Flux RSS

Tsuki ga Michibiku Isekai Douchuu

Traduit par la team : Nyan-Team
<> A- A A+

 

Meilleur constraste
Laisser appuyer le bouton gauche de la souris une seconde et relacher pour créer un marque-page à l'endroit que vous souhaitez.

Tome 1 Chapitre 7 – Le rêve que le dragon me montre

Traduit par Quesako
Vérifié par Sora


“? C’est… le club de tir à l’arc ?” (Makoto)

Mes souvenirs sont confus. Pourquoi suis-je ici ?

Si soudainement… il ne manque pas quelque chose ?

Cela doit être lié aux activités du club vu que je suis à l’intérieur du local. L’étrange malaise disparaît quand je me mets à réfléchir à ma situation.

Je porte toujours mon dogi (NTA : uniforme utilisé pour l’entraînement au Japon).

J’ai un arc dans les mains.

C’est l’endroit où j’étais censé être, hein. Certainement, je m’entraîne seul à l’arc après le départ des autres.

Ce n’est pas bon. Mon esprit s’est égaré pendant la petite période où je suis resté ici.

“Je crois que la présidente va encore se fâcher envers moi.” (Makoto)

Pour changer mon humeur, je m’assois et décide de m’entraîner avec ma technique de ‘frappe au milieu’.

Vise. Tire.

Il n’y a pas d’adversaire.

Continue, une autre flèche. Tire.

La cible, qui est devant moi, est touchée par mes flèches.

“Hum, ma condition physique est bonne.” (Makoto)

Maintenant que j’y réfléchis, c’est bientôt le temps de changer les postes.

“La présidente sera vraisemblablement Higashi. Je me demande qui deviendra le vice-président.” (Makoto)

Hein ? Encore. Je me sens à nouveau troublé.

Après tout, ma technique ‘frappe au milieu’ ne touche pas aussi souvent d’aussi loin.

Qu’y a-t-il ?

Pour l’instant, je m’assois en position de seiza et place mon arc à côté de moi.

“Vice-président. Vice-président… ce n’était pas moi ?” (Makoto)

J’ai trouvé la raison de mon malaise.

Quelle chose incohérente.

Je ne me souviens pas avoir voulu l’être. C’est inattendu mais serais-je une personne ambitieuse ?

Alors j’aurais dû au moins viser le poste de président. Je suis si petit.

Ou plutôt, le changement des postes n’est pas ‘encore’ arrivé.

Chaque année avant le festival, les senpai vont annoncer le président et le vice-président. Probablement qu’ils l’ont déjà décidé depuis un bon moment.

C’est censé être une tradition.

Je regarde l’intérieur du dojo.

Je vois une ombre qui semble bouger lentement. Mais, quand j’essaie de la regarder à nouveau, elle n’est plus là. Une illusion d’optique ?

Eh bien si personne n’en a entendu parler alors c’est bon.

“Pfiou…” (Makoto)

Je me calme.

Le troisième tir était au milieu de la cible. J’ai percé la flèche d’avant.

Finissons-en pour aujourd’hui.

J’ai décidé subitement de finir en avance, je pars avec un léger regret. J’aurais pu continuer avec ce niveau.

Je vois le support pour ranger les arcs dans mon champ de vision.

Je trouve mon arc personnel que j’ai l’habitude de voir.

C’est vrai, je pourrais toujours l’utiliser au moins une fois avant d’en finir. Pourquoi est-ce que j’ai presque oublié de le faire ?

Le malaise se poursuit.

En tenant l’arc, je tire la corde. Par rapport à l’autre, celui-là est plus résistant. Cependant, pour moi c’est plus confortable.

“Pffff !!!” (Makoto)

J’ai involontairement laissé échapper un soupir à cause de cette sensation que je n’ai pas ressenti depuis longtemps. Je le fais chaque jour et pourtant… Pourquoi je me sens comme cela ?

La flèche, que je viens de tirer en dehors de la cible, se plante dans le mur.

Bordel. Comme si j’avais voulu échouer.

“Pas le choix. Bien que la retirer va être vraiment pénible.” (Makoto)

Je me dirigeais pour récupérer la flèche en poussant un soupir, ensuite après avoir fini cette corvée, je mets tout en ordre et je finis de me changer.

En ayant encore changé d’uniforme, je finis d’inspecter et je me dirige vers la sortie.

Une fille se tenait devant la sortie.

