Flux RSS

Tsuki ga Michibiku Isekai Douchuu

Traduit par la team : Nyan-Team
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 1 Chapitre 63 – Rumeur 1 – Camp d'entraînement ~ Élégie des Ogres Forestiers ~

Traduit par Quesako


Dans les alentours de la ville Mirage.

Là-bas, on pouvait voir des guerriers alignés avec la peau brune et des yeux rouges. 15 au total.

Chacun d’entre eux possédait un bon nombre d’expériences en combat et dans leurs yeux, on pouvait voir l’orgueil qu’ils avaient dans leurs propres capacités. En résumé, ils étaient plein de confiance.

Les 15 élites étaient les Ogres Forestiers que le village ont sélectionné pour être envoyé à la ville Mirage en signe de coopération avec Makoto ou Raidou, le nom où il y est reconnu. Dans ce groupe, on pouvait voir Akua et Eris qui étaient celles que Makoto voulait voir le moins possible. La servante de Makoto, Tomoe, a reformé la barrière et le besoin d’avoir une puissance de combat forte a été perdue donc la sélection personnelle a été faite sans contrainte.

Les Ogres Forestiers, qui ont été invités pour un aperçu de la zone, ont été surpris par l’environnement d’Asora et ont chanté leurs louanges. Les personnes sélectionnées avaient été permises de résider dans les forêts et d’être autonome. Les forêts, qui n’étaient pas incluses dans cela, était toujours en considération sur la question de qui devrait les gérer.

Aujourd’hui était le premier jour de la formation de combat. Il y avait encore du temps avant que cela ne commençait mais comme tout le monde était déjà là, ils attendaient juste les trois qui les surveilleraient.

Ces trois-là se référaient à Raidou, Tomoe et Mio. Les trois plus forts de la ville Mirage. Ils pensaient sérieusement qu’ils venaient juste les superviser et pensaient “Ne soyez pas surpris par notre entraînement”. En un sens, ils étaient un groupe euphorique.

“Oh~, comme on s’y attendait d’un groupe personnellement sélectionné. Vous êtes déjà tous rassemblés.”

La première, a s’adressé au groupe aligné, était Tomoe. Une fille qui avait les cheveux bleus et portait des vêtements Japonais que l’on n’a jamais vu auparavant dans ce monde. Bien sur, personne ne savait que les vêtements étaient ceux d’un samouraï. C’était juste perçu comme une excentricité.

“… S’occuper juste du menu fretin, ça ne me donne pas envie.”

Celle de mauvaise humeur, avec qui on pourrait se demander si elle avait une faible pression sanguine, est Mio (NTF: Petit rappel, Mio a un visage très blanc, d’où l’idée de faible pression). Elle avait des cheveux noirs et portait un vêtement de type Japonais différent. Celui-ci serait classifié comme un Kimono. D’un simple regard, cela ne ressemblait pas aux vêtements qui permettait de bouger librement.

Son apparence n’était pas celle de quelqu’un qui participera à l’entraînement.

“Pourquoi y avait-il besoin que tu viennes aussi ? Je pense que Shiki aurait été aussi bien.”

Celui qui avait l’air d’être d’insatisfait, c’était la personne qui détenait la plus grande autorité sur ces terres, Makoto. Il avait l’air de vouloir rentrer rapidement. Il devait penser que c’était une contrainte de partir de la ville Académique et qu’il a été entraîné dans une activité inutile. Il s’interrogeait sur la raison pour laquelle il était ici et aussitôt le matin.

En laissant de côté Tomoe, les deux autres ne semblaient avoir aucun motivation. Les expressions des Ogres Forestiers se sont déformés.

“Alors vous êtes venus. Je n’aime pas quand il y a des personnes sans motivation mais est-ce bon de penser que vous venez juste ici aujourd’hui pour regarder notre entraînement autonome, n’est-ce pas ?”

Le représentant des Ogres Forestiers s’est adressé aux trois personnes qui venaient d’arriver. En prenant en compte que les Ogres Forestiers étaient minces, le physique de cet homme était concentré sur les muscles et on pouvait voir l’audace transpirer sur son visage. Il n’y avait pas besoin de dire que cet homme était celui appelé Shishou par ces élèves ou le pervers par Makoto.

