je vais être direct. Veuillez nous rendre prêtresse-sama.” (Émissaire A Lorel)

 

Peut-être que l’attitude du roi avait quelque chose à voir, un émissaire a ouvert la bouche, il semblait être le représentant.

 

“Oh~, la prêtresse-dono ? Elle accompagne l’héroïne qui est descendue sur Limia, Hibiki-dono. Elle travaille ensemble et se bat à ses côtés de sa propre volonté. Si je me souviens bien, n’y a-t-il pas une règle dans votre pays qui stipule que personne ne peut aller contre la volonté de prêtresse-dono et ne doit l’entraver ?” (Roi)

 

À l’opposé d’eux, le roi de Limia a répondu avec de l’indifférence. En son for intérieur, il a pensé : “C’est tout ce que vous savez dire ?” tout en ayant ras le bol. Ce n’était pas la première fois qu’ils soulevaient la question de la prêtresse.

 

“Nous sommes reconnaissants que vous ayez aidé la prêtresse-sama lorsqu’elle est arrivée dans votre pays. Nous réfléchissons aussi à remercier l’héroïne Hibiki-dono. Nous lui apprendrons les techniques de Lorel autant qu’elle le souhaite.” (Émissaire Lorel A)

 

(Ouais, c’est vrai. Ils disent ça, mais ils n’ont pas l’intention de lui expliquer en détails.)

 

Le roi a pensé cela, mais il a ravalé ces mots en n’ayant rien laissé transparaître.

 

“Bien, j’ai également rapporté cette discussion à Hibiki-dono, mais comme je l’ai dit précédemment, Hibiki-dono désire la force de la prêtresse de votre pays, Chiya-dono. Et la prêtresse-dono y a consenti. Il n’y a pas besoin d’y réfléchir, nous considérons déjà que votre pays a démontré sa gratitude. Inutile de vous inquiéter.” (Roi)

 

“… Pour la puissance majeure qui est surnommée ‘l’inégalable’ par les Hyumains, enlever une importante personne d’un autre pays, de plus, la faire combattre sur un champ de bataille où le danger rode. Ceci pourrait devenir un gros problème, vous savez ?” (Émissaire Lorel A)

 

“C’est vexant. Lancer de fausse accusations et déformer la vérité sur la situation actuelle de la prêtresse-dono, je ne peux pas laisser passer ça. Nous n’avons pas enlevé votre prêtresse-dono, elle a délibérément décidé de devenir la force de l’héroïne-dono. Limia est en première ligne de la guerre contre les Démons avec Gritonia, alors évidemment que le danger rode, cependant, prêtresse-dono comprends ça et a quand même décidé de le faire. Non, on peut dire qu’elle fournit une assistance à votre pays en prenant l’initiative de soutenir l’héroïne-dono sur la ligne de front. N’est-ce pas quelque chose dont votre pays devrait être fier ? Est-ce que la race des Démons n’est pas un ennemi commun de nous autres les Hyumains ?” (Roi)

 

La ligne de front et le soutien à l’arrière, le roi de Limia a coincé l’autre groupe en leur ayant rappelé la différence de position.

 

“Mais vous devriez savoir à quel point la prêtresse-sama est importante ! Croyez-vous que nous allons juste fermer les yeux en sachant que sa vie est en danger ?!” (Émissaire Lorel B)

 

La femme, qui était silencieuse à côtés de l’autre émissaire, s’est levée et elle s’est exclamée d’une voix forte qui pouvait être facilement considérée comme grossière envers un roi. Le prince a tourné sa tête dans le but de protester, mais le roi l’a arrêté d’un regard.

 

“Si vous devenez émotive, nous ne pourrons pas discuter. Réfléchissez-y soigneusement. À l’heure actuelle, les déplacements d’héroïne-dono attirent l’attention du monde entier. Si dans cette situation, vous rameniez de force la prêtresse-dono en ignorant sa volonté et en l’écartant d’héroïne-dono, réfléchissez à ce qui arrivera. Comment les personnes de ce monde réagiront-ils ? Vous pouvez l’imaginez, n’est-ce pas ? Si votre pays veut le faire quelque que soit les conséquences, envoyez un émissaire. Nous nous assurons de vous la renvoyer. Cependant, à ce sujet, nous ne fournirons aucun soutien. Si vous êtes anxieux, Amenez juste plus d’élite. Je vous promets que nous prendrons des dispositions pour la prêtresse-dono. Aussi longtemps qu’elle souhaitera être avec l’héroïne-dono, je crois que votre pays devra juste la soutenir.” (Roi)

 

“Limia… prends des otages ?” (Émissaire Lorel B)

 

“Arrête ça.” (Émissaire Lorel C)

 

Des mots pleins de colère ont été murmurés. Il n’y avait plus besoin d’ajouter quoi que ce soit du côté de Limia, l’homme, qui était assis au milieu des autres émissaires, l’a stoppé.