“Senpai, otsukaresama (TNA : merci pour votre dur labeur d’aujourd’hui)”

Celle qui vient de sortir cette phrase éculée, c’était ma kohai.

Je me souviens qu’elle est une fille qui est venue tardivement dans notre club. Elle est une personne vraiment zélée et a atteint déjà le niveau des nouvelles recrues. Mieux, elle les a surpassés.

Après tout, il n’y en a peu qui ont de l’expérience dans le tir à l’arc avant d’être entrée au collège.

“Ah, Hasegawa hein. Qu’est ce qui ne va pas ? Êtes-vous resté ici jusqu’à maintenant ?” (Makoto)

“Oui. Avant les vacances, il y a quelque chose que je veux… que vous sachiez…” (Hasegawa)

“? Si c’est pour savoir comment toucher la cible, vous l’avez déjà compris, n’est-ce pas ?” (Makoto)

Si je ne me trompe pas, elle m’avait dit qu’elle avait un tel but.

Mais si je me souviens correctement, elle a déjà atteint son but en juillet quand elle a touché le haut de la cible.

À mes yeux, c’était la chance du débutant. Ce n’était pas au centre et ce n’est arrivé qu’une fois.

Cependant, même si c’était par chance, cela signifie qu’elle a atteint le niveau où elle pourrait le reproduire. Ses progrès sont rapides. En tout cas, elle est plus rapide que moi.

“Non, ce n’est pas ça ~… Ne comprenez-vous pas ?!” (Hasegawa)

“À propos de quoi ? Je ne comprends rien du tout. Ah, avez-vous oublié quelque chose ?” (Makoto)

Les épaules de Hasegawa s’affaissent légèrement après entendu mes mots.

La jeune fille baissa la tête, ses cheveux noirs qui étaient teintés de rouge par les rayons du soleil qui rentraient par les fenêtres. De même que quand je lui ai appris sa posture, je lui ai appris à les nouer en une queue de cheval qui va sur le côté, pour que cela ne la gêne pas.

Une queue de cheval sera toujours une romance pour nous autres les hommes mais une queue de cheval sur le côté a également une signification.

En la voyant avec une coupe de cheveux différente et en l’aidant à s’améliorer, je lui ai inconsciemment dit ‘cela vous va bien’.

Qu’elle soit plus tard venue avec la même coupe de cheveux m’a fait me souvenir de son nom.

Pour moi qui ait les cheveux courts, je n’ai pas pu essayer de le faire mais avec ses cheveux, ça ne lui fait pas mal quand elle les met comme ceci ?

“Misumi-senpai” (Hasegawa)

La voix de la fille me ramène sur terre.

“Hum ? Qu’est-ce qu’il y a ?” (Makoto)

Si elle a quelque problème que je suis capable de l’aider à résoudre. Je le ferai comme un senpai qui montre ses capacités à son kohai.

“Je vous ai admiré depuis longtemps. Je vous aime. S’il vous plaît, sortez avec moi.” (Hasegawa)

“???”

“???”

“???”

Un incroyable silence. Même s’il devait avoir des sons divers, je ne pouvais pas les entendre.

… Oui ?

Qu’est-ce que cette fille a dit ?

‘Je vous ai toujours admiré ?

Je vous aime ?

S’il vous plaît sortez avec moi ?

Que dois-je dire ? Je ne suis même pas si beau que ça. Je veux dire qu’il en faut pour tous les goûts mais selon le goût de la majorité, je ne suis pas le meilleur parti.

En étude, je suis régulier seulement sur les sujets qui m’intéressent.

En éducation physique, hormis le tir à l’arc, je suis dans le haut du milieu, non, en vérité, je suis pile au milieu.

En plus, la kohai devant moi s’améliore un peu plus vite que moi, … un peu !

Pourtant dans le club, spécialement cette fille, personne ne devrait avoir ce genre de sentiment pour moi ?

“Sen… pai ?” (Hasegawa)

Après sa déclaration, elle remonte timidement sa tête. Hasegawa me regardait avec ferveur.

“Non non non. Attendez, attendez s’il vous plaît.” (Makoto)

Je me représente la situation. Je dois poser de nombreuses questions à Hasegawa pour être capable de saisir le scénario actuel. Premièrement, le point le plus important.