“Nan, ça sera suspendu-ja.” (Tomoe)

“… Qu’est-ce que vous venez de dire ?” (Pervers)

En entendant la négation nonchalante de Tomoe, le pervers ne cachait pas son mécontentement et il a répondu à Tomoe.

“Tu es aussi énergique que d’habitude, hein. Si je me souviens correctement… tu es Mondo, pas vrai ? Bien que ton nom présage une personne de premier ordre, tu es tout a fait pitoyable.” (Tomoe)

“Est-ce que vous cherchez le combat, Dragon onee-san ?” (Pervers)

“Nullement. Aujourd’hui, nous avons changé les plans. Je pensais à les inviter pour que vous nous montriez vos capacités. Si vous passez un certain seuil, ceux qui réussiront, pourront se déplacer au village et seront considérés comme fiable mais si vous en êtes incapables, nous devrons vous former.” (Tomoe)

Tomoe lui a répondu, mais son sourire la contredit. Tout comme Mondo l’a dit, on ne pouvait seulement que la voir provoquer le combat.

“Vous dites que vous n’êtes pas satisfait de nous ?” (Mondo)

“… Mondo, je pense que c’est quelque chose que vous tous attendaient avec impatience ? Dorénavant, vous vous diviserez par équipes et vous nous combattrez. Pour cette raison, j’ai vraiment dû mal à persuader que Makoto-sama et Mio vous accordent du temps.” (Tomoe)

“… Hé~” (Mondo)

Mondo a pris une attitude moqueuse. Pour Tomoe, il n’était pas une menace dangereuse donc il n’y avait pas lieu de faire un tel regard appuyé.

“C’est bon pour faire des équipes de cinq. En tout cas, Mondo et ses deux disciples seraient dans la même équipe, n’est-ce pas ? Je pense que vous combattrez Waka.” (Tomoe)

“C’est… bien ! Nous nous étions également interrogés, à quel point au juste Makoto-sama est fort.” (Mondo)

“Je vois, je vois. Maintenant, la prochaine chose à voire, c’est le critère de sélection.” (Tomoe)

Tomoe a continué d’expliquer avec un sourire rayonnant. Elle n’avait pas accordé beaucoup d’attention à son ton et au langage grossier qu’il sortait. S’il y avait besoin d’ajouter quelque chose d’autre, ça serait que Mio cachait silencieusement ses lèvres avec son éventail. Il n’y avait aucun changement dans l’attitude de Makoto.

“J’aimerais que cela se termine vite…” c’était ce que ses yeux disaient.

“Critère ? Il ne devrait avoir aucun problème si nous vous mettons à terre, n’est-ce pas ?” (Mondo)

“Bien sur-ja. Si vous pouvez nous battre, vous serez acceptés sans aucun reproche. Pour être plus précis, les équipes qui seront capables de faire plier les genoux de moi, Mio ou être en mesure de faire de juste effriter nos postures sera suffisant. En ce qui concerne Makoto-sama… vous passerez si une seule attaque passe. Si vous êtes incapable de le faire alors vous devrez suivre l’entraînement qui commencera cet après-midi, ok ?” (Tomoe)

Les paroles de Tomoe ont été à peine un murmure, mais elles se sont répandues comme une onde à travers le groupe.

“Compris. C’est assez clair, mais vous nous prenez sérieusement pour des idiots. Nous allons bientôt faire les groupes. Ne le regrettez pas.” (Mondo)

“Vous aussi, allez-y à fond, ainsi il n’y aura aucun regret, ok ? Le temps de l’examen sera jusqu’à midi. La seule règle, tout est permis. Cependant, nous ne ferons pas d’attaques mortelles et les blessures que vous recevrez seront traitées proprement alors ne vous inquiétez pas.” (Tomoe)

En disant ceci, Tomoe agitait ses mains pour remuer les Ogres Forestiers. Un signe qui pourrait être pris comme “disparaissez”.

“Tomoe~, es-tu sérieuse quand tu leurs a dit que ça sera de maintenant jusqu’à midi ? D’ailleurs, qu’est-ce que c’est que cette histoire de seulement une attaque ? Pourquoi me mettre sur un pied d’estale ?” (Makoto)

“Waka, les Ogres Forestiers sont un peu simples d’esprits. Ça doit être parce qu’ils ont une logique irritante. Ils sont instinctifs et ne comprennent que la loi du plus fort. Ils ont été influencés par les Hyumains d’une mauvaise manière. Eh bien, pas de soucis. Il semble que ces gars oublient lentement le fait qu’ils ne peuvent pas partir librement, qu’ils ne peuvent pas s’échapper. En leur enseignant leurs situations, ceci nous servira dans le futur et cela nous aidera aussi à faire progresser lentement leur entraînement. Je demande votre coopération, s’il vous plaît Waka et Mio. Il n’est pas nécessaire que tu participes au camp d’entraînement qui aura lieu dans l’après-midi.” (Tomoe)

On dirait que pour elles, ils n’y avaient aucune chance qu’ils seraient capables de le toucher.

“C-Camp d’entraînement, tu dis ? As-tu extrait un autre souvenir bizarre à nouveau ? Eh bien, je ne pourrai pas venir si souvent ici donc je coopérerai autant que possible tant que je suis là.” (Makoto)

“Pourquoi dois-je rester aussi l’après-midi-desu no ? Je veux être avec Waka-sama-desu.” (Mio)

“Mio, c’est parce que si tu es ici avec moi, ils s’enfonceront davantage dans le désespoir. Peu importe si c’était inutile, ils continueront à essayer de blesser Waka, tu sais ? Accompagne-moi, même si c’est juste pour les discipliner.” (Tomoe)

“Maintenant que tu le mentionnes… Je ne les ai pas punis, hein. Si c’est pour ça…” (Mio)

Mio est rentrée dans son monde avec les paroles de Tomoe. Au début, elle n’a pas remarqué les intentions des Ogres Forestiers. Après cela, elle a entendu ce qu’ils prévoyaient de faire à Makoto donc elle n’avait aucune impression favorable d’eux. Makoto a également dit qu’il n’amènera pas Tomoe ou Mio avec lui à la ville Académique de toute façon donc elle semblait acquiescer un peu à contre-cœur à la requête de Tomoe…

“Ensuite, dans une mesure où ils ne mourront pas, je vais les faire renaître avec mon camp d’entraînement supervisé par mon nouveau clone. Huhuhuhuhu~~.” (Tomoe)

Avec la destruction du clone de la première génération, Tomoe a déversé son mana dans un nouveau clone qui travaillerait comme la nouvelle gérante d’Asora. Par conséquent, le second corps est devenu celui d’une petite fille avec de grande compétence en combat. En plus, même si elle est un clone qui a été créé par sa propre force, elle a un anneau pourpre, qui a l’air dangereux, en tant que cœur et il y avait des rumeurs douteuses que cette seconde génération luttait secrètement avec Mio. Tomoe tremblait avec les prévisions de l’entraînement qui se déroulera demain.

Bien qu’ils aient montré une attitude hostile envers lui. Makoto a eu de la pitié pour les Ogres Forestiers.
__________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
Les résultats des combats ont été terribles.

Pour les Ogres Forestiers, c’était probablement la première fois qu’ils ont connu une telle défaite écrasante.

Mondo pourrait-être un idiot écervelé, mais il n’était pas incompétent en combat. Avant le combat, il a confirmé avec Tomoe et a obtenu l’approbation qu’il n’y aurait plus d’interférence dans l’entraînement si une seule équipe était capable de passer. Il a négligé le point le plus important mais cela pourrait être à cause de la provocation de Tomoe avec ses paroles et sa gestuelle.

Bien sur, Mondo a envoyé le groupe le plus faible contre Tomoe et les 5 suivants contre Mio. Ensuite, il a envoyé les 5 plus forts contre Makoto. En prenant en compte leur classement interne, ses actions n’étaient pas une grande surprise. En premier lieu, il ne savait pas que c’était le mana de Makoto qui a causé l’accident qui s’est produit alors que Mondo était en train de visiter Asora.

Bien que la durée limite a été déterminée au zénith du soleil, le temps qu’il a fallu pour lutter contre Tomoe et Mio n’a même pas donné la possibilité que le soleil soit aussi haut.

Tomoe n’a même pas dégainé son épée. En ayant utilisé une brume, ils sont tous tombés par terre l’écume à la bouche et ils ont été incapables de se battre en juste 15 minutes. Ils n’ont même pas eu la chance de montrer leurs capacités individuelles ou collectives. Les cris déchirants sont devenus de plus en plus faible et quand le silence est venu, elle l’a relâché. C’était la seule chose qui s’est produite. Après ça, Tomoe a sorti des documents dans une main et elle a commencé à réfléchir sur la façon de fabriquer le fourreau et l’élaboration de la garde. C’était cruel.

Dans le cas de Mio, aussitôt que le combat a commencé, l’un d’entre eux a lancé un sort mais sans essayer de l’éviter, Mio l’a encaissé. Comme si n’était arrivé, elle a capturé les quatre personnes qui ont essayé de l’attaquer par le sol en coordination avec le sort qui attaquait avec des fils par les airs. Une grappe qui ressemblait à des insectes capturés dans la toile d’une araignée, ils pouvaient seulement se laisser drainer l’énergie en étant fait comme des rats. Même quand midi est venu, sur les cinq, le plus fort était le seul qui pouvait se déplacer mais ses mouvements pouvaient être comparés à ceux d’un nouveau-né. D’ailleurs, Mio n’a même pas bougé d’un centimètre. Après que tout le monde ait perdu leurs consciences, elle est allée chercher un rocher quelconque et s’est assit dessus. Elle confirmait seulement l’état du maquillage qu’elle récemment apprit. C’était également cruel.

Ensuite, si nous parlions de Makoto…

Il devait affronter les cinq élites, qui n’ont pas caché leur intention de meurtre, tout en pensant d’une manière de disposer d’eux. Mais Mondo est venu avec une proposition. Essayer de le frapper une fois. Puisqu’ils ne savaient pas à quel point il était fort, ils ignoraient dans quelle mesure ils devaient se retenir donc Mondo est allé au front et il a dit à Makoto de tenter de le frapper une fois.

Makoto a commencé à apprécier un peu cet aimable idiot. Il serait sûrement l’un de ces gars dans les histoires qui crierait de surprise “Quoi ?!” ou “Comment, par les neuf enfers ?!” c’était ce que Makoto pensait en ayant un sourire ironique. Parce que si Mondo n’avait pas déclaré une telle condition comme “frapper une fois” il l’aurait proposé lui-même.

C’était pourquoi Makoto a lancé une attaque à Mondo, sur le visage qui lui a dit de frapper. Voyant Mondo voler jusqu’au pays imaginaire, les autres se tenaient abasourdis. Les quatre restants ont été médusés, incapable de même le suivre et ils pouvaient seulement regarder l’endroit où leur maître a volé, seulement après un certain temps, ils ont pu retrouver leurs sens et ont couru à l’endroit où ils ont supposé qu’il a atterri, mais comme attendu, le faible Mondo avait ses yeux révulsés après avoir été soufflé.

“Vraiment une grande gueule…” (Makoto)

Les mots, que Makoto a chuchoté, n’ont été entendus par personne. Après un certain temps à ne rien faire et à regarder les nuages, les Ogres Forestiers sont revenus. Ils sont très probablement venus faire le traitement. Pour le moment, il semblait que Mondo était d’accord.

Après cela, ils ont étrangement calomnié Makoto de sournois et ont commencé à l’attaquer. Makoto a seulement fait une barrière pour couvrir toutes les directions, associé avec [Sakai] et les a laissés tranquille. Même quand ils ont attaqué dans toutes les directions ou concentré leurs attaques en un point, c’était comme si cela n’avait aucun effet. Magie, épées, flèches. Tout a été facilement repoussé. Pour les Ogres Forestiers, cela donnait l’impression qu’ils faisaient des attaques continues contre un roc inébranlable.

Il aurait pu les vaincre facilement, mais il les a juste laissé s’épuiser et après leurs offensives constantes, midi est arrivé et ils étaient tous déshydratés. Pendant ce temps, Tomoe a vu que Makoto était de plus en plus agité donc elle a pris un arc et lui a laissé à ses côtés. Après cinq tirs, les 15 n’avaient plus la force pour être debout et leurs respirations étaient agitées. Après ceci, Makoto a demandé à Tomoe si c’était bon, il est juste parti après ses paroles.

Ceux qui restaient, c’étaient les 15 Ogres Forestiers qui, même avec leurs blessures guéries, ont vu l’effondrement de leurs croyances. Il n’y avait plus de trace de l’attitude qu’ils avaient quand ils sont arrivés ici. Tomoe a incliné la tête à la situation attendue.

“Maintenant, comme vous avez tous échoué, vous devez prendre part à mon entraînement.” (Tomoe)

“… Compris”

La réponse, qui a été rendue, avait un sentiment de signification cachée dedans. Ce qui était mélangé, c’était de la fatigue, mais il y avait aussi une opposition. Néanmoins, Tomoe a simplement rigolé.

“Tomoe, ne veux-tu pas leur faire comprendre leur position ? S’il en est ainsi, ne serait-il pas mieux de les laisser dans ta brume pendant une demi-journée ? Cela pourrait même les rendre plus motivés.” (Mio)

En ayant entendu les paroles de Mio, les Ogres Forestiers, qui ont combattu Tomoe, ont pâlis et ils ont détourné le regard. Ils ont eu l’écume en seulement 15 minutes. S’ils étaient laissés pendant une demi-journée, leur âme pourrait être détruite. Dans ce domaine, ceux qui ont été les plus brisés, c’était certainement eux.

“Bon, bon, Mio. Ne les brutalise pas. Laissons ceci comme un jeu de punition pour les personnes qui ne montrent pas de bon résultat.” (Tomoe)

“Des gens qui nous ont autant sous estimer, ont-ils vraiment une utilité ? Dans le cas de Waka-sama, on les a même laissé attaquer tous en même temps et ils ont encore fini comme ça.” (Mio)

“Ils ont suffisamment de qualité-ja. Si nous les entraînons à partir de zéro, nous pouvons les rendre utile.” (Tomoe)

“Même dans Asora, ils seraient être considérés comme les plus faibles des plus faibles.” (Mio)

Ne sachant pas ce que Tomoe attendait d’eux, Mio a incliné sa tête. C’était évidemment, mais il n’y avait pas la moindre considération pour les Ogres Forestiers dans ces mots.

“Je ne vais pas le nier. Ils sont comme des enfants qui croient qu’ils n’ont que des bonnes qualités-ja. Waka semblait aussi avoir pris cela en compte lors de leur traitement.” (Tomoe)

“… À la place de la punition, ça donne l’impression que ça va tourner en nurseries-desu wa.” (Mio)

Peu importe ce qu’ils disaient, les Ogres Forestiers ont complètement perdu le droit d’élever une objection. Ils ont juste suivi la formation comme Tomoe l’a ordonné.

La formation, qui a continué jusqu’à la soirée, a été dure pour Mondo et les autres qui ne pouvaient même pas se détendre un peu à cause de la supervision de Tomoe et Mio, mais il y avait beaucoup de domaines qui prenait en compte les limites de leurs corps et les Ogres Forestiers en ont éprouvé des doutes. À partir de demain, il n’y avait pas de formation planifiée. Ils seront juste dans la forêt, à attendre que le temps passe. Qu’est-ce que Tomoe attendait d’eux ? C’était qu’ils pensaient mais ils n’ont pas osé lui demander.

“Okay, c’est tout pour aujourd’hui !” (Tomoe)

Avec les mots de Tomoe, un certain nombre d’eux se sont senti soulagés de ne pas être baigné dans la brume du tourment. Mais le véritable enfer a commencé après cela.

Tomoe a déclaré, sans aucun vernissage, aux 15 qui sont groupés et alignés.

“Ensuite, demain ça sera toute la journée. Préparez-vous.” (Tomoe)

C’est ce qu’elle a dit.

“?!! Ne rigolez pas avec nous ! La prochaine observation de l’entraînement devrait être dans les 15 prochains jours !” (Mondo)

Mondo a intrépidement lancé une objection à Tomoe. Parce que ses mots allaient contre l’accord de leur permission de faire un entraînement indépendant et de se faire inspecter de temps en temps.

“Qu’est que tu dis ? Je n’ai pas dit au début qu’une telle chose était hors de question ?” (Tomoe)

“C’est… ! N’avez-vous pas dit que vous nous arrêteriez pas et que vous nous feriez que de l’observation ?”

“Une telle chose est juste votre propre raisonnement. D’ailleurs, J’ai aussi dit que je regarderais vos capacités. Si vous étiez en dessous de la norme, je vous ferais prendre la formation, c’est que j’ai dit.” (Tomoe)

“Immédiatement, à cet instant, l’entraînement est fini, n’est-ce pas ?!” (Mondo)

“… Les Ogres Forestiers sont vraiment stupides, hein. J’ai dit que nous commencerions à nous entraîner, mais je ne me souviens pas avoir dit “quand” ça sera fini. À propos, de mes plans, le plus court prendra au moins un mois.” (Tomoe)

‘Un mois est le plus court’. Ces paroles ont fait s’écrouler un certain nombre d’Ogres Forestiers sur place. Être surveillé par une personne d’une tout autre dimension et ne sachant pas quel type de formation sera donnée, c’était la même chose que d’être torturé. Ils ont complètement refusé une telle chose. Mais ils ne pouvaient pas refuser par la force. Leur seul moyen était de s’échapper.

“Celle qui parle avec sophisme, c’est toi ! N’est-il pas évident que l’entraînement devrait se terminer le même jour ?!” (Mondo)

“Oui, j’en fiche si c’est du sophisme. La vérité et la raison des faibles ne peuvent être comparé à la raison du plus fort.” (Tomoe)

Les paroles de Mondo devenaient amères. Même s’il a fait de son mieux, il a déjà compris qu’avec la manière d’être de ces deux-là, l’entraînement ne finirait juste pas avec ce qu’ils ont fait aujourd’hui. Mondo l’a su avec certitude que même si les 15 essayaient d’attaquer ces deux-là pendant qu’elles étaient ivres ou qu’elles dormaient, ils seraient toujours vaincus. Au contraire, elles pourraient même “être dérangées” quand elles se retenaient et pourraient les tuer dans le processus. Leur corps et leur esprit ont compris que les deux, la femme avec les cheveux bleus et la femme avec les cheveux noirs étaient la force absolue. Et qu’ils ne pouvaient même pas mettre un simple doigt sur Makoto. Après tout, ils l’ont attaqué pendant plusieurs heures et ont toujours été incapable de détruire sa barrière. Et qu’il aurait pu les vaincre quand il le voulait. Ils ont compris que pour Makoto, c’était seulement des enfants qui jouaient autour de lui.

“Ahlalalala, avant le combat, vous avez même eu la prétention de dire quelque chose comme “si nous complétons une de ces conditions” mais maintenant, vous vous accrochez à de telles petites choses. Je ne dirai pas des choses compliquées mais ne penses-tu pas que le faible n’a aucun droit de contester le plus fort ?” (Mio)

“……”

Akua et Eris étaient assez dociles. Elles n’ont même pas pu être des opposants pour Makoto et après le test, elles ont eu beaucoup d’animosités. Parce qu’elles ont senti qu’à plusieurs reprises, elles pouvaient presque réussir, mais elles ont échoué, leur état d’esprit et leur corps étaient un vrai chaos.

Honnêtement, ces filles et les deux autres, qui se sont battus contre Makoto, voulaient juste rentrer et aller dormir au lieu de s’inquiéter à propos des plans de demain. Les 10 autres étaient totalement découragés. Ceux, qui ne pouvait plus littéralement réfléchir à quelque chose, étaient les cinq qui ont combattu Tomoe. Ceux, qui étaient pensaient déjà à s’enfuir, étaient ceux qui ont combattu Mio.

Tomoe a laissé tomber Mondo pour l’instant et elle a regardé les autres membres.

“Ce qui est vraiment facile à comprendre. C’est que vous êtes fatigués avec seulement ce niveau d’entraînement. La moitié d’entre vous pense sans doute à s’enfuir, hein.” (Tomoe)

“?!”

“Mais… Pensez-y avec vos cerveaux défaillants. Où sommes-nous ? Comment êtes-vous arrivés ? Ne me dites pas que vous avez pensé que cet endroit est dans le voisinage de votre village, n’est-ce pas ? Vous êtes naïfs, trop naïfs.” (Tomoe)

“… Qu’est-ce que tu veux dire ?” (Mondo)

La voix de Mondo s’est cassée. Il avait aussi des pensées d’évasions dans un coin de son esprit. Au lieu d’être hostile, c’était plutôt la peur de la mort dans sa voix.

“Il n’y a pas d’autre façon de le dire. Nous sommes à l’intérieur d’une barrière spéciale qui a été créée par Waka. C’est à un niveau complètement différent de la barrière que Waka a créé il y a quelques instants. Si vous voulez sortir et vous échappez… Vous devrez avoir assez de puissance pour détruire la barrière de Waka avec un seul doigt.” (Tomoe)

Ses paroles étaient pleines de mensonges. Il y avait bien trop de caractéristique dans Asora qu’ils ne connaissaient toujours pas. Bien sur, Il n’y avait aucune chance pour les Ogres Forestiers de revenir de manière conventionnelle donc la partie sur le fait qu’ils sont bloqués, était la vérité.

“Avec un doigt ? Impossible, c’est juste insensé.”

Puisqu’ils ne pouvaient même pas détruire la simple barrière de Makoto, les Ogres Forestiers étaient dans une situation désespérée. Akua et Eris ont été stupéfaites quand elles ont appris que la barrière était un simple sort. “Maintenant que je réfléchis à ceci, il n’a même pas fait une incantation”, c’était ce qu’elles ont finalement pensé.

“Avez-vous compris la situation maintenant ? Il y a nulle part pour vous enfuir. Et pendant ce temps, le village des Ogres Forestiers est aussi à ma merci. Le moment où vous avez fini plus bas que la norme, toutes vos voies de repli ont cessé d’exister dans ce monde. Si votre application est mauvaise, je ne me soucierai plus de ce qui pourrait arriver à votre village, vous savez ?” (Tomoe)

Tomoe l’a répété encore et encore qu’elle était la loi et les a menacé.

“Eh bien, je ferai en sorte que vous ne mourrez pas, mais vous serez juste renvoyés à votre village comme marchandise de merde, hein. Ou peut-être que vous deviendrez vous dignes. Si vous en avez l’esprit, alors montrer le.” (Mio)

Mio a enchaîné après Tomoe. Ces paroles étaient celles que Tomoe lui a demandé de dire et elle les a mémorisées avant l’entraînement. Elle a été invitée à agir comme une instructrice démoniaque et elle a accepté. Mio n’a pas pu aller avec Makoto à la ville Académique alors elle avait du temps libre de toute façon. Alors pourquoi ne pas regarder leur entraînement ? c’était qu’elle pensait.

La menace de Tomoe et le sadisme de Mio. Tous les deux ont été attisées uniquement par leurs vraies motivations. C’était bien s’ils arrivaient à une décision d’ici ce soir et s’ils montraient des résultats alors Tomoe ne se soucierait pas qu’ils soient actuellement pathétiques.

Ou plutôt, puisqu’elle a saisi les attitudes approximatives de chacun, le véritable entraînement commencera officiellement demain. C’était un style d’entraînement qui a été pris dans les souvenirs du monde de Waka, ceux qui utilisaient à la fois les malentendus et les manipulations.

Tomoe l’a nommé, de la même manière que l’information contenue dans les souvenirs, camp d’entraînement. Elle l’a planifié dans son esprit et elle a utilisé la mémoire de Waka comme une référence alors elle a pris les lettres T (de Tomoe) et M (de Makoto), cela fait le camp d’entraînement TM.

“Huhuhu, avec ceci les futurs plans de vente de médicament ont progressé d’une étape. Cette idée ingénieuse qui diffusera le nom de notre compagnie et nous permettra même de collecter des informations. J’ai obtenu une graine qui surprendra Makoto-sama” (Tomoe)

Tomoe l’a murmuré. Même si Mio pouvait entendre ce que Tomoe a dit, elle ne pouvait pas comprendre le sens de toute façon donc elle a simplement regardé les Ogres Forestiers chancelants. Qu’elle n’a pas à donner un coup de main, c’était vraiment ce que souhaitait Mio.

“Le client est Dieu !”

“Je calculerai à fond les profits !”

“Veuillez nous faire part de la vente des médicaments de la compagnie Kuzunoha !”

“Lorsque que vous êtes en difficultés, je serai là pour vous aider !”

Ce sont les nombreux mots que les Ogres Forestiers ont crié pendant qu’ils travaillaient d’arrache-pied à leur entraînement. Leurs formes d’entraînements pouvaient être vu dans les environs. Ainsi que les hurlements et les cris qui étaient mélangés.

Votre voix est trop faible, votre sourire est trop timide, votre volonté est insuffisante, trop faible, vous n’êtes pas amusants. De temps en temps, ils se trouveraient confrontés à la violence pour un prétexte absurde tout en faisant de l’éducation physique, des techniques de combat et de la collecte d’informations. Ils ont été forcés à se mémoriser dans leurs esprits et dans leurs corps les informations sur les Hyumains.

Le camp d’entraînement, qui endoctrinait par l’intermédiaire de la peur, continuait encore à présent.

<>
Traduit par la team : Nyan-Team