Flux RSS

Tsuki ga Michibiku Isekai Douchuu

Traduit par la team : Nyan-Team
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 1 Chapitre 14 – Mes débuts dans le monde. Mes maux de têtes ont atteint le niveau 2

Traduit par Quesako
Vérifié par Sora


Nous sommes le lendemain matin, après la nuit où j’ai donné un nom à Tomoe et Mio.

J’ai vu tous les Orques réunis lorsque j’ai quitté la tente et le dos de mes deux servantes qui se tenaient devant les Orques.

C’est quoi ce début de matinée ?

“Bien, tout le monde. Hier soir, j’ai reçu mon nom du maître. Comme je vous ai dit, dorénavant vous veillerez à m’appeler Tomoe” (Shen→Tomoe)

“J’ai reçu aussi un nom. Appelez-moi Mio à partir de maintenant.” (Araignée->Mio)

Waouh…

Ils ont commencé à m’acclamer pour une raison que je ne saisis pas.

Quoi, est un événement si important ?

Est-ce que j’ai encore loupé quelque chose ?

“En ce qui concerne le maître qui est le seigneur féodal de cet endroit. Ce n’est pas correct si vous l’appelez comme moi, ‘le maître’.” (Tomoe)

“Et je détesterais aussi si vous l’appeliez maître-sama ou danna-sama. Bien sûr, je ne pardonnerai à personne qui l’appelle par son nom.” (Mio)

Non, c’est bon si vous m’appelez par mon nom, vous savez ? Ces deux-la vont juste me coller de l’urticaire ! Épargnez-moi cela !

Cependant, tous les Orques ont juste hoché la tête à chacune de leur parole.

Quel genre de personne importante je suis devenu ?

“Donc !”

Tous les deux ont crié. Ou plutôt, ces cris cachaient des encouragements. Quel habilité dans la manipulation des gens.

On dirait que ça déjà était préparé, non ?

“Tout le monde !”

Oui, oui. Qu’y a-t-il ?

“Tono-sama (NTF : c’est le nom qu’on donnait au Japon aux gouverneurs des villes impériales), Waka-sama (NTF : Jeune maître), ou Ancien, choisissez celui qui vous plaît ! Décidons par la majorité d’un vote-zo !” (Tomoe)

O-Oui ? Ouiiiii ?!

À quoi cela rime-t-il ?!

“A…e… ai…” (Makoto)

Je n’arrive plus à parler correctement !

Ou plutôt, qu’est ce qui ne va pas avec le troisième choix ?

Il n’y en a pas un seul qui soit décent !

“Alors, ceux qui veulent Tono-sama !” (Tomoe)

Waouh…

Il y en a un certain nombre ?!

“Suivant, ceux qui veulent Waka !” (Tomoe)

Waouh… ?!

Cela dépasse le premier choix ?!

“Le dernier choix ! Ceux qui veulent Ancien !!!” (Tomoe)

Waouh…

Je ne suis pas encore un vieil homme ! Heureusement, ils ne sont pas nombreux…

Mes deux servantes se tournent et me font face.

“C’est donc ainsi.” (Tomoe)

“C’est comme ça-desu.” (Mio)

C’est quoi ?!

“Veuillez accepter Waka-sama” (Tomoe)

“Êtes-vous stupide ?! Ou peut-être des idiotes ?!” (Makoto)

“Nous l’avons décidé démocratiquement. Cela devrait te plaire, non ? Dé-mo-cra-ti-que-ment” (Tomoe)

“J’ai aussi retenu mon vote pour Waka-sama, après tout, peu importe comment on le voit, tu es Waka-sama-desuwa.” (Mio)

Je ne peux pas accepter ceci !

Tout était prévu d’avance vu la manière dont les choses se sont déroulées !

“Non, non, je suis le maître, n’est-ce pas ? Pourquoi est-ce devenu ainsi ?” (Makoto)

“Tu nous as demandé de décider cela après avoir parlé la nuit dernière donc nous l’avons décidé avec tout le monde.” (Tomoe)

“Pourquoi est-ce qu’il y avait un troisième choix aussi bizarre ?!” (Makoto)

“C’est le troisième choix que nous avons décidé après nous être creusés les méninges toute la nuit-desu ! Ce n’est définitivement pas un choix bizarre !” (Tomoe)

T-Toute la nuit ?!

Tomoe-san, qu’est ce qui t’as pris ?!

Cela signifie que ceux qui se tiennent ici n’ont pas dormi de toute la nuit pour se railler à cette farce ?

Le troisième était définitivement un choix que Tomoe aurait fait.

Argh, je suis désolé.

Les orques et le duo me regardent avec des yeux plein d’espoir et attendent que je prenne ma parole.

Hum…

Je n’ai pas de problème pour qu’ils m’appellent par ce nom.

‘Vas-y, Vas-y !’ c’est ceux que leurs regards me pressent de dire.

Une telle situation au réveil.

C’est légèrement brutal, non ?

“C’est d’accord pour Waka-sama.” (Makoto)

Une immense acclamation de joie avait retenti, cela me donne envie de me boucher les oreilles.

Je ne voulais pas qu’elle lave le cerveau de tout le monde pour leur faire choisir le troisième choix.

Après ça, que ce soit les adultes ou les enfants, toutes personnes, que je rencontrais, m’appelaient tous Waka-sama.

Honnêtement.

Je ne m’en souciais pas plus que ça et j’ai continué à voyager. Mon cœur s’est accéléré au moment où j’ai aperçu la ville Hyumaine.

Elles m’ont dit d’attendre un moment avant d’y aller.

Encore ?!

Je suis déjà sur les nerfs.

Eh bien, cela n’aide pas.

Laissons ceci pour demain.

J’ai renoncé et j’ai décidé de rester dans Asora.

Bon, demain, elles auront dû finir avec les procédures de migration.

C’est bien de juste laisser le clone de Shen faire le guide touristique quand ils viendront.

Bizarrement.

Elles m’ont dit que les Nains me salueraient le lendemain à midi donc je me suis couché tout en ayant un mauvais pressentiment avec ça.

Ce changement de situation ne sera pas mauvais, non?

Le lendemain matin.

C’était brillamment mauvais. J’en avais mal à la tête.

Hier, il y avait seulement un groupe d’orque mais…

Aujourd’hui, je peux voir les Nains sur ma gauche. À leur tête, Beren-san. Il semblerait qu’ils étaient proche de la cinquantaine.

Au centre, il y avait ce que je crois être des Hommes-Lézards aux écailles bleus. Shen était à leur tête, ils étaient plus d’une centaine.

À ma droite, il y avait des choses qui avaient la moitié-inférieure d’une araignée et la moitié-supérieure d’un humain. À leur tête, Mio-san. Il y en avait 5 en comptant Mio-san.

Qu’est qui se passe au juste ?! Il y en a plus ?! Eeeeeuh ?!

“Faisons-le, alors. Après tout, tu lui as dit que cela serait à midi.” (Tomoe)

Tomoe-san qui félicite Beren-san.

“Non, non, si cela concerne le fait que nous sommes les nouveaux tributaires de Waka-sama, je voudrais que nous puissions le saluer avec tout le monde pour cette occasion ! Après tout, cela aura plus d’impact. (Beren)

“…”

“Mince, vous êtes vraiment taciturnes~. Je vous dirai ceci, si vous êtes irrespectueux d’une quelconque manière envers Waka-sama, je vous mangerai.” (Mio)

“!!! (*Hochement de tête * Hochement de tête)”

Hum, c’est chaotique.

Je ne comprends pas du tout la situation.

Tributaire, c’est que Beren a dit.

Cela donne le sentiment de subordonné si tu parles de ‘tributaire’. Ou peut-être enfant ?

Pourtant, de nombreuses personnes sont réunies autour de cette place.

Si c’est le village Nain alors ils sont très peu.

Une famille est normalement composée de deux personnes ou plus, organisée comme un couple marié ou en parent et enfant. En supposant qu’une famille est composée d’un père, d’un mère et d’un enfant, il y aurait 16 familles.

S’il y a des grands-parents dans cette équation alors il y aurait 10 familles au total.

Peut-on utiliser le terme ‘village’ avec seulement ce nombre ?

Peut-être que ma façon de concevoir un village est juste trop grande? C’est possible, ma manière de pensée est issue d’un Japon paisible.

Et ensuite, il y a les Hommes-Lézards avec leur magnifique écaille bleue. Je suppose que c’est une race de la famille de Tomoe si j’en juge selon sa position et leur apparence.

Avec une épée plantée dans le sol, Tomoe avait une main sur la poignée et l’autre sur la poitrine. Ses épaules et sa tête étaient légèrement inclinées. Cette allure me fait penser à un chevalier.

Il ne semble pas y avoir de fourreau. Je crois que cela serait pratique si tu en avais un. Je suis né dans la culture katana donc lorsque je vois l’épée dépourvue de fourreau, j’estime que c’est très dangereux.

Je ne peux pas réellement croire que Shen a une telle espèce dans sa famille. Elle doit être du genre à être vénéré par ses subordonnés.

Derrière l’araignée de la Calamité, Mio, il y a 4 choses à moitié-humain et moitié-araignée.

Ce n’est définitivement pas un nombre pour un village. Donc ce qui fait d’eux… ses subordonnés ?

Ils n’étaient pas apparus dans notre combat. Enfin, c’est difficile de les imaginer vivre en groupe.

Ou plutôt, ces types donnaient davantage l’impression d’être des solitaires.

Avec leur corps dressé, la main droite sur leur poitrine et leur têtes inclinées.

Et probablement taciturne. Leurs bouches ne s’étaient pas ouvertes une seule fois.

Dans leurs yeux, je pouvais ressentir de l’intelligence et une autre chose que je n’arrivais pas à déterminer.

Actuellement, ils avaient la tête inclinée donc je ne pouvais pas les voir clairement.

“Vous comprenez, n’est-ce pas ? Écoutez-moi bien, cette grande personne, Waka-sama m’a sauvé et vous aussi, il vous a sauvé de la faim. Dédiez-lui tous vos êtres, les enfants.” (Mio)

Ils sont des enfants, hein. Ah~ pour eux, à quel point ai-je l’air d’être un délicieux repas ?

Je vois. Excepté l’intelligence, l’autre chose dans leurs yeux, c’était le désir de savoir ‘Alors c’est lui qui est à l’origine de ce délice ?’.

En parlant de membre de la même espèce, je crois qu’en période de crise, ils apparaîtraient et dévoraient tout.

Hum, il semble que même si Mio a partagé le mana avec ses quatre-là, elle n’a pas perdu sa raison.

Non, arrêtons de réfléchir à propos de mon mana, pour le moment.

“Les gars.” (Makoto)

Tomoe m’a remarqué et ces deux-là me fit face.

Lorsque que les deux m’ont vu, elles se sont tous les deux redressées d’un coup.

“Ah, bonjour tout le monde ?” (Makoto)

C’était bien de dire tout le monde ? Je me sentais un peu nerveux.

“Bonjour Waka-sama !!!”

Oh? Je pouvais comprendre les mots de chaque personnes présentes ici. En plus, s’ils ont été capables de rendre ma salutation, cela signifie que mes mots ont été compris par tous. Blatte, je te remercie pour ce pouvoir utile.

Beren a demandé la permission à tous les deux et s’est avancé.

Les nains qui étaient à genoux se sont levés, ont fait un pas en avant et ont salué. Comme prévu, ils ont du coffre pour que leur voix porte autant.

“Makoto-sama, pardonnez mon impolitesse d’utiliser votre prénom. Les anciens Nains qui sont présent ici sont au nombre de 54, nous résiderons sur ces terres à partir d’aujourd’hui. J’ai hâte de travailler pour vous !” (Beren)

“Ouais, il me tarde aussi. Je suis Makoto. Cela ne me dérange pas si vous m’appelez ainsi, vous savez~ ?” (Makoto)

“Alors, je vais vous présenter le chef du village et il vous saluera également !!!” (Beren)

Ouais, je n’ai pas problème avec ceci. C’est bien si tu détends un peu, tu sais. Beren-san est franchement tendu en ce moment.

Beren-san fait quelques pas en arrière et les autres Nains retournent à leur ancienne position. Et un Nain, avec une majestueuse moustache, a marché en avant. Il m’évalue du regard mais je ne ressens aucune impolitesse.

C’est une personne qui se tient au-dessus des autres. Il est clairement plus vieux que Beren-san. Cela semble être la vérité que Beren-san soit jeune.

Réussir à cerner quelqu’un que tu viens de rencontrer, je ne sais vraiment pas quoi répondre à cela mais… Faire de la diplomatie dans ce genre d’endroit est juste…

Il fait une révérence en inclinant la tête. En voyant cela, je l’imite aussi. Donc il y a aussi la culture d’incliner la tête dans ce monde.

“Je suis celui qui dirige les anciens Nains, mon nom est Eldo. Pour nous qui avons vécu cacher dans les confins du monde, je vous suis vraiment reconnaissant de nous donner la possibilité de vivre sur cette terre féconde.” (Eldo)

“Ah, pas de problème. Mon prénom est Makoto. S’il y a quelque chose qui vous dérange ou quelque chose que vous voulez savoir, n’hésitez pas à le faire.” (Makoto)

“Je vous remercie. Alors c’est bon si je peux le faire maintenant ?” (Eldo)

“Oui ?” (Makoto)

“Waka-sama semble être quasiment de l’espèce des Hyumains. Mais les servantes avec qui vous avez fait un pacte, c’est la Maîtresse des Illusions, le Dragon Suprême Shen-sama et celle qui est redoutée pour dévorer toute choses dans le monde, l’Araignée Noire de la Calamité. Peu importe comment je vois les choses, il est impossible qu’un Hyumain puisse soumettre ces existences.” (Eldo)

“En fait, oui…” (Makoto)

Maintenant qu’il le dit, les deux sont également surprises. Peut-être que c’est à cause du fait que mon existence soit une triche. Et aussi, qu’est-ce qu’il sous-entend par ‘quasiment’ Hyumain ?

“Je vais vous le demander franchement. Vous avez reçu une mission de la Déesse qui gouverne ce monde, vous avez reçu sa protection divine et vous avez été envoyé dans ce désert, n’est-ce pas?” (Eldo)

Les yeux du chef-san ont commencé à briller. Mais j’ai une objection à ceci !

“C-Comme si j’aurais envie de recevoir une protection divine de cette blatte ! C’est vrai qu’à cause d’elle j’ai été jeté dans ce désert mais c’est moi la victime de l’histoire !” (Makoto)

“B-Blatte ?” (Eldo)

“Oui, cette femme est assez arrogante pour être appelée la blatte ! ‘Vas vivre ta vie dans les confins du monde avec les mamonos’ qu’elle a dit et elle m’a jeté ensuite dans ce désert !!!” (Makoto)

Ah, ça me met en colère de juste de m’en rappeler !

“A-Alors, il n’y a pas de mission ? Vous n’avez pas de but ?” (Eldo)

“Ouais, je n’en ai aucun ! Pas un seul ! Je suis la victime ici, vous savez ?! Bon, elle a fait en sorte que je sois capable de parler avec les mamonos et les bêtes démoniaques donc je suis reconnaissant pour cela mais…” (Makoto)

Mes derniers mots n’étaient qu’un murmure.

“Que vous puissiez être capable de parler avec nous n’est pas due à une protection divine ?” (Eldo)

“C’est le pouvoir ‘compréhension’. Elle m’a dit que ça serait dégouttant de m’accorder une protection divine !” (Makoto)

Je ne veux vraiment pas m’en souvenir.

Le chef Nain semblait penser à quelque chose.

“A-Alors, Waka-sama est un Hyumain qui n’est pas lié à aucune puissance influente, n’est-ce pas ?” (Eldo)

“Bien sûr. Et également, pouvez-vous arrêter de m’appeler Hyumain ? Je préfère être appelé Humain.” (Makoto)

“Humain, hein. C’est le nom des anciens habitants de ce monde. Certains les appellent ancêtre des Hyumains’’ (Eldo)

“Peu importe. Mais je suis un Humain. Eh bien à cause de certaines circonstances, j’ai des capacités physiques et un mana relativement puissant.” (Makoto)

Tomoe déclare à demi-mots, ‘‘il n’y a pas moyen qu’une personne pouvant frapper un dragon soit relativement puissant.’’ et se tourne de l’autre côté.

Et Mio déclare aussi à demi-mots avec des yeux avides, ‘‘son mana, sa chair et son sang sont l’ultime mets délicat-de gozai masu !’’.

Je n’entends rien, je n’entends rien du tout.

“Je suis rassuré. Nous sommes des existences qui désapprouvons la Déesse bien que nous n’avons aucune hostilité envers elle. Et aussi, nous ne prenons pas partie pour les Hyumains ou les Démons.” (Eldo)

“Autrement dit. Vous êtes indépendant, hein~.” (Makoto)

“Mais vous êtes intéressant. L’idée d’une cité mirage. L’aptitude de parler avec nous et ce mana dépassant l’imagination.” (Eldo)

Ça serait intéressant de vous suivre.

C’est ce qu’il a dit.

“Hahaha. Je ne suis pas une personne si formidable.” (Makoto)

“Hahaha, alors, je suis désolé pour cette longue discussion. Plus tard, je vous apporterai une de nos marchandise en tant que remerciement.” (Eldo)

Le chef recule. Il a dû considérer mes paroles comme de l’humilité. Et il a dit ‘ce mana dépassant l’imagination’.

Est-ce que le mana est quelque chose qui peut être vu ?

“Ensuite, il semble que la suivante soit moi.” (Tomoe)

C’est Tomoe. Comme à son habitude, elle semble être de bonne humeur.

Les Hommes-Lézards aux écailles bleues se tenaient en rang. Quelle vue magnifique. Cela me fait considérer qu’ils sont une armée bien entraînée.

“Waka! Ceux derrière moi sont ma famille, les Hommes-Lézards de la brume. L’eau et le vent, c’est une espèce rare et forte qui peut contrôler ces deux éléments. Leur trait spécifique, c’est leur magnifique écailles bleues-da.” (Tomoe)

“C’est la première fois que j’apprends que tu as une famille.” (Makoto)

“En prenant en compte ceux qui me vénèrent par eux-mêmes, il y en a énormément, tu sais ? Sans compter ceux qui me traitent comme une divinité et boum, ça explose le nombre. Mais ce sont les plus étroitement liés à moi, c’est qu’on peut appeler une famille. Les guerriers ici seraient capables d’affronter un dragon de faible rang.” (Tomoe)

“C’est plutôt impressionnant. Selon leur organisation en rang, leur spécialité doit être le combat en groupe. Ils sont pratiquement des armes vivantes.” (Makoto)

“C’est inhabituel que tu utilises de tels mots. C’est aussi surprenant que tu puisses voir aussi facilement leur qualité. Eh bien, ces 108 personnes vont migrer ici à partir d’aujourd’hui. En œuvrant de concert, merci de prendre soin de nous.” (Tomoe)

Tomoe incline légèrement sa tête. En se concordant avec elle, les Hommes-Lézards ont exprimé aussi leur remerciement avec des mouvements qui ont été entraînés avant.

En fait, ces types sont trop bien pour Tomoe. Si l’un d’eux est capable d’affronter un dragon de faible rang alors, au moment où ils travaillent de concert. En fonction de leur agissement, ils risquent de devenir incroyable.

Même si on les nomme guerriers, ils me donnent plus l’impression d’être des chevaliers donc ils ne pourront peut-être pas se déplacer comme un corps spécial mais il n’y a pas de doute qu’ils sont des élites.

La suivante est Mio.

“Waka-sama, ceux qui sont derrière moi sont ma famille, Arke-de gozai masu. Ces personnes étaient dans le même cas que moi, il n’avait pas la possibilité d’échapper à la faim. Mais grâce à l’énergie reçue de Waka-sama, ils ont retrouvé la raison alors je les ai amenés ici.” (Mio)

Arke. Je ne sais rien sur eux.

Comme attendu, la famille de Mio est une existence que je connaissais pas et n’a pas de lien avec mon monde d’origine.

Hé, ce n’est pas le problème.

Énergie ? Qu’entends elle par énergie ?

Elle leur a probablement donné juste un peu de mon mana mais de l’appeler comme cela… Je n’aime pas ça.

Ou plutôt, comment pouvait-elle le partager ?

“C-Comment pouvez-vous partager quelque chose qui ne peut être même pas vu ?” (Makoto)

Je me remets inconsciemment à la vouvoyer à cause de la surprise.

“Bah, c’est évident, comme ceci-desu wa !” (Mio)

C’était plus rapide que Mio me l’explique en me le montrant alors elle a appelé une Arke qui était proche d’elle et elle l’a transpercé avec sa main au niveau d’une épaule. Transpercer !!!

“Hé !!!” (Makoto)

Je me suis écrié sans réfléchir.

“~~♫”

Mais l’Arke transpercée semblait se sentir bien.

Euh ?!

Tous ces types sont du même genre ?!

Ils sont donc des mini-mio ?! Ahhh, j’ai mal à la tête…

Mio la nourrit avec quelque chose qui s’écoulait à partir de l’endroit qui a été transpercé. Alors c’est comme cela que fonctionne le partage.

Quelle violence.

“Ouais~ je comprends maintenant, non, je l’ai trop bien compris… Tout va bien. C’est bon maintenant Mio.” (Makoto)

“Oui. Merci pour ta patience.” (Mio)

Elle sort sa main de l’épaule de l’Arke. La blessure s’est juste refermée sans même saigner. Cette méthode mystérieuse devait être un héritage. Ces existences sont autant une triche que la mienne…

“Nous, appelé, Arke. Nom, n’avons pas. Veuillez, prendre soin, nous.”

Il semble qu’ils ne soient pas doués pour la conversation.

Mais ils me parlent lentement et avec application. Ils pourraient être des personnes plutôt zélées.

Et aussi, je pense qu’ils vivaient seuls avant et ils n’avaient personne avec qui parler dans les alentours. C’est pourquoi, ils ne devaient pas avoir eu la nécessité de parler.

Mio a été également affamée comme eux. Non, elle l’a été.

“Vous avez oublié le ‘à partir de maintenant’, vous savez ? Voulez-vous être mangés hein ?!” (Mio)

C’est un groupe de Yakuza !

“Mio, c’est bon ! Ils ont réussi à bien parler. D’abord, ils devraient juste s’habituer à vivre ici.” (Makoto)

Les Arkes se sont sentis soulagés lorsque Mio recule lentement et m’ont approuvé.

Cette équipe me rend inquiet pour le futur…

“Moi et les Arkes pouvons produire un matériel spécial à l’intérieur de notre corps. Et également, nous avons la connaissance de l’alchimie des temps anciens-gozai masu. J’espère que nous pourrons vous aider d’une quelconque manière. Alors, nous sommes peut-être une famille peu digne mais veuillez prendre soin de nous à partir de maintenant, Waka-sama” (Mio)

Pour les travaux de la forge, nous avons des Nains, pour la couture, nous avons les Arkes, pour les combats, nous avons les Hommes-Lézards de la brume, pour les travaux manuels, nous avons les tenaces Orques des régions Montagneuses et nous pouvons également compter sur les Hommes-Lézards.

Bien, on dirait que ça prend forme. Cependant dans le futur, il y n’aura pas assez de personne si on garde ce rythme.

Et donc les présentations sont toutes terminées et parce que nous l’avons fait, j’ai pris du retard sur ma visite de la ville.

De toute façon, maintenant je suis capable d’y aller. Après presque une heure de marche, il y a la ville Hyumaine tant attendu.

Finalement, je peux rencontrer des êtres Humains !

“Ouais, tout le monde, je me réjouis de travailler avec vous. Si vous voulez en savoir plus, demander à mes servantes. Tomoe, Mio. Donner des instructions à Eldo-san, s’il vous plaît. Le lieu où vous vivrez, peut être choisi librement mais assurez-vous de ne pas vous battre. Je vais me diriger vers la ville Humaine. C’est à proximité alors j’irai seul.” (Makoto)

“N’est-ce pas dangereux d’y aller seul ?” (Tomoe)

“C’est vrai, je vais t’accompagner.” (Mio)

“Non, cela devrait aller. Comparé à avant, c’est définitivement plus sûr. En outre, avec toutes ces personnes dans Asora, cela ne sera pas géré correctement s’il n’y a personne qui les dirige. Ne vous inquiétez pas, je resterai là-bas une nuit et je reviendrai demain si tout se passe bien.” (Makoto)

En disant ceci, je quitte Asora sans même avoir pris un petit-déjeuner.

Tomoe et Mio semblaient y avoir consenti. Elles ne me suivent pas alors c’est ce que je crois.

Si un désordre dans Asora se produit, j’aurais juste à le résoudre plus tard !

Je dois aller à la ville Humaine pour l’instant.

Cela fait déjà une semaine depuis que je suis arrivé ici.

Sans rencontrer d’Humain. D’ailleurs, j’ai frôlé la mort deux fois.

Il est grand temps pour moi de rencontrer des Humains !

<>
Traduit par la team : Nyan-Team