“Qu’avez-vous dit le premier jour que vous vous êtes enregistrée dans le club ? Qu’est que c’était ?” (Makoto)

“Quoi ?” (Hasegawa)

“Sans aucun doute, vous avez déclaré, même si je ne l’avais pas demandé, que vous aviez déjà un petit-ami ? Ne me dites pas que vous avez déjà rompu avec lui ?!” (Makoto)

“C’était avant d’entrer dans le club, mes amis m’ont parlé de Ibuki-senpai. Je pensais que je devais avoir une sorte de protection donc involontairement…” (Hasegawa)

“C’était un mensonge ?!” (Makoto)

“Oui” (Hasegawa)

Quel mot encourageant ! Je veux dire, de penser que ses amis seraient inquiets au point de lui dire d’être prudente quand elle a décidé de nous rejoindre, à cause de la mauvaise réputation d’un de mes amis, Ibuki.

“Mais vous, quand j’ai essayé de corriger votre posture, vous avez essayé de me frapper avec l’arc en criant ‘Hiaaaa !!!’ ou quelque chose comme cela.” (Makoto)

C’est pourquoi pour le bien de ne pas être mal compris, j’ai gardé ceci à l’esprit afin d’éviter la moindre proximité avec elle.

Au début, j’ai utilisé la méthode de demander à une des membres de lui montrer ce que je lui demandais mais…

Ceci faisait perdre trop de temps à tout le monde alors j’ai décidé que c’était futile et j’ai arrêté.

De tomber amoureuse à cause de ça ?! Non, c’est impossible ! Si c’était le cas, j’aurais déjà eu une petite-ami depuis le temps !

À quel point je suis impopulaire ? Eh bien, c’est à un point où je veux juste sceller ceci dans ma sombre histoire. C’est à ce point d’impopularité que je suis.

Si je commence à les dénombrer une par une, ça va durer un très long moment alors j’en voudrais m’en abstenir !

“C’est parce que vous m’avez touché si soudainement. Donc je l’ai fait inconsciemment. Senpai est venu derrière moi quand mon cœur n’était pas prêt alors…” (Hasegawa)

“Ah~ Je vois, je suis désolé, Hasegawa.” (Makoto)

“Oui” (Hasegawa)

“Je suis désolé, je n’ai pas l’intention de sortir avec vous. C’est peut-être vieux jeu mais je veux avoir une petite amie donc je suis tombé amoureux. C’est pourquoi je ne peux pas l’accepter si vous me le dites si soudainement.” (Makoto)

Cette opportunité ne se présentera pas deux fois mais ‘je tomberai amoureux d’elle plus tard’, ce genre de pensée est à l’opposé de ce que je crois.

Je me confesserai d’abords si j’aime quelqu’un et ensuite si elle accepte, nous aurons notre rendez-vous. C’est ma façon de faire.

Je pense que c’est stupide. Ibuki me l’a dit de nombreuses fois. ‘Alors s’il y a une fille qui t’aime et se confesse à toi, tu attendras que vos sentiments soient les mêmes et tu refuseras toutes les autres filles ?’ C’est ce qu’il a dit.

‘Qu’est ce qui ne va pas de tomber amoureux pendant le rendez-vous ?’ ces paroles qu’il m’a dites, je pensais que c’était correct et je les comprends mais peu importe, mon cœur ne l’accepte pas, je suis un imbécile.

“Je ne veux pas !” (Hasegawa)

“Euuuhhh ?!” (Makoto)

C’est quoi ce retournement de situation ?

Ce n’est pas dans mon dictionnaire.

“Alors c’est bon si c’est juste une question de temps ! Après cela, s’il vous plaît, tombez amoureux de moi ! N’est-ce pas bon senpai ? Ma… Makoto-san !” (Hasegawa) (NTA : Dire que dire le nom d’une personne est une chose vraiment intime au Japon… lol)

Quel est ce développement divin ? Un jeu vidéo ? Quel genre de jeux amoureux est-ce ?

Même en étant un opportuniste, c’est trop ! C’est beaucoup trop commode pour le garçon. En prenant en compte ce qui s’est passé, comment les choses ont pu tourner comme ça ?!

Je panique légèrement.

“H-Hé Hasegawa ! Est-ce cela vous va vraiment ?!” (Makoto)

“Veuillez m’appeler Nukumi ! Ou est-ce que vous… avez déjà une autre fille que vous aimez ?!” (Hasegawa)

“Non, il n’y a pas une telle chose mais…” (Makoto)

Je suis sur la défensive mais à force de subir une pression constante, cela n’est peut-être pas étonnant, hein.

