Flux RSS

Tsuki ga Michibiku Isekai Douchuu

Traduit par la team : Nyan-Team
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 1 Chapitre 61 – Dorénavant

Traduit par Quesako


Tomoe était devant moi, Mio était là aussi. Pareil pour Shiki. Le doyen des Nains et Ema étaient ici. Le capitaine Lézard et les Arkes étaient aussi là.

Quand j’ai parlé de Shiki, je parlais de la Liche. Aussitôt que je suis rentré à Asora par la porte de brume, il m’a fait penser à un chien attendant anxieusement devant la porte.

Ce n’est pas le Shiki du mot cadavre ok ? Ni Shiki du mot cérémonie. C’est Shiki du mot connaissance. (NTA: Connaissance est écrit Chishiki)

Ça faisait déjà un jour depuis ma ‘première expérience’.

Après cela, je suis retourné à Asora comme si de rien n’était. Immuable à l’extérieur mais à l’intérieur de moi, je suis complètement chamboulé.

J’ai pleuré pendant un bon moment et je ne voulais pas leur montrer mon visage ravagé par les larmes donc ça m’a pris un peu de temps pour rentrer.

J’ai réfléchi à beaucoup de chose. À propos de ce qui arriverait dorénavant. Ces deux jours ont été une sorte de période d’adaptation pour moi.

Eh bien, le pouvoir, que j’ai utilisé pour isoler l’Hyumaine, était sans aucun doute le pouvoir de Tomoe, je devrais le confirmer plus tard.

Nous étions tous rassemblés dans ma maison. Dans la grande salle dont Ema m’a dit qu’elle planifiait de l’utiliser comme une salle de réunion.

D’ailleurs, une partie de la salle n’est pas encore finie ou plutôt une partie est complètement achevée. Je ne veux vraiment pas imaginer quelle taille elle aura quand ça sera fini. Après tout, je suis un Japonais et plébéien.

Quand j’ai regardé le visage de chaque personne autour de la table géante, j’ai senti une certaine dureté surgir en moi.

Nous nous sommes réunis pour discuter de quelque chose d’important donc il y avait une sorte de tension dans les expressions de chacun mais le changement d’expression de mon visage a rendu l’atmosphère encore plus tendue.

“Dans le cas de l’affaire de l’autre journée, un Orque ainsi que mini-Tomoe sont… morts.” (Makoto)

“…”

“Nous avons déjà fait une cérémonie pour les âmes défuntes et nous nous sommes aussi excusés à propos de cette affaire mais la principale cause du désastre est de mon fait. J’ai clairement sous-estimé ces trois-là.” (Makoto)

Autrement dit, un enterrement.

C’était un cas où il n’y a eu aucune trace des morts mais nous avons fait ce que les Orques et les guerriers Lézards faisaient pour pleurer leurs camarades, allumer un feu et faire une cérémonie. Ils m’ont parlé de cela pour pleurer dignement leur camarade et nous avons fait ceci pour la première fois.

Je me sentais mal que la première victime soit arrivée à cause de ma propre bourde. J’ai baissé ma tête un nombre incalculable de fois devant sa famille et les autres Orques.

Tomoe a également perdu une partie d’elle et elle a reçu une blessure, j’ai aussi baissé la tête à son égard, mais elle n’a pas bien semblé le prendre et elle a eu l’air d’être mécontente. Elle a quand même accepté mes excuses. On m’a aussi dit qu’il n’y avait pas besoin pour moi d’aller directement voir la famille endeuillée de l’Orque.

Mais c’est ma propre façon de gérer les choses. Après tout, c’est à cause de ma négligence que ces deux personnes sont mortes.

Si dans le futur, ils sont forcés de combattre à cause d’une de mes décisions, je ne ferai pas d’excuse individuelle à ce moment-là.

Je les ferai me suivre. Et les morts seront pleurés avec une cérémonie pour les âmes défuntes. J’ai décidé de faire ainsi dans le but de ne pas craquer si un ami mourait dans le futur.

“… Concernant les relations de cette ville avec les Hyumains, c’était trop optimiste. Ils sont des aventuriers et il y en a certains qui savent se battre et survivre dans beaucoup de situations. Je ne les voyais pas comme une menace et je ne les avais pas traités comme tel. Pour eux, cette ville est clairement un corps étranger et nous devrions nous assurer que ce désastre ne se reproduira pas dans le futur.” (Makoto)

J’ai arrêté mon discours et j’ai regardé autour de moi, tout le monde acquiesçait en silence.

“Tout d’abord, les Orques. Ema, je songe à restreindre la zone où les Hyumains seront guidés et où ils pourront agir librement. Non, je vais être plus clair. Je veux créer une zone séparée où ils seront guidés.” (Makoto)

“Créer… une zone ? Bien sur, si c’est la direction que Misumi-sama veut que nous suivions, ceci sera fait, mais je ne comprends pas très bien l’intérêt…” (Ema)

“Ok. Pour faire simple, nous construirons une autre barrière à la frontière de cette terre et nous l’isolerons. Je veux que vous créiez une petite ville dedans où les aventuriers seront guidés.” (Makoto)

“Une ville à l’intérieur d’une ville ?” (Ema)

Autrement dit, je veux qu’ils créent une fausse ville et qu’ils accompagnent les Hyumains dedans. Ce que nous avions besoin, c’était d’une certaine quantité de matériaux disponible pour la vente pour le cas de figure où des traités commerciaux se feraient entre Tsige et Asora. Après tout, ce n’était pas comme si j’essayais de faire un échange culturel avec eux.

“C’est ça. Et les personnes qui y entreront, peu importe si c’est vous, les Lézards ou les Nains, assurez-vous qu’il y ait quelqu’un avec une force convenable. Je vais avoir besoin que Tomoe ramène les aventuriers dedans donc nous leur ferons penser que c’est l’ensemble de la ville Mirage.” (Makoto)

Ema semblait être convaincue et elle a hoché la tête. On dirait qu’elle a compris ce que j’essayais de dire. Dans l’intérêt d’éviter tout préjudice sur les personnes qui n’ont aucun pouvoir, j’aurais besoin de personnes qui ont suffisamment de capacité pour les combattre.

“Faisons ainsi, les faibles et les jeunes pourront éviter les aventuriers, c’est ce que vous essayez de dire, n’est-ce pas ? En créant un roulement avec les personnes qui ont les capacités de gérer les aventuriers, non, nous rechercherons activement des gens avec des hauts niveaux qui puissent s’occuper d’eux.” (Ema)

“C’est vrai. Je pense que nous divergeons des plans actuels, mais je veux prioriser celui-ci.” (Makoto)

“Pas de problème. Il n’y a aucune indication spécifique pour ce projet, n’est-ce pas ?” (Ema)

“Bien sur, je veux bien que tu le fasses comme tu souhaites.” (Makoto)

Ema a souri comme si elle était satisfaite. Je suis reconnaissant envers Ema, qui même après avoir perdu un camarade, agit comme toujours avec moi. Je lui suis vraiment reconnaissant. Je ne savais toujours pas quelle direction la ville actuelle prendra. La meilleure option devrait être de lui laisser. Après tout, Tomoe ne pouvait pas refaire un clone avant un bon moment.

“Le cas suivant concerne le doyen des Nains.” (Makoto)

“Oui” (Doyen des Anains)

Le Doyen et Beren étaient présents.

“D’abord, j’ai quelque chose que je veux vous dire.” (Makoto)

“……”

Ces deux-là me regardaient un air sérieux et attendaient la suite de mes paroles. Quoique, je pense qu’ils savent déjà de quoi il s’agit.

“À propos de l’équipement qui est supposé être éliminé et aussi à propos de l’anneau. Vous êtes des artisans de premier ordre donc je sais que vous négligerez pas volontairement ce genre de travail. Mais cet endroit a aussi d’autres races qui coexistent. Il serait inquiétant si vous laissiez une telle place sans surveillance et sans même une serrure.” (Makoto)

“Nous sommes sincèrement désolés” (Doyen des Anains)

Le doyen a fortement incliné la tête. Ces types étaient des artisans de 1er ordre. Ils devraient savoir à quel point les ouvrages défaillants et les articles mis au rebut pourraient-être dangereux. Mais sans une situation de ce style ou une inspection pour contrôler la sécurité et puisqu’ils savaient qu’il n’y avait aucune décharge, leur façon de traiter les choses étaient négligentes. C’était comme s’ils traitaient le dépôt comme un dépotoir et ils emmenaient les choses là-bas pour s’en débarrasser.

Après tout, il n’y avait pas de précédent cas où quelqu’un a utilisé ces articles mis au rebut pour faire des choses dangereuses. C’est parce que même des enfants Nains savaient qu’il ne fallait pas le faire ce genre de chose et donc le risque de dangerosité de cet endroit a été vu comme faible. Même si ces choses auraient dû être gardées avec autant de sécurité que leurs chefs-d’œuvres.

Les Draupnirs usés étaient là aussi. Des marchandises fissurées et endommagées étaient présentes. C’était la définition même du mot ‘dangereux’.

Le vol de l’anneau leur a fait comprendre tout ceci.

“N’oubliez pas que les aventuriers voient vos armes comme des objets de grandes valeurs. Les choses, qui sont prévues d’être abandonnées, devraient l’être dès que possible. Les choses, qui ne peuvent pas être stockées, doivent l’être dans un endroit avec une sécurité élevée. Cela doit être fait immédiatement.” (Makoto)

“Oui, sans délai.” (Doyen des Anains)

“Ok. Après ceci, je voudrais que Beren fasse un voyage à Tsige et je veux que vous aidiez Ema à choisir les Nains qui l’accompagneront. Je vais demander au doyen un rapport sur le progrès de l’armure à une date ultérieure.” (Makoto)

“Compris”

Ces deux-là m’ont répondu avec des yeux résolus. Leur état d’esprit devrait être bon maintenant. Ils pourront correctement se débrouiller à partir de maintenant. En vérité, les armes, qu’ils considéraient comme des déchets, elles étaient également précieuses dans Tsige. En regardant la liste des marchandises volées, j’ai compris qu’ils ne devraient pas prendre ça à la légère quand ils feront le voyage. Peut-être qu’il y a l’option de donner la mission au jeune Nain, qui sont plus censé que les autres, d’aller là-bas sous le prétexte d’une formation… C’est probablement mieux de juste attendre que Beren réunissent les candidats Nains qui peuvent y aller.

“Suivant, Lézard de la brume.” (Makoto)

“Oui”

Celui qui m’a répondu, c’est le capitaine des Lézards. Puisqu’ils étaient des guerriers, cette position était celle qui tenait la plus haute autorité. Être le représentant signifiait qu’il était le capitaine de la force entière. Il parait que cela démontrait aux autres sa puissance et qu’il était capable de voir l’unité comme un tout et de les commander.

“Actuellement, il semble que vous soyez des pionniers, gardiens, chasseurs, des artisans en construction et travaux public et diverses autres métiers. Merci pour tout.” (Makoto)

“Ces mots sont inutiles. On nous accorde du temps pour nous entraîner, nous évitons d’être économe avec la coopération d’autrui en dehors de ça.” (Capitaine Lézard de la brume)

ils cultivaient assidûment leurs aptitudes au combat. À cause de cela, c’était impossible pour eux d’aider dans tous les travaux, ils utilisaient le temps libre pour aider dans beaucoup de zone.

“Je pense à changer un peu votre affectation.” (Makoto)

“Oui. Comme vous l’ordonnez.” (Capitaine Lézard de la brume)

“Dorénavant, nous nous concentrerons notre regard vers l’intérieur pendant un moment. La chasse et l’entraînement à l’extérieur deviendront secondaire. Nous réduirons petit à petit les missions d’exploration et de gardiennage, ainsi que les travaux publics et de construction.” (Makoto)

“……” (Capitaine Lézard de la brume)

“En échange de cela, je veux que vous patrouilliez dans la ville.” (Makoto)

“Patrouiller ?” (Capitaine Lézard de la brume)

“Simple façon de parler, c’est un travail où vous suivrez un certain nombre de routes, chercher les anomalies et les traiter. J’expliquerai les détails à Tomoe ultérieurement donc je veux que tu travailles en tant que chef et que tu assignes les gens à ce devoir.” (Makoto)

“Cette ville a une sacrée ampleur. Est-ce que ça ne sera pas un peu difficile pour nous seuls ?” (Capitaine Lézard de la brume)

Peut-être que c’est à cause de l’influence de Tomoe que cela influe facilement les Lézards, leur façon de parler est rude ou plutôt vieillotte. Ce n’est pas gênant ou quoi que ce soit d’autre mais l’écart entre elle et le lézard est juste…

“Après tout, vous êtes ceux qui peuvent utiliser au mieux le réseau de Tomoe. Nous organiserons les Orques en petite section et ils coopéreront avec vous. Les problèmes antérieurs seront donnés aux autres peuples donc ça sera bon de juste se concentrer sur les patrouilles.” (Makoto)

“Compris. Nous nous donnerons à fond pour accomplir notre devoir.” (Capitaine Lézard de la brume)

Comme des policiers patrouillant en ville. Je pense que 8 ou 9 affaires sur 10, souvent avec Tomoe comme responsable, se reproduiraient, mais j’en suis bien conscient.

La meilleur méthode que je connaissais pour maintenir l’ordre, c’était celle de la période d’Edo.

Les policiers de l’ère moderne utilisaient encore une manière de patrouille assez similaire.

Probablement… Croyons au résultat obtenu par Edo. C’est nettement mieux que de ne rien faire.

Peu importe à qui je demandais cela, le nombre des effectifs était vraiment un problème. Mais ce n’était pas quelque chose que nous serions capables de résoudre pour l’instant.

Il y a également l’option de laisser les Ogres Forestiers dans Asora mais aussi longtemps que mes craintes existent, je ne sais pas si nous serions en mesure d’avoir une bonne relation.

Il sera peut-être nécessaire de recruter des Demi-Humains et des mamonos qui ont un minimum d’intelligence.

Si nous introduisions une espèce qui était clairement plus faible que les actuels résidents, nous pourrions créer une hiérarchie sociale et faire beaucoup d’autres choses. Peut-être que je devrais essayer d’explorer le désert à intervalle régulier.

Tout en prenant soin de ne pas accidentellement créer une armée.

J’ai hoché la tête au Lézard qui a abaissé la sienne, j’ai ensuite regardé les Arkes.

“Le dernier cas, c’est les Arkes, n’est-ce pas ?” (Makoto)

“Waka-sama. Premièrement, je voudrais exprimer ma gratitude. Depuis ce désastre, je n’ai pas eu la chance de vous rencontrer personnellement alors j’ai attendu cette occasion.” (Arke)

Wouah. Quelle langue commune incroyablement fluide ! Elle m’a totalement surpassé. Oui, je n’entendrais aucune avis me disant que ce n’était pas une compétition au commencement.

Incroyable. Elle l’a parfaitement apprise. Mais, me remercier pourquoi ? J’ai voulu commencer avec des excuses mais…

“Gratitude ?” (Makoto)

“Oui, vous remerciez pour avoir sauvé un de ma famille-de gozai masu. J’ai entendu cela plus tard, mais il semblerait que sans le traitement de Waka-sama, cela aurait été dangereux. Nous tenions à vous remercier ne serait-ce qu’au moins une seule fois.” (Arke)

L’Arke qui faisait office de représentant, a placé une main sur sa poitrine en ayant incliné sa tête. Les deux autres l’imitaient aussi.

“Non, il a été originalement blessé à cause de ma propre erreur. C’est évident que je l’aiderais. Au lieu de me remercier, je devrais être celui qui s’en excuse.” (Makoto)

“Je vous remercie pour votre bienveillance. Cela me rend heureux de servir à nouveau Waka-sama.” (Arke)

Ahh~ ce n’est pas bon, peu importe ce que je dis, hein. Quand je me suis excusé avec Tomoe, elle a aussi dit des choses insensées.

Il y a quatre Arkes au total, dont deux mâles et deux femelles.

“Eh bien, c’est génial qu’il soit sauvé. Alors, il y a de nombreuses choses que je veux vous demander. Actuellement, combien de vous sont capables de se transformer en Hyumain ?” (Makoto)

“Tout le monde.” (Arke)

Ils sont vraiment exemplaires. Quand je parlais avec elle, j’ai la nette impression d’une personne sérieuse qui avait d’excellente qualité. Ça pourrait même créer naturellement un sens d’infériorité.

“J-Je vois. Tout le monde. Alors le premier point devrait être facile. C’est quelque chose que j’ai dit aussi aux Orques, mais je vais créer une zone pour traiter séparément les Hyumains. Je veux que vous vous déplaciez individuellement et restiez dans cette ville sous la forme de Hyumains.” (Makoto)

Après tout, ils sont seulement quatre. En plus, il y a toujours quelque chose que je veux que les autres fassent donc il serait dur que beaucoup d’entre eux y restent.

“Juste une personne à chaque garde, en outre sous la forme de Hyumain-desu ka ?” (Arke)

“C’est cela. Je veux que vous agissiez comme si vous étiez un aventurier qui y séjournait à cause de vos compétences.” (Makoto)

“D’agir comme un Hyumain ?” (Arke)

“C’est bien ainsi. Alors, s’il y a des mouvements étranges, je veux que vous les reportiez. Et je veux que vous rassembliez des informations, même si ce n’est pas utile. Même s’ils vous suspectent, des personnes de votre rang n’auront aucun problème pour gérer cela. Après tout, nous donnerons un traitement spécial à ceux qui démontreront des aptitudes supérieures.” (Makoto)

“Enquêter de l’intérieur et repérer les problèmes avant qu’ils n’émergent, c’est bien ça ? Compris, nous séjournerons à tour de rôle dans la ville.” (Arke)

Excellent. Il semble qu’il n’y a pas de problème avec le premier point.

“Et pour l’autre point. C’est à propos de l’exploration que vous avez faite mais pour le moment la nécessité va d’abord aller à la surveillance de la fausse ville, il ne devrait pas y avoir de monde circulant en dehors des zones contrôlées. C’est pourquoi je veux que les trois autres, qui ne restent pas en ville, fassent des comptes-rendus sur l’exploration d’Asora. Bien sur, ça ne me dérange pas si vous êtes moins rapides.” (Makoto)

“Oui, pas de problème, pouvons-nous nous entraîner en combat réel et étudier la magie noire ?” (Arke)

“C’est bon. Je serais heureux si vous apprenez la fabrication de médicament mais ça ne me dérange qu’en plus que vous entraîniez et faites de la recherche. N’hésitez pas à le faire. S’il y a un problème urgent, ce n’est pas grave de juste abandonner l’exploration et l’investigation pendant un moment.” (Makoto)

On dirait que c’était une condition inattendue pour eux. Les trois Arkes semblaient heureux.

Ils cherchaient à apprendre depuis quelque temps, en disant qu’il y avait beaucoup de choses à découvrir. C’est parfait. Ça serait agréable si Mio était aussi pris d’intérêt dans quelque chose… d’autre que moi.

“Pour l’instant, C’est ce que j’ai imaginé. Si des problèmes apparaissaient sur le chemin, je veux que vous les rapportiez. Vous pouvez vous retirer. À l’exception de Tomoe, Mio et Shiki.” (Makoto)

J’ai dit de visu à mes trois serviteurs de rester ici et les autres ont commencé à partir.

Pfff~. Peut-être que c’étaitt parce que j’ai parlé avec détermination, mes épaules étaient raides. J’ai essayé de me détendre en bougeant ma tête de gauche à droite et bougeant mes épaules de haut en bas.

“Waka, Tu étais tout à fait… calme.” (Tomoe)

“Waka-sama, bon travail-desu.” (Mio)

“Waka-sama, tu as splendidement géré toutes ces différentes espèces.” (Shiki)

“Merci” (Makoto)

Je les ai remerciés pour leurs compliments. Bien que les éloges de Shiki avaient quelque chose à voir avec le pouvoir que la Blatte m’a donné alors j’avais quelques sentiments conflictuels à ce propos.

Je dois dire à ces trois-là ce à quoi j’ai réfléchi. De ce que j’ai pensé et ce qui arrivera par la suite.

<>
Traduit par la team : Nyan-Team