Flux RSS

Tsuki ga Michibiku Isekai Douchuu

Traduit par la team : Nyan-Team
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 3 Chapitre 117 – Second jour, l'éclosion des fleurs

Traduit par Quesako
Vérifié par Heyruko


“Désolé de vous demander de jouer les gardes du corps.” (Patrick Rembrandt)

[Non, ça ne me gêne pas. En plus, si je venais tout seul dans ce genre d’endroits, je ne saurais pas comment me comporter et cela pourrait me causer des ennuis. C’est bien que j’ai été invité par Rembrandt-san.] (Makoto)

En vérité, je le suivais à peu près d’un pas en arrière comme ferait un figurant.

La salle de bal… (Je n’y suis jamais allé, donc je ne sais pas si c’est vraiment ainsi que je dois l’appeler.) Après tout, je ne sais pas comment agir correctement dans ce genre d’endroit.

Deuxième jour du festival de l’école. Finissant le travail de manière plus efficace que lors du premier jour, j’ai rencontré Rembrandt-san, avec qui j’avais rendez-vous et nous sommes allés à l’académie. Pendant une bonne demie journée jusqu’à la fin du dîner, qui était sous la forme d’un buffet, il y aura une fête pour évaluer l’étiquette, du moins c’est ce qu’il me semble. Il y avait la famille des étudiants et des personnes qui ont été invitées comme moi, mais l’atmosphère était clairement différente des endroits que je fréquentais normalement.

Pour les invités comme nous, il est normal de juste profiter de la fête, de veiller sur la famille de nos étudiants, de discuter, bref, d’agir comme on le souhaite. Rembrandt-san a déjà salué plusieurs marchands et d’autres personnes sont venues discuter avec lui.

Les étudiants, qui étaient les premiers concernés, participaient à cet événement en se conformant à ce qu’ils ont appris en cours, leur action et leur conduite seront évaluées. C’est ce que j’ai entendu dire. De sorte qu’ils seront mis à l’épreuve pendant une demi-journée ici. Honnêtement, je les plains.

“Avec mon épouse Lisa qui a fait le voyage avec moi, Morris devra tenir les rênes de la compagnie pendant mon absence et il y avait aussi le fait qu’il se pourrait qu’il ne soit pas en mesure de gérer les problèmes qui apparaîtraient ici. Vous savoir à mes côtés est rassurant.” (Rembrandt)

[Ce qui est le plus important, c’est que votre femme a complètement récupéré. Ce serait bien que Morris-san puisse venir l’année prochaine.] (Makoto)

C’est en raison de l’absence de Morris-san que je me retrouve ici, c’est donc pour ça que je suis devenu son garde du corps. Mais la vérité est différente. La première raison, c’est parce que ses filles lui ont demandé de me faire venir ici et l’autre raison est de m’introduire dans ce lieu d’échange. Enfin, je crois. La seconde m’a traversé l’esprit quand je suis arrivé ici.

S’il avait vraiment besoin d’un garde du corps, il en aurait juste engagé un. Sa femme nous rejoindra plus tard, car elle avait quelque chose à faire avant ça. Rembrandt-san m’a présenté aux personnes qu’il a salué et qui sont venues discuter avec lui en ayant indiqué mon nom et celle de ma compagnie. Même moi qui suis bouché en temps normal, je comprends ce qu’il était entrain de faire.

Sa femme va sans doute nous rejoindre peu après que la fête ait commencé. Tout en m’étant senti un peu mal à l’aise, j’ai salué quelque marchand vif d’esprit et de nombreux nobles. Quand ils m’ont vu pour la première fois, ils avaient des yeux écarquillés, comme s’ils étaient surpris, des yeux qui m’exprimaient clairement leur mépris, des yeux qui me jugeaient en tant que serviteur de Rembrandt-san qu’il aurait ramené avec lui. Il y avait beaucoup de personnes différentes, mais peut-être qu’ils ont un peu mieux compris après je leur ai expliqué ma position, la plupart d’entre eux ont au moins accepté une poignée de main. En vérité, je suis bien conscient que je ne suis pas à ma place ici. Aussi longtemps que je peux me présenter et serrer leur main, on peut dire que je me suis bien débrouillé.