D’ailleurs, je pouvais voir un corps qui était bien développé que je pouvais deviner sous son uniforme lorsque que j’ai essayé de réfléchir en baissant la tête pour éviter son regard, je ne voulais pas la regarder d’une façon grossière mais…

Mon regard était attiré par sa poitrine !

Au bout du compte, il fallait que je parle avec elle en regardant directement son visage pour ne pas être déconcentré.

“C’est bon, n’est-ce pas ?! Un essai, je ne pleurerai pas si après cela vous me rejetez !” (Hasegawa)

C’est un mensonge ! Tu vas certainement pleurer.

Euuhh…

Je ne peux pas la rejeter.

“Eh bien, si vous êtes vraiment d’accord avec cela. Mais je veux entendre une chose avant tout. Pourquoi moi ? C’est dur de le dire mais pourquoi êtes-vous tombée amoureuse de moi ?” (Makoto)

“La vision de senpai qui utilise un arc, comme à l’instant.” (Hasegawa)

“Vous regardiez ?!” (Makoto)

Elle hoche de la tête.

“La première fois que je l’ai vu, vous étiez le dernier à partir, je vous regarde toujours depuis.” (Hasegawa)

“… Alors ?” (Makoto)

“J’ai trouvé que c’était incroyablement beau. Quand je suis entrée ici, j’ai essayé de faire de mon mieux en pratiquant tous les jours et pas seulement dans le club. J’ai ressenti un vide Quand j’ai atteint mon objectif.” (Hasegawa)

“???” (Makoto)

“Alors, en voyant, de nombreuses fois, la silhouette de senpai s’entraînant, je…” (Hasegawa)

“Vous m’avez observé de nombreuses fois ?!” (Makoto)

Je ne l’avais pas remarqué. Quelle erreur.

“J’ai commencé à penser que je voulais en apprendre plus sur cette personne. C’est pourquoi je suis entrée dans le club de tir à l’arc.” (Hasegawa)

Donc c’était depuis le début. De penser que mon petit plaisir personnel a été vu et en plus, par quelqu’un qui n’était même pas membre du club. À partir de maintenant, ça ne doit plus arriver. Soyons juste plus attentif à mon environnement désormais.

“Tout ça pour dire que la raison de mon entrée au club n’était… pas des plus honnête.” (Hasegawa)

“Je vois. Merci Hasegawa. Cela me rend heureux.” (Makoto)

Je stoppe la fille, qui essaye de continuer à parler, avec un mot de gratitude. Elle a ressenti quelque chose pour moi après m’avoir observé utiliser l’arc, c’est la première fois que j’entends cela d’une fille de ma génération.

“Nu.Ku.Mi !” (Hasegawa)

“Je suis désolé. Ce n’est pas quelque chose qui peut être corrigé soudainement. Pour le moment, veuillez me pardonner. Et pour aujourd’hui, rentrez juste chez vous. Après tout, Il est tard et il fait déjà noir. La station est proche d’ici alors cela devrait aller, n’est-ce pas ?” (Makoto)

Ça serait bien si je lui disais que je l’accompagnerais là-bas mais comme on pouvait s’y attendre, je n’arrivais pas à le dire.

“Ah, oui ! D’une certaine manière, je me sens revigorée après vous avoir ma déclaration. Senpai, allons-nous amuser pendant les vacances d’été, ok ?” (Hasegawa)

“Oui. J’attends ça avec impatience.” (Makoto)

Je lui fais un signe. Soudainement, je ressens une sensation désagréable. Comme si quelque chose en moi criait que ça n’allait pas.

J’ai été confessé pour la ‘première fois’ de ma vie, un événement incroyablement important, après tout. De ressentir que quelque chose ne va pas n’est pas si étrange si on prend compte ma confusion.

Eh bien, je ne l’ai pas ‘fait’ moi-même.

“Ah~ J’ai été surpris. De penser que cela m’arriverait un jour.” (Makoto)

Je décide de finalement quitter le dojo en mettant mes chaussures.

“Vous partez assez tard Misumi.”

“Higashi” (Makoto)

La camarade de classe qui deviendra la future présidente selon moi.

Avec son dos appuyé contre le mur extérieur, elle me regarde avec une expression embarrassée.

“C’est un peu surprenant. Misumi a commencé à franchir une étape.” (Higashi)

“O-Oui” (Makoto)

Moi et Higashi Azuma. J’accompagne Higashi sur le chemin de retour depuis la porte de l’école.