 

“J’oublierais les mots qui viennent d’être prononcés.” (Roi)

 

“… Je suis reconnaissant. Ce que vous dites est plausible. C’est que pour nous, prêtresse-sama est une personne irremplaçable. Si ceci continue, cela va entraîner une détérioration des relations entre nos pays. Si possible, nous voudrions qu’il y ait une forme de progrès pendant que nous serions à la Ville Académique.” (Émissaire Lorel C)

 

“Je garderai ça en tête. Nous espérions que ce problème se résoudra d’une manière favorable.” (Roi)

 

Froid et silencieux, les yeux de l’homme au milieu donnait l’impression d’une forte volonté. Il s’est levé et ses autres compagnons ont fait de même. On pouvait voir une sorte de lumière dans leurs yeux, mais au lieu d’un sentiment de sérénité, ceci s’apparentait plus à de la haine. On pouvait deviner à quel point l’existence de la prêtresse est importante pour l’union de Lorel.

 

Sans se retourner, ils ont quitté la pièce. Le prince a ouvert la bouche après avoir confirmé que leurs présences s’éloignaient.

 

“Un comportement grossier et méprisant. Nous devrions émettre une protestation officielle à l’Union à propos de ça.” (Second prince)

 

“Pas besoin. Eh bien, ce n’est pas comme si je ne comprenais pas leur point de vue. Autrement dit, le même sentiment que nous aurions si Hibiki-dono ne revenait pas de l’empire.” (Roi)

 

“C’est…” (Second prince)

 

“En plus, créer des situations houleuses avec d’autres pays est une mauvaise idée pour l’instant. Pour surveiller l’empire, nous avons besoin que notre pays soit dans les meilleures conditions possibles ou nous ne serions pas en mesure de nous déplacer comme nous voulons. La volonté de la prêtresse Chiya-dono de rester auprès de Hibiki-dono n’est pas un mensonge. Même si cela prend du temps, nous n’avons pas d’autre choix que d’espérer qu’ils comprennent.” (Roi)

 

Le roi de Limia a poussé un gros soupir.

 

Se déplacer comme ils le souhaitaient, si ceci devait vraiment se produire, le monde ne serait pas plongé dans l’anarchie, pas vrai ? Même si on pouvait sentir une certaine immaturité, le roi pensait de cette manière. C’était un sentiment qu’il a oublié depuis longtemps, mais l’héroïne du royaume était le genre d’existence qui faisait ressortir ce genre de sentiment enfoui. Peut-être qu’elle pourra réaliser ce vœu pieu, c’était ce qu’il ressentait vaguement. Est-ce que ceci deviendra un adorable poison qui apportera la destruction du royaume, ou est-ce que cela deviendra le déclencheur qui reformera la monarchie de Limia qui était complètement pourrie ?

 

Tout comme cette guerre avec la race des Démons, le croisement du destin de Limia se rapprochait inexorablement, c’était l’intuition d’un roi à son apogée.

 

_______________

 

“Ce n’est pas bon, ce n’est pas bon~ ! Je l’aime bien, tu es la soi-disant Ruria. Tu veux devenir mon épouse ?! Bien, alors viens !” (Tomoe)

 

“T-T-T-Tomoe-sa~n ?! Arrêtez. Ah… veuillez ne pas me tripotez pas~ !” (Ruria)

 

“Yo !!! Tomoe-neesan, quelle virilité !” (Lime)

 

“Ah ? Banane à la mayonnaise, hein ?” (Eris)

 

“Eris, lait, lait.” (Akua)

 

“Huile, il n’y a pas assez d’huile !!! Ruria-chan, une de plus qui brûle la gorge !” (Ancien Nain)

 

“… Huile, c’est ça, de l’huile ! Avec une huile fort en goût, ce nabe pourrait être perfectionné !” (Shiki)

 

“Ouais, couper finement la viande grasse et ensuite mettre les nouilles … rzzz” (Mio)

 

 

Étant le seul sobre, je regardais cette scène anarchique et infernale depuis l’entrée de la salle privée.

 

Peut-être que l’atmosphère amusante a naturellement tourné ainsi, ou il y aurait une cause différente ? En bref, en incluant mes serviteurs, tout le monde excepté moi a bu de l’alcool.

 

Les boissons de Tomoe, Mio et également Shiki étaient fortement chargées en alcool et leur façon de boire pourrait être qualifiée de barbare. De tous les jours, pourquoi est-ce que cela doit se produire aujourd’hui ?

 

Il ne me semblait pas qu’il y avait quelque chose qui sortait de l’ordinaire dans l’alcool. Quel mystère.

 

La nuit est déjà bien avancée et les ingrédients du Gotetsu allaient manquer. La plupart des clients restants étaient surtout ceux qui appréciaient l’alcool, mais ils commençaient à se disperser et les personnes, qui essayaient de draguer la serveuse, faisaient leur apparition.

 

Les forces armées bourrés de la compagnie Kuzunoha, qui ont jailli de la salle privée, ont promptement subjugué la mauvaise ambiance qui commençait à apparaître.

 

Ayant flairé le désordre, Tomoe a éparpillé les voyous dans toutes les directions. S’il n’y avait eu rien d’autre, ceci aurait été cool, malheureusement, elle a commencé à attirer toute l’attention. Et c’était ainsi que cette vision infernale a été créée.

 

Heureusement, le mobilier était toujours entier, mais si je la laissais faire. Ça ne serait qu’une question de temps. Tellement pénible.

 

Et ensuite, ce que je redoutais est arrivé.

 

“Raidou-san, même pour moi, c’est problématique.” (Gérant du magasin)

 

Le gérant du magasin. Oui~ ? J’ai également un peu d’alcool dans le sang, mais comparé au groupe qui créé tout un remue-méninge, je suis toujours normal.

 

[Je suis désolé. En temps normal, ils ne sont pas tellement déchaînés.] (Makoto)

 

“C’est parce que c’est Raidou-san que je n’irais pas aussi loin en vous demandant de partir et de ne plus revenir, mais pouvez-vous les emmener avec vous ? Avec tout ça, je ne peux même pas fermer le magasin et les derniers clients ne peuvent pas partir.” (Gérant du magasin)

 

[Compris. Merci pour le repas.] (Makoto)

 

Peu importe combien de fois j’essaie, je n’arrive pas à calculer combien je dois, donc je lui ai donné une assez grande quantité d’argent.

 

“Ceci nous aide beaucoup que Raidou-san paye toujours en liquide. Alors, je vais rapporter rapidement la monnaie, je vous prie d’attendre un petit moment.” (Gérant du magasin)

 

[Pas besoin. Nous avons provoqué un tel désordre, alors gardez la monnaie. Si vous ne le faites pas, ça sera plus dur pour moi de revenir la prochaine fois.] (Makoto)

 

Ce n’est peut-être pas nous, mais je peux voir plusieurs tables et chaises endommagées. De toute façon, rien qu’en regardant cette scène, je peux dire que ça a été un vrai foutoir.

 

“… ? Même si vous me dites cela, vous prenez soin de nous assez souvent. Ah, c’est vrai. La prochaine fois que vous viendrez, je vous donnerai un service adapté en extra.” (Gérant du magasin)

 

[Merci beaucoup. Bon alors, merci pour tout ce que vous avez fait aujourd’hui.] (Makoto)

 

“Hahahaha ! C’est ma réplique. Le festival se poursuit, alors achetez, buvez et mangez ! Revenez ici. Nous garderons toujours une place pour vous !” (Gérant du magasin)

 

Les mots de l’oncle du propriétaire du magasin m’ont fait plaisir et j’ai demandé un coup de main aux personnes les moins ivres et nous sommes partis.

 

J’emportais avec moi les plus compliqués à transporter, Mio et Shiki, et j’ai quitté le magasin. Lorsque nous sommes partis, le vent froid de la nuit a glacé mon corps. Je suis heureux que Tomoe soit capable de plus ou moins marcher. Lime lui prêtait son épaule et c’est ainsi qu’elle était en mesure de marcher. Non, probablement qu’ils se supportaient mutuellement. Comme une paire d’ivrognes.

 

Allons-nous réussir à nous réveiller sans trop de mal le lendemain ?

 

J’espère qu’on n’en viendra pas à un scénario où seulement moi peut se lever normalement.

 

La première journée s’est finie avec une touche de malaise.

<>
Traduit par la team : Nyan-Team