 

Il n’y avait pas un seul Demi-Humain parmi eux. Il n’y avait que des Hyumains. Et ils se sont tous mis sur leur 31 avec des vêtements extravagants. Les femmes portaient des robes avec des couleurs éclatantes, elles virevoltaient sur la piste de danse et c’était vraiment un spectacle magnifique. Après tout, il n’y avait pas une seule de ces beautés qui se faisait éclipser par sa robe. J’étais le seul à perdre contre ces vêtements. Après que Rembrandt-san ait terminé son tour de salutations et que sa femme soit revenue, je vais juste tranquillement rester dans un coin de la pièce et je regarderai la prestation des sœurs.

“Chéri, désolé pour le retard.” (Lisa)

Hmm, sa femme a fait son apparition, hein. La fois où je l’ai rencontré lorsque je suis allé à Tsige en été, j’y avais pensé, mais elle était vraiment belle. Ceci me rappelait pourquoi Rembrandt-san n’a pas eu d’amante. Elle me fait penser de cette manière avec juste son apparence physique, alors elle doit être sans doute impressionnante dans d’autres aspects (NTA : ( Í¡° ͜ʖ Í¡°) ). Peu importe que ce soit un homme ou une femme, après avoir passé la trentaine, leur mode de vie se reflétait dans leur apparence, c’est ce que je pense.

C’est à se demander si son corps a vraiment porté deux enfants. Son visage aussi, quand je la compare à l’age qu’elle a, elle semble beaucoup plus jeune. Une beauté caucasienne sans égale.

J’ai observé un grand nombre d’Hyumain, alors maintenant que je l’ai vu pour la deuxième fois, je suis en mesure de plus ou moins discerner son age. Je pensais que c’était la sœur aînée la première fois que je l’ai vu après qu’elle eut récupérée de l’état de zombie.

… Si j’étais avec ma sœur aînée et ma sœur cadette, les personnes pourraient me confondre avec leur oncle. Je n’aime tout simplement pas ça. Être traité comme le seul vieux.

“Ah, Lisa. Aujourd’hui, tu t’es décidée pour la robe bleue, hein. Cela te va bien.” (Rembrandt)

[Cela fait un bail. N’êtes-vous pas fatiguée après ce long voyage ?] (Makoto)

Ah.

Merde. Étais-je supposé complimenter sa robe aussi ? Je lui ai inconsciemment parlé comme je le fais d’habitude.

“Merci. Après tout, ils ont pris la peine de l’amener ici. Je me suis dit que s’était triste pour la robe puisque je n’ai pas eu la chance de la porter depuis que je l’ai acheté.” (Lisa)

La dame a joyeusement répondu à Rembrandt-san et elle a tourné sur elle-même pour mettre en valeur sa robe. Une robe légèrement serrée qui dégageait une forte impression. Il est certes vrai qu’il n’y a pas eu beaucoup d’occasion pour la porter. Mais pour ce genre de fête, elle scintillait tellement. Bien que pour la famille Rembrandt, ça devrait être impossible qu’il n’y est pas eu d’autres occasions comme celle-ci…

… Ah, lorsqu’elle était un zombie, hein. À l’époque où la famille Rembrandt subissait la maladie maudite, elle n’aurait pas pu accepter les invitations et elle ne pouvait pas accueillir une fête en tant qu’hôte. C’est génial que je m’en suis souvenu avant d’avoir dit quelque chose d’impudent.

“Raidou-sama, désolé de vous avoir fait attendre, notre bienfaiteur, le garde du corps de mon époux. Il semblerait que vous preniez également soin de nos filles à l’académie, donc c’est comme si nous vous demandions toujours des faveurs.” (Lisa)

[Vos filles sont exemplaires, alors je ne fais pas quelque chose de louable comme ‘prendre soin d’elles’. De mon côté aussi, les personnes de ma compagnie à Tsige sont en lieu sûr grâce à vous.] (Makoto)

“Je vais vous remplacer dans la protection de mon mari, alors Raidou-sama, allez vous occuper de Sif et Yuno. Ces deux-là seront sûrement heureuses. D’ailleurs, ceci s’appelait une boisson énergisante, n’est-ce pas ? La boisson que j’ai reçue. Merci pour ça, la fatigue que j’ai ressentie quand je suis arrivée à la Ville Académique, elle a disparu comme si ce n’était qu’un mensonge. Merci beaucoup.” (Lisa)

[Heureux d’entendre cela. Ah, on dirait que cela va débuter.] (Makoto)

“Halalala… vraiment. Il semblerait que j’ai mis trop de temps. Tellement embarrassant.” (Lisa)

“De toute façon, ce n’est pas un événement rigide. Pas besoin de s’en préoccuper. Eh bien, Raidou-dono. Désolé, mais nous allons d’abord nous rendre à nos sièges.” (Rembrandt)

[Prenez votre temps. Veuillez m’appeler lorsque que vous partirez. Je serai au niveau des places pour les invités.] (Makoto)

Ouais. Depuis le tout début, les places sont reparties dans la salle, ou plutôt l’endroit est divisé.