Sans l’ombre d’un doute, elle a vu la confession qui est arrivée un peu plus tôt.

Je sentais que Higashi était anormalement nerveuse, aucun doute dessus.

Dans ce genre de moment, qu’est-ce que je devrais dire… J’en ai sérieusement aucune idée.

“Je ne pensais pas que je serais témoin d’une telle scène. Ce n’est pas quelque chose d’impossible quand je regarde les gars du club mais…” (Higashi)

Higashi me regarde en me révélant un sourire amer. Ses yeux devraient être à la même hauteur que les miens et pourtant j’ai l’impression qu’elle me regardait de haut. Je suis encore dans mon adolescence donc j’ai toujours de la marge pour grandir, pas vrai ?!

“Mais, je suis désolée ! Je ne m’attendais pas à ce qu’une telle situation vous arrive ! Ce n’est pas comme si j’étais venue en sachant ce qui arriverait alors je suis vraiment désolée !” (Higashi)

“Ce qui vous gêne est terriblement cruel pour moi. Bien que cela fasse mal de ne pas pouvoir le contredire !” (Makoto)

Pff~ Je gémis.

Maintenant que j’y réfléchis.

Higashi doit avoir quelque chose à me dire si elle m’a attendu ici. Elle n’est pas du genre à interrompre les discutions des autres.

Elle a une personnalité assez franche et aussi c’est un garçon manqué. Ce n’est pas seulement du à cela mais il est facile de parler avec elle.

C’est une personne qui assez populaire auprès des hommes et des femmes.

Même si je dis ça, son corps n’est pas mince mais elle a une apparence remarquablement saine et me fait penser qu’elle a l’allure d’une femme. En laissant de côté la précoce Hasegawa. Je vous implore, s’il vous plaît, de partager un peu de votre grande taille avec moi.

Bon, ce n’est pas comme si être plus grand est mieux

Son remarquable style et ses mensurations lui donnent la moyenne, c’est ce que je pense.

Pour moi, Higashi est perçue comme une fille attirante. Elle serait sans aucun doute au sommet s’il y avait un classement des petites amies idéale au sein de l’école.

D’ailleurs, il existe un classement secret de ane-sama (NTA : grande sœur) et elle est placée en tant que deuxième. Qu’il y eût beaucoup de troisième année dans les participantes, c’était aussi la partie terrifiante étant donné qu’elle est en deuxième année.

Pour faire en sorte que même les seniors votent pour elle, héhéhé. Arrêtons-nous là.

“Eh bien, c’est ok. Alors ? N’aviez-vous pas une affaire à régler avec moi ?” (Makoto)

Euh ? Attends un moment. Qu’elle ait aussi quelque chose à faire avec moi, ce pourrait -il…

Une fois de plus, je fronce les sourcils.

“Eh bien, oui.” (Higashi)

La voix de Higashi semblait être un peu hésitante et faible. Alors, c’est ce que je pensais ?!

“Vous m’avez vu aussi pendant que je m’entraînais à ma technique ‘frappe au milieu’ ?!” (Makoto)

“Ah ?! Qu’y a-t-il si soudainement ? Eh bien, oui, je l’ai déjà vu.” (Higashi)

“Quoi ????, je ne pensais pas que quelqu’un l’avait vu.” (Makoto)

J’étais en pleine agonie, je tenais ma tête avec mes deux mains.

C’était mon moment secret. Pour cette raison, j’ai accepté de nettoyer après que tout le monde soit parti !!!

Cette situation !!!

Higashi me fait un sourire comme si elle sous-entendait ‘cela fait un bye’.

“Eh bien, occasionnellement. Et puis, ce n’est pas comme si vous aviez fermé le dojo donc il n’y avait aucun secret pour commencer.” (Higashi)

“Mais, le club de tir à l’arc est à la périphérie de l’école, vous savez ? Quand les activités du club se terminent et que tout le monde rentre chez eux, il ne devrait avoir personne qui reste ?!” (Makoto)

“Vous seriez exposé rapidement si quelqu’un a oublié quelque chose.” (Higashi)

“Je me suis bien assuré qu’il n’y est rien qui traine donc c’est absolument impossible.” (Makoto)

“Pourquoi parlez-vous comme un enfant gâté ? Même s’il n’y a pas de telles choses, il y a des personnes qui viendraient de toute façon. Ou plutôt, c’est comme ça que cela s’est passé avec moi.” (Higashi)

“Est ce que vous n’avez aucune mémoire ?!” (Makoto)

“Eh bien, l’erreur est Humaine, après tout.” (Higashi)

Hahaha, j’ai l’impression que j’ai été complètement battu.

“Je vais poursuivre la conversation, ok ?” (Higashi)

Higashi-san me regarde avec un regard plein de pitié.

C’est ok, tu peux continuer ce que tu allais dire.

Je capitule en hochant la tête. Je commencerai un nouveau jeu lorsque je serais retourné chez moi. Ceci serait bien que ça m’aide à me calmer.

“Aujourd’hui, avant les activités du club. Les senpais m’ont appelé et m’ont demandé si je voulais être la prochaine présidente.” (Higashi)

“Et ?” (Makoto)

Qu’est-ce qu’elle essaie de me dire ? Ou plutôt, tout le monde pensait que tu serais la prochaine présidente, tu sais ?

“Et ?! Vous pourriez avoir un peu plus de réaction ?!” (Higashi)

“Euh ?” (Makoto)

Cette fois, c’était au tour de Higashi d’être frustrée. En réalité, je n’essayais même pas de l’embrouiller quand je lui ai répondu le plus honnêtement du monde. Car je peux dire qu’elle était sérieuse.

Proportionnellement à ce que je laisse paraître. Je suis ceinture noir de déchiffrage d’expression.

“Laissez-moi vous le demander d’une autre manière. À part vous, qui cela aurait pu être ?” (Makoto)

“Euh, ah, eh bien… vous peut-être ?” (Higashi)

Elle me lance une réplique qui suit une logique que je ne saisis pas.

“Vous savez que je ne participe pas aux tournois, je ne fait pas non plus de match en dehors donc qu’arrivera t’il aux meilleurs membres de notre club ? En plus, ce club a toujours une femme comme successeur.” (Makoto)

C’est vrai, en omettant le fait que je ne participais à aucun match pour notre club, le président a été toujours une femme pour une obscure raison.

“Vous dites cela mais je crois que vous avez les capacités pour changer ça.” (Higashi)

“Hé hé” (Makoto)

“En outre, c’est probablement vous qui est le plus respecté dans le club.” (Higashi)

“Hé hé hé !” (Makoto)

Qu’est-ce qu’il y a ? La Higashi d’aujourd’hui est inhabituellement négative.

Pour une personne qui briserait joyeusement un bambou en deux, c’est vraiment anormal pour cette fille.

“C’est parce que ces senpai ne connaissent pas vos vraies capacités. J’ai essayé de vous recommander mais à la fin, ils ont dit qu’ils voulaient que je le fasse.” (Higashi)

Quelle sorte de dangereuse recommandation as-tu fait ?

D’imaginer que cette petite chance aurait pu se réaliser. Je veux vivre paresseusement, PARESSEUSEMENT.

C’est peut-être mon imagination mais je crois pouvoir entendre la sueur couler le long de ma nuque.

Nous, qui marchions ensemble, sommes maintenant au milieu d’une longue descente. Lorsque nous arrivons au bout de cette descente, nous atteignons la zone du marché. Il y avait beaucoup de monde qui passait mais nous étions les seuls à revenir de l’école.

“Hé” (Higashi)

Higashi tourne son visage vers moi en disant cela.

Quand je me tourne pour lui répondre, elle tient fermement mes bras au niveau des coudes avec ses deux mains et Higashi tourne mon corps en face d’elle.

Bien sûr, nous étions face à face.

J’ai senti que la force, qui tenait mes deux bras, a faibli un peu.

“Misumi. voudriez-vous être le président ?” (Higashi)

“Higashi, je ne peux pas faire ça. Tout comme je le pense, tout le monde dans le club croit aussi que vous devriez être présidente, nous pensons que vous en êtes capable.” (Makoto)

“Cela devrait bien se passer si Misumi montre ses capacités devant tout le monde ! Ils ne devriaent plus s’opposer si vous percez votre précédente flèche avec une autre !” (Higashi)

“Higashi !” (Makoto)

J’étais perplexe sur ce que je devais faire mais je me défais de ses mains et réciproquement, je mets mes deux mains sur ses épaules.

Le corps de la fille tremblait légèrement, au moment où je l’ai tenu, ses tremblements s’arrêtèrent. Ses yeux étaient légèrement vitreux.

Malheureusement, je ne peux pas dire les mots qu’elle veut entendre. Après tout, il est clair que Higashi a les capacités pour être capitaine. C’est pourquoi je dois lui redonner confiance.

“C’est peut-être une réplique éculée mais je sais que vous pouvez le faire. Les personnes, qui sont autour de vous, vont sûrement coopérer. Non, je les obligerai à faire ! Peu importe, essayez de le faire, ok ?” (Makoto)

“Vraiment ?” (Higashi)

Est-elle effrayée ? Je n’ai pourtant pas crié une seule fois sur Higashi. Plutôt, elle était excellente au tir à l’arc qu’il n’y a pas besoin de le faire. Une personne qui est agréable d’avoir à ses côtés.

C’est vrai, cette fille ne m’a jamais montré de faiblesse. C’est pourquoi, voir Higashi, dans cet état, est un peu dur pour moi.

“Oui, je vous l’assure. Bien sûr, j’aiderai aussi.” (Makoto)

“Alors, voulez-vous être le vice-président ?” (Higashi)

“Ah~ Bien sûr, j’aid… Quoi ?!” (Makoto)

“Vous le ferez, n’est-ce pas ?” (Higashi)

J’ai été piégé ?

J’ai été… utilisé ?

Non, nous parlons de Higashi. Cela doit être vraiment ce qu’elle ressentait.

J’ai senti que je ne pouvais pas du tout refuser. Ça aurait été de refuser la requête du roi et de se retrouver dans une boucle sans fin (NTF : Comme dans les jeux vidéo, où tu as le choix entre oui ou non, mais tu es obligé de choisir oui) !

“C’est mesquin~ Oui, oui, je vais le faire, vice-président. Pour ces longues années à venir, veuillez prendre soin de moi, futur chef.” (Makoto)

“Hahaha~ alors c’est bon si je demande une chose de plus ?” (Higashi)

Elle me sourit avec ses yeux toujours vitreux.

Un craquement. Encore une fois…

Une alarme retentit dans ma tête. Et c’est même encore plus fort qu’avant. De quoi s’agit-il ?

“Hé, sortez avec moi.” (Higashi)

“Ah~ oui, oui. Attends, quoi ?!” (Makoto)

“Hahaha ! Ça valait le coup d’essayer. Veuillez prendre soin de moi, mon petit-ami~♫.” (Higashi)

“Quoi ?!” (Makoto)

“Qu’y~a t’il~ ?” (Higashi)

“Pas de ‘Qu’y a-t-il ?’ avec moi ! Vous étiez entrain d’observer, n’est-ce pas ?!” (Makoto)

Le moment où l’on s’est confessé à moi.

La réponse du ringard que je suis et le ‘résultat’ de cela.

“Oui” (Higashi)

Elle me donne une réponse assez inexpressive.

Je ne connaissais pas cette facette de Higashi.

“Mais vous avez une période d’essai avec Hasegawa, n’est-ce pas ? Ça ne me dérange pas, vous savez ?” (Higashi)

“Quoi ?!” (Makoto)

C’est comme me dire que je peux sortir avec les deux en même temps.

C’est vraiment Higashi ?

Craquement, craquement.

J’ai ressenti une douleur comme si on me grillait le cerveau et l’alarme qui continuait comme si elle accompagnait la douleur.

Ça ne va pas. Ce n’est pas Higashi.

“Ce genre de chose n’est jamais arrivé dans la réalité !” (Makoto)

Encore. La même sensation que celle d’être observée que j’ai eu dans le dojo. Mais il y a quelque chose de différent !

“Vous y réfléchissez trop. Moi et cette fille sommes d’accord pour être testées. Vous pouvez juste nous ‘goûter’ et choisir celle à votre goût, si c’est pour Misumi, ça me va d’être la seconde, vous savez ?” (Higashi)

Higashi avance doucement d’un pas vers moi avec un visage revigoré. Ses mains se sont placées contre ma poitrine. Avait-elle plié ses genoux ? Son visage se rapprochait du mien.

Craquement ! Craquement ! Craquement ! Craquement !

Oui, tout ceci est faux !

L’odeur des cheveux de Higashi m’inspire du désir. Mais !!!

C’est faux. Ceci ne s’était pas ‘passé’ comme cela !

En réalité.

Dans mes souvenirs !

C’était quelque chose qui m’avait laissé un arrière-goût des plus amère.

Craquement. La douleur de l’alarme s’affaiblit. En échange, mon environnement a commencé à se troubler. Est-ce la faute des larmes ? Non, ce n’est pas ça !

C’était un souvenir difficile mais c’était toujours important ! Ce n’était pas une chose stupide comme ceci !!!

Hasegawa et Higashi.

Elles étaient obstinées mais elles n’étaient pas aussi ‘flexibles’ que cela. Les deux personnes que j’avais blessé !

C’est pourquoi…

Ma tête commence à devenir lourde. L’alarme continue. Mais c’est plus faible. C’est vrai, l’alarme me rappelle la réalité.

“Ce n’est pas la réalité.” (Makoto)

Je suis faible, j’ai honte à quel point qu’on s’est joué de moi.

J’ai honte qu’une partie de moi ait voulue que ces deux personnes fassent ce genre de choses pour moi.

J’essuyais les larmes, qui venaient de mes regrets, avec mes manches.

Le monde se déformait doucement.

D’imaginer que c’était une illusion.

J’avais déjà compris la situation générale et à nouveau, je regardais résolument le monde autour de moi.

Là où je suis, je suis juste à l’intérieur d’une épaisse, très épaisse brume.

“Ce n’était pas au niveau d’un mirage. Bordel ! Fais chier !!!” (Makoto)

Je vais sûrement être à nouveau englouti par cette illusion si je baisse ma garde. La prochaine fois, avec quel genre de désir charnel et avec quelle autre personne de mon monde terminerais je ?

Ce genre d’expérience, je ne veux plus en expérimenter à nouveau. Je ne serais pas capable de le supporter.

Mais avant, j’ai réfléchi à une façon de sortir d’ici. Je dois atteindre les murs de ce petit monde où je n’aurai pas la paix.

Je dois me débarrasser de ces regrets et de ces lamentations. Non, je ne peux pas partir sans le faire.

“Shen, je vous remercie de m’avoir rappelé ma faiblesse.” (Makoto)

J’ai trouvé le mur sans aucun effort. Les murs qui m’ont enfermé dans cette épaisse brume.

Je suis désolé, Ibuki. Mon précieux mauvais ami. J’ai toujours voulu te dire quelque chose et à cause de ma timidité, je n’ai pas été capable de le dire.

Après avoir vu cette vision honteuse, les actions de mon ami flottent encore dans mon esprit.

Bien sûr, moi qui avait trop honte de dire que tout ce qu’il faisait été une erreur, cette partie de moi, que je voulais frapper est, ‘aussi’ apparue dans ma tête.

“Bref, vous… !” (Makoto)

Ma fougue se refroidissait donc j’ai chuchoté l’incantation de [brid] plusieurs fois.

“Faire apparaître une fille après les autres !!!” (Makoto)

Une lumière rouge de forme sphérique enveloppa et gravita autour de main droite. C’est peut-être mon imagination mais je sens que le pouvoir de la [Brid] était plus élevé que la dernière fois que je l’ai utilisé.

C’est probablement à cause de la tension !!!

Je m’appuie fermement sur le sol avec ma jambe gauche en point d’appui comme si j’essayais de détruire le sol.

En utilisant la manière de frapper directement que j’ai pu voir dans un manga de boxe !

Je tenais la boule de feu dans ma main !

“J’en ai marre de tes conneries, Ibukiiii !!!” (Makoto)

À mon ami du club Ibuki, qui a reçu de nombreux talent du ciel, j’ai frappé de toutes mes forces le mur avec cette rancœur !!!

Explication : Oui, le chapitre n’est peut-être pas très clair et essaye de rester ‘mystérieux’ sur le passé de Makoto. Donc ce qui est arrivé dans la réalité, nous ne le savons pas encore.

Mais ce qui se passe ici doit avoir été VRAIMENT proche de la réalité. Par exemple : la partie où il a été piégé pour devenir le vice-président ou quand on s’est confessé à lui. Tout cela est peut-être vrai, excepté pour les parties où après les avoir rejetées, elles ont continué à ‘l’attaquer’.

Ensuite, la relation entre Ibuki et Makoto avec laquelle tout le monde à un problème, Ibuki est une mauvaise fréquentation de Makoto. Il se moque de la misère de Makoto à chaque fois qu’il en la chance. Il est aussi un coureur de jupons et une personne très talentueuse alors Makoto ne l’aime pas tant que ça.

<>
Traduit par la team : Nyan-Team