Je ne fais pas parti de la famille des étudiants et j’ai juste reçu une invitation de leur part. C’est pourquoi le traitement est un peu différent d’eux. À l’origine, je n’avais pas l’intention de tenir la chandelle entre les époux, alors ça me va.

J’ai regardé ces deux-là s’éloigner en se donnant la main. Quel geste touchant.

Je souhaitais grandir en les voyant s’avancer et tout en ayant reçu une coupe du serveur, je me suis dirigé vers ma place. Le coin, le coin.

Sur le chemin, je suis passé à côté de nombreuses personnes que Rembrandt-san m’a présenté. Nous nous sommes croisés en nous saluant brièvement de la tête. Font-ils également leur salutation ? Quel dévouement.

À l’heure actuelle, l’objectif principal pour moi est de répandre la médecine et la gestion de ma compagnie, alors des choses comme… du lobbyisme ? De la prospection ? Créer des connexions ? Eh bien, je n’ai pas vraiment fait ce genre de choses. Je ne pensais pas que c’était nécessaire, mais peut-être que si.

Nous ne devrions pas juste saluer la guilde si nous ouvrions un commerce dans un nouvel endroit, c’était également une méthode efficace pour créer des liens avec les marchands des environs, les nobles et les personnes puissantes. C’est logique.

Si je devais parler des connexions que je me suis faites, cela serait Rembrandt-san et… ce prêtre, probablement que je peux le compter. Non, j’ai l’impression que je ne peux pas encore appeler ça une connexion.

Ouais, ceci fait vraiment défaut.

En termes de contact non-Hyumain, j’ai deux Dragons supérieurs, l’Araignée de la calamité et si on parle juste de discussion, j’ai aussi parlé avec des Dieux. Quelle extravagance. En termes d’antagonisme, un Dragon supérieur et une Déesse. Si nous les retirons, ce qu’il me reste, ce sont mes servantes, un Dragon et une Araignée, hein. Eh bien, je ne sais pas si les retirer de l’équation est une bonne chose.

Peut-être que je devrais essayer de créer un peu plus de liens du côté des Hyumains. Les candidats potentiels sont probablement les deux héros et les personnes qui m’entourent. Après tout, en tant que terrien, nous pouvons nous entendre.

J’ai levé les yeux en étant plongé dans ma réflexion. Les sièges de l’étage. L’endroit où s’asseyaient les nations invitées par l’académie. Ils descendront s’ils ont des affaires à faire, mais normalement, ils devraient juste parler entre eux. Et même s’ils descendaient, il y aurait toujours le problème avec les gardes du corps. Parmi les personnes qui chantaient et qui dansaient, il y avait probablement des gens qui souhaitaient que quelqu’un de l’étage supérieur s’intéressent à eux et de manger un bout de ce gâteau (NTA : Venal)

Oh.

Celles qui sont là-bas, ce sont les sœurs Rembrandt. Hein ? Cela se pourrait-il ? Amélia participe également ?

Maquiller et habiller. Chacune de ceux-là se sont transformées comme par magie, créant un fossé incroyable par rapport à d’habitude. En temps normal, je les vois courir un peu partout, donc ça se démarque encore plus, mais le changement est incroyable.

Je les regardais de loin alors qu’elles se présentaient. Bon, bon, en les regardant d’ici, elles ont un certain charme qui me ferait croire qu’elles n’ont pas le même age que moi. Elles portaient toutes les trois une robe, mais d’une couleur différente. Sif était en rouge, Yuno était en bleu pastel et Amélia était d’un vert émeraude éclatant. Les robes variaient également. La robe de Sif remontait jusqu’à ses épaules et les recouvraient, l’ourlet de sa robe atteignait presque ses pieds. Une certaine sérénité, non, cela dégageait plutôt une harmonie. Yuno avait ses épaules dénudées et d’ici, je ne voyais pas très bien, mais son ourlet était tellement court qu’il recouvrait à peine ses genoux. Très audacieux. Amélia avait une robe à col roulé qui montrait la beauté des courbes de son corps. On dirait que ces trois-là n’appréciaient pas beaucoup la fête, mais elles affichaient un sourire qui ne palissait pas contre leurs robes tout en discutant avec les personnes aux alentour.

 

Les étudiants d’ici sont vraiment doués pour faire naturellement ce genre de chose. J’estime que c’est plutôt impressionnant. Amélia était une étudiante boursière et elle est née dans une famille normale, donc elle a dû tout apprendre lorsqu’elle est venue ici. J’ai du mal à reconnaître la fille qui donnait des consignes de combat conjointement à Jin.

Je suis heureux de voir ça de loin. Si ces trois-là venaient soudainement à mes côtés, je pourrais être embarrassé et devenir bizarre. Rembrandt-san observait ses filles d’un endroit plus proche. Je peux dire que son visage s’est décrispé. Et en même temps, il relâchait une terrible envie de meurtre envers tous les hommes qui tentaient de les courtiser. Et dire qu’il y en a qui ont les tripes de courtiser les filles devant leur famille. C’était impensable pour moi, mais dans cette académie, il y avait des étudiants qui sont déjà mariés et il y avait même certains qui proposait le mariage aux enseignements par pur intérêt personnel, alors je ne pouvais pas dire que ce genre de personne n’existait pas.

Oh, apparemment, elles m’ont remarqué. Bon, nous avons une certaine distance entre nous, alors elles ne viendront pas immédiatement. Elles ne m’ont pas fait signe de la main. À la place, ces trois-là m’ont adressé un sourire. J’ai pensé que c’était une mauvaise idée d’être trop voyant, donc j’ai juste levé ma main à hauteur d’épaules et je leur ai souri. Mon sourire ne pouvait pas être comparé aux leurs qui attiraient l’attention des personnes environnantes. Ah, je dois étudier un peu ce sujet aussi.

Au bout d’un certain temps où il ne s’est rien passé et où je me suis contenté de regarder les sœurs Rembrandt et Amélia, la musique a changé. Nous sommes passés de cette douloureuse musique, qui n’avait aucun rythme et qui était jouée jusqu’à présent dans la salle de bal, à une plus entraînante et avec plus d’énergie. Ah, c’est probablement la musique pour danser.

Il ne semble pas y avoir d’outil pour rejouer la musique, alors c’est probable qu’elle soit jouée par un groupe de musique de chambre. Spectacle en direct. En y réfléchissant, ça a vraiment l’air somptueux.

Évidemment, les premiers danseurs ont commencé. Pour moi qui ne sais pas danser, cela n’a pas grande importance. Ou plutôt, je veux quelque chose qui ne soit pas un apéritif ou une boisson dans mon estomac. Même si je regardais la piste de danse, je ne comprenais pratiquement rien de toute façon. Des Dango ne seraient pas de refus (NTF : Les dango consistent en trois boules blanches ou colorées. Ces boules sont du mochi, une pâte de riz gluant, grillée et nappée d’un accompagnement). Regarder tout ce beau monde ne satisfera pas mon estomac.

Ah c’est vrai. Même s’il a peu de chance que quelqu’un m’invite à danser, il serait difficile de refuser.

Peut-être que je devrais bouger dans un endroit encore moins en vue que celui-là.

Hein, qu’est-ce qui se passe ?

Tout en regardant ce qu’il se passait à l’étage supérieur, je buvais une boisson sucrée en étant accolé à un mur. Peut-être que les personnes dans mon voisinage se reposent aussi, je vois que je ne suis pas le seul à faire ça.

Une scène qui ne devrait pas poser de problème (Enfin, je crois…). Et pourtant, du bruit venait de ma droite.

Une masse de personnes atypique s’approchait.

Bon alors, se pourrait-il que ces invités viennent pour moi ? Non, je connais personne qui attirerait autant l’attention…

?!!

Cela pourrait être Root ?!

Je n’ai pris aucune disposition pour le rencontrer aujourd’hui ! Pour parler franchement, je n’ai pas du tout envie de le rencontrer aujourd’hui, tu sais ?!

La confusion commençait à prendre le pas sur moi.

Au moment où j’ai pensé à m’enfuir et que j’ai commencé me décoller le dos du mur…

“C’est Raidou-sama, n’est-ce pas ? Pourriez-vous nous accorder un peu de votre temps pour discuter ?”

Qui sont ces types ?

La personne, qui a pris la parole parmi le groupe de personne semblant être des gardes du corps, était une femme qui semblait être docile à première vue.

<>
Traduit par la team : Nyan